Partagez | .
 

 Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Ven 30 Oct - 16:01

Maria & Guenièvre
Il est parfois bon de retrouver une vie "normale".
Depuis la mort de son enfant, Guenièvre avait un peu le sentiment d'être trop étouffée. C'était normal, surtout au vu de la situation, mais elle commençait sérieusement à en avoir assez. Dès qu'elle croisait quelqu'un, elle voyait les regards tristes se poser sur elle. Elle comprenait parfaitement les personnes qui s'inquiétaient de son état, le fait que les autres puissent compatir à son malheur, mais en même temps elle avait de plus en plus envie de se terrer dans un trou de petite souris. Le problème, c'était que tout le monde compatissait et tout le monde la connaissait. Elle ne pouvait pas marcher tranquillement dans les couloirs de Camelot sans être tranquille. Elle avait donc, par moment, de plus en plus envie de passer incognito. Au final, la jeune femme avait donc tendance à s'enfermer seule dans sa chambre en attendant que le temps passe, pendant qu'Arthur travaillait encore et encore. Et puisque Manon n'était pas encore rentrée de son voyage et qu'elle était la seule (à part son époux et Merlin) qu'elle parvenait à accepter la présence, elle se sentait particulièrement seule.

Comme quand elle avait décidé de faire un tour de cheval sans ses gardes, elle décida d'aller faire un petit tour dans la cité. Autrefois, Guenièvre vivait parmi le peuple, elle y avait sa maison et sa famille. Maintenant, ces dernières étaient tous les deux dans le château. Elle ne se sentait pas supérieur au peuple, bien au contraire, mais elle ne pouvait plus aussi facilement se rendre dans la cité. Surtout quand elle était constamment entourée de garde, comme maintenant. Mais la reine voulait de nouveau passer un moment sans qu'on la considère comme la reine du royaume, l'épouse du roi et la mère triste. Elle avait envie d'être une jeune femme comme les autres et elle savait parfaitement comment s'y prendre. Guenièvre prépara ses affaires, se changea dans une tenue plus adéquate pour sortir du château, et profita de l'absence de gardes devant la porte de ses appartements pour s'engouffrer dans le couloir. Elle avait passé presque toute son existence dans ce château, quand elle était plus jeune en tant que servante et maintenant en tant que femme d'Arthur. Elle connaissait donc les recoins comme sa poche et n'eut aucun mal à quitter ce dernier sans qu'on ne la remarque. Elle ne mit donc pas longtemps avant de rejoindre les rues de la citée, cachée dans son accoutrement. Il n'y avait que les personnes qui la connaissaient vraiment qui pourrait la reconnaitre et encore, seulement si on parvenait à s'imaginer que la reine Guenièvre était en train de se promener dans les rues dans cette tenue. Qu'elle se rendait même à la taverne, puisque ce fut sa destination. Quand elle était plus jeune et qu'elle vivait encore avec son père, elle s'y rendait de temps en temps après sa journée de travail avec Morgane. Pas pour boire de l'alcool, mais simplement pour profiter de la présence de personne "comme elle". Elle y retrouvait son père également, parfois son frère quand il vivait encore avec eux. Mais cette époque était bien lointaine maintenant. Guenièvre s'approcha du comptoir de la taverne et donc de la serveuse qui s'y trouvait.

« Bonjour. »
Elle marqua une pause, le temps d'être certaine d'avoir l'attention de la femme. « Un verre de votre meilleur vin s'il vous plait. »

Elle avait les moyens, aujourd'hui, d'avoir des gouts un peu plus luxueux qu'à l'époque. Et il n'y avait vraiment pas de mal à se faire plaisir de temps en temps.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Sam 31 Oct - 16:50


Il est parfois bon de retrouver une vie normale
L

a vie suivait son cours, pour Maria, et si les choses se profilaient selon son bon vouloir, elles stagnaient malgré tout. Et Maria, qui était bien trop fière pour prendre le blâme, rejetait cette responsabilité sur Oberon, qui lui était un peu moins utile à chaque jour qui passait, et qui cesserait pour de bon de l'être pour peu que l'homme oublie définitivement l'idée de lui demander sa main et de la débarrasser par conséquent du fardeau qu'il représentait à ses yeux, qui serait tout aussi lourd après son inévitable mort, mais lourd de richesses qui lui manquaient cruellement. En attendant, elle ne pouvait rien faire. Il fallait attendre le prochain mouvement des sorciers, et pour patienter, elle faisait toujours la même chose. Elle se servait de sa position à la taverne pour répandre des rumeurs, glaner des informations, en diffusait des fausses... Le train-train quotidien, somme toute. Et elle était toute appliquée à ce train-train à l'heure actuelle, derrière son comptoir, alors que la reine elle-même entrait dans sa taverne. Habillée comme n'importe qui d'autre, Maria, qui n'était pas habituée, à son grand dam, à fréquenter les grands de ce monde, ne reconnut pas la souveraine de Camelot, et l'accueillit certes avec jovialité et politesse, mais ainsi qu'elle l'aurait fait avec n'importe qui d'autre, n'importe lequel de ses clients. Sourire aux lèvres, elle la salua donc, et son sourire s'agrandit quand on lui demanda un verre de son meilleur vin. Ce qui signifiait qu'elle se trouvait face à une bonne cliente, capable de payer une somme confortable. Elle s'exécuta immédiatement, prenant son interlocutrice au mot, et déboucha une bouteille d'un vin vieilli en fût parmi les plus savoureux que l'on sache trouver à Camelot, une bouteille qu'elle n'avait que rarement l'occasion d'ouvrir.

-Quelque chose de particulier à célébrer ?
demanda alors Maria, curieuse, en tendant son verre à son interlocutrice. La question se posait forcément, bien sûr, car ceux qui venaient boire seuls dans sa taverne ne se plaisaient généralement pas à taper dans les meilleurs crus de sa réserve, quoique les femmes, elle était bien placée pour le savoir, aient des goûts plus raffinés en la matière.

Et bien sûr, pour Maria, c'était une manière comme une autre d'entamer la conversation. Maria était une serveuse bavarde, et il fallait bien l'être, si l'on comptait extorquer une information ou l'autre à ses nombreux clients. Et quand de nouvelles têtes, qu'elle n'avait jamais vu auparavant comme dans le cas présent, se présentaient à son comptoir, sa curiosité naturelle l'invitait plus encore à faire la conversation quitte à se montrer intrusive auprès de ceux qui tenaient à ce qu'on les laisse tranquilles. Ceci dit, la personne en face d'elle lui semblait d'un naturel plutôt sociable. Le contact ne devrait pas être difficile à établir. Bien sûr, si Maria savait à qui elle avait réellement affaire, elle réagirait d'une toute autre manière.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Jeu 19 Nov - 10:49

Maria & Guenièvre
Il est parfois bon de retrouver une vie "normale".
Quand elle fut accueillie dans cette taverne, Guenièvre eut vraiment le sentiment d’être comme tout le monde. Un peu comme si elle avait fait un bond en arrière dans le temps, afin de redevenir la simple villageoise qu’elle était à l’époque, avant de devenir l’épouse d’Arthur. Ce n’était pas désagréable, pour une fois, de se retrouver dans cette position. Surtout que c’était exactement ce dont elle avait eu besoin. Elle avait besoin de respirer un peu, de souffler un instant avant de retrouver son nouveau monde. Quand la serveuse posa son regard sur elle, Guenièvre ne vit pas cette tristesse que tout lui monde lui accordait sans le vouloir ces derniers temps. Elle ne pensait pas à l’enfant qu’elle avait perdu, parce qu’elle ne pouvait pas savoir. Alors que le royaume entier était au courant du décès du futur héritier. Cela ne manqua pas de lui mettre encore plus du baume au cœur. Elle avait le sentiment de redevenir enfin normal, même si elle n’avait pas vraiment changé en épousant Arthur. C’était le regard des autres qui avaient changés sur elle, ils ne l’observaient pas de la même manière et encore moins ces derniers temps. Cela faisait du bien qu’une personne l’observe sans chercher à compatir pour son malheur, simplement parce qu’elle était la reine de Camelot. Elle préférait largement quand on était naturel avec elle. Autant dire que c’était de plus en plus rare ces derniers temps. Ce n’était pas pour rien qu’elle supportait la présence de peu de personne autour d’elle, en dehors de son époux, de Merlin et de Manon.

« Je ne sais pas vraiment. » Dit-elle avec légèreté avant de remercier la femme pour le verre qu’elle venait de lui servir. Evidemment, elle avait les moyens d’avoir des goûts de luxe, elle se laissait donc tenter. Elle n’était pas vraiment à la taverne pour boire de l’alcool de toute façon, ce n’était pas son but premier (même si pour le coup, elle n’allait pas reculer devant ce verre de vin). Son intérêt n’était donc pas l’effet que cet alcool pouvait bien avoir sur son organisme, elle misait donc tout sur le goût. Ce qui avait dut mettre un peu la puce à l’oreille de la serveuse, qui semblait prompte à la discussion. Guenièvre n’aurait peut-être pas appréciée cela au château (quoi qu’elle fût rarement capable de rembarrer quelqu’un), mais elle avait bien envie de discuter en cet instant. « On va dire que je célèbre la vie. »

Ajouta-t-elle finalement, en levant son verre pour en prendre une gorgée qu’elle savoura. La serveuse ne s’était en effet pas retenue d’offrir à la jeune femme un verre d’un très bon vin et heureusement que Guenièvre n’avait pas besoin de compter à la dépense. Elle devait bien avouer que c’était un peu étrange, parce qu’elle n’avait pas remis les pieds ici depuis qu’elle avait quitté « son monde » pour rejoindre celui d’Arthur. Tellement de chose avait changé depuis qu’elle était devenue la reine du royaume.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Sam 21 Nov - 10:28


Il est parfois bon de retrouver une vie normale
Q

uand un client savait mettre suffisamment de monnaie sur la table pour réclamer le meilleur des vins des cuvées disponibles à la taverne (et autant dire que ce vin en question, même s'il valait le détour aux yeux de Maria, à qui il arrivait de goûter la marchandise sans y être vraiment autorisée - mais personne n'osait jamais rien lui dire -, il n'était vraiment pas donné), on s'attendait à ce que ce client vous apprenne une excellente nouvelle : un mariage, une naissance... et même un enterrement, parfois. Il est des morts qui ne manquent pas de faire des heureux. Maria était bien placée pour le savoir, le décès de feu son mari avait été une aubaine pour elle. Une aubaine volontaire et provoquée, certes. Une aubaine tout de même, quoi qu'il en soit. Mais la jeune femme face à elle, par pudeur ou par sincérité, n'évoqua aucun de ces prétextes. Elle tenait à célébrer la vie, ni plus ni moins que la vie. En soi c'était un bon prétexte. Et un prétexte bien utile. Maria notait intérieurement de noter cette pirouette rhétorique et de l'employer à l'occasion, inviter à la consommation en suggérant des verres "à la vie", c'était une bonne suggestion. Très bonne même. Maria accueillit donc cette remarque avec un sourire franc, mais qui dissimulait tout de même son envie d'en apprendre davantage. Elle ne pouvait pas croire qu'une jeune femme seule vienne lui réclamer un verre raffiné sans avoir à l'esprit quelque chose de spécifique. À moins qu'elle ne célèbre la vie au sens où elle était de ces survivants qui en savourent la valeur après avoir côtoyé la mort de très près ? Maria, curieuse comme à son habitude, et consciente que pousser plus loin n'importe quelle conversation de comptoir, pouvait être d'une grande utilité. Cela lui avait servi à plus d'une reprise. Elle comptait donc bien retirer plus que cette simple phrase de leur conversation, et elle était convaincue que ce ne serait pas bien difficile d'en apprendre davantage, elle avait le sentiment que son interlocutrice avait le besoin et l'envie de parler. Ah ! Si Maria avait reconnu sa reine, nul doute qu'elle aurait su parfaitement orienter la conversation, tout en prétendant ne pas avoir fait le constat de se retrouver face à sa souveraine. Malheureusement, elle s'attendait si peu à voir Guenièvre Pendragon à la taverne, et vêtue de ces frusques, qu'elle ne s'était pas un seul instant posé la question de se trouver ou non face à la royauté.

-Quel meilleur prétexte que la vie !
approuva Maria avec grande emphase. J'ai compris combien la vie était précieuse à la mort de mon défunt mari. Pourquoi donner cette précision (en partie fausse, d'ailleurs, car la serveuse appréciait dors et déjà la valeur de la vie avant la mort de son époux, quoi que les richesses dont elle avait hérité avait également un peu aidé à savourer la valeur de l'existence) ? Parce qu'elle savait que pour inviter quelqu'un à la confidence, il fallait savoir poser en premier les cartes sur la table. Et ça lui était bien égal d'évoquer le décès de son mari, c'était elle qui l'avait décidé, après tout. Oh, c'est vieux, à présent. ajouta-t-elle pour bien faire comprendre qu'elle avait dépassé cette épreuve fictive depuis bien longtemps. Mais depuis, j'ai appris à savourer chaque jour comme s'il était le dernier.

code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Mer 16 Déc - 14:30

Maria & Guenièvre
Il est parfois bon de retrouver une vie "normale".
Guenièvre aurait sans doute pu se montrer plus explicite, quand elle mentionna la raison qui l’a poussé à boire un si bon verre de vin, mais en même temps elle ne savait pas vraiment ce qu’elle pouvait dire d’autre. Elle célébrait simplement le fait de vivre et donc elle disait vraiment la vérité. Elle ne pouvait pas trop parler d’elle, parce qu’elle ne devait pas révéler son identité. Elle avait besoin de souffler un peu, de ne plus être simplement la reine Guenièvre, la femme d’Arthur. Ce n’était donc pas le moment pour elle de révéler à la femme qu’elle avait sous les yeux, qui elle était vraiment. Elle avait simplement envie de passer un bon moment et effectivement, célébrer la vie. C’était une manière pour elle de tourner enfin la page des derniers évènements qui avaient eu lieu dans sa vie. Il était temps qu’elle parte sur un bon pied, qu’elle reprenne du poil de la bête et qu’elle revive tout simplement. Guenièvre afficha un grand sourire quand la serveuse de la taverne lui affirma que c’était le meilleur prétexte, celui de fêter la vie. Elle était vraiment d’accord avec cette remarque, elle ne pensait pas qu’il y avait plus belle chose à fêter. Bien sûr, on pouvait fêter un mariage, une naissance (mais ce n’était pas forcément le moment pour la reine de penser aux naissances joyeuses), mais d’une manière générale on fêtait surtout la vie. La jeune femme se rendait bien compte qu’elle avait quand même de la chance dans son malheur, parce qu’elle avait la chance d’être marié à un homme qu’elle aimait – ce qui n’était quand même pas évident dans le monde où ils vivaient, surtout concernant le roi d’un royaume quand même alors qu’elle n’était qu’une servante à l’époque – et elle pouvait compter sur lui pour rendre sa vie plus belle. Non vraiment, il était temps qu’elle reprenne goût à la vie.

Maria affirma alors qu’elle avait compris la valeur de la vie quand elle avait perdu son époux. La jeune femme ne pouvait que comprendre celle qui se trouvait sous ses yeux, même si elle n’avait pas perdu un époux. Elle avait perdu une mère, puis un père, un frère et enfin un enfant. La perte d’un proche était souvent un déclencheur, pour vraiment profiter de chaque instant de la vie. Guenièvre avait envie que ce qu’elle venait de vivre le soit, qu’elle profite de chaque instant que la vie lui offrait parce qu’elle savait parfaitement qu’elle était courte. Plus longue elle était, mieux c’était, mais le destin avait tendance à jouer trop de mauvais tour (et elle ne se rendait pas compte que le destin avait prévu de lui retirer son époux à la base). Guenièvre se permit de sourire de nouveau quand la serveuse lui affirma que c’était vieux, précisant donc qu’elle avait eu le temps de se remettre de cette épreuve. Qui au fond, n’en était pas vraiment une pour elle, mais la reine ne pouvait pas le deviner.

« Je souhaite pouvoir faire la même chose. » Répondit-elle alors, sans se rendre compte qu’elle était en train de se faire prendre au piège de Maria. Elle était sur le point de se confier en effet, sans se rendre compte que son interlocutrice avait simplement envie d’étancher sa curiosité. « Je viens de perdre un enfant. J’ai passé une période un peu compliquée. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Dim 20 Déc - 11:05


Il est parfois bon de retrouver une vie normale
M

aria n'avait pas son pareil pour inviter ses clients à la confidence. À force d'observer tous les types d'individus qui fréquentaient la taverne, elle apprenait à savoir comment prendre chacun d'entre eux en fonction de la catégorie à laquelle ils appartenaient. Dans le cas de son interlocutrice, la tâche lui avait semblé aisée. Il suffisait de se montrer agréable et de la mettre en confiance. Une femme qui se rend seule à la taverne pour boire un verre au comptoir, c'est une femme dont les maux difficiles à supporter ne demandent qu'à être exprimés. Et la serveuse faisait toujours au mieux pour qu'on ne sache que la considérer comme la meilleure confidente possible. Cela sembla plutôt efficace, étant donné que Maria n'eut pas à dire grand chose pour en apprendre plus sur les malheurs de son interlocutrice, sans comprendre encore combien illustre elle était, et tout ce qu'elle pourrait retirer d'une telle conversation, si elle savait voir au-delà de ce que lui proposaient les apparences. Mais elle ne devinait rien. Et elle ne devina pas davantage, d'ailleurs, quand la reine parla de l'enfant qu'elle venait de perdre. Cela aurait pu lui mettre la puce à l'oreille, c'est certain, mais le fait est qu'une situation comme celle-ci était chose courante chez bien des femmes. Les grossesses, même encadrée autant que cela est possible, demeuraient à risques, et les enfants n'étaient jamais à l'abri d'incurables maladies. Maria n'avait pas connu ce cas de figure. En fait, elle n'avait jamais eu d'enfant ni n'était jamais tombée enceinte, à la vérité. Les joies de la maternité lui étaient étrangères, le premier mariage de Maria n'avait porté aucun fruit. Il était probable qu'elle n'ait jamais pu en avoir, tout simplement (et maintenant, il était de toute façon trop tard pour qu'elle en ait). Ce constat lui avait été un peu amer, dans un premier temps. Mais finalement, cette situation lui avait servi, elle avait pu se forger une identité propre sans avoir à se cantonner au seul rôle de mère, et elle en était ravie. Maria en entendait, des histoires tristes ou sordides, voilà bien longtemps qu'elle n'était plus capable de compassion (pour peu qu'elle en ait jamais éprouvé), mais elle savait encore très bien prétendre l'inverse. Elle prit donc un air contrit et véritablement désolé pour s'adresser à son interlocutrice.

-Toutes mes condoléances. Je ne peux qu'imaginer la douleur que cela doit représenter.


Ça oui, elle ne pouvait que l'imaginer, mais elle ne faisait pas vraiment l'effort mental de se e figurer, à vrai dire. Ça lui était complètement égal. Mais dans ces moments là, ses clients ne venaient pas seulement chercher à boire, ils cherchaient une oreille attentive à laquelle confesser leur douleur. Et Maria leur donnait exactement ce qu'ils souhaitaient. Dans l'espoir d'obtenir elle-même quelque chose, cela va bien évidemment de soi.

-Mais je veux croire que la vie vous sourira de nouveau. Vous m'avez l'air d'être quelqu'un de bien.


De trop bien pour ce monde, sans doute d'ailleurs, alors que, aux yeux de Maria, l'on obtenait rien par la simple bonté.

code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Jeu 4 Fév - 14:29

Maria & Guenièvre
Il est parfois bon de retrouver une vie "normale".
Guenièvre n’avait visiblement pas eu beaucoup de temps pour se trouver en confiance auprès de la serveuse de la taverne. En même temps, c’était peut-être un défaut de sa part, mais elle ne voyait pas en quoi elle ne pourrait pas lui faire confiance. La jeune femme ne lui disait pas qu’elle était la reine pour autant – elle avait décidé de se rendre incognito à la taverne – mais elle ne voyait pas en quoi parler de son enfant disparu était un souci. Surtout qu’elle était loin d’être la seule femme à perdre ainsi un enfant. C’était malheureux, mais les grossesses étaient toujours risquées. Même les plus surveillées pouvaient avoir un issu fatal. C’était ainsi, un enfant qui naissait n’était pas non plus épargner d’éventuelle maladie. La jeune femme en avait parfaitement conscience et c’était en partie pour cela qu’elle se disait qu’elle devait parvenir à se remettre de cette épreuve. Parce qu’elle était loin d’être la seule personne à passer par une phase de ce genre, alors il était normal qu’elle parvienne à se relever. Guenièvre afficha un sourire à la serveuse, appréciant sincèrement ses paroles. La reine ne se doutait pas une seule seconde que Maria puisse lui mentir, qu’en réalité elle n’avait aucune compassion pour ce qu’elle vivait. Elle ne disait cela que pour lui permettre d’être bien vue. Elle appréciait donc ces propos, qu’elle considérait pour une fois sincère. Ce n’était pas qu’une personne qui s’adressait à la reine après tout, lui faisant ce genre de remarque simplement parce qu’elle était la femme d’Arthur. Alors Guenièvre ne pouvait que la considérer sincère, mais elle ne savait simplement pas qui était réellement la serveuse.

« Je vous remercie. »

Lui dit-elle simplement. Elle ne pensait pas que cela soit nécessaire d’enchaîner, même si elle devait bien avouer qu’elle était un peu curieuse quand même. Maria affirmait qu’elle ne pouvait qu’imaginer la douleur de Guenièvre. Est-ce que cela signifiait que la femme n’avait pas d’enfant, ou simplement qu’elle n’avait pas perdu d’enfant ? Gwen n’en savait rien, elle n’osait pas vraiment relancer le sujet. Parce qu’elle ne voulait pas faire revenir une douleur. Elle avait envie que cette conversation soit agréable après tout, puisqu’elle était bien là pour se changer les idées.

« J’aimerais bien oui. »
Répondit la jeune femme quand Maria lui affirma qu’elle voulait croire que la vie allait la sourire de nouveau, parce qu’elle était quelqu’un de bien. Guenièvre ne pouvait pas s’empêcher de se sentir un peu gênée quand même, c’était son côté modeste. « Mais je ne pense pas le mériter plus que quelqu’un d’autre. »

Elle ne disait pas cela simplement parce qu’elle souhaitait être modeste, elle le pensait vraiment. Elle avait déjà eu énormément de chance dans sa vie, elle avait épousé l’homme qu’elle aimait qui n’était autre que le roi de ce royaume. Ce n’était pas rien après tout. Elle ne savait pas si elle méritait tout ce que la vie lui avait déjà offert, même si en contrepartie elle lui avait pris énormément aussi.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Sam 6 Fév - 22:48


Il est parfois bon de retrouver une vie normale
P

our sûr, Maria ne mentait pas (ce qui n'était pas si souvent le cas, pour tout dire) quand elle affirmait que son interlocutrice était "gentil", c'était l'adjectif qui sautait à l'esprit quand on venait à lui parler pour la toute première fois, mais pour la serveuse, une telle "qualité" ne pouvait pas ne pas se passer d'une certaine naïveté, et elle avait l'impression, l'intuition tout du moins, que son interlocutrice (dont elle n'imaginait pas le statut royal), en était le parangon. Il suffisait à ses yeux de constater cet élan d'optimisme dont elle faisait preuve, osant s'espérer des jours meilleurs. Maria, même si elle faisait mine d'encourager cette attitude, la réprouvait, en réalité. Elle ne considérait jamais que demain serait un jour meilleur. Elle considérait plutôt que ce serait positivement l'inverse. Et c'était dans cette pensée qu'elle puisait sa force. Cela voulait dire qu'il lui faudrait une fois encore s'affirmer et se battre, qu'importe les obstacles, on en ressortait plus fort. Elle voulait croire que l'on pouvait avoir un parfait contrôle sur son destin, que celui-ci n'était pas immuable, si l'on s'en donnait les moyens. Guenièvre lui donnait l'impression (et ce pouvait tout à fait être une impression des plus fausses) de n'être jamais qu'une barque qui se laissait porter par le courant et qui espérait douceur et accalmie après une période de tempête. Jamais Maria ne tolèrerait de se laisser happer ainsi par les circonstances, de n'y jouer que le rôle que l'on voudrait bien lui donner. À quoi en serait-elle réduite, alors ? Il est certain qu'elle ne pourrait espérer agir comme elle le faisait aujourd'hui, à l'encontre de toutes les créatures magiques, l'esprit machiavélique qui se dissimulait derrière la figure masculine, imposante et respectable d'Obéron Gabet.

Au-delà de l'optimisme dont elle osait faire preuve, donc, elle se permettait en plus une humilité sans bornes. Tant de qualités humaines chez cette femme ! Était-ce vraiment sa personnalité, ou bien n'était-ce qu'une faille ? Peut-être parvenait-elle à tromper son monde, à jouer les blanches colombes, mais n'était-elle pas si blanche qu'elle voulait bien le prétendre ? Maria devait reconnaître qu'elle apprécierait ce second cas de figure, il serait tout de même plus intéressant, à ses yeux. En attendant, elle donnait le change malgré tout. S'attirer la sympathie et les confidences du chaland, tel était son fond de commerce.

-Et pourquoi donc ? Je doute que vous ayez le moindre vice caché, et croyez bien pourtant que nous sommes très rares à ne pas en posséder.

Et bien sûr, elle posait cette question dans le but de découvrir ce qui pouvait être le vice précis de son interlocutrice. Personne n'était parfait, après tout. Même si certaines imperfections n'étaient vraiment rien en comparaison de celles d'autres individus (et Maria, c'est certain, avait de quoi donner le change).

code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Sam 5 Mar - 22:47

Maria & Guenièvre
Il est parfois bon de retrouver une vie "normale".
Guenièvre ne parvenait vraiment pas à croire qu’elle puisse mériter, plus que d’autre, que la vie lui sourit. Evidemment, la reine – qui se faisait passer pour toute autre femme que la reine en cet instant précis – souhaitait quand même que la vie apporte du bonheur, après ces quelques temps d’obscurité. Elle avait eu des moments difficiles et elle souhaitait que les évènements soient bien plus agréables dans le futur. La jeune femme aimerait vraiment pouvoir passer complètement à côté de ces tristesses, tourner complètement la page de la mort de son enfant. Elle savait parfaitement que l’ombre de son fils allait continuer de peser sur son cœur, mais elle savait aussi qu’elle devait reprendre un peu de poil de la bête, qu’elle utilise les jambes qu’elle avait encore pour marcher. Elle était encore vivante et évidemment, Guenièvre devait profiter de chaque instant de cette vie. Mais la jeune femme ne pensait pas mériter plus que d’autre d’être heureuse, au contraire. Elle pensait que tout le monde, sur cette Terre, méritait d’avoir du bonheur dans sa vie. Bien sûr, elle savait que certaines personnes étaient mauvaises de nature – et des personnes plus proches d’elle qu’elle ne le pensait – mais elle ne pouvait de toute façon pas vouloir du mal à autrui. La question de Maria fit sourire Guenièvre.

« Personne n’est exempté de vice. »
Dit-elle doucement, sans s’arrêter de sourire. Les vices, cachés ou non, étaient dans la nature de l’être humain. Guenièvre ne pense pas être sans vice, bien sûr qu’elle en avait. Evidemment, elle n’en avait peut-être pas autant que certaine personne, les humains n’étaient pas tous égaux à ce sujet. « Mais je ne pense pas que je mérite plus que quelqu’un d’autre, nous sommes tous aussi méritant au bonheur. »

Guenièvre se doutait qu’elle avait peut-être un peu une vision trop idéaliste du monde, mais elle ne pouvait pas vraiment changer sa façon de faire. Elle aimerait vivre dans un monde parfait, sans aucune souffrance, même si elle savait parfaitement qu’elle ne pouvait pas croire une seconde que ça puisse arriver un jour. C’était simplement beau de rêver par moment, ça permettait de se lever le matin et de vivre ces journées qui pouvaient s’avérer un peu difficiles par moment.

« Je veux croire que tout le monde mérite de voir la vie sourire. »

Guenièvre ne savait même pas pourquoi elle disait cela à cette femme, qu’elle ne connaissait pas du tout. Elle se sentait simplement bien en cet instant, puisqu’elle avait tout bonnement décidé de vivre la vie du bon côté et que cette Maria lui donnait confiance. Elle avait le sentiment que la discussion avec elle était naturel, elle n’avait pas besoin de se forcer. Peut-être que l’alcool qu’elle buvait depuis tout à l’heure – à petite dose à chaque fois quand même – commençait à jouer un peu sur son esprit aussi. Dans tout les cas, elle se sentait vraiment bien oui et elle espérait qu’elle allait pouvoir se sentir bien encore longtemps.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   Dim 6 Mar - 10:03


Il est parfois bon de retrouver une vie normale
M

aria ne pouvait, en toute logique, qu'approuver les propos de son interlocutrice quand celle-ci affirmait qu'il n'y avait personne en ce bas monde qui soit exempt de vice. Oui, sur le principe, elle était complètement d'accord. Son jeu préféré, d'ailleurs, était de discerner le vice de tout un chacun pour s'en servir à son avantage. Certains étaient flagrants, se lisaient sur le visage de leurs propriétaires. D'autres étaient dissimulés, nécessitaient de regarder en dessous d'une surface tristement lisse. Cela signifiait-il donc que la jeune femme face à elle avait ses propres vices ? Il était difficile de le croire. Mais peut-être que cette innocence qu'elle pensait découvrir en elle pouvait être considéré comme un vice en soi. Ou bien cette trop grande humilité cachait-elle autre chose ? Quelque chose de plus grave, de plus fou... Elle aimerait bien. Elle avait envie de mieux comprendre son interlocutrice. Là où l'avis de Maria différait de celui de Guenièvre, c'est que la serveuse considérait que, si, certaines personnes méritaient plus le bonheur que d'autres. Et d'autres, qui ne méritaient que les plus grands malheurs. C'est ainsi, il faut bien le remarquer, il existe en ce beau monde des êtres infiniment odieux, cruels, capables du pire, et ces gens ne devraient techniquement bénéficier d'aucun égard. Maria en faisait partie, d'ailleurs, de ces gens, et elle en avait pleinement conscience. Considérait-elle donc qu'elle ne méritait que le malheur ? Sans doute, mais l'un de ces nombreux vices consistait à lutter pour obtenir malgré ses nombreuses malversations et magouilles, un bonheur qui devrait lui être strictement refusé. Décidément, sa jeune interlocutrice était bien optimiste. Sa foi en l'humanité contrastait largement avec l'opinion de Maria, qui avait cessé depuis bien longtemps de lui accorder le moindre crédit, sans doute parce qu'elle avait eu le loisir d'en constater les pires travers, son métier et ses activités illicites aidant. Et encore, elle savait qu'il restait pire encore à découvrir.

-Alors même le pire des criminels devrait avoir le droit de couler des jours heureux ?
demanda-t-elle tout en fixant intensément son interlocutrice.

La question était posée avec sincérité, non pas parce que la réponse de Guenièvre était susceptible de changer quoi que ce soit à ce que Maria pouvait bien penser, non, mais simplement parce que Maria était curieuse de savoir jusqu'où la jeune femme était capable de tolérance et de pardon. Elle lui semblait naïve, mais elle se trompait peut-être. Elle ne pensait certainement pas qu'elle le soit, en tous cas, au point d'ignorer que certains sont capables du pire, au point qu'il est difficile de savoir encore s'ils méritent d'être qualifiés d'humains. Elle-même appartenait sans doute à cette catégorie, d'ailleurs, si l'on tenait compte du sort qu'elle avait réservé à son ancien époux, de celui qu'elle espérait au futur, et de tous le sang versé au nom des chasseurs.

code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il est parfois bon de retrouver une vie "normal" (Maria)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COKA ✮ PARFOIS IL FAUT SE SÉPARER POUR MIEUX SE RETROUVER...OU PAS.
» Avez -vous honte parfois ?
» L'ironie du sort est parfois de très mauvais goût [PV Olive]
» Une dérision peut parfois devenir une passion. [Feu Follet]
» Avant que l'on puisse se retrouver... [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-