Partagez | .
 

 Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   Mer 14 Mai - 14:56

Giselle & Guenièvre
Petit repos qui fait du bien.
L'anniversaire d'Arthur avait été un désastre, Guenièvre n'en revenait toujours pas de ce qui s'était passé. Elle ne parvenait toujours pas à comprendre comment des personnes avaient pu ainsi s'en prendre à des innocents, simplement parce qu'ils ne parvenaient pas à comprendre leurs différences. La reine avait bien comprit que la magie n'était pas dangereuse, ce n'était qu'une arme au même titre qu'une épée. Elle savait bien que la magie n'était pas mauvaise, c'était les utilisateurs qui l'étaient. Elle n'avait donc rien contre les personnes qui faisait l'usage de la magie, elle en connaissait quelqu'un et en appréciait certains. Comme Merlin et Manon, deux personnes proches qu'elle considérait réellement comme des amis et qui était sorcier et druide. Le jeune homme avait mit très longtemps avant d'avouer à ses proches qu'il pouvait utiliser la magie, parce qu'il avait peur des conséquence. Guenièvre était vraiment heureuse qu'Arthur ait accepté cette différence et qu'il ait permit à son royaume de ne plus avoir peur de la magie. Le jeune roi était un bien meilleur souverain que son père, bien plus ouvert. Pourtant, Arthur aussi a énormément perdu à cause de la magie. Guenièvre, elle, avait perdu beaucoup à cause de la peur contre cette magie. Son pauvre père avait été accusé à tort d'être un sorcier, il a été exécuté par Uther Pendragon. La jeune femme espère vraiment que ces fanatique n'allaient pas causer des ravages dans ce royaume qui retrouvait presque un équilibre.

Ils commençaient déjà à le faire malheureusement, la soirée pour l'anniversaire du souverain en était la preuve. La reine s'était sentit plus qu'impuissante contre ces hommes qui s'en prenaient ainsi aux sorciers et à ceux qui barraient leurs chemins. C'était un nouveau coup dur pour Camelot, mais ils allaient réussir à s'en sortir comme toujours. Ce n'était pas la première fois qu'Arthur devait faire face à des ennemis, il allait parvenir à les retrouver et à leur faire payer leurs actes horribles. Avant que les idées se propagent et que d'autre personne intègre ce mouvement contre les sorciers. Guenièvre ne s'était vraiment pas attendue à ce qu'autant de personne haïsse les sorciers, alors qu'ils n'avaient rien fait pourtant. Du moins, pas plus qu'un soldat avec une arme. Il n'y avait aucun mouvement contre les chevaliers armés alors qu'ils avaient sans doute causé autant de ravage que la magie, tous cela venait de l'utilisateur. La reine avait peur, peur pour elle en partie bien sûr, peur pour l'enfant qu'elle portait et qui était encore si fragile, mais surtout peur pour ces personnes proches d'elle qui se trouvaient menacé par cela du coup. Même si elle ne dirait pas cela longtemps sans doute, quand elle connaîtrait quelques vérités.

Malgré les soucis de la soirée d'anniversaire d'Arthur, la vie avait reprit son cours cependant. Le roi avait cette préoccupation en plus bien sûr, mais ce n'était pas le seul sujet qui importait dans le royaume. Il y avait bien sûr plein de chose que les souveraines devaient voir, ensemble ou pas. Guenièvre tentait d'aider le plus possible son époux, mais elle se sentait bien souvent perdu dans ce monde qu'elle avait intégré simplement après son mariage. Et puis, elle se sentait bien souvent fatiguée, surtout depuis l'attaque des Chasseurs. Aujourd'hui, la femme laissait donc son époux s'occuper des rencontres avec le peuple, Guenièvre allait rencontrer une toute autre personne. C'était une femme qu'elle connaissait bien à force, qu'elle avait déjà l'occasion de croiser quand elle n'était qu'une servante. Giselle Gabet, la fille d'un ancien chevalier d'Uther, et frère d'un chevalier de la table ronde d'Arthur. Une personne bien du coup, qui connaissait les convenances de la noblesse depuis sa tendre enfance surtout. Les deux femmes avaient rendez vous dans un petit salon du château, où elles allaient pouvoir discuter tranquillement de tout et de rien. Sans qu'aucune personne ne vienne les déranger, la reine avait même congédié sa servante. Guenièvre arriva en première sur les lieux, se doutant bien que Giselle n'allait pas tarder à arriver.


Dernière édition par Guenièvre Pendragon le Sam 28 Juin - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   Lun 23 Juin - 12:22

Giselle avait bien sûr entendu parler de ce qui s'était passé à l'anniversaire du roi. C'était le genre de choses qui se savaient assez vite. Et puis, ce n'était pas comme si elle n'était pas concernée non plus. Ce mouvement anti sorciers était plus proche d'elle qu'il ne le faudrait. Elle savait se faire discrète, heureusement pour elle. Seulement au bout d'un moment, cela changerait peut-être. Il s'agissait de sa famille, de personnes dont elle était très proche. Il n'était donc pas certain qu'elle arrive à leur cacher ça éternellement. Camelot avait globalement accepté la magie, mais tout le monde n'était pas de cet avis. Et c'était bien ça le plus dangereux. En théorie, Giselle n'avait plus trop à se cacher. Mais à cause de ce mouvement, c'était bien trop risqué.


Depuis le début, Giselle s'était débrouillé seule à ce niveau. De toute façon, elle n'avait jamais eut personne pour l'aider à gérer ses capacités magiques. Elle savait que sa mère avait ce genre de particularité aussi. Seulement elle n'était plus là. La jeune femme ne l'avait pas vraiment connu. Ce qui la rendait parfois vraiment triste. Si elle avait été là, elle aurait compris elle. Et Giselle n'aurait pas été seule avec ça. Heureusement, son père et son frère avaient été présents pour elle. Pas pour la magie bien entendu. Mais plus pour le côté émotionnel. Ils avaient pris soin d'elle et avaient fait d'elle une femme charmante. Ce qui était déjà une très bonne chose, elle s'en rendait bien compte. Et malgré ce qu'ils avaient décidé de faire et croire sur la magie, elle les aimait. Ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas comprendre, ce n'était pas totalement de leur faute.

Ce jour-là, Giselle avait prévu autre chose. Quelque chose de différent. De très différent. Giselle devait quitter la demeure familiale pour aller au château. La reine et elle avaient des choses à se dire. Giselle et Guenièvre se connaissaient déjà avant qu'elle ne devienne reine. La jeune femme l'avait toujours trouvé plutôt gentille, de bonne compagnie. Elle avait été très heureuse pour elle lorsqu'elle avait épousé Arthur. C'était une bonne chose qui lui était arrivé alors qu'elle le méritait vraiment. Et puis, c'était aussi un exemple de plus qui permettait de continuer à croire aux contes de fée. Les deux femmes n'avaient pas perdu le contact pour autant. Ce que Giselle trouvait très appréciable. Et ce jour-là donc, elles devaient se revoir au château.

Giselle avait choisit de porter une robe présentable en un tel lieu où elle restait toujours un peu impressionnée. Elle savait où elles avaient rendez-vous et s'y rendit à l'heure convenue. Elle entra et trouva Guenièvre déjà dans la pièce. Visiblement, elles étaient seules. Cela rassurait déjà un peu la jeune femme, elles pourraient parler tranquillement. C'était toujours plus compliqué quand il y avait d'autres personnes. Elle ne pouvait pas être vraiment à l'aise. Que ce soit chez elle ou au château. Giselle s'inclina respectueusement devant Guenièvre en la saluant avant de s'approcher. Malgré tout, leurs rapports avaient changé, ce qui était logique. Elle était passé de servante à reine. Giselle ne pouvait pas réagir de la même manière. Même si cela ne la dérangeait pas du tout et qu'elle l'appréciait toujours autant, si ce n'est plus maintenant qu'elles se connaissaient mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   Sam 28 Juin - 1:00

Giselle & Guenièvre
Petit repos qui fait du bien.
Guenièvre attendait tranquillement dans la pièce où elle avait rendez-vous avec Giselle. Le petite salon n'était pas grand, mais il était parfait pour discuter tranquillement en petit comité. La Reine s'assit dans un des fauteuils du salon, près du feu qui était allumé dans l'âtre de la cheminée. Son regard se perdit un instant dans les flammes du feu. L'hiver était bien présent, il faisait frais à l'intérieur du château. Heureusement qu'il y avait des cheminées dans toutes les pièces et que les personnes avaient l'habitude de se couvrir. La robe que portait Guenièvre était chaude et lui permettait de ne pas avoir froid, même quand elle ne bougeait pas. Ce qu'elle ne faisait pas toujours ces derniers temps, puisqu'elle devait se reposer. La reine se sentait de plus en plus fatiguée, même si sa grossesse avançait et qu'elle ne ressentait plus de nausée. Mais les événements qui s'étaient passé dernièrement, cela n'était pas si étonnant finalement.

Guenièvre ne savait pas ce que ces Chasseurs allaient causer comme ennui à Camelot, mais cela ne lui valait rien qui vaille. Elle n'aimait pas l'idée d'un groupe d'homme désirant s'en prendre aux êtres magiques. Techniquement, la femme ne risquait rien puisqu'elle n'était pas capable d'utiliser la magie. Elle n'était pas une sorcière, elle n'était pas non plus une druide, elle n'avait donc rien à craindre de ces Chasseurs. Cependant, beaucoup de proche de la Reine en était. Et puis, elle ne supportait pas la violence de ce genre. Il n'y avait aucune raison que des personnes capables d'utiliser la magie soient ainsi maltraité, ce n'était vraiment pas juste. Guenièvre était complètement plongée dans ses pensées quand Giselle arriva.

La Reine se leva quand la femme arriva, s'approchant d'elle pour la saluer. Guenièvre connaissait Giselle depuis très longtemps, bien avant qu'elle n'épouse Arthur et n'envisage même de l'aimer. A l'époque, elle n'était qu'une simple servante. Depuis, on pouvait dire qu'elle avait fait du chemin. Mais Gwen n'avait pas vraiment envie que cela change grand chose entre elle et la femme. Quand elle servait Morgane, Giselle c'était montré gentille avec elle alors qu'elle était la fille d'un chevalier. Mais bon, la jeune femme ne voyait pas les choses ainsi.

« Vous savez bien Giselle que vous n'avez pas besoin de faire preuve d'autant de rigueur. » Dit-elle dans un sourire et d'un ton amusé. « Comment allez-vous ? » Les deux femmes pouvaient parler librement, parce qu'elles étaient seules. Il n'y avait personne avec elles pour les écouter, même pas de domestique. C'était le but, qu'elles puissent être libre de leur parole. « Venez vous installer avec moi près du feu, les temps sont froid en ce moment. »

Et la Reine retourna s’asseoir. En réalité, il n'y avait pas que le fait de s'installait près du feu qui la faisait désirer s’asseoir. Elle ne tenait pas vraiment longtemps debout sans se sentir fatiguée. Elle ne pensait vraiment pas qu'une grossesse pouvait être aussi fatigante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   Lun 30 Juin - 20:51

Giselle et Guenièvre se connaissaient depuis un certain temps. Et Guenièvre était vraiment une femme incroyable. Elle avait eut de la chance de trouver l'amour auprès d'Arthur. Lui aussi était un homme très bien. Et puis, sa position actuelle était méritée. C'était ce que pensait Giselle en tout cas. C'était bien que ce soit des gens comme eux qui gouvernent Camelot, la jeune femme en était ravie. Seulement elle savait que tout le monde ne pensait pas comme elle. Et elle savait parfaitement qui s'opposait à certaines décidions. Ce qu'elle trouvait triste tout de même. Sa propre famille. Enfin, elle ne dirait rien non plus à ce sujet. Guenièvre la connaissait bien, mais elle ne saurait ni ces détails familiaux ni sa propre... particularité...


Lorsqu'elle entra, Guenièvre se leva pour l'accueillir. Giselle avait toujours cette idée qu'elle devait quelque chose à cette femme. Elle était tout de même la reine. Mais en même temps il était vrai qu'elles se connaissaient depuis quelques temps maintenant. Alors si elle restait très détendue avec elle, Giselle tenait à cette forme de respect que Guenièvre lui disait souvent trouver abusé. Mais peu importait, c'était une question de convenances et Giselle ne changerait pas.


-Vous savez bien Giselle que vous n'avez pas besoin de faire preuve d'autant de rigueur.


Visiblement cela l'amusait un peu également. Elle lui souriait et son ton était léger. De toute façon, elle savait bien que ce n'était pas du tout contre elle ou quoi que ce soit. Bien au contraire. Et Giselle prenait bien les remarques que sa reine pouvait lui faire. On pouvait parler d'amitié à force alors elles acceptaient beaucoup de choses.


-Ne voyez pas cela comme une rigueur mais une marque supplémentaire de mon respect. Ce n'est pas une contrainte que l'on m'impose mais un choix.


Si elle n'avait pas été dans ce monde toute sa vie, il était probable que ces courbettes et autres marques de respect aient fini par être abandonnées avec l'évolution de leur relation. Mais Giselle se devait d'agir ainsi tout simplement parce qu'elle y était habituée.


-Comment allez-vous ?


Que répondre à cela finalement... Oui elle allait bien, il n'y avait rien de nouveau depuis la dernière fois qu'elles s'étaient vu. Cela faisait assez longtemps que rien n'arrivait plus à Giselle. Même si elle ne cachait pas espérer qu'un lui arrive enfin quelque chose de concret.


-Très bien, je vous remercie.


Elle allait lui retourner la question quand Guenièvre sembla vouloir dire autre chose. Alors Giselle attendrait un peu, le temps de la laisser parler. Elle ne tenait pas non plus à la couper dans son élan.


-Venez vous installer avec moi près du feu, les temps sont froid en ce moment.


Oui, certainement. Giselle suivit donc la reine jusqu'aux fauteuils près du feu. Elle aimait bien rester un peu avec elle. Et puisqu'elles étaient seules, c'était encore mieux. Guenièvre était une femme charmante et dont la compagnie restait très agréable en n'importe quelles circonstances. Mais seules, il est certain que c'était mieux...


-Et vous alors, comment vous portez-vous?


Outre les banalités, Giselle aimerait également savoir si tout se passait bien pour et... elle s'intéressait amicalement à sa grossesse. Elle-même attendait avec impatience le moment où un homme ferait chavirer son cœur et celui où elle aurait le plaisir d'être mère. Alors forcément, elle était un peu curieuse...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   Mer 30 Juil - 21:50

Giselle & Guenièvre
Petit repos qui fait du bien.
Guenièvre savait bien que tout le monde n'acceptait pas vraiment son mariage avec Arthur, qu'ils ne voyaient en elle que la servante d'autrefois. Ils n'avaient pas spécialement tort, elle n'était qu'une servante avant. Mais par chance, ils étaient quand même une majorité à accepter leur relation. La reine osait penser qu'ils faisaient du bon travail, qu'ils s'en sortaient bien dans la gestion du royaume. Arthur surtout, qui était un roi parfait. Et la femme ne pensait pas cela simplement parce qu'elle l'aimait. Elle était parfaitement objective quand elle affirmait que l'homme était un bon roi, un meilleur roi que son père déjà. En même temps, on ne pouvait pas vraiment dire que cela était bien difficile, Uther avait une manière de régner bien particulière. Enfin, tous cela était du passé et le couple royale faisait du mieux qu'il pouvait. Ce qui était déjà une très bonne chose. Malheureusement, tous ne se passait pas vraiment comme ils l'auraient voulu. Il y avait cette histoire de chasseur qui avait le don de leur prendre la tête. Arthur passait tout son temps à travailler pour trouver qui était ces chasseurs, pour les arrêter avant qu'ils ne continuent de faire du mal. Il y avait un traître dans les rangs du roi, il cherchait à le trouver. Sauf que ce n'était clairement pas facile. Guenièvre s'inquiétait énormément pour son époux, surtout qu'il semblait de plus en plus angoissé. Ce qui ne l'aidait pas spécialement à être moins fatigué, c'était un très grand cercle vicieux.

Guenièvre se permis de rattraper un peu Giselle sur sa façon de se comporter avec elle. Les deux femmes se connaissaient depuis des années, la reine trouvait qu'elle n'avait pas besoin de lui montrer autant de respect. Elles étaient amis après tout, Guenièvre n'avait pas besoin de révérence de sa part. D'une manière générale, elle n'en avait pas besoin, mais elle savait qu'elle n'avait pas le choix. En épousant Arthur, elle était monté en rang social. Comme à son habitude, Giselle se contenta de dire à la reine qu'elle lui devait simplement ce respect, qu'elle le faisait par choix. Guenièvre n'allait pas la forcer à se retenir, elle se contentait simplement de lui dire qu'elle n'en avait pas spécialement besoin. Le jour où elle décidait de ne pas le faire, cela irait très bien également. La reine fut heureuse d'entendre son amie lui dire qu'elle se portait bien avant d'accepter de s'installer à côté d'elle près du feu. L'hiver se montrait parfois un peu rude et Guenièvre avait rapidement froid, la fatigue n'aidait en rien d'ailleurs. Rapidement, Giselle retourna la question vers elle. C'était normal, c'était le genre de question d'usage et puis la reine se doutait bien que son amie se faisait quand même un peu de souci pour elle.

« Je vais bien. »
Dit-elle dans un souffle, laissant son regard se perdre un peu dans les flammes de la cheminée. « Enfin, je me sens vraiment fatiguée je dois avouer. » Guenièvre pouvait se confier à peu de personne, elle ne voulait pas plus inquiéter Arthur avec ses propres angoisses. Elle allait devenir mère et cela lui faisait peur. « Je dois avouer que j'appréhende un peu le futur... j'espère que tout va bien se passer. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   Ven 24 Oct - 17:51

Giselle étant une grande romantique, elle ne pouvait que trouver magnifique le couple que formait le couple royale. C'était un peu le conte de fée. Celui dont toutes les jeune femmes rêvent. En tout cas, Giselle n'avait rien contre et était même très contente pour Guenièvre. D'autres seraient peut-être jalouse. Mais ce n'était pas le cas de Giselle. De toute façon, elle, elle croyait à l'amour et au coup de foudre, et à un peu tout ce qui allait avec. Arthur était certainement très gentil et il était loin d'être moche, mais elle n'avait jamais été intéressée alors comment être jalouse? Elle occupait elle aussi une place assez sympathique. Être reine ne lui plairait pas non plus. Aucune raison donc d'être jalouse. Elle ne pouvait qu'être contente pour eux. Aucune autre possibilité. Et cela lui convenait tout à fait.

Giselle et Guenièvre n'avait pas peur de se parler. Elles avaient confiance lune en l'autre et n'avaient pas besoin de faire attention à ce qu'elles disaient. Surtout qu'elles étaient seules. Alors c'est vrai que Giselle en faisait peut-être un peu trop avec son maie. Mais elle avait reçu cette éducation et puis cela ne la dérangeait pas du tout. C'était normal et cela ne l'empêchait pas de s'entendre à merveille avec Guenièvre. Elle trouvait au contraire que comme cela elle lui montrait qu'elle la respectait et qu'elle l'appréciait.

-Je vais bien.

Tant mieux. Giselle se posait forcément la question, comme tout le monde quand il s'agissait d'une amie. On se demandait toujours ou en était l'autre et comment il allait. Alors les deux jeunes femmes près de feu en profitaient pour se poser la question l'une à l'autre.

-Enfin, je me sens vraiment fatiguée je dois avouer.

C'était peut-être normal au fond. Giselle imaginait que de s'occuper d'un royaume n'était pas de tout repos. Et puis elle imaginait que la grossesse ne devait pas aider. En plus la période de l'année n'était pas celle où l'on était le plus en forme. En ce qui la concernait, Giselle était toujours plus en forme en été qu'en hiver. La chaleur manquait. Et le soleil aussi. Bon, après, Giselle n'avait jamais été enceinte alors difficile de savoir ce que cela faisait. Et ce n'était pas comme si son père allait lui expliquer tout ça non plus!

-Je dois avouer que j'appréhende un peu le futur... j'espère que tout va bien se passer.

Il arrivait que les deux femmes se confient ainsi leurs petits états d'âme. Bon, en tout honnêteté Giselle ne pouvait pas non plus tout dire à Guenièvre. Elle ne pouvait pas lui parler de ses pouvoir ou des chasseurs. Cela serait risquer sa vie ou celle des hommes qui comptaient le plus pour elle. Elle faisait confiance à Guenièvre, mais tout le monde n'était pas comme elle. Et la prudence était parfois ce qu'il y avait de mieux pour la jeune femme. Et ses proches aussi d'ailleurs.

-Je suis sûre que tout se passera bien. Et puis, vous êtes bien entourée.

Alors en disant cela elle parlait d'elle, mais pas que. Parce que si c'était l'idée d'être mère qui lui faisait peur, ce n'était pas Giselle qui pourrait beaucoup l'aider. Elle n'y connaissait absolument rien. Mais un jour elle adorerait être mère elle aussi. D'abord se marier, et après être mère. C'était un peu le résumé de ses projets de vie.

-Et puis vous verrez, cela sera tellement beau que vous n'y penserez même plus.

Giselle voyait vraiment les choses comme cela. Elle manquait encore d'informations à ce sujet. Mais ce n'était pas grave. Elle verrait bien sur le moment. Pour le moment elle cherchait l'amour. Le grand amour hein, pas juste celui de passage. Elle attendait son prince charmant quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   Lun 3 Nov - 12:16

Giselle & Guenièvre
Petit repos qui fait du bien.
Guenièvre n’avait pas réellement de proche amie, du moins pas beaucoup. Elle était proche de sa servante et de Giselle, et pas réellement d’autres personnes. Au fond, la reine ne savait pas réellement si elle devait considérer que les autres personnes étaient sincères. Quand elle n’était qu’une servante encore, la jeune femme devait bien avouer qu’elle ne se posait pas ce genre de questions. Ses proches, elle les considérait réellement comme tel. Aujourd’hui, elle devait bien avouer qu’elle se posait sérieusement la question. Certaines personnes, qui ne la considéraient pas autrefois, s’étaient rapprochées d’elle depuis qu’elle avait épousé Arthur. Mais concernant Giselle, Guenièvre n’avait aucun doute. Elles étaient amies, elles étaient proches et la reine savait bien qu’elle pouvait se confier sur tout avec elle. D’ailleurs, ce fut ce qu’elle fit. Elle mentionna son état de fatigue, et ses doutes concernant l’avenir. La femme se doutait bien que la fatigue était normale quand on était enceinte, même si elle découvrait tout pour la première fois. Elle était clairement en train de tout découvrir, ce n’était pas vraiment facile. Elle se laissait parfois aller à l’angoisse, même si elle ne se confiait que très rarement. Elle ne parlait pas de ses doutes à son époux par exemple, afin de ne pas l’inquiéter d’avantage. Il avait déjà énormément de souci, elle n’avait pas envie de lui en rajouter d’avantage. Elle se trouvait ridicule en plus de s’inquiéter de la sorte, il n’y avait aucune raison. Du moins, aucune raison qu’elle connaissait. Malheureusement, elle n’était pas au courant de l’ombre qui planait au-dessus d’elle.

Par chance, la reine pouvait compter sur son amie et sur ses bons conseils. La jeune femme se doutait bien que Giselle ne connaissait pas tout d’une grossesse, mais au moins elle avait quand même le don de la rassurer. Il ne fallait pas grand-chose pour qu’elle se dise qu’effectivement, les choses allaient bien se passer. Guenièvre était en effet bien entourée, elle pouvait compter sur son époux, sur Merlin, sur Manon et sur Giselle. Sur d’autres personnes évidemment aussi, elle était bien entourée effectivement.


« Vous avez raison, je peux compter sur beaucoup de personne. » Guenièvre espérait en tout cas que Giselle avait réellement raison et que bientôt elle allait oublier ces moments de doute, ces moments de peine. La reine avait vraiment hâte de pouvoir enfin faire connaissance avec son enfant, avec ce petit être qui grandissait dans son corps. Ainsi, elle pourrait enlever ses doutes et oublier ces moments. Elle n’aurait plus qu’à profiter des bons moments avec sa famille, son mari et leur enfant. « J’ai hâte à ce moment alors. »

Guenièvre se doutait que cela n’était pas forcément bon de continuer à tourner autour de ce sujet. Elle n’avait pas besoin de déprimer d’avantage, elle s’angoissait sans aucun doute pour rien en plus. Si seulement elle savait.

« Et vous Giselle, avez-vous rencontré quelqu’un ? »

La reine savait parfaitement que son amie avait une âme de romantique, qu’elle espérait trouver quelqu’un pour partager sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)
» Le destin fait parfois bien les choses ? Ft Justin.
» Petite aide fait grand bien. [Clay]
» + l'alcool tue à petit feu ; ça tombe bien, j'suis pas pressée. (milou)
» Ah ! Ca fait du bien de boire un coup ! [pv : Eliwen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-