Partagez | .
 

 L'on hait avec excès lorsque L'on hait un frère (Morded)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Ben Barnes

Messages : 102

Message#Sujet: L'on hait avec excès lorsque L'on hait un frère (Morded)   Lun 12 Nov - 9:04


C'était toujours une véritable épreuve pour Yvain que de rendre visite à sa mère. Il savait toujours précisément comment les choses allaient se passer : elle l'observerait avec tout le mépris que, manifestement, il lui inspirait, en profiterait peut-être à l'occasion pour lui adresser l'une ou l'autre remarque humiliante dont elle avait le secret, et il repartirait la queue entre les jambes, son estime de soi plus diminuée que la veille, à se demander comment ce pouvait réellement être possible, parce qu'il ne réussirait jamais à s'imposer face à elle...

Et qu'au fond de lui, même en sachant que c'était peine perdue, il chercherait toujours à lui plaire et à faire naître en elle cet amour maternel dont elle ne semblait pas capable d'être doté (mais c'était en fait plus compliqué que cela).

Yvain avait longuement hésité... Puisqu'il savait précisément comment les choses se passeraient, son envie de voir Morgane étaient tout sauf grande, mais le chevalier de la table ronde se considérait comme un jeune homme respectueux et à cheval sur les convenances. Apprendre que sa mère était de passage à Camelot alors que lui-même s'y trouvait et ne pas aller à la rencontre semblait une enfreinte trop grande à la bienséance pour lui, il ne pouvait pas l'accepter. Même si sa mère, le sachant à Camelot en même temps qu'elle, n'aurait, il le savait, pas levé le petit doigt pour aller vers lui ou lui consacrer un minimum de son temps précieux.

C'est vrai que sa génitrice ne ferait pas tant d'efforts de son côté, cela, il était prêt à le parier, mais ce n'était pas parce qu'elle était un mauvais exemple à suivre qu'il devait suivre son exemple, justement. Alors, la boule au ventre mais malgré tout déterminé, il approchait les appartements de dame Morgane.

Pour en voir sortir un jeune qu'il avait déjà croisé à quelques reprises, toujours dans le sillage de sa mère.

Yvain ne l'aimait pas. Il ne savait absolument rien de lui, pas même son nom, il ne constatait que son jeune âge, sans doute pas très éloigné du sien. Ils n'avaient jamais échangé plus de deux mots, ils ne se connaissaient pas, mais Yvain éprouvait pour lui un mépris tout naturel. Car ce qui le dérangeait réellement, c'était l'espèce de connivence qu'il avait avec sa mère, bien sûr.

Yvain n'avait pas la moindre idée de ce qu'ils manigançaient ensemble (si ça se trouve, ils ne manigançaient rien du tout et il s'était imaginé n'importe quoi... ou bien il était son amant, et cette idée, même s'il avait depuis longtemps compris que ses deux parents n'avaient jamais trouvé judicieux de respecter leurs voeux de fidélité, l'irritait particulièrement), mais c'était plus fort que lui, la jalousie l'étreignait chaque fois qu'il songeait à l'intérêt que Morgane savait si bien porter à cet étranger quand elle traitait son propre fils avec le désintérêt qu'elle pensait sans doute qu'il méritait... pour une raison qui lui échappait toujours (mais qui n'était finalement due qu'au fait qu'il était le fils de son père... constat qui ne la dérangerait pas tant avec le jeune homme face à lui, pourtant).



"Ma mère est-elle dans ses appartements ?"
demanda-t-il sans envisager de saluer ce jeune homme qui ne lui avait pourtant rien fait en soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecuyer (peuple)
avatar
Feat : Gaspard Ulliel

Messages : 42

Message#Sujet: Re: L'on hait avec excès lorsque L'on hait un frère (Morded)   Ven 23 Nov - 20:27

L'on hait avec excès lorsque l'on hait un frère
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Lorsque Morgane lui avait demandé de la rejoindre dans ses appartements, Mordred n’avait pas cru bon de s’y opposer ou de refuser son invitation. Même s’il avait encore quelques doutes sur les véritables intentions de sa mère à son égard, entendez là qu’il ignorait encore s’il était le dindon de la farce ou si elle tenait vraiment à nouer une relation mère fils avec lui, il avait tout de même besoin de passer du temps avec elle, de la connaître… Après tout, elle l’avait tout de même porté en elle, mis au monde… cela ne représentait pas rien.

Et malgré tout, même si c’était précipité de sa part, il avait envie de croire qu’elle ressentait ne serait-ce qu’un peu d’amour maternel à son égard. Mordred n’avait jamais eu de mère, alors il était intrigué et désireux d’en avoir une, enfin. Quoiqu’il en soit, cette femme était pleine de mystères, et il était immensément compliqué de lire en elle, surtout que le jeune écuyer ne la connaissait pas encore assez pour prétendre la percer à jour. Il ignorait comment aurait été sa vie, si jamais elle l’avait élevé, aurait-il été un homme complètement différent de celui qu’il était aujourd’hui ? Mordred tenait à penser qu’il lui ressemblait tout de même, ils avaient quelques similitudes, déjà cette vengeance commune contre Arthur, mais aussi, cette même part sombre qui semblait les habiter. Elle s’était éveillée récemment en son sein, mais Mordred la sentait bel et bien.

Alors évidemment, lorsqu’elle le conviait dans ses appartements, de passage à Camelot, il s’y rendait. Dans tous les cas, Mordred n’était pas débordé. Soit il poursuivait ses besognes d’écuyer, soit il perdait plusieurs minutes, fiché sous les jupons des femmes. Il s’était découvert un certain appétit pour la gente féminine depuis qu’il était à Camelot, et ne se refusait rien, quand on une femme lui plaisait, il la séduisait, qu’elle soit mariée ou non, cela lui importait bien peu.

Quoiqu’il en soit, Mordred appréciait souvent ces entrevues avec Morgane. Il avait l’impression de la découvrir un peu plus, de partager certaines choses qu’il aurait aimé partager avec sa mère. Il était conscient, qu’il baissait sa garde, et que cela pouvait très bien se retourner contre lui, mais il y avait comme une force invisible qui le poussait vers elle, inéluctablement. Une fois cette entrevue passée, qu’ils avaient discuté de leur but commun, mais pas que, Mordred disposa de sa mère pour la laisser seule, et retourner lui aussi, à ses occupations.

Mais pourtant, son regard croisa celui d’Yvain de Gorre. Il le connaissait, sans le connaître. Il savait que ce jeune homme était son frère, enfin, demi-frère, mais pourtant, il n’avait aucun élan fraternel envers lui. C’était même tout le contraire. Il était jaloux, jaloux qu’il ait pu grandir auprès de Morgane. Qu’il ait pu l’appeler mère toutes ces années. Même si, de ce qu’il avait compris, Morgane lui portait que peu de considération, leur lien du sang était déjà beaucoup à supporter pour Mordred. Et il se doutait bien ce que ce chevalier, ne devait pas beaucoup l’estimer non plus, mais lui, ignorait tout du lien qui les unissait, ce même lien qui était source de leur discorde muette : Morgane.

"Ma mère est-elle dans ses appartements ?"

La façon dont il avait de lui poser la question le dérangeait. Mordred avait l’habitude qu’on ne le traite pas avec beaucoup de respect, ne serait-ce que Ser Gaspard. Mais avec lui, ça passait encore moins bien, tout comme le « ma mère » lui restait en travers de la gorge. Et Mordred n’avait aucune envie qu’il rejoigne Morgane maintenant, c’était un privilège qui devrait lui être réservé.

« Dame Morgane a besoin de repos, vous seriez mal avisé de la déranger. »

black pumpkin

_________________
Mordred
Le pardon est la plus belle des choses, mais la vengeance est tellement plus satisfaisante.  ▬  Simon Dussault
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Ben Barnes

Messages : 102

Message#Sujet: Re: L'on hait avec excès lorsque L'on hait un frère (Morded)   Ven 7 Déc - 9:14


« Dame Morgane a besoin de repos, vous seriez mal avisé de la déranger. »

Yvain, en entendant ces mots, dut se faire violence pour garder contenance et surtout ne pas sauter à la gorge de son interlocuteur. Le jeune homme n'était ni violent ni impulsif, mais il était quelques sujets sensibles qui pouvaient le faire sortir de ses gonds en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Sa mère, et cela n'étonnera personne, était de ces sujets sensibles. Il était même le pire d'entre tous. Qu'on la couvre d'éloge ou qu'on la traîne dans la boue, il ne le supportait pas quoi qu'il en soi, montre de toutes les contradictions qu'elle lui faisait ressentir : celles d'un fils qui rêvait encore en osant le reconnaître à peine de gagner l'estime et l'affection d'une mère qui l'avait toujours rejeter, celles d'un fils qui sentait monter en lui une rage de plus en plus sourde et incontrôlable envers celle qui l'avait mis au monde à mesure qu'elle s'appliquait à l'ignorer et, pis encore, à l'humilier.

Ce que lui semblait sous-entendre son interlocuteur l'horrifiait, le dégoutait même. Il avait passé l'âge d'être naïf et de croire et en l'amour mutuel que se porteraient ses parents ou encore dans la fidélité de l'un et de l'autre... Ce n'est pas pour autant qu'il pouvait supporter sans haut-le-coeur ce que paraissait signifier la situation présente.


"Je m'épargnerai sans mal vos recommandations"
, répliqua-t-il.

Par pur esprit de contradiction, Yvain était bien tenté de rejoindre Morgane dans l'instant... mais à dire vrai, il n'était pas certain de vouloir soutenir l'éventuel... tenue dans laquelle il la trouverait... Tout comme il n'était jamais complètement impatient de parler avec sa mère par ailleurs... pour des raisons assez évidentes. Il n'y avait rien de mieux pour réduire à néant sa déjà faible estime de lui-même que ce genre d'entretien déplaisant.


"Tout comme je préférerais, à l'avenir, que vous vous teniez le plus loin possible d'elle."


Il n'en aurait que faire, certainement, et sa mère encore plus, et il n'était pas habilité à contrôler les fréquentations de la femme qui l'avait mis au monde, mais peu lui importait. Rien ne l'agaçait plus (ou presque que de voir ce jeune homme dans le sillage de sa mère.


HJ : Désolée du retard, je n'avais pas vu ta réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: L'on hait avec excès lorsque L'on hait un frère (Morded)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'on hait avec excès lorsque L'on hait un frère (Morded)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’on hait avec excès lorsque l’on hait un frère.
» On hait avec excès lorsqu'on hait un frère
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-