Partagez | .
 

 Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Jeu 5 Sep - 0:03

Il était difficile pour Guenièvre d’avoir un peu de moment seule depuis que sa relation avec Arthur était officiel, mais surtout depuis qu’elle était devenue Reine. A chaque fois qu’elle allait quelque part, elle était bien souvent entouré de garde et encore plus quand elle quitté les murs de la citée. Mais pourtant, la femme appréciait parfois se retrouver un peu seule avec elle même. Pourvoir se poser un petit peu, réfléchir à sa vie, repenser à ses proches loins d’elle, sans être dérangé par un garde lui disant que l’endroit n’était pas sûr. Alors parfois, malgré qu’elle ne devrait pas elle le savait, il lui arrivait de quitter le château en douce pendant la nuit. Cela n’était pas bien compliqué une fois que son époux était endormi, il avait un sommeil assez lourd. Elle n’avait donc aucun mal à quitter le lit conjugal et à s’habiller pour sortir. Quitter le château n’était pas ce qu’il y avait de plus difficile non plus, puisqu’elle regardait souvent les tours de gardes nocturnes. Cela n’était pas bien et faisait très suspect, mais elle n’avait pas tellement le choix. Arthur était adorable, mais il n’accepterait jamais de la laisser partir seul. Il la ferait accompagner au moins par Merlin, qui se révélait être un très bon garde du corps maintenant que ses pouvoirs étaient connus. Cependant, Guenièvre n’avait pas envie que son ami vienne avec elle. Elle avait le besoin vraiment de pouvoir se retrouver un peu seule, tout simplement. Son mari ne comprendrait pas c’était certain.

Guenièvre quitta donc le château ainsi que la citée de Camelot sans encombre. Elle n’aimait pas vraiment s’enfoncer dans la forêt pendant la nuit, mais c’était le seule moment où elle pouvait échapper à la surveillance. Ainsi donc, vêtu de sa cape sombre, elle s’enfonça entre les arbres en prenant la direction du Lac D’Avalon. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle se rendait par là bas, elle avait juste besoin de marcher. Ses pas la faisait avancer, sans qu’elle n’en soit réellement conscience. Elle pensait à plein de chose en même temps, sa vie avant d’être l’épouse d’Arthur, quand elle était encore dasn cette petite maison avec son père. Les retrouvailles avec son frère, avant de le perdre ensuite comme elle avait perdu son père. Et malgré ces pertes et malheurs, elle était tout simplement heureux. Elle ne pourrait pas l’être plus puisqu’elle avait la possibilité de vivre avec l’homme qu’elle aimait. Et pourtant, cela ne fut pas simple loin de là mais rien n’avait pu entacher leur amour. Il y avait peut-être une chose qui pourrait la rendre plus heureuse, avoir un enfant.

Guenièvre arriva au Lac et s’installa au bord de l’eau, profitant de la vue que lui offrait la lune sur l’eau. Cela était magnifique, elle ne regrettait plus de devoir se balader la nuit. La femme ne savait pas si elle avait déjà vu quelque chose d’aussi beau, il y avait de la magie dans cet endroit. La magie, elle était heureuse que son époux ait enfin compris qu’elle n’était pas que maléfique. Cela ne changeait pas vraiment d’une épée en somme, cet arme pouvait faire des choses horribles entre de mauvaises mains. Guenièvre se détendit complètement, plongeant son regard dans l’eau sentant la fatigue monter. C’était l’autre inconvenient de la virée nocturne, heureusement qu’elle avait beaucoup de réserve. Mais alors qu’elle profiter du silence et du calme de l’endroit, la femme entendit le bruit d’une branche se cassant. Elle ne mit pas longtemps à comprendre qu’il y avait au moins une personne non loin d’elle, dans son dos. Guenièvre sentit son coeur s’accélérer, ainsi que sa peur monter. Elle porta la main à sa ceinture mais n’y trouva pas ce qu’elle cherchait, une épée pour se défendre. Maudites soit-elle de ne pas avoir pensé à en prendre une au cas où ! Comment pouvait-elle prétendre ensuite pouvoir se défendre seule ?

La femme se leva rapidement afin de se retourner pour analyser un peu mieux la situation. Il y avait deux hommes en train de s’approcher, des bandits certainement. Elle ne voyait pas vraiment comment elle pourrait s’en sortir, à moins de fuir. C’était d’ailleurs sa seule solution, celle qu’elle n’eut pas d’autre choix que de suivre. Relevant le bas de sa robe, Guenièvre se mit alors à courir le long du lac entendant les hommes commencer à la poursuivre. Elle regretta une nouvelle fois la tenu un peu trop lourde qu’elle portait et qui l’empêchait de courire aussi vite qu’elle le pouvait. Mais cela n’était rien comparé à ses chaussures qui se prirent dans une racine, la faisant tomber au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Jeu 5 Sep - 19:27

Il est étrange de voir comme la mort peut-être pleine de surprises, comme ce que nous croyions être la fin n'est au final qu'un repos passager, qu'une trêve avant un nouveau commencement. Freya faisait partie de ceux que les voiles de la mort n'avaient pas complètement embrassés. Le monde des esprits n'avait qu’entrouvert la porte à son arrivée et celui des vivants ne lui avait pas imposer le loquet. Elle naviguait, depuis quelques années maintenant entre deux eaux, sans aucun doute protégée par la magie que renfermait  celle du lac d'Avalon. C'était dans cet endroit que Merlin avait envoyé se reposer son corps et c'était d'ici même qu'elle lui avait apporté son aide chaque fois qu'elle l'avait pu. Reine des lieux à présent, se laisser transporter par le courant léger du lac était devenu son quotidien, mais ses pensées, elles, ne cessaient de se rendre à Camelot, là où son cœur, lui, reposait.

Freya avait fait une promesse à Merlin, celle de veiller sur lui et sur les êtres qui lui étaient chers, à jamais, et c'est ce à quoi elle s'était adonnée des jours, des semaines, des mois durant. Il y avait quelque chose de très frustrant dans le fait d'être ainsi condamnée entre les deux mondes, mais la jeune druide n'avait jamais cesser d'espérer depuis le jour où elle avait rencontré le serviteur d'Arthur. Elle qui avait si profondément voulu mourir n'avait pas embrassé la mort avec autant de vigueur qu'elle ne l'aurait pensé. La présence de Merlin dans sa vie avait chamboulé beaucoup de chose et la perception qu'elle avait d'elle même en faisait partie. Elle lui était redevable pour tant de chose et pourtant, son nouveau logis ne lui permettait pas de l'assister à chaque moment dur de sa vie. Cependant elle avait bien aperçu à plusieurs reprises Merlin s'installer pour quelques minutes sur le bord du lac, peut-être dans l'espoir de la voir. Malheureusement, elle ne pouvait se manifester que si on avait besoin d'elle et les sentiments amoureux n'étaient clairement pas considérés comme tel. Elle s'était donc contenté à chaque fois de l'observer, espérant que tout allait bien pour lui.

En tant que Dame du Lac, Freya connaissait à présent tous les secrets des lieux et avait développée une ouïe des plus fine, lui permettant d'entendre tout ce qui pouvait se passer sur les rivages. Ce soir là, elle avait donc put observer la reine Guenièvre avant même qu'elle n'atteigne la limite entre terre et eau. Si les souvenirs de Freya était bons, la jeune femme était une très grande amie de Merlin, en plus d'être sa souveraine, aussi décida t-elle de veiller sur elle jusqu'à ce qu'elle reprenne le chemin du château. Les habitants de Camelot était nombreux à venir se ressourcer au bord du lac mais, si la reine était déjà venu ici auparavant, Freya l'avait manquée. Il ne fallut pas longtemps pour que cet instant paisible en cette nuit calme ne vire dans une bien mauvaise direction. Des bandits avaient fait surface et s'approchaient dangereusement de Guenièvre. Cette dernière avait eu la présence d'esprit de fuir mais Freya n'avait pas eu le temps de renfoncer la racine qui l'a fit chuter dans le sol. Comment ces malfrats pouvaient-ils se permettre non seulement de troubler la quiétude d'Avalon, mais aussi de s'en prendre à la reine ?!

Sans plus attendre, Freya fit naître la brise qui, très vide, fondit sur les bandits, rendant leur ascension vers Guenièvre bien plus ardue. L'un d'eux jura violemment, ne comprenant pas d'où venait cette force soudaine et inattendue et ne se préoccupa plus de la jeune femme pendant un instant. Mais sans arme et dans cette tenue, la reine n'avait que très peu de chances de s'en sortir, les éléments ne feraient que freiner ses adversaires. Il fallait que la jeune druide aille une nouvelle fois chercher l'épée au fond du lac mais elle n'avait que très peu de temps, il fallait que la reine se relève vite et continue de fuir ses attaquants. Freya fondit dans les eaux du lac, le plus vite qu'elle le put, espérant remonter à la surface avec Escalibur à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Sam 7 Sep - 18:00

Cela n’aurait pas pu plus mal tomber, forcément quand elle faisait le mur elle se faisait attaquer.  Quand elle sortait avec sa garde, cette dernière était bien souvent inutile puisqu’ils ne rencontraient pas de problème. Mais bien sûr, c’était toujours quand on avait besoin d’aide qu’il n’y en avait pas. Du moins, c’était ce qu’elle pensait. Mais le pire, c’était qu’elle n’avait pas pensé une seule seconde à prendre une arme avec elle. Elle était pourtant bien au courant que c’était quand même dangereux de se promener seule dans la forêt, surtout en pleine nuit. Mais bon, elle était bien trop préoccupée pour penser à se munir d’une épée. C’était pourtant la base, elle le savait. Il était évident que si elle s’en sortait, Arthur risquait de les lui rappeler. Mais encore fallait-il qu’elle s’en sorte, ce n’était clairement pas gagné. Guenièvre était une femme sportive, elle ne restait jamais inactive dans sa vie et donc avait une forme physique plutôt bonne. Elle pourrait donc facilement échapper à ces hommes en courant, si elle ne portait pas sur elle plusieurs kilogrammes de vêtement.

Guenièvre ne pouvait pas critiquer les vêtements qu’elle portait depuis qu’elle était reine, ils étaient tout simplement magnifique. La femme avait souvent eu l’occasion de s’occuper d’habit aussi noble quand elle était encore une simple servante, elle en avait fait également quelqu’un. Mais elle ne pensait pas à l’époque pouvoir en porter, même si évidemment ils n’étaient pas très pratiques. Et encore, elle avait mit une tenue qu’elle mettait habituellement pour les voyages, donc l’une des plus pratique. La nuit et la forêt dense n’arrangeait pas non plus sa fuite. Elle ne remarqua pas la racine qui dépassait du sol et son pied se prit dedans, la faisant tomber lourdement. Guenièvre n’avait pas du tout le temps de se lever et reprendre sa course avant l’arrivée des hommes, c’était perdu.

Du moins, c’était ce qu’elle pensait, puisque quelque chose d’étrange arriva. Les bandits semblèrent commencer à avoir des difficultés pour rejoindre la reine allongé sur le sol. Guenièvre eut donc le temps de se relever, relevant de nouveau sa tenue et de reprendre enfin sa course. La reine n’avait aucune idée de ce qui avait ralentit les hommes, mais elle n’allait pas chercher à comprendre. Pour le moment, elle devait se concentrer sur le fait de courire afin de s’éloigner d’eux. Afin d’avoir un peu de visibilité, elle ne s’enfonçait pas trop dans la forêt et restait près du lac même si du coup elle restait encore visible aux bandits. Mais alors qu’elle pensait pouvoir s’éloigner d’eux, le plus petits des hommes arriva tout de même à sa hauteur. Ce dernier attrapa son bras, la retournant vivement.

« Mais je rêve, c’est pas n’importe qui en plus ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Mer 11 Sep - 11:50

Freya s'évertuait à atteindre le fond du lac, là où reposait l'épée d'Escalibur, le plus vite possible. C'était sans aucun doute la seule chose qui lui permettrait de venir concrètement en aide à celle qu'elle considérait comme sa reine. La jeune druide n'avait jamais connu Guenièvre et ne l'avait encore moins aperçu en tenue de souveraine. Elle s'en était allée dans le monde des demi morts bien avant qu'Uther Pendragon ne meurent, bien avant qu'Arthur lui succède et bien avant que Morgane devienne le monstre qu'elle était à présent. Freya savait tout, voyait tout, entendait tout ce qu'il pouvait se passer à proximité du lac, ce qui lui avait permit de ne rater que de très rares miettes des événements importants qui avaient animé Camelot depuis qu'elle avait poussé pour la première fois son dernier souffle. Elle savait donc qu'elle n'était plus la servante qu'elle fut pendant de nombreuses années et la tenue qu'elle portait sur elle cette nuit là le confirmait d'ailleurs très clairement. Des vêtements lourds qui ne lui facilitaient sans aucun doute pas la tache en cet instant même alors qu'elle était en train de fuir ses agresseurs.

Freya n'avait jamais eu à venir ainsi en aide à quelqu'un depuis qu'elle avait livré Escalibur à Merlin pour qu'il mette fin aux jours et à la terreur que Morgane avait mit en place sur le pays. Du moins, jamais dans une situation dans laquelle quelqu'un risquait la mort ou la capture. Elle avait bien aidé des passants perdus à retrouver leur chemin ou encore des personnes qui se sentaient dévastés intérieurement et qui venaient se recueillir au bord du lac. Pour ces derniers, un petit souffle de tendresse et de confiance suffisait à leur arracher ne serait-ce qu'un minuscule sourire, mais c'était déjà bien suffisant pour leur redonner foi en la vie. Elle savait ce que c'était de ne plus vouloir souffrir au point d'espérer la mort et elle ne souhaitait ça à personne. Si son rôle de dame du lac d'Avalon pouvait lui permettre de faire oublier cette terrible sensation à ceux qui venaient par hasard jusqu'à elle, alors elle en était des plus heureuses. Mais là, en cet instant précis, il s'agissait de bien autre chose. Le survie et la protection de la reine était en jeu et jouer avec les éléments ne serait bien évidemment pas suffisant du tout.

Elle finit par toucher le fond du lac et par apercevoir le scintillement de la lame d'Escalibur. Elle ne pouvait pas vraiment dire combien de temps elle avait mit, mais elle était sûre d'avoir fait le plus vite possible pour revenir à temps à la surface. Lorsque son ascension fut terminée, Guenièvre s'était faite rattrapée et, pire encore, les deux brigands l'avaient également reconnu et il ne valait mieux pas savoir ce qu'il comptait faire d'elle maintenant qu'il savait avoir la reine entre leurs mains. Freya ne pouvait pas lui faire parvenir l'épée alors qu'un contact physique s'était mit en place... Elle risquerait d'être interceptée par le brigand le plus proche de Guenièvre et il ne fallait surtout pas qu'Escalibur se retrouve entre de mauvaises mains. Elle décida donc de jouer encore une fois avec les éléments, faisant se casser une lourde branche de façon à ce qu'elle tombe l'agresseur qui tenait le bras de la reine. L'autre était à une distance suffisamment grande pour tenter le tout pour le tout. Une fois le brigand assommé, Freya fit voler l'épée et vint la planter dans le sol à la droite de Guenièvre de façon à ce qu'elle s'en empare rapidement. Il ne restait maintenant plus qu'à attendre, mais elle savait que la jeune femme saurait se battre aussi Freya fut soulagée lorsque l'épée arriva à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Sam 14 Sep - 1:27

Il n’y avait sans doute pas pire situation que celle dans laquelle se trouvait en ce moment même la souveraine de Camelot. Guenièvre qui n’avait désiré que pouvoir se balader un peu près du lac d’Avalon, se retrouvait à courir pour échapper à des bandits. Si Arthur la voyait en ce moment même, il était fort possible qu’il ne soit pas content. En même temps, elle était bien idiote de se balader ainsi seule dans la forêt en pleine nuit. Cela n’était vraiment pas digne d’une reine certainement, mais en même temps Guenièvre n’en était pas vraiment une. Elle l’était aujourd’hui bien sûr, mais elle devait ce titre à son mariage avec Arthur simplement. Elle n’avait aucune formation à la noblesse, elle n’était qu’une servante à la base. Elle était née dans une classe pauvre du peuple de Camelot et avait grimpé très haut grâce à l’amour. Ainsi donc, elle continuait d’avoir une certaine liberté dans ses mouvements et actions. Elle avait parfois un peu de mal à se plier aux règles de son rang.

Mais cela ne servait à rien de se plaindre, Guenièvre devait se contenter de courir afin d’échapper à ces hommes. Malheureusement, ses vêtements n’aidaient en rien à la démarche. Mais elle n’allait pas baisser les bras et continuait d’avancer sans rien ne puisse l’arrêter. Du moins c’était ce qu’elle pensait avant que l’un des hommes arrive à la rattraper et à l’attraper. La situation devenait de plus en plus grave à chaque minute qui passait, maintenant l’homme venait de la reconnaitre. Dans un sens, cela allait peut-être lui permettre de la laisser un petit peu en vie. Ils n’allaient pas tuer la reine s’il pouvait obtenir une belle récompense, du moins c’était ce qu’espérait Guenièvre plus que tout. Elle n’avait aucun moyen de défense, l’homme avait un avantage physique si elle. Au final, elle se sentait complètement perdu.

Mais contre toute attente, les astres devaient être avec la souveraine. Une branche tomba de l’arbre sous lequel ils se trouvaient, assommant l’homme qui la tenait fortement. Sous le coup du choc, le bandit lâcha la main de la reine, qui put donc se libérer. L’autre bandit, plus gros, était encore un peu plus loin et n’était donc pas à sa hauteur. Elle avait peut-être une chance de pouvoir réellement fuir, même si elle doutait quand même. Elle ne courrait pas aussi vite qu’elle le pouvait et la chance ne serait peut-être pas toujours de son côté. Alors que Guenièvre était en train d’envisager à prendre de nouveau ses jambes à son cou, quelque chose bien étrange se produisit. Une épée étrange sortit du lac et se planta dans la terre, juste à la droite de Gwen. Cela était bien étrange, mais la reine n’avait pas le temps de réfléchir à ce qui venait de se passer. Elle attrapa l’épée, juste à temps pour parer le coup que le deuxième bandit s’apprêtait à lui donner. Heureusement qu’elle savait manier cet arme, en même temps cela était normal en tant que fille de forgeron, elle esquiva plusieurs coups et en donna quelques un. Il ne fut pas difficile pour elle de se débarrasser du gros bandit, il ne valait pas grand chose quand les chances étaient égales. Guenièvre n’était pas pour autant complètement en bonne position puisque sa tenu continuait de l’empêcher de bouger comme elle le désirait. Elle ne parvint pas à esquiver assez vite le coup de l’autre bandit, qui venait de se relever après son choc à la tête, et lui donna un coup d’épée au bras.

Guenièvre se retrouva donc, sans arme puisque son épée tomba au sol, à la merci de l'homme. Mais ce dernier semblait sous estimer grandement la reine et laissa une ouverture dans sa garde. Malgré le poids de ses vêtements, la femme parvint à reprendre le dessus. Elle se décala suffisamment pour pouvoir reprendre son arme en main comme il le fallait, afin de donner un coup fatal au bandit. La femme n'aimait vraiment pas donner la mort, mais elle savait que c'était lui ou elle. Elle n'avait pas eu le choix, ils ne l'auraient pas épargné de toute façon. La logique voudrait que Guenièvre reprenne le chemin de Camelot le plus vite possible pour partir en lieu sur et éviter de croiser d'autres bandit, mais la souveraine était curieuse d'une chose. L'épée qu'elle portait dans sa main était belle, parfaitement forgé, parfait aux yeux d'une fille de forgeron. Mais surtout, elle venait du lac ce qui était bien étrange. Guenièvre se demandait bien par quel miracle, ou magie, cet arme avait volé de l'eau pour arriver près d'elle. Cela n'était pas du tout normal. Gwen, prudente, s'avança vers l'eau tout en tenant encore l'épée dans sa main. Elle y entra doucement, comme pour trouver des réponses à ses questions. La lame parfaite de l'épée frôla avec délicatesse l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Mar 24 Sep - 19:22

Freya ne sentait plus aucun des sentiments de faiblesse qu'elle avait pu avoir lorsqu'elle était encore pleinement en vie. D'ordinaire, elle aurait été grandement essoufflée suite à cette longue et rapide descente vers le fond du lac ainsi que l’ascension directe vers la surface qui s'en suivit. Sa respiration se trouvait des plus calmes en cet instant, le poids de l'épée d'Escalibur s'étant également à peine fait sentir, et venir en aide à la reine ne lui avait donc demandé que très peu d'efforts. Elle avait beau s'être donnée à fond dans cette mission dont absolument rien ne l'avait préparée, même ses muscles restaient aussi froids qu'à l'accoutumé. Malgré tout, Freya se sentait vivante. Elle ne comptait plus  les jours, les semaines, et peut-être même les mois qui s'étaient écoulés depuis la dernière fois qu'elle avait du venir en aide à la royauté de Camelot, ou à ceux, comme Merlin, qui l'entouraient. Cette fois où elle avait aidé à mettre fin au règne de terreur de Morgane – du moins, c'est ce qu'elle croyait – et avait ainsi pu voir Arthur se relever de ce qui aurait pu être la fin de son règne. Quelle grande perte cela aurait été. Le roi était sans aucun doute le meilleur que le royaume de Camelot n'ait jamais eu et la jeune druide, à présent Dame du Lac, ferait tout ce qui serait en son pouvoir pour préserver cela.

La mission d'aujourd'hui, cependant, concernait sa chère et tendre Guenièvre, mais Freya considérait la vie de cette dernière comme étant tout aussi importante que celle de son époux. Elle pouvait lire en elle sa bonté d'âme et sa force, ces deux traits de caractère qui, elle en était sure, avaient été aux côtés d'Arthur dans chaque moment de doute ainsi que dans toutes les décisions importantes qu'il avait fallu prendre, étant ainsi d'une aide inestimable. Que faisait-elle dans la forêt de Brocéliande en pleine nuit, aux abords de ce lac dont elle était la souveraine ? Freya ne se posait pas vraiment la question et, après tout, cela ne la regardait pas le moins du monde. Ce qui était important ici était qu'elle échappe à ses saletés de brigands qui infestaient les bois sombres, ce qui était plutôt mal partie avant qu'elle ne lui vienne en aide. Il fallait dire qu'avec une robe aussi imposante et sans aucune arme sur elle semblait-il, ses chances de sortir indemne de cette situation avaient été réduites en un clin d’œil. Une fois les éléments déchaînés selon ses bons vouloir et l'épée d'Escalibur envoyée à la rescousse de Guenièvre, Freya douta encore un instant des chances de survies de cette dernière, mais c'était sans compter son agilité et sa hargne de vivre. Les bandits ne firent finalement pas long feu, mais il était très clair que la reine n'avait prit aucun plaisir à les tuer. Le contraire aurait, de toute façon, grandement étonné la jeune druide.

Freya était ravie d'avoir ainsi pu venir en aide à Guenièvre et s’apprêtait à présent à rejoindre le centre du lac, retour à son quotidien morne mais paisible. Mais elle avait oublié une chose : l'épée. Il fallait qu'elle la récupère, bien qu'elle n'ait aucun doute sur le fait qu'elle soit entre de très bonnes mains en cet instant. Escalibur devait rester cachée et ne sortir des eaux qu'en de très rares occasions, de façon à ce qu'aucune âme mal intentionné de mette la main dessus. Fort heureusement, l'arrivée impromptue de l'épée à ses côtés avait éveillé la curiosité de la reine et cette dernière s'approchait à présent un peu plus du lac, laissant traîner le bout de la lame dans les eaux sombres d'Avalon. En silence et sans émettre le moindre clapotis, Freya s'approcha de sa reine. Elle n'avait encore jamais pu sortir plus que ses bras de l'eau et il était très fort possible que cela ne change pas du jour au lendemain. Elle se contenta donc de poser délicatement sa main sur la lame, y émettant une très légère pression pour faire comprendre à Guenièvre qu'il fallait qu'elle la lui laisse. Sa présence pouvait être vu comme une menace, la jeune druide prit la précaution de faire naître sa voix dans la tête de la reine pour lui faire comprendre qui elle était.

- Bonsoir ma reine, je suis la maîtresse de ses lieux et de cette épée. Je suis heureuse qu'elle ait pu vous sortir de cette situation, mais je me dois de vous la reprendre à présent.

Elle attendit la réaction de son interlocutrice, la main toujours posée sur l'épée, sa voix s'étant à présent éteinte dans l'esprit de la reine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Ven 27 Sep - 15:11

Guenièvre ne comprenait pas grand-chose à ce qui venait de se passer. L’arrivée des bandits était claire, mais celui de cette épée ne l’était pas du tout. La reine ne comprenait pas comment cette arme avait pu sortir de l’eau pour se planter juste à ses côtés, comme si elle était venu exprès pour l’aider. C’était une explication possible, mais la souveraine trouvait cela bien trop étrange. Elle avait toujours sur que le Lac d’Avalon n’était pas qu’un simple lac, mais à ce point c’était étrange. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle s’était rapproché du lac, y rentrant sans aucune crainte. L’épée frôlait l’eau, alors que la souveraine s’avançait petite à petit. Elle sentait l’eau s’infiltrer dans ses chaussures, mais cela ne préoccupait pas Guenièvre. Bon, elle risquait sans doute d’en pâtir plus tard, mais pour le moment ce n’était pas ce qui l’intéressait. La femme gardait son regard fixé vers l’horizon du lac, sans s’occuper de l’arme qu’elle avait dans les mains. Ce ne fut que quand elle sentit une pression sur l’épée, qu’elle tourna son regard vers elle.

Ce qu’elle vit l’étonna grandement, une main dans l’eau était en train de tirer doucement sur l’arme comme pour la prendre. Sur le coup, la reine ne lâcha pas l’épée, elle ne savait pas si elle pouvait faire confiance à cette main. Cependant, une voix intervint dans sa tête. Guenièvre crut devenir folle quand elle comprit que les paroles qu’elle entendait venait de sa tête, comprenant que quelqu’un lui parlait dedans. Après quelques secondes de panique intérieur, elle comprit quelle se trouvait en présence de la maitresse du Lac. Doucement, la souveraine lâcha l’épée afin que cette dame en question puisse la récupérer.

« Qui êtes-vous ? » Prononça la femme dans un souffle, sans savoir si elle devait s’adresser à la Dame du Lac en parlant à voix haute ou pas. « Comment avez vous fait cela ? Pourquoi... pourquoi m’avoir aidé ? »

Tellement de questions parcouraient l’esprit de la reine, qui trouvait cette situation tellement étrange. Elle ne savait pas si elle pouvait faire confiance à cette voix, mais elle ne pouvait s’empêchait d’en savoir plus. Cette personne, quelle qu’elle soit, ne l’avait pas aidé par hasard elle le savait. Il y avait forcément une raison là dessous, à moins que ce ne soit juste une coïncidence. Cependant, la souveraine de Camelot ne pouvait pas rentrer chez elle sans avoir eu la réponse aux questions qu’elle se posait, elle voulait savoir qui était cette personne dans le lac. Avec un peu de chance, elle en apprendrait plus ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Dim 29 Sep - 19:17

Cela semblait faire une éternité que Freya n'avait pas eu de contact réel avec un humain. Les créatures du lac étaient très vite devenues sa nouvelle famille, et il s'était imposé à elle comme une barrière invisible entre elle et tout ce qui se trouvait sur la berge. Le monde lui manquait, parler lui manquait... Elle s'en rendait d'autant plus compte maintenant qu'elle ne se trouvait qu'à quelques centimètres de la reine, sans pouvoir sortir de l'eau ni même lui parler de façon naturelle. Elle était condamnée à rester sous la surface, probablement à jamais. Jusqu'alors, elle s'en était accommodée, se contentant de venir en aide à ceux qui en avaient besoin et qui venaient à elle. Mais en cet instant précis, elle aurait donné beaucoup pour pouvoir sortir des eaux et s'asseoir aux côtés de Guenièvre pour lui expliquer qui elle était et ce qui lui était arrivé, comprenant l'amour qu'elle ressentait encore si fort pour Merlin. Elle devait pourtant se contenter de lui murmurer quelques paroles directement dans sa tête et de glisser sa main le long de l'épée. Elle n'avait probablement jamais ressentit un tel sentiment de frustration. Sans doute tout remontait-il à la surface. Trop de temps enfermée dans le lac sans doute... Elle s'était pourtant senti paisible jusque cette nuit, mais elle se rendait compte à présent à quel point elle avait envie de fouler l'herbe fraîche et ne plus seulement voguer dans les eaux du lac, de revoir enfin Merlin et de le serrer dans ses bras, de se sentir de nouveau pleinement vivante... Tout cela lui était refusé à jamais, du moins c'est ce qu'elle croyait, et ça la rendait soudainement triste et mélancolique.

Elle ne laissa pas pour autant ses sentiments l'envahir et écouta attentivement les questionnements de la reine, après que cette dernière lui ait laissé toutes prises sur l'épée. Freya laissa cette dernière glisser une nouvelle fois lentement vers les tréfonds des eaux sombres. C'était tout à fait normal qu'elle soit surprise qu'une main ait ainsi surgit des eaux et qu'une voix se soit insérée dans son esprit et elle lui devait bien quelques explications. Mais que dire quant à ce qu'elle était ? Qui était-elle vraiment à présent ? Une demi morte, gardienne d'un lac aux vertus magiques ? Elle n'était pas vraiment sure elle même de sa condition actuelle. En revanche, elle savait maintenant que cette dernière ne lui plaisait plus vraiment, mais ne se doutait pas que bientôt, elle en serait libérée. Pour mieux être enfermée sans doute, mais elle pourrait enfin respirer l'air frais. Pour l'heure, c'était impossible à ses yeux et elle se contenta de se présenter à Guenièvre comme elle le pouvait. Elle inséra une nouvelle fois sa voix dans l'esprit de son interlocutrice.

- Je m'appelle Freya, mais je suis depuis quelques années devenue la Dame du Lac, de ce lac, et c'est par ce deuxième pseudonyme que les habitants de ce dernier m'appellent. Elle marqua une courte pause. Vous n'êtes pas sans savoir que le lac d'Avalon est connu pour ses grandes vertus magiques, et j'en suis moi aussi dotée. La branche et la brise ont été forcées par mon esprit pour vous permettre d'échapper aux deux bandits. Quand à l'épée, une fois récupérée au fond du lac, j'ai pu la faire léviter jusqu'à vous. Elle marqua une nouvelle pose, le temps que sa voix cesse de résonner dans le crâne de la reine. J'ai beau ne jamais vous avoir rencontrée avant, vous êtes ma reine et il était de mon devoir de vous venir en aide. C'est aussi simple que ça. J'espère que ces brigands ne vous ont pas fait trop de mal. Vous feriez sans doute mieux de rentrer au château vous réchauffer. C'est malheureusement quelque chose que je ne pourrais pas faire pour vous, acheva t-elle avec une petite pointe de malice dans la voix.

Elle attendit patiemment, laissant sa main en dehors de l'eau pour bien spécifier à son interlocutrice qu'elle était encore présente à ses côtés. Si la reine voulait encore lui poser des questions, elle y répondrait, et resterait ici jusqu'à ce que sa curiosité soit rassasiée. Ce contact des moins communs faisait le plus grand bien à la jeune druide et elle voulait en savourer chaque instant. Le peuple avait eu raison de s'éprendre de Guenièvre. C'était une femme des plus remarquables et admirables.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Sam 5 Oct - 13:08

Si Guenièvre n’était pas au courant que la magie régné dans ce monde, elle aurait pu prendre peur en entendant cette voix et en sentant cette main récupérer l’épée. Mais la femme avait eu l’occasion de voir beaucoup de chose, horrible pour certaine, ces dernières années. La magie n’avait pas disparu malgré le désir du Feu Roi Uther, mais Gwen avait l’impression qu’elle était encore plus présente aujourd’hui. Peut-être que cela avait un rapport avec l’arrivée de Merlin à Camelot, ainsi que la décision d’Arthur de l’autoriser de nouveau. En tout cas, cette magie pouvait faire très peur, pour la simple et bonne raison qu’elle était inconnu à de nombreuses personnes. La reine n’avait aucune idée de comment elle marchait, de ce qu’elle pouvait réellement faire d’ailleurs. C’était cela qui rendait cette pratique terrifiante, alors qu’elle n’était pas forcément mauvaise. De toute façon, ce n’était pas la magie qui était mauvaise puisqu’elle était comme une arme. Elle était comme une épée dans les mains d’un homme mauvais, prêt à tuer n’importe qui avec. Cela dépendait donc forcément de ceux qui la pratiqué, malheureusement ils n’étaient pas toujours bons. La preuve avec Morgane Pendragon, qui avait fait énormément de mal autour d’elle ces dernières années. Par chance, elle n’était plus aujourd’hui et ne ferait plus aucun mal.

Guenièvre sentait dans cette voix qui venait de lui parler, une bonté importante. Elle n’avait pas peur de cette personne, ou créature elle ne serait que dire. Cette dernière l’avait aidé contre les brigands, elle valait donc bien sa confiance. La souveraine aurait pu se contenter de lui rendre l’épée et s’en aller aussi vite, mettant ainsi de la distance entre elle et cette magie. Mais elle avait tellement de question à l’esprit, qu’elle avait eu besoin de les exprimer. Enfin, au moins une partie de celles-ci. Guenièvre écouta donc les explications de Freya, le nom qu’elle donna en premier lieu. Elle avait entendu parler de cette Dame du Lac, sans savoir vraiment quoi en penser. Cela semblait vrai finalement, puisqu’elle était en ce moment même en train de lui parler. L’inconnue lui expliqua alors que c’était elle qui avait fait bouché la branche et qui avait crée cette brise, avant de lui envoyer l’épée. Guenièvre ne savait pas encore pourquoi elle l’avait aidé, mais elle ne  dit rien. Se contentant d’attendre la suite des paroles de la Dame du Lac. Ainsi donc, elle l’avait aidé parce qu’elle était la reine de Camelot.

« Non ça va, je n’ai rien. » Répondit Guenièvre d’une voix rendu roque à cause du froid. « Je n’ai qu’une égratignure, cela va guérir en un rien de temps. »

La femme savait qu’elle ferait mieux de rentrer pour se mettre au chaud et surtout en sécurité. Elle avait eu de la chance avec ces deux hommes, mais elle pouvait sans doute encore tomber sur d’autre personne peu commode. Mais la curiosité de la reine était grande, elle avait encore tellement de question en tête pour Freya. La femme ne savait pas si cela était raisonnable de rester ici, dans l’eau et dans le froid de la nuit. Mais elle avait comme l’impression qu’elle devait rester un peu, afin de connaitre un peu plus cette femme ou ce qu’elle était.

« Vous avez raison, je devrais sans doute rentrer au château mais... » La femme marqua une courte pause. « Je vous remercie de m’avoir aidé, sans vous je ne sais pas si j’aurais pu échapper à ces brigands. Enfin peut-être mais je ne sais pas dans quel état. » La souveraine de Camelot ne lâchait pas cette main des yeux, celle qui lui disait que la Dame du Lac était bien encore présente. « Mais... vous êtes quoi ? Une créature magique ou... avez vous vécu parmis nous autrefois ? »

Guenièvre se doutait bien qu’elle était trop indiscrète dans ses questions, mais quelque chose la poussait à les poser. Elle avait comme le sentiment qu’elle devait en apprendre plus sur cette Freya, cette Dame du Lac enfermée dans son royaume. Elle l’avait comprit qu’elle ne pouvait pas sortir, ce qui attristait la reine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Mer 9 Oct - 21:02

Si la magie était à nouveau autorisée dans le royaume de Camelot, certaines personnes en avaient encore peur et la fuyaient comme la peste – l'exemple donné par Morgane restant encore profondément encré dans les esprits. Guenièvre, elle, ne semblait montrer qu'un certain étonnement chaque fois qu'elle se présentait à elle, comme s'il fallait simplement qu'elle se fasse à l'idée qu'elle existait réellement. Aucune haine, aucune crainte ne pouvait se lire dans ses yeux. C'était aussi pour ça qu'elle faisait une magnifique et puissante reine et qu'Arthur pouvait s'estimer terriblement chanceux de l'avoir à ses côtés. Freya ne pouvait pas en être sûre puisqu'elle n'avait jamais connue la jeune femme personnellement mais il lui semblait qu'elle ne jugeait pas les gens autour d'elle par leurs quelconques appartenances, qu'elles soient magiques ou sociales. Elle apparaissait aux yeux de la dame du lac comme quelqu'un qui ne jugeait qu'au cas par cas, n’omettant aucune généralité, gardant ainsi une justesse exemplaire quant à sa façon de régner. Il n'en allait terriblement pas de même lorsque feu Uther Pendragon était encore le souverain du royaume et c'était d'autant plus rafraîchissant d'avoir Guenièvre sur le trône à présent. Oui la magie en elle même n'était pas bonne, tout comme elle n'était pas mauvaise en soit. C'était la personne qui en usait qui décidait de la façon dont elle voulait s'en servir et c'était cette décision qui influait sur la bonté ou non de sa pratique. Freya faisait partie des personnes qui croyaient en les bienfaits de la magie, en ce qu'elle pouvait faire pour aider tout ceux qui l'entouraient et non pas les rabaisser ou leur faire du mal. La magie pouvait être une réelle bénédiction, malheureusement trop de gens encore en usaient à mauvais escient et il était difficile de croire que cela changerait un jour.

Alors que sa main s’élevait encore au dessus de la surface des eaux du lac pour spécifier sa présence à la reine, Freya se présenta, se rendant bien compte qu'elle même ne savait plus vraiment qui elle était. Le but qu'elle avait donné à cette nouvelle « vie » qui s'était offerte à elle n'était pas des plus satisfaisante personnellement. Elle aimait venir en aide aux personnes qui se présentaient aux abords du lac d'Avalon et voir le soulagement ou la paix sur leur visage était une véritable bénédiction, mais qu'en était-il elle ? Cela faisait des années maintenant qu'elle flottait dans les eaux profondes à attendre le prochain venu, le prochain cœur à réchauffer, mais son cœur à elle ne faisait que se refroidir petit à petit. Elle se rendit compte qu'elle ne se raccrochait encore à cette misérable existence que parce qu'elle avait encore la possibilité de rentrer en contact avec Merlin quand ce dernier lui rendait visite. C'était en effet l'unique source de réel bonheur qu'elle pouvait encore atteindre à ce jour. Il fallait cependant qu'elle soit entièrement présente pour la reine en cet instant et elle entendit les paroles de cette dernière avec soulagement.

- Alors j'en suis rassurée, laissa t-elle glisser dans l'esprit de Guenièvre.

Elle sentait bien en revanche que la reine ne voulait pas immédiatement rentrer au château pour se mettre au chaud et elle ne pouvait que le comprendre. Tous les interlocuteurs à qui Freya avait eu affaire depuis qu'elle était dame du lac avait exprimé une très certaine curiosité à son sujet et il n'était pas étonnant qu'il en aille de même de la jeune femme. Habituellement, Freya se contentait de détails vagues, ne voulant pas se dévoiler. C'était idiot en soit puisqu'elle n'avait, elle le croyait, plus rien à craindre de personne. A la reine pourtant, la jeune femme était prête à en dire davantage.

- Je ne saurais pas vraiment vous dire ce que je suis en ce moment hormis ce que je vous ai déjà dit. Je suis la protectrice de ces lieux et de ceux qui s'en approchent, à condition, bien entendu, que leurs intentions soient bonnes. Avant... et bien... Oui, j'ai vécu parmi vous. Elle marqua une légère pose, quelque peu nostalgique. Pour tout vous dire, j'ai même déjà foulé les pavés de Camelot, ce qui a d'ailleurs et malheureusement causé ma perte. Comment dire... J'étais une druide maudite et, je ne sais pas si vous vous souvenez de cette panthère aux ailes de chauves-souris qui a causé pas mal de tord durant quelques jours dans la citée il y a quelques années, mais c'était moi. Je n'avais aucun contrôle sur cette bête et votre roi a finit par mettre fin à la terreur que je semais bien malgré moi. Voilà ce que je suis, une femme maudite, dans la vie comme dans la mort car, comme vous avez dû le comprendre, je suis maintenant enfermée dans les eaux du lac, à jamais sans doute. On sentait très clairement la tristesse dans ses dernières paroles mais Freya se reprit vite. Etes-vous sure de vouloir écouter mon histoire si peu intéressante plutôt que de rentrer vous réchauffer au château et rassurer votre roi qui, je le crains, doit être très inquiet en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Dim 13 Oct - 18:52

Guenièvre ne savait pas vraiment pourquoi, mais elle faisait parfaitement confiance en cette personne dans ce lac. En même temps, étant donné que Freya venait de lui sauver la vie, cela semblait logique. Mais quand bien même, la magie était encore très surprenante. Gwen n’en avait pas vraiment peur, elle savait que cela pouvait s’avérer très utile dans certaine situation. La reine savait parfaitement que son époux était encore en vie grâce à la magie de Merlin. Sans elle, même si elle avait été la cause de nombreux souci, Camelot n’aurait plus son roi. Il était bien clair que la magie était une arme, tout comme une épée, et donc qu’elle dépendait de l’utilisation. La Dame du Lac semblait être une bonne personne, puisqu’elle venait de sauver la vie de la souveraine. Guenièvre aurait une dette éternelle contre elle, puisque sans son intervention elle ne s’en serait pas sortie aussi bien. Elle ne craignait donc rien, se trouvant encore dans le lac, devant cette main qui sortait de l’eau. Elle n’avait pas peur de la présence de cette âme et discutait tranquillement avec elle. Un léger vent venait de se lever et maintenant que Guenièvre avait une partie de son corps dans l’eau, elle avait froid. Elle sentait des frissons parcoururent son corps, mais ne désirait pas partie encore. Elle avait tellement de question à poser à cette personne, étant très curieuse de sa condition. Freya lui avait expliqué qu’elle était la gardienne de ce lac, qu’elle y vivait comme tellement d’autre chose. Guenièvre ne comprenait pas tout et avait envie d’en savoir plus, sans comprendre vraiment pourquoi. Elle avait comme le sentiment de devoir en savoir plus sur cette fille, qu’elle pourrait avoir un rôle dans un futur proche.

Cependant, Gwen sentait qu’elle était peut-être de trop dans ce lac. Outre le fait qu’elle commençait à avoir vraiment froid, ses pieds mouillées souffraient légèrement, elle était peut-être un peu trop curieuse. Freya n’avait peut-être pas envie de parler de sa personne à quelqu’un, même la reine de Camelot. Cependant, la dame du lac répondit quand même aux questions de la souveraine. Elle expliqua qu’elle était en effet la protectrice du lieu mais également des personnes qui approchaient, si celles ci avaient de bonnes intentions. Guenièvre était contente d’apprendre ce genre de chose, cela signifiait que Freya était quelqu’un de bien. Elle raconta ensuite son histoire, la manière dont elle avait quitté ce monde. La femme se souvenait de cette histoire de monstre qui avait parcouru Camelot pendant quelques nuits, il y a de cela plusieurs années. La reine n’aurait jamais imaginé que ce monstre aurait pu être une femme. Elle resta quelques secondes bouche bée, analysant les paroles de cette inconnue. Puis soudain, Freya revint à la charge en demandant à la souveraine de Camelot si elle ne voulait vraiment pas rentrer.


« Cela serait surement plus raisonnable. » Commença la reine, marquant une pause. Arthur devait être inquiet, c’était évident, et la femme commençait à avoir vraiment froid. Elle avait de l’eau jusqu’à ses genoux et donc le bas de sa robe trempé. « Je suis triste d’apprendre votre histoire, je suis vraiment désolée de ce qui a pu vous arriver. Je sais bien que vous... que vous êtes morte... mais j’espère que vous trouverez enfin votre liberté. Sachez en tout cas que j’ai été vraiment ravie de faire votre connaissance, et d’apprendre que le lac est bien protégé. »

La reine salua la main qu’elle voyait encore en dehors de l’eau, imaginant le corps de Freya non loin de là. Elle ne savait pas vraiment quoi lui dire d’autre, et vu qu’elle la poussait à rentrer elle n’allait pas s’éterniser. Elle quitta alors l’eau du lac, sortant enfin ses membres glacés à présent. Le vent légèrement froid refroidit énormément ses pieds. Elle prit donc ensuite la direction du château, se retournant pour jeter un dernier coup d’oeil vers le lac.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   Sam 26 Oct - 0:01

Freya n'avait jamais réellement senti de l'intérêt pour elle même dans les paroles et les gestes des passants qui s'arrêtaient pour quelques conseils. Tous savaient uniquement qu'il existait une présence bienveillante dans ce lac, et que cette dernière pourrait les faire se sentir mieux et régler certains de leurs soucis, rien de plus. Qui pouvait être cette étrange créature n'avait à leurs yeux aucune réelle importance du moment qu'elle leur tendait la main et leur donnait ce qu'ils voulaient. Cela ne faisait pas d'eux de mauvaises personnes, non, ils n'étaient juste dans l'ensemble pas curieux de ce qui les entourait et la dame du lac ne pouvait pas vraiment leur en tenir rigueur. Guenièvre, elle, avait sans nul doute été la première à lui poser autant de questions et elle sentait qu'elle aspirait réellement à entendre les réponses. C'était agréable, Freya ne pouvait pas le nier. Le fait qu'on s'intéresse ainsi à elle, sincèrement, lui donnait l'impression d'un semblant d'existence, chose qu'elle n'avait pas ressenti depuis tellement de temps maintenant.

C'était la première fois depuis de très longues années que Freya contait en partie son histoire, la première fois qu'elle se plongeait dans son passé par les mots et non plus par les rêves, mais aussi et surtout la première personne depuis Merlin à qui elle révélait son ancienne identité maudite. Sa vie n'avait rien eu d'un long fleuve tranquille mais elle ne cherchait pas à se faire plaindre, juste à ce que Guenièvre sache qui elle était et d'où elle venait, rien de plus et rien de moins. Maintenant que les mots avaient fait leurs chemins dans l'esprit de la reine, elle revint à la charge quant au fait qu'elle devrait sans doute reprendre le chemin du château, là où elle serait au sec et à l'abri de toute autre attaque. Freya aurait voulu que Guenièvre ne s'en aille jamais, qu'elle reste auprès d'elle et que leurs discussions résonnent autour du lac toute la nuit durant. Mais il n'y avait rien de plus égoïste que cette pensée. Freya voulait se sentir vivante un peu plus longtemps, voilà tout, et se servir de la reine, même si cette dernière était d'une compagnie des plus agréable, n'était absolument pas convenable.

- Bien plus raisonnable en effet, répondit-elle avec douceur. Il ne faudrait pas que d'autres bandits s'attaquent à vous ou que vous preniez froid. Rentrer ainsi dans l'eau du lac n'était certainement pas la meilleure des idées. Une pointe de rire dans la voix, elle marqua une courte pause. Je vous remercie pour vos paroles ma reine et j'espère moi aussi retrouver une certaine liberté un jour. N'hésitez pas à passer me voir de temps à autre, au détour d'une balade diurne de préférence ! Camelot a beaucoup de chance de vous avoir ! Elle laissa le silence les envelopper quelques secondes. Maintenant, il est temps pour vous de filer ! dit-elle en agitant la main en retour au geste de son interlocutrice.

Freya observa la reine s'éloigner dans les bois, en direction du château, jusqu'à ce que plus un seul de ses cheveux ne soit visible. Elle aurait aimé discuter avec elle toute la nuit durant, d'une part parce qu'elle était une femme formidable mais aussi parce qu'avoir une présence auprès d'elle était toujours d'un véritable réconfort. Elle ignorait quand serait la prochaine fois qu'elle verrait quelqu'un s'approcher du lac et elle se doutait encore moins que ce jour ne tarderait pas et qu'il serait également celui de sa libération. Une libération qui ne se solverait malheureusement que par un nouvel enfermement, bien plus douloureux sans doute que celui qu'elle subissait depuis quelques années maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Kaval viré
» Une promenade qui tourne mal...
» Tourne la Grande Ourse, tourne la Petite Ourse (PV Justin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-