Partagez | .
 

 Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir. (Ombeline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 451

Message#Sujet: Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir. (Ombeline)   Jeu 26 Juil - 22:53

Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir.
Gaspard ne pouvait pas nier – outre le fait que la compagnie de la princesse Azilis lui était plaisante – que ce voyage dans d’autres contrées ne lui avait fait que du bien. Parce qu’il avait pris la peine de s’éloigner un peu de Camelot et donc surtout de sa famille, si on pouvait appeler ça une famille. Mais bon, son père était toujours son père quoi qu’il fasse et forcément, cette Ombeline d’Autice n’était autre que sa belle-mère techniquement. Le jeune homme n’aimait pas ça du tout, mais il n’avait pas le choix que de faire avec dans tous les cas… pour la simple et bonne raison que les deux tourtereaux étaient mariés maintenant (mariés et amants sans doute, mais le chevalier de la table ronde préférait largement ne pas penser à tout cela). Autant dire qu’il n’allait pas pouvoir faire grand-chose à ce compte, concernant la situation. En dehors d’accepter. Et de profiter quand il le pouvait, à chaque fois qu’on lui permettait de ne pas être trop proche de sa « famille ». Même si, concrètement, son père était quand même sacrément moins pénible depuis qu’il avait rencontré – si on pouvait dire rencontré, puisqu’en fait il la connaissait depuis sa naissance, ce qui était encore plus ignoble –, depuis qu’il était tombé sous le charme de Ombeline. Il pensait plus à lui et son couple, du coup, qu’à son fils. Et donc, clairement, il lui cassait quand même beaucoup moins les pieds. Mais mine de rien, ça manquait au jeune homme.

Sauf qu’il y avait toujours un moment où le répit s’arrêtait. Il y avait forcément un moment où Gaspard devait rentrer et il était arrivé. Forcément, l’homme s’était rendu à Camelot, auprès du roi, pour lui faire son rapport sur la manière dont le voyage de la princesse Azilis s’était passé, passant outre quelque détail qu’il ne jugeait pas important pour le roi. Il pensait ne rien faire de spécial ensuite, mais on l’avertit de quelque chose. Ou en quelque sorte, on lui fit comprendre qu’il était grandement attendu en Autice, auprès de son père. Parce que ce dernier n’était pas très bien depuis quelques jours. Sans plus attendre, le jeune homme se rendit donc rapidement. Sans se doutait une seule seconde que c’était déjà trop tard. Sans même imaginer que ça puisse avoir une telle finalité, que la situation était si grave… que ça pourrait le toucher à ce point.

Il arriva donc en Autice, à force, il était quand même sacrément connu. Et dès les premiers regards que les domestiques de sa belle-mère – et techniquement ceux de son père à présent –, Gaspard ne put s’empêcher de se dire que quelque chose se passait. Au point de se douter que c’était si grave que cela ? Non. Une servante apprit à Gaspard que Ombeline l’attendait, alors il alla à sa rencontrer. Et quand il la vit, il ne tarda pas à prendre la parole.

« Je veux voir mon père. » Il n’avait que faire d’elle, il voulait voir son père.
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 1318

Message#Sujet: Re: Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir. (Ombeline)   Sam 28 Juil - 0:44

Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir.
Ça avait été une chance que Gaspard soit absent alors que l’état de son père se détériorait lentement, jusqu’à ce qu’il ne soit plus. Ombeline savait pertinemment que si le jeune homme avait été dans les parages à ce moment-là, elle aurait eu bien plus de difficulté à mettre ses plans à exécution. Elle se sentait capable de duper absolument n’importe qui, mais elle connaissait les réticences naturelles du fils Gabet à son égard, et elle savait par conséquent pertinemment qu’il serait plus que difficile à convaincre. Le témoignage de tout son entourage jouait en sa faveur, elle le savait, elle tenait à la perfection son rôle de veuve éplorée (sauf quand elle se trouvait seule à seul avec son frère, évidemment), mais Gaspard était difficile à convaincre, pas simple de lui mettre du plomb dans la cervelle (encore que lui mettre du vrai plomb dans la cervelle serait certainement une solution adéquate à la situation… mais c’était suffisant de s’en sortir avec l’assassinat d’un seul Gabet, elle n’allait pas tenter le diable davantage).

Oui, ça avait été particulièrement agréable de ne pas avoir le jeune homme dans les pattes, mais bien évidemment, ça ne pouvait pas durer. Puisqu’elle devait bien y mettre les formes, elle avait pris le parti de lui transmettre un courrier pour lui faire part de l’état critique où se trouvait son père, et l’invitant à les rejoindre rapidement… Elle avait espéré qu’il ne serait pas suffisamment rapide quand même… et il ne l’avait pas été. Bon, ça s’était joué à peu, il est vrai, l’affaire de moins d’une journée, mais alors qu’on lui apprenait la venue de Gaspard, les funérailles de son père s’organisaient d’ores et déjà. Quand il vint la trouver, elle lui donna à voir tous les indices qui ne pourraient que le mettre sur la voie. Elle portait la tenue de deuil qui devait convenir à la circonstance, et elle avait déposé sur son visage un voile factice de tristesse. Feindre la douleur était un exercice naturel pour elle, comme le fait de feindre la plupart des émotions humaines, en réalité. Elle savait que c’était de cette manière que l’on sauvait sa peau, et surtout, qu’on allait au bout de ses ambitions.

-Gaspard… Sa voix était tremblante alors que le jeune homme venait de demander à voir son père. Son état a empiré dans la nuit, les médecins n’ont rien pu faire.

Et pour cause, il n’existait aucun remède au poison qui avait coulé dans ses veines ces dernières semaines. Elle avait laissé tous les professionnels du genre s’affairer à la tâche, bien consciente du fait qu’ils ne pourraient rien faire de toute manière, quoi qu’il en soit, et qu’elle ne courait aucun risque particulier à les voir s’acharner. Elle avait même fait venir des spécialistes de très loin pour rendre son petit numéro plus crédible encore. Personne ne pourrait nier le fait qu’elle avait tout fait, absolument tout, pour essayer de sauver son époux. Personne, sauf peut-être le jeune homme qu’elle avait sous les yeux.

-Je suis vraiment désolée, ajouta-t-elle avant de fondre en larmes, afin d’accentuer le mélodrame.
 
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 451

Message#Sujet: Re: Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir. (Ombeline)   Mer 26 Sep - 20:46

Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir.
La tenue de Ombeline en disait long sur la finalité de la situation, mais Gaspard ne voulait rien voir, ne voulait rien croire. Pourtant, les choses semblaient évidente et en réalité, le jeune chevalier avait déjà compris ce qui était arrivé à son père. C'était simplement qu'il n'avait aucune envie de l‘accepter pour le moment. Ce n'était pas possible, ça ne pouvait pas arriver. Mais au fond de lui, le jeune homme savait. La jeune femme sous ses yeux prit la parole, prononçant d'abord son prénom d'une manière vraiment tremblante. Encore un signe qui ne pouvait que le pousser à comprendre, sans qu'il ne veuille le comprendre. Ombeline lui apprit alors que l'état de son père avait empire dans le courant de la nuit. De la nuit ? Seulement quelques heures avant ? Si Gaspard avait été présent il aurait put venir plus tôt. S'il n'avait pas escorte la princesse chez elle… il aurait été la. Parce que oui, au final, Gaspard pouvait ne pas vouloir le voir, ne pas l'accepter et chercher à taire les soupçons qu'il avait, il ne pouvait pas la faire éternellement. Surtout pas alors que la jeune femme reprenait la parole.

Les médecins n'avaient rien pu faire, donc Gaspard ne devait en déduire qu'une seule chose, son père était mort. C'était comme un coup de massue énorme sur sa tête, comme si tout autour de lui était en train de s'effondrer. Ombeline affirma qu'elle était désolée avant de s’effondrer en larme. Gaspard avait envie de mettre la parole de la jeune femme en doute, de même lui reprocher tous les maux, mais il n'y parvenait pas. Non pas qu'il puisse avoir de la peine pour elle, mais il se sentait simplement perdu. Et bien évidemment, Ombeline d’Autice ne manquait pas d'être une comédienne hors pair. Alors qu'elle pleurait, Gaspard ne pouvait pas imaginer une seule seconde qu'elle soit en réalité en train de jouer la comédie. Il était bien trop perdu pour se rendre compte de quoi que ce soit.

« Ce n'est… ce n'est pas possible. »
Ça ne pouvait pas être possible. Son père ne pouvait pas être mort.

C'était tellement un choc. Parce que même si Gaspard ne se rendait pas tres bien avec son géniteur, cela n’enlevait pas le fait qu'il était son père et qu'il l'aimait tout simplement. Le chevalier avait le sentiment de ne plus comprendre Obéron dernièrement, surtout avec son mariage avec la jeune femme sous ses yeux (et son décès arrivait bien vite après son mariage d'ailleurs), mais ca ne voulait pas dire que sa disparition ne pouvait pas juste l’abattre. Au contraire. Gaspard se contenait par pudeur en grande partie, mais la nouvelle était un tel choc. Son père était mort. C'était fini. Il n'allait plus jamais le revoir

« Je… » Gaspard ne savait même pas quoi dire au final. « Je veux le voir. » Ce qu'il avait déjà dit plus tôt. « Où est ma sœur ? » Demanda-t-il, soudainement.
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 1318

Message#Sujet: Re: Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir. (Ombeline)   Jeu 27 Sep - 19:20

Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir.
Ombeline acquiesça, l'air contrit, quand Gaspard prononça un "Ce n'est pas possible" qui prouvait bien que si, c'était possible, et qu'il en avait parfaitement conscience même s'il était forcément douloureux pour lui de l'admettre. C'était une chose qu'Ombeline avait plus d'une fois affirmé et ne parvenait toujours pas vraiment à comprendre. Certains êtres humains consacraient une immense partie de leur vie à s'entredéchirer, mais quand l'un deux disparaissaient, c'était soudain un drame. Bien sûr, dans le cas de Gaspard et d'Obéron, on pouvait sans doute invoquer un amour filial qui forcément dépassait l'entendement et la raison, puisqu'il était biologique, mais Ombeline ne pouvait goûter à cette théorie. Elle avait détesté son père, du plus profond de son être, et le voir disparaître avait été un des plus beaux jours de sa vie... mais évidemment, la relation qu'avaient entretenu les Gabet, même tendues, n'avaient pas été autant... empoisonnées. Soit. La jeune femme, au fond, s'en moquait, elle estimait même qu'il valait mieux que le jeune chevalier soit bouleversé. Dans l'état où il se trouvait, il semblait bien incapable de se rendre compte de la comédie qu'elle jouait, et ça avait été l'une des appréhensions de la jeune femme. Elle s'estimait capable de tromper absolument n'importe qui avec ses larmes de crocodile, mais puisque Gaspard se défiait naturellement d'elle, c'était une autre paire de manche. Malgré tout, elle semblait y avoir réussi. Et en était bien évidemment ravie. Même si elle ne pouvait toujours rien en montrer, bien sûr.

-Elle est dans sa chambre...
Ou du moins, la chambre qui lui était consacrée quand elle venait rendre visite à son père, mais Gaspard, sans être (fort heureusement) un habitué des lieux non plus, saurait la retrouver sans mal à partir de cette seule indication. Elle est inconsolable. Votre présence sera un immense soulagement, pour elle, répondit Ombeline d'une voix tremblante de fausse émotion.  

Se coltiner la fille Gabet depuis le décès du père avait été une épreuve. Certes, elle n'avait pas fait grand-chose à part pleurnicher, mais justement, Ombeline n'en pouvait plus de ses gémissements et de ses plaintes. Au moins, le retour de Gaspard permettrait cela : pas forcément de consoler la demoiselle, mais de permettre à cette dernière de rentrer chez elle plutôt que de leur rebattre les oreilles ici. Car il espérait bien que les Gabet n'allait pas s'éterniser. Elle n'avait qu'une seule et unique hâte pour sa part, et c'était de se retrouver enfin seule avec son frère, à savourer sa victoire en bonne et due forme. Certes, il l'avait déjà fait, mais en dehors de leur chambre, elle devait constamment porter ce masque d'affliction qui lui allait si mal. Et elle, tout ce qu'elle voulait, c'était savourer son bonheur et en profiter pleinement.
 
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir. (Ombeline)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toute chose naît pour périr et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir. (Ombeline)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ''Je peux me battre pour mon pays, mais ne me demandez pas de mentir pour lui.'' // Elias Johnson
» Parce qu'en toute chose, il y a un prix à payer (Dawan, Silarae)
» Juste pour la postérité [abandonné]
» Départ pour la Guerre || PV Tous les Sang-Purs||
» je suis seul,mais pas pour longtemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Autice-