Partagez | .
 

 Les soupçons sont des rides ; la jeunesse n'en a pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saxon mercenaire (peuple)
avatar
Feat : Tom Hopper

Messages : 51

Message#Sujet: Les soupçons sont des rides ; la jeunesse n'en a pas.   Sam 24 Mar - 21:35

Keu & Lanvain l'Intrépide
________________
   
« Les soupçons sont des rides ; la jeunesse n'en a pas. »

La chaleur de midi vint s’abattre sur ses pauvres épaules, et, ne tenant plus à la fatigue, Lanvain se laissa tomber tout en sueur sur le sol terreux. Il avait passé la matinée à s’entrainer avec le maître d’armes, et, sans être trop mécontents de ses performances, il était épuisé et assez déçu de lui-même. Bien que notre mercenaire de soit pas le pire épéiste du royaume – sans quoi il serait sûrement déjà mort une centaine de fois – il avait fait des fautes de débutant, qui lui aurait peut-être couté la vie sur un champ de bataille. Et ceci en présence de certains chevaliers qui ne manquerait pas de lui lancer d’acerbes remarques ! En clair, Lanvain fumait, de rage comme de chaleur.

C’était pourquoi il avait décidé de rejoindre l’écurie, son petit havre de paix, avant de se laisser tomber à quelques pas de l’entrée. La plupart des chevaliers n’y avaient jamais mis les pieds, parce qu’ils laissaient leurs écuyers panser et seller leurs palefrois à leurs places. Et, du temps où ils étaient eux même écuyers, il n’y avait pas de Cour à Camelot, seulement une ville dans un semi abandon et un château presqu’en ruines. Ce n’était qu’avec Arthur que Camelot avait retrouvé sa grandeur et sa beauté… Et que les gens et les richesses avaient afflués dans ses murs. Les chevaliers avec le reste du peuple. La noblesse avait la chance d’avoir des appartements au château, mais Lanvain, mercenaire saxon, n’avait pas un tel honneur. Du moins pas encore. Il avait sacrifié pour sa vie d’aventures ses titres et ses terres que son père adoptif lui avait accordé. Ainsi, ayant perdu la qualité de noble, il n’avait aucun droit à résidé au château. De plus, les allers et venues qu’il ferait sûrement dans un proche avenir ne l’aidait pas à se sédentariser. Le saxon avait donc prit le parti de louer une petite chambre en ville, ma foi pas désagréable mais bien loin du confort de la vie de château.
 
Si la plupart des affaires de Lanvain étaient dans cette petite chambre, il gardait avec lui les choses les plus précieuses. Son argent, évidemment, mais aussi d’autres biens dont il voulait garder le secret. Des lettres et des suppliques reçues d’autres saxons ; des anciens ordres de missions donnés par ses anciens mécènes, pour des luttes pour ou contre les bretons ; mais plus précieux encore, les documents qui faisaient de lui Lanvain l’Intrépide, héritier d’un vétéran d’Uther comme ceux qui faisaient Kendryek le Saxon, fils de chef de guerre, et apte à prendre la tête d’une armée de saxons privés de leurs droits pour se retourner contre Arthur. Tout cela – et autres choses – il valait mieux pour lui cela reste… pour lui justement. Il gardait tout dans ses sacoches de selle brunes, avec lesquelles il était arrivé sur son grand étalon bai. D’ailleurs, Lanvain passait beaucoup de temps aux écuries, si bien qu’il lui arrivait parfois d’y dormir. Les sacoches y restaient souvent, rangées avec la bride et la selle de son cheval. Qui irait fouiller là ?
 
Lanvain se releva, s’épousseta un instant, et, alors qu’il allait entrer, il croisa Keu, le sénéchal. Il ne pensait rien de cet homme-là, hormis qu’il était un de ses gens importants du royaume, un proche d’Arthur, et qu’on lui devait le respect. Il savait juste qu’il devrait être un peu méfiant de lui s’il devait continuer de parler à Dame Morgane, mais cela ne l’inquiétait pas plus que cela. Cependant, le mercenaire n’était pas de très plaisante humeur ce jour-là. Il prit néanmoins la peine de le saluer de la manière la plus neutre possible.
 
« Bien le bonjour, Messire Sénéchal. »
 
Il ne se demanda même pas ce que faisait un si grand personnage près des écuries royales, trop concentré à ruminer sa colère à l’encontre de ses mauvaises passes d’armes du matin.

© Lanvain


_________________
.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les soupçons sont des rides ; la jeunesse n'en a pas.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-