Partagez | .
 

 Les différences peuvent rapprocher (Lanvain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 435

Message#Sujet: Les différences peuvent rapprocher (Lanvain)   Mer 3 Jan - 17:21

Les différences peuvent rapprocher.
Maintenant que son père était officiellement marié à Ombeline d’Autice, Gaspard n’avait définitivement pas le choix que de faire avec. Sa belle-mère était donc Ombeline et il ne pouvait rien y faire malheureusement. Pendant ce temps, Gaspard avait d’autres préoccupations. Ce n’était pas vraiment facile de ne pas penser à tout cela pour lui, mais en même temps, le jeune homme ne savait pas comment aire autrement. Il y pensait, mais il devait se préoccuper d’autre choses. Les chasseurs, par exemple, que son père délaissait en plus du reste. Gaspard n’en revenait pas lui-même, mais Obéron ne pensait plus autant à la vengeance qu’avant. Ce serait peut-être une bonne nouvelle en soit, mais finalement non. Pendant longtemps, le jeune home avait reproché à son p_re de lavoir forcé à rejoindre les chasseurs, mais force était de constater qu’il avait envie d’arrêter cette magie, de la combattre comme son père lui demandait de le faire. Au fond, il pensait qu’il ne faisait cela que pour son père, mais ce n’était plus vraiment le cas.

Même si, pour l’heure, le jeune homme ne pouvait encore rien faire. Dans tous les cas, le chevalier ne manquait pas de travail auprès de son roi. On ne pouvait pas dire que la quête du Graal avançait vraiment, mais cela ne voulait pas dire que les chevaliers n’avaient rien à faire. Bien au contraire, ils avaient énormément de pain sur la planche. Gaspard venait de passer quelques jours loin de Camelot, ce qui n’avait pas manqué de lui faire du bien. Il n’avait pas pris la peine de voir son père ou sa sœur avant de se rendre au château, dans le but de faire son rapport au roi. Il n’avait aucune envie de voir les membres de sa famille, même sa sœur. Il se rendit donc au château, demandant audience au roi, mais ce dernier était occupé. On l’informa qu’il en avait pour quelques heures encore… autant dire que Gaspard allait donc devoir attendre. L’homme hésita un peu, se disant qu’il pouvait très bien décider de s’en aller pour revenir ensuite. Mais, il décida finalement d’errer dans le château. Il n’avait finalement que peu de motivation. Alors, qu’il marchait dans le couloir, le jeune homme tomba nez-à-nez avec Lanvain L’Intrépide. C’était un saxon, nul n’ignorait sa nature, pour autant l’homme avait été adopté par un breton de pure souche. De principe, le jeune homme ne pouvait que le détester, parce qu’il était saxon au vu de la manière dont les choses s’étaient passés. Le peuple breton avait été une guerre pendant des années avec le peuple saxon, il n’y avait donc aucune raison pure qu’ils s’entendent. Pur autant, Gaspard devait bien avuer qu’il n’avait rien contre Lanvain, rien de particulier.

« Bonjour Lanvain. » Le salua-t-il, se montrant plutôt cordiale, ce qui n’était pas forcément dans ses habitudes avec tout le monde. On ne pouvait pas dire qu’il était très sociable. Mais là c’était le cas. Même si son interlocuteur était un mercenaire, et que ça faisait que la situation était un peu particulière. « Comment allez-vous ? »
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saxon mercenaire (peuple)
avatar
Feat : Tom Hopper

Messages : 52

Message#Sujet: Re: Les différences peuvent rapprocher (Lanvain)   Mer 3 Jan - 20:06

« Les différences
peuvent rapprocher. »


Lanvain dépérissait. Les grands espaces et les champs de batailles lui manquaient. Depuis qu’il avait quitté les terres de son père adoptif, c’est tout ce qu’il avait fait : voyager, vendre ses services au plus offrant, se battre. Peu importait contre qui, mais il avait besoin de prouver sa valeur, ou de se sentir en vie, exister. Ainsi, toutes les ethnies semblaient être passées sous sa lame : saxons, bretons, druides… Quand on avait engagé Lanvain pour un travail, il le faisait, même s’il devait défier le peuple qui l’avait fait naître ou celui qui l’avait adopté.
 
Mais finalement, toutes ces batailles, n’était-ce pas seulement pour oublier la seule qui lui importait, comme, après avoir gratté le parchemin tanné par les années, on réécrit une histoire ? Tout ce sang répandu, n’était-ce pas pour étancher une soif de vengeance ? Et Lanvain, ce nom breton, n’était-ce pas pour renoncer à ce passé douloureux ? Si c’était le cas, Kendryek le Saxon ne se sentait pas tellement mieux. Car il revoyait toujours la même aube écarlate, ressentait le même froid qui lui mordait ses joues d’enfant. Il portait la même tunique maculée de boue et de sang, brandissant de ses forces puériles l’épée qui avait si mal servi son père. Et derrière lui, il restait le même corps chéri et sans vie, la gorge tranchée jusqu’à l’os, toutes tripes dehors.
 
Il n’avait plus grand-chose d’un Saxon après ses longues années au sein d’un autre peuple. Seuls lui restaient la grande taille et les traits durs de ces barbares étrangers, et les rares préceptes qu’un enfant peut retenir avant l’âge de raison. Toute son éducation avait été bretonne. Son nom ? Breton. Sa langue ? Bretonne. Ses valeurs ? Bretonnes elles aussi. La justice et l’honneur, il les partageait avec tous les chevaliers de Camelot.
 
Mais cela n’avait pas suffi pour attirer à lui les faveurs de ces derniers. Beaucoup des membres de la cour du roi Arthur avait vu d’un mauvais œil son arrivée au château. D’abord parce qu’il était un mercenaire, et enfin parce qu’il était saxon. Bien qu’il ne se soit présenté comme tel uniquement lorsqu’on le lui avait demandé, précisant qu’il avait été élevé par un des plus loyaux vétérans d’Uther… Mais on ne change pas ainsi les préjugés, comme d’un coup de baguette magique : la plupart, même après le temps qu’il avait passé ici, ne le considérait que comme un ennemi vil et vénal, sans foi ni loi. Et c’était faux. Lanvain lui-même ne savait pas s’il était plus saxon que breton, peu lui importait l’argent tant qu’il avait de quoi vivre et il avait la même foi chrétienne que la plupart d’entre eux. Quant à la loi… il avait la sienne, en plus de celle du royaume.
 
Des moins réfractaires à sa présence en ces lieux, il y avait le roi lui-même, dame Morgane évidement, et quelques autres parmi les chevaliers qui ne le considéraient ni comme un ennemi, ni comme un ami. Il espérait pourtant pouvoir se considérer comme un de ses jours.
 
Parmi eux, il y avait Gaspard, sur lequel Lanvain venait juste de tomber. Notre mercenaire ne savait pas grand-chose du jeune homme à peine plus âgé que lui, mais il était plutôt de ceux qui lui plaisaient le plus. Il était comme lui strict dans son travail et semblait partager les mêmes valeurs chevaleresques, ce qui ne le faisait pas fuir. Il fut cependant étonné du ton si cordial de la salutation de ce dernier.
 
« Bien le bonjour, Messire Gaspard. » Il n’oubliait pas que c’était un homme noble, et que lui avait renoncé à ses privilèges pour sa vie d’aventures. « Je me porte comme un charme ! J’espère qu’il en est de même pour vous... Mais je ne mentirais pas si je vous avouais qu’un peu d’exercice ou d’action ne serait pas pour me déplaire ! »

© Lanvain


_________________
.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 435

Message#Sujet: Re: Les différences peuvent rapprocher (Lanvain)   Sam 3 Mar - 12:34

Les différences peuvent rapprocher.
Gaspard savait parfaitement qu’il y avait quand même beaucoup de personne n’appréciait pas forcement Lanvain L’intrépide. Pour plusieurs raisons, parce qu’il était un mercenaire et que les chevaliers de la table ronde n’étaient pas forcément enclins à apprécier les mercenaires, ceux qui travaillaient pour de l’argent et non pour la « bonne » cause. Mais aussi parce que Lanvain était un saxon. Il avait beau être un saxon de naissance, il avait quand même été élevé par un breton pendant toute sa vie. Mais ce n’était pas suffisant pour le monde, tout le monde ne le voyait que comme un saxon. Gaspard aurait pu faire de même, d’ailleurs, mais non. Quand bien même le chevalier avait l’habitude de ne pas forcément apprécier les autres, de ne pas avoir trop envie de se faire des « amis ». Il fallait dire qu’il avait quand même un caractère particulier et mine de rien, les chasseurs ne l’aidaient pas forcément sur ce point. Et pourtant, le jeune homme appréciait la compagnie de Lanvain. Au point donc qu’il espérait réellement que l’homme se portait bien.

Il lui adressa un sourire quand Lanvain lui affirma qu’il se portait bien et qu’il espérait que s’en était de même pour lui, précisant cependant qu’il apprécierait quand même d’avoir un peu d’action. Ça ne serait pas un mal en effet, un peu d’action.

« Je me porte bien aussi. »
Répondit-il d’abord, pour commencer. Parce que c’était le cas, ou presque. Bon, Gaspard ne pouvait pas nier qu’il n’était pas au meilleur de sa forme depuis qu’il y avait toute cette histoire avec son père et Ombeline d’Autice, mais ce n’était pas nécessaire pour lui d’en parler maintenant. Ce n’était de toute façon pas nécessaire de parler du tout de quoi que ce soit. « Un peu d’exercice ne me ferait pas de mal aussi j’avoue. » Affirma-t-il, parce que c’était la vérité. Il avait un peu le sentiment de tourner en rond ces derniers temps. Bon, en même temps, le jeune homme savait qu’il suffisait qu’il prenne les choses en main, qu’il décide de faire quelque chose pour les chasseurs par exemple. Mais en même temps, il ne pouvait pas faire n’importe quoi. « Cela ne me ferait pas de mal de partir un peu en mission. » Ajouta-t-il. « Quelque chose loin d’ici, histoire de voir un peu de pays. »

C’était le cas, il avait bien envie de bouger un peu, de s’éloigner de Camelot, de s’éloigner de son père, de s’éloigner de sa « belle-mère ». Mais en même temps, ça ne serait pas forcément raisonnable pour le reste, pour sa sœur par exemple qu’il n’avait pas spécialement envie de laisser seule. Puisqu’on ne pouvait pas dire que son père soit très disposé à s’occuper de sa fille, trop occupé avec sa nouvelle femme. Et puis il y avait Maria aussi qui comptait sur lui, ainsi que les chasseurs en général. Bref, ce n’était pas le moment pour lui de partir, mais ça ne lui ferait pas de mal du tout de le faire.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Les différences peuvent rapprocher (Lanvain)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les différences peuvent rapprocher (Lanvain)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Certains événements peuvent nous rapprocher ~ [FLASH BACK] (une vingtaine de lune auparavant) ft. Gotheim
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» Deux Sociopathes peuvent-elles s'entendre? PV Amaryllis
» Parfois, les plus beaux sourires peuvent cacher de grands secrets, les plus beaux yeux peuvent avoir pleuré durant des heures et les coeurs les plus purs peuvent avoir souffert de grandes peines.. Feat Bambi, Wasoo, Canada and Pompom
» [Jour 3] Certains mots peuvent en cacher d'autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-