Partagez | .
 

 Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saxon mercenaire (peuple)
avatar
Feat : Tom Hopper

Messages : 40

Message#Sujet: Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.   Mar 2 Jan - 13:15

Arthur Pendragon & Lanvain l'Intrépide
________________
   
« Si vous vous vengez,
que la vengeance ne dépasse point l'offense. »


Camelot. Enfin, devant lui, dans le petit matin, se dressait la cité blanche, capitale de l’Île de Bretagne, remplie de l’espoir et des rêves de temps d’aventurier. Et Lanvain aussi rêvait de paix, d’honneur et de grandeur. Il ne lui restait plus qu’à traverser la ville basse pour arriver aux portes du château, et son voyage serait arrivé à son terme, et sans encombres. Son voyage géographique du moins, car son voyage spirituel, lui, ne faisait que commencer. Il ignorait toujours ce qu’il ferait à Camelot. Allait-il mettre en œuvre son plan, et venger la mort d’un père parti trop tôt ? Allait-il se mettre au service de ce roi, comme le lui avait recommandé celui qui l’avait élevé dans les traditions bretonnes ? De la légitimité d’Arthur Pendragon à prétendre au trône il n’était point question, mais seulement des terribles erreurs de son père. Et souvent, comme disait le dicton, « tel père, tel fils ». Et c’était cela que craignait notre Saxon. C’était cela qui le faisait douter, et se poser tant de questions. Déraciné, désinvesti, Lanvain errait depuis plusieurs années déjà, sans boussole et sans territoire, arrimé à une factice fixité – son métier de mercenaire et la religion chrétienne qu’on lui avait instruite – y compris ses histoires clandestines, sa vengeance fébrile.

Flanqué sur l’étalon bai qu’il avait gagné en combattant dans le Nord, il passa les portes de la ville. Il avait beaucoup plu cette nuit-là, et, bien qu’il soit habitué aux intempéries et qu’il ne s’en plaignait pas, lui et son destrier ruisselaient comme au sortir d’une rivière. Sans parler de la boue qui maculait déjà les jambes de sa monture et ses bottes ! Les rues aussi flamboyaient des lueurs du soleil levant, aussi gorgées d’eau que les vêtements de Lanvain. Il ne portait rien de fragile, fort heureusement : seulement un tabard de cuir au-dessus d'une chemise de lin, et une grande cape brune dans laquelle s'envelopper à la tombée du jour. Il continua un peu, regardant sans plaisir les pavois aux couleurs des Pendragon, puis fit une halte dans une auberge qui venait d’ouvrir pour changer de vêtements et sécher quelque peu sa monture. Il opta pour ses plus beaux habits - une chemise de lin avec quelques brodures sur le col - mais garda cependant le tabard avoir l'avoir séché et nettoyé. Ces derniers restaient quelque peu humide, l'un car la sacoche de selle n'était pas aussi imperméable que ne l'avait laissé ententre le coquin de marchand qui la lui avait vendu, l'autre parce qu'il fallait faire vite. Lanvain profita également de cette halte pour sécher ses cheveux blond. Il s'occupa ensuite de décrotter son cheval : il fallait donner bonne impression en arrivant au château si notre mercenaire voulait trouver quelqu’un pour l’employer !

Une fois ces quelques soins prodigués, Lanvain se remit en selle, et, propre et sec, il chemina jusqu’au château. C'était le plus grand qu'il n'ait jamais vu, même parmi ceux qu'il avait aidé à assiéger. Cependant il y avait une douce modestie qui émanait des pierres grises du fort, comme si la toute puissance de Camelot était couronnée d'une dernière vertu, plus douce que les autres. Lanvain aima tout de suite ces lieux. Lui qui n'était pourtant pas très casanier, il pensa que c'était dans ce genre d'endroits qu'il voudrait demeurer si le destin le lui permettait. Il passa donc les imposantes portes, et enfin, mit pied à terre dans la cour. On ne tarda pas à le remarquer. Il y avait peu d’hommes d’aussi grande taille, en habit guerrier, et dont les traits étaient inconnus au gens de la cour.

Maintenant qu'il était à Camelot, il fallait rencontrer Arthur, et Lanvain imaginait bien qu'un simple mercenaire comme lui n'accèderait pas si facilement à sa personne. Il regarda autour de lui pour dévisager les personnes qui le détaillait. Il y avait parmi eux un homme d'un peu plus d'une quarantaine d'année - toujours bel homme si notre Saxon se le permettait - qui portait les plus riches vêtements de ceux qui l'observaient. Seulement au sens de Lanvain, ils ne l'étaient pas assez pour les habits d'un souverrain tel que le fils d'Uther. Une couronne ceignait sa tête, mais ce n'était une preuve, car d'autres roitelets se présentaient à la cour d'Arthur pour avoir sa protection. Quoi qu'il en soit, ce fut cet homme que Lanvain choisit d'aborder. Il fit quelques pas vers lui, et s'inclina avec respect que l'on devait à un simple seigneur.

« Bien le bonjour, mon Seigneur. Je viens de loin pour offrir mes services au roi Arthur et à sa cour. Au vue de votre superbe allure, je crois pouvoir dire que vous aurez plus d'influence qu'un autre et que moi-même pour m'obtenir audience auprès du roi. Je vous saurais gré de ce service, et je m'acquitterai en reconnaissance de votre bonté à une tâche à laquelle vous m'emploierez, quelle qu'elle soit. »

Lanvain entendit des ricanements derrière lui. Il se demanda bien pourquoi, sa requête n'ayant rien d'amusant en soi. Sauf si.... il s'était trompé dans son jugement, et il l'avait adressé à un seigneur peu puissant ou détesté du roi, ou bien encore à Arthur lui-même.

© Lanvain


_________________
.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maria ✘ tuée par un cupcake, vous vous foutez de moi ?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Salut à vous mes vieux amis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-