Partagez | .
 

 Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saxon mercenaire (peuple)
avatar
Feat : Tom Hopper

Messages : 52

Message#Sujet: Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.   Mar 2 Jan - 13:15

Arthur Pendragon & Lanvain l'Intrépide
________________
   
« Si vous vous vengez,
que la vengeance ne dépasse point l'offense. »


Camelot. Enfin, devant lui, dans le petit matin, se dressait la cité blanche, capitale de l’Île de Bretagne, remplie de l’espoir et des rêves de temps d’aventurier. Et Lanvain aussi rêvait de paix, d’honneur et de grandeur. Il ne lui restait plus qu’à traverser la ville basse pour arriver aux portes du château, et son voyage serait arrivé à son terme, et sans encombres. Son voyage géographique du moins, car son voyage spirituel, lui, ne faisait que commencer. Il ignorait toujours ce qu’il ferait à Camelot. Allait-il mettre en œuvre son plan, et venger la mort d’un père parti trop tôt ? Allait-il se mettre au service de ce roi, comme le lui avait recommandé celui qui l’avait élevé dans les traditions bretonnes ? De la légitimité d’Arthur Pendragon à prétendre au trône il n’était point question, mais seulement des terribles erreurs de son père. Et souvent, comme disait le dicton, « tel père, tel fils ». Et c’était cela que craignait notre Saxon. C’était cela qui le faisait douter, et se poser tant de questions. Déraciné, désinvesti, Lanvain errait depuis plusieurs années déjà, sans boussole et sans territoire, arrimé à une factice fixité – son métier de mercenaire et la religion chrétienne qu’on lui avait instruite – y compris ses histoires clandestines, sa vengeance fébrile.

Flanqué sur l’étalon bai qu’il avait gagné en combattant dans le Nord, il passa les portes de la ville. Il avait beaucoup plu cette nuit-là, et, bien qu’il soit habitué aux intempéries et qu’il ne s’en plaignait pas, lui et son destrier ruisselaient comme au sortir d’une rivière. Sans parler de la boue qui maculait déjà les jambes de sa monture et ses bottes ! Les rues aussi flamboyaient des lueurs du soleil levant, aussi gorgées d’eau que les vêtements de Lanvain. Il ne portait rien de fragile, fort heureusement : seulement un tabard de cuir au-dessus d'une chemise de lin, et une grande cape brune dans laquelle s'envelopper à la tombée du jour. Il continua un peu, regardant sans plaisir les pavois aux couleurs des Pendragon, puis fit une halte dans une auberge qui venait d’ouvrir pour changer de vêtements et sécher quelque peu sa monture. Il opta pour ses plus beaux habits - une chemise de lin avec quelques brodures sur le col - mais garda cependant le tabard avoir l'avoir séché et nettoyé. Ces derniers restaient quelque peu humide, l'un car la sacoche de selle n'était pas aussi imperméable que ne l'avait laissé ententre le coquin de marchand qui la lui avait vendu, l'autre parce qu'il fallait faire vite. Lanvain profita également de cette halte pour sécher ses cheveux blond. Il s'occupa ensuite de décrotter son cheval : il fallait donner bonne impression en arrivant au château si notre mercenaire voulait trouver quelqu’un pour l’employer !

Une fois ces quelques soins prodigués, Lanvain se remit en selle, et, propre et sec, il chemina jusqu’au château. C'était le plus grand qu'il n'ait jamais vu, même parmi ceux qu'il avait aidé à assiéger. Cependant il y avait une douce modestie qui émanait des pierres grises du fort, comme si la toute puissance de Camelot était couronnée d'une dernière vertu, plus douce que les autres. Lanvain aima tout de suite ces lieux. Lui qui n'était pourtant pas très casanier, il pensa que c'était dans ce genre d'endroits qu'il voudrait demeurer si le destin le lui permettait. Il passa donc les imposantes portes, et enfin, mit pied à terre dans la cour. On ne tarda pas à le remarquer. Il y avait peu d’hommes d’aussi grande taille, en habit guerrier, et dont les traits étaient inconnus au gens de la cour.

Maintenant qu'il était à Camelot, il fallait rencontrer Arthur, et Lanvain imaginait bien qu'un simple mercenaire comme lui n'accèderait pas si facilement à sa personne. Il regarda autour de lui pour dévisager les personnes qui le détaillait. Il y avait parmi eux un homme d'un peu plus d'une quarantaine d'année - toujours bel homme si notre Saxon se le permettait - qui portait les plus riches vêtements de ceux qui l'observaient. Seulement au sens de Lanvain, ils ne l'étaient pas assez pour les habits d'un souverrain tel que le fils d'Uther. Une couronne ceignait sa tête, mais ce n'était une preuve, car d'autres roitelets se présentaient à la cour d'Arthur pour avoir sa protection. Quoi qu'il en soit, ce fut cet homme que Lanvain choisit d'aborder. Il fit quelques pas vers lui, et s'inclina avec respect que l'on devait à un simple seigneur.

« Bien le bonjour, mon Seigneur. Je viens de loin pour offrir mes services au roi Arthur et à sa cour. Au vue de votre superbe allure, je crois pouvoir dire que vous aurez plus d'influence qu'un autre et que moi-même pour m'obtenir audience auprès du roi. Je vous saurais gré de ce service, et je m'acquitterai en reconnaissance de votre bonté à une tâche à laquelle vous m'emploierez, quelle qu'elle soit. »

Lanvain entendit des ricanements derrière lui. Il se demanda bien pourquoi, sa requête n'ayant rien d'amusant en soi. Sauf si.... il s'était trompé dans son jugement, et il l'avait adressé à un seigneur peu puissant ou détesté du roi, ou bien encore à Arthur lui-même.

© Lanvain


_________________
.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi (chevalier)
avatar
Feat : Viggo Mortensen

Messages : 526

Message#Sujet: Re: Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.   Mer 28 Fév - 12:18

Si vous vous vengez,que la vengeance ne dépasse point l'offense.
Ce matin-là, comme la plupart des matins d’ailleurs, Arthur s’était levé relativement tôt parce qu’il ne manquait pas d’avoir une journée chargée. En même temps, en tant que roi de Camelot, c’était plus que normal qu’il ait des journées chargées, quand bien même par moment, cela ne le dérangerait pas plus que cela de pouvoir souffler un peu. Il s’était donc levé avant même le soleil et avait commencé sa journée sur les chapeaux de roue. La matinée se passait plutôt d’une bonne façon, comme elle devait avoir lieu en tout cas. Arthur ne pouvait pas nier qu’il appréciait quand même grandement quand ses projets tournaient comme il fallait qu’ils tournent, sans aucune déconvenue, sans qu’on vienne déranger son programme donc. Ce qui arrivait très souvent en réalité, parce qu’il y avait toujours une affaire de dernière minute à gérer, une crise à régler ou il ne savait encore quoi d’autre. Autant dire que même s’il espérait se reposer, le roi pouvait que très rarement le faire, mais il était arrivé à un stade où il ne s’attendait même plus à se reposer.

Au bout d’un moment, Arthur se retrouvait donc dans la cours du château en présence de quelques chevaliers, entre autres. Il y avait quelques nouvelles recrues chez les chevaliers que le roi avait envie de voir un peu le potentiel. Mine de rien, Arthur avait quand même besoin de s’assurer que les chevaliers de son royaume – et surtout ceux qui se trouvaient autour de la table ronde quand même – était de bon chevalier, qu’ils savaient s’en sortir. Il n’y avait pas que le combat dans la vie évidemment, le souverain ne prétendrait pas ça, mais chaque chevalier devait quand même savoir se battre un minium. Il avait donc l’intention d’assister un peu à leur entraînement, avec le maître d’arme. Mais alors qu’il était en train de discuter avec ce dernier dans la cours, les portes s’ouvrirent et un inconnu arriva dans la cours. Sans grande surprise, toutes les personnes présentes se tournèrent vers cet inconnu qui arrivait. Arthur remarqua bien vite qu’il semblait être un « bon » combattant, en tout cas il avait une sacrée carrure, et il portait des habits de guerrier. Forcément, Arthur était curieux, parce que le visage de cet homme lui était parfaitement inconnu et il se demandait ce qu’il faisait ici. Camelot avait l’habitude de recevoir quand même énormément de visiteur – la plupart était annoncé cependant – et donc il n’était pas si étonné que cela de croiser un visage inconnu, mais quand même. D’où cet homme venait-il ? Il avait l’intention de l’interroger en tout cas. Mais cet inconnu ne manqua pas de s’approcher de lui et de lui demander… de le présenter au roi Arthur. Soit. Arthur tourna une seconde son regard vers les personnes qui ricanaient de la situation, il devait bien avouer qu’il trouvait la situation amusante également.

« Eh bien, vous pouvez peut-être me dire tout de suite la manière dont vous souhaitez rendre service à la couronne. » Il marqua une pause, un sourire sur le visage. « Je suis Arthur Pendragon. »

Il n’était pas choqué qu’on ne l’ait pas reconnu non, bien au contraire.
Code by Gwenn


Désolée du temps de réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saxon mercenaire (peuple)
avatar
Feat : Tom Hopper

Messages : 52

Message#Sujet: Re: Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.   Mer 7 Mar - 15:22

« Si vous vous vengez, 
que la vengeance ne dépasse
 point l'offense »

Le visage de Lanvain devint quelque peu livide. Arthur. C’était Arthur, le vrai, qu’il avait abordé avec une telle maladresse, le faisant passer du rang de souverain légitime et respecté d’un royaume fleurissant à celui de petit seigneur d’une bourgade éloigné de Camelot. Il l’avait imaginé plus grand, dans des vêtements plus somptueux, et d’un caractère plus arrogant aussi qu’il ne l’était vraiment, comme l’image qu’avaient les enfants quand on leur parlait de tels personnages, de leur vivant, s’étaient construit une légende. Le saxon avait été surpris par cette simplicité dans ses gestes, mais plus encore par le ton noble et sans mépris du roi qu’il avait, sans le vouloir, humilié. A moins que ce ne soit lui qui ait perdu son honneur ? Après tout, c'était contre lui que les ricanements étaient dirigés, et non contre le roi... Et dire qu'à peine arrivé, il s'était déjà ridiculisé... Ce ne serait pas facile de trouver quelqu'un louer ses services après une aussi magnifique maladresse.

« J’espère que vous me pardonnerez un jour ce malentendu, Votre Majesté… » s’excusa Lanvain, tout penaud, en posant un genou à terre. « Je suis un guerrier, Seigneur, et c’est ainsi que je compte vous servir, vous et les seigneurs qui vous ont prêté allégeance. Mon épée – si vous vous voulez bien encore de moi – sera vôtre, et mon bras obéira à tous vos commandements. »

Le jeune homme ne précisa pas encore qu’il était mercenaire, sachant que le terme rebutait certains grands seigneurs – ou plutôt la bourse de ses derniers, car Lanvain devait bien vivre et les seuls métiers qu’il connaissait, c’était ceux de la guerre. Il ne précisa pas non plus qu’il était saxon, même si la large carrure et ses traits durs n’en laissaient nullement douter : un  colosse de près de six pieds de haut, et un visage anguleux encadrés par la chevelure blonde de ces envahisseurs venu de l’Est. Il craignait en effet qu’on évite sa compagnie pour cette cause qui n’était point de son ressort. Il était né saxon, certes, mais il partageait plus avec ce peuple breton qui l’avait adopté, monnayant son ancien nom, tombé dans l’oubli. Et cela, Lanvain ne pourrait jamais le nier.

« S’il faut que je vous prouve ma valeur ou ma bonne foi, faites. » déclara-t-il un peu plus serein mais toujours un genou à terre. « Je suis prêt à toutes les épreuves et à toutes les questions, pourvu qu’elles me donnent la chance de servir le Roi dont le nom voyage au-delà des mers. »

Notre jeune ami espérait sincèrement rattraper ses erreurs, et prouver à tous ceux qui avaient ri qu'ils avaient bien eu tort. Que s'il n'était pas des plus au fait des pratiques de la Cour, il restait un excellent combattant, digne de confiance et sûr de ses succès. Peut-être, ainsi, relèverait-il son honneur meurtri et trouverait-il un suzerain pour entretenir ce grand corps qui l'avait si bien servi jusqu'ici...

© Lanvain




Pas de problèmes ne t'inquiète pas ^^

_________________
.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi (chevalier)
avatar
Feat : Viggo Mortensen

Messages : 526

Message#Sujet: Re: Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.   Sam 5 Mai - 11:21

Si vous vous vengez,que la vengeance ne dépasse point l'offense.
Quand le jeune guerrier devant Arthur comprit qu’il était le roi de Camelot, ce dernier devint livide et le souverain comprit qu’il s’en voulait de son erreur. Comme s’il y avait réellement de raison qu’il s’en veuille. Enfin, Arthur comprenait sa réaction, mais il n’avait pas l’intention de lui en vouloir plus de raison. Ce n’était pas non plus dramatique que le jeune homme ne l’ait pas reconnu, surtout que Arthur savait qu’il pouvait très bien passer pour quelqu’un d’autre que le souverain de Camelot. L’homme mit un genou à terre, affirmant qu’il espérait qu’on allait lui pardonner son erreur. Celle-ci était déjà toute pardonnée, mais le souverain ne répondit pas pou autant au jeune inconnu pour le moment. Il se contenta d’attendre qu’il ait terminé de répondre à sa question. Arthur voulait savoir en quoi il pouvait l’aider et maintenant, il le savait, le jeune homme n’était autre qu’un guerrier et il avait l’intention de lui donner un coup de main, ou plutôt de lui servir de main portant une épée. Soit, Arthur ne pouvait pas nier le fait qu’il avait forcément besoin de combattant. Même si le peuple breton n’était plus en guerre, ça n’enlevait pas le fait qu’il fallait des combattants.

Et en parlant de guerre, justement… Arthur ne pouvait pas non plus ignorer le fait que l’homme sous ses yeux avait un physique particulièrement atypique. Oh, il n’était pas entièrement saxon, c’était évident, ça se sentait dans la manière qu’il avait de se tenir, de parler. Il ne ressemblait pas à tous les saxons que Arthur avait eu l’occasion de croiser. Non, il ne leur ressemblait pas, mais ce n’était pas pour autant qu’il ne voyait pas la ressemblance avec les saxons et il savait que les personnes autour aussi. Cependant, Arthur préférait largement ne pas s’en préoccuper pour le moment. L’homme affirma d’ailleurs qu’il était prêt à passer toutes les épreuves et les questions pour prouver qu’il était prêt à le servir. Soit, Arthur ne pouvait pas nier qu’il appréciait ce genre de discourt, il savait aussi qu’il ne pouvait pas prendre n’importe qui à son service. Et donc, oui, il avait l’intention de questionner un peu le jeune homme.

« Je ne doute pas de vos compétences. »
Répondit-il alors, parce qu’il était évident que le jeune homme sous ses yeux semblait savoir manier une épée. « Si vous commenciez par me dire qui vous êtes et d’où vous venez. Je pense que ça sera un très bon début. »

Et forcément, le roi espérait quand même que son interlocuteur allait se montrer suffisamment explicite pour qu’il puisse en apprendre davantage à son sujet. Dans tous les cas, il n’avait pas l’intention de se retenir de lui poser le plus de question possible pour en apprendre plus, avant, de peut-être s’assurer qu’il était réellement compétant et de prendre une décision. En tout cas, tout le monde autour d’eux ne manquait pas de les observer attentivement. Un des chevaliers s’approcha même de Arthur, dans le but sans doute de souligner le fait que l’homme ressemblait à un saxon, mais le souverain leva la main pour l’empêcher de parler.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si vous vous vengez, que la vengeance ne dépasse point l'offense.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maria ✘ tuée par un cupcake, vous vous foutez de moi ?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Salut à vous mes vieux amis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-