Partagez | .
 

 Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 1318

Message#Sujet: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Sam 28 Oct - 18:06


Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
O

mbeline dévisagea longuement l’anneau qui brillait dorénavant à son doigt, cette alliance qui la liait dorénavant et « jusqu’à ce que la mort les sépare » à Obéron Gabet, il avait beau être de belle facture, choisi auprès de l’un des joalliers les plus réputés du royaume, la jeune femme ne savait s’empêcher de trouver ce bijou horrible. Elle ne rêverait que de pouvoir s’en débarrasser tout de suite, mais bien évidemment, c’était impossible. Seule face à l’imposant miroir qui ornait son boudoir, elle prit une grande inspiration, suivie d’une longue expiration, il fallait qu’elle se reprenne, qu’elle se ressaisisse. Elle avait su garder la face tout au long de la cérémonie, mais à présent que celle-ci était passée, elle avait bien du mal à retrouver son sourire de façade et ses manières charmantes et charmeuses. Au moment de dire « oui », son regard avait croisé un instant celui de Pellinore, et elle avait éprouvé une sensation alors que n’aurait pas devancé un poignard enfoncé en plein cœur. Une traîtresse, voilà ce qu’elle était. Bien sûr, ils s’étaient mis d’accord, bien sûr, il n’y avait pas d’autre solution. Ca ne l’empêchait pas de se sentir… mauvaise. Pas parce qu’elle abusait de la crédulité et de la santé d’un petit vieux, mais parce qu’elle trahissait l’une des promesses les plus sacrées qu’elle ait jamais fait à son frère, celle de ne jamais épouser quiconque, promesses qu’elle avait tenu à respecter au point d’aider Pellinore à assassiner leur propre père. Et à laquelle elle avait renoncé en un mot. Ombeline essuya d’un revers de manche les larmes qui ruinaient son maquillage. Il fallait continuer, puisque c’était fait, il fallait au moins que ça en vaille la peine.

Après un moment, elle se repoudra, fixa son reflet comme si elle regardait une étrangère, ainsi vêtue de sa belle robe blanche de cérémonie, et se reprit. Sa main à présent décorée de l’alliance maudite se déposa avec douceur sur son ventre dont seul un œil avisé devinerait un début de rondeur sous la masse de tissu qui composait sa tenue nuptiale. Ca en valait la peine, et ils avaient fait le plus dur. Ce ne serait plus que l’affaire de quelques semaines, à présent, avant qu’Obéron ne soit plus qu’un mauvais souvenir. Retrouvant confiance et une respiration calme, elle retrouva donc la salle de réception où tout le gratin du royaume, le roi y compris (qui lui faisait en l’occurrence un trop bel honneur) était venu célébrer ces noces improbables. Elle balaya l’espace du regard, un fin sourire décora ses lèvres en apercevant Pellinore, qui s’effaça un peu en découvrant qu’il n’était pas seul, Gaspard était là. En même temps, Gaspard était toujours là. Depuis ses fiançailles, elle avait le sentiment qu’il était comme de la poie collée à ses chaussures. Malgré tout, elle s’approcha.

-Alors, qu’avez-vous pensé de la cérémonie ? J’espère qu’elle a été à votre goût,
dit-elle en souriant, ayant retrouvé ses manières de façade, sans rapport avec sa pensée réelle.




code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Dane Dehaan

Messages : 539

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Mar 31 Oct - 14:53

Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
Il y avait eu ce moment où leur père leur avait trouvé respectivement un bon parti à épouser, un pour chacun. Et ils avaient tués ce père afin de ne jamais plus cet homme n’ose respirer après ce qu’il avait fait à Ombeline, et que jamais ils ne se retrouvent dans une telle position. Ils s’étaient fait des promesses, de n’appartenir que l’un à l’autre, de ne jamais épouser personne, de s’épouser quand ils auraient pris le pouvoir et qu’ils auraient donc la possibilité de changer les règles. Sauf que tout cela semblait appartenir à une époque lointaine. Pellinore s’y était préparé, cela faisait plusieurs semaines tout de même maintenant qu’ils avaient prévu leur plan, qu’ils avaient mis en place ce stratagème afin que personne ne sache que l’enfant qui se trouvait niché dans le ventre de Ombeline – et qui ne se voyait pas encore, quand on n’en savait rien – était le sien. Tout cela pour ça, oui, c’était important. Et c’était bien parce que c’était important, parce que c’était le sort de son âme sœur et de leur enfant qui était en jeu que Pellinore prenait sur lui, il prenait vraiment sur lui. Mais malgré le fait qu’il se soit préparé, qu’il se soit mentalement préparé, ça n’avait pas du tout été évident d’assister à cette cérémonie. De voir Ombeline se tenir devant cet autel en compagnie de Gabet, de la voir dire oui à cet homme, de la voir l’embrasser alors que lui, il était à côté. Mais il se consolait en se disant que la situation n’avait rien de facile non plus pour Ombeline et qu’en soi, il avait même la partie la plus facile. Il devait être fort pour celle qu’il aimait.

On pouvait dire que le plus dur était passé en soit, parce que la cérémonie avait eu lieu, que sa sœur était bel et bien la femme de Gabet maintenant – ça lui arrachait vraiment le cœur rien que d’y penser – et qu’ils n’avaient plus qu’à attendre patiemment le moment venu pour se débarrasser de ce type. Une fois Gabet mort, sa sœur entrera en veuvage, on allait leur foutre la paix et ils allaient pouvoir arrêter de jouer la comédie. Parce que forcément, ils devaient constamment jouer la comédie. Pendant que Ombeline était absente, Pellinore se retrouvait au milieu de cette réception où tout le gratin du royaume se trouvait, même Arthur Pendragon était là. Le jeune homme devait donc jouer les frères heureux pour sa sœur, encore plus quand le fils Gabet décida de venir l’aborder. Comme il le haïssait celui-là, toujours dans leur patte. Le fils de son « beau-frère » n’appréciait pas cette union, il ne s’en cachait même pas, mais il ne se rendait pas compte à quel point Pellinore souffrait de cette union de son côté. Sauf qu’ils n’avaient pas le choix et que le seigneur ne devait rien montrer. Un sourire orna son visage quand Ombeline arriva à leur hauteur. Toujours aussi belle, toujours aussi parfaite, jouant parfaitement la comédie. Quand bien même, Pellinore décelait quelque chose dans son regard. Ils allaient avoir besoin tous les deux que cette réception ne s’éternise pas.

« C’était une très belle cérémonie. »
Fit-il effort de dire alors, tournant son regard vers Gaspard qui ne cachait pas réellement le fait que ça ne lui plaisait pas. Mais bon, il ne pouvait rien dire maintenant. Pellinore déposa de nouveau ses yeux sur Ombeline. « Tu es magnifique ma sœur. »

Sur ces mots, Pellinore vint embrasser la joue de sa jumelle, comme tout frère ferait en temps normal pour féliciter sa sœur. Sa sœur oui, juste sa sœur, c’était ce qu’elle devait être pour les heures à venir, avant qu’ils ne puissent se retrouver. Et Pellinore préférait largement éviter de penser au fait que normalement après un cérémonie de mariage, il y avait une nuit de noce.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 1318

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Sam 4 Nov - 10:42


Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
O

mbeline ne savait que trop à quel point son frère devait prendre sur lui en cet instant, et elle lui en était réellement reconnaissante. Des deux, il semblait qu'elle était la grande actrice de la fratrie, celle qui avait pour habitude de flatter ceux qu'elle n'estimait pas et d'endormir la défiance de ceux qui seraient susceptibles de leur mettre des bâtons dans les roues, mais Pellinore lui prouvait très clairement, en cet instant, que lui aussi pouvait être un comédien hors pair. Ne serait-elle pas pertinemment consciente des sentiments qu'il avait pour elle et de leur force, elle pourrait sans doute croire en la sincérité de son compliment quand il affirma que cela avait été une belle cérémonie. Intérieurement, elle était sûre qu'il bouillonnait, et elle regrettait de lui faire subir ça, mais présentement, en présence de Gaspard, il faisait sublimement illusion. Ombeline compléta sa comédie avec la sienne, afficha un sourire ravi, comme si la bonne réception de cette cérémonie était tout ce qui comptait pour elle. Oh, ça avait de l'importance, car c'était maintenant que tout se jouait, maintenant qu'elle devait se présenter sous son jour le plus impeccable pour dissiper les doutes de tout un chacun, si doute il y avait. Ce soir tout particulièrement, elle devrait convaincre toutes les personnes présentes, qu'elle était bel et bien amoureuse de son chevalier de nouveau mari. C'était l'occasion ou jamais, d'ailleurs. S'il y avait un avantage à ces festivités, c'est que tout le gratin était là, et Ombeline en avait besoin pour parfaire son influence et sa réputation. Grâce au soutien financier et humain du roi (ce qui ne la retiendrait pas de lui planter un couteau dans le dos le moment venu), Autice avait reprit l'aplomb, et Ombeline appréciait que tout un chacun puisse en juger ce soir. Les jumeaux d'Autice, dont personne ne se méfiait pour l'heure, feraient leur entrée fracassante dans le grand monde et bousculeraient tout sur leur passage. Mais en attendant, l'heure était encore à la comédie, et Pellinore la jouait parfaitement bien.

-Je te remercie,
répondit-elle dans un fin sourire en sentant le chaste baiser que son frère déposait sur sa joue lui emballer le coeur.

Un baiser innocent, normal, qui ne sous-entendait rien, mais qui donnait envie d'embrasser Pellinore à pleine bouche, sous le regard abruti de toute l'assistance. Mais non, il ne fallait pas, il était nécessaire qu'ils se retiennent, encore un peu. Jusqu'à la nuit de noce. A ce sujet, Ombeline avait un plan très précis, qu'elle mettait tranquillement en oeuvre. Elle avait demandé à l'un des serviteurs chargés de remplir leur verre de veiller tout spécifiquement à ne jamais laisser vide celui de son époux, et surtout de le remplir d'une boisson toute particulière qui devrait l'assommer toute la nuit durant, leur laissant le champ libre. Elle voulait le lui dire, pour que son frère ne s'inquiète plus. Mais Gaspard, le gêneur était toujours là.

-J'espère que père, d'où qu'il se trouve, est fier de moi,
mentit-elle avec le plus grand aplomb. En vérité, d'où qu'il se trouve, elle espérait bien lui faire honte. Vous savez ce que c'est, n'est-ce pas, ajouta-t-elle alors, en légère provocation, à l'adresse de Gaspard. Chercher à tout prix l'estime de son père.




code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 451

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Sam 23 Déc - 21:22

Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
Gaspard savait bien qu’au fond, il ne pouvait rien faire du tout pour arrêter ce mariage, mais ce n’était pas pour autant qu’il appréciait spécialement de se trouver dans un tel endroit en un tel moment. Il y avait du beau gratin, il y avait du beau monde, parce que la jeune femme Autice n’avait pas l’intention de faire les choses à moitié. Il y avait des personnes de la haute, comme le roi Arthur lui-même. Gaspard devait prendre sur lui, il n’avait pas le choix, parce qu’il ne pouvait pas faire un scandale. Sauf qu’en même temps, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de se sentir particulièrement mal de voir son père épouser cette jeune femme. Même s’il n’avait pas d’autre choix que de se faire à cette idée.

Parce que Ombeline était maintenant officiellement sa belle-mère… c’était particulièrement étrange de se dire ça, alors qu’elle à peine plus vieille que lui. C’était vraiment bizarre, mais ça n’enlevait pas le fait qu’elle était donc officiellement sa belle-mère. Obéron Gabet était l’époux de Ombeline… Ombeline Gabet. Soit, il ne pouvait plus revenir en arrière. Et maintenant, Gaspard se retrouvait à cette réception. Sans pouvoir réellement s’en empêcher, le jeune homme alla s’adresser un peu à Pellinore, le frère de sa « belle-mère ». Il avait bien envie de chercher juste un moyen de trouver une personne de son côté. Gaspard ne pensait pas que le frère de Ombeline soit réellement heureux de cette situation… Et en parlant de la jeune femme, elle fut rapidement de retour. Au fond, Gaspard devait se tromper. Le seigneur d’Autice ne semblait pas spécialement malheureux du mariage de sa sœur (parce que c’était un grand comédien). Vraiment, le jeune homme ne comprenait vraiment pas ce que les Autice pouvaient bien trouver d’intéressant dans ce mariage et c’était évident que Ombeline ne pouvait pas réellement avoir des sentiments pour son père, ce n’était pas possible quand même. Le jeune homme ne fit aucune remarque sur le fait que la cérémonie ou la réception puissent être belles ou non. Il se contenta d’écouter Ombeline affirmer ensuite qu’elle espérait que son père était fier d’elle, là où il se trouvait. Et forcément, la jeune femme ne manqua pas l’occasion de lui lancer quelques piques au passage. Gaspard serra des dents, il n’appréciait vraiment pas cette remarque… mais il devait prendre sur lui.

« Je sais ce que c’est. » Dit-il alors, la gorge serrée. Oh oui, le jeune homme savait parfaitement ce que c’était que de chercher à tout prix l’estime d’un père, sans pour autant parvenir à l’obtenir. Quand bien même, le jeune homme n’avait aucune idée de ce que son interlocutrice avait pu vivre concernant son propre père. « Et vous avez visiblement réussi à obtenir l’estime de mon père… plus que moi. »

Il ne savait pas comment elle avait pu atteindre une telle rapidité, mais force était de constater que Maria n’avait pas réussi à aller aussi loin avec Obéron Gabet qu’avec lui.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 1318

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Lun 25 Déc - 23:39


Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
O

mbeline ne put s'empêcher de se sentir diablement satisfaite en constatant que sa petite pique avait visiblement fait mouche, mieux encore, Gaspard ne lui en lançait même pas en retour. A la place, quand il reprit la parole, elle ressentit dans sa voix une certaine amertume qui, loin de la rendre empathique, lui fit grand plaisir. Elle n'avait vraiment rien à faire des états d'âme de son interlocuteur, mais si elle avait pu parvenir, d'une manière ou d'une autre, à le piquer et à le décontenancer, alors elle était ravie, ça valait pour toutes les fois où il était parvenu à faire l'inverse. Et y parviendrait de nouveau. En tout cas, il était de plus en plus certain que Gaspard avait un vrai souci avec son père, et qu'elle, comme ça, agravait le problème. S'il savait... si ça ne tenait qu'à elle, elle les laisserait sans problème continuer à vivre leur dysfonctionnelle relation père-fils sans interférer. Mais le fait est qu'elle avait besoin d'Obéron Gabet, ou tout du moins d'un nom à donner à son futur enfant. Ce qui l'obligeait vraiment à une attitude aux antipodes avec ses convictions : un mariage de pacotille avec un homme qui la révulsait alors qu'elle s'était jurée de ne jamais se laisser passer la bague au doigt, et un hommage rendu à un père qu'elle haïssait profondément et dont elle maudissait la mémoire chaque jour de sa vie, pour tout le mal qu'il lui avait fait, pour toute la douleur qu'il lui avait fait subir, jusqu'à ce que ce supplice s'arrête, à sa mort. Enfin... pour le moment, il fallait laisser ces pensées derrière soi et se concentrer sur l'instant présent. C'était le plus important, bien au-delà de tout le reste.

-Il ne tient qu'à vous de changer les choses,
répondit Ombeline, loin de vouloir contredire Gaspard quand il affirmait qu'elle avait su mieux que lui gagner l'estime d'Obéron - ce qui en un sens était vrai, même si elle n'avait pas manqué de tricher pour obtenir ce qu'elle souhaitait, en ce qui la concernait. Je peux intercéder en votre faveur auprès d'Obéron, vous savez. Elle marqua une légère pause. Nous sommes une famille à présent, et je ne tiens pas à ce que qui que ce soit soit mis de côté. Elle tourna un regard appuyé vers Pellinore. Et rien ne compte plus que la famille à mes yeux.

Ce qui était parfaitement vrai. Seulement, sa notion de famille ne comprenait clairement pas les Gabet. Eux, ils étaient juste... des aléas collatéraux. Sa famille, c'était Pellinore (qui au-delà de sa famille, était sa coeur, sa vie, son âme, son tout), et l'enfant qu'elle portait dans son ventre, invisible au regard du monde pour le moment, mais dont l'existence ferait sans doute grand bruit, elle n'en doutait pas.




code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Dane Dehaan

Messages : 539

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Jeu 15 Fév - 14:38

Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
Pellinore mourrait d’envie de s’emparer des lèvres de sa sœur jumelle, de la serrer contre lui, de… eh bien, juste de profiter d’elle. Mais le jeune homme devait se contenir quand même, parce qu’il ne pouvait pas tout gâcher maintenant. Même si forcément, Ombeline était magnifique et que la voir aussi belle – sans que ça ne soit pour lui, malheureusement – ça ne manquait pas de lui faire tourner la tête. C’était le moment le plus dur, forcément, parce que le jeune homme devait arriver à prendre le plus sur lui, alors qu’il voyait son âme sœur se marier avec un autre homme, alors qu’ils devaient jouer le jeu sur le fait qu’ils étaient heureux pour ce mariage. Par chance, Pellinore savait qu’il pouvait compter sur sa sœur jumelle pour tenir, et il ne faisait que ça pour elle évidemment. Pour elle, pour eux, c’était la seule chose qui comptait réellement.

Il s’amusait en tout cas de la manière dont elle avait de constamment chercher le fils Gabet, même si ce ne fut pas dès plus agréable de l’entendre parler de leur père. Mais bon, en même temps, le jeune homme savait parfaitement que sa sœur ne pensait pas un traitre mot de ce qu’elle disait. Il se retint d’afficher un sourire trop amusé quand Ombeline affirma au rejeton Gabet qu’elle pouvait interférer auprès de son père pour lui. Pellinore s’amusait de la situation, oui, parce qu’il savait que c’était réel, qu’il savait qu’elle pouvait réellement le faire. Le jeune homme plongea son regard dans celui de sa sœur jumelle, quand elle tourna ses yeux vers lui, en précisant que rien ne comptait à ses yeux plus que la famille. Il savait qu’elle pensait ces mots, mais il savait aussi qu’elle n’englobait pas les Gabet dans sa famille, quand bien même à présent… elle portait le nom de cet enfoiré. Si seulement il pouvait simplement l’embrasser maintenant. Pellinore tourna cependant son regard vers Gaspard, ensuite, quand ce dernier reprit la parole.

« Merci à vous, c’est gentil. » Dit-il et Pellinore eut le sentiment qu’il n’appréciait pas du tout en réalité les propos de sa « belle-mère » et qu’il ne pensait pas plus ce qu’il disait. Le jeune homme ne pouvait pas nier que ça l’amusait quand même énormément de tourner en bourrique le jeune Gabet, qu’il ne soit pas le seul à souffrir de ce mariage. « Mais ça ira. »

Il était évident que le jeune Gabet n’aimait pas plus que cela les Autice, mais en même temps Pellinore ne pouvait pas réellement lui en vouloir. Bien au contraire. Surtout que tout cela était arrivé très rapidement (et pour cause, ils s’étaient arrangés pour que ça arrive vite). Vivement le moment où ils allaient être débarrassée de ces personnes.

« N’hésitez pas surtout. » Reprit alors Pellinore, dans le but d’appuyer les propos de sa sœur. « Ombeline a raison, nous sommes tous de la même famille maintenant. Nous devons nous serrer les coudes. »

Concrètement, Gaspard et Pellinore ne faisaient pas directement parti de la même famille, mais c’était le beau-fils de sa sœur donc…
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 1318

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Jeu 15 Fév - 18:34


Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
G

aspard la remercia pour son aide tout en affirmant l'instant d'après qu'il n'en avait guère besoin. La jeune femme se contenta de répondre par un sourire qui se voulait courtois et agréable, et dissimulait bien sûr tout le mépris que lui inspirait son interlocuteur. Au moins, le jeune homme jouait le jeu, c'était déjà ça, et il était assez amusant de l'imaginer bouillonner intérieurement tandis qu'elle s'amusait à le faire sortir de ses gonds, sans aller trop loin non plus (car le but n'était tout de même pas de provoquer une quelconque esclandre - même si cela pourrait bien retomber sur le jeune homme, au final, ce qui amuserait encore davantage Ombeline). Elle était convaincue du fait qu'il devait fournir des efforts extrêmes de diplomatie pour ne tout simplement pas l'envoyer sur les roses, et l'imaginer était on ne peut plus satisfaisant à ses yeux. Il fallait bien qu'elle s'amuse de ce qu'elle pouvait, c'était bien la seule chose qui savait rendre cette soirée un tant soit peu supportable à ses yeux... car pour le reste... elle était tout bonnement dégoûtée d'elle-même. Avoir dit oui à cet homme qui la révulsait... Fallait-il vraiment qu'elle aime l'enfant qui grandissait dans son ventre ! Et oui, elle l'aimait. Parce qu'elle aimait plus que tout le père de ce dernier, qui lui aussi devait mettre à profit tout le self-control du monde pour ne pas juste sortir également de ses gonds. Ils étaient tous sur la retenue, et tous ils bouillonnaient intérieurement. Au moins c'était de bonne guerre. Pellinore suivit sa soeur sur sa lancée, et sa manière de faire séduisit la jeune mariée au plus haut point. Ils n'avaient définitivement rien besoin de se dire pour se comprendre, et quand ils se comprenaient... C'était juste un plaisir incommensurable.

-C'est ce qui nous manquait,
affirma-t-elle alors, ravie, un peu de vie, dans cette demeure, un vrai sens de la famille, une vraie cohésion. Elle marqua une pause intentionnelle avant de reprendre. Et j'ose espérer que sous peu, cette famille s'agrandira.

Elle ne le ferait pas, du moins pas celle qui devait concerner les Gabet, en revanche, celle des seigneurs d'Autice s'agrandissait déjà, heureusement pas assez encore pour que ne se découvre sous le tissu de sa robe la proéminence de son ventre, mais bientôt... Mettre en avant son désir d'enfanter, de devenir mère et d'agrandir la famille lui paraissait approprié et pour le moins stratégique. Ainsi, la surprise serait moins grande quand l'heureux événement serait connu de tous. Un heureux événement qui s'accompagnerait rapidement d'une bien sinistre nouvelle, d'une terrible tragédie... Et Ombeline était plus qu'impatiente d'en devenir l'actrice principale, avec pour partenaire de scène le cadavre encore frais d'Obéron Gabet.




code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 451

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Mer 18 Avr - 21:29

Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
Gaspard aimerait bien se trouver dans un autre endroit que celui-ci, mais non… malheureusement, il ne pouvait pas échapper au mariage de son père. Et aux remarques des Autice (et Gabet pour Ombeline, maintenant qu’elle était officiellement la femme de son père), parce que clairement, Gaspard n’avait pas envie d’entendre constamment ce frère et cette sœur lui parler du fait qu’ils formaient une belle et joyeuse famille. Le jeune homme n’avait pas le choix, cette jeune femme à peine plus âgée que lui était à présent sa belle-mère. C’était officiel, ce n’était pas comme si le jeune homme pouvait envisager de faire quoi que ce soit maintenant, puisque la cérémonie avait eu lieu. Mais pour autant, il était incapable de considérer ces personnes comme des membres de sa famille, que ça soit le frère de sa belle-mère, ou même celle-ci directement. C’était impossible. Ils ne formaient pas une famille, même si Gaspard n’avait pas d’autre choix que de faire avec.

Ombeline revint sur le fait que sa grande demeure manquait de vie de famille, que c’était ça qui manquait dans la demeure… des personnes. Une famille, une cohésion. Gaspard avait envie de pousser un soupir, de lever les yeux au ciel, mais il devait quand même prendre sur lui. Il allait prendre sur lui donc, parce qu’il n’avait pas le choix. Mais ce ne fut rien en comparaison du moment où Ombeline affirma qu’elle espérait que sous peu… cette famille allait s’agrandir. Gaspard avait envie de vomir, tout simplement, en imaginant le fait que la jeune femme sous ses yeux allait un jour devenir la mère de son petit frère ou de sa petite sœur. Ce n’était pas si étonnant que ça en soit, parce qu’un homme et une femme qui se mariaient, c’était quand même en grande partie dans le but de fonder une famille. Mais quand même, Gaspard n’avait aucune envie d’imaginer son père en train de faire des galipettes avec la jeune femme sous ses yeux. Non pas qu’elle ne soit pas désirable – même lui était capable de le dire quand même – mais clairement… il s’agissait de son père. Donc non, il ne voulait pas penser à ça et il n’avait aucune envie de se dire qu’un jour, il allait y avoir un nouveau Gabet, qu’à son âge il allait avoir un petit frère ou une petite sœur.

« Vous savez, vous avez quand même le temps. »

Après tout, Ombeline d’Autice était jeune. Bon, son père ne l’était pas, mais quand même. Enfin, le jeune homme se doutait qu’elle n’en aurait que faire de ce qu’il disait, mais il avait eu besoin de préciser qu’il n’était pas spécialement pressé qu’elle soit enceinte. Sans qu’il ne se doute qu’elle l’était déjà et que tout cela avait un rapport avec le fait qu’elle l’était justement.

« Mon père a l’air en forme d’ailleurs… » Précisa-t-il, en tournant son regard vers ce dernier. Il avait clairement forcé sur la bouteille celui-là. Du moins, c’était ce qu’il pensait encore une fois.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 1318

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Jeu 19 Avr - 18:17


Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
G

aspard devait être en train de fulminer. C'était ce qu'Ombeline espérait, du moins. Oh, elle savait bien qu'elle devrait tout faire pour se le mettre dans la poche, et on ne pourrait pas lui reprocher d'avoir essayé, c'est sûr, mais c'était plus fort qu'elle, puisque ses efforts initiaux n'avaient pas fonctionné, elle appréciait de le faire enrager à mi-mot, et elle aimait s'imaginer que le jeune homme devait prendre terriblement sur lui pour ne pas lui sauter à la gorge. Elle considérait qu'elle avait gagné dans tous les cas. Quoi qu'il advienne à présent, Obéron était son époux, et s'il avait la décence de ne pas lui claquer entre les pattes d'ici le lendemain, il aurait fait son usage. Elle avait trouvé un père pour son enfant, et n'en déplaise au chevalier de la table ronde, cet enfant naîtrait bien vite. Que la perspective qu'elle devienne la mère de son "petit frère" ou de sa "petite soeur" le dérangeait et l'agaçait, voire le dégoûtait, c'était un bonus. Il ne manqua pas d'affirmer qu'ils avaient du temps. Ombeline ne répliqua rien, mais il était évident que même si elle avait été sincère dans ses intentions, elle n'aurait pas écouté le jeune homme. Elle était jeune, c'est vrai. Mais son "mari", lui, n'était pas de toute première fraîcheur. Qu'ils s'empressent de "cuisiner" un héritier, c'était ce qui importait. Enfin, c'était ce qui devrait germer dans l'esprit de tout un chacun. Mais rien de ce que quiconque autour de cette table (en dehors d'elle et Pellinore, bien sûr) pouvait présumer n'était réel. Et c'était tout l'intérêt.

Ombeline suivit le regard de Gaspard quand ce dernier évoqua son père et lui jeta un regard attendri, qui n'avait évidemment rien de sincère. Le propos de Gaspard était clairement ironique... Car Obéron était tout bonnement en train de s'endormir... rien d'étonnant à cela étant donné ce que la jeune femme s'était appliquée à verser dans son verre. Il avait dans son vin de quoi l'assommer jusqu'au lendemain matin. Elle était ravie de voir que cette potion faisait l'effet escompté. Sa lune de miel allait être exactement comme la jeune femme l'avait espéré. Et ce n'était pas son nouvel époux qui en bénéficierait, bien sûr. Mais bien davantage Pellinore, qu'elle se retenait de regarder même si elle en mourait d'envie, afin de ne pas trop éveiller les soupçons.

-Cette journée a été épuisante
, reconnut-elle avec le sourire pour justifier l'état de fatigue avancé dans lequel semblait effectivement se trouver son époux. Je crois que notre lit de noce nous appelle.

Et cette affirmation ne manquait bien évidemment pas de sous-entendus qu'elle ne prenait pas la peine de dissimuler un seul instant.




code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Dane Dehaan

Messages : 539

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   Dim 6 Mai - 15:36

Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle.
Si Pellinore ne prenait pas sur lui, il était évident que le jeune homme pèterait un câble rien qu’à l’idée que Ombeline puisse avoir envie d’agrandir la famille des Gabet. Bien sûr, tout cela n’était que comédie, mais mine de rien, le jeune homme ne pouvait que constater à quel point sa sœur était bonne comédienne. Il le savait depuis toujours, ça n’enlevait pas le fait qu’il était impressionné en cet instant précis de voir à quel point elle savait manipuler son monde. En tout cas, malgré le fait que le fils Gabet n’ait pas spécialement envie que ça soit le cas, l’héritier était bel et bien en route d’ores et déjà et donc la famille allait s’agrandir vite. En un sens, Pellinore ne pouvait pas nier qu’il goutait quand même son plaisir de profiter de l’énervement du « beau-fils » de sa sœur jumelle. Ce dernier affirma qu’ils avaient le temps et si techniquement, Ombeline avait le temps… ce n’était évidemment pas le cas. Ils n’avaient pas le temps, ce n’était pas pour rien que ce mariage avait eu lieu si rapidement et qu’ils avaient été obligé de précipiter un peu les choses. Pour l’heure, personne ne pouvait deviner sous la robe de sa sœur jumelle que quelque chose se nichait dans son ventre. Pellinore avait le sentiment de le voir, mais c’était sans doute en grande partie parce qu’il était au courant. Sinon, ça ne se voyait pas donc et il ne fallait pas que ça soit le cas.

Le regard de Pellinore suivit le même chemin que celui de Ombeline, quand Gaspard mentionna son père. L’idiot était en train de s’endormir sur place. Ça n’allait vraiment pas être compliqué de mettre en place le plan de Ombeline, et le jeune homme ne put s’empêcher de sentir un certain frisson lui parcourir l’échine à cette idée. Parce qu’il aimait ça, parce qu’il aimait l’idée, parce qu’il avait hâte de pouvoir retrouver son âme sœur. Après une journée comme celle-ci, il était clair et net qu’ils avaient besoin de partager plus qu’une simple relation de frère et sœur. Ombeline affirma que la journée avait été épuisante – et clairement, Pellinore ne pouvait pas lui donner tort, il se sentait épuisé de tous les efforts qu’il avait fait – et que leur lit de noce les attendait. Heureusement qu’il y avait la suite, sinon Pellinore aurait eu bien du mal à se contrôler en cet instant précis.

« Je vais demander à quelqu’un de t’aider à aller coucher ton mari, ma chère sœur. »
Dit-il, en posant délicatement une main sur le bras de Ombeline, dans un geste qui se voulait parfaitement saint et sans sous-entendu. Mais ce n’était que les prémisses d’autre chose. « Et je vais m’assurer que tous nos invités vont trouver leur chambre. » Que la fête se termine, c’était une très bonne chose. Pellinore tourna son regard vers Gaspard. « Vous connaissez le chemin à force. » Lui dit-il simplement, dans un fin sourire et ce dernier lui lança un regard glacial de nouveau, avant de confirmer que oui, il allait trouver le chemin.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le principe de base du mariage est une incompréhension mutuelle. [pv Gaspard & Pellinore :3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Quelle est la base du développement ?
» Demande de mariage de Paquerette et Philipaurus
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Autice-