Partagez | .
 

 Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Sam 8 Juil - 13:44

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
La magie avait une part intégrante dans le monde, nulle ne pouvait ignorer son pouvoir. Et Urien de Gorre n’en faisait pas exception. Il avait plus d’une raison de croire en la puissance de la magie, en la puissance des pouvoirs que certaines personnes possédaient. Il y avait des croyances que certain mettaient en doute, mais le chevalier de la table ronde n’avait pas pour habitude de le faire. Il avait régulièrement sous les yeux l’une des magiciennes les plus puissantes de ce royaume – mais ne répétez pas à Morgane qu’il pensait cela – il avait déjà vu de ses propres yeux les prodigues de Merlin. Il croyait dur comme fer à la puissance du Saint Graal, cette relique qu’ils cherchaient tous afin que le royaume puisse être au sommet de sa grandeur. Urien croyait en la magie donc, en cette puissance.

Il avait cependant moins foi en l’humanité. Il ne savait que trop bien que certain était mauvais, mais surtout que des gens ne manquaient pas d’être des charlatans. En cet instant précis, il aimerait sincèrement croire que cette femme, cette sorcière ou il ne savait quoi d’autre, était un escroc. Qu’elle avait décidé de se moquer des deux chevaliers qui étaient venu la trouver. Mais ce n’était pas le cas, le seigneur de Gorre n’avait aucune raison de mettre ses propos en doute. Et alors qu’il revenait donc à Camelot, sans de résultat précis concernant la quête qu’il avait mené avec son cousin, Urien ne pouvait guère arrêter de penser à ces paroles. À ce qu’il avait découvert. Alors forcément quand il arriva à Camelot – parce qu’il était quand même censé parler avec le roi à un moment donné de la quête qu’il avait mené – Urien n’était pas ce qu’on pouvait dire vraiment en forme. Il ne se préoccupa de rien, se contentant simplement de se rendre dans ses appartements qui lui étaient réservés pour ses visites. Quand il y entra, il était seul et ça lui convenait très bien.

Urien savait bien qu’il ne me montrait sans doute pas de la bonne manière, mais il aimait son fils. Il était son héritier, son fils, la chair de sa chair, le sang de son sang, il l’aimait comme tout père ne pouvait qu’aimer son fils. Bien sûr qu’il se montrait dur avec lui, parce qu’il fallait bien qu’il en fasse un homme, un chevalier, digne de ce rang qu’il allait hériter. S’il se montrait sévère, c’était dans le seul but de le rendre plus fort. Mais rien n’enlevait qu’il l’aimait, il ne savait peut-être simplement pas comment l’exprimer. Urien ne devait peut-être pas s’en faire autant pour Yvain, sans doute, mais en même temps si un être magique avait eu une vision le concernant… du moins il pensait que c’était le concernant. Urien se laissait en tout cas complètement happer par son trouble, profitant du fait qu’il était seul (et donc par conséquence plus en présence de Méléagant). Mais malheureusement, il n’allait pas pouvoir rester seul bien longtemps, puisque la porte s’ouvrit, sur Morgane justement.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Sam 8 Juil - 15:37


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe appréciait davantage de se trouver à Camelot que sur le territoire de Gorre où était pourtant, sans doute, et plus logiquement, sa place. Il faut dire qu'en ces terres, elle se sentait isolée de tout et à l'écart de ce qui importait réellement... Alors qu'à Camelot, centre névralgique du royaume, elle pouvait non seulement garder un oeil sur son frère tant détesté, mais en plus de cela tendre l'oreille à toutes les rumeurs, à toutes les informations qui pouvaient circuler dans cette sphère très spécifique... Certains bruits de couloir pouvaient, en soi, sembler ne pas mériter tant d'attention de sa part, mais Morgane savait pertinemment ce qu'elle faisait, et elle savait également que chaque détail comptait. Elle voulait croire qu'elle ne se tenait plus si loin que cela de la victoire, mais pour la peine, il fallait qu'elle se montre à présent de la plus sûre et totale intransigeance. Elle ne devait rien laisser passer, être à l'affût du moindre détail pour pouvoir s'en servir le moment venu à l'encontre d'Arthur. Sa soif de vengeance n'était pas tarie par les années, c'était même tout le contraire, elle éprouvait de moins en moins de patience et son envie de s'en prendre à son frère allait augmentant, et gagnait une intensité vorace. Elle se nourrissait de tant de haine à son égard, mais il fallait bien, à un moment ou à un autre, que la rage exulte, et elle osait espérer que cela ne tarderait pas trop quand même.

Donc, elle se trouvait en ce moment à Camelot, même si elle avait sans doute mieux à faire, techniquement, que de se trouver ici, et elle en était arrivé. Par ailleurs, elle avait trouvé un excellent prétexte à cela. Elle savait que son époux était en mission pour Arthur et passerait quelques jours à Camelot après cela. Elle pouvait bien prétendre attendre son retour ici, quand bien même ce que faisait Urien, à plus forte raison si c'était au service du roi, ne pouvait pas complètement l'intéresser. Au contraire, son absence lui faisait, en soi, des vacances, et elle le  cachait à peine. Ceci dit, toutes les vacances ont une fin. Morgane apprit au détour d'une conversation qu'Urien était rentré et qu'il avait rejoint leurs appartements. Il n'en fallut pas plus à Morgane pour décider d'aller le rejoindre, pas par réelle impatience à l'idée de le voir, juste parce qu'elle trouverait amusant de le narguer un peu. Voilà un moment qu'ils n'en avaient pas eu l'occasion, et ça lui manquerait presque, en fin de compte, mais presque, hein, elle n'en admettrait pas plus. En ouvrant la porte de leur appartement, elle le découvrit donc bel et bien. Il était présent.

-Ainsi mon mari revient de mission et il n'accourt même pas auprès de sa chère et tendre épouse ?
dit-elle, évidemment très ironique, un fin sourire au coin des lèvres. J'espère au moins que sa quête a été fructueuse.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Mer 23 Aoû - 22:01

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Il avait eu besoin de se poser un peu dans ses appartements de Camelot, après les révélations qu’il avait eues. Mais ce temps de repos, de silence, de solitude, fut bien rapidement écourté par Morgane qui entra dans la pièce. Urien poussa un soupir en voyant son épouse. Non pas que sa présence le dérangeait… bon, d’accord sa présence le dérangeait. Si les deux époux parvenaient plus ou moins à se supporter, à s’apprécier par moment, cela ne voulait pas dire qu’Urien adorait passer du temps en compagnie de sa femme. Il aimait d’ailleurs le fait qu’il soit souvent obligé de passer de Camelot à Gorre, de Gorre à Camelot ou encore de partir en mission pour le roi. Ainsi, constamment en voyage, il passait moins de temps avec son épouse. Parce qu’il savait qu’elle avait tendance à toujours le narguer. Ce qu’elle faisait d’ailleurs là tout de suite, en soulignant le fait que son mari était rentré sans même accourir à ses côtés. Comme si Morgane appréciait qu’il vienne la voir, il savait bien qu’elle pensait exactement la même chose. Un peu ça allait, mais ils s’appréciaient plus quand ils ne se voyaient pas trop. En l’occurrence, les petites piques de Morgane pouvaient l’amuser de temps en temps, quand il y répondait surtout, quand ils se charriaient tous les deux. Mais là, il n’avait aucune envie de jouer.

« Je ne suis pas d’humeur à la plaisanterie Morgane. »

Son ton était sec et sans appel. Cela arrivait souvent qu’il parle de cette manière à son épouse, quand bien même il tentait par moment de se contenir. Mais là, vraiment, il n’était pas d’humeur. Bon, en règle générale, il manquait d’humeur à la plaisanterie, mais présentement c’était pire que tout. Morgane n’avait rien à voir là-dedans, mais il n’avait pas l’intention de supporter ses moqueries pour le moment. Surtout qu’il savait bien ce qu’elle pensait de leur roi, de la quête de Saint Graal et de la volonté d’Urien d’être fidèle à Arthur Pendragon. Ils étaient en parfait désaccord sur ce sujet, comme sur d’autre. Comme sur celui d’Yvain par exemple, que Morgane n’appréciait vraiment pas. Le chevalier se doutait qu’elle avait même plus d’affection pour lui que pour leur fils, c’était dire. Elle n’avait pas la fibre maternelle, elle ne l’avait jamais eux, ce qui en soit ne dérangeait pas tant que cela Urien. À choisir, il préférait largement s’occuper de l’éducation d’Yvain, qu’il suive ses traces, qu’il devienne un parfait chevalier qu’un homme capable de trahir son roi pour les désirs de sa mère. Mais quand même…

« Cela ne vous intéresse pas de toute façon. » Ajouta-t-il dans un soupir.

Pourquoi s’amusait-elle à lui demander comment sa mission s’était passée, alors qu’elle cherchait à voir le roi tomber et les chevaliers échouer. Ou plutôt, elle pensait que les chevaliers ne pouvaient qu’échouer. Sauf que présentement, cette mission avait un rapport avec Yvain, et que ça le touchait donc plus qu’il ne faudrait. Trop sans doute, mais il tenait à son fils. Même s’il ne le montrait pas bien.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Ven 25 Aoû - 20:47


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe ne prit pas ombrage de la remarque de son époux quand il affirma ne pas être d'humeur pour ce genre de plaisanterie. Comment le pourrait-elle ? Il était bien rare qu'Urien soit disposé à entendre ses traits d'esprit, et la jeune femme le savait pertinemment. Leurs discussions pouvaient être cordiales, mais elles l'étaient bien souvent en surface, pas en substance, elle n'était donc pas surprise d'entendre son époux ne pas avoir goût à ses remarques (c'est l'inverse qui la surprendrait davantage) et elle n'irait pas s'offusquer pour autant. En revanche, si surprise il n'y avait pas réellement, la curiosité était de mise. Il n'était pas rare qu'Urien fasse comprendre à son épouse qu'elle l'incommodait, mais là, c'était différent. Elle le sentait tout du moins, et elle ne pensait pas se tromper sur ce point. Le simple fait qu'Urien affirme que cette histoire ne la concernait pas la convainquait du fait que ça ne devait la concerner que trop, en réalité. Restait à savoir dans quelles proportions, exactement, et ça, elle pouvait difficilement le deviner s'il ne se montrait pas un peu plus loquace. Elle n'était pas de nature, pourtant, à s'intéresser aux problèmes de son époux. Ils avaient chacun les leurs, et c'était très bien ainsi, mais si les ennuis de son mari devaient devenir les siens, logique qu'elle en soit informée, Ainsi voyait-elle les choses, en tous les cas. Morgane déposa une main que l'on eut pu croire affectueuse sur son épaule. On aurait peut-être pu s'y laisser prendre, d'un point de vu extérieur, mais si le geste était tendre, le venin contenu dans ses propos, lui, ne pouvait pas prêter à confusion.

-Allons donc, l'échec fut si cuisant que cela, pour vous mettre dans de si mauvaises dispositions ?


Bien sûr, elle savait que parler de la défaite éventuelle de son mari n'allait pas l'encourager à se montrer plus amène à son adresse, mais ce n'est pas ce qu'elle recherchait, en réalité, bien au contraire, même. Morgane s'accomodait bien de leur relation en dents de scie, elle ne voulait pas autre chose. Elle se disait seulement qu'elle pourrait bien réussir à pousser Urien dans ses retranchements, et si elle parvenait à ce tour de force, elle pourrait recueillir ses confidences. Bien sûr, elle serait peut-être déçue, il se pouvait bel et bien que tout ceci n'ait pas l'ombre d'un intérêt pour elle, mais pour en avoir la certitude, elle devait en apprendre bien plus que ce qu'on lui accordait à savoir pour le moment. Elle n'allait certainement pas se contenter du peu qui lui était proposé pour le moment.

-Qu'a-t-il bien pu se passer pour vous mettre dans de tels état ?
lui demanda-t-elle doucement à l'oreille.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Dim 3 Sep - 17:29

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Urien ne savait que trop bien que son épouse n’était pas du genre à se contenter d’écouter ses paroles, de les boire et de faire avec. Bien au contraire, elle ne manquait pas de caractère et de force de conviction. Et si par moment, ces traits pouvaient lui plaire – parce que quand même, il ne détestait pas tous chez son épouse, elle avait des attraits qui ne manquaient pas de le séduire par moment, même si cela ne faisait pas naître en lui des sentiments quelconques à son adresse… ce n’était pas ce qu’on lui demandait – il ne les supportait pas toujours. Ce jour-là, Urien ne se sentait vraiment pas d’humeur à la supporter, que ça soit elle ou le venin qu’elle avait l’habitude de lancer. Comme elle le fit maintenant, en mentionnant la défaite de la mission du chevalier. Si ce n’était que ça. Bon, évidemment, l’héritier de Gorre ne pouvait que se montrer dur avec lui-même quand il était question des missions qu’il effectuait pour le roi, autant qu’il se montrait dur avec Yvain. S’il attendait que son fils soit parfait, qu’il soit un grand chevalier, c’était aussi son but à lui. Et il pensait ne pas se débrouiller trop mal au passage. Alors forcément, subir un échec ça n’avait jamais rien d’agréable, surtout quand on avait une Morgane pour enfoncer le couteau dans la plaie. Mais s’il n’y avait eu que cela… il aurait pu rétorquer quelque chose à son épouse, lui prouver une avancée quelconque ou il ne savait quoi d’autre. Il aurait pu faire quelque chose en tout cas, mais là, ce n’était pas le cas.

En tout cas, Urien n’était réellement pas en bonne condition afin de subir les frasques de son épouse. Il savait qu’elle se réjouissait énormément de son échec, de l’échec de leur roi, du fait que Arthur Pendragon ne parvenait pas à obtenir le Saint Graal. Elle attendait de voir son frère quitter le trône de Camelot, parce qu’elle le détestait du plus profond de son âme. Ans un geste, Urien retira la main de son épouse de son épaule. Il n’avait aucune envie de la laisser faire des gestes d’affection à son égard. Il n’y croyait pas de toute façon. Morgane ne devait pas en douter une seule seconde. Elle savait qu’il ne se laissait pas prendre à son petit jeu. Parce qu’il n’avait aucune raison de le faire.

« Comme je vous l’ai déjà dit, cela ne vous intéressera pas Morgane. »
Rétorqua-t-il d’un ton dur, qu’il avait par moment l’habitude d’utiliser avec son épouse. Il perdait patience, il ne voyait pas l’intérêt d’aller dans le sens de la sorcière, si c’était pour qu’elle ne s’en préoccupe pas ensuite. Il était persuadé qu’elle n’en aurait réellement rien à faire d’ailleurs, puisque cela considérait un fils pour qui elle n’avait aucune affection. Et qu’elle ne cherchait même pas à aimer. Non pas que ça soit si grave que cela en soit, mais quand même. « Cela concerne votre fils. »

Se contenta-t-il de dire, en appuyant bien sur le « votre ».
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Dim 3 Sep - 20:24


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe trouvait décidément que son époux insistait bien trop sur le fait que l’objet de ses préoccupations ne la concernait pas pour que ce soit bel et bien le cas, elle avait le sentiment qu’il y avait forcément autre chose, et elle comprit quand Urien affirma que cette histoire concernait son fils. Bien sûr, elle pensa tout de suite qu’il faisait allusion à Yvain (logique il ne connaissait pas l’existence de Mordred et il n’y avait aucune chance qu’il sache quoi que ce soit, Arthur était la seule autre personne au courant et il avait bien trop honte pour en parler à qui que ce puisse être), et elle trouva amusant qu’il en parle comme de « son » fils, d’un côté, il la rappelait à son rôle de mère, de l’autre, il prétendrait ne pas vouloir la voir tenir ce rôle puisqu’il refusait d’évoque avec lui un sujet qui concernait aussi bien sa chair et son sang que les siens (ou pas, en fait). Au fond, il n’avait pas tort, et elle était au final assez déçue, elle avait effectivement espéré qu’il soit bel et bien question de quelque chose de plus croustillant, mais non, il ne s’agissait que d’Yvain, ce fils qui l’indifférait totalement et duquel elle ne voulait absolument rien savoir du tout. Ou presque. A l’heure où Urien semblait sincèrement préoccupé, Morgane avait bien envie de comprendre, de savoir pourquoi quitte à reconnaître ensuite que l’information l’indifférait bel et bien, ce qui avait de fortes chances d’être le cas.

-En effet, je reconnais que ça a peu de chances de m’intéresser
, admit-elle dans un fin sourire. Elle n’avait jamais caché à Urien le peu d’affection qu’elle avait pour leur fils (en partie parce que Urien en était le père, d’ailleurs), ce n’était certainement pas maintenant qu’elle allait commencer, d’autant qu’elle savait que cela avait tendance à faire tiquer son « cher et tendre » époux (preuve en était d’ailleurs de cette conversation). Mais je suis curieuse, ajouta-t-elle, ce qui était une fois encore parfaitement sincère, dites-moi tout. Laissez-moi être le seul juge de ce qui est digne de m’intéresser ou non.

Et ne serait-ce que par pur esprit de contradiction, elle aurait bien envie de, pour une fois, s’intéresser au sort et aux actes de son fils, mais il ne fallait pas trop lui en demander quand même. En vérité, il se pourrait bien qu’elle soit surprise, au-delà du concevable.

-Je vous écoute,
affirma-elle alors, tout en sachant pertinemment que son époux refuserait peut-être malgré tout de lui révéler quoi que ce soit (mais elle était tenace et pour le moins insistante, quand elle s’y mettait). Qu’a donc fait notre fils pour vous mettre dans de tels états ?

Car à ses yeux, ce devait forcément être une chose qu’Yvain avait faite. Peut-être avait-il essuyé un échec conséquent (elle s’en réjouirait) ? Ou bien était-il grièvement blessé (elle ne s’en attristerait pas) ?



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Mar 17 Oct - 15:54

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Urien l’affirmait et l’affirmerait encore… cette histoire n’allait en aucun cas intéresser Morgane. Pour la simple et bonne raison qu’il s’agissait de leur fils et que la femme n’avait jamais caché le fait qu’elle n’en avait que faire de ce fils qu’ils avaient eu ensemble. Morgane n’avait pas la fibre maternelle – du moins, c’était ainsi que le chevalier avait interprété les choses au fils du temps – ce n’était pas son truc d’être mère. Elle l’était, par la force des choses, parce qu’ils étaient mariés, parce qu’ils avaient conçu cet enfant. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle avait eu envie de lui. Concernant Urien, il était satisfait d’avoir un héritier (et il aimait son fils évidemment, quand bien même il était incapable de le montrer correctement), il n’en demandait pas plus à Morgane. Cependant, alors qu’il découvrait que Yvain était en danger, Urien ne pouvait pas s’empêcher de regretter un peu que les affaires du jeune homme intéressent si peu son épouse. Juste parce qu’il aimerait ne pas forcément être le seul à s’inquiéter de son sort. Évidemment, Urien ne pouvait pas se douter qu’il était en train de se fourvoyer et que cela n’avait aucun rapport avec ce fils-là de Morgane, puisqu’il ne connaissait pas l’existence de l’autre fils.

Urien soupira quand Morgane confirma que cette histoire avait peu de chance de l’intéresser donc, puisque cela concernait leur fils. Mais elle insista tout de même, affirmant être curieuse et voulant juger elle-même de ce qui pourrait l’intéresser ou non. Certes, Urien pouvait lui reconnaître ça, mais quand même. Il savait d’avance qu’il allait être déçu. Mais quelque chose lui disait que dans tous les cas, son épouse n’allait pas lâcher l’affaire. Urien ne lui connaissait pas beaucoup de qualité (enfin, sur ce point il se montrait un peu de mauvaise foi), cependant il savait à quel point son épouse pouvait se montre têtue. Il suffisait de voir la manière dont elle détestait encore si avidement son frère, pour des raisons que le chevalier trouvait bien futiles. Elle n’allait pas lâcher l’affaire. Et Urien n’appréciait pas spécialement que son épouse puisse croire que Yvain ait fait quelque chose de mal. Non pas que ça soit impossible, mais si Urien n’hésitait pas à faire des reproches à son fils, il n’aimait pas quand son épouse en faisait de son côté.

« Il n’a rien fait. » Répondit-il durement. L’homme hésita une seconde. Il pensait vraiment que ça n’allait pas préoccuper son épouse, que cela n’allait servir à rien du tout qu’il lui en parle. Cependant, il ne prenait pas plus de risque à lui en parler non plus. « Il est en danger. » Dit-il alors, d’une manière bien concise. Il disait tout et ne disait rien en affirmant cela comme ça. Il savait que Morgane allait sans doute le questionner un peu plus, si elle ne décidait pas tout bonnement que finalement, en effet, ça ne l’intéressait pas. « Une… voyante m’a indiqué que votre fils était en danger. »
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Mar 17 Oct - 22:58


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
E

ntendre qu'Yvain était en danger n'avait rien pour émouvoir Morgane, et pour cause, elle s'en moquait. D'aucuns pouvaient arguer en sa défense que si elle ne montrait pas ses sentiments pour son fils, elle en avait tout de même, parce qu'aucune mère ne peut être à ce point indifférente à sa progéniture, mais ce personnes-là s'en mordraient très clairement les doigts. Parce que c'était sincèrement que Morgane affirmait n'avoir que faire de son fils devenu chevalier. Urien pourrait bien lui apprendre sa mort qu'elle ne verserait pas la moindre larme, elle serait seulement agacée de devoir porter le deuil protocolaire et de devoir entendre les condoléances de son entourage, c'était tout. Savoir qu'Yvain était en danger ne l'intéressait pas, oui, et elle était même décidée à ne pas poser la moindre question, mais Urien ajouta quelques mots, quelques précisions qui changèrent radicalement son intention. Apparemment, il avait reçu cette prédiction d'une voyante. Morgane pourrait en rire si elle n'était pas bien placée pour savoir combien certaines prophéties pouvaient s'avérer exactes. Mais ce n'était pas ce qui avait attiré son attention, c'était la tournure qu'il avait employée, et qui n'était pas commune.

-Mon fils, dites-vous ?
demanda-t-elle d'un ton qu'elle voulait détaché mais qui trahissait sans doute un regain suspect d'intérêt.

Il aurait pu dire "notre fils", mais il avait dit "votre fils", était-ce parce que c'était ainsi que la voyante s'était exprimée ? Deux solutions : soit il cherchait à lui rappeler qu'Yvain était aussi son fils en s'exprimant ainsi, soit la voyante ne l'avait pas inclus dans l'équation. Et dans ce cas, le fils dont il était question n'était pas Yvain... Est-ce que Mordred était en danger ? Peut-être qu'elle se faisait des idées ? Des idées parce que si elle se moquait d'Yvain, elle pouvait partir au quart de tour concernant Mordred. Malgré tout, elle prit sur elle pour interroger son interlocuteur avec le plus de détachement possible, sans trop laisser paraître son sentiment.

-J'ignorais que vous prêtiez tant d'attention aux boniments des diseuses de bonne aventure.
Et en effet, il se demandait bien quelle voyante il était allé trouver pour être à ce point bouleversé, si elle pouvait s'y fier ou non. Ca déterminerait bien évidemment beaucoup de choses. Dans tous les cas, il avait su attiser son attention, plus qu'il n'aurait pu l'imaginer. De quel genre de danger vous a-t-elle parlé, cette voyante ?

Elle espérait qu'il avait plus de détails, parce que "votre fils est en danger", c'était bien trop peu pour savoir à quoi elle devait s'attendre, ce qu'elle pouvait bien craindre; Quoi qu'il puisse en être, elle avait besoin de savoir, elle avait besoin de comprendre.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Ven 8 Déc - 22:09

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Quand Urien avait commencé à parler de la prophétie qu’il avait entendu de la bouche de la voyante, il ne pensait pas voir un intérêt quelconque apparaitre chez Morgane. Bien au contraire, l’homme était bien placé pour savoir que son épouse n’avait aucun sentiment pour leur fils. Elle ne s’en cachait même pas. Elle pouvait peut-être prétendre à d’autres personnes – et encore, il n’était pas sûr qu’elle le fasse – mais il était évident qu’elle ne s’en cachait pas à lui. En même temps, il le savait depuis toujours. Ils avaient eu Yvain, mais ce n’était finalement qu’une question de convenance, comme leur mariage. Elle était devenue sa femme parce que c’était ce qui devait arriver, parce que c’était le « mieux » pour tout le monde. Urien avait eu besoin d’une épouse et d’un fils, un héritier, il avait eu tout cela. Il n’attendait pas de Morgane quoi que ce soit d’autre et pas qu’elle aime leur fils. Il ne pensait pas que son sort puisse réellement l’intéresser, cependant, Morgane se montra tout de même plus curieuse. Elle le questionna sur la manière dont il avait prononcé les choses. Urien avait bien dit « votre fils » concernant la prédiction de la voyante, parce que c’était ce qu’elle avait dit. Elle n’avait effectivement pas parlé du fils de Urien, mais celui de Morgane. Cela ne changeait rien aux yeux de Urien, parce qu’il ne connaissait qu’un seul fils à son épouse. Grave erreur.

« Je ne prête pas vraiment attention à ce genre de chose. Je n’ai rien demandé. » Dit-il d’ailleurs, parce qu’il ne voulait pas qu’elle commence à croire qu’il allait voir des voyantes de lui-même, pour questionner sur sa vie. Ce n’était pas ce qu’il avait fait. S’il avait vu cette femme, c’était parce qu’il avait entendu dire – avec Méléagant – qu’elle pouvait guider les chevaliers vers le Saint Graal. En soit, que Morgane pense qu’il soit capable d’aller voir une voyante de son propre chef ça n’allait pas changer grand-chose. Le plus important, c’était le fait que Yvain était en danger et que ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait laisser de côté. « Elle ne m’a rien dit, elle m’a simplement prévenu qu’il était en danger. »

Ce qui lui suffisait donc à ne pas se sentir bien. Quand bien même cela n’allait sans doute pas intéresser Morgane, de son côté il tenait bien trop à son fils pour qu’il soit insensible au fait qu’il puisse être en danger. Il tenait à lui, même s’il n’était pas forcément doué pour le montrer et qu’il s’y prenait tellement mal pour lui montrer qu’il l’aimait. Il ne tenait pas à lui seulement parce qu’il était son héritier, il était son fils, c’était comme ça, il l’aimait.

« Je ne pensais pas que vous seriez vraiment intéressée. »

Affirma-t-il alors, ne parvenant pas à s’empêcher de se montrer sceptique. Parce que tout de même, il trouvait son épouse bien curieuse tout d’un coup. Il ne se rendait pas du tout à quel point elle l’était.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Sam 9 Déc - 12:26


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe savait bien que son époux était le dernier à prêter foi et crédit aux diseuses de bonne aventure. Bien au contraire, même, il était trop terre à terre pour cela. Certes, ils ne pouvaient ignorer, dans le monde où ils vivaient, que la magie était omniprésente (et d'ailleurs, Morgane n'était pas la moins brillante des specimens du genre), mais les charlatans étaient aussi légion dans ce domaine, aussi fallait-il, d'instinct se méfier des prédictions de petites vieilles croisées dans les bois, mais si Urien était si bouleversé par cette histoire, c'est que cette femme avait dû lui donner des raisons probantes de croire que cette magie était réelle, et si Urien y croyait, eh bien Morgane y croyait aussi, et elle sentait son coeur se serrer à la perspective que tout ceci puisse être bien réel, beaucoup trop réel, même. Elle se doutait que Mordred pouvait s'exposer à des dangers, pour peu que sa véritable identité finisse par être découverte, mais elle ne voulait pas que le destin lui-même se ligue contre son évident potentiel. Elle ne pouvait pas le laisser faire, ça c'était certain. L'ennui, c'est qu'elle ne pouvait exiger d'en demander davantage qu'en contrevenant à sa couverture et à celle de Mordred, surtout. Enfin, quoi qu'il en soit, elle se sentait l'obligation d'en demander davantage. c'était nécessaire, si elle voulait empêcher ce danger, quel qu'il puisse être, de se produire... encore fallait-il qu'elle connaisse la nature de ce danger, et là-dessus, elle n'était malheureusement pas très avancée, elle ne l'était même pas du tout, malheureusement. Les réponses de son mari n'avaient rien pour la satisfaire en tout cas. Et ses questions pas davantage car elles mettaient en exergue l'évident risque qu'elle prenait à montrer que toute cette histoire lui tenait bien trop à coeur, mais que faire d'autre ?

-Et pourtant,
répondit-elle malgré tout sans se laisser démonter quand Urien lui fit remarquer qu'il ne s'attendait pas à ce que tout cela l'intéresse tant, elle qui n'avait vraiment rien à accorder en temps et en attentions à son fils légitime en temps normal. Que je le veuille ou non, Yvain est tributaire de mon héritage, ça a déjà été suffisamment fastidieux de le mettre au monde, ce n'est pas pour qu'il meure bêtement, affirma-t-elle avec tout de même dans la voix cet accent de mépris qu'elle n'oubliait jamais d'adresser à son interlocuteur et plus encore quand il devait être question de ce fils qu'elle ne chérissait guère mais dont elle avait été contrainte d'assumer la maternité par pure convenance.

En soi, elle envisageait que sa réponse tenait la route, même si elle dissimulait tout de ses sentiments réels, bien plus complexes et bien plus sombres.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Jeu 1 Fév - 16:38

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Au fond, Urien ne savait rien de ce danger et il savait bien qu’il ne devrait sans doute pas se prendre la tête à ce sujet. Mais il n’y pouvait rien. Même si l’homme ne se montrait pas forcément explicite avec son fils, il l’aimait. Il n’était pas juste son héritier, celui qui allait prendre sa relève au royaume de Gorre, celui qui allait hériter de ses biens actuels. Il était son fils, il était sa fierté, il devait être sa fierté et c’était pour cette raison que le chevalier de la table ronde se montrait particulièrement dur avec Yvain. Cela étant, ça n’enlevait pas le fait qu’il l’aimait et donc qu’il était inquiet maintenant qu’il avait connaissance de cette prophétie. Il ne savait pas quoi faire, il ne pouvait rien faire sans doute aussi d’ailleurs. Parce qu’il ne savait absolument rien de ce qui mettait en danger son fils. D’ailleurs, il ne savait même pas que ça ne concernait pas son fils et que Morgane comprenait que la situation n’était pas comme il l’imaginait, que son épouse avait compris la subtilité des propos de la voyante. Pour la simple et bonne raison qu’elle savait en avoir deux de fils.

Et c’était pour cette raison d’ailleurs que Morgane le surprenait en se montrait tout de même réellement concerné par la situation. Elle affirma que c’était le cas, pour la simple et bonne raison que si elle le voulait ou non, Yvain était son héritier. Urien serra des dents quand son épouse affirma qu’il avait été suffisamment difficile de le mettre au monde – il s’en doutait, il ne pouvait pas le comprendre et au fond, il n’avait aucune envie de le comprendre – qu’elle ne voulait pas qu’il meurt bêtement. Qui avait parlé d’une mort bête ? Au fond, ce n’était pas réellement le fait qu’il meurt ou non qui la dérangeait, mais la manière dont il le faisait. Bref… il ne savait pas réellement ce qu’il attendait de son épouse de toute façon, pas grand-chose quand il était question de leur fils.

« Si vous le dites. » Se contenta-t-il de répondre, parce qu’il ne se voyait pas dire autre chose de toute façon. Il ne comprenait pas réellement l’intérêt que son épouse pouvait bien trouver soudainement au sort de leur fils, mais soit. Maintenant, elle était au courant de ce qui était capable de le perturber, même s’il était rare tout de même que Urien se montre à ce point… faible envers son épouse. Qu’il montre ses faiblesses d’une manière général, mais encore moins envers Morgane. « Et… » Il hésita une seconde, avant de reprendre la parole. « Vos pouvoirs ne peuvent pas servir, concernant cette affaire ? »

Il n’avait pas réellement l’habitude de demander de l’aide à Morgane, mais il savait qu’elle avait quand même de grands pouvoirs et tout de suite, il se disait que peut-être que son épouse pourrait trouver un moyen d’en savoir plus. Et mieux encore, de protéger Yvain, parce que c’était le plus important.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Jeu 1 Fév - 19:27


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
U

rien ne semblait pas du tout convaincu par son propos. Soit, cela lui était un peu égal. Ce ne serait pas la première fois ni la dernière fois qu'ils seraient en désaccord, et puisqu'en l'occurrence, Yvain était supposé être au coeur de leur conversation (même s'il n'était de toute évidence pas au coeur des pensées de Morgane qui s'inquiétait avant tout du sort de son fils tant adoré), alors ce n'est pas comme si elle avait besoin de faire plus d'efforts que d'ordinaire. Cela paraîtrait de toute manière suspect aux yeux d'Urien, plus que ne l'avait déjà été sa réponse. Ceci dit, elle pensait avoir brillamment sauvé les meubles, il ne se doutait de rien. En même temps, il faudrait sans doute qu'il fasse preuve de beaucoup d'imaginer pour envisager que Morgane puisse avoir un autre fils encore en vie... Un fils qui se révélait être également celui d'Arthur, par ailleurs. L'honneur était sauf, oui, et Morgane gardait la face, mais difficilement, d'ailleurs, car si elle devait la déguiser derrière tout le mépris dont elle était capable, son inquiétude était bel et bien présente, et cette conversation était d'autant plus insoutenable qu'elle sentait que son époux n'allait pas la lâcher de sitôt, alors que tout ce qu'elle désirait était de pouvoir se retrouver seule afin de pouvoir se concentrer sur ses préoccupations... et mettre sa magie à profit dans l'espoir de savoir ce qu'il était supposé advenir Mordred, et surtout dans l'espoir de le protéger définitivement du danger qui le guettait. Magie qu'Urien voulait manifestement qu'elle mette à son profit. Quelle perte de temps ce serait.

-Voilà que soudain ma magie vous intéresse
, répliqua-t-elle alors. Non pas qu'il ait un jour prétendu n'y trouver aucun intérêt, mais elle devinait qu'il la voyait d'un mauvais oeil, surtout au vu de l'usage qu'elle était capable d'en faire. Certes, il était loin de tout savoir des maléfices dont avait déjà usé Morgane, mais il savait tout de même dans quel but elle les employait : pour faire tomber le roi qu'il avait méprisé autrefois et portait aux nues aujourd'hui... en n'oubliant pas d'entraîner quelques autres dans son sillage, comme ce brave Méléagant, par exemple. Il est possible en effet que mes pouvoirs puissent nous être utiles, mais ne vous faites pas d'illusions, pas d'espoirs inutiles. Les prophéties, si c'en est une, ne peuvent être rompues. Elles se réalisent toujours, qu'importe l'énergie que l'on mettra à lutter contre elles.

Et c'était bien ce qui l'inquiétait. Peut-être qu'Urien ne lui répétait que les élucubrations d'une sorcière de seconde zone, en ce cas, la situation ne serait pas si grave, mais rien ne le garantissait, malheureusement.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Jeu 29 Mar - 23:33

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Urien préférait largement ne pas répliquer quoi que ce soit alors que Morgane lui soulignait le fait qu’il s’intéressait à présent à sa magie. L’homme n’avait jamais dit qu’il ne trouvait pas ça intéressant, c’était plus… il se méfiait des pouvoirs de son épouse tout simplement. En grande partie parce qu’il savait parfaitement ce qu’elle pensait de son demi-frère et qu’elle n’aimait pas le fait qu’elle puisse l’utiliser pour lui nuire. Il voyait donc sa magie d’un mauvais œil, mais maintenant… il ne pouvait pas nier que en effet ça l’intéressait. Il avait déjà été intéressé avant, parce qu’il se demandait si son épouse ne pouvait pas s’en servir pour les aider à retrouver le Saint Graal – parce que mine de rien, il ne pouvait pas nier qu’il aimerait bien que ça soit lui, ou son fils, qui ramène la sainte relique au roi, afin de mettre encore plus de prestance sur leur famille (mais il ne se rendait pas compte que c’était justement ce genre de pensée qui pouvait l’éloigner de la relique) – avant qu’elle ne refuse évidemment. Parce qu’il n’y avait aucune raison que son épouse cherche à aider son demi-frère, malheureusement.

En attendant, Urien ne pouvait pas s’empêcher de se demander si son épouse ne pouvait pas faire quelque chose pour protéger leur fils. N’importe quoi pour le sauver, pour éviter que Yvain subît la prophétie. Morgane affirma d’ailleurs que c’était possible, que sa magie pouvait l’aider, mais… elle poursuivit en le mettant en garde. Urien ne sut pas réellement comment réagir quand son épouse affirma que si c’était une prophétie, alors ça signifiait qu’elle ne pouvait pas être rompu. Le chevalier de la table ronde n’aimait pas ça du tout, évidemment, comment pouvait-il aimer ? Il découvrait que si c’était une prophétie, si c’en était bien une, il ne pouvait rien faire pour changer la situation, pour sauver son fils. Pendant quelques secondes, le chevalier ne dit rien du tout, accusant un peu le coup. Même si les pouvoirs de Morgane pouvaient peut-être l’aider, ça n’allait pas lui permettre de sauver son fils.

« Est-ce que vous pouvez déterminer si c’est bien une prophétie. » Demanda-t-il finalement, reprenant rapidement. « Si je vous conduis à cette femme, vous pouvez savoir si c’est vraiment écrit ou non ? »

Il ne se montrait pas réellement sympathique avec sa femme, dans la manière dont il prononçait les choses. Mais en même temps la situation était bien trop grave pour qu’il prenne des formes. Il avait besoin de réponse à ses questions, parce qu’il était hors de question qu’il laisse quoi que ce soit arriver à son fils. Même s’il ne le montrait sans doute pas très bien, Urien aimait quand même son fils et il tenait à ce qu’il ne lui arrive rien. Et puis, pragmatiquement, le chevalier n’avait pas d’intérêt à voir quelque chose arriver à son seul héritier après tout. Mais bien sûr, ce n’était pas de cette manière qu’il réfléchissait pour l’heure, même si Yvain ne le croirait sans doute pas.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Ven 30 Mar - 17:31


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
P

our une fois - fait assez rare dans leur mariage, pour ne pas dire exceptionnel -, Urien et Morgane avaient des intérêts communs et voulaient précisément la même chose. Sans doute parce qu'ils ne les désiraient pas pour les mêmes raisons. Tous deux avaient tout intérêt à comprendre les tenants et aboutissants de la prédiction qui avait été faite aux deux chevaliers de la table ronde, mais Morgane, elle, avait l'avantage de savoir (ou de penser savoir)qui était réellement le jeune homme qui faisait l'objet de cette potentielle prophétie. Non, il ne s'agissait pas d'Yvain, elle en était convaincue, il s'agissait de Mordred, mais elle n'oublierait pas de prétendre que la vie de leur fils en commun était en péril si cela pouvait leur permettre d'avancer plus vite en besogne et d'obtenir précisément ce qu'ils souhaitaient. Urien interrogea Morgane d'un ton ferme qu'elle ne chercha même pas à lui reprocher : l'urgence était réelle. Ils n'avaient pas le temps de faire dans le sentimentalisme excessif, il fallait palier au plus pressé et aire tout leur possible pour se tirer de cette terrible et éprouvante impasse. Pour cela, tous les moyens étaient bons. La question d'Urien était pertinente, alors Morgane y répondit sans chercher à discuter une seule seconde. S'il ne lui avait pas demandé d'aller trouver cette sorcière, elle aurait fait pression sur lui pour qu'il lui indique précisément où la rencontrer. A ses yeux, il était évident qu'il fallait commencer par là s'ils voulaient espérer empêcher le pire de se produire.

-C'est possible,
confirma-t-elle dans un hochement de tête. Dans tous les cas, il faut que je rencontre cette femme. Elle marqua une légère pause avant de reprendre, le regard planté dans celui de son époux. Mais je tiens à la voir seul.

Elle ne savait rien de cette vieille femme, de l'étendue de ses pouvoirs, de son aptitude à trop en dire ou pas assez. Manifestement, elle était tout de même bavarde si elle n'avait pu s'empêcher de considérer nécessaire de prévenir Urien du danger qui planait sur la tête de SON fils (mais sans donner plus de précisions que cela, ceci dit). Elle ne voulait pas courir le risque qu'Urien découvre l'existence de Morgane par ce biais. Il fallait qu'elle rencontre cette femme seule, c'était essentiel, crucial... mais elle avait dans l'intuition que son interlocuteur ne tolèrerait pas de la laisser seule avec cette femme sans avoir idée de ce qu'elles pourraient se dire. Forcément, puisqu'il ne lui faisait pas confiance. Ce n'est pas parce que, pour le moment, ils considéraient comme une bonne chose le fait de s'associer pour démêler cette histoire qu'ils avaient confiance l'un dans l'autre pour autant. Et à raison, qui plus est.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Sam 26 Mai - 18:40

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
C’était possible, Morgane pourrait peut-être déterminer donc si la prédiction de cette vieille dame était vraiment une prédiction ou simplement les histoires d’une vieilles femmes qui perdaient la boule. Urien n’était pas vraiment rassuré pour autant, mais il se disait qu’au moins ils seraient sûr. Mais s’il s’avérait que cette histoire était une vraie prophétie, le chevalier craignait trop qu’il soit impossible de l’arrêter. Son épouse était cependant d’accord sur le fait qu’elle devait rencontrer cette femme. Encore une fois, Urien ne manquait pas d’être surpris de découvrir un tel intérêt pour le sort de leur fils de sa part. Mais ça, c’était bel et bien parce qu’il ignorait tout de la réalité et du fait que son épouse cachait un deuxième fils, qu’elle jugeait être la réelle cible de cette prophétie. Une fils qu’elle chérissait plus que celui qu’elle avait eu avec lui. Le prendrait-il mal s’il devait le découvrir ? Que Morgane couche avec d’autres hommes en réalité, ça ne le concernait pas vraiment et il n’avait pas l’intention de l’interdire de le faire (parce qu’il ne se retenait pas de son côté). Cependant, un bâtard n’était clairement pas une bonne chose pour la réputation de sa famille. Encore moins quand il s’agissait d’un bâtard pour les seigneurs de Gorre et la royauté elle même. Urien n’apprécierait vraiment pas de découvrir que son épouse avait couché avec son propre frère (demi, mais ça revenait au même) et qu’ils avaient eu un fils ensemble.

Morgane demanda à voir cette femme seule. Le regard de son épouse ne laissait pas de place à la discussion, mais ce n’était pas pour autant que Urien avait l’intention de ne pas discuter. Bien au contraire. Ce n’était pas parce qu’ils semblaient si soudainement avoir un but ensemble, qu’il lui faisait confiance. Justement, il était tellement surpris par l’intérêt de Morgane soudainement pour Urien, qu’il trouvait ça un peu étrange. Donc, non, il ne lui faisait pas confiance.

« Je ne vois pas pourquoi vous tenez à la voir seul. » Répliqua-t-il alors. « Il me semble que cela nous concerne tous les deux et je n’ai pas pour habitude de ne pas m’occuper de ce qui me concerne. »

Il n’avait pas l’intention de laisser Morgane le loisir de discuter avec cette femme sans lui. En grande partie parce que s’il devait y avoir de nouvelles informations sur Yvain, le chevalier tenait à les entendre. Il n’avait aucune envie que son épouse lui cache une information cruciale. Évidemment, il ne se doutait pas que la plus grande information serait que cela ne concernait pas son fils à lui (et autant dire que la prophétie l’intéresserait beaucoup moins à partir du moment où il aurait conscience que cela ne concernait pas son fils). Autant dire qu’il ne pouvait pas comprendre pourquoi sa femme tenait à ce point à parler à cette vieille femme sans lui. Et qu’il ne voyait aucun souci à ce qu’ils entendent tous les deux ce qu’elle aurait à dire. A moins que Morgane ne souhaite pas réellement venir en aide à Yvain et dans ce cas, il devait être là.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Sam 26 Mai - 19:04


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe savait bien qu'il ne lui suffisait pas d'ordonner et d'observer son époux avec intensité pour qu'elle parvienne à lui opposer la moindre forme d'autorité. Urien n'était pas quelqu'un de soumis, il n'était pas de ces individus qu'elle pouvait plier à sa volonté. Par moments, des moments comme celui-là, ça l'agaçait, mais à d'autres, elle avouait qu'elle préférait. Faute de l'aimer et quitte à partager sa vie pour toujours, autant qu'il ait un minimum de caractère. Mais là, l'affaire était grave, et contrairement à ce qu'Urien pouvait bien croire, elle ne le concernait pas une seule seconde, alors elle n'avait pas la moindre envie de le voir lui mettre des bâtons dans les roues. Mais évidemment, et c'était prévisible, il avait l'intention de l'accompagner, qu'elle le veuille ou non, et elle se doutait de pourquoi. Pas seulement parce qu'il ne voulait pas voir la moindre information lui échapper, mais parce qu'il craignait peut-être, justement, qu'elle fasse de la rétention d'information (ce qui était effectivement le cas, d'ailleurs). Il avait toutes les raisons de croire qu'elle ne se souciait pas d'Yvain, parce que ce n'était effectivement pas le cas. Elle se disait que quitte à se le coltiner, elle devrait peut-être tout simplement cracher le morceau, mais loin de lui foutre une paix royale si elle lui apprenait qu'elle avait un autre fils - un autre fils qui en plus était également celui du roi -, ce serait une catastrophe. Et il ne manquerait plus que la nouvelle parvienne aux oreilles d'Arthur, qui comprendrait alors que Mordred était toujours en vie... Alors non, elle allait devoir emprunter une voie détournée, il n'y avait aucun autre choix envisageable.

-Pour la faire parler, je vais devoir faire appel à une forme de magie très puissante et plus violente encore, et tous ceux qui en seraient témoins pourraient bien en subir des séquelles.

Ce n'était qu'en partie vrai. Oui, elle allait devoir faire oeuvre d'une magie très singulière, c'est le moins que l'on puisse dire, mais si Urien devait l'accompagner, il ne prendrait aucun risque. Elle n'avait pas de mensonge plus efficace à disposition. L'avantage, concernant Urien, comme beaucoup d'autres qui ignoraient tout de la magie, c'était que ce domaine lui semblait si obscur qu'il ne songerait sans doute pas à remettre son propos en question. Dans tous les cas, c'est tout ce qu'elle avait à l'esprit.

-Mais libre à toi de prendre le risque, si tu le souhaites.

Et si tel devait être le cas, elle s'arrangerait autrement, elle effacerait la mémoire de son époux ou s'arrangerait pour trouver cette sorcière avant lui, avant de la faire disparaître. Quoi qu'il advienne, elle aurait le dernier mot.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 399

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Dim 5 Aoû - 14:49

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Quand il était question de ses affaires – et Urien considérait que Yvain faisait parti de ces affaires – le chevalier de la table ronde n’aimait pas laisser la situation dans les mains d’une autre personne et notamment dans celle de son épouse. Il ne pouvait pas lui faire confiance, surtout quand il était question de leur fils. Ce n’était pas un secret que Morgane ne portait pas cet héritier dans son cœur, bien au contraire. Contrairement à lui, quand bien même Urien ne le montrait absolument pas de la bonne manière. Mais Yvain était son fils, c’était son héritier et il tenait à lui tout simplement. Au vu de la situation, il ne pouvait pas envisager de laisser les choses dans les mains de son épouse donc, quand bien même il était évident qu’il avait besoin de son aide. En d’autres circonstances, l’homme n’aurait même pas envisagé de lui demander de l’aide, mais là ça dépassait clairement ses compétences. Le chevalier n’avait pas envie de la laisser gérer la situation, mais il n’avait pas d’autre choix que de compter sur elle.

Quand elle reprit la parole, elle lui expliqua qu’elle allait devoir utiliser une forme de magie particulière dans le but de pouvoir obtenir des informations de la part de cette voyante et que cela pourrait bien avoir des conséquences sur les personnes qui l’accompagneraient. En soit, Urien n’avait aucune raison de croire son épouse sur parole, mais en même temps il n’en avait pas plus de mettre en doute ses propos non plus. Il ne connaissait rien à la magie et il s’en passait très bien d’ailleurs. Il savait bien que Morgane était une sorcière puissante, il n’avait pas besoin d’en savoir plus. Celle-ci ne manqua pas de préciser d’ailleurs qu’il était libre de prendre le risque. En un sens, le chevalier ne pouvait pas nier qu’il avait quand même bien envie de prendre le risque, parce qu’il ne parvenait pas à se dire que son épouse tenait suffisamment à leur fils – même si elle lui disait qu’il était quand même important pour elle de le protéger, au vu des efforts qu’elle avait fourni pour qu’il arrive au monde – afin qu’elle obtienne vraiment des informations. Et en même temps, pouvait-il prendre ce risque ?

« Très bien, je ne viendrais pas alors. » Dit-il dans un soupire, parce qu’il n’avait pas vraiment le choix mais qu’il n’appréciait pas pour autant cette situation.

Est-ce qu’elle n’allait pas garder des informations pour elle ? C’était la plus grande crainte de Urien. Et en même temps, quand il était question de magie, moins il en voyait, mieux il s’en portait. Il pouvait prendre énormément de risque pour Yvain, mais en même temps s’il ne pouvait plus l’aider ensuite, ça serait vraiment problématique. Pour le coup, le chevalier allait donc devoir avoir confiance en Morgane, même si ce n’était pas une mince affaire. Mais il n’avait pas le choix, ce n’était que pour Yvain qu’il faisait ça.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 1109

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Dim 5 Aoû - 22:39


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe s'attendait à ce que son époux cherche à argumenter davantage. C'était, après tout, de la vie de Yvain qu'il était question, et si elle n'en avait que faire, lui-même n'était pas ans ce cas. Ceci dit, il n'insista pas, sans doute parce qu'il estimait son excuse valable... Ce qui, ma foi, l'arrangeait bien. Elle n'allait pas s'échiner à essayer de le convaincre davantage, ça l'arrangeait complètement qu'il choisisse de voir les choses de cette manière. La situation était déjà critique en soi, nul besoin que l'homme l'envenime plus encore en décidant d'y mettre son grain de sel. Il fallait qu'elle agisse seule, et sans personne pour lui mettre des bâtons dans les roues. Devait-elle pour autant s'attendre à ce qu'il lâche l'affaire si facilement ? Ne chercherait-il pas à la suivre ou quelque autre manigance du même ordre ? Peut-être, ce n'était pas à exclure. Mais elle resterait sur ses gardes, voilà tout. En attendant, elle allait saisir l'opportunité qu'il lui donnait et agir en conséquence, tout simplement, et elle n'avait pas de temps à perdre.

-Merci,
dit-elle, pas tant par gratitude que pour répondre quelque chose, et aussi quand même pour lui faire comprendre qu'elle appréciait l'effort qu'il daignait fournir à l'heure actuelle. Je vais prendre cette affaire en mains, et crois-le ou non, je te tiendrai informé, tu n'as pas à t'inquiéter.

Elle n'était qu'en partie sincère, mais elle ne considérait pas qu'elle mentait pour autant. Car oui, elle avait vraiment l'intention de prendre l'affaire à bras le corps et de ne rien lâcher jusqu'à comprendre la situation, et aussi et surtout jusqu'à la résoudre. Pour ce qui était de le tenir informé... il était bien évident que Morgane ne le tiendrait certainement pas informé de tout. Comment le pourrait-elle, d'ailleurs, alors qu'elle n'avait jamais daigné lui parler de Mordred, pour des raisons particulièrement évidentes. Mais elle le tiendrait informé de ce qui l'intéressait réellement. Lui, c'était pour Yvain qu'il s'inquiétait. Eh bien soit, elle lui ferait comprendre que Yvain ne courait aucun risque, du moins aucun risque de plus que ceux qu'il courait forcément en étant chevalier de la table ronde (et il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même, en l'occurrence). Lui se moquerait bien du sort d'un jeune homme dont il ne savait rien, jusqu'à ignorer son existence même. Elle le rassurerait, même si elle ne considérait pas forcément que c'était son rôle, surtout pour qu'il ne lui mette pas de bâtons dans les roues, et lui-même passerait à autre chose et oublierait bien vite cette affaire qui ne devait avoir d'importance que pour elle... et elle seule.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TERMINE - Comme un poisson dans l'eau & avec une sirène
» Hercules ~ Comme un pingouin dans le désert
» Julian - Comme un poisson dans l'eau ^^
» Comme un poisson dans un bocal... [pv Aulne]
» Rien ne se passe jamais comme on l'a prévu [PV : Aki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-