Partagez | .
 

 Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 317

Message#Sujet: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Sam 8 Juil - 13:44

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
La magie avait une part intégrante dans le monde, nulle ne pouvait ignorer son pouvoir. Et Urien de Gorre n’en faisait pas exception. Il avait plus d’une raison de croire en la puissance de la magie, en la puissance des pouvoirs que certaines personnes possédaient. Il y avait des croyances que certain mettaient en doute, mais le chevalier de la table ronde n’avait pas pour habitude de le faire. Il avait régulièrement sous les yeux l’une des magiciennes les plus puissantes de ce royaume – mais ne répétez pas à Morgane qu’il pensait cela – il avait déjà vu de ses propres yeux les prodigues de Merlin. Il croyait dur comme fer à la puissance du Saint Graal, cette relique qu’ils cherchaient tous afin que le royaume puisse être au sommet de sa grandeur. Urien croyait en la magie donc, en cette puissance.

Il avait cependant moins foi en l’humanité. Il ne savait que trop bien que certain était mauvais, mais surtout que des gens ne manquaient pas d’être des charlatans. En cet instant précis, il aimerait sincèrement croire que cette femme, cette sorcière ou il ne savait quoi d’autre, était un escroc. Qu’elle avait décidé de se moquer des deux chevaliers qui étaient venu la trouver. Mais ce n’était pas le cas, le seigneur de Gorre n’avait aucune raison de mettre ses propos en doute. Et alors qu’il revenait donc à Camelot, sans de résultat précis concernant la quête qu’il avait mené avec son cousin, Urien ne pouvait guère arrêter de penser à ces paroles. À ce qu’il avait découvert. Alors forcément quand il arriva à Camelot – parce qu’il était quand même censé parler avec le roi à un moment donné de la quête qu’il avait mené – Urien n’était pas ce qu’on pouvait dire vraiment en forme. Il ne se préoccupa de rien, se contentant simplement de se rendre dans ses appartements qui lui étaient réservés pour ses visites. Quand il y entra, il était seul et ça lui convenait très bien.

Urien savait bien qu’il ne me montrait sans doute pas de la bonne manière, mais il aimait son fils. Il était son héritier, son fils, la chair de sa chair, le sang de son sang, il l’aimait comme tout père ne pouvait qu’aimer son fils. Bien sûr qu’il se montrait dur avec lui, parce qu’il fallait bien qu’il en fasse un homme, un chevalier, digne de ce rang qu’il allait hériter. S’il se montrait sévère, c’était dans le seul but de le rendre plus fort. Mais rien n’enlevait qu’il l’aimait, il ne savait peut-être simplement pas comment l’exprimer. Urien ne devait peut-être pas s’en faire autant pour Yvain, sans doute, mais en même temps si un être magique avait eu une vision le concernant… du moins il pensait que c’était le concernant. Urien se laissait en tout cas complètement happer par son trouble, profitant du fait qu’il était seul (et donc par conséquence plus en présence de Méléagant). Mais malheureusement, il n’allait pas pouvoir rester seul bien longtemps, puisque la porte s’ouvrit, sur Morgane justement.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 862

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Sam 8 Juil - 15:37


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe appréciait davantage de se trouver à Camelot que sur le territoire de Gorre où était pourtant, sans doute, et plus logiquement, sa place. Il faut dire qu'en ces terres, elle se sentait isolée de tout et à l'écart de ce qui importait réellement... Alors qu'à Camelot, centre névralgique du royaume, elle pouvait non seulement garder un oeil sur son frère tant détesté, mais en plus de cela tendre l'oreille à toutes les rumeurs, à toutes les informations qui pouvaient circuler dans cette sphère très spécifique... Certains bruits de couloir pouvaient, en soi, sembler ne pas mériter tant d'attention de sa part, mais Morgane savait pertinemment ce qu'elle faisait, et elle savait également que chaque détail comptait. Elle voulait croire qu'elle ne se tenait plus si loin que cela de la victoire, mais pour la peine, il fallait qu'elle se montre à présent de la plus sûre et totale intransigeance. Elle ne devait rien laisser passer, être à l'affût du moindre détail pour pouvoir s'en servir le moment venu à l'encontre d'Arthur. Sa soif de vengeance n'était pas tarie par les années, c'était même tout le contraire, elle éprouvait de moins en moins de patience et son envie de s'en prendre à son frère allait augmentant, et gagnait une intensité vorace. Elle se nourrissait de tant de haine à son égard, mais il fallait bien, à un moment ou à un autre, que la rage exulte, et elle osait espérer que cela ne tarderait pas trop quand même.

Donc, elle se trouvait en ce moment à Camelot, même si elle avait sans doute mieux à faire, techniquement, que de se trouver ici, et elle en était arrivé. Par ailleurs, elle avait trouvé un excellent prétexte à cela. Elle savait que son époux était en mission pour Arthur et passerait quelques jours à Camelot après cela. Elle pouvait bien prétendre attendre son retour ici, quand bien même ce que faisait Urien, à plus forte raison si c'était au service du roi, ne pouvait pas complètement l'intéresser. Au contraire, son absence lui faisait, en soi, des vacances, et elle le  cachait à peine. Ceci dit, toutes les vacances ont une fin. Morgane apprit au détour d'une conversation qu'Urien était rentré et qu'il avait rejoint leurs appartements. Il n'en fallut pas plus à Morgane pour décider d'aller le rejoindre, pas par réelle impatience à l'idée de le voir, juste parce qu'elle trouverait amusant de le narguer un peu. Voilà un moment qu'ils n'en avaient pas eu l'occasion, et ça lui manquerait presque, en fin de compte, mais presque, hein, elle n'en admettrait pas plus. En ouvrant la porte de leur appartement, elle le découvrit donc bel et bien. Il était présent.

-Ainsi mon mari revient de mission et il n'accourt même pas auprès de sa chère et tendre épouse ?
dit-elle, évidemment très ironique, un fin sourire au coin des lèvres. J'espère au moins que sa quête a été fructueuse.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 317

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Mer 23 Aoû - 22:01

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Il avait eu besoin de se poser un peu dans ses appartements de Camelot, après les révélations qu’il avait eues. Mais ce temps de repos, de silence, de solitude, fut bien rapidement écourté par Morgane qui entra dans la pièce. Urien poussa un soupir en voyant son épouse. Non pas que sa présence le dérangeait… bon, d’accord sa présence le dérangeait. Si les deux époux parvenaient plus ou moins à se supporter, à s’apprécier par moment, cela ne voulait pas dire qu’Urien adorait passer du temps en compagnie de sa femme. Il aimait d’ailleurs le fait qu’il soit souvent obligé de passer de Camelot à Gorre, de Gorre à Camelot ou encore de partir en mission pour le roi. Ainsi, constamment en voyage, il passait moins de temps avec son épouse. Parce qu’il savait qu’elle avait tendance à toujours le narguer. Ce qu’elle faisait d’ailleurs là tout de suite, en soulignant le fait que son mari était rentré sans même accourir à ses côtés. Comme si Morgane appréciait qu’il vienne la voir, il savait bien qu’elle pensait exactement la même chose. Un peu ça allait, mais ils s’appréciaient plus quand ils ne se voyaient pas trop. En l’occurrence, les petites piques de Morgane pouvaient l’amuser de temps en temps, quand il y répondait surtout, quand ils se charriaient tous les deux. Mais là, il n’avait aucune envie de jouer.

« Je ne suis pas d’humeur à la plaisanterie Morgane. »

Son ton était sec et sans appel. Cela arrivait souvent qu’il parle de cette manière à son épouse, quand bien même il tentait par moment de se contenir. Mais là, vraiment, il n’était pas d’humeur. Bon, en règle générale, il manquait d’humeur à la plaisanterie, mais présentement c’était pire que tout. Morgane n’avait rien à voir là-dedans, mais il n’avait pas l’intention de supporter ses moqueries pour le moment. Surtout qu’il savait bien ce qu’elle pensait de leur roi, de la quête de Saint Graal et de la volonté d’Urien d’être fidèle à Arthur Pendragon. Ils étaient en parfait désaccord sur ce sujet, comme sur d’autre. Comme sur celui d’Yvain par exemple, que Morgane n’appréciait vraiment pas. Le chevalier se doutait qu’elle avait même plus d’affection pour lui que pour leur fils, c’était dire. Elle n’avait pas la fibre maternelle, elle ne l’avait jamais eux, ce qui en soit ne dérangeait pas tant que cela Urien. À choisir, il préférait largement s’occuper de l’éducation d’Yvain, qu’il suive ses traces, qu’il devienne un parfait chevalier qu’un homme capable de trahir son roi pour les désirs de sa mère. Mais quand même…

« Cela ne vous intéresse pas de toute façon. » Ajouta-t-il dans un soupir.

Pourquoi s’amusait-elle à lui demander comment sa mission s’était passée, alors qu’elle cherchait à voir le roi tomber et les chevaliers échouer. Ou plutôt, elle pensait que les chevaliers ne pouvaient qu’échouer. Sauf que présentement, cette mission avait un rapport avec Yvain, et que ça le touchait donc plus qu’il ne faudrait. Trop sans doute, mais il tenait à son fils. Même s’il ne le montrait pas bien.
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 862

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Ven 25 Aoû - 20:47


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe ne prit pas ombrage de la remarque de son époux quand il affirma ne pas être d'humeur pour ce genre de plaisanterie. Comment le pourrait-elle ? Il était bien rare qu'Urien soit disposé à entendre ses traits d'esprit, et la jeune femme le savait pertinemment. Leurs discussions pouvaient être cordiales, mais elles l'étaient bien souvent en surface, pas en substance, elle n'était donc pas surprise d'entendre son époux ne pas avoir goût à ses remarques (c'est l'inverse qui la surprendrait davantage) et elle n'irait pas s'offusquer pour autant. En revanche, si surprise il n'y avait pas réellement, la curiosité était de mise. Il n'était pas rare qu'Urien fasse comprendre à son épouse qu'elle l'incommodait, mais là, c'était différent. Elle le sentait tout du moins, et elle ne pensait pas se tromper sur ce point. Le simple fait qu'Urien affirme que cette histoire ne la concernait pas la convainquait du fait que ça ne devait la concerner que trop, en réalité. Restait à savoir dans quelles proportions, exactement, et ça, elle pouvait difficilement le deviner s'il ne se montrait pas un peu plus loquace. Elle n'était pas de nature, pourtant, à s'intéresser aux problèmes de son époux. Ils avaient chacun les leurs, et c'était très bien ainsi, mais si les ennuis de son mari devaient devenir les siens, logique qu'elle en soit informée, Ainsi voyait-elle les choses, en tous les cas. Morgane déposa une main que l'on eut pu croire affectueuse sur son épaule. On aurait peut-être pu s'y laisser prendre, d'un point de vu extérieur, mais si le geste était tendre, le venin contenu dans ses propos, lui, ne pouvait pas prêter à confusion.

-Allons donc, l'échec fut si cuisant que cela, pour vous mettre dans de si mauvaises dispositions ?


Bien sûr, elle savait que parler de la défaite éventuelle de son mari n'allait pas l'encourager à se montrer plus amène à son adresse, mais ce n'est pas ce qu'elle recherchait, en réalité, bien au contraire, même. Morgane s'accomodait bien de leur relation en dents de scie, elle ne voulait pas autre chose. Elle se disait seulement qu'elle pourrait bien réussir à pousser Urien dans ses retranchements, et si elle parvenait à ce tour de force, elle pourrait recueillir ses confidences. Bien sûr, elle serait peut-être déçue, il se pouvait bel et bien que tout ceci n'ait pas l'ombre d'un intérêt pour elle, mais pour en avoir la certitude, elle devait en apprendre bien plus que ce qu'on lui accordait à savoir pour le moment. Elle n'allait certainement pas se contenter du peu qui lui était proposé pour le moment.

-Qu'a-t-il bien pu se passer pour vous mettre dans de tels état ?
lui demanda-t-elle doucement à l'oreille.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 317

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Dim 3 Sep - 17:29

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Urien ne savait que trop bien que son épouse n’était pas du genre à se contenter d’écouter ses paroles, de les boire et de faire avec. Bien au contraire, elle ne manquait pas de caractère et de force de conviction. Et si par moment, ces traits pouvaient lui plaire – parce que quand même, il ne détestait pas tous chez son épouse, elle avait des attraits qui ne manquaient pas de le séduire par moment, même si cela ne faisait pas naître en lui des sentiments quelconques à son adresse… ce n’était pas ce qu’on lui demandait – il ne les supportait pas toujours. Ce jour-là, Urien ne se sentait vraiment pas d’humeur à la supporter, que ça soit elle ou le venin qu’elle avait l’habitude de lancer. Comme elle le fit maintenant, en mentionnant la défaite de la mission du chevalier. Si ce n’était que ça. Bon, évidemment, l’héritier de Gorre ne pouvait que se montrer dur avec lui-même quand il était question des missions qu’il effectuait pour le roi, autant qu’il se montrait dur avec Yvain. S’il attendait que son fils soit parfait, qu’il soit un grand chevalier, c’était aussi son but à lui. Et il pensait ne pas se débrouiller trop mal au passage. Alors forcément, subir un échec ça n’avait jamais rien d’agréable, surtout quand on avait une Morgane pour enfoncer le couteau dans la plaie. Mais s’il n’y avait eu que cela… il aurait pu rétorquer quelque chose à son épouse, lui prouver une avancée quelconque ou il ne savait quoi d’autre. Il aurait pu faire quelque chose en tout cas, mais là, ce n’était pas le cas.

En tout cas, Urien n’était réellement pas en bonne condition afin de subir les frasques de son épouse. Il savait qu’elle se réjouissait énormément de son échec, de l’échec de leur roi, du fait que Arthur Pendragon ne parvenait pas à obtenir le Saint Graal. Elle attendait de voir son frère quitter le trône de Camelot, parce qu’elle le détestait du plus profond de son âme. Ans un geste, Urien retira la main de son épouse de son épaule. Il n’avait aucune envie de la laisser faire des gestes d’affection à son égard. Il n’y croyait pas de toute façon. Morgane ne devait pas en douter une seule seconde. Elle savait qu’il ne se laissait pas prendre à son petit jeu. Parce qu’il n’avait aucune raison de le faire.

« Comme je vous l’ai déjà dit, cela ne vous intéressera pas Morgane. »
Rétorqua-t-il d’un ton dur, qu’il avait par moment l’habitude d’utiliser avec son épouse. Il perdait patience, il ne voyait pas l’intérêt d’aller dans le sens de la sorcière, si c’était pour qu’elle ne s’en préoccupe pas ensuite. Il était persuadé qu’elle n’en aurait réellement rien à faire d’ailleurs, puisque cela considérait un fils pour qui elle n’avait aucune affection. Et qu’elle ne cherchait même pas à aimer. Non pas que ça soit si grave que cela en soit, mais quand même. « Cela concerne votre fils. »

Se contenta-t-il de dire, en appuyant bien sur le « votre ».
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 862

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Dim 3 Sep - 20:24


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
M

organe trouvait décidément que son époux insistait bien trop sur le fait que l’objet de ses préoccupations ne la concernait pas pour que ce soit bel et bien le cas, elle avait le sentiment qu’il y avait forcément autre chose, et elle comprit quand Urien affirma que cette histoire concernait son fils. Bien sûr, elle pensa tout de suite qu’il faisait allusion à Yvain (logique il ne connaissait pas l’existence de Mordred et il n’y avait aucune chance qu’il sache quoi que ce soit, Arthur était la seule autre personne au courant et il avait bien trop honte pour en parler à qui que ce puisse être), et elle trouva amusant qu’il en parle comme de « son » fils, d’un côté, il la rappelait à son rôle de mère, de l’autre, il prétendrait ne pas vouloir la voir tenir ce rôle puisqu’il refusait d’évoque avec lui un sujet qui concernait aussi bien sa chair et son sang que les siens (ou pas, en fait). Au fond, il n’avait pas tort, et elle était au final assez déçue, elle avait effectivement espéré qu’il soit bel et bien question de quelque chose de plus croustillant, mais non, il ne s’agissait que d’Yvain, ce fils qui l’indifférait totalement et duquel elle ne voulait absolument rien savoir du tout. Ou presque. A l’heure où Urien semblait sincèrement préoccupé, Morgane avait bien envie de comprendre, de savoir pourquoi quitte à reconnaître ensuite que l’information l’indifférait bel et bien, ce qui avait de fortes chances d’être le cas.

-En effet, je reconnais que ça a peu de chances de m’intéresser
, admit-elle dans un fin sourire. Elle n’avait jamais caché à Urien le peu d’affection qu’elle avait pour leur fils (en partie parce que Urien en était le père, d’ailleurs), ce n’était certainement pas maintenant qu’elle allait commencer, d’autant qu’elle savait que cela avait tendance à faire tiquer son « cher et tendre » époux (preuve en était d’ailleurs de cette conversation). Mais je suis curieuse, ajouta-t-elle, ce qui était une fois encore parfaitement sincère, dites-moi tout. Laissez-moi être le seul juge de ce qui est digne de m’intéresser ou non.

Et ne serait-ce que par pur esprit de contradiction, elle aurait bien envie de, pour une fois, s’intéresser au sort et aux actes de son fils, mais il ne fallait pas trop lui en demander quand même. En vérité, il se pourrait bien qu’elle soit surprise, au-delà du concevable.

-Je vous écoute,
affirma-elle alors, tout en sachant pertinemment que son époux refuserait peut-être malgré tout de lui révéler quoi que ce soit (mais elle était tenace et pour le moins insistante, quand elle s’y mettait). Qu’a donc fait notre fils pour vous mettre dans de tels états ?

Car à ses yeux, ce devait forcément être une chose qu’Yvain avait faite. Peut-être avait-il essuyé un échec conséquent (elle s’en réjouirait) ? Ou bien était-il grièvement blessé (elle ne s’en attristerait pas) ?



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jeremy Irons

Messages : 317

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Mar 17 Oct - 15:54

Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.”
Urien l’affirmait et l’affirmerait encore… cette histoire n’allait en aucun cas intéresser Morgane. Pour la simple et bonne raison qu’il s’agissait de leur fils et que la femme n’avait jamais caché le fait qu’elle n’en avait que faire de ce fils qu’ils avaient eu ensemble. Morgane n’avait pas la fibre maternelle – du moins, c’était ainsi que le chevalier avait interprété les choses au fils du temps – ce n’était pas son truc d’être mère. Elle l’était, par la force des choses, parce qu’ils étaient mariés, parce qu’ils avaient conçu cet enfant. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle avait eu envie de lui. Concernant Urien, il était satisfait d’avoir un héritier (et il aimait son fils évidemment, quand bien même il était incapable de le montrer correctement), il n’en demandait pas plus à Morgane. Cependant, alors qu’il découvrait que Yvain était en danger, Urien ne pouvait pas s’empêcher de regretter un peu que les affaires du jeune homme intéressent si peu son épouse. Juste parce qu’il aimerait ne pas forcément être le seul à s’inquiéter de son sort. Évidemment, Urien ne pouvait pas se douter qu’il était en train de se fourvoyer et que cela n’avait aucun rapport avec ce fils-là de Morgane, puisqu’il ne connaissait pas l’existence de l’autre fils.

Urien soupira quand Morgane confirma que cette histoire avait peu de chance de l’intéresser donc, puisque cela concernait leur fils. Mais elle insista tout de même, affirmant être curieuse et voulant juger elle-même de ce qui pourrait l’intéresser ou non. Certes, Urien pouvait lui reconnaître ça, mais quand même. Il savait d’avance qu’il allait être déçu. Mais quelque chose lui disait que dans tous les cas, son épouse n’allait pas lâcher l’affaire. Urien ne lui connaissait pas beaucoup de qualité (enfin, sur ce point il se montrait un peu de mauvaise foi), cependant il savait à quel point son épouse pouvait se montre têtue. Il suffisait de voir la manière dont elle détestait encore si avidement son frère, pour des raisons que le chevalier trouvait bien futiles. Elle n’allait pas lâcher l’affaire. Et Urien n’appréciait pas spécialement que son épouse puisse croire que Yvain ait fait quelque chose de mal. Non pas que ça soit impossible, mais si Urien n’hésitait pas à faire des reproches à son fils, il n’aimait pas quand son épouse en faisait de son côté.

« Il n’a rien fait. » Répondit-il durement. L’homme hésita une seconde. Il pensait vraiment que ça n’allait pas préoccuper son épouse, que cela n’allait servir à rien du tout qu’il lui en parle. Cependant, il ne prenait pas plus de risque à lui en parler non plus. « Il est en danger. » Dit-il alors, d’une manière bien concise. Il disait tout et ne disait rien en affirmant cela comme ça. Il savait que Morgane allait sans doute le questionner un peu plus, si elle ne décidait pas tout bonnement que finalement, en effet, ça ne l’intéressait pas. « Une… voyante m’a indiqué que votre fils était en danger. »
Code by Gwenn

_________________
Urien de Gorre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 862

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   Mar 17 Oct - 22:58


Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air.
E

ntendre qu'Yvain était en danger n'avait rien pour émouvoir Morgane, et pour cause, elle s'en moquait. D'aucuns pouvaient arguer en sa défense que si elle ne montrait pas ses sentiments pour son fils, elle en avait tout de même, parce qu'aucune mère ne peut être à ce point indifférente à sa progéniture, mais ce personnes-là s'en mordraient très clairement les doigts. Parce que c'était sincèrement que Morgane affirmait n'avoir que faire de son fils devenu chevalier. Urien pourrait bien lui apprendre sa mort qu'elle ne verserait pas la moindre larme, elle serait seulement agacée de devoir porter le deuil protocolaire et de devoir entendre les condoléances de son entourage, c'était tout. Savoir qu'Yvain était en danger ne l'intéressait pas, oui, et elle était même décidée à ne pas poser la moindre question, mais Urien ajouta quelques mots, quelques précisions qui changèrent radicalement son intention. Apparemment, il avait reçu cette prédiction d'une voyante. Morgane pourrait en rire si elle n'était pas bien placée pour savoir combien certaines prophéties pouvaient s'avérer exactes. Mais ce n'était pas ce qui avait attiré son attention, c'était la tournure qu'il avait employée, et qui n'était pas commune.

-Mon fils, dites-vous ?
demanda-t-elle d'un ton qu'elle voulait détaché mais qui trahissait sans doute un regain suspect d'intérêt.

Il aurait pu dire "notre fils", mais il avait dit "votre fils", était-ce parce que c'était ainsi que la voyante s'était exprimée ? Deux solutions : soit il cherchait à lui rappeler qu'Yvain était aussi son fils en s'exprimant ainsi, soit la voyante ne l'avait pas inclus dans l'équation. Et dans ce cas, le fils dont il était question n'était pas Yvain... Est-ce que Mordred était en danger ? Peut-être qu'elle se faisait des idées ? Des idées parce que si elle se moquait d'Yvain, elle pouvait partir au quart de tour concernant Mordred. Malgré tout, elle prit sur elle pour interroger son interlocuteur avec le plus de détachement possible, sans trop laisser paraître son sentiment.

-J'ignorais que vous prêtiez tant d'attention aux boniments des diseuses de bonne aventure.
Et en effet, il se demandait bien quelle voyante il était allé trouver pour être à ce point bouleversé, si elle pouvait s'y fier ou non. Ca déterminerait bien évidemment beaucoup de choses. Dans tous les cas, il avait su attiser son attention, plus qu'il n'aurait pu l'imaginer. De quel genre de danger vous a-t-elle parlé, cette voyante ?

Elle espérait qu'il avait plus de détails, parce que "votre fils est en danger", c'était bien trop peu pour savoir à quoi elle devait s'attendre, ce qu'elle pouvait bien craindre; Quoi qu'il puisse en être, elle avait besoin de savoir, elle avait besoin de comprendre.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un seul fils, c'est comme une bougie dans un courant d'air. (Morgane)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TERMINE - Comme un poisson dans l'eau & avec une sirène
» Hercules ~ Comme un pingouin dans le désert
» Comme un poisson dans un bocal... [pv Aulne]
» Rien ne se passe jamais comme on l'a prévu [PV : Aki]
» Sur cette terre, comme l'ombre nous passons. Sortis de la poussière, nous y retournerons. PV Louvly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-