Partagez | .
 

 Apprendre de ses aînés (Lancelot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalière (chevalier)
avatar
Messages : 12

Message#Sujet: Apprendre de ses aînés (Lancelot)   Dim 28 Mai - 0:06

Apprendre de ses ainés

Flore n'aimait rien tant que chevaucher sur les chemins de Bretagne, l'épée au côté, porteuse d'une mission et l'espoir à l'âme. Son adoubement était encore récent, mais elle avait déjà quelques fois eu l'occasion de partir en quête et elle n'était pas prête de s'en lasser. Qu'y avait-il de plus grisant que de courir ainsi l'aventure, avec un but devant soi, le devoir dans le cœur, sachant avec une parfaite clarté ce que l'on désirait accomplir? Mieux, avec la certitude que l'on réalisait là son destin ?
L'enthousiasme de « Florian » était palpable, et bien que la jeune femme tente vaguement de paraître comme un garçon sérieux et concentré aux yeux de celui qui l'accompagnait, son grand sourire tandis qu'ils galopaient vers leur destination était difficile à manquer.

Elle devait pourtant admettre que l'exquise compagnie en laquelle elle se trouvait l'intimidait quelque peu. Lancelot était reconnu par toute la Table Ronde comme un preux, l'un des chevaliers les plus fidèles d'Arthur, l'homme de confiance du roi. Autant dire qu'elle avait intérêt à se montrer à la hauteur. Mais bien qu'elle portât un immense respect à l'homme qu'elle accompagnait ce jour-là, peu de choses peuvent doucher l'exaltation que l'on ressent lorsque l'on a une vingtaine d'années et que l'on part à l'aventure, trop frais et jeune encore pour connaître le prix que cette dernière exige.
Cela dit, ce n'était pas parce qu'elle était pleine d'ardeur que Flore ne prenait pas leur mission au sérieux, au contraire. Peu de choses avaient autant d'importance à ses yeux que la quête du Graal. Sa fougue pouvait paraître irritante aux yeux d'un vétéran, mais en dehors de cela, il y avait peu de choses que l'on pouvait lui reprocher, et certainement pas de manquer d'application dans son devoir.

Elle savait que les chevaliers d'Arthur avaient déjà suivi de nombreuses pistes similaires en vain, mais elle ne pouvait s'empêcher d'espérer que cette fois l'indice était sérieux. Un voyageur de passage à Camelot avait rapporté que dans un petit village de l'est vivait une sorcière, vieille femme dont les voisins prétendaient qu'elle tirait son pouvoir d'un récipient magique. Coupe, bol, chauderon, les détails étaient flous, mais le rapport était assez étroit pour que l'on envoie deux chevaliers enquêter. Aucune piste n'était après tout à négliger.

Le voyage avait pris une bonne semaine, et il leur avait fallu un jour entier de plus pour localiser précisément le hameau, niché entre deux collines. Entre temps, le brillant soleil qui avait accompagné leur départ de Camelot avait fait place à une épaisse couche nuageuse, et un léger crachin environnait les deux chevaliers quand ils atteignirent enfin leur destination.
Tandis qu'ils avançaient en direction des chaumières, un étrange sentiment de malaise étreignit le cœur de Flore, chassant l'allégresse qui ne l'avait pas quittée jusqu'alors. Quelque chose clochait, et bien qu'elle ne parvienne pas à mettre le doigt dessus, un regard échangé avec Lancelot lui fit supposer qu'ils étaient deux à avoir cette impression. La jeune femme posa la main sur la garde de son épée, guidant son cheval d'une main sur le sentier.
C'était le silence, réalisa-t-elle enfin, qui la mettait mal à l'aise. Pluie ou non, aucun village de campagne ne pouvait être parfaitement silencieux, et pourtant c'était le cas ici. Il fallut quelques minutes à Flore pour réaliser que silencieux signifiait en l'occurrence désert. Toute vie semblait avoir abandonné le hameau, pas la moindre âme, ni homme, ni bête. Les seuls sons, hormis ceux qui produisaient les deux intrus, étaient le bruit humide de la pluie et le grincement sinistre d'un mât de cocagne dont la roue tournait lentement avec le vent. Flore carra la mâchoire, refusant de laisser l'inquiétude la gagner. Elle mis pied à terre et lança un regard interrogateur à Lancelot.

Qu'est-ce qui a pu se passer ici ? Pensez-vous que nous devions explorer les maisons ?

Malgré tout son enthousiasme, elle savait pertinemment que son compagnon d'aventures avait bien plus d'expérience qu'elle, et par respect pour l'ancienneté de Lancelot et sa position à la cour d'Arthur, elle lui laissait sans hésitation le rôle de meneur, certaine de pouvoir lui faire confiance. De son coté, elle était bien consciente d'avoir encore beaucoup à apprendre.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Apprendre de ses aînés (Lancelot)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» apprendre les noeuds de cordes
» S'entrainer et apprendre [PV Aldan Navalan]
» une école pour apprendre la politesse...
» Apprendre l'elfe et le latin.
» Je veux apprendre à chasser! [pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Autres lieux-