Partagez | .
 

 Quand l'esprit maniable donne du fil à retordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalière (chevalier)
Feat : Kristen Stewart

Messages : 10

Message#Sujet: Quand l'esprit maniable donne du fil à retordre    Mer 14 Déc - 21:08

La neige entrait dans l'enceinte du château, immaculée, sans jamais ne devoir s'arrêter. Cette ambiance nacrée dégageait quelque chose de mélancolique dans l'air. Le temps semblait s'être ralenti au rythme des flocons. Vêtue de ma tunique de civil, les cheveux rassemblés en un catogan, décoré de deux tresses, j'admirais incessamment ce spectacle, divisée entre l'envie de m'enfuir de Camelot pour partir à l'aventure et la lassitude que procurait en moi ce spectacle lacté. Assise, les genoux repliés vers mon buste, sur l'épais rebord de la fenêtre en pierre, je me laissais porter dans mes pensées. L'épisode de ce matin resurgit dans mon esprit.

Je ne désirais qu'une chose : me démarquer, leur montrer que je pouvais porter des valeurs qu'on n'attribuait pas une femme en temps normal, car on nous considérait souvent comme faible et trop vile pour se saisir du sens d'abnégation dont devait faire preuve un chevalier. Ce matin, encore, je m'étais levée avec le goût de cette ambition. Tous savaient que, quand bien même j'avais enfin été nommée chevalier à la table ronde, je n'avais cessé mon entraînement d'arrache-pied. Mens sana in corpore sano. Peut-être que certains me prenaient pour un stoïcien ou un austère personnage... Je m'en moquais. Mes desseins allaient bien au-delà de ce que pouvait penser de moi mes jeunes camarades. La reconnaissance, ce seraient les chevaliers aguerris de la table ronde qui me l’octroierait. Cependant, sûre de moi et silencieuse durant l'entraînement, j'avais pourtant dû déclarer forfait face au maître d'armes. Mon endurance ne venait pas encore à bout de sa force et il me reprocha de ne pas progresser et cela devant certains de mes compagnons d'arme : « La vaillance ne fait pas tout d'un chevalier. Cesse de vouloir rivaliser avec ma force et travaille davantage ton endurance, Florentin. » Il est vrai que quand il s'agit de travail et de combat, je me montrais intransigeante avec moi-même et avec les ordres. Fatiguée de l'échec, j'ai été particulièrement odieuse, sous les traits d'un jeune garçon dictateur. Priant qu'on passe du combat à main nu à celui à l'épée et vice-versa, commandant à des écuyers de me servir pour que je puisse tenter de tenir le plus longtemps possible en combat. En bref, il fallut l'intervention du vétéran maître d'armes pour calmer l'impétuosité de la jeunesse. Il finit par dire à tous ces jeunes gens de se retirer et me lança un regard noir. Une fois que nous étions seul à seul, il me rappela que désormais j'étais un chevalier et que même s'il me restait à apprendre, il fallait que j'accepte l'échec la tête froide et que ce n'était qu'ainsi que je m'améliorerais. La tête encore grosse de mon adoubement. Je lui récriai qu'il n'avait rien à me dire à ce sujet. D'un ton glacial et cinglant, sans pour autant lever encore plus la voix ni devenir rouge de colère, je me congédiai de sa présence, quittant la salle au trot. Le type de début de journée qui vous rend pensif pour le reste des heures à passer éveillé. Je m'en voulais de m'être laisser emporter ainsi, mon perfectionnisme pouvait me pousser loin. Je m'en repentissais désormais. De tout mon cœur, j'espérais que les autres comprendraient que c'était juste une mauvaise journée et que cela ne se reproduirait plus. Et si cela arrivait aux oreilles du roi... Comprendrait-il que je voulais simplement faire honneur à mon récent titre ? Frustrée et préoccupée, le froid m'empêchant d'aller me calmer dans les écuries, je restais là à contempler le néant du paysage argenté.

Il y a des jours sans... Je nageais dans un de cela. Finalement, des bruits de pas me réveillèrent de ma méditation.

_________________
FicheLiensRolePlays







"Etiam si omnes, ego non"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
Feat : Aiden Gillen

Messages : 352

Message#Sujet: Re: Quand l'esprit maniable donne du fil à retordre    Mer 14 Déc - 21:47


Quand l'esprit maniable donne du fil à retordre
E

ncore une mission vaine, un voyage infructueux, un échec. Oh, il avait su parer auprès du roi le récit de son périples de mille artifices bien pensés qui donnaient à cette aventure l'impression qu'elle en était réellement une alors même qu'il s'était plutôt agi d'une errance absurde, il n'empêche que Méléagant avait beau savoir la dissimuler à Arthur, sa frustration était réelle. Courir l'île de Bretagne à la recherche d'énigmes dans l'espoir, qui sait, d'obtenir un jour un sainte relique dont il remettait plus que jamais en cause l'existence l'agaçait considérablement. De même qu'il en avait plus qu'assez de faire des ronds de jambe à ce roi qu'il n'avait en rien envie de considérer comme son maître. Il savait bien qu'il devait prendre son mal en patience, car il y avait encore bien trop de choses à coordonner, bien trop de détails à régler, pour qu'il puisse dans l'instant briguer la place qu'il pensait lui être due depuis toujours. Mais que le temps lui semblait long, dernièrement ! Et chacune des décisions politiques d'Arthur faisait si fort grincer Méléagant des dents qu'il finirait par ne plus en avoir aucune pour assommer le fils d'Uther Pendragon de sourires pour le moins hypocrites. Autant le dire tout net, le chevalier de la table ronde n'était vraiment pas de bonne humeur. Et pour cause, il revenait d'un voyage pour le moins fastidieux, qui l'avait été d'autant plus que la neige avait commencé à tomber sur le retour et n'avait cessé de blanchir la route ensuite, compliquant nettement sa progression. Autant dire que cela lui avait donné tout le loisir d'enjoliver une belle histoire à raconter à Arthur, mais de ruminer plus encore.

Son humeur ne s'était pas améliorée après son entrevue avec le souverain, quand bien même ce dernier avait été, comme à son habitude, d'une bonté proverbiale. Mais justement, voilà qui l'exaspérait plus encore. Son comportement, celui-là même que tant d'autres louaient, celui-là même qui semblait tant plaire à la belle Guenièvre pour son plus grand désarroi (encore que de ce point de vue, il pourrait être surpris), l'agaçait prodigieusement, et il n'en pouvait plus de prendre des gants, de dissimuler, d'attendre. Ce n'était donc pas dans les meilleures dispositions du monde qu'il arpentait présentement le château de Camelot, où il devait passer quelque temps, ne serait-ce que dans l'attente que les flocons cessent leur folle danse dans le ciel. Ce fut alors qu'il croisa la route d'un autre chevalier, nouvellement adoubé. Florentin contemplait l'extérieur, assis sur l'épaisse bordure d'une fenêtre en pierre. Il semblait songeur. Soit, ce n'était pas ses affaires, après tout. Il fut tenté tout d'abord de passer son chemin, l'air de rien, mais il changea d'avis. S'il n'avait guère d'estime pour ce parvenu (et en aurait moins encore s'il découvrait son sombre secret), il considérait les jeunes recrues d'Arthur comme les plus potentiellement impressionnables. C'était peut-être l'occasion d'une première approche.

-D'humeur maussade ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand l'esprit maniable donne du fil à retordre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charlie ♦ Si un âne te donne un coup de pied, ne lui rends pas.
» Quand la vie te donne un kiwi
» "Quand la vie te donne une centaine de raisons de pleurer, montre lui que tu as mille raisons de sourire" Azalée V.Johnsson
» -Claire-"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit" Serdy forever.~
» [FIN] Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit, Luna Lovegood.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-