Partagez | .
 

 Quelle joie... (Méléagant)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier (chasseur)
Feat : Karl Urban

Messages : 153

Message#Sujet: Quelle joie... (Méléagant)   Mer 3 Aoû - 22:42

Méléagant & UGaspard
Quelle joie...
Gaspard s’était rendu au-delà de la mer Manche dans le but de rencontrer le seigneur d’un royaume de sur les terres normandes, pour le compte d’Arthur Pendragon. Ce long voyage n’avait pas été complètement plaisant, même si une fois sur place les choses s’étaient plus ou moins bien déroulé. En tout cas, le chevalier revenait avec de bonnes nouvelles pour son souverain. Mais le voyage avait vraiment été long et le chevalier n’avait eu qu’une seule envie, celle de rentrer dans son royaume. Gaspard avait vraiment eu le mal du pays, Camelot lui avait manqué. L’homme avait l’habitude de faire des voyages pour le compte d’Arthur Pendragon, tous ses chevaliers voyageaient énormément dans l’espoir de pouvoir trouver le Saint Graal. Mais les choses avaient été un peu différent cette fois-ci, parce que le voyage avait vraiment été bien plus long et qu’il y avait des choses (pour de pas dire des personnes, ou plutôt une personne, qui le retenait un peu dans ces terres). Gaspard avait donc fait ce long voyage et quand il était sur le chemin du retour en compagnie de son écuyer, il avait trouvé le temps particulièrement long. Autant dire que quand il vit les pointes des tours de Camelot pointer à l’horizon, il fut vraiment ravi de se dire qu’il touchait presque au but. Son voyage demanda encore un peu de temps avant qu’il ne puisse passer les portes de la cité, mais il arriva enfin au but. Gaspard descendit de son cheval près des écuries dédiés aux chevaliers et le laissa entre les mains de son écuyer, pour se diriger directement vers le château. Le jeune homme avait l’intention de faire rapidement son rapport à Arthur Pendragon, afin de pouvoir rentrer chez lui ensuite. C’était qu’après un tel voyage, il méritait vraiment de prendre un bon bain pour décrasser un peu le tout. Il avait donc vraiment hâte de pouvoir mettre un terme à tout cela. Mais alors qu’il demandait à voir le roi, on lui annonçait que ce dernier était occupé et qu’il devait attendre. Gaspard exigea de le voir rapidement, qu’on aille le prévenir de son retour et donc de l’importance de ce qu’il avait à lui dire, mais on lui affirma de nouveau qu’il devait attendre. Alors, il n’avait pas vraiment d’autre choix que d’attendre, à la porte de la salle du trône…

Combe de tout cela, alors que ça devait faire déjà vingt bonnes minutes qu’il attendait, des bruits de pas attirèrent son attention. Le Sir Méléagant fit son apparition. Gaspard n’était pas le plus sociable des chevaliers, il n’avait pas vraiment beaucoup d’ami parmi ses « collègues ». Et cet homme faisait clairement partie des personnes qu’il ne pouvait pas supporter. Il y avait quelque chose chez lui (ça devait être physique) qui l’agaçait profondément. Sauf qu’il ne pouvait pas vraiment se permettre de lui manquer de respect, quand bien même ce dernier n’ignorait pas son ressentiment, il était réciproque de toute façon.

« Sir Méléagant. »

Se contenta-t-il de dire d’un air bourru, pour le saluer.
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
Feat : Aiden Gillen

Messages : 352

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   Sam 6 Aoû - 16:02


Quelle joie...
V

oilà, son séjour à Camelot prenait fin, dans l'heure qui suivait, il devrait être en route pour une énième mission périlleuse en quête d'un calice inaccessible qu'il ne trouverait sans doute pas, comme à chaque fois, et qui lui vaudrait un aller-retour bredouille pour la peine, enrobé de quelques exploits héroïques pour que la couleuvre se laisse avaler. Il quittait Camelot et son château pour une durée indéterminée, donc, et il doutait fort de manquer à quiconque durant son épopée. Ce qui n'était pas pour lui causer du souci en soi. Méléagant n'attendait pas après l'approbation ou l'assentiment des autres, il s'en passait très bien, et il savait pertinemment qu'il se rattraperait le jour où cet assentiment deviendrait obligatoire, et que chacun serait contraint au respect vis-à-vis de lui, tout simplement parce qu'il règnerait en lieu et place de Arthur Pendragon. Mais cette heure n'était pas encore arrivée, pour l'heure, il ne se retenait d'exprimer qu'un seul regret, qui une fois n'est pas coutume serait à sens unique, celui d'être éloigné si longtemps de la belle Guenièvre, qui elle devait être ravie de ne pas l'avoir dans son sillage durant ce temps... Ma foi, il reviendrait bien assez vite la poursuivre de ses insistances, il ne comptait pas non plus s'éterniser des semaines durant et s'épuiser à une quête dont il devinait par avance qu'elle ne porterait aucun fruit. Certes, partir à ce point défaitiste n'était peut-être pas la meilleure manière d'honorer son rôle de chevalier, mais ce n'était pas exactement comme s'il cherchait bel et bien à le faire quoi qu'il en soit.

Il devait donc annoncer au roi son départ prochain. C'était une formalité dont il se serait bien exempté, mais c'était la moindre des politesse que de dire au revoir à son souverain ainsi que lui présenter ses hommages (il apprécierait que ses chevaliers fassent cet effort quand viendrait son tour - et il osait croire ne pas avoir à attendre trop longtemps). Mais il dut déchanter bien vite en apprenant qu'Arthur Pendragon était occupé. Il était donc contraint d'attendre, au même titre que le chevalier qui l'avait précédé, et avec lequel Méléagant se serait sans l'ombre d'un doute épargné la moindre conversation. Entre les deux chevaliers, il est certain que le courant ne passait pas du tout. Et même si la politesse était de mise, ils trouvaient toujours une manière ou l'autre de se le signifier sans réelle subtilité.

- Sir Gabet. Voilà longtemps que je ne vous avais pas vu à Camelot, j'avais fini par penser qu'on ne vous y reverrait plus.

Et cela sous-entendait clairement qu'une telle perspective ne lui aurait en rien déplu, ce même s'il savait pertinemment, à la vérité, que le chevalier Gabet avait dû traverser la Manche pour une mission d'importance qui aurait pu durer plus encore aux yeux de Méléagant.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
Feat : Karl Urban

Messages : 153

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   Lun 26 Sep - 14:59

Méléagant & UGaspard
Quelle joie...
Gaspard n'avait aucune envie de cacher les ressentiments qu'il avait envers Méléagant, ce qu'il ne fit pas donc. Cependant, en tant que chevaliers, les deux hommes ne pouvaient pas se permettre de ne pas se montrer du respect, surtout alors qu'ils se trouvaient au sein du château et proche de la salle du trône. Gaspard n'avait donc pas d'autre choix que de saluer l'homme, comédie qu'il avait quand même l'habitude de faire. Parce qu'au final, on ne pouvait pas vraiment dire qu'il aimait grand monde dans ce château. Il y avait beaucoup de personne - et même dans le cercle des chevaliers - qu'il n'appréciait pas. Mais Gaspard n'avait pas le choix que de se montrer respectueux, c'était son éducation qui lui avait appris ça. Il n'y avait aucun doute possible sur le fait que son père appréciait tout autant peu de personne que lui-même, il avait eu un bon "mentor" pour le coup. Méléagant prit alors la parole et Gaspard savait parfaitement lire entre les lignes de ces propos. Le chevalier lui adressa un sourire qui ne cachait rien du peu de respect qu'il avait normalement pour lui, quand bien même ses paroles ne disaient pas du tout la même chose.

« Je regrette d'apprendre vous avoir manqué à ce point, Messire. » Comme si le jeune homme avait pu lui manquer et comme si ce dernier pouvait regretter quoi que ce soit. Et pour le coup, Gaspard devait bien avouer que si son retour pouvait agacer l'homme qui se trouvait sous ses yeux c'était encore plus agréable. « Ma mission m'a demandé énormément de temps, je dois bien le reconnaitre. Mais quand il est question de notre cause, on ne rechigne pas sur le temps, n'est-ce pas ? »

Gaspard avait énormément de respect pour Arthur qu'il considérait comme un bon roi – même si ce n'était pas forcément le cas de son père – ainsi que la cause qu'il défendait et les nombreuses recherches qu'ils faisaient, mais il devait bien avouer qu'il avait quand même eu un peu le sentiment de perdre son temps. Parce que malgré toutes ces recherches, ils n’avaient toujours pas trouvé le Saint Graal, ils ne savaient même pas exactement s’il existait. Et si ce n’était finalement qu’une fable, les chevaliers pourraient quand même faire des efforts pour autre chose. Et concrètement, les chevaliers étaient à la recherche d’un objet magique, pouvant permettre d’aider le royaume. Mais cela reposait évidemment sur la magie, encore et toujours la magie, à croire que finalement ce monde ne pouvait pas tourner sans. Gaspard n’aimait pas trop cette idée, mais en même temps il était un peu partagé entre son devoir de chevalier et les attentes que son père avait le concernant (sans parler de ces idées qu’il avait mis dans sa tête, le poussant à détester les êtres magiques). Comme il était partagé entre sa fidélité pour son père et celle qu’il considérait pour son roi, qu’il considérait vraiment comme un bon souverain. Quoi que puisse penser son paternel.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
Feat : Aiden Gillen

Messages : 352

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   Lun 26 Sep - 18:43


Quelle joie...
M

éléagant s'abstint de tout commentaire quand son interlocuteur lui fit remarquer qu'il regrettait d'avoir eu le temps de lui manquer à ce point. Bien sûr, le chevalier de la table ronde ne doutait pas du fait que son interlocuteur était parfaitement ironique, même s'il maniait le mensonge à la perfection, comme lui-même l'avait été lors de sa réplique précédente. Si leur échange était en apparence cordiale, et qu'un œil extérieur pouvait s'y tromper, les deux principaux concernés étaient bien loin d'être dupes de ce qui était en train de se passer, de la manière dont ils s'estimaient réellement... c'est-à-dire pas du tout. Ils savaient bien que leur animosité était réciproque. Ils avaient seulement trouvé une manière bien à eux de l'exprimer. Plus insidieuse qu'un simple affrontement verbal... même si l'affrontement verbal pourrait advenir pour peu qu'ils se cherchent trop, tous les deux. non, sa remarque ne tolérait aucune réplique. La réalité était bien trop évidente, même si pas exprimée. Oh non, il ne lui avait pas manqué, il ne lui avait pas manqué du tout, non, vraiment pas. Et il se serait bien épargné de le revoir, et plus encore cette conversation déplaisante. Mais il était manifestement trop tard pour cela. La discussion était lancée, ils n'allaient donc avoir d'autres choix, tous les deux, que de la poursuivre. D'autant que, au vu de leurs caractères, ils ne sauraient laisser à l'autre le dernier mot. Méléagant, en ce qui le concernait, en tout cas, ne comptait certainement pas accorder le dernier mot à Gaspard.

-Évidemment
, répondit Méléagant qui pourrait presque d'accord avec Gaspard sur le principe, quand ce dernier affirmait que quand c'était au service de la cause, qu'importe le temps qu'on y consacrait. En soi, oui, il était d'accord. Sauf qu'il n'approuvait pas la cause que défendait Arthur et que, par conséquent, lui-même prétendait servir. Il ne faisait que semblant de la cautionner. Mais c'était une chose qu'il ne pouvait exprimer publiquement, ce même pour le plaisir de contredire un interlocuteur qui lui déplaisait fortement. Et donc, votre mission a-t-elle porté ses fruits ? demanda-t-il ensuite, se permettant de se montrer plus curieux que nécessaire, surtout dans l'espoir d'avoir le plaisir d'entendre son interlocuteur lui apprendre avoir failli à sa tâche (même si l'inverse pouvait être tout aussi vrai).

Le bon ou mauvais déroulement de la mission qui lui avait été confiée lui importait peu en soi (quoique tout échec de l'un de ses chevaliers était aussi un échec d'Arthur à ses yeux, et par conséquent, il était plaisant de penser que tous ses projets n'étaient pas voués à réussir), d'autant qu'il ne connaissait même pas la nature exacte de cette mission (il savait seulement qu'elle avait mené le jeune homme de l'autre côté de la Manche, bien loin de son regard, pour son plus grand plaisir). Il apprécierait seulement d'entendre Gaspard admettre une éventuelle défaite, quoi qu'il ne le ferait sans doute pas.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
Feat : Karl Urban

Messages : 153

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   Sam 26 Nov - 17:06

Méléagant & UGaspard
Quelle joie...
Il était évident que quand il était question de la cause, les chevaliers ne devaient pas compter leurs temps. Cela n’étonna pas spécialement Gaspard d’entendre son interlocuteur affirmer qu’il était d’accord avec lui. Evidemment, le jeune homme ne se doutait pas du tout que le chevalier qu’il avait sous yeux n’avait pas autant d’allégeance pour Arthur Pendragon que lui. Quand bien même il n’était pas aussi fidèle à son roi qu’il ne le voudrait vraiment, au vu du fait qu’il faisait partie des chasseurs et donc qu’il trahissait en quelque sorte les ordres de son roi, il était quand même concentré sur la cause qu’ils menaient tous. Celle de trouver le Saint Graal pour permettre au royaume de prospérer comme le pensait leur roi. Même si cela allait un peu en contradiction avec ce qu’il pensait de la magie, ce qui était un peu le dilemme de sa vie. Mais pour l’heure, Gaspard considérait vraiment que les chevaliers ne devaient pas minimiser leurs temps alors qu’ils étaient en quête de la sainte relique. Tout comme cela devrait normalement être le cas pour Méléagant évidemment, mais le jeune homme ignorait les détails qui puissent lui faire croire le contraire.

Le jeune homme serra légèrement des dents quand son « collègue » chevalier lui demanda si sa mission avait porté ses fruits. Cela agaçait légèrement le chevalier que Méléagant lui pose une telle question, puisqu’on ne pouvait pas vraiment dire que sa mission avait été une réussite. Elle n’était pas complètement un échec non plus, mais ce n’était pas une si belle réussite que Gaspard aurait espérée. Et forcément, il ne pouvait pas affirmer à Méléagant qu’il n’avait pas si réussi qu’il aurait aimé. C’était une question de fierté, le jeune homme ne pouvait vraiment pas s’y résoudre. Il laissa couler plusieurs seconde avant de reprendre la parole, sans baisser un seul instant son regard.

« Ma visite dans le royaume de Regiam va nous permettre un accord avec son seigneur. »
Dit-il alors, ne prenant pas encore la peine de parler du fait qu’il cherchait quand même un peu le Saint Graal en s’y rendant. Il n’avait rien trouvé, pour l’heure, mais cela pouvait très bien arriver à un moment donné. Gaspard ne savait cependant pas vraiment si cette alliance allait servir à un moment ou à un autre. Mais bon, il avait fait ce qu’on lui avait demandé de faire. Il était important quand même pour le royaume de Camelot d’avoir des alliances avec ses voisins, même si ce voisin se trouvait de l’autre côté de la manche. « Il nous autorise à parcourir ses terres à la recherche de la sainte relique. »

Ce qui était vrai en effet. Mais cela ne disait absolument pas aux chevaliers de la table ronde que celle-ci se trouvait dans le royaume de Regiam, puisqu’ils n’avaient aucune idée d’où elle pouvait bien être. Mais ils devaient explorer toutes les pistes qui étaient mises à leur disposition. Sinon, ils risquaient fort de passer à côté de leur trouvaille.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
Feat : Aiden Gillen

Messages : 352

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   Lun 28 Nov - 16:49


Quelle joie...
M

éléagant aurait aimé voir son interlocuteur se justifier le plus difficilement du monde au sujet du bien-fondé de sa mission, et admettre que cette dernière avait mené nulle part, il aurait voulu voir cet homme qu'il n'appréciait guère confronté à un échec cuisant... Malheureusement, il semblait que son expédition à des lieues d'ici ait en vérité porté des fruits plus qu'honorables. Il était parvenu à passer un accord avec le royaume de Regiam et son seigneur afin qu'ils puissent parcourir ses terres sans souci à la recherche du Graal. C'était techniquement une bonne chose en soi, en effet. Plus ils se révélaient en droit d'explorer et parcourir un large territoire, plus les chances de mettre la main sur la sainte relique pouvaient augmenter (quoi que le chevalier n'y croyait pas davantage pour autant). Quoi qu'il en soit, même s'il n'était pas revenu avec le précieux réceptacle, l'utilité de sa quête ne pouvait en rien être contestée. Soit, Méléagant ne pouvait donc que serrer les dents et féliciter son interlocuteur, par conséquent. Dans la mesure de ses capacités, cela étant, car le chevalier ne tenait vraiment pas à faire trop d'efforts non plus. Gaspard était parfaitement au fait de son animosité à son égard, et cette animosité était par ailleurs partagée. Il hocha la tête d'un ton qu'il prétendit d'un ton approbateur. S'il attendait des félicitations, le chevalier avait plutôt intérêt à les réclamer auprès de son roi, car ce n'était certainement pas Méléagant qui allait lui accorder ce privilège. Il était déjà suffisamment frustré d'entendre que tout ne s'était passé que trop bien pour son interlocuteur... sachant que lui-même n'obtenait pas toujours des résultats aussi satisfaisants quand il partait en mission pour Arthur (et ce n'était pas décevoir ce dernier qui le dérangeait, mais plutôt la défaite en elle-même... il détestait perdre. Et pourtant, il avait perdu tant de fois déjà, mais il y remédierait).

-C'est un progrès, en effet,
admit-il, qui ne ferait pas davantage d'efforts, cela étant. Vos talents de diplomates ne semblent plus à prouver. J'ose espérer que le roi en prendra son parti et vous enverra en des terres plus lointaines encore pour passer des accords équivalents.

En somme, Méléagant pressait Gaspard d'aller voir encore une fois ailleurs si, potentiellement, il s'y trouvait, et il ne s'y trouverait bien évidemment pas. Plus loin de lui se trouvait-il, mieux se portait-il de manière générale. Une manière d'une élégance relative, donc, de lui signifier que s'il voulait bien brasser du vent aussi loin de lui que possible, il apprécierait largement. Bon, en soi, il y avait plus incommodant que la présence de Gaspard, mais loin du chevalier l'idée de se montrer trop agréable de toute manière. Il n'avait pas l'intention de faire l'impasse sur tous les sentiments négatifs qu'il ne lui inspirait que trop bien.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
Feat : Karl Urban

Messages : 153

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   Ven 27 Jan - 13:06

Méléagant & UGaspard
Quelle joie...
La mission de Gaspard n’était pas une franche réussite non plus. Même s’il avait eu ce qu’il voulait, en parvenant un accord avec le seigneur de ces terres afin de pouvoir parcourir son royaume à la recherche de la sainte relique – dans l’espoir qu’elle puisse s’y trouver évidemment – ce n’était pas vraiment suffisant. Evidemment, les chevaliers devaient pouvoir obtenir ce qu’ils cherchaient et pour cela, ils devaient pouvoir parcourir le plus de terres possibles afin de pouvoir trouver le Saint Graal. Mais cela ne signifiait pas que la relique se trouvait justement dans ces terres précises et que la mission de Gaspard porterait réellement ses fruits. C’était important à faire, évidemment, mais c’était quelque peu frustrant. Le chevalier ne pouvait pas nier qu’il espérait un jour rentrer de mission avec le Graal, avec ce qu’ils cherchaient tous. Parce que ça serait un moyen de pouvoir être directement sur le devant de la scène, d’être reconnu comme le meilleure chevalier. Qui ne rêverait pas de revenir avec la sainte relique auprès du roi Arthur en même temps ?

Gaspard ne put s’empêcher d’afficher un léger sourire en coin quand Méléagant reconnu que c’était un progrès. Il aimait ça, il aimait que le chevalier soit obligé de reconnaître que sa mission avait porté ses fruits, alors qu’il savait évidemment que ce n’était pas facile pour l’homme. Parce qu’à sa place, il n’apprécierait pas de devoir le faire. Mais Méléagant était bien obligé de le faire après tout, parce que sa mission était quand même une réussite. Le sourire du jeune homme se fit plus grand encore, quand son interlocuteur reprit la parole, pour affirmer qu’il espérait qu’il allait bientôt repartir. Sans surprise, Gaspard comprit évidemment ce qu’il voulait dire par là.

« Ne soyez pas si modeste. » Reprit-il alors, sur le même ton. « Vous méritez tout autant de partir dans des contrés lointaines pour avoir audience avec nos voisins. »

Et autant dire que le chevalier aimerait bien voir son collègue partir loin de Camelot, afin de ne pas le voir de ci-tôt. Son propre voyage lui avait permis de ne pas croiser le chemin de cette personne qu’il n’appréciait vraiment pas – en même temps, on ne pouvait pas dire que Gaspard appréciait grand monde non plus – mais à choisir il préférait largement voir Méléagant prendre la route vers un long voyage loin de là où il se trouvait. Ça lui ferait vraiment des vacances, ça c’était certain.

« Je ne suis pas le seul sur qui le roi peut compter. »

En disant cela, Gaspard ne se rendait évidemment pas compte du fait que Méléagant était loin d’être vraiment quelqu’un de confiance. Parce que quand bien même le jeune homme ne l’appréciait pas, il ne savait rien de ses troubles intentions. Et alors que le chevalier avait espoir qu’Arthur puisse avoir confiance en lui, il ne pouvait pas nier de son côté trahir en partie sa confiance parce qu’il agissait de son propre chef sur certain point particulier… ils étaient bien plus troubles tous les deux qu’ils ne le pensaient.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
Feat : Aiden Gillen

Messages : 352

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   Ven 27 Jan - 22:15


Quelle joie...
M

éléagant afficha un sourire qui voulait à peu près tout et rien dire quand son interlocuteur lui affirma qu'il ne devait pas se montrer si modeste, d'une part parce qu'il n'était pas sans savoir que son interlocuteur était ironique et ne s'adressait pas à lui de la sorte sans raison, d'autre part parce que l'affirmation de Gaspard - qui ne pouvait être que faussement flatteuse ne pouvait que témoigner d'une évidente hypocrisie. Le chevalier de la table ronde ne doutait pas la moindre seconde du fait que son interlocuteur s'exprimait sans rien penser de ce qu'il disait... Et il avait bien raison de ne rien en penser, d'ailleurs, car il est certain que Méléagant n'était absolument pas quelqu'un de modeste. Il avait bien au contraire une très haute estime de lui-même (celle qui lui laissait supposer que, à coup sûr, il serait capable de reprendre le trône d'Arthur Pendragon et de faire un bien meilleur monarque que lui). Il s'en cachait un minimum, afin que ses ambitions ne se voient pas autant qu'elle lui brûlaient l'âme et le cœur, mais chassez le naturel, il revient au grand galop. Son attitude ne dévoilait peut-être pas ses sombres intentions, mais devaient tout de même donner de lui l'image de quelqu'un particulièrement sûr de lui. Méléagant fit donc mine d'accueillir le "compliment" de son interlocuteur tout en sachant pertinemment que Gaspard cherchait seulement à lui retourner "le sien", à donc lui faire comprendre que lui aussi serait on ne peut plus ravi de ne plus avoir son collègue dans son sillage, de ne plus avoir à le supporter, tout simplement. Le sourire de Méléagant, même, s'agrandit quand son interlocuteur affirma qu'il n'était pas le seul à qui le roi faisait confiance.

-C'est certain,
affirma-t-il sans en penser un mot, mais avec une conviction pour le moins honnête. Et sans sans doute au nom de la confiance qu'il m'accorde qu'il préfère me garder à ses côtés. Il sait mes conseils avisés. Il sait que je n'hésiterais pas à lui en faire part si je devais considérer que l'attitude de certains de mes camarades laissait... disons... à désirer.

Il disait n'importe quoi, bien évidemment. Même si Arthur lui avait pardonné, il était certain qu'il ne pouvait plus lui accorder sa pleine et entière confiance au vu de leur passé commun, qui concernait de très près Guenièvre (ou bien ?). Mais Gaspard était jeune, et il semblait étranger à cette histoire dont plus personne n'évoquait l'existence, si ce n'est ceux qui avaient connu cette époque, alors autant lui laisser imaginer qu'il était préféré par le roi... Même si, au fond, Méléagant se fichait bien des faveurs d'Arthur, elles ne lui servaient qu'à assouvir ses desseins. Il voulait seulement laisser entendre à son interlocuteur qu'il avait suffisamment de poids, et sa parole suffisamment de valeur aux yeux d'Arthur, pour que sa parole puisse avoir une réelle incidence. Sur lui.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Quelle joie... (Méléagant)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelle joie... (Méléagant)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle joie, non quelle bonheur, non quelle extase...
» Quelle joie que celle des retrouvailles ! /Rose/
» Quelle est la base du développement ?
» Joie Ineffable
» Quelle est votre bande de prédilection?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-