Partagez | .
 

 Tais-toi mon cœur (Lancelot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Mar 21 Juin - 23:54

Tais-toi mon cœur

Elle était heureuse d'être de retour à Camelot, d'y retrouver ses habitudes, de pouvoir passer du temps en compagnie d'Arthur (même si ce temps était toujours tout relatif, bien entendu, le monarque ayant plus d'une responsabilité à honorer qui prenaient forcément beaucoup de son temps)... mais elle ne parvenait pas pour autant à se sentir sereine. À vrai dire, elle avait le sentiment de ne plus avoir été sereine depuis tant de temps qu'elle en avait oublié quelles sensations cela pouvait bien procurer. Elle aurait aimé savoir faire le vide en elle-même, pouvoir se contenter de fermer les yeux et de prendre une grande inspiration pour se délester du poids intense qu'elle sentait reposer sur ses épaules. Mais rien n'était aussi simple, ni ne pouvait l'être, bien sûr. Quand ses yeux se fermaient, ils imprimaient sur ses paupières closes des images qui n'y avaient pas leur place. L'obsession que Guenièvre avait de Lancelot frôlait l'absurde. Sa raison tentait comme elle le pouvait de faire obstruction au flot de sentiments qui l'envahissaient, mais s'il y avait bien des choses à dompter chez l'être humain, elle devait bien réaliser que le cœur n'appartenait pas à ces choses. Elle se sentait captive d'émotion jamais ressenties auparavant, et qui allaient augmentant à mesure qu'elle cherchait à les réprimer. Et à celles-ci s'ajoutait la culpabilité, bien sûr, car quand bien même elle éprouvait envers son époux une tendresse qu'elle ne cesserait jamais de ressentir, elle avait à présent le sentiment de jouer un rôle en sa compagnie. Et s'il y avait un homme droit, honnête et juste qui ne méritait pas de payer le prix de ses inclinations, c'était bien lui.

Enfin, fallait-il vraiment qu'elle y pense encore et toujours ? Non, bien sûr, il ne le fallait pas. C'était plus fort qu'elle, soit, mais cette sorte d'excuse est aveu de faiblesse. C'est vrai, elle essayait. Son voyage en Carmélide, s'il n'avait pas eu ceci pour seule raison, était supposé lui permettre de faire le tri dans ses pensées. De retour chez elle, elle ne s'en sentait pas moins perdue pour autant. Sa seule consolation était d'au moins qu'elle ne l'avait pas croisé depuis son retour. Consolation... façon de parler, car si une part d'elle s'en voyait soulagée, l'autre regrettait de n'avoir aucune occasion de le voir. Voici ce qu'elle était devenue : un être divisé, incapable de faire de choix et encore moins de les assumer, et la rencontre qu'elle devait faire en ce jour ne devait en rien arranger les choses. Car si, oui, depuis son retour, elle n'avait guère croisé la route du chevalier Lancelot, le destin devait s'amuser à y remédier alors que, dans un couloir du château, elle se retrouva face à lui. Aussitôt, elle sentit son coeur s'emballer, et ce fut en faisant de son mieux pour garder une certaine contenance qu'elle s'adressa à lui avec autant de naturel que possible.

"Bonjour, Lancelot."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jonathan Rhys-Meyer

Messages : 160

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Mer 22 Juin - 15:32

Lancelot évitait le plus possible de passer dans les lieux où la reine pouvait se trouver. Cela lui donnait bien du mal d’ailleurs puisqu’il devait sans cesse surveiller autour de lui. En soit, le chevalier ne connaissait pas la force des sentiments que Guenièvre éprouvait pour lui, mais lui-même ne voulait pas confronter les siens à la vision de sa belle. Ainsi Lancelot avait tout fait pour être en ville ou dans le camp d’entraînement afin de pouvoir éviter le regard de celle qui occupait sans cesse ses pensées. Depuis son retour de Carmélide, Lancelot avait entendu beaucoup de choses à propos de ce voyage. Certains disaient que la reine avait besoin de rentrer chez elle afin de pouvoir se ressourcer, d’autres racontaient qu’elle avait été malade et qu’elle avait préféré se soigner auprès des siens.
 
Cette nouvelle avait fait l’effet d’un étau autour du cœur du chevalier. Guenièvre était souffrante mais il ne pouvait pas être là pour elle… Dans un sens ce n’était pas son rôle, il n’était rien d’être pour elle si ce n’est un ami de son époux.
Mais malgré tout, aujourd’hui, Lancelot se trouvait dans le château. Il savait très bien qu’il prenait un « risque » et qu’il y avait une chance qu’il croise sa belle, mais cela n’était rien comparé à sa dernière conversation avec son roi. C’est donc avec entrain que Lancelot déambulait dans les dédales du château, espérant ne pas croiser Guenièvre.
 
Mais le destin en décida autrement puisqu’au bout du couloir, la reine apparut. Telle une vision irréelle, elle s’avançait vers le chevalier. Lancelot se rendit alors compte que la force des sentiments qu’il éprouvait pour elle était encore plus présente qu’il ne l’osait le croire. Au grand jamais il ne s’était imaginé ressentir autant de sentiments pour une même femme. Lancelot ne reprit conscience de la scène que lorsqu’elle s’adressa à lui.
Alors le chevalier s’inclina devant la reine avant de lui répondre.
 
- « Bonjour votre Majesté. » dit-il doucement.
 
Il se releva doucement et admira la femme qui se trouvait devant. Malgré tout ce qu’il pouvait ressentir pour elle, il se contenait et faisait en sorte qu’elle ne descelle rien dans son comportement. Lancelot devait se montrer raisonnable et ne pas montrer à la reine l’amour qu’il éprouvait pour elle, il le devait pour protéger son propre roi.
 

- « Comment s’est passé votre retour de Carmélide ? » dit-il avec politesse en lui souriant doucement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Mar 28 Juin - 0:25

Tais-toi mon cœur

Comment expliquer, qualifier ce sentiment ? Il existe dans le vocabulaire commun un mot pour cela, mais Guenièvre n'était pas certaine de pouvoir l'utiliser pour évoquer ce qu'elle éprouvait quand elle se trouvait en présence de Lancelot. Amour convenait bien pour définir sa relation à Arthur, mais là... Il faudrait un autre mot, au-delà d'amour, au-delà d'adoration, il faudrait réinventer le langage, juste pour ce sentiment-là. Comment simplement entendre sa voix pouvait-il suffire à faire naître un frisson dans son échine ? Pourquoi, quand il s'inclinait devait elle comme il était d'usage que chacun le fasse, elle avait le sentiment d'assister à un sacrilège, puisque l'on s'incline devant ce qui est supérieur à soi, et que rien n'était supérieur à Lancelot ? Voilà. Elle avait fait tout son possible pour l'oublier, elle s'était isolé, avait prétexté un voyage de courtoisie pour échapper à son regard, et il lui suffisait d'être présent en face d'elle pour réduire toutes ses tentatives à l'échec. Les salutations passées, elle songea qu'elle devrait prendre congé de lui, mais elle n'y arrivait pas, son regard ne parvenait pas à se détacher de lui, et les battements incontrôlable de son coeur dissimulaient la voix de sa raison, qui lui ordonnait de le fuir une fois encore pour se réfugier dans les bras d'un époux qu'elle n'oubliait pas, non, en présence du chevalier, mais lui apparaissait tout à coup comme une figure floue et lointaine, perdue dans un épais brouillard, quand Lancelot, lui, était bel et bien là... Ce fut comme un soulagement de l'entendre lui poser une question plutôt que de prendre congé. Elle devait partir, elle voulait rester, elle voulait que la conversation dure, et si elle devait durer, elle savait qu'elle allait vouloir qu'elle ne cesse jamais.


"Très bien, je vous remercie."


Elle constata, au moment de parler, que sa voix tremblait légèrement. C'était idiot, mais elle n'y avait rien pu, elle s'en était rendue compte un peu trop tard. Même si sa visite en Carmélide n'avait rien d'un secret, elle se sentit quelque part contente qu'il se soit souvenu de cette information, comme une preuve qu'il se souciait un peu d'elle, même si ce n'était pas du tout une bonne chose, en soi. Elle n'avait pas été totalement sincère, si elle avait été complètement honnête sur son voyage en Carmélide, elle aurait ajouté qu'elle s'y était rendue dans l'espoir vain de l'oublier, une tentative dont elle constatait totalement l'échec en cette seconde. Elle hésita un instant. Elle n'avait pas de raisons de s'épancher sur le sujet, pas de raisons de trouver n'importe quels mots pour le retenir. Mais quand ils s'échappèrent de ses lèvres, elle n'eut pas vraiment le sentiment d'avoir eu le contrôle sur eux.

"Comment allez-vous ?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jonathan Rhys-Meyer

Messages : 160

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Jeu 30 Juin - 17:42

Revoir la reine avait montré à Lancelot à quel point il tenait à elle, à quel point ses sentiments pour elle étaient forts. Elle n'avait pas changé et son charme était toujours aussi présent. L'aura qu'elle dégageait ne cessait de faire tourner la tête au chevalier. Il savait qu'il n'avait aucuns droits sur cette femme mais que devait-il faire ? Devait-il ignorer ses sentiments et faire comme s'il ne se passait rien ? En soit, il ne savait pas vraiment si la reine éprouvait les mêmes sentiments que lui...
Le chevalier sentit la voix de la reine un peu tremblante quand elle lui répondit et au fond de lui il se demandait pourquoi elle était ainsi. Elle était peut-être souffrante ou avait le mal du pays ? Non, il ne pouvait pas se permettre de poser de telles questions, il s'agissait de la reine tout de même.
 
Lancelot était sur le point de prendre congé afin de ne pas déranger la reine plus que nécessaire, mais celle-ci demanda au chevalier comment il se portait. L’homme cacha tant bien que mal sa surprise. Etait-ce un signe parce qu’elle voulait le garder encore un peu avec elle ou était-ce juste par politesse ? La reine était connue pour sa gentillesse et sa bienveillance, sûrement que cette question faisait partie de son comportement et qu’elle la posait à toutes les personnes qu’elle croisait…
 
- « Je me porte bien, merci de cette attention Majesté. » lui répondit-il avec un léger sourire.
 
Au fond de lui, Lancelot était heureux de voir que la reine se préoccupait de lui. Les chevaliers ne recevaient pas énormément d’attentions, beaucoup se préoccupaient plus de comment ils se débrouillaient à l’entraînement que de savoir s’ils étaient en bonne santé. Le chevalier cherchait un moyen de rester encore avec la reine, que leur conversation ne se termine pas comme ça…
 
- « Me permettrez-vous de vous accompagner jusqu’à destination ? »
 

Lancelot sut à la seconde même où il prononça ses mots qu’il n’aurait pas dus. Elle était la reine et sûrement qu’elle avait mieux à faire que de rester avec un chevalier de son époux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Dim 17 Juil - 22:44

Tais-toi mon cœur

Guenièvre savait qu'elle aurait dû passer son chemin sans plus s'adresser au chevalier de la table ronde, lui souhaiter la bonne journée aurait suffi, et elle aurait vaqué à ses propres affaires sans plus se soucier de lui, voilà ce qu'il aurait fallu à coup sûr. Seulement, elle ne savait pas ne pas se préoccuper de lui, ce lui était même impossible. Comment ne pas s'en préoccuper, ou même le prétendre, quand il captait son attention et accaparait ses pensées de jour comme de lui. Elle aimerait prétendre que, les paupières closes, dans un demi-sourire, quand elle s'abandonnait au sommeil et aux rêves, c'était Arthur qui lui apparaissait, mais ce n'était pas le cas, pas du tout, c'était le visage sans imperfections de Lancelot qui hantait le moindre de ses songes, et l'avoir à proximité d'elle était en train de lui faire perdre tout sens commun, si bien qu'elle ne sut faire autrement que de poursuivre sur sa lancée initiale, appréciant l'entendre dire qu'il se portait bien, quand bien même il ne le faisait sans doute que par civilité, sans lui délivrer le fond de sa pensée, puisqu'il ne devait surtout rien en faire, puisque ce serait indigne d'un chevalier de son envergure que de se plaindre auprès de la reine.

Pourtant, s'il avait été mal, s'il avait dû souffrir de quoi que ce soit, elle aurait voulu l'entendre, pour l'aider et le rassurer, même si ce n'était là ni sa place ni son rôle. Quand il lui demanda s'il pouvait l'accompagner, la reine savait très bien ce qu'elle devait répondre, et ce pour son propre salut. Mais bien évidemment, la réponse qu'elle formula n'eut pas le moindre rapport avec ce que lui dictaient d'un commun accord son devoir et sa morale.


"Avec grand plaisir"
, répondit-elle d'un ton et dans un sourire qu'elle espérait n'être pas trop enthousiastes tout de même. "Je comptais faire un tour à l'extérieur, dans nos jardins. Vous plairait-il de m'accompagner ?"

En soi, ce n'était pas la première fois qu'elle faisait une telle proposition à l'un ou l'autre de ses chevaliers ou des nobles qui leur faisait visite, mais elle serait quand même hypocrite de prétendre qu'elle ne trouvait pas un intérêt tout personnel à cette situation. Personnel et dangereux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jonathan Rhys-Meyer

Messages : 160

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Mar 2 Aoû - 17:41

Tout aurait pu être plus simple si Guenièvre n’était pas reine et surtout, n’était pas mariée… Lancelot le savait, en épousant Arthur Pendragon, Guenièvre devenait une femme inaccessible aux hommes. Pourquoi le chevalier ne s’était-il pas rendu en Carmélide durant sa quête ? Il aurait dut ajouter cette étape à son voyage. Peut-être que s’il avait libéré Leodagan et sa famille de Meleagant, ce serait lui l’homme qui partagerait la vie de la belle Guenièvre… Peut-être qu’il serait chevalier également… Mais à présent, Lancelot ne pouvait que se contenter d’admirer la femme qu’il aime en secret. Il ne pouvait pas se permettre de lui déclarer son amour pour elle ou de l’embrasser lorsqu’ils se croisent dans un couloir, comme aujourd’hui…

Mais Lancelot n’avait d’autres choix que de feindre. Devant chaque personne qu’il connaissait, il feignait l’indifférence pour la reine. Au final, toute sa vie n’était que mensonge et supercherie. Il pensait souvent à quitter Camelot pour retourner en Avalon afin de se ressourcer auprès de sa mère. Mais pouvait-il vraiment se permettre de « quitter » le roi ? Après tout, le chevalier savait très bien qu’Arthur tenait à lui dans ses rangs. Lancelot ne savait donc que faire et il avait peut-être une idée qui lui irait parfaitement… Mais il devait en parler à son roi avant cela.

Cependant lorsque Guenièvre lui proposa d’aller se balader dans les jardins du château, Lancelot dut se retenir de laisser un grand sourire lui échapper. Il ne pouvait s’empêcher d’être des plus heureux pour cette proposition.

- « Ce serait un honneur pour moi Votre Majesté. » dit-il avec un léger sourire.

Il offrit son bras à la reine avant de commencer à avancer en direction des jardins. Il savait qu’il jouait avec le diable à cet instant, mais il n’avait d’autres choix que de faire semblant que tout allait pour le mieux. Il lui sourit avant de prendre à nouveau la parole.

- « Comment était la Carmélide ? Je n’y suis jamais allée et j’aimerais un jour trouver le temps d’y aller. avoua-t-il sur un ton amical.

Peut-être qu’un jour il aurait une mission dans cette région, que le roi lui demanderait d’y aller pour quelques raisons. Mais Léodagan serait sûrement le premier à y aller et Lancelot serait plutôt du genre à se rendre à Avalon…
Au fond de lui, Lancelot aimerait bien passer quelques jours en Carmélide mais les passer avec Guenièvre les rendrait encore meilleur… Mais tout cela était impossible.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Ven 26 Aoû - 23:41

Tais-toi mon cœur

Son attitude n'était pas seulement audacieuse, elle était insolente, impertinente, inappropriée. Elle n'aurait pas dû, il ne fallait pas... Elle savait bien qu'elle agissait de la manière la plus odieuse et inconcevable possible, odieuse envers son époux, envers l'homme à qui elle avait juré fidélité... Car si la proposition était en apparence innocente, elle ne l'était pas tant que ça en substance. Guenièvre ne pouvait pas prétendre ne rien espérer d'une telle conversation, ne pas vouloir passer plus de temps avec le chevalier qui accaparait ses pensées quand elle devrait se concentrer sur son devoir, sur ses vœux passés avec un roi qu'elle respectait et aimait... d'une autre manière... Elle sentit sa main trembler quand Lancelot lui tendit son bras et qu'elle l'y déposa. C'était un geste usuel, qui n'avait normalement rien d'équivoque, et auprès de n'importe quel autre chevalier, elle n'aurait pas éprouvé la moindre gêne. Mais Lancelot n'était pas n'importe quel autre chevalier, il n'était pas n'importe quel homme, et ce simple contact éveillait déjà en elle un trouble profond. Elle sut lui rendre malgré tout son sourire. Un simple sourire de sa part, d'ailleurs, faisait comme réchauffer tout son être. C'était agréable, dangereusement agréable, vraiment... Il lui demanda comment était la Carmélide. S'il savait... Elle y avait passé bien trop de temps à penser en lui au moment d'essayer de l'oublier.


"La Carmélide est l'endroit que je préfère au monde, même si Camelot ne tarde jamais à me manquer. Heureusement, Manon était là pour m'accompagner."
, répondit-elle dans un fin sourire. "Mais qui pourrait être objectif quand il s'agit des lieux de son enfance, n'est-ce pas ?" Elle aimait beaucoup Camelot également, mais la Carmélide aurait toujours une place privilégiée dans son cœur. "Je ne saurais que vous encourager à vous y rendre, mon père vous y accueillerait avec plaisir." Mais pourquoi disait-elle ça ? "Mais peut-être seriez-vous déçu." Ils arrivèrent dans les jardins, Guenièvre huma doucement l'air parfumé comme dans l'espoir d'y recueillir un peu de bon sens. Mais non, le bon sens avait clairement pris la tangente. "Et vous, Lancelot ? Quel endroit préférez-vous ?"

Elle cherchait, d'une manière ou d'une autre (et sans doute un peu maladroite présentement) à en découvrir plus sur l'homme qui savait si rapidement faire battre son coeur alors que celui-ci devait être tout destiné à un autre. Elle voulait tout connaître de lui, voulait tout lui révéler d'elle, et de faire tout son possible pour que ce moment, cet échange, se prolonge autant que possible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jonathan Rhys-Meyer

Messages : 160

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Dim 28 Aoû - 23:51


Lancelot se détestait pour se torturer de la sorte. Il savait très bien que cette balade allait lui restée en tête pendant des jours. Qu'il allait imaginer tout et n'importe quoi durant toute la balade avec Guenièvre mais que pouvait-il faire pour combattre cela ? Il ne pouvait résister à la tentation de céder aux charmes de cette femme. Il avait envie de tout lui donner, tout lui apporter... Mais en faisant cela, Lancelot trahissait son plus fidèle ami et surtout son roi...
Non ! Cette balade ne devait rien signifier, après tout la reine proposait régulièrement à des chevaliers de l'accompagner ?...
Au fond de lui, cette pensée rendit Lancelot jaloux. Ainsi, il devait trouver un moyen. La dernière fois qu'il avait parlé de Guenièvre, ce n'était autre qu'à la servante de Guenièvre. Lui avait-elle donné le pendentif en cadeau à la reine ? Lui avait-elle parler de la bougie allumée à la fenêtre le soir ? Il n'en savait rien et il ne pouvait s'empêcher de chercher un moyen de le savoir.

Lancelot écouta attentivement la reine lui parler de la Carmélide. Lancelot n'y était jamais allé mais à écouter sa compagne de balade, c'était un très belle endroit. Elle expliqua qu'elle aimait beaucoup Camelot mais que son royaume de naissance était tout de même privilégié dans son coeur.

- " Je ne suis pas tant attaché que cela à Avalon Majesté, pourtant c'est là où je suis née..." expliqua Lancelot afin de continuer la conversation avec sa belle.

Il ne voulait pas que cela s'arrête aussi, à chaque occasion qu'il avait, il parlait afin de continuer la conversation avec elle. Il ne pouvait s'en empêcher. Aussi quand elle lui expliqua que son père pourrait l'accueillir en Carmélide, Lancelot ne put s'empêcher de lui répondre.

- " Pourquoi serais-je déçu ? Votre père est un mauvais hôte ? " sourit-il sans être méchant dans sa voix.

Au contraire, Lancelot parlait d'une manière très douce et tendre, comme s'il confiait des dizaines de secrets à la reine. En soit, il lui parlait oui mais il lui racontait des choses dont il n'avait jamais vraiment parlé auparavant. Alors lorsque la reine lui demanda qu'elle était son endroit préféré, Lancelot marqua une pause en la regardant dans les yeux et s'arrêta.

- " Je crois que c'est la forêt de Brocéliande votre Majesté. Cet endroit en emplis de magie et d'une force incroyable. Chaque fois que je m'y suis rendus j'ai crus que rien n'était impossible, que l'on pouvait tout faire lorsque l'on s'en donnait les moyens... commença-t-il tout en gardant ses yeux fixer dans ceux de la reine. " Les plus belles histoires commencent avec Brocéliande Majesté."

Lancelot reprit la marche, restant silencieux un instant. Ces regards qu'ils venaient de s'échanger était une petite preuve pour lui des sentiments qui habitaient la reine à son égard, mais oserait-il vraiment faire le premier pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Mer 7 Sep - 1:26

Tais-toi mon cœur

La conversation aurait pu prendre fin à n'importe quel instant, il aurait suffi qu'elle le décide, Guenièvre le savait bien. Elle lui avait proposé de l'accompagner, mais cela ne signifiait pas qu'il devait lui tenir le bras toute la balade durant, il avait sans doute bien plus important à faire de son côté. Sans doute, mais cela ne l'empêchait pas d'être totalement incapable de renoncer à la proximité physique qu'il y avait entre eux, encore moins à la caresse de sa voix. Elle aimait parler avec lui. De tout, de rien. Peu lui importait tant qu'il était celui en présence de qui elle se trouvait. Et alors que ce constat devenait certain et inévitable, Guenièvre sentait bien qu'elle était perdue. Elle pouvait bien se convaincre du fait que ce n'était qu'une lubie, qu'il lui suffisait de se rappeler ses voeux de mariage pour faire disparaître ses considérations, mais seulement en présence d'Arthur et loin de Lancelot. Là, maintenant, en sa présence, elle oubliait tout... y compris son mari, à vrai dire, qui était bien loin de ses pensées tandis qu'ils devisaient de tout et de rien dans ces jardins dont le superbe décor avait malheureusement le don d'encourager les idylles plutôt que d'y mettre un terme.

"Oh non", répondit-elle quand Lancelot lui demanda si son père était un mauvais hôte. "Mon père accueille quiconque lui rend visite comme s'il invitait le roi à sa table, mais le regard que je porte sur la Carmélide, je le crains, l'idéalise bien malgré moi... Vous trouveriez peut-être bien moins de charme à ces terres que moi." s'expliqua-t-elle ensuite sans revenir sur le fait que la nostalgie de Lancelot ne l'avait jamais invité à idéaliser Avalon. Ce devait dépendre des tempéraments. Guenièvre, pour sa part, était une rêveuse... Et certains de ses rêves étaient plus dangereux que d'autres. Elle se laissa porter par les propos du chevalier quand il lui vanta la beauté et la mystique de Brocéliande. Comme ce devait être beau, en effet. Tout ce temps, ces yeux avaient été plongés dans le sien. Elle n'avait pas vraiment remarqué, c'était naturel... et fort à la fois. Elle sourit doucement avant de répondre. "Je n'ai jamais eu le loisir de me rendre à Brocéliande. Ce doit manquer à mon histoire." Elle marqua une pause, baissa alors les yeux, songeant que ce qu'elle s'apprêtait à dire dépassait pour de bon ses propres limites, si bien que le rose lui monta aux joues, sans pour autant qu'elle décide de revenir sur ses pas. "Le pensez-vous vraiment ? ...Que tout devient possible pour peu que l'on s'en donne les moyens ?"

Elle avait qu'il réponde oui. Comme si ce serait une réponse à réelle à une question bien trop implicite pour qu'il la comprenne réellement. Pourtant, pour elle, tout était absolument et douloureusement limpide : il était son impossible. Pour l'heure...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jonathan Rhys-Meyer

Messages : 160

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Jeu 13 Oct - 15:39

Lancelot ne savait pas vraiment s'il pouvait se permettre de dire certaines choses ou non. Aussi il se demanda s'il avait vraiment bien fait de plaisanter sur l'hospitalité du roi de Carmélide surtout qu'il ne doutait pas un seul instant de la gentillesse de ce chevalier. Guenièvre approuva d'ailleurs les pensées du chevalier à travers ses dires. Lancelot sourit à la reine sans lui répondre, un moyen de lui montrer qu'il la croyait. Mais il savait aussi que Guenièvre était bien trop douce pour lui en vouloir sur ses paroles. Surtout qu'il était sûr que la Carmélide était un beau royaume. Son roi était bon et son peuple devait en être heureux, Lancelot avait souvent put observer l'influence du comportement de certains souverains sur leurs royaume.

La reine expliqua qu'elle devait sûrement idéaliser la Carmélide puisqu'elle y avait vécut son enfance, mais Lancelot était persuadée qu'elle avait raison et que la beauté de la Carmélide devait dépasser bien des royaumes.

- " Chaque royaume cache une certaine beauté, il suffit juste de trouver les endroits à voir et d'avoir un bon guide..." laissa sous-entendre Lancelot.

Au fond de lui, le chevalier aimerait plus que tout découvrir la Carmélide avec Guenièvre mais il savait que c'était impossible. Jamais il ne pourrait profiter de la compagnie de la reine à part pour des balades dans les jardins du château de Camelot.

- " Si un jour l'envie vous prend, je me ferais un plaisir de vous faire découvrir les secrets de cette forêt et sa magie. " expliqua Lancelot à la reine.

En soit, cette proposition pouvait paraître déplacer de la part d'un chevalier envers une reine, mais Lancelot était un ami si proche du roi que personne ne verrait de mal à un tel voyage.
Les dernières paroles de la reine interpellèrent Lancelot. Il semblait y avoir un problème que la reine cachait pour elle et qu'elle n'arrivait pas à s'en défaire. Lancelot regarda autour de lui et remarqua qu'ils étaient bien seuls dans les jardins. Leur balade durait depuis plusieurs minutes déjà et ils s'étaient enfoncés ensemble dans les jardins.

- " Je le pense sincèrement Majesté. Notre volonté est plus forte que tout et vivre sans regrets n'est pas une philosophie de vie que j'approuve... " commença Lancelot en se rendant compte lui-même qu'il se mentait. " Avez-vous des problèmes votre Altesse ? Quelqu'un vous tourmente ? "

Par "quelqu'un" Lancelot sous-entendait Méléagant mais il voulait savoir si la reine ne se sentait pas bien. Il détestait la voir triste, son sourire était bien plus beau que ses larmes pour le chevaliers.

- " Sachez que si vous avez besoin de parler, je ne trahirai pas votre secret Guenièvre..."

Lancelot s'était à peine rendu compte qu'il l'avait appelée par son prénom mais il se considérait assez proche de la reine pour se le permettre...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Mar 18 Oct - 0:26

Tais-toi mon cœur

Explorer Avalon, découvrir la forêt de Brocéliande, les mystères et la magie dont elle regorgeait, en compagnie de Lancelot qui plus est... cette perspective avait tout pour la séduire. Mais mieux valait qu'elle reste une perspective. Si en soi, on ne considèrerait pas un tel voyage comme une quelconque trahison, ce serait tout de même trahison de la part de Guenièvre que de s'autoriser un tel périple, comme une telle proximité avec Lancelot. Comme celle qu'il y avait en ce moment entre eux. Parce qu'elle ne serait forcément pas honnête avec ses sentiments, et qu'elle ne saurait s'empêcher de désirer plus qu'une simple escapade, elle ne serait pas en harmonie avec elle-même, encore moins honnête avec lui, comme c'était le cas en cet instant.

"Un jour, peut-être"
, dit-elle doucement, d'un ton songeur et qui l'était bien malgré elle.

Un jour peut-être... mais jamais, plutôt. C'était le mieux. Elle ne préféra rien ajouter à ces propos lacunaires, Lancelot avait quoi qu'il en soit repris la parole, répondant à sa question, une question qu'elle regrettait d'avoir formulée à voix haute. Lancelot était loin d'être un idiot, il se doutait forcément qu'elle n'avait pas prononcé ces mots au hasard. Elle avait voulu qu'il perçoive un sous-entendu et se plaindrait presque à présent que ce soit le cas. Voilà maintenant qu'il semblait se faire du soucis pour elle. Elle l'avait bien cherché. Oui, quelque chose la tourmentait en effet, ou quelqu'un, plutôt, mais la dernière personne à laquelle elle devrait parler de tout cela était bien évidemment sous ses yeux. Parler maintenant, c'était se perdre définitivement. Une voie pavée d'or implorait ses aveux. Mais sa raison n'avait pas encore totalement baissé les armes. Ou pas... Elle-même, avait de prendre la parole, ne savait pas quels mots sauraient s'échapper de ses lèvres.


"Je sais que je peux vous faire confiance"
, répondit-elle très sincèrement. Et c'était le cas. Elle pensait que, même si elle devait lui avouer le plus terrible de ses secrets, celui qui le concernait directement, il ne révélerait rien au roi... Cela ne rendait d'ailleurs les aveux que plus tentants. Mais cruellement dangereux, pourtant. "Mais comment vous parler de ce qui me trouble alors que..." Elle baissa doucement les yeux, le rouge montait à ses joues pâles. Il ne fallait pas, il ne fallait pas... Mais elle avait tant besoin, tant envie de le dire ! Et l'occasion était trop belle. Finalement, elle releva les yeux, les posa sur Lancelot. "...je l'ai juste sous les yeux."

Voilà qui était dit. Elle était restée sybiline, mais il comprendrait sans doute malgré tout, et puisqu'il comprendrait sans doute, elle réalisait maintenant qu'elle s'était trahie, sans retour en arrière possible. Qu'allait-il penser d'elle à présent ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jonathan Rhys-Meyer

Messages : 160

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Ven 21 Oct - 19:52

Lancelot était en train de penser que cela faisait déjà un moment qu’il était en compagnie de la reine et qu’il ne fallait pas que des rumeurs ou même des soupçons soient lancées au sujet de lui et de la reine. Jamais il ne se pardonnerait de ruiner la vie si parfaite de sa reine. Même s’il avait des sentiments pour elle, il devait la laisser vivre avec Arthur car elle l’avait choisi.
Un voyage avec la reine en Avalon serait la plus belle chose à vivre pour le chevalier mais il avait bien conscience que c’était impossible, tout comme la reine d’ailleurs. Il ne répondit pas à la réponse de la reine car il n’y avait rien à répondre. Lancelot pouvait espérer des jours, des mois, des années, des vies entières… mais jamais il n’aurait cette possibilité.

Le chevalier du Lac avait senti dans la voix de sa reine que quelque chose la préoccupait. Il lui avait demandé et lui avait dit qu’elle pouvait lui faire confiance et elle le confirma. Lancelot était l’un des chevaliers les plus discrets de Camelot. Peu de personnes le connaissait assez pour pouvoir le comprendre, Arthur était sûrement une de ces personnes et sûrement la princesse Azilis avec qui Lancelot s’entendait extrêmement bien.

Malgré tout, s’il y avait bien une chose à laquelle Lancelot ne s’attendait pas, c’était bien la révélation que venait tout juste de lui faire la reine. D’ailleurs elle en avait le rouge aux joues et le chevalier la trouvait encore plus belle comme ça. Mais cette révélation rendait le chevalier aussi bien heureux que perplexe… Comment deux personnes qui s’aimaient pouvaient-elles vivre l’une à côté de l’autre sans jamais pouvoir se toucher ?

- « Majesté, je… » commença Lancelot ne sachant s’il devait se taire ou continuer.

Lancelot lui prit les deux mains dans les siennes et les joignirent à ses lèvres pour les embrasser avec tendresse. Il ne savait pas comment faire, ni quoi répondre. Il aimait Guenièvre comme si sa vie en dépendait mais il avait accepté de donner sa vie à la table ronde et donc à son roi.
Comme pour en être sûr une nouvelle fois, le chevalier du Lac regarda autour d’eux afin de vérifier que personne n’était présent puis sans attendre, il se rapprocha de Guenièvre et alla l’embrasser avec tendresse, comme pour lui montrer ce qu’il ressentait pour elle. Mais il rompit soudainement le baiser, se rappelant sa place.

- « Veuillez me pardonner Majesté, je ne sais ce qui m’a pris. » dit-il légèrement gêné de ce qui venait de se passer.

Mais il continuait de la regarder, de l’admirer. Il aimait sa reine plus que tout. Il passa une main sur sa joue et la caressa de son pouce avant de reprendre la parole à nouveau.

- « Nous sommes envahi par le même trouble je le crains Majesté, et je ne sais comment m’en défaire. Je crois que mon cœur vous appartiens… »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Sam 29 Oct - 0:39

Tais-toi mon cœur

Mais qu'avait-elle dit ? Guenièvre sentait la honte la submerger. Ses sentiments étaient tels, étouffés depuis si longtemps, qu'elle n'avait su faire autrement que de les exprimer. Pourtant, ces sentiments devaient rester secrets. Pour son bien à lui. Pour son bien à elle. La reine, terriblement mal à l'aise, guettait dans le plus grand silence la réaction du chevalier. Elle brûlait de se répendre en excuses, de se faire pardonner ces mots déplacés... mais rien ne sortait. Elle avait eu le courage de se déclarer, même si c'était à mi-mots, elle n'avait en vérité pas envie de se raviser. Elle n'avait pas parlé sans raisons, après tout. Elle avait eu envie qu'il sache. Quitte à se damner elle-même. Lancelot prit finalement la parole. Guenièvre se sentit trembler de tous ses membres, envahi d'un frisson irrésistible. Ce simple contact lui était très agréable, mais quand il porta ses mains à ses lèvres, elle eut l'impression que son cœur cessait de battre. Puis les battements s'accélérèrent, martelaient contre sa poitrine, et son coeur lui parut au bord de l'implosion quand ses lèvres se déposèrent sur les siennes avec une tendresse infinie. Quand Arthur l'embrassait, elle ne boudait pas son plaisir, et tout d'abord, il y avait du sentiment dans leurs baisers... mais ce n'était pas les mêmes sentiments. Là, elle avait l'impression qu'une nuée de papillons lui avait envahi le bas-ventre. Et elle se sentait aussi légère qu'eux. Elle devrait être harrassée par la culpabilité. Ce n'était pas le cas. Elle ne pensait pas à son mari trahi, à ce moment. Juste à Lancelot. Rien qu'à Lancelot.

Alors... alors il l'aimait, lui aussi ? Elle ne savait pas si elle devait être heureuse ou bouleversée. Les pensées et émotions se bousculaient dans son coeur et dans son esprit. Tout était vraiment confus, et tout le resterait. Maintenant qu'elle connaissait les sentiments de Lancelot pour elle, elle ne pourrait pas les ignorer, elle ne pourrait pas seulement reprendre le cours de son existence et faire comme si. Elle ferma doucement les yeux quand il caressa doucement sa joue tout en écoutant les mots les plus doux et les plus douloureux qu'elle ait jamais entendus.

"Je ne savais pas..."
dit-elle avec douceur. Non, elle ne savait pas, mais elle l'avait espéré si fort, en réalité... "Je sais ce que me dicte mon devoir, et vous aimer est déjà une ignoble trahison à un homme qui ne le mérite guère. Mais mon coeur... je ne sais le raisonner..." Elle s'approcha à son tour du chevalier et l'embrassa à son tour. Elle ne le devait pas, mais elle ne parvenait pas à taire son envie, c'était totalement impossible, à présent. Elle était aimée de l'homme qu'elle aimait. Elle était une épouse indigne mais surtout une femme amoureuse. "Il est tout à vous."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chevalier)
avatar
Feat : Jonathan Rhys-Meyer

Messages : 160

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Jeu 1 Déc - 15:55


Lancelot se sentait homme. Il n'était pas le chevalier ou l'ami du roi Arthur à cet instant présent. Il était uniquement un homme. Un homme amoureux d'une femme. Deux corps attirés l'un vers l'autre. Ce baiser, Lancelot en avait tant rêvé, il l'avait imaginé dans toutes les situations possibles mais jamais il n'avait pensé que la reine l'aimerait réellement. Mais le retour à la réalité fut des plus brutales. Il aimait la reine. Il ne le devait pas, il ne le pouvait pas. Par amour pour elle, il devait renoncer à leur amour. Comment vivre avec un si lourd fardeau ? Il verrait le roi tous les jours et penserait à la trahison qu'il commet chaque fois que le jour se lève. Mais son amour pour Guenièvre était plus fort que tout et il le serait plus encore à présent que la reine lui avait révélé ses véritables sentiments. Mais ils devaient être discrets, comment allaient-ils pouvoir se voir dans le secret sans que personne ne soit au courant.

La reine expliqua qu'elle ne savait pas les sentiments que Lancelot portait à son égard et le chevalier ne put s'empêcher de sourire avant de lui répondre.

- " Je ne pouvais me permettre de vous aimer et pourtant... Mon coeur palpite à chaque instant quand vous êtes avec moi mais vous êtes la reine et tout me contraignait à ignorer mon amour pour vous... "

Guenièvre embrassa alors Lancelot et il ne put s'empêcher de s'oublier dans ce baiser. Cet instant était le plus beau et le plus dangereux de toute sa vie. Guenièvre représentait son bonheur mais aussi sa perte, tout comme lui représentait le bonheur mais aussi la perte de la reine. Ils le savaient tous les deux et pourtant, aucun ne semblait se résoudre au raisonnable.

- " Mon devoir comme le votre nous interdit nos sentiments mais je suis prêt à tout perdre pour vous, Guenièvre. "

C'était bien la première fois que Lancelot appelait la reine par son prénom, il n'en avait aucun droit, mais il voulait montrer à quel point il était prêt à tout pour lui montrer son amour. Cela faisait tellement de temps qu'il cherchait un moyen de se révéler à sa belle alors il n'allait pas bouder ses sentiments à présent.

- " Je crains que l'on risque de s'inquiéter de votre absence Majesté, il serait peut-être plus sage que nous retournions au château. "


Lancelot embrassa une dernière sa belle avant d'attendre sa réponse, peut-être voudrait-elle prolongée ce moment, ce qui ne déplairait pas à Lancelot.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine (noblesse)
avatar
Feat : Charlize Theron

Messages : 74

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   Mer 7 Déc - 0:26

Tais-toi mon cœur

"Mais"... Selon l'emploi de ce mot, tout pouvait changer, des conséquences imprévisibles pouvaient découler d'un simple substantif. Il l'avait aimée en secret MAIS son devoir envers le roi l'avait contraint d'ignorer ses sentiments pour elle, ce "mais" là avait le goût du venin, doux et terrible en même temps, parce que ce "mais" semblait être l'affirmation d'un impossible. Sauf que... Son devoir était de renoncer à elle MAIS il était prêt à tout perdre pour elle. Voilà d'un seul coup que "mais" devenait le mot le plus beau de son vocabulaire. Tout perdre pour elle. Était-elle en droit de lui demander tant ? Non, bien sûr que non, d'autant qu'elle l'aimait bien trop pour vouloir sa perte ou son malheur. Mais il était agréable de l'entendre l'affirmer, de savoir que ses sentiments étaient si grands, à la mesure de ceux de la reine... ceux qui ne promettait pas réellement d'issue heureuse. Elle était incapable d'y penser, pourtant. Elle était trop heureuse en cet instant. Être aimé de qui l'on aime, y a-t-il plus beau que cela ? Elle sourit avec douceur quand il affirma être prêt à tout pour elle, la réciproque était tout aussi vrai. Elle se sentait bien capable de tout lui sacrifier pour un seul baiser de lui. Mais se mettre en péril, c'était le mettre en péril lui aussi. C'était leur fatalité. Guenièvre voulut répliquer quelque chose, mais alors, Lancelot observa qu'il était temps de rentrer au château, avant que l'on ne parte à sa recherche. Cette perspective était loin de plaire à la reine, mais elle savait que le chevalier avait raison. Il était plus prudent de rentrer... quand bien même tout l'en dissuadait, à commencer par ce nouveau baiser que lui adressa Lancelot, qui enflammait ses sens et donnait à cette échéance un goût amer.

"Jamais de ma vie je n'ai moins désiré être sage"
, dit-elle alors dans un fin sourire, le regard plongé dans celui de Lancelot. Et si cela ne tenait qu'à elle, elle demeurerait là, toujours, ne songerait pas même à se rendre où que ce soit d'autre. Mais cela ne tenait pas qu'à elle, justement. "Vous avez raison, mon absence pourrait soulever des questions." Auxquelles il était nécessaire que personne ne trouve de réponses, ou en tout cas pas les bonnes réponses. Elle poussa un léger soupir. "Allons-y. Mais..." À son tour de prononcer le "mais" fatidique. "Avant, promettez-moi que nous nous reverrons vite, seul à seul."

En quelques mots, elle scellait son sort. Tromper Arthur ? Mentir à tous, devenir une reine indigne et infidèle, c'était contraire à tout ce qu'elle avait toujours voulu être, mais elle ne voulait pas, ne pouvait pas renoncer à Lancelot, elle ne le pouvait plus. Il lui était impossible d'enfouir encore des sentiments qui s'étaient révélés avec tant de force. Alors... perdue pour perdue...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Tais-toi mon cœur (Lancelot)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tais-toi mon cœur (Lancelot)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'étais pourtant persuadée de déjà l'avoir fait...
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» « Il m'a dit que j'étais comme l'horizon, une chimère vers laquelle on marche sans jamais pouvoir l'atteindre » Illu.
» • Raphaël - Avant j'étais gentil, mais ça c'était avant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Château de Camelot-