Partagez | .
 

 Sommes-nous vraiment ennemies ? [pv Ombeline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guerrière (saxon)
avatar
Feat : Katheryn Winnick

Messages : 161

Message#Sujet: Sommes-nous vraiment ennemies ? [pv Ombeline]   Dim 19 Juin - 1:26



Sommes-nous vraiment ennemies ?

Alwenn n'était pas la femme la plus fréquentable qu'il soit, elle n'avait pas été éduquée pour l'être et, quand bien même ça avait été le cas, elle aurait tôt fait de devenir ce qu'elle était aujourd'hui. Elle se sentait bien dans sa peau et ne changerai pour rien au monde la vie qu'elle menait ainsi que la façon dont elle le faisait. On avait beau dire, la place des femmes et le rôle qu'elles tenaient restaient un peu partout la même, et la culture saxone ne faisait pas complètement exception de cela. Certes, elle n'avait encore jamais vu une femme dans les grandes villes du royaume s'entraîner au combat, mais le regard des hommes sur elles ne changeait de façon générale pas de celui qu'elle pouvait voir autour d'elle chaque jour. Alwenn se battait contre cela et savait depuis un moment maintenant faire entendre sa voix et se faire respecter à sa juste valeur. Beaucoup dirait que la place de ses parents auprès de Jarl Grimmson lui avait facilité la tâche, mais elle savait de son côté que l'aide à ce niveau n'avait été que minime. Lorsqu'on naissait femme, le combat pour se faire respecter était bien plus compliqué qu'un simple statut social. Fort heureusement, la jeune femme savait incroyablement bien se battre, dans tous les sens du terme. Pour autant, la bataille restait constante et à chacun de ses déplacements en dehors des camps saxons, Alwenn se voyait obligée de faire comprendre la leçon à nombre d'homme impétueux ayant eu les mains baladeuses. Et encore, s'ils ne s'arrêtaient qu'à cela...

De façon générale donc, Alwenn n'était pas extrêmement fréquentable, puisqu'elle ne tergiversaient pas des heures avant d'enfoncer son épée dans le cœur de ceux qui se mettaient négligemment sur son chemin pour lui manquer, d'une façon ou d'une autre, de respect. Elle était avant tout une guerrière et ne s'en cachait que lorsqu'elle agissait sous couverture, comme notamment lors de sa visite récente à Camelot. A l'heure actuelle, elle estimait être suffisamment éloignée de la capitale du royaume pour se laisser aller tranquillement à sa véritable nature et, vu le nombre de fois où elle avait refréné ses pulsions meurtrières lorsqu'elle s'y trouvait, ça lui faisait drôlement du bien, c'était rien de le dire. Elle se baladait actuellement sur les terres du royaume d'Autice, terres qu'elle avait ardemment voulu envahir par le passé avec son peuple, lorsqu'elle n'était alors pas encore en âge de se battre sans grandement risquer sa vie. C'était certes prétentieux de le dire ainsi, mais avec plus d'une dizaine d'années d’entraînement derrière elle, elle était aujourd'hui bien plus en mesure de faire la fierté des saxons sur un champ de bataille. Mais quand bien même elle n'avait pas été de ceux à avoir semé le chaos dans ce royaume, elle en connaissait une qui, ayant connaissance de ses appartenances, lui en tenait tout de même rigueur. Cette dernière n'était autre que l'une des dirigeantes du royaume et elle venait justement d’apparaître sous son nez alors qu'elle furetait dans les étals du grand marché à la recherche d'un bon fruit frais à voler. Oh elle avait de quoi payer, mais là n'était pas la question.

- Tiens tiens, voilà la fille de l'un des ennemis déchu de mes parents, lança t-elle d'un air ironique, marquant ainsi bien l’imbécillité de leur différent. Le peuple saxon n'en avait que faire aujourd'hui du royaume d'Autice, trop concentré dans leurs plans pour le renversement de Camelot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noblesse (noblesse)
avatar
Feat : Alicia Vikander

Messages : 797

Message#Sujet: Re: Sommes-nous vraiment ennemies ? [pv Ombeline]   Mar 21 Juin - 21:31


Sommes-nous vraiment ennemies ?
I

l fut un temps où le territoire d'Autice était prospère, de ces terres que les contrées voisines vous envient, qui attisent autant de convoitises que de jalousie. Mais ce temps, pour l'heure du moins, appartenait au passé. Ombeline n'avait pas la prétention de ne pas le reconnaître (quand bien même elle avait la prétention de bien autre chose), tandis qu'elle se mêlait au "bon" peuple d'Autice, elle ne pouvait que constater qu'il avait perdu son faste d'autrefois. Si on s'inclinait toujours comme cela se devait sur son passage, elle n'en éprouvait pas le sentiment de complaisante qui devrait s'ensuivre. Pour cette défaite cuisante, elle ne blâmait pas les Saxons qui avaient dévasté son héritage et celui de Pellinore (même si ce n'était pas pour autant de sitôt qu'elle irait tailler une bavette avec l'ennemi, cela va sans dire), elle blâmait bien plus son père, mauvais stratège, imbécile fini, et violeur aviné. Elle n'avait eu pour lui qu'un mépris profond, elle l'avait enseveli dans ce mépris après sa mort. Ma foi, s'il fallait trouver en tout mal un bien, Ombeline considérait que partir de rien ne leur donnait que davantage l'opportunité de repartir sur des bases plus saines que celles sur lesquelles le paternel avait cru fonder un empire. Même si les jumeaux des terres d'Autice ne semblaient en rien redoutables, la jeune femme comptait justement sur cette apparence inoffensive pour se faire un nom, une réputation, avant que d'asseoir leur domination, à elle et à son frère. Et elle ne se pensait pas si mal partie. Elle revenait tout juste d'un voyage à Camelot, et ce si crédule Arthur l'avait accueilli les bras grands ouverts. Quelle sévère désillusion l'attendrait un jour ! D'une manière ou d'une autre, il était de ces âmes qui en subissent, et elle espérait bien faire partie de ceux qui le lui ferait le plus cruellement payer. Alors que ses pas l'avaient menée jusqu'à la place du marché, elle entendit une voix désagréablement familière la tirer de sa rêverie.

Alwenn appartenait au peuple saxon, celui-là même qui avait décimé les terres qui lui revenaient de droit. Si Autice ne représentait (pour l'heure, voulait-elle croire) aucun intérêt pour elle et les siens, qui devaient s'intéresser à bien plus haut butin (tout comme elle, en réalité), elle ne pouvait tenir envers les Saxons qu'une rancœur ce qu'il y a de plus tenace. La façon qu'elle eut de l'aborder n'eut rien pour plaire mais Ombeline, diplomate comme à son habitude, conserva son impassibilité de façade, celle-là même qui dissimulait une rage et une passion que rien ne saurait jamais calmer.

-Déchu ? Pour peu que je sache, ces terres sont toujours les miennes et non les vôtres.
répondit-elle tout en étant parfaitement consciente qu'il n'y avait désormais plus personne pour convoiter ses terres. Même elle s'intéressait davantage à celles d'autrui. Que venez-vous faire ici ?



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sommes-nous vraiment ennemies ? [pv Ombeline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sommes-nous vraiment ennemies ? [pv Ombeline]
» Sommes-nous pareil?
» Sommes nous tous fou ?
» Sommes-nous morts?
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Autice-