Partagez | .
 

 Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guerrière (saxon)
avatar
Feat : Katheryn Winnick

Messages : 161

Message#Sujet: Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]   Jeu 31 Mar - 23:17



Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère

Non pas qu'Alwenn avait peur des hommes, bien loin de là, mais elle éprouvait parfois le besoin de s'éloigner de toute cette testostérone que dégageaient les Saxons qui l’entouraient constamment. Ils éprouvaient toujours le besoin de prouver leur force, leur courage ou encore leur statut et , quand bien même la jeune femme était passé par là durant son ascension vers cette place de choix qui était aujourd'hui la sienne, elle ne pouvait s'empêcher de trouver cela bien fatiguant. Elle n'allait pas se mentir à elle même en affirmant qu'elle ne roulait jamais des épaules elle aussi, mais elle avait tout de même le sentiment d'être bien plus dans la subtilité que ses congénères. C'était en partie ce détail qui la faisait quitter le camp parfois pour poursuivre ses propres quêtes, au calme. Elle ne se la jouait pas particulièrement solo puisque son but cette fois avait été de s'introduire à Camelot pour en découvrir certaines éventuelles failles non aperçues les fois précédentes. Il était très clair qu'elle ne renverserait pas le royaume à elle seule et les informations qu'elle pourrait trouver au cours de son absence serviraient donc au peuple saxon tout entier. L'unique différence serait qu'elle n'aurait répondu à aucune directive, ce qui était loin d'être négligeable pour sa réputation ainsi que son grade. Et, après tout, même si son but en quittant le camp n'avait pas été ce dernier, avait-elle réellement des comptes à rendre à quelqu'un ? Sans doute, en vérité, mais elle préférait s'imaginer le contraire.

C'était donc après de longues et éprouvante journées de voyage – c'était que leur coin de repli actuel était bien loin d'être proche du centre politique du royaume – qu'elle arriva enfin à Camelot, vêtue de vêtements bien moins identifiables que ce qu'elle portait d'ordinaire. Quand bien même ce genre d'actions ne lui convenaient pas le moins du monde, elle allait faire profil bas lors de cette petite visite. Alwenn était de nature sanguine, certes, mais elle savait également se montrer discrète lorsque le travail le demandait. Elle allait donc être pour ce court temps de visite – car elle n'avait pas non plus l'intention de s'éterniser trop longuement loin des siens – une simple villageoise voisine en visite à la ville. Quel profil alléchant... Mais avant toute investigation sous cette identité on ne peut plus plate, elle avait bien besoin de se désaltérer, et avec autre chose que l'eau qui se trouvait sans sa gourde, cela allait de soit.

Considérant un peu les lieux qui l'entouraient, elle repéra une taverne au sein de laquelle il avait l'air facile de se fondre dans la masse. C'était exactement ce qu'il lui fallait. Elle jeta une dernière vérification à sa tenue, s'assura que son poignard ne dépassait pas de son pan de chemise – car oui, faute d'une épée bien trop visible, elle n'avait bien évidemment pas eu l'intention de se rendre en ces lieux non armée – puis passa enfin le pas de la porte, repérant directement le comptoir où elle se dirigea d'emblée.

- Vous avez de l'hydromel ? demanda t-elle dans un sourire à demi sincère à la tenancière de la taverne qui se trouvait à présent à un mètre à peine d'elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serveuse (chasseur)
avatar
Feat : Lena Headey

Messages : 122

Message#Sujet: Re: Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]   Dim 3 Avr - 9:33


Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère
L

a taverne, en cette heure de la journée, ne manquait pas de clients, ce qui n'était pas en soi pour déplaire à Maria, quand bien même cela nécessitait qu'elle ne ménage aucun de ses efforts (mais ce n'était pas comme s'il s'agissait là de quelque chose qui soit susceptible de lui faire peur, cela étant), outre le fait qu'elle se devait de satisfaire à tous les besoins de sa clientèle, cela nécessitait aussi qu'elle se montre aussi attentive que possible au moindre murmure, à la moindre rumeur, à chaque information qu'elle pourrait glaner ici et là. Il était plus complexe d'obtenir quoi que ce soit en ce genre d'occasions, car les voix se mêlaient les unes aux autres en un joyeux capharnaüm à peine audible, qui ne lui facilitait guère la tâche, mais d'un autre côté, c'était dans ces moments spécifiques que le quidam moyen, malgré le nombre conséquent de personnes qui l'entourait, savait pouvoir parler sans être entendu (ou en pensant ne pas être entendu, tout du moins), c'était à ce genre d'occasion, en ce type d'horaires, qu'elle avait su tirer le meilleur parti de sa clientèle et c'était pour cette raison que, nonchalamment, elle venait de passer l'air de rien entre les tables, sous prétexte de prendre la commande de quelques individus assoiffés dont elle pourrait soulager un rien le gosier. Mais pour le moment, sa petite prospection n'avait pas vraiment porté ses fruits. Qu'importe, elle était patiente, et elle ne pouvait pas faire mouche à tous les coups, c'est certain. Elle repartit donc, bredouille, en direction de son précieux comptoir, qu'elle ne laissait jamais à l'abandon bien longtemps, quand une jeune femme pénétra dans la taverne. Visage inconnu au bataillon. Que Maria ne soupçonnait bien sûr pas appartenir à l'ennemi.

-Nous en avons même plusieurs sortes.
dit-elle en réponse à la question de son interlocutrice. Classique, parfumé à l'essence de rose ou au gingembre. Personnellement, je vous conseillerais plutôt le classique, je n'aime pas quand d'autres arômes viennent ternir une boisson qui se suffit en elle-même. ajouta-t-elle avec son habituel professionnalisme.

Tout en guettant la réponse de son interlocutrice, parée à la servir, elle examina celle-ci plus attentivement. Il était bien rare qu'une femme autre que sa serveuse vienne mettre les pieds dans cette taverne, et encore plus rare qu'elle ne soit pas accompagné d'un homme. Déplorable constat, certes, mais le cas inverse entraînait souvent des réactions plus que déplacées de la part de sa clientèle.

-Vous attendez quelqu'un ou vous êtes venue seule ?
s'enquit-elle, véritablement curieuse, et habituée à faire la conversation au moindre de ses clients (on pouvait toujours en tirer quelque chose, c'était en tous cas la manière de procéder usuelle de Maria, et elle y dérogeait moins encore quand elle se retrouvait face à quelqu'un à qui elle n'avait jusque-là jamais eu affaire).




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guerrière (saxon)
avatar
Feat : Katheryn Winnick

Messages : 161

Message#Sujet: Re: Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]   Mar 3 Mai - 23:17



Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère

Plusieurs sortes d'hydromel ? On aura tout vu. Alwenn avait le sentiment que les choses simples ne suffisaient plus au peuple, qu'il soit de Camelot ou d'ailleurs. A quoi bon servait-il d'ajouter des saveurs à une boisson qui se servait amplement à elle-même hein ? Et bien à rien. Ah ça, ils aimaient en faire des choses inutiles ces petites gens, et c'en était presque agaçant. Pour autant, la tenancière de la taverne semblait avoir bon goût elle et la jeune saxone lui offrit un léger sourire en réponse à son conseil. C'est qu'en effet il était hors de question qu'elle s'amuse à commander une mixture au pissenlit ou elle ne savait quoi d'autre encore. L'alcool, le vrai, c'était tout ce qu'elle demandait, trop peu pour elle les goûts de princesse.

- Et bien je vais me fier à vos recommandations, répondit-elle simplement, évitant bien entendu d'exprimer à haute voix la pensée qu'elle venait d'avoir.

Le but ici n'était pas de se faire remarquer à peine arrivée en les terres de Camelot par son manque de féminité, de grâce et de subtilité, trois points qu'il lui semblait être demandées aux femmes dans cette société proprette. Quoique, comme venait de lui faire remarquer la tavernière de par sa question, le seul fait d'entrer, seule qui plus est, en ces lieux manifestait sans doute quelque peu de l'étrange. Elle ne comptait pas foncièrement jouer la carte de l'honnêteté la plus totale, bien entendu, mais quitte à avoir entamer l'étrange en poussant la porte de la taverne, autant continuer à ne pas suivre les convenances. Aussi la réponse qu'elle donna ensuite à la femme ne fut-elle pas bien éloignée de la vérité vraie.

- Je n'attend personne non. Un petit temps de fuite, loin de tout et tout le monde, ça ne fait jamais de mal, dit-elle en levant le verre que son interlocutrice venait de lui tendre.

La tavernière n'avait pas besoin d'entendre le discours préparé à l'avance comme alibi historique. Qu'elle prétende être une simple paysanne en visite à Camelot n'avait pas la moindre importance ici, tant qu'elle versait quelques pièces au petit commerce. Commerce qui, soit dit en passant, était l'un des moins miteux qu'elle avait pu « visiter » au cours de ses diverses allées et venues dans les diverses contrées environnantes. La clientèle elle, en revanche, ne changeait en rien, mais ça, il semblait bien qu'il n'y a rien à faire pour y remédier. A bien y réfléchir, et quand bien même une femme n'avait pas tellement sa place au comptoir d'un tel lieu, celle qui se trouvait sous son nez devait tout de même sans doute bien apprécier une telle venue.

- C'est à vous cette belle taverne, demanda t-elle en retour à la question de la tenancière.

Après tout, il n'y avait aucune raison pour que la curiosité ne soit qu'à sens unique, bien qu'en vérité, il fallait bien l'avouer, Alwenn en avait très peu à faire de la vie de son interlocutrice. Pour le moment tout du moins, peut être les choses changeraient un jour. En attendant, un brin de causette ne pouvait pas faire de mal à la saxone.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serveuse (chasseur)
avatar
Feat : Lena Headey

Messages : 122

Message#Sujet: Re: Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]   Mer 4 Mai - 17:49


Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère
M

aria esquissa un léger sourire tout en servant à son interlocutrice un généreux verre d'hydromel quand cette dernière décida de se fier à son opinion. Elle avait bien raison, ses clients avait rarement des raisons de se plaindre, quand ils se fiaient à son seul jugement, c'est qu'elle avait roulé sa bosse, et s'il était simple de savoir d'avance quelles seraient les commandes de ses habitués, elle arrivait également à cerner les goûts des nouveaux clients sans trop de difficulté. Quoique son interlocutrice n'appartenait pas à une catégorie de clients très courante, tout au contraire. Quoi qu'il en soit, elle avait suffisamment foi dans l'hydromel qu'elle servit à son interlocutrice pour véritablement craindre qu'il puisse lui être désagréable au palais. Une fois le verre de la jeune femme rempli, cette dernière répondit à sa question. Elles avaient tout le temps de faire la conversation, à vrai dire, puisqu'on n'en était pas à l'heure où ne serait-ce qu'accéder au comptoir de la taverne devenait un tour de force mémorable, qui s'achevait même parfois en baston généralisée. Elle n'attendait personne. Elle était donc venue seule, ce qui était loin d'être une attitude coutumière, pour une femme, mais que Maria ne pouvait qu'approuver. Bien sûr, certains clients pourraient bien finir par décider de lui en compter, mais elle avait comme l'intuition que la jeune étrangère saurait parfaitement s'en tirer, et sans l'aide de personne. Elle avait décidé de fuir son quotidien, précisait-elle, et forcément, cette information donnait envie à Maria d'en savoir davantage sur ce que pouvait être ce quotidien en question, mais elle réfréna cette curiosité, le temps de répondre à la question qu'elle lui posa.

-J'aimerais bien.
répondit-elle dans un léger sourire. Et pour tout dire, ajouta-t-elle sur un ton de confidence mais sans y risquer grand chose, vu le travail que je fournis ici, je mériterais bien une telle promotion. Et ce n'était pas faux, si elle n'était qu'employée au sein de cette taverne, elle n'y comptait pas ses heures et faisait partie des murs. C'était parfois exténuant, mais toujours suffisamment instructif pour qu'elle ne rechigne pas à la tâche. Quoi qu'il en soit, tenir son propre commerce serait loin de ne pas lui convenir, même si les butins qu'elle convoitait le plus étaient généralement d'une toute autre nature. J'en sais plus sur cette taverne et ses clients que celui qui l'a baptisée. Ça aussi, elle en était certaine, et ça n'avait rien d'étonnant quand on savait de quelles assiduités et de quelles ruses elle poursuivait ces clients en question pour tout en prendre d'eux. C'est pour ça que je dois bien admettre être surprise de ne vous avoir jamais croisée. D'où venez-vous ?

Bien sûr, son interlocutrice pourrait très bien lui reprocher son indiscrétion, cela arrivait, parfois, mais qui ne tente rien n'a rien, après tout, et Maria était véritablement curieuse d'en découvrir plus sur la jeune femme.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guerrière (saxon)
avatar
Feat : Katheryn Winnick

Messages : 161

Message#Sujet: Re: Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]   Mer 15 Juin - 0:38



Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère

Les lieux dans lesquels étaient entré Alwenn n'étaient pas particulièrement accueillants – rares étaient d'ailleurs les tavernes qui étaient en mesure de prétendre à un quelconque prix de logis tant les clients réguliers donnaient aux lieux des allures de porcherie – mais ils restaient tout de même bien plus propres que la moyenne et elle ne pouvait qu'apprécier la bonne humeur et l'accueil de la  femme qui se trouvait de l'autre côté du comptoir. Sans elle, il était fort à parier que la saxone se serait contentée de boire sa commande d'une traite et de quitter les lieux aussi vite qu'elle y était entrée. Son but premier était après tout de se désaltérer, pas de sociabiliser et encore moins de sympathiser. Pour autant, en effet, il n'était pas désagréable d'échanger quelques mots avec la tavernière, d'autant plus lorsque cette dernière semblait être une femme pleine de caractère, point qu'elle appréciait toujours à sa juste valeur chez une personne de la gente féminine. Elle n'avait bien évidemment pas l'intention de s'en faire une amie, mais qui sait, peut-être serait-elle en mesure de l'aider ne serait-ce qu'un peu dans la mission qu'elle s'était fixé à elle même.

Pour l'heure néanmoins, Alwenn n'aspirait à rien d'autre qu'à une petite pause dans sa mission et un temps de tranquillité pour se désaltérer. S'il lui venait en tête une utilité à la tavernière autre que lui servir ce délicieux breuvage qui coulait actuellement sans son gosier, elle reviendrait vers elle plus tard. Pour l'heure donc, elle se contenta de lui faire savoir qu'elle appréciait ce qu'elle lui avait servi en levant légèrement son verre tout en effectuant un signe approbateur de la tête. Pour le coup, elle était bien contente d'être rentrée dans cette taverne et pas dans une autre. Contente donc du service, et non mécontente de s'évader un tant soit peu de son quotidien de saxone, Alwenn entretenu la conversation par une question d'apparence simple mais qui lui valut une réponse plus longue qu'elle ne l'aurait imaginé. Ainsi, la femme sous ses yeux n'était pas le chef des lieux mais semblait bel et bien convoiter cette place. Intéressant.

- Viendra le jour où votre patron boira un verre de trop et se noiera dans ses excréments, répondit-elle avant de boire une nouvelle gorgée de son breuvage. Attendez ce jour avec impatience et, pourquoi pas, provoquez le.

Le visage d'Alwenn ne témoignait d'aucune réelle émotion, ne permettant ainsi pas à son interlocutrice de savoir si sa remarque avait été faite sur le ton de l'humour. Elle pouvait bien l’interpréter comme elle le voulait, après tout, puisque même Alwenn n'était pas complètement certaine du statut qu'elle avait donné à ses mots. Sans doute y avait-il un peu d'humour là dedans, mais ce dernier était, dans tous les cas, on ne peut plus noir. Elle n'eut de toute façon pas particulièrement le temps de s'attarder sur ce point puisque la question que lui servit ensuite son interlocutrice se montra bien plus intrusive qu'elle ne l'aurait voulu. Pour autant, encore une fois, elle ne perdait pas grand chose à se montrer passablement sincère.

- A vrai dire, je viens d'une contrée de l'ouest et ne me rend ici que très rarement. Ce n'est donc pas étonnant que vous ne m'ayez pas croisée par le passé. Elle marqua un court temps de silence. Cela devrait sans doute changer à partir de maintenant, ajouta-t-elle simplement avant de boire une nouvelle gorgée de son breuvage.

Elle ne comptait pas particulièrement en dire davantage, mais en effet, elle avait bien l'intention d'être un peu plus présente dans les parages de Camelot ces prochains mois. Pourquoi ? Cela resterai un mystère pour la tavernière. Tout du moins pour l'heure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serveuse (chasseur)
avatar
Feat : Lena Headey

Messages : 122

Message#Sujet: Re: Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]   Jeu 16 Juin - 19:03


Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère
M

aria ignorait si son interlocutrice était sérieuse ou plaisantait, mais dans un cas comme dans l'autre, elle ne comptait certainement pas lui tenir rigueur d'un propos que l'on pourrai peut-être tenir pour inapproprié. En même temps, étant donné l'endroit où elle travaillait, la serveuse en avait déjà entendu d'autres, ce n'était certainement pas de tels propos qui allaient la choquer en quoi que ce soit, et étant donné le sort qu'elle avait réservé à son précédent mari, ce n'était pas non plus ce qui allait l'offusquer si ces mots devaient être sincères. En fait, elle les trouvait plutôt amusants. Elle appréciait le franc parler de la jeune femme qu'elle avait sous les yeux, rares étaient ceux et surtout celles qui osaient s'exprimer avec un tel aplomb. Le sort qu'elle imaginait au propriétaire des lieux lui serait peut-être réservé un jour, ce n'était pas improbable quand on savait combien il s'avérait incapable de limiter sa consommation de bière bon marché... Il était moins probable qu'elle soit celle qui provoquerait ce sinistre incident, par contre. Non pas parce qu'elle en éprouverait quelque répulsion, mais seulement parce que, si le métier de tenancière ne lui déplairait pas, elle avait d'autres objectifs à l'esprit, et elle ne compter pas croupir dans cette taverne éternellement. Il fallait seulement pour cela qu'Obéron prenne les décisions qui s'imposent, et l'homme, tout vieux et croulant qu'il était, disposait d'une très fâcheuse tendance à trainer la patte pour tout et pour rien. À certains moments, c'était bien pratique pour elle, à d'autres moments, c'était profondément exaspérant. Au-delà d'exaspérant, même.

Enfin qu'importe, plutôt que de se concentrer sur elle, elle préférait s'intéresser à son interlocutrice, et celle-ci, toute agréable lui était-elle, s'avérait également bien mystérieuse. Il était des clients à qui il suffisait de deux gorgées d'alcool et de battre des cils pour obtenir le moindre détail de leurs vies, elle ne pensait pas qu'il en serait de même avec cette femme, qui ne lui avait pas dévoilé son nom encore et se contentait d'évoquer l'ouest plutôt que de nommer une bourgade. Bien sûr, en soi, cela ne concernait pas Maria. Mais elle partait du principe que tout la concernait, quoi qu'il en soit. On passait trop vite à côté d'informations intéressantes, à les penser anodines.

-Vous venez habiter dans la région ?
demanda-t-elle très innocemment, qui avait très envie d'insister sur les points qui restaient à éclaircir mais préférer adopter une attitude plus intéressée et désinvolte, quand bien même elle était loin de l'être.

Au fond, bien sûr, la réponse à cette question n'était pas supposée l'intéresser davantage, mais la jeune femme l'intriguait, elle était vraiment curieuse d'en savoir plus la concernant. Elle n'obtiendrait peut-être rien d'intéressant au final, mais cela faisait quoi qu'il en soit partie de son caractère, elle ne pouvait pas vraiment lutter contre.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loin d'adoucir les mœurs, l'alcool désaltère [pv Maria]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Tu noies tes chagrins dans l'alcool ? Méfie-toi, ils savent nager. [PV Jennyfer Shepard]
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» Loin des rires... [PV Kilip Jino]
» 04. Quand l'alcool fait des ravages. || Ashton Kinney

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Cité de Camelot-