Partagez | .
 

 La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 246

Message#Sujet: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Jeu 31 Mar - 0:04

Manon & UGaspard
La cible n'est pas toujours la bonne.
Gaspard passait énormément de temps à Camelot, même si ce n’était pas ici qu’il vivait. Son père avait des terres dans le royaume de Logres, qu’il avait obtenu grâce à Uther Pendragon. L’homme n’était pas seigneur, il était simplement un ancien chevalier possédant des terres et donc des domestiques et des paysans. Gaspard y vivait donc, normalement, sauf quand il devait faire le chevalier pour Arthur. Autant dire qu’il vivait aussi à Camelot et qu’à choisir, il préférait largement y passer son temps. Son père aussi avait l’occasion de vivre à Camelot, mais il y venait moins souvent. Ce qui ne l’avait pas empêché de rencontrer Maria quand même, cette femme qu’il ne méritait vraiment pas. Mais c’était encore une autre histoire ça. Gaspard se trouvait donc à Camelot et il était en plein entraînement avec d’autres chevaliers. Quand il n’était pas sur les routes pour le compte du roi, ou en pleine bataille – toujours pour son compte d’ailleurs – il s’entraînait. Il était important que les hommes soient en forme, même si Gaspard aimait surtout profiter de la vie quand même. Il n’était pas rare les moments où il se trouvait à la taverne (et peut-être pas seulement pour l’alcool d’ailleurs) ou ailleurs, mais actuellement il s’entraînait vraiment. Il échangeait quelques passes d’arme avec un de ses camarades chevaliers, quand il eut une vision qui le troubla légèrement.

Manon Deschênes, cette femme obsédait un peu trop le chevalier. Ce n’était, évidemment, pas de la manière qu’on pourrait le croire aux premiers abords. Non, elle l’obsédait pour une toute autre raison. La jeune femme était étrange, il y avait quelque chose qui ne plaisait vraiment pas à Gaspard chez elle. C’était la servante de la reine alors, elle était ce qu’on pouvait dire intouchable, mais Gaspard était persuadé qu’elle était capable de faire usage de la magie. Techniquement, les magiciens n’avaient pas besoin de se cacher. Tout le monde savait parfaitement que Merlin était un magicien, mais certain se montrait plus prudent que d’autre. Parce qu’il y avait cette menace qu’était les Chasseurs, qu’était donc Gaspard. Même si le jeune homme doutait souvent de ce qu’il devait faire ou non pour le compte de son père (ou plus précisément Maria, mais ça…), il y avait des moments comme quand il croisait Manon où il ne doutait pas du tout. Malheureusement, il ne parvenait pas encore à agir contre elle. Outre le fait qu’il n’avait aucune preuve contre Manon – même si cela ne l’avait pas empêché de lui proférer des menaces claires – il ne pouvait pas agir n’importe comment. S’il venait à s’en prendre physiquement à la servante de la reine, il devait faire en sorte que personne ne le découvre. C’était délicat, bien trop délicat pour la patiente de Gaspard. Alors en attendant, l’homme se montrait odieux envers la jeune femme, c’était sa sœur arme disponible. Il attrapa un sac remplit de partie d’armure avant de s’approcher de la jeune femme.

« Rends toi un peu utile tu veux ? » Qu’elle le veuille ou non en fait. Il déposa le lourd sac au pied de la servante. « Vas récurer ça. »

Il n’avait déjà pas beaucoup d’estime pour le bas peuple, mais c’était bien pire avec elle.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servante de la reine (peuple)
avatar
Feat : Marie Gillain

Messages : 322

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Sam 2 Avr - 10:23


La liberté ne se donne pas, on la prend.
D

e retour à Camelot. Elle avait le sentiment de ne pas y avoir mis les pieds depuis une éternité. Ce n'était pas complètement faux en soi, d'ailleurs. Entre le voyage jusqu'en Carmélide, le séjour qu'elle avait passé là-bas en compagnie de la reine, le congé que cette-dernière lui avait accordé et le temps qu'elle avait passé non pas dans la cité où elle avait élu domicile mais sur les terres de Camlann, auprès d'Ena, elle avait l'impression d'être vraiment partie très longtemps. Retrouver Camelot et ses habitudes au château était loin de lui déplaire, d'ailleurs. Certes, son séjour en Carmélide avait été loin d'être une épreuve en soi (même si elle aurait largement préféré passer son temps auprès d'Ena), et son retour avait été riche en émotions, puisque son amante était enfin parvenue à obtenir ce qu'elle espérait depuis si longtemps : un dragon, en chair, en os et en écailles, qu'elle pouvait maintenant s'appliquer à dresser selon ses desseins. Ces intermèdes singuliers n'avaient pas été déplaisants, non, mais le retour confortable à une certaine routine ne l'était pas moins pour autant. La jeune femme ne savait pas si la Manon d'avant aurait apprécié les mécanismes qui s'étaient progressivement instauré dans son existence, elle aurait sans doute désapprouvé cette routine, mais Manon ressentait qu'elle avait en partie le besoin de cela pour réussir à se reconstruire, quand bien même elle jouait, de fait, à un jeu véritablement dangereux. Elle en oublierait presque, par moments, qui étaient ses amis et qui étaient ses ennemis.

Il en restait tout de même un au sujet duquel elle n'avait pas le moindre doute. Quand son regard s'était posé sur Gaspard Gabet, elle avait accéléré le pas, espérant qu'il ne la remarquerait pas. C'était peine perdue. Elle n'aimait vraiment pas cet homme. Et il le lui rendait bien. Il semblait avoir juré sa perte, ni plus ni moins que cela. La jeune femme savait qu'il la soupçonnait de quelque chose, et puisqu'elle était bien loin d'être blanche comme neige, forcément, cela la mettait mal à l'aise. Que savait-il exactement ? Savait-il seulement quelque chose ? Lequel des deux était le plus paranoïaque ? Cela s'avérait, pour tout dire, particulièrement difficile à déterminer. L'homme la remarqua donc, déposa un sac empli de morceaux d'armures à ses pieds, avant de s'adresser à elle avec un mépris qui ne saurait rappeler que plus encore à la servante de la reine combien elle le haïssait. Sans aucun doute bien plus que les Pendragon, qui devraient pourtant être sa véritable cible.

-Je n'obéis qu'aux ordres de la reine. Et, aux dernières nouvelles, votre tête n'est pas couronnée.
répliqua-t-elle en croisant les bras. Oui, elle devait respect aux chevaliers, mais la dernière fois qu'ils s'étaient vu, l'homme l'avait clairement menacée. Dès lors, elle ne comptait plus faire l'effort d'une fausse politesse. Débrouillez-vous seul, j'ai plus important à faire.

Ce n'était pas vraiment le cas, bien sûr, mais quel besoin avait-il de le savoir ?



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 246

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Lun 9 Mai - 23:22

Manon & UGaspard
La cible n'est pas toujours la bonne.
Gaspard savait qu’il ne devait pas se laisser emporter quand il se trouvait en compagnie de Manon Deschênes. Sauf que c’était bien plus facile à se dire qu’à faire, surtout quand il était complètement obsédé comme il l’était. Le jeune homme n’avait pas vraiment de raison de l’être à ce point avec la servante de la reine, mais il n’y pouvait rien. Il y avait quelque chose chez la femme qui le poussait à croire qu’elle avait quelque chose à se reprocher, le genre de chose que les chasseurs étaient censés combattre. Le chevalier ne se rendait pas compte qu’il se trompait lourdement, que Manon n’avait rien à voir de près ou de loin avec un être magique. C’était le cas de son entourage proche – très proche même – mais ça Gaspard l’ignorait évidemment. Il avait simplement une intuition, qui était sans doute provoqué par ses sentiments négatifs envers la servante. Sauf que le chevalier ne pouvait de toute façon pas faire grand-chose contre la jeune femme pour le moment. Outre le fait qu’elle était la servante de la reine, Gaspard n’avait aucune preuve et il n’avait jamais eu l’occasion de se retrouver « seul » en compagnie de la jeune femme. Si cela arrivait un jour, peut-être qu’il se laisserait déborder ? Sans doute oui, même si ce n’était pas dans son intérêt. Il n’était pas si impulsif d’habitude – quoi que quand on voyait ce qui arrivait quand il se trouvait en compagnie de la « promise » de son père, on pouvait se poser des questions – mais il ne parvenait vraiment pas à rester objectif et serein quand il était question de Manon Deschênes.

Evidemment, la jeune femme ne manqua pas de l’envoyer « bouler » quand il lui demanda de nettoyer les pièces d’armure qu’il venait de déposer à ses pieds. Soit disant parce qu’elle n’obéissait qu’aux ordres de la reine et qu’il n’était évidemment pas la reine. Manon était certes la servante exclusive de la reine, mais cela n’enlevait pas le fait qu’elle était une domestique comme une autre. Et lui, il était un chevalier de la table ronde d’Arthur Pendragon, elle lui devait le respect. Gaspard avait déjà peu d’affection et de respect pour les domestiques, mais c’était encore moins le cas concernant la jeune femme qu’il avait sous les yeux.

« Tu travailles peut-être pour la reine, mais tu travailles surtout pour Camelot. »
Lui lança-t-il d’un ton dur. Il n’avait aucun besoin de se montrer agréable avec Manon de toute façon. La jeune femme ne devait plus se faire la moindre illusion sur ce qu’il pensait d’elle depuis leur dernière conversation. Après tout, il l’avait clairement menacé et il comptait bien mettre un jour ces menaces à exécution. « Et tu dois le respect aux chevaliers. »

Autant dire que la jeune femme n’avait pas le droit de lui parler ainsi, même s’il était clair que Manon ne l’appréciait pas, autant qu’il ne l’appréciait guère. Ils ne faisaient pas semblant en tout cas, cela ne servait à rien du tout.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servante de la reine (peuple)
avatar
Feat : Marie Gillain

Messages : 322

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Mer 11 Mai - 16:01


La liberté ne se donne pas, on la prend.
C'

est certain, en acceptant de travailler au service de la reine, Manon avait également accepté, par la force des choses, d'être au service de Camelot, et les chevaliers de la table ronde faisaient partie de ses plus imminents représentants, elle leur devait donc, par conséquent, considération et déférence, qu'ils la traitent en retour comme une moins que rien ne devait pas rentrer en ligne de compte. Sauf que Gaspard Gabet ne se contentait pas de faire comme d'autres chevaliers, qui la regardaient sans la voir, ne lui adressaient pas plus d'attention que si elle avait fait partie du mobilier... à cela, elle pouvait bien s'y faire, et elle considérait même que c'était un sérieux avantage, puisqu'elle avait l'assurance que, ainsi, personne ne prenait garde à elle et personne ne se méfierait de sa personne. Sauf que son interlocuteur, lui, se méfiait. Pas pour les bonnes raisons, certes, mais sa défiance et son insistance pourraient bien néanmoins contrarier violemment ses projets, et c'était une chose qu'elle ne pouvait bien évidemment pas accepter. Oui, le chevalier avait raison, ce n'était pas pour autant que Manon comptait s'aplatir et se confondre en excuses face à son interlocuteur, le tout pour écoper de tâches ingrates qui, quoi qu'il en soit, n'étaient pas dans ses attributions. Oui, elle devait respect aux chevaliers, mais pour autant, son travail était de satisfaire aux exigences de la reine avant toute autre chose, pas à celles de quiconque d'un peu plus important qu'elle (et ils étaient forcément nombreux, par la force des choses), foulaient Camelot au pied.

-Malgré tout le respect que je vous dois...
répliqua-t-elle en espérant que sa voix ne trahirait pas trop le fait que, malgré ce qu'elle pouvait bien dire, son interlocuteur et surtout ses menaces l'intimidaient. Je ne me ferais pas le laquais d'un homme qui m'a ouvertement menacée, et lui témoignerais encore moins la déférence que j'adresse à ses frères d'armes, auxquels il ne fait pas honneur. Elle marqua une légère pause. Pensez-vous que nos chers souverains apprécieraient de savoir de quelle manière vous osez me traiter ?

C'était son arme, faute d'avoir le rang, le parler ou l'influence, elle avait tout du moins l'amitié de la reine, et il est certain que Guenièvre n'y serait pas insensible, si elle découvrait de quelle manière l'un des chevaliers du roi osait la traiter, même si c'était sa parole contre la sienne. Pourquoi ne pas l'avoir fait alors ? C'est que même si les reproches de Gaspard n'étaient pas les bons, Manon n'était effectivement pas blanche comme neige, elle craignait, ce faisant, de signer sa propre perte. Elle ne savait pas exactement, après tout, sur quoi reposaient les griefs de son interlocuteur, ce dernier n'avait jamais pris la peine de les expliciter. Il avait peut-être à son sujet des informations compromettantes qu'il avait simplement mal interprétées. Il ne pouvait pas se permettre de prendre ce genre de risques.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 246

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Mer 15 Juin - 19:41

Manon & UGaspard
La cible n'est pas toujours la bonne.
Gaspard n'avait pas pour habitude d'apprécier les domestiques d'une manière générale, mais c'était encore pire concernant Manon Deschênes. Parce que le jeune homme ne pouvait pas s'empêcher de la trouver louche. Evidemment, il se trompait lourdement. Même si elle avait un rapport plus ou moins direct avec la magie, de par sa relation dont il ignorait évidemment tout avec une sorcière, l'homme n'avait rien contre Manon normalement. C'était une simple impression et non des preuves comme il aimerait que cela soit le cas. Même si par moment, le jeune homme doutait un peu du fait que la cause que défendait son père et par conséquence lui aussi, ce n'était plus le cas quand il se retrouvait confronté à la domestique de sa reine. Parce qu'il ne pouvait pas s'empêcher de la détester, sans vraiment de raison. En dehors des doutes qu'il avait envers elle, alors qu'il se trompait lourdement. Manon n'avait rien fait à la reine, elle n'était pas une créature magique, mais le jeune homme ne pouvait pas voir cela comme ça. Il s'imaginait qu'elle avait de mauvaises intentions envers la femme d'Arthur et plus encore qu'elle était capable de faire usage de la magie. Ça faisait forcément d'elle une mauvaise personne et son attitude envers la domestique était donc forcément justifiée. Gaspard avait besoin de croire cela, pour croire qu'il avait une bonne raison de la détester alors qu'elle ne lui avait rien fait. Cela faisait longtemps qu'il ne se montrait plus du tout objectif vis-à-vis de la jeune femme. Et malheureusement, elle avait trop tendance à avoir du répondant.

Ses propos ne lui plaisaient pas du tout en tout cas. Il n'aimait pas l'entendre dire que malgré tout le respect qu'elle lui devait - et elle lui en devait vraiment, puisque les chevaliers de la table ronde avait une grande place dans la hiérarchie de Camelot - elle n'allait pas faire le laquais d'un homme qui l'avait menacé. En même temps, le chevalier considérait qu'il avait vraiment de bonnes raisons de la menacer, parce qu'elle était par son existence une menace envers la couronne du royaume de Logres. Mais plus encore, ce qui toucha vraiment Gaspard, ce fut le moment où la domestique affirma qu'il ne faisait pas honneur à son rang. Il ne pouvait évidemment pas apprécier ces propos, alors que la chevalerie était l'une des choses les plus importantes dans son existence. La seule chose, qu'il osait croire, permettrait à son père d'avoir enfin un peu de fierté envers lui. Il était donc directement touché au vif par cette remarque et Gaspard serra des dents et du poing pour s'efforcer à ne pas rétorquer trop violemment. Parce qu'il ne pouvait pas faire n'importe quoi devant tout le monde, cela n'allait sans doute pas l'aider. Surtout si Manon avait vraiment l'intention de finir par avouer ce qu'il faisait à sa reine.

« Que penseraient-ils s'ils apprenaient que vous avez de mauvaises intentions envers eux ? » Evidemment, il bluffait, il n'avait rien qui était capable de prouver qu'elle avait effectivement de mauvaise intention. Et il pouvait difficilement se contenter de l'argument qu'elle était une créature magique, ce qui n'était en plus pas le cas en vrai. Mais il osait croire que sa parole pourrait avoir plus d'impact envers le roi qu'elle. Malheureusement, il semblait que la servante de la reine soit quand même bien proche de Guenièvre. Elle n'allait peut-être pas avoir de mal à avoir le dessus.
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servante de la reine (peuple)
avatar
Feat : Marie Gillain

Messages : 322

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Jeu 16 Juin - 22:18


La liberté ne se donne pas, on la prend.
M

anon sentit son sang se glacer et un violent frisson traverser son échine quand son interlocuteur évoqua les mauvaises intentions dont elle ferait preuve envers la famille royale. Bien sûr, si elle considérait la situation de manière rationnelle, elle savait qu'elle ne devrait pas s'inquiéter autant. Gaspard prêchait sans doute le faux pour savoir le vrai, ni plus ni moins, et il devait guetter la moindre de ses réactions, espérant qu'elle se trahisse. Malheureusement, elle n'était pas certaine d'être bien convaincante dans le rôle de la parfaite innocente. Non, il n'y avait vraiment pas de raisons pour qu'il soit au courant. Manon n'avait rien laissé filtrer, à part Ena, personne n'était au courant de ses intentions envers la famille royale et Ena ne la trahirait jamais... Il bluffait forcément. À moins qu'il dispose d'informations dont elle n'avait pas elle-même connaissance ? Elle savait que la Manon d'autrefois était réfractaire au règne d'Arthur Pendragon, peut-être savait-il ? Peut-être connaissait-il des personnes de sa vie d'avant qui lui avaient dit de se défier d'elle ? Mais même dans ce cas... Elle avait toujours cette excuse bien commode d'avoir changé. Et quelque part, elle le savait, c'est ce qu'elle avait bel et bien fait, changé... pour le meilleur sur certains points, sans doute, mais pas tous... car Manon ne saurait que trop se reprocher sa faiblesse vis-à-vis de la reine, dont elle s'était bien malgré elle prise d'amitié, certes pas au point de renoncer à la trahir, mais suffisamment pour éprouver du remord... Peut-être qu'il savait, elle ne pouvait écarter cette hypothèse, et elle lui faisait froid dans le dos, mais quoi qu'il arrive, son discours ne dévierait pas. Elle devait, quoi qu'il advienne, rester fidèle à l'image qu'elle voulait donner d'elle, même auprès de ceux qui ne croyaient pas dans son discours.

-Ils seraient dévastés, bien sûr.
répondit-elle sans se démonter, même si elle doutait fort que son attitude soit aussi sereine qu'elle l'aurait voulu. Mais ils n'ont rien à craindre de moi, ils savent parfaitement que je leur suis loyale. Ils devaient le penser, du moins. Et évidemment, c'était une erreur totale de leur part, mais en tous cas, elle voulait croire qu'auprès d'Arthur et surtout de Guenièvre, elle ne s'était à aucun moment trahie. Puis-je savoir exactement de quoi vous m'accusez ?

Elle avait parlé d'un ton qui se voulait offusqué, la vérité, c'est qu'elle voulait vraiment savoir. S'il lui donnait les motifs exacts de sa défiance, alors elle saurait peut-être déterminé s'il se jouait d'elle ou non, et s'il n'avait pour argument que le fait qu'elle était mal intentionné, elle voulait croire que celui-ci ne suffirait pas à émousser la confiance de la reine. S'il avait quelque chose de plus concret à leur apprendre, par contre, ce serait une autre affaire.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 246

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Mar 19 Juil - 18:37

Manon & UGaspard
La cible n'est pas toujours la bonne.
Ils seraient dévastés, c’était tout à fait cela. La reine Guenièvre semblait vraiment attachée à sa servante, mais Gaspard ne comprenait vraiment pas pour quelle raison. Cette femme était une plaie, elle ne pouvait qu’en être une. Le jeune homme était évidemment incapable de se montrer objectif avec la jeune servante sous ses yeux, parce qu’il pensait qu’elle était une créature magique et tout simplement qu’il ne l’aimait pas. Le fait qu’elle ne soit qu’une domestique ne l’aidait pas forcément à avoir plus d’affection pour elle, mais elle était un cas à part encore. Et actuellement, le jeune homme se contentait simplement de bluffer en affirmant qu’il savait quelque chose, du moins en sous-entendait qu’il en savait assez pour faire comprendre aux souverains qu’elle avait de mauvaises intentions à leur encontre. Ils seraient dévastés en effet, mais d’après la jeune femme, ils n’avaient aucune raison de l’être puisqu’elle ne leur voulait pas de mal et qu’ils savaient qu’elle était loyale. Gaspard n’aimait vraiment pas cette manière qu’elle eut de lui répondre, parce que ça ne l’aidait pas du tout à savoir si elle disait la vérité ou non. Est-ce qu’elle avait vraiment quelque chose contre les souverains de ce royaume ? Le chevalier ne pouvait pas croire autre chose, il ne parvenait pas à se dire qu’elle avait vraiment de bonnes intentions envers eux et qu’elle n’avait pas une mauvaise idée en tête. Et le pire, c’était qu’il était bien incapable de répondre à la question de la jeune femme, quand elle lui demandait de quoi il l’accusait précisément. De rien… malheureusement.

« De trahison. » Reprit-il donc, en tentant de se montrer le plus sûr de lui qu’il le pouvait. Ce n’était pas forcément évident, puisqu’il n’avait évidemment aucune preuve pour corroborer ses paroles. Il n’avait rien contre Manon Deschênes, en dehors du fait qu’il pensait qu’elle était une créature magique, ce qui n’était évidemment pas un crime dans ce royaume. Du moins, officiellement, mais il ne pouvait pas s’empêcher de penser le contraire. Parce que c’était comme ça depuis sa tendre enfance, ces créatures ne méritaient vraiment pas de vivre. Est-ce qu’elle avait envie de trahir les Pendragon ? Il n’en savait rien et sans doute pas, mais c’était la seule chose qu’il pouvait lui dire à présent. « Ne me fais pas croire que tu n’as rien contre eux. »

Parce que si elle était bel et bien une créature magique, elle ne pouvait qu’avoir des mauvaises intentions envers les autres, envers le monde entier. Mais bon, encore une fois, c’était bien trop maigre pour qu’il puisse dire quoi que ce soit contre la servante, pour qu’il puisse aller trouver les souverains pour les prévenir de quelque chose. Il n’y avait rien à prévenir, rien du tout. Il n’avait aucune preuve, en dehors du fait qu’il n’aimait pas cette jeune domestique et qu’il n’avait vraiment pas l’intention de se montrer agréable en sa compagnie. Jamais… et cela jusqu’au jour où il aurait définitivement réglé le problème.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servante de la reine (peuple)
avatar
Feat : Marie Gillain

Messages : 322

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Mar 19 Juil - 21:23


La liberté ne se donne pas, on la prend.
T

rahison. Ces mots trouvaient une résonance bien plus forte dans l'esprit de Manon qu'elle ne voulait bien l'admettre. Quand elle avait offert ses services à la reine de Camelot, elle y avait bel et bien vu un moyen de s'approcher des souverains de Camelot dans l'espoir de mettre fin à leur règne. Cette ambition ne l'avait pas désertée, bien au contraire. Mais quelque chose avait changé. Autrefois, au tout début, elle n'aurait pas admis que le terme "trahison" convenait à ses actes. Elle aurait davantage parlé de justice et de devoir, une chose qu'elle se devait de faire par principe, et au nom de laquelle elle ne regrettait rien. Maintenant, le terme lui était forcément plus approprié... tout simplement parce qu'elle avait développé une réelle affection pour la reine Guenièvre, et que poursuivre ses ambitions, c'était bel et bien trahir. Et trahir quelqu'un qui lui était cher, de surcroit. Oh, elle ne comptait pas changer d'avis, son choix était fait et elle persistait à penser que Arthur ne méritait pas son trône... Mais ce lui était plus difficile, maintenant, que d'entendre le mot "trahison" sans trembler, car il s'accompagnait de remords et de scrupules. Mais elle ne pouvait ni ne devait rien montrer de cela au chevalier de la table ronde, les conséquences en seraient réellement catastrophiques, un véritable désastre. Déjà qu'elle craignait à tout moment qu'il ne la dénonce au roi et à la reine, ce même si elle ne pensait pas qu'il puisse avoir la moindre preuve tangible à son encontre... (mais qui sait, au fond ?).

-Pourquoi aurais-je quelque chose contre eux ?
se défendit-elle, peut-être avec trop de véhémence, car elle avait à cœur de faire taire les propos de celui dont les soupçons dépassaient la réalité et pouvaient la mettre en danger. Je n'avais plus rien ni personne, et la reine m'a prise sous son aile. Je lui dois tout, jamais je ne la trahirai. Ni elle ni le roi.

Ce discours s'appliquait bien plus à Ena qu'à Guenièvre, en réalité, mais passons, au fond, il n'était pas totalement faux non plus, c'était bien le problème. Manon avait eu grand besoin de soutien et de repères, après son amnésie, et si Ena avait été son plus grand pilier et resterait à jamais sa plus grande force, elle ne pouvait nier que Guenièvre avait fait énormément pour elle. Et Arthur aussi, quelque part. Certes, il avait été moins présent pour elle que Guenièvre, mais c'était en son nom et avec son accord qu'elle pouvait officier au château, et elle devait bien reconnaître que l'un comme l'autre, ils la traitaient bien. Mais ce n'était pas cela qu'elle reprochait aux Pendragon. Ou si, oui, mais à sa manière. C'était leur laxisme. Et les actions passées d'une lignée qui aurait dû s'éteindre. Cela suffisait à sa haine, mais il ne fallait pas que Gaspard sache.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 246

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Jeu 1 Sep - 21:35

Manon & UGaspard
La cible n'est pas toujours la bonne.
Pourquoi Manon aurait quelque chose contre les Pendragon ? Là était sans doute la plus grande question qui les opposait. Gaspard n’avait aucune preuve contre Manon et la seule chose qui le poussait à croire que la servante voulait du mal à la famille royale, c’était le fait qu’il pensait qu’elle était une créature magique. Et il se trompait évidemment sur toute la ligne. En un sens, la jeune femme trahissait vraiment la famille royale, mais ce n’était pas du tout comme il le pensait. Et il n’avait, évidemment, aucune preuve à ce sujet. Il se contentait simplement de croire ce qu’il avait envie de croire et de se faire une idée de la situation sans qu’il ne puisse le prouver d’une quelconque manière. Le jeune homme pouvait difficilement prendre la décision d’aller trouver le roi et la reine dans le but de dénoncer la servante de cette dernière. S’il le faisait, il n’aurait aucune preuve et qu’il allait donc se ridiculiser. Le jeune homme ne pouvait donc pas prendre le risque et ça l’agaçait fortement. Parce qu’il ne pouvait vraiment pas s’empêcher de croire qu’il avait raison, qu’il y avait anguille sous roche et qu’il devait quand même se méfier de cette jeune femme. Même si ses propos semblaient vraiment sincère, quand elle affirma qu’elle n’avait rien, ni personne, quand elle avait perdu la mémoire. Effectivement, quand on regardait les choses de cette manière, Guenièvre Pendragon (et le roi également) était quand même grandement venue en aide à la jeune femme. Oui, comme ça, on pouvait vraiment se poser la question… Mais Gaspard n’avait pas l’intention de se faire avoir quand même.

« Ça c’est ce que tu dis et ce que tu veux faire croire. » Affirma-t-il, ne parvenant tout de même pas à se montrer si sûr de lui. Il ne pouvait effectivement pas complètement être sûr de lui au vue de la situation. « C’est justement de celle qui donne le sentiment de ne pas avoir besoin de se méfier, dont il faut se méfier le plus. »

Parce que quoi qu’elle dise, le jeune homme n’avait pas l’intention de baisser sa garde pour autant. Même s’il n’avait aucune preuve, Gaspard ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il y avait quelque chose de pas net avec la servante de la reine. Parce que dans tous les cas, le chevalier de la table ronde considérait qu’elle était une créature magique et donc, forcément, ça faisait d’elle son ennemie. Même s’il n’avait pas l’intention de trop le montrer, parce qu’il devait quand même cacher sa haine contre ces créatures magiques, il n’avait pas l’intention d’abandonner son envie d’arrêter Manon. Même s’il ne pouvait pas le crier haut et fort parce qu’il ne pouvait pas encore prendre le risque de révéler l’existence des Chasseurs, il avait l’intention de la garder à l’œil. Même s’il ne pouvait pas prendre le risque d’en parler à Arthur Pendragon. Gaspard avait énormément de respect pour son roi – ce qui ne manquait pas de rendre sa situation difficile encore – mais il savait qu’il n’allait pas le comprendre.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servante de la reine (peuple)
avatar
Feat : Marie Gillain

Messages : 322

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Ven 2 Sep - 18:05


La liberté ne se donne pas, on la prend.
À

quoi cela rimait-il de ne serait-ce qu'essayer d'argumenter avec Gaspard Gabet ? L'opinion du chevalier à son sujet était manifestement faite, et elle ne jouait pas le moins du monde en sa faveur. Si elle avait été réellement innocente, il aurait été plus simple de s'en défendre avec la hargne nécessaire. Là, elle avait vraiment le sentiment de manquer quelque chose, que le chevalier avait vu quelque chose en elle qui, à elle-même, lui avait échappée. Et elle devait savoir quoi, de crainte que cet élément compromettant ne remette tout en cause, le travail qu'elle avait fourni pour paraître irréprochable et... survivre, tout simplement. L'ennui, c'est que Gaspard ne donnait aucun élément précis, il parlait toujours de la même chose, de présomptions qui paraissaient infondées. Peut-être était-ce le cas, oui, et dans ce cas, elle était effectivement des plus tranquilles, mais comment en être sûre ? Il fallait qu'elle insiste. Elle devait déterminer ce qui était stratégie et ce qui, plutôt, était pure vérité. Déterminer ce qui était vrai et ce qui était faux, cela nécessitait de se montrer stratège et de faire preuve d'un sang-froid total... Mais elle en était difficilement capable tant le jeune homme qui lui faisait face la mettait en colère. Il la haïssait, c'était évident, et la réciproque était totale. S'ils n'en venaient pas aux mains, ce serait miraculeux... En même temps, il vaudrait mieux qu'ils n'en viennent pas aux mains, car Manon serait mise à terre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Combattive, elle l'était bel et bien, mais elle n'avait pas la moindre force pour autant. Son argument, était, à présent, qu'elle était trop irréprochable pour ne pas avoir de reproches. Certes, c'était le cas, mais elle ne goûtait pas à de tels arguments.

-Partant de ce principe, vous devez certainement être un chevalier dévoué et vaillant, si les apparences ne font pas honneur à ce que les personnes renferment réellement en elles. Mais je suis davantage portée à croire que vous êtes un être odieux, quelles que soient les circonstances
, répliqua-t-elle avec des trémolos dans la voix, dont elle décida de se servir, non pour afficher la colère qu'elle éprouvait en cet instant, mais pour la faire passer pour de la fragilité et de la tristesse, celle d'une pauvre chose fragile qui ne comprend pas les griefs qui pleuvent sur elle. Est-ce que je vous ai fait quelque chose un jour qui justifie un tel acharnement ?

Elle doutait fort que son interlocuteur se laisse attendrir par son propos, mais elle devait tenter le tout pour le tout, elle voulait tout simplement qu'il lui donne le motif réel de cet acharnement en question, si tant est qu'il y en ait un, ce dont elle finissait par douter, à vrai dire.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 246

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Ven 28 Oct - 10:05

Manon & UGaspard
La cible n'est pas toujours la bonne.
Quoi que puisse dire la servante de la reine, Gaspard n’avait pas l’intention de changer d’opinion à son sujet. Quand bien même il devait bien avouer qu’il n’avait guère d’argument à appuyer sur les faits qu’il affirmait. Le jeune homme considérait que Manon n’était pas une bonne personne parce qu’il pensait qu’elle était un être magique, ce qui n’était en réalité pas le cas. Le chevalier n’avait pas de preuves pour appuyer ses pensées, c’était quelque chose qu’il croyait sans en avoir pour autant la certitude. Il n’avait rien qui pouvait confondre entièrement la servante, mais il n’avait pas l’intention de penser autrement. La jeune femme était un être magique, il n’y avait pas à croire autre chose. Quand bien même, par instant, Gaspard ne pouvait pas s’empêcher de douter quand même. Sauf qu’il n’avait aucune envie d’entendre ses doutes, il ne pouvait pas se permettre de se montrer faible devant la magie. Gaspard serra des dents quand Manon affirma qu’il était une personne odieuse, des tremolos dans la voix. Il n’était pas touché parce qu’elle l’insultait, puisqu’il ne portait guère attention aux propos d’une servante comme elle. La jeune femme n’était rien à côté d’un chevalier de la table ronde et moins encore à côté d’un Gabet. Gaspard considérait qu’elle pouvait bien penser ce qu’elle voulait de lui, ça n’allait rien changer du tout. Mais par contre, il parvenait moins à passer outre la fragilité qu’elle semblait faire preuve tout d’un coup. Avant qu’elle ne lui demande ce qu’elle avait fait pour qu’il s’acharne à ce point sur elle.

Gaspard resta un peu soufflé par la question de Manon. Non pas qu’il n’ait pas de réponse à lui apporter, mais il ne pouvait pas vraiment affirmer à la jeune femme qu’elle était simplement un être magique pour lui et que c’était suffisant pour qu’il décide de s’acharner contre elle. Parce que c’était son devoir, il devait s’en prendre aux personnes comme elle, enlever cette magie horrible de ce monde. Mais ça, bien sûr, il ne pouvait pas le dire tout haut, sinon on n’allait découvrir ce qu’il tramait avec sa famille et d’autre dans l’ombre.

« Je ne te fais pas confiance, voilà tout. » Affirma-t-il, d’une voix dure, prenant comme bien souvent Manon de haut. Il reprit très rapidement ensuite. « Je n’ai aucune raison de me justifier auprès de toi. »

Autant dire qu’il ne pouvait pas vraiment se justifier. Il avait une façon de le faire, mais il ne pouvait pas prendre le risque de le faire. Même si, sans savoir ce qu’il avait en tête et surtout ce qu’il était en plus de son rôle de chevalier de la table ronde, on pouvait très bien croire qu’il n’avait surtout aucune raison de s’acharner à ce point sur la servante de la reine Guenièvre. Ce qui était vraiment le cas, puisque Manon n’avait rien à voir avec un être magique, comme le chevalier semblait si fortement le croire. Mais ça ne serait pas évidement de lui faire changer d’opinion.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servante de la reine (peuple)
avatar
Feat : Marie Gillain

Messages : 322

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Ven 28 Oct - 18:19


La liberté ne se donne pas, on la prend.
M

anon ne savait que penser. Gaspard savait-il quelque chose, avait-il conscience de ses desseins ? La jeune femme n'en savait rien. C'était pire que tout. À la limite, elle préfèrerait qui lui apprenne clairement quels étaient ses reproches, même si elle devait apprendre dans la foulée qu'il voyait clair en elle et pouvait la trahir. Ainsi, elle pourrait envisager de contre-attaquer. Là, elle ne pouvait qu'afficher le masque de l'innocence et espérer qu'il ne fasse rien. Elle n'aurait pas la réponse à ses questions. Et pour la peine, Manon se sentait cernée. Elle avait vraiment hâte d'en finir avec sa conversation déplaisante. Parfaitement déplaisante. Elle aimait se cantonner à l'idée qu'elle lui inspirait seulement un mauvais pressentiment, rien d'autre. Mais ignorer la possibilité du contraire, c'était se mettre en danger. Enfin... Elle soutint malgré tout le regard de son interlocuteur, se permettant de se sentir un peu plus confiante. Si les arguments manquaient de son côté. C'était qu'il ne pourrait rien contre elle en cet instant, et c'était tout ce qui importait. Pour le moment. Après tout, s'il avait une preuve tangible, on l'aurait déjà démise de ses fonctions, non ? Et dans le pire des cas (qu'elle n'espérait vraiment, mais alors vraiment pas), elle avancerait son amnésie pour argument. Qui sait, cela lui sauverait peut-être la mise. Inutile d'envisager le pire pour le moment de toute manière. Pour l'instant, il n'y avait que des accusations sans fondements. Alors elle pouvait s'en sortir sans trop de mal. Ou pas. Ça lui semblait trop facile. Ses soupçons ne pouvaient pas venir de nulle part tout de même... Ou alors c'était comme si la culpabilité était inscrite sur son visage, ce qui n'était pas forcément mieux, au passage.

-En ce cas, je n'ai pas plus de raisons de me justifier auprès de vous,
répliqua-t-elle d'un ton tranché. Certes, il avait plus de légitimité à ce titre qu'elle-même, puisqu'il était plus haut placé qu'elle hiérarchiquement parlant, mais quand bien même, sans chef d'accusation concret, elle ne se laisserait vraiment pas harceler de la sorte. Car oui, à ce stade, c'était vraiment de harcèlement qu'il était question. Et cela commençait sérieusement à user ses nerfs. Elle les avait solides, mais quand bien même... Elle ne tiendrait plus longtemps à ce rythme. Puisque vous n'avez manifestement rien à me dire, vous aurez la décence de me laisser disposer, n'est-ce pas ?

Qu'elle puisse respirer un peu. Car là, elle se sentait opprimée, oppressée. Elle demandait qu'à échapper au regard inquisiteur et au jugement de son interlocuteur. De toute façon, elle devait reprendre le fil de son ouvrage. C'était la reine qu'elle devait servir, pas ce chevalier de pacotille qui si ça se trouve ne l'intimidait que pour son propre amusement. Dans tous les cas, elle voulait en finir, et au plus vite.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier (chasseur)
avatar
Feat : Karl Urban

Messages : 246

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Jeu 29 Déc - 11:25

Manon & UGaspard
La cible n'est pas toujours la bonne.
On ne pouvait vraiment pas dire que cette conversation les menait quelque part, mais Gaspard n’avait pas pu s’empêcher d’attaquer de la sorte la jeune servante de la reine. C’était plus fort que lui. Il n’appréciait déjà pas les domestiques d’une manière général – parce qu’il était bien trop hautain pour ça – mais il avait quelque chose en plus contre Manon Deschênes. Ce qu’il ne parvenait pas à expliquer, quand bien même il le ressentait vraiment. C’était plus fort que lui, mais malheureusement il ne pouvait pas vraiment se justifier auprès de Manon. Comme il ne pouvait en soit pas vraiment lui reprocher quoi que ce soit non plus, en dehors de cette impression désagréable la concernant. Il était persuadé qu’elle était un être magique, c’était plus fort que lui. Évidemment, le jeune homme ne pouvait pas l’affirmer à haute voix, sous peine de se faire remarquer. Il devait vraiment rester discret s’il ne voulait pas qu’on découvre ce qu’il faisait en dehors de son rôle de chevalier de la table ronde. Mais forcément, le jeune homme se trouvait un peu dans une impasse en cet instant précis.

Gaspard n’avait donc rien à répondre quand la servante affirma qu’elle n’avait donc pas de raison de se justifier auprès de lui. C’était le cas en effet, même s’il aurait aimé qu’elle le fasse au contraire. Parce qu’ainsi, il aurait peut-être pu la confondre avec ses erreurs, il aurait pu trouver une preuve de son implication dans un quelconque méfait concernant les souverains de Camelot. Ce qui était le cas en réalité, même s’il ne s’en rendait pas compte parce qu’il n’avait effectivement aucune preuve. C’était ça son souci principal, il n’avait pas de preuve pour faire tomber Manon Deschênes. Le jeune homme serra des dents quand la servante affirma que puisqu’il n’avait rien à lui dire, il n’avait aucune raison de la retenir donc. Le pire, c’était qu’elle avait raison effectivement, il n’avait aucune raison de la retenir et de lui parler plus que maintenant. En dehors du fait qu’il aurait aimé la voir faire ses basses besognes – plus elle qu’un autre domestique effectivement, parce qu’il avait une dent contre elle – il n’avait aucune raison de la retenir. Et puisqu’elle était la servante personnelle de la reine, elle n’avait pas à travailler pour les chevaliers (quand bien même ils appartenaient à la table ronde du roi Arthur).

« Effectivement. »
Dit-il alors, entre ses dents, n’aillant aucun moyen de la retenir plus longtemps. Il aurait aimé le faire dans le seul but de pouvoir la confronter à ses erreurs, si jamais elle en faisait. Mais il ne pouvait pas la retenir plus que de raison, il n’aurait aucun moyen de l’expliquer sinon. « Vous avez sans doute énormément de corvées à faire pour notre reine. »

Ajouta-t-il alors dans un sourire en coin, ne pouvant pas s’empêcher de faire une remarque sur la condition de domestique de la jeune femme. Simplement pour le plaisir, parce qu’il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir supérieur à elle, au vu de leur différence de niveau de vie.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servante de la reine (peuple)
avatar
Feat : Marie Gillain

Messages : 322

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   Jeu 29 Déc - 11:49


La liberté ne se donne pas, on la prend.
M

anon ne put s'empêcher d'éprouver un certain soulagement en entendant le chevalier de la table ronde reconnaître que, en effet, il n'avait rien pour la retenir de disposer. Elle le montra le moins possible, mais elle se sentait réellement rassurée par sa réponse. Elle devait bien le reconnaître, sa présence la rendait véritablement nerveuse, et elle avait toutes les peines du monde à ne pas le montrer. Elle ne savait pas ce que l'avenir lui réservait, mais elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer que, un jour Guenièvre découvrirait la vérité sur ses intentions, d'une façon ou d'une autre. Après tout, inévitablement, si Ena et elle parvenaient à les fins, la reine (qui ne le serait plus alors), ne pourraient qu'en être informée), et elle se disait que si quelqu'un pouvait dévoiler la vérité avant l'heure, gâcher ses plans, représenter une réelle menace, c'était bien l'homme qu'elle avait face à elle. Elle préfèrerait un adversaire moins redoutable. Même si pour le moment, il n'avait apparemment rien contre elle, elle l'imaginait capable de trouver les preuves qui l'arrangeraient à un moment ou à un autre. Il allait lui falloir se montrer attentive, vigilante. Et pour le moment, elle n'était pas prête, aussi ne demandait-elle qu'à se soustraire à la présence de son interlocuteur. Elle avait bien compris que si elle voulait passer outre ses suspicions, il fallait qu'elle-même trouve des armes à lui opposer, et elle y comptait bien. Elle n'avait pas l'intention de le laisser faire. Mais pour l'heure, elle se sentait en désagréable situation d'infériorité. Et ce n'était certainement pas cette conversation ou l'attitude de son interlocuteur qui pouvait la convaincre du contraire.

-Les tâches que j'accomplis pour notre reine n'ont rien d'une corvée à mes yeux
, répliqua-t-elle en réponse à son propos méprisant. Je m'en acquitte au mieux, et j'en suis très heureuse, affirma-t-elle. Tout comme j'ose croire que vous ne considérez pas vos missions pour le roi comme une corvée.

En disant cela, elle sous-entendait que si elle était au service de la reine et tenue de lui obéir, lui était au service du roi. Son titre était peut-être plus prestigieux, mais en définitive, leur situation n'était pas différente. L'un comme l'autre, ils étaient des assujettis volontaires, et elle refusait de se laisser regarder de haut par un homme qui, à ses yeux, ne méritait aucun respect, de la part de qui que ce soit. Le jour où elle parviendrait à ses desseins. Elle comptait bien le lui faire amèrement payer.

-Sur ce, je vous souhaite une bonne journée.
Et elle n'en pensait rien, bien évidemment. Puissiez-vous mériter un tel souhait.

Et ce n'était pas le cas. Il méritait plutôt un mépris identique, si ce n'est plus violent, à celui qu'il n'avait de cesse que de lui adresser, suffisant qu'il était.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La cible n'est pas toujours la bonne (Manon :3)
» La première impression est toujours la bonne ... [Maddy ♥]
» [TERMINÉ] Expédition à trois dans le Labyrinthe, pas toujours une bonne idée.
» Il y a toujours une bonne excuse || Mark
» La vérité n'est pas toujours bonne à dire [Mentos-Ecly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Camelot :: Cité de Camelot-