Partagez | .
 

 La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 821

Message#Sujet: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Mer 30 Mar - 22:21


La vengeance est une affaire de famille
L

es présages étaient trop précis pour qu'il puisse s'agir d'une erreur. Son fils était en vie. Quand Morgane avait eu cette révélation, elle avait certes senti son cœur (que d'aucuns pourraient pourtant croire de glace) se serrer puis battre à tout rompre, mais l'émotion qu'elle avait éprouvé ne relevait pas vraiment de la surprise, plutôt du soulagement et de la patience. Rien n'avait laissé supposer, pourtant, que Mordred ait pu survivre au sort funeste qu'Arthur lui avait réservé, et pourtant, au fond d'elle, elle l'avait senti, son fils, la prunelle de ses yeux, était toujours en vie. Dix-huit années durant, cette certitude l'avait portée comme aucune autre n'aurait su ni ne saurait plus jamais le faire, et aujourd'hui, la vérité donnait raison à ce qui aurait pu passer pour les obsessions et divagations d'une mère qui n'avait jamais su faire le deuil de son enfant. Il était là, bien vivant. Elle l'avait d'abord observé à distance, pour mieux s'assurer de ne pas se tromper. Mais il n'était plus question de rester à l'écart, à présent. L'heure était venue. Celle des révélations, pour lui. Celle des retrouvailles pour elle. Si tout se passait comme prévu, du moins. S'il répondait, donc, à l'invitation qu'elle lui avait adressé anonymement, le sommant de se rendre de toute urgence à Tintagel, sans plus d'explications. Mais il viendrait. Elle le sentait. Elle en avait la même intuition que celle qui l'avait poussé à le croire en vie toutes ces années... Elle ne pouvait pas se tromper.

Pourquoi Tintagel ? Et pourquoi, plus spécifiquement près des ruines du château où Morgane avait passé sa prime enfance ? Ce château dévasté par les guerriers saxons ? Parce que c'était ici que tout avait commencé. Et si Mordred devait vraiment comprendre, s'il devait vraiment accepter tout ce qu'elle devrait lui dire, alors c'était ici, nulle part ailleurs. Les bras croisés, elle guetta donc le moindre bruit, le moindre mouvement. Elle savait ce que cela faisait d'attendre, elle attendait le trépas et les tourments d'Arthur Pendragon depuis si longtemps... Mais cette sorte d'attente immédiate, qui entraîne autant de doute que d'impatience, elle l'aurait presque oubliée. Puis, enfin, il arriva. Un sourire, pour une fois sincère, se déposa sur les lèvres de Morgane. Il était bien là, face à lui, et cette fois, son regard pouvait le toiser pour la toute première fois. Elle découvrait enfin un visage qu'elle aurait toujours dû connaître.

-Je savais que tu viendrais.
dit-elle en se rapprochant d'elle, l'observant de plus près. Il était bel et bien là, face à elle. Tout prenait un nouveau sens, dorénavant et cette rencontre, Morgane en était persuadée, bouleverserait plus d'une vie. À commencer par les leurs, bien sûr. Je t'attends depuis si longtemps. Elle frôla son visage du bout de ses doigts. Mordred.


code by Mandy



Dernière édition par Morgane de Gorre le Jeu 21 Avr - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecuyer (peuple)
avatar
Feat : Gaspard Ulliel

Messages : 224

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Dim 17 Avr - 19:46



La vengeance est une affaire de famille

Les projets de Mordred étaient très clairs : trouver sa place à Camelot, une place de choix si possible, et devenir, sous les bonnes grâces du roi, l'un des chevaliers vénérés de la table ronde. Dans son état d'esprit actuel, et d'autant plus d'ailleurs depuis qu'il était arrivé à la cité quelques jours auparavant, rien ni personne ne pourrait contrecarrer ce fort désir et ce que la puissance de ses convictions lui permettrait d'accomplir. Mais rien ni personne, c'était sans compter sur sa propre mère ainsi que sur ses véritables origines que cette dernière ne manquerait pas de lui apprendre. Pour l'heure cependant, rien de tout cela n'était en action, et ses aspirations premières étaient inchangées. Il appréciait à leur juste valeur tous les instants qu'il passait dans la cité royale et se délectait des plaisirs que savait lui procurer une ville d'une telle ampleur. Il ne perdait certes jamais de vu ses intérêts premiers, mais il ne se privait pas de vivre de bonnes chairs, dans tous les sens du terme, en attendant que l'heure vienne de faire ses preuves face à la chevalerie royale. Il était d'ailleurs en charmante compagnie, occupé à s’abreuver de passion charnelle, lorsqu'un corbeau se posa sur les rebords de la fenêtre de bois, l'observant d'un œil froid et inquisiteur. A sa patte était accroché un message qui lui était très clairement destiné et qui ne manqua pas de faire naître en lui moult questions.

Mordred n'avait aucune foutre idée de l'identité de la personne qui le sommait ainsi de se rendre à Tingadel, mais l'intérêt qu'il montrait à cette missive était plus fort que lui. Il sentait, en son fort intérieur, que ce rendez-vous serait d'une grande importance et qu'il marquerait un tournant capital dans son quotidien. Après tout, il n'avait aucune raison de craindre un quelconque piège ou il ne savait quoi d'autre. Pour ce qu'il savait, il n'avait jamais fait de mal répréhensible à personne. Ce qu'il allait apprendre une fois arrivé là-bas en revanche lui prouverait le contraire puisque sa naissance elle-même lui était reprochée. Mais pour l'heure, dans l'ignorance la plus totale, à ce sujet, comme à celui de ce rendez-vous des plus mystérieux, il se mettait en route, non sans avoir convenablement remercié la demoiselle qui lui avait offert un moment bien agréable.

Il fallu à Mordred une bonne dizaine de jours pour se rendre au lieu convenu par le total inconnu, un temps durant lequel il avait pu s'inventer tout un tas de pronostics quant aux raisons de ce rendez-vous ainsi qu'à l'identité de son futur interlocuteur. Il était en vérité dans le flou le plus total, mais l'excitation se faisait sentir en lui et, curieusement, son cœur battait comme jamais il ne l'avait fait encore jusqu'alors. Lorsqu'enfin son cheval s'arrêta aux abords des ruines du château convenu dans le parchemin, ce fut une femme qu'il trouva face à lui. Il mit un temps avant de mettre pied à terre, observant d'un œil intense ce visage qui dix-huit ans plus tôt avait été le tout premier qu'il avait vu. Il n'était vraiment sur de rien, mais il croyait se souvenir. Peut-être. Son regard ne quitta pas les yeux de la femme lorsque cette dernière s'approcha de lui une fois qu'il eut, enfin, quitté sa monture.

- Qui êtes-vous ? demanda t-il en réponse aux paroles de son interlocutrice, non sans prendre entre ses doigts la main que la femme faisait glisser sur sa joue.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 821

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Jeu 21 Avr - 21:15


La vengeance est une affaire de famille
L'

hypocrisie était une seconde nature chez Morgane, elle déposait à sa guise sur son visage le masque qui convenait à la situation à laquelle elle était confrontée et à l'interlocuteur qu'elle avait face à elle, au point qu'il lui devenait difficile à elle-même de se supposer la moindre émotion humaine. Pourtant, elle était bien loin d'en être exempte, sans cette colère profonde et profondément humaine qui l'animait sans cesse à l'adresse de son demi-frère, n'aurait-elle pas négligé ses projets de vengeance depuis bien longtemps, au lieu d'insister à ce point ? Oui, Morgane de Gorre était bel et bien capable de réelles émotions, mais rares étaient ceux qui pouvaient avoir l'opportunité de les voir s'exprimer. Mordred serait de ceux-là. La joie qu'elle éprouvait à l'idée de le retrouver était certes celle d'une femme ignoble ravie d'avoir enfin retrouvé l'instrument ultime de sa vengeance, mais surtout celle d'une mère heureuse d'avoir enfin retrouvé son fils. Après ces années de séparation, après que l'idée du deuil n'ait pu que la traverser. À ses yeux, le fils prodigue, celui que son cœur de mère était à jamais destiné à aimer, ce n'était pas ce fils légitime que lui avait donné son convenable mais non aimé mari, c'était bel et bien le jeune homme dont elle découvrait pour la première fois d'aussi près les traits fins du visage, ces traits d'une beauté remarquable, qui avait dû lui valoir plus d'une conquête. Qu'il avait belle allure, son fils ! De quelle autre manière aurait-elle pu l'imaginer que de celle qu'il lui apparaissait. Il était l'image-même de tout ce qu'elle avait pu espérer. Elle ne quittait pas son regard, qui lui-même soutenait le sien, quand il lui posa la question qu'il ne pouvait évidemment que se poser. Qui donc était cette femme qui se permettait avec lui tant de familiarité, et lui imposait une si longue course pour la rejoindre ?

-Il ne m'a pas fallu une seconde pour te reconnaître, et pourtant, tu ignores qui je suis.
dit-elle sans perdre son fin sourire.

Et en même temps, elle voulait envisager qu'une part de lui la reconnaissait bel et bien, ce geste à son adresse, alors qu'il avait pris entre ses doigts les mains qu'elle avait déposé sur ses joues, en était un témoignage inconscient, pour elle. Il aurait pu se montrer hostile et méfiant, mais elle avait le sentiment que ces émotions n'étaient pas celles qui le dominaient, plutôt une curiosité, une volonté de savoir que Morgane ne demandait qu'à assouvir. Et pour cause, elle avait le sentiment d'attendre ce moment depuis toujours. Même s'il n'aurait jamais dû avoir lieu. Car ils n'auraient jamais dû être séparés.

-Mais c'est normal, j'imagine. Comment pourrais-tu reconnaître celle qui t'as mis au monde alors qu'on t'a si vite arraché à elle ?



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecuyer (peuple)
avatar
Feat : Gaspard Ulliel

Messages : 224

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Sam 28 Mai - 0:46



La vengeance est une affaire de famille

De tout ce qu'il avait pu s'imaginait durant son voyage jusque Tintagel, Mordred n'avait pas même songé une seule fois faire face à une femme. C'était sans doute idiot, mais il avait imaginé, et sans doute même espéré, un test quelconque de la chevalerie dans le but de savoir s'il était digne de cette dernière ou non. Seulement, à bien y réfléchir, son intérêt pour le métier en question était encore trop peu connu à Camelot pour que cette option ait pu voir le jour. Il s'était en définitive uniquement raccrocher à la seule option éventuelle qui lui était passé à l'esprit, puisqu'en effet, il n'y avait pas de doute la dessus, il était bien loin de se douter que la personne qui l'avait convoqué n'était autre que sa propre mère, celle qu'il pensait morte faute d'informations à son sujet. Son père adoptif n'avait jamais été très bavard à ce sujet. Il savait ne pas être son fils biologique mais la présence de l'homme au quotidien dans son sillage avait fait de lui un père digne de ce statut et c'était bien là tout ce qui importait. Puisqu'il n'avait pu s'imaginer une autre vie auprès d'autres personnes, il s'était contenté, sans aucune plainte, du foyer qui lui était donné. Il lui était arrivé de se poser quelques questions, bien entendu, mais l'absence total d'indice l'avait finalement poussé à embrassement la vie que lui avait offert Nabur dans sa globalité. Jusqu'à preuve du contraire, il était son fils, mais preuve du contraire il y avait à présent.

Mordred n'était certain de rien, mais s'il y avait bien un visage qu'il nous été impossible d'oublier au cours de notre vie, c'était le tout premier que l'on ait vu. Reconnaître son interlocutrice serait un bien grand mot, mais il avait cette intuition, cet instinct qui lui faisait croire que cette femme était importante pour lui. Comme il n'avait la certitude de rien et qu'il n'aimait pas particulièrement se sentir ainsi bouleversé intérieurement, il posa purement et simplement la question. Qui était-elle ? Quand bien même la femme au sourire apaisant n'en vint pas tout à fait directement au but, sa réponse fini par arriver . Mordred eut le temps d'avoir l'air interrogateur à sa première remarque, mais il eut à peine le temps de hausser les sourcils que déjà la bombe tombait. Le jeune homme resta prostré face à la femme un instant et il lui sembla que son cœur manqua plusieurs battements. C'était donc ça ce qu'il ressentait en lui, cette impression de connaître ce visage, depuis toujours, et ce besoin de garder le contact de ses mains dans les siennes. Il les lâcha pour autant à cette instant, comme pour se donner plus de contenance.

- Qu'est-ce qui me prouve au juste que vous êtes celle qui m'a mis au monde ? demanda t-il calmement avec une méfiance à demi feinte. Il souhaitait bien évidemment en avoir la preuve avant de connecter les informations dans son cerveau, mais ce qu'il se passait au cœur de sa poitrine n'en était-elle pas déjà une ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 821

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Sam 28 Mai - 14:03


La vengeance est une affaire de famille
M

organe ne lâchait pas son fils du regard, guettant sa réaction non sans une certaine appréhension. Si la fée prenait grand soin d'avoir autant de contrôle possible sur tout ce qui l'entourait, elle ne manquait pas de le perdre quand elle se retrouvait en présence du seul être qui sache compter à ses yeux, bien plus que son fils légitime. Elle avait brûlé d'impatience à l'idée de revoir, elle n'espérait que de pouvoir le prendre dans ses bras, mais elle savait bien que ce qui était évident pour elle ne le serait pas tant pour lui. Elle aurait aimé qu'il la reconnaisse en un regard, qu'il sache instinctivement qu'elle ne lui mentait pas (et une part d'elle voulait croire que son attitude témoignait d'une telle chose), mais si elle était certaine qu'elle aurait pu le distinguer entre mille, il n'avait pas de raisons de la croire sur parole, ce serait même naïf que de le faire, et même si Morgane, alors que les mains de son fils lâchaient les siennes et qu'il exigeait une preuve, aurait voulu qu'il sache d'instinct à qui il avait à faire, elle était quand même satisfaite de savoir que son fils n'était pas sot au point d'accorder une confiance aveugle à une femme qu'il ne se souvenait pas avoir déjà vu et qui lui affirmait être sa mère. Il avait besoin d'être convaincue, Morgane le comprenait, elle s'était préparée à cette éventualité, avait eu conscience qu'il faudrait en passer par là, mais tout de même, une simple étreinte qui se serait muée en certitude aurait pour elle était la plus belle des retrouvailles.

-Tu étais si petit... Je ne peux rappeler à toi d'aussi anciens souvenirs.
reconnut-elle, toujours le même sourire sur le visage, quoi qu'il advienne, car rien ne pourrait altérer le bonheur qu'elle éprouvait à l'idée d'avoir enfin retrouvé Mordred. Mais je peux te faire partager les miens.

Avec douceur, elle déposa une main sur son front. La magie, en de telles circonstances, avait ses avantages, et Morgane ne remercierait jamais assez Viviane pour tous les dons qu'elle lui avait octroyé. Se concentrant sur le souvenir spécifique de ce jour où elle l'avait tenu dans ses bras pour la première fois (qui ne lui était pas difficile à invoquer, il lui revenait régulièrement à l'esprit, moteur de sa soif inaltérable de vengeance). C'était une image très simple, l'enfant dormait dans ses bras, et elle se contentait de le bercer doucement contre elle, rien de plus, rien de moins, mais c'était l'un des rares moments qu'on lui avait accordé de passer avec Mordred. Elle laissa ces images s'immiscer dans les pensées de son fils, pour qu'il soit à même de les visualiser aussi bien qu'elle. Cela ne lui suffirait peut-être pas, mais c'est ce qu'elle avait comme plus honnête preuve de sa parole.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecuyer (peuple)
avatar
Feat : Gaspard Ulliel

Messages : 224

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Jeu 6 Oct - 22:16



La vengeance est une affaire de famille

Mordred n'était pas particulièrement du genre à se laisser décontenancer. D'une fierté non négligeable, il avait même plutôt tendance à retourner le malaise vers son interlocuteur, à coups de ce que l'on pouvait appeler – avec une légère prétention, certes – de la manipulation perverse. Le jeune homme n'avait jamais eu l'occasion de se montrer mauvais, au sens brut du terme, envers qui que ce soit et il était même plutôt de nature serviable et aimable, mais il n'avait pas encore fait face à ses racines, celles qui changeraient à coups surs la donne au niveau de son caractère. Les uniques méfaits qu'il avait pu faire par le passé n'avaient jamais dépassé le renversement de situations malaisantes et déplaisantes. Tout était bon alors pour rendre de lui même sa vie la plus facile possible. Mais, encore une fois, à présent que la vérité était sur le point d'éclater, la notion même de facilité ne serait plus qu'un lointain souvenir et plus rien ne pourrait ressembler à ce qu'il avait pu vivre jusqu'alors, y compris le pourcentage du mal qui se trouvait en lui. Et il semblait donc que le processus commençait par le fait de se laisser décontenancer pour la première fois sans rien faire pour changer cela.

Non que Mordred avait peur de l'inconnu, découvrir de nouvelles choses avait même toujours été un plaisir pour lui, mais il existait tout de même quelques « petites » affaires qui s'avalaient automatiquement de travers. Les souvenirs que la femme sous ses yeux incorpora en lui par le simple toucher en faisaient très clairement partie. Certes, il avait sa réponse, rien ne pouvait entraver ce que faisaient naître en lui ces quelques images. Le doute jusqu'alors n'était déjà pas bien grand, il se trouvait à présent réduit à néant. Elle disait vrai, elle était sa mère. Son regard plongé dans celui de cette femme, il y a peu encore inconnue à ses yeux, mais pourtant si présente dans les tréfonds de son cœur, la seule chose qui lui vint alors à la bouche furent ces quelques mots :

- Où étais-tu ?

Mordred n'avait jamais manqué de rien durant son enfance et il avait même eu la chance de grandir aux côtés d'un père aimant. Quoi que veuille dire ces souvenirs d'ailleurs, *** resterait sans contexte l'homme qui avait prit soin de lui et qui lui avait apporté tout ce dont il est nécessaire à un enfant. Mais tout de même, lui, qui ne s'était posé que très rarement la question, voulait à présent tout savoir. Celle qui l'avait mis au monde, quand bien même elle n'avait été présente à ses côtés que lorsqu'il n'était pas encore en mesure de se souvenir de quoi que ce soit, se trouvait en face de lui, là, sous son nez, et c'était là le plus beau cadeau que la vie avait pu lui faire jusqu'à présent. Prostré malgré tout, il était incapable de faire le moindre geste vers celle qu'il appellerait sans aucun doute très vite « Maman ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 821

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Ven 7 Oct - 15:51


La vengeance est une affaire de famille
I

l y a certaines choses qui ne sont pas explicables, qui ne sont pas justiciables, qui ne reposent que sur l'émotionnel pur et rien d'autre, même Morgane, qui pourtant était une calculatrice-née et ne laissait que rarement ses émotions prendre le pas sur ses actions et décision, le reconnaissait sans mal, et surtout en cet instant. Car pour elle, le lien qui unissait un mère et son enfant faisait partie de ces éléments irréfutables et pourtant si difficilement explicables en de simples mots (enfin... c'était peut-être là une information à relativiser au vu du peu de cas qu'elle faisait par contre de son autre fils, Yvain). Le jeune homme face à elle était son fils, et elle n'aurait pas eu la moindre preuve de cela qu'elle était convaincue qu'elle l'aurait reconnu tout de même. Parce que c'était évident. Tout comme elle voulait croire que l'évidence était entière pour son fils aussi. Les souvenirs qu'elle avait partagés avec lui n'étaient que des images qu'elle aurait tout à fait pu façonner à sa guise pour mieux convaincre Mordred, mais elle était convaincu que ce n'était pas nécessaire, car s'il ne voulait pas se laisser prendre trop facilement à un quelconque piège, le fils avait reconnu sa mère, et c'était le plus beau cadeau qu'il puisse lui faire. Il n'émit plus aucun doute après cela, et c'eut pour effet d'étirer les lèvres de Morgane en l'un des sourires les plus tendres et sincères qu'elle ait jamais affichés de toute existence. Personne d'autre au monde, sans doute, ne goûterait à ce sourire-là, car Mordred était le seul qui sache ainsi lui inspirer un bonheur sincère, une émotion qu'elle n'avait pas à feindre.

Où était-elle ? Si Morgane ne perdait pas son sourire, la question demeurait difficile à entendre. Où était-elle ? Trop loin de lui quand elle n'aurait jamais avoir eu de cesse que d'être sans son sillage. C'était l'un de ses plus grands regrets, si ce n'est le plus grand : toutes ces années gâchées, perdues, évanouies... Elle n'avait pas su le protéger convenablement. Elle avait sous-estimé Arthur, et aujourd'hui, elle devait reconnaître ses torts en même temps que ceux du père du jeune homme... Qui étaient tout de même ceux sur lesquels elle se concentrait davantage. Car il était le vrai responsable de son absence. Elle l'avait haïe bien avant Mordred, mais c'était après lui que sa haine avait atteint son paroxysme. Au nom de cet enfant que, jusqu'ici, on ne l'avait autorisé à aimer qu'à distance, une distance qu'on avait voulu lui faire croire infranchissable.

-Trop loin...
, répondit doucement Morgane, une sincère amertume dans la voix. Ton père ne voulait pas que tu vives. Peu après ta naissance, pour être sûr de se débarrasser de toi, il a fait envoyer tous les enfants nés le même jour que toi dans un bateau destiné à couler. Son sourire se fit plus douloureux. Ah, elle avait bon dos, la bonté proverbiale de son cher demi-frère ! Tu as été déclaré mort en même temps que les autres. Elle marqua une légère pause avant de reprendre. J'étais certaine que tu vivais encore, je le sentais. Je t'ai longtemps cherché, Mordred. Tu ne saurais imaginer combien je suis heureuse de t'avoir retrouvé.

Il n'y avait pas de malice dans le ton de sa voix. Cette fois, elle ne cherchait pas à manipuler son interlocuteur. Bien sûr, elle voulait qu'il haïsse Arthur autant qu'elle, mais pas par obligation, parce que la justice qu'elle tenait à rendre n'était plus seulement la sienne depuis longtemps : elle était la leur.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecuyer (peuple)
avatar
Feat : Gaspard Ulliel

Messages : 224

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Dim 8 Jan - 23:48



La vengeance est une affaire de famille

C'était donc bien là le rendez-vous le plus inattendu mais surtout le plus beau qu'on lui ai jamais donné. L'être tout entier de Mordred était enflammé par diverses émotions, mais aucune d'elle n'était néfaste. Il savait, il sentait que jamais personne ne lui avait porté autant d'amour que la femme qui se trouvait sous ses yeux, quand bien même elle avait été aux abonnées absentes jusqu'à ce jour. Ce qu'il lisait dans son regard était sans pareil. Il se trouvait tout simplement incapable de ressentir la moindre rancœur envers elle. Cela ne l'empêchait cependant pas de vouloir comprendre ce qui les avait tenu éloignés l'un de l'autre tout ce temps. Il avait certes eu une belle vie jusqu'ici, remplie de l’insouciance de l'enfance et de l'amour de son père adoptif, mais le puzzle n'avait jamais été complet, il le comprenait à présent. Il allait pouvoir y déposer la dernière pièce aujourd'hui, et alors seulement sa vie pourrait pleinement se mettre en route. Aux côtés de sa mère, la plus splendide femme qu'il n'ai jamais vu, il y comptait bien.

Le récit que lui offrit alors Morgane était rude. Les fondements mêmes de son existence, déjà chamboulés par l'arrivée de cette dernière en son sein, s'effondraient à présent. Il n'avait pas été désiré par son véritable père, un homme dont il ne connaissait strictement rien et qui, de son côté, n'avait apparemment pas eu l'envie de le connaître lui. Si peu désiré qu'il avait été déclaré mort, donc. Mais qui pouvait bien être son géniteur pour avoir autant de pouvoir ? Comment diable avait-il pu mettre en place un plan aussi diabolique ? Avec quelles ressources ? Il y avait encore bien trop d'inconnus dans toute cette histoire. L'unique chose tangible restait encore la femme sous ses yeux, et les informations qu'elle lui apportait n'étaient malheureusement encore qu'un amas de mots entourés de brume.

- Qui était-il ? demanda t-il simplement.

Il se trouvait bien incapable de formuler des phrases plus développées. Il n'aspirait qu'à comprendre et plus ses interrogations seraient claires, nettes et précises, plus vite il serait servi. Tout du moins, il l'espérait. Il se rendait bien compte qu'il ne répondait pas aux paroles réconfortantes de sa mère, comme quoi elle n'avait cessé de le chercher et qu'elle ne pouvait être plus heureuse aujourd'hui à présent qu'elle l'avait retrouvé. Trop obnubilé par le besoin de comprendre, il en oubliait presque la présence de celle qui l'avait mis au monde, ce qui pourtant lui réchauffait le cœur bien plus qu'il n'aurait cru cela possible un jour. Au fond de lui, il aurait voulu lui offrir un geste affectueux, n'importe quoi, mais il était sans doute encore un peu trop tôt pour cela. Peut-être les choses couleraient bien plus de source lorsque tout serait clair dans son esprit. Quand cet instant serai venu, alors il pourrai prendre les mains de sa mère dans les siennes et lui dire qu'il était ravi qu'elle l'ait enfin retrouvé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée (être magiques)
avatar
Feat : Eva Green

Messages : 821

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   Lun 9 Jan - 18:01


La vengeance est une affaire de famille
E

n réponse au récit que Morgane venait de faire à ce fils si longtemps cherché et enfin retrouvé, Mordred se contenta d'une seule phrase, une question, en fait. C'était peu, en-deçà de ce que Morgane avait envie de l'entendre dire. Elle aimerait tant que le jeune homme puisse immédiatement la reconnaître en tant que mère, comme elle-même reconnaissait Mordred dans l'instant comme son fils, comme sa chair et son sang, et le seul être au monde qu'elle aimerait entièrement, sans concessions et sans méprise possible. Mais elle savait qu'elle devait laisser du temps à Mordred, même si ça lui était des plus difficile. Et pour cause, elle avait le sentiment d'avoir attendu son retour toute sa vie, mais le jeune homme, de son côté, n'avait pas espéré le retour de sa génitrice dans son existence. Elle devait se montrer patiente, et en attendant, elle répondrait au mieux à toutes les questions que lui poserait son fils. Il était resté trop longtemps dans l'ignorance. Il était temps pour lui de découvrir la vérité dans son entièreté, dans ses aspects les plus sombres, il était temps de donner à Mordred la possibilité de prendre sa revanche sur la vie, et en cela, Morgane comptait bien l'aider. Le bonheur de leurs retrouvailles finirait peut-être par être complètement partagé, pour cela, il fallait qu'elle accorde à Mordred le privilège de la vérité, ce privilège qu'elle était ravie de pouvoir lui accorder dans son entièreté. Ce fut non sans un malin plaisir, donc, qu'elle apprit à Mordred l'identité de son père, l'identité de l'homme qui les avait séparés tous les deux, l'homme cruel qui avait voulu l'assassiner alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson... Il était normal qu'il s'interroge, non seulement parce que cet homme avait fait preuve d'une cruauté sans nom, mais aussi parce qu'il devait forcément deviner que cet homme était fort et influent pour avoir pu donner de telles directives dans l'unique but de se débarrasser de son gêneur d'héritier (qui referait bientôt surface, quel doux supplice ce serait pour Arthur).

-Son nom ne te sera pas inconnu.
Elle afficha un sourire empreint de rancœur. Il ne l'est à personne, d'ailleurs. À son grand dam, car cet homme méritait pourtant de sombrer dans l'oubli, pas de gouverner le peuple. Il ne méritait pas d'exister du tout, d'ailleurs. Sa vie, en soi, était une erreur innommable. Mais celle de Mordred la rattrapait quelque peu. Il s'agit de notre roi, Arthur Pendragon. Elle marqua une pause afin de laisser à son fils le temps d'encaisser la nouvelle. Elle se doutait que ce ne serait pas des plus simple pour lui que d'accepter cette vérité qui était loin d'être moindre. De jeune homme sans histoire, il devenait fils de roi, et même, le seul héritier direct d'Arthur pour l'heure. Il paiera pour ce qu'il a fait, je te le promets.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vengeance est une affaire de famille [pv Mordred]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les deux plus grands voleurs de l'histoire du pays... une affaire de famille
» Affaire de Famille | Enya
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Île :: Tintagel-