Partagez | .
 

 Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]   Lun 16 Nov - 18:58


Duplicité, quand tu nous tiens
L

e voyage de Manon et Ena, dont elles étaient revenues la veille, s'était déroulé pour le mieux, et s'était même avéré des plus fructueux, puisque la belle dragonnière, qui pouvait à plus forte raison être nommée comme telle, avait trouvé le fruit de ses recherches, un oeuf de dragon en bonne et due forme, qui présageait le meilleur pour la suite. Ce voyage leur avait fait du bien. Il était manifeste qu'elles avaient besoin de passer un peu de temps loin de Camelot, Ena pour satisfaire sa soif d'aventure, Manon pour oublier un temps cette culpabilité qui autrement la tenaillait. Et cela avait été plutôt efficace. Dans le cas de la servante de la reine, en tous cas, qui, durant ces quelques jours, avait su oublier Guenièvre, ses remords et la paranoïa à laquelle elle était instantanément sensible, sitôt qu'elle mettait un pied au château. Mais tout à une fin, et la sorcière et la druidesse étaient à nouveau de retour au royaume. Certes, Manon aurait apprécié de prolonger ce voyage, que Guenièvre avait eu la bonté d'âme d'approuver (bonté d'âme qui était sa plus grande qualité, mais un défaut certainement quand on savait qu'elle reposait, vis à vis de Manon, sur une affection certes réciproque, mais qui n'était pas méritée le moins du monde), mais elle était tout de même heureuse d'être de retour au bercail. Si elle avait autrefois eu cette soif d'autres horizons, cette-dernière ne lui était plus tant familière à ce jour. Sa vie était imparfaite, mais elle se satisfaisait aisément de ce qu'elle possédait. Même si l'équilibre sur lequel elle daignait se reposer était ce qu'il y a de plus fragile. À tous moments, l'édifice pouvait s'effondrer, et il se pourrait bien qu'il le fasse bien trop rapidement... Elle n'avait pas mis longtemps à comprendre que les rumeurs qui l'avaient hantée avant son départ de Camelot ne s'étaient pas calmées, bien au contraire, le bruit courait toujours que la mort prématurée de l'héritier au trône aurait des origines surnaturelles. Rien qui ne puisse arranger Manon, qui se savait par ailleurs déjà dans le collimateur de Gaspard, ce chevalier de la table ronde qui ne voulait pas la lâcher d'une semelle.

Elle avait donc éprouvé une certaine appréhension à l'idée de retourner au château, et d'assumer ses responsabilités, négligées l'espace de quelques jours, et ce n'était pas seulement parce qu'elle envisageait la charge de travail à rattraper. Néanmoins, aussi contradictoire cela pouvait-il sembler, Manon était également heureuse de retrouver Guenièvre. C'était le pire dans tout cela. Tout aurait été bien plus simple si elle avait su haïr sa souveraine, comme elle en avait sûrement été plus que capable autrefois. Il était encore tôt ce jour là, peu de temps après que la servante ait peu à peu repris ses habitudes, quand elle croisa, au détour d'un couloir, le chemin d'Arthur Pendragon. Manon se permit de l'alpaguer avec déférence, s'inclinant comme il se devait devant son roi.

-Bonjour majesté. Madame la reine est-elle déjà réveillée ?


Dans le cas contraire, elle s'abstiendrait de la déranger.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]   Mer 18 Nov - 22:16

Arthur était revenue de mission tard dans la nuit. Le jeune souverain avait du s'absenter quelques temps car il avait sans doute localiser par une patrouille une grotte non loin du royaume qui  avait sans doute abrité les hommes en noir qui avait lancée une récente attaque envers Camelot. Le roi avait juger donc qu'il était préférable d'aller sur les lieux à priori d'après Sire Gauvin désormais  désert afin de récolté davantage d'informations.  Cependant, le roi n'était pas rentrée à Camelot les mains vide. Non en effet. Arthur avait rapporter de son expédition un brin suicidaire une cape de  voleur noire sans doute utiliser par ses étranges individus et un grimoire. Qu'il avait eut la bonté de confier sagement a Merlin. Préférant garder toutefois ses distances envers la Magie Arthur avait décrété que Merlin pourrait demander de l'aide à Gaïus afin de traduire l'étrange l’aiguage runique qui ce trouver à l’intérieur de l'ouvrage sans doute maudit. Malgré qu'il est réinstaurer l'usage de la magie dans Camelot depuis peu, Arthur n'oubliais pas que la magie n'était pas forcément bénéfique. Ce serait être tout simplement idiot  - hors précisions qu'Arthur était loin de l'être.   Merlin avait donc emporter la veille les éléments magique chez Gaïus afin d'éclaircir le plus rapidement possible les zones d'ombres sur ses mystérieux individus.  

Cette histoire avait travailler l'esprit d'Arthur toute la nuit. Et si ses personne là avait un lien à voir avec le meurtre de son fils. Après tout la probabilité était fort possible puisque leurs lieux de résidence secondaire ce trouver à quelques mètres de Camelot et avec les couleurs sombres de leurs vêtements les hommes avaient pu facilement ce frayer un chemin à travers la forêt pour ensuite faire usage de la magie pour s’infiltrer dans le château endormis avec la facilité d'une enfant. Arthur voulait être sur de ne passer à coté d'aucuns éléments. Aussi le roi avait-il vu en revu tout les passages suspect et inhabituel qu'il avait pu constater ses derniers jours au seins du château. Il était même aller jusqu'à consulté le registre. Il soupçonnait même une personne de confiance qui autant lui ou sa femme coutoyaient fréquemment au quotidien. Qui les connaissaient même très bien. Après tout cela était déjà arriver par le passé avec la trahison de Morgane il y a quelques années maintenant. Les trace du passé avait mûrir Arthur qui en garder encore certaine séquelle qu'il garder secrètement pour lui. Le roi savait que la magie pouvait avoir un visage parfaitement commun. D'ailleurs avant qu’il ne frôle lui même la mort, Arthur n'aurait jamais pu imaginer que son propre serviteur possédait lui même quelques talents hors du commun. Ce qui parfois pouvait expliquer l'inexplicable.

Le roi sortait de ses appartements d'un pas décider afin de voir si le médecin de la cours allait apporté du nouveau sur les derniers éléments rapporté la veille de la grotte. Arthur n'était pas connu pour sa légendaire patience, et sa Merlin était sans doute le premier pour le confirmer. D'ailleurs ce qui avait sans doute pousser Arthur à abandonner son lit à l'aube c'était que son serviteur adorer était en retard, hors cela ne ressemblait pas du tout au jeune magicien qui était de nature ponctuelle dans son travail. Qu'il menait habituellement à bien. Songeant à ce que Gaïus allait dire Arthur n'aperçue pas dans l’immédiat la servante de sa femme revenue de son voyage.  Le roi ne l'attendait pas avant une bonne dizaine de jours. Alors que les deux corps ce percutèrent la jeune servante ne pu s'empêcher d'exécuter une légère révérence.

- « Manon » s'exclama t-il avec surprise qui était facilement lisible sur son visage qui affichait des yeux pétillant.  « Ma femme dort encore mais je crains qu'a son réveil elle ne requiert rapidement tes services mais aussi ta présence. Tu as toute une corbeille de linge salle qui n'attendait que ton retour. J'espère toutefois que ton voyage c'est bien dérouler et que tu n'as rencontrer aucun problème majeur. Sinon merci de m'en faire part » Arthur savait que la jeune femme avait besoin de ce voyage et que sa lui avait fait sans doute le plus grand bien. Toutefois il ne pouvait cacher à personne qu'il était heureux que Manon reprenne rapidement des services auprès de sa femme qui semblait énormément apprécier la compagnie de la jeune femme. Chose qui soulager le roi. La savoir à nouveau à Camelot lui faisait également du bien. Toutefois Arthur ne la connaissaient suffisamment pas assez pour savoir si Manon était une personne de confiance. La jeune femme intriguer Arthur mais il n'aurait su dire pourquoi. Elle semblait dégager une sorte de magnétisme inexplicable. Avec le temps Arthur serait sans doute apprécier la jeune femme à a sa juste valeur en tout cas il lui était reconnaissant de toute l'aide et tout le soutiens quelle apposée à sa femme depuis qu'elle travaillait pour eux et sa Arthur lui serait à jamais reconnaissant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]   Ven 20 Nov - 19:39


Duplicité, quand tu nous tiens
M

anon hocha la tête avec compréhension quand le roi lui apprit que son épouse était encore couchée, mais qu'elle aurait tôt fait de réclamer ses services et sa présence. C'était, à dire vrai, une perspective qui l'arrangeait grandement, parce qu'elle ne cessait de s'en vouloir de son voyage précipité. Certes, il lui avait fait le plus grand bien, et elle et Ena en avait réellement eu besoin, mais toutes deux étaient parties avec tant de hâte que Manon, dans toute la contradiction qui lui était coutumière, n'avait pu s'empêcher de songer qu'elle abandonnait là sa souveraine, alors que cette-dernière était encore fragile, et par sa faute qui plus est. Elle le savait bien, il fallait qu'elle s'ôte cette idée de l'esprit. La ruminer sans cesse ne résoudrait rien et n'aiderait personne, mais c'était plus fort qu'elle. Quand agir pour le plus grand bien vous invitait au plus grand mal, il était difficile de garder la tête haute et de n'émettre aucun regret. Ena en était capable, elle était manifestement plus forte qu'elle. Manon ne saurait sans doute jamais entièrement se détacher de son crime, il aurait fallu pour cela qu'elle retrouve et rassemble les pièces du puzzle éclaté qui constituait sa mémoire défaillante, et elle n'en avait pas réellement l'envie. Maintenant, elle était de retour, et elle comptait bien remplir consciencieusement les tâches qu'elle avait jusqu'ici négligées, et qui avaient attendu sagement son retour. Elle ne chômerait pas ces prochains jours, c'est certain, mais ça lui conviendrait très bien, elle avait même besoin de cela, comme si sa culpabilité saurait se noyer dans la quantité d'eau qu'il lui faudrait pour nettoyer le linge en attente, qu'elle s'empresserait d'aller nettoyer, donc, puisque ce semblait être l'urgence (même si l'urgence, aux yeux de Manon, était surtout de parler à Guenièvre et de s'assurer qu'elle allait bien).

Manon se sentit touchée et flattée de l'intérêt que lui porta Arthur, se souvenant de son départ en voyage, et semblant vouloir s'enquérir de son bon déroulement. Il n'avait en rien l'obligation de prêter attention à sa personne, mais il lui accordait tout de même ce temps et cette attention. Si elle n'avait pas d'affection particulière pour lui, contrairement à la reine, elle devait bien reconnaître éprouver à son adresse un certain respect, qui était sans doute déjà de trop.

-Tout s'est bien passé, n'ayez crainte. Et j'espère que la reine n'a manqué de rien en mon absence.
Elle marqua une légère pause. Elle n'avait pas non plus envie d'accaparer le temps de son souverain, qui était forcément précieux, d'autant que son dernier semblait pressé, ou soucieux, ou les deux, ou rien du tout, elle n'était pas forcément la meilleure juge des émotions humaines.... Tout va bien, majesté ? Vous me semblez soucieux.

Et elle se mêlait sans doute de ce qui ne la regardait pas, mais sa question était intéressée, avec tous les bruits potentiellement incriminants qui couraient dans Camelot dernièrement, elle devenait un tantinet paranoïaque, alors elle préférait s'assurer être encore blanche comme neige aux yeux de son interlocuteur.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]   Dim 6 Déc - 21:53

Depuis qu'il été rentrer, Arthur ne songeait qu'à ce mystérieux ouvrage. Il pensait certes à sa femme mais, se livre étrange qu'il venait de confier à Merlin l'obsédait. Quelle diablerie contenait-il ? Si sa femme où son royaume était en danger Arthur serait prêt à faire face à la situation. Depuis quelques temps le souverain n'était pas de nature tranquille. Était-ce finalement une bonne chose d'avoir réintégré la magie au sein du royaume ? Son père n'avait-il pas finalement raison ? Arthur préférait laisser cela de côté pour le moment afin de ne pas vivre dans une totale paranoïa. Ce n'était pas le genre de personne à fuir certes mais, il n'était pas non plus le genre de personne à laisser la peur l'envahir lorsqu'elle se présentait à lui. Manon avait toujours sue se montrer loyale envers Guenièvre et Arthur lui devaient bien cela. Toutefois, il  se sentait pas en réelle confiance envers la jeune femme comme il l'aurait été avec Merlin. Une certaine retenue mettait  un frein entre les deux êtres, de la méfiance sans doute. Pour qu'elle raison?  Arthur ne savait  l'expliqué quoi qu'il en soit il était des choses que le souverain se permettait pas de partager avec la jeune servante. Cependant, dans certains moment sombre il est préférable de savoir faire des exceptions. Si Guenièvre faisait confiance à Manon alors, Arthur ferait un effort envers la jeune femme. Après tout, Manon c'était toujours montrée serviable à leurs égards.
La jeune servante rassura Arthur de son voyage. Un voyage qui à la voir lui avait fait le plus grand bien. Sans doute avait-elle besoin de vacances ? En tout cas, a l'heure actuelle Manon semblait avoir meilleure mine que quand elle avait quitté Camelot. Un petit sourire s'afficha sur le visage du souverain qui savait d'avance que Guenièvre se languissait du retour de sa servante. Pas que pour les tâches ménagères quotidienne mais, surtout pour son agréable compagnie. Au fil du temps une complicité été née entre les deux jeunes femmes. Une complicité qu'Arthur pouvait comprendre puisqu'il l'avait également établis les mêmes liens avec Merlin. Toutefois, s'il était bien d'une chose qu'Arthur était incapable de faire c'était de mentir. Il avait tenté une fois de le faire avec effort mais, cela c'était avéré un échec. Aussi, c'était-il juré qu'il ne recommencerait plus jamais. Désormais il optait pour la franchise la plus totale avec n'importe lequel de ses sujets.
«  - La reine s'impatiente de te revoir tu lui as manquée. Mais surtout ne lui dit pas que je te l'ai dit elle m'en voudrait. » Arthur était toutefois heureux d'être rentré et de revoir des visages connus. Toutefois, il été vrai que cette histoire de Grimoire ne le rendait pas si tranquille qu'il l'aurait souhaité. Ce ne serai bientôt plus que l'ombre d'un mauvais souvenir en cette fin de matinée après qu'il soit passé chez Gaïus pour un diagnostic plus approfondis sur l'ouvrage en question. La question de Manon fit sortir le jeune roi de ses pensées. C'était donc à son tour de rassurer la jeune femme sur son humeur actuelle : «  - oui … oui ... » Ajouta-t-il toujours songeur avant de poursuivre sur le même ton : «  - juste une affaire sans grande importance sur laquelle je travaille depuis mon retour. » La jeune femme semblait soulagée, Arthur traînait à la conversation ce qui laisserait le temps à Gaïus et Merlin de finir ensemble l'étude sur l'ouvrage. La reine venait sans doute de se réveiller. Aussi, Arthur jugea bon qu'il était préférable de ne pas retenir la jeune femme plus longtemps surtout maintenant qu'elle semblait rassurée. Le château n'était pas bien grand et les deux jeunes gens se recroiseraient à une occasion sans doute plus propice aux bavardages.

( ps : désolé pour le retard )
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]   Lun 7 Déc - 17:05


Duplicité, quand tu nous tiens
D

evait-elle se réjouir d'apprendre avoir manqué à la reine ? Peut-être pas non, ou du moins pas de la manière dont elle ne savait que se réjouir, pas parce qu'elle était heureuse d'avoir abusé de la confiance de sa souveraine, mais simplement parce que cette-dernière lui avait manqué également, et qu'elle appréciait d'entendre avoir un indice de leur amitié précieuse. Cette affection, pourtant, ne pourrait que leur être nocive. Manon, chaque jour un peu plus, ressentait son secret comme fragile et menacé, et elle ne pouvait s'empêcher d'envisager le moment où Guenièvre découvrirait tout. La chute serait sans aucun doute douloureuse, car elle tomberait de haut. Manon devrait peut-être s'employer à se laisser haïr, pour mieux appréhender ce moment, mais elle en était incapable. Parce que dans son amitié, tout du moins, elle était parfaitement honnête, et cette honnêteté se déchiffrait dans le sourire qu'elle n'avait su s'empêcher d'afficher à la réflexion d'Arthur. Un sourire satisfait, car c'était une preuve supplémentaire que leur amitié n'était pas factice (même s'il aurait mieux valu qu'elle le soit), et qui, en même temps, signifiait au roi qu'elle ne répèterait pas ce qu'il venait de lui apprendre, quoi que cela soit quelque peu tentant.

Elle ne put s'empêcher de se sentir très intriguée quand son interlocuteur ajouta qu'il allait bien, mais d'un ton si distrait que la jeune servante avait bien du mal à le croire. Il semblait tout de même préoccupé, sans doute par cette "affaire sans importance", qui en avait peut-être plus que celle qu'il voulait bien lui accorder, sans quoi il ne réagirait pas de la sorte. Elle ne pouvait s'empêcher d'être curieuse, à ce sujet, mais elle savait qu'elle ne pouvait pas vraiment se le permettre. Si elle aurait posé plus légèrement cette question à la reine, elle n'avait pas la même complicité avec Arthur. Même, elle n'en avait pas, parce qu'ils n'avaient tout simplement pas eu l'occasion d'être vraiment proches (ce qui n'était certainement pas plus mal), elle ne pouvait donc se permettre la légèreté de ton, qui pourrait presque ressembler à de l'insubordination, qu'elle adressait parfois à l'épouse de son interlocuteur. Mais tout de même, elle aimerait bien savoir de quoi il retournait... d'autant que sa paranoïa latente et croissante faisait qu'elle craignait de faire partie intégrante des préoccupations du monarque.

-En ce cas, j'espère que vous saurez la résoudre très vite. Et je serais ravie de vous apporter mon aide si je peux vous être d'une quelconque utilité.


C'était une façon comme une autre de tenter d'en apprendre plus, quoi que c'était déjà une suggestion certainement déplacée. Elle tentait ce qu'elle pouvait. Juste savoir exactement la teneur de cette affaire lui suffirait, seulement pour se rassurer, même si tout laissait à penser, quoi qu'il en soit, qu'elle devait laisser son appréhension de côté, et que tout cela n'avait pas le moindre rapport avec elle. Oh, pourquoi était-elle à ce point capable de scrupules ! Par instants, elle aimerait pouvoir mettre son coeur et sa conscience sous scellé, pour pouvoir envisager la situation froidement et pas de cette façon si... exécrablement humaine...




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» "Bonheur quand tu nous tiens."
» Duplicité, quand tu nous tiens [pv Arthur]
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-