Partagez | .
 

 Une transaction de mauvaise augure [MANON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Une transaction de mauvaise augure [MANON]   Ven 10 Avr - 2:19



Une transaction de mauvaise augure



Aurore Feat Manon



Après son premier passage à Camelot, Aurore jugea bon qu'il était temps de commercer avec la citée. Toute ville possédait son lot de transactions et la jeune Fierpalefroi se devait d'en profiter pour remplir les caisses, ces dernières lui permettaient de vivre ainsi que les gens qu'elle employait et les animaux qu'elle élevait. Plusieurs jours avant, elle avait fais envoyé un corbeau à sa demeure. Le message demandait une prise en charge d'une sélection de chevaux pour les amener à Camelot dans l'objectif d'une vente. Elle faisait confiance aux dresseurs, les sachant autant expérimentés qu'elle sur le sujet. Deux jours avant le J, deux dresseurs étaient arrivés au sein de la cité accompagnés de cinqs canassons : deux palefrois, chevaux de haute valeur utilisés pour la chasse ou les promenades, un destrier, monture principale des chevaliers, et deux roncins, équidés de moindres valeurs typé pour la monture d'instruction des chevaliers. A leur arrivée, Aurore les inspecta pour s'assurer qu'ils étaient en bonne santé, autant physique que morale. Les voyages traumatissaient parfois les chevaux, soit parce que le fait de quitter un lieu habituel les effrayait, soit parce qu'ils présagaient un changement de propriétaire et donc l'angoisse d'une nouvelle vie, de nouvelles habitudes. Aurore aussi angoissait car elle craignait continuellement de vendre ses chevaux à des charlatans, des individus qui achetaient à bas prix pour revendre à prix d'or ou d'autres qui ne voyait qu'en l'animal une machine à travailler. Ce risque restait présent, à chaque étale.

Le jour J, la vente fut divisée.


"Vous serez chargés des palefrois et du destrier. Pour ma part, je m'occuperais des deux roncins avec Eric."

Si les dresseurs restèrent en des lieux proches des gardes pour protéger les chevaux des vols, Aurore décida de fréquenter le marché même. Elle l'avait déjà fais dans d'autres cités et n'avait jamais eu de soucis au préalable. Néanmoins, par sécurité, Eric, le bras droit de son père défunt, l'accompagna. Aurore s'était également munie de son épée et possédait une tenue simple qui rappellait nettement moins la noblesse, son rang de sang.

"Je ne comprend pas pourquoi vous tenez tant à effectuer une vente en plein milieu d'un tel endroit."
"Le peuple tout comme la noblesse possède le droit d'acheter ce qui lui convient. Les épées sont à la fois forgées dans l'acier et le fer. Les vêtements peuvent être de simple composition comme de magnifique fabrication. Il existe deux mondes Eric et l'un comme l'autre doit être satisfait."

Arrivés au marché, ils s'installèrent dans un recoin simple et Eric veilla à ce que eau et foin furent apportés aux deux canassons. Ce fut Eric qui endossa le rôle du crieur public pendant qu'Aurore menait les deux roncins à une démonstration, que ce soit par la marche, l'obéissance, l'endurance, le trot, l'allure,... Beaucoup de gens intéressés encerclèrent le duo mais très peu venait dans le but d'acheter l'un des canassons. Ils préféraient le spectacle à la sortie de leur bourse.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une transaction de mauvaise augure [MANON]   Dim 12 Avr - 11:12


Une transaction de mauvaise augure
L'

animal avait rendu l'âme la veille au soir, au grand dam de ceux qui avaient veillé à sa santé depuis plus d'une semaine, et avait justement cru en une accalmie la veille au matin. C'était prévisible, ma foi, le canasson n'était plus de toute première jeunesse, il avait fait son temps. Mais ayant été l'un des chevaux les plus appréciés des écuries royales, son absence leur faisait désormais défaut. C'était à Manon qu'avait été attribué la tâche de trouver à ce fier destrier un remplaçant digne de le remplacer (quoi que plus fringant tout de même). La servante ne devait ce mérite qu'à la nécessité qui lui incombait à se rendre au marché de toutes les manières, et au fait qu'il s'y trouvait apparemment des chevaux qui pourraient parfaitement faire l'affaire. Elle n'éprouvait pas, à l'inverse de certains, de passions réelles pour l'art de l'équitation, si elle avait peut-être su parfaitement monter à cheval avant son amnésie, elle n'en avait aujourd'hui plus aucun souvenir, et serait bien incapable de réitérer l'effort. Et aujourd'hui, d'ailleurs, elle n'avait ni franchement envie de se laisser initier à cet art qui pourrait pourtant finir par lui être d'une très grande aide, ni vraiment le temps, d'ailleurs. Son travail au service de la royauté de Camelot accaparait tout son temps, et quand elle ne s'y consacrait pas, alors elle profitait du temps qu'elle pouvait passer avec Ena, et par instants, quand il était question de tous les plans qu'elles ourdissaient, cela pouvait lui demander autant d'énergie. Bref, elle se serait épargnée cette tâche supplémentaire, mais elle n'avait pas vraiment le choix. Bon, ce devrait être rapide, à la vérité, elle se renseignait sur les prix, elle poserait toutes les questions qu'on lui avait indiqué de poser, et si un cheval les intéressait, il serait mis de côté jusqu'à acquisition effective, quand le palefrenier s'occuperait de chercher l'animal. Au moins, on ne lui demandait pas de repartir avec le canasson sous le bras.

Elle ne mit pas longtemps, une fois sur la place du marché, et après avoir fait quelques autres acquisitions, à trouver ce qui pourrait bien faire le bonheur des écuries royales. Une jeune femme faisait la démonstration de tous les talents de deux chevaux qui, en effet, semblaient à la fois vigoureux et disciplinés. L'un de ces deux-là pourraient bien faire merveille, et l'affaire serait de surcroit rondement menée. Une aubaine pour Manon, qui n'avait pas franchement envie de perdre des heures à cette transaction. Même si elle devrait s'assurer tout d'abord d'avoir posé toutes les questions essentielles. Elle attendit, au même titre que la foule qui s'amassait, bien plus par goût du spectacle que dans l'intention réelle de faire le moindre achat, attendant tranquillement, mais avec tout de même une certaine impatience (elle n'avait pas envie d'y passer la journée) que la démonstration s'achève, afin que de pouvoir négocier avec le responsable. Quand elle eut finalement l'occasion de lui parler, elle le fit en ces termes :

-Bonjour.
Prendre la peine de la saluer tout de même, c'était la moindre des choses. À combien vendez-vous vos chevaux ?







code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une transaction de mauvaise augure [MANON]   Mar 14 Avr - 2:47



Une transaction de mauvaise augure



Aurore Feat Manon



Les chevaux trouvaient le temps long et la journée avançait à son rythme. De temps à autre, Aurore cessait les démonstrations pour abreuver les équidés. Ces derniers profitaient de l'occasion pour gagner un peu de tranquilité. La jeune noble, elle, épuisait ce temps-libre à regarder les ventes sur les autres stands. Tout se liquidait au sein du marché : des herbes, des tuniques, d'autres animaux tels des ânes ou des poulets, de la venaison, des bijoux, de la quincaillerie,... Bref, il n'y avait rien à manquer. Ce qui manquait pouvait aisément etre acquis ou remplacé. Du moins, si la bourse était assez remplie. Et si les nobles pouvaient se vanter d'avoir des coffres amples, ce n'était pas le cas de simples villageois. Certains se battaient pendant des années pour pouvoir obtenir ce qu'un noble désirait acheter en un jour. Aurore le savait vu que sa famille descendait d'un villageois qui, un beau jour, n'avait reçu en héritage qu'un cheval, énième fils d'une famille très nombreuse. Alors qu'il aurait pus vendre l'étalon pour acquérir une bourse raisonable, il avait finalement décidé de garder l'animal et de le dresser. L'équidé se revéla doué pour la vitesse, offrant à son maître un début de gains que ce dernier concentra sur l'achat d'une jument. Et le premier élevage débuta. Dix générations plus tard, Aurore honorait cet ancêtre et la valeur principale qui l'avait poussé à garder l'animal.

Eric poursuivit son rôle de crieur public jusqu'à en perdre une partie de sa voix. Il prit alors un siège et se racla la gorge. Aurore décida de le remplacer. A ce moment même, une femme se détacha de la foule et s'avança vers elle.


- Bonjour, dit-elle
- Bien le bonjour à vous également, répondit Aurore.
- A combien vendez-vous vos chevaux ?
- Cela dépend. A quel usage les destinez-vous ? Vous avez des attentes particulières ?

La demoiselle guida la femme vers les deux canassons et les présenta l'un après l'autre. Elle saisit premièrement la bride d'un cheval à la robe pie alezan et à la carrure imposante. L'animal suivant, plus fin, était plutôt de robe gris souris.

"Voici Ardent, un hongre de quatre ans à peine. Il a une bonne endurance et obéit sans trop de difficultés. Quant à Mabelle, une jument plus agée de presque sept ans, elle a déjà donné naissance à quelques poulains de belle consistance. Elle est plutôt nerveuse auprès des jeunes mâles mais est une excellente mère pour le poulinage. Pour le travail, elle ne sera pas très efficace dans un champ mais peut très bien servir de monture ou comme cheval de bât."

Elle attendit un instant que la femme réfléchisse. Avant de fixer un prix, Aurore désirait savoir quelle serait la destinée des chevaux auprès de cette femme. Si ses intentions étaient honnêtes, elle chercherait un prix à l'amiable. Dans le sens contraire, elle monterait les enchères pour effrayer la vente, voir annuler cette dernière. En attendant, elle chercha à faire davantage connaissance avec l'acheteuse.

"Vous êtes de Camelot ou de simple passage ?"


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une transaction de mauvaise augure [MANON]   Jeu 16 Avr - 17:28


Une transaction de mauvaise augure
D

es attentes particulières, oui, elle en avait, pas tant parce qu'elle pouvait vraiment se montrer exigeante et précise dans ce qu'elle désirer que parce que le palefrenier du château, lui, l'était véritablement. Si le canasson qu'elle rameuterait (enfin, qu'elle lui conseillerait de rameuter, plutôt) aux écuries de Camelot ne correspondait pas très exactement à ses critères de sélection, c'était elle qui allait se prendre une volée de bois vert pour avoir fait son travail à moitié. Comme si cela était véritablement dans ses attributions... Les chevaux, elle n'y connaissait vraiment rien. S'il avait fallu se contenter de sa seule opinion et de son maigre savoir (pour ne pas dire qu'il était inexistant), l'on était pas sorti de l'auberge. N'importe quel animal aurait fait l'affaire à ses yeux du moment qu'il avait quatre pattes, des sabots, une crinière, hénissait de temps en temps et ne paraissait pas à l'article de la mort. Elle voulut donc commencer à énumérer des critères qui n'étaient pas le sien, mais qu'elle avait appris par coeur pour l'occasion, pour répondre à la première question d'Aurore, mais cette dernière la devança, lui faisant l'article du hongre de quatre ans qu'elle pouvait céder (c'était une race de cheval, ça, hongre ? Elle en apprenait tous les jours). Endurant et obéissant, c'était de bons critère, parmi ceux qu'avait exigé le palefrenier, par contre, il était peut-être un peu jeune... Il avait recommandé à ce qu'il fasse un peu plus de cinq ans. Enfin... Entre quatre et cinq ans, est-ce que ça faisait une si grande différence que cela. Bon, la jumelle idéale pour le poulinage semblait moins appropriée. Ce n'est pas comme s'il y avait nécessité qu'en naissent multitudes de poulains. Le but était avant tout que la bête puisse être montée, soit rapide et endurante, puisse assurer sur des distances raisonnables. Finalement, tout en prenant note de ses informations, Manon décida de commencer par le début, et, par conséquent de répondre à sa dernière question (logique)... Venait-elle de Camelot, ou était-elle de passage ?

-De Camelot. Je travaille pour la reine Guenièvre, c'est en son nom que je viens vous voir.
Elle marqua une pause. Ça, ça allait, elle maîtrisait puisque c'était son quotidien. Mais là, elle devait s'attarder aux aspects les plus techniques de cette transaction. Je recherche un cheval qui puisse faire office de monture. Suffisamment obéissant pour que son éducation n'ait pas à être prise en charge, et assez endurant pour pouvoir tenir de longues distances.

Voilà, après, il y avait d'autres détails, mais elle préférait pour l'instant se confiner aux éléments les plus importants, les plus évidents. Cela permettrait déjà un peu d'aiguiller son interlocutrice. Manon, après, ne se sentait pas d'autres choix que de se confier à son jugement à elle. Pour sa part, il est clair qu'elle n'arriverait absolument à rien sans l'aide que son interlocutrice pourrait lui apporter. Et pourtant, même si elle en avait diablement besoin au quotidien, surtout depuis son amnésie, elle était tout sauf adepte des mains tendues.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une transaction de mauvaise augure [MANON]   Mar 21 Avr - 23:26



Une transaction de mauvaise augure



Aurore Feat Manon



L'un des chevaux hennit suite au passage vif d'un trio d'enfants. Eric s'en occupa tandis que la noble restait attentive aux dire, peut-être, la future acheteuse. Aurore fléchit un instant les sourcils lorsque Manon avait mentionné la reine. Elle l'avait rencontré à sa venue à Camelot. La reine avait été sa toute première interlocutrice entre ses murs. Son état, la perte de son premier enfant avant même sa naissance, était l'origine principale de son arrivée. Elle lui avait rendu hommage pour soutenir sa peine. Aucun parent ne devrait enterré son enfant. Hélas, la vie ne connaissait ni la pitié, ni la compassion.

Aurore quitta son silence pour revenir sur terre. La jeune fille face à elle cherchait donc une monture, sans doute pour la reine. A moins qu'elle n'en cherchait une pour elle-même ?


- Je vois... Dites-moi, qui sera son cavalier ?

Les deux chevaux présents n'étaient que des roncins, des équidés très bas marché qui convenaient bien au petit peuple plutôt qu'à la noblesse. Si la jeune acheteuse venait au nom de la reine pour elle-même, du roi ou de toute autre personne de son rang, Aurore savait qu'une monture plus adaptée était de rigueur.
Elle se tint bien droite, comme si elle s'adressait à la reine elle-même, un comportement de son éducation.


- S'il s'agit de sa majesté, je crains que ces deux roncins ne puissent faire l'affaire. Pour du sang noble, il convient de vous présenter un équidé de haute lignée et de digne réputation. Il s'avère que mes dresseurs ont amenés également deux palefrois, des montures excellentes entrainés pour de telles conditions.

Par la suite, elle observa l'acheteuse des pieds à la tête d'un regard indifférent.

- Pour vous, néanmoins, je vous conseillerais Ardent. Etant castré, il ne sera point agiter lors des périodes de chaleurs. C'est le détail qui l'avantage face à Mabelle.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une transaction de mauvaise augure [MANON]   Dim 26 Avr - 11:21


Une transaction de mauvaise augure
I

l est des situations au cours desquelles Manon éprouvait plus que jamais la différence qui pouvait exister entre elle et ses maîtres, au-delà de toutes les richesses qui leur revenait de droit, de leur autorité naturelle, ou de leur noble réputation, c'était dans la manière que l'on pouvait avoir de s'intéresser à elle lorsqu'on ne considérait que sa piètre condition. Certes, on fait statut social bien moins flatteur que celui de servante attitrée de la reine, mais malgré tout, et à certains détails, la faiblesse de sa situation. Quand son interlocutrice évoquait la reine, sa stature et le ton de sa voix avaient un je ne sais quoi qui dénotait immédiatement d'un respect profond. quand il était question d'elle, elle avait droit au mieux à de l'indifférence, comme si elle n'était jamais qu'une moins que rien. Certes, elle l'était bel et bien... mais sa fierté naturelle l'invitait à croire l'inverse, et même si Aurore ne lui manquait à aucun moment de respect, Manon escompterait plus de considération... Enfin, de toute façon, elles n'étaient pas là pour devenir les meilleures amies du monde. Une fois la transaction achevée, elles n'auraient certainement plus l'occasion de se revoir, et ce ne serait sans doute pas plus mal, alors peu importe.

-Ce n'est pas pour moi.
répondit-elle d'une voix un peu sèche. Et encore heureux, elle ne montait à cheval que si elle n'avait pas d'autres choix, qu'elle possède sa propre monture serait donc d'une grande inutilité. Elle pouvait bien emprunter l'un des canassons du château si la situation l'exigeait. Mais il fallait vraiment qu'elle n'ait pas d'autres choix pour en arriver à cette extrémité, et elle n'était jamais bien à l'aise sur un cheval. Bref non, ce n'était pas pour elle et c'était tant mieux. C'est pour la reine.

Au château, tout le monde se mettait en quatre pour satisfaire aux désirs de la reine, même à ceux qu'elle ne formulait pas, pour lui faire oublier les moments terribles qu'elle traversait dernièrement, et dont, sans bien sûr l'admettre auprès de quiconque, Manon était entièrement responsable. Au fond, ce n'était pas pour rien qu'elle participait autant à toutes les initiatives devant permettre à la reine de se sentir mieux. Pour calmer sa culpabilité. Pour aider l'amie qu'elle avait trahie. Dans tous les cas, si ces deux canassons ne devaient pas faire l'affaire, il y en avait apparemment d'autre qui sauraient convenir. Manon n'avait pas envie de perdre de temps supplémentaire, mais soit.

-Je peux voir ces palefrois ?






code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Une transaction de mauvaise augure [MANON]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une transaction de mauvaise augure [MANON]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une transaction de mauvaise augure [MANON]
» mauvaise augure • le 13 juin à 11h05
» L'oiseau de mauvaise augure plane sur le vent x)
» Un messager de mauvaise augure [PV: Tauril et Jiriad]
» Zwei, un chat de mauvaise augure [Belette]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-