Partagez | .
 

 Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves (Maria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Re: Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves (Maria)   Mar 9 Fév - 18:54


Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves
M

aria devait reconnaître qu'elle avait attendu ce moment depuis un bon moment déjà. Si le vieux Gabet n'avait d'attirantes que ses richesses et sa crédulité, son fils, par contre, avait plus d'une qualité à revendre, à commencer par un physique que la veuve noire n'avait pas manqué de trouver immédiatement avantageux. Mais apprenant à le connaître, il y avait eu autre chose. De caractère, également, le jeune Gabet était bien plus à son goût que son ancêtre, et de toutes les manières possibles, elle lui avait envoyé les signes adéquat jusqu'à ce que, enfin, il cède (et elle avait été plus longue à le séduire que bien d'autres, mais il faut dire que son potentiel engagement futur avec le père de son nouvel amant n'était pas supposé leur simplifier la tâche - encore eût-il fallu que Maria sache faire preuve de scrupules. Et elle n'en éprouvait aucun). Elle aurait pu être déçue, de fait, puisque l'attente attise l'imaginaire, et qu'il n'est pas toujours à la hauteur des faits, mais il était plus qu'évident qu'elle n'avait pas à se plaindre. Ses baisers avaient la saveur qu'elle avait espéré, sa peau réagissait merveilleusement au contact de ses mains et il savait, sans nul doute, s'y prendre. Il est certain en tous cas qu'il n'en était pas à son coup d'essai. Il avait pour lui la fougue de la jeunesse, et Maria s'en imprégnait avec délice, stimulée par le moindre contact de leurs deux corps, qui témoignaient de façon plus que pressante de leurs désirs respectifs tandis qu'une chaleur parfaite rayonnait dans son bas ventre, et plus encore quand il la déshabilla complètement et que ses lèvres s'emparèrent des siennes, baiser auquel elle répondit avec autant de fougue que celle qu'il avait pu exprimer tantôt, sa langue dansant avec la sienne alors qu'elle s'appliquait à le débarrasser à son tour du moindre de ses vêtements, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent tous les deux nus comme des vers.

La chaleur s'intensifiait au fil de leurs baisers et de leurs caresses jusqu'à ce que, n'y tenant plus, Maria invite d'un geste Gaspard à passer au niveau supérieur, enroulant ses jambes autour de ses hanches, entamant un lent mouvement de va et vient qui ne devait pas tarder à s'accélérer, chacun d'entre eux laissant naître un nouveau soupir, de nouveaux gémissements, un peu plus prononcés à chaque fois, à mesure que le plaisir qu'il parvenait su bien à lui procurer gagnait en intensité. Ponctué encore d'un autre plaisir, qui était celui de goûter à un fruit plus qu'interdit. Faut-il seulement le dire ? Ce n'est pas ainsi qu'une belle-mère devrait se conduire avec son beau-fils. Mais étant donné la situation présente, qui ne lui inspirait que du plaisir et absolument aucun regret, elle n'avait pas la moindre intention de reléguer le moment présent au statut de remord, d'autant qu'elle se fichait bien de manquer de respect à Obéron. Elle n'en avait aucun pour lui quoi qu'il en soit.


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves (Maria)   Mer 9 Mar - 17:48

Maria & Gaspard
Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves
Si Gaspard avait eu, à un moment donné, envie de revenir en arrière et de ne pas céder à la tentation - ce qui n'était évidemment pas le cas - il était évident qu'il ne pouvait plus le faire maintenant. L'homme était incapable de taire ses sensations qu'il ressentait en cet instant précis et de calmer cette impatience qu'il avait d'aller bien plus loin avec celle qui deviendrait bientôt sa belle-mère. Maria était une femme fantastique. Elle était belle, intelligente, elle avait tout de cette rose magnifique qu'il ne fallait pas trop s'approcher dans le risque de se faire piquer. Mais actuellement, le chevalier de la table ronde était tout autant attiré par les belles pétales de la rose que par ses piques. Gaspard savourait chaque seconde de leurs actions, chaque instant. Sa langue jouait avec celle de la femme, ses mains parcouraient son corps et son anatomie répondait à merveille aux traitements de sa maîtresse. Il était un homme, elle était une femme et ils semblaient tout simplement compatibles. Et cela se prouva encore plus quand leurs corps finirent par s'unir, dans un lent mouvement de va et vient qui ne tarda pas à s'intensifier plus ensuite. Chaque mouvement faisait naître un soupir de plaisir, qui ne manquait pas de s'accélérer au fur et à mesure des secondes qui s'écoulaient et de la chaleur qui s'intensifier. Gaspard se perdait complètement dans ces mouvements, dans ces yeux qu'il aimait observer alors qu'il accélérait encore les à-coups de son corps. En cet instant, il n'y avait vraiment plus rien qui importait et ils ne manquèrent pas d'en profiter un maximum, puisqu'ils enchaînèrent les positions, les mouvements. Les lèvres de Gaspard s’attardaient par moment sur celle de sa maîtresse, par moment sur sa peau chaude et délicieuse, pendant que ses mains continuaient de parcourir ce corps qu'il désirait tant et qu'il ne pouvait que désirer.

L'endroit n'était évidemment pas approprié, mais c'était sans doute ce qui pimentait encore plus leurs actions. Gaspard avait de l'expérience dans ce domaine, mais il devait bien reconnaitre que c'était la première fois qu'il ressentait ce genre de chose dans un moment pareil. Est-ce que cela venait de l'expérience de Maria et du fait qu'elle était loin de ressembler à celles qu'il avait l'habitude de conduire dans sa couche ? Sans doute, en partie, mais il était évident que leur relation jouait surtout. Ce gout de l'interdit et du danger était tellement agréable. Ils ne pouvaient évidemment pas se permettre de se retrouver dans ce genre de position, un homme ne devait pas faire ça avec la promise de son père. Si quelqu'un devait arriver en cet instant précis dans la pièce, il était évident qu'ils allaient avoir des problèmes, plus encore sur c'était Obéron lui-même qui les découvrait. Mais cela, Gaspard n'en avait vraiment que faire. Son père perdait du temps à trainer ainsi alors qu'il avait une femme si merveilleuse et si... désirable que Maria à ses côtés. Le jeune homme ne comprenait pas qu'il ne l'ait pas déjà pris pour épouse afin de la conduire rapidement dans son lit, puisqu'évidemment les relations hors mariage n'étaient pas les bienvenues normalement, mais c'était ce qui rendait l'instant présent encore plus palpitant. Oui, Gaspard n'avait jamais connu d'expérience aussi agréable qu'en ce moment précis et il ne regrettait à aucun moment d'être allé si loin avec celle qui deviendrait bientôt sa belle-mère, mais qu'il préférait largement voir comme sa maitresse. Son corps ne cachait rien de ce qu'il ressentait, ni ses râles de plaisir et encore moins quand il atteint l'extase.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves (Maria)   Ven 11 Mar - 17:52


Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves
C

e n'était pas le lieu. Ce n'était pas le moment. Mais en même temps, devait-il y avoir un lieu et un moment, pour eux ? Non, la réponse à cela était plus qu'évidente, ce qui s'était passé, ce qui était en train de se passer, n'aurait jamais dû avoir lieu, car s'il n'est pas des plus moral que de copuler hors-mariages (encore que les veuves disposaient d'une sorte d'immunité à ce sujet, qui ternissait certes un peu leur réputation, puisqu'on savait qu'elles n'étaient logiquement plus vierges, mais qui avait le mérite d'annoncer la couleur, couleur qui était loin de déplaire à ceux qui espéraient passer leur nuit auprès d'une femme d'expérience - Maria en savait quelque chose, et cela ne faisait que la conforter dans l'idée qu'elle avait bien fait de se débarrasser du prédécesseur d'Obéron, quand bien même ce dernier était particulièrement long à la détente), il l'est encore moins de le faire entre future belle-mère et futur beau-fils. Maria s'en fichait, royalement, même. Et elle était d'avis que Gaspard s'en moquait tout autant d'elle étant donné la vigueur et... l'esprit d'initiative dont il savait faire preuve, étant donné le caractère mouvementé de leurs ébats, où le plaisir s'exprimait à corps et à cri sans l'ombre d'un doute. Quiconque serait entré en cet instant n'eut pu avoir le moindre doute quant à la nature de leurs activités, mais la serveuse n'en avait que faire. Au contraire, cette perspective excitante intensifiait son plaisir, qui n'était déjà pas moindre. Elle avait bien deviné en supposant, dès lors que son regard s'était posé sur le rejeton d'Obéron, que ce dernier serait un amant d'exception. Elle avait dû le travailler au corps, c'est sûr, au sens propre comme au figuré, mais bon Dieu - excusez du faible blasphème - le jeu en avait largement valu la chandelle et elle n'en fut que plus certaine quand elle atteint pour de bon ce seuil ultime de plaisir qu'elle exprima en un long gémissement, auquel succéda le son de sa respiration courte, tandis qu'elle reprenait son souffle. Elle adressa à Gaspard un regard où brillait clairement une certaine malice, et se releva finalement.

Elle aurait bien prolongé les festivités. À dire vrai, elle n'aurait pas même été contre un second tour une fois un peu remise du premier, mais il ne faut pas abuser des bonnes choses. Ils auraient l'occasion de recommencer,  cela ne faisait pas l'ombre d'un doute à ses yeux. Mais ils avaient pris suffisamment de risques pour cette fois. Et même si cette prise de risque avait fait le sel de ce moment, il ne fallait pas trop tenter le diable pour autant. Elle se rhabilla donc, ce sans trop d'empressement néanmoins, laissant à Gaspard le loisir d'observer encore le spectacle de sa nudité, pour peu qu'il le souhaite, et elle voulait le croire. Puis, une fois revêtue de sa robe et recoiffée, ne laissant plus rien paraître de ce qui venait de se passer, si ce n'est une odeur caractéristique dans l'air, qu'elle prit le parti de dissiper en ouvrant la fenêtre la plus proche, elle reprit la parole.

-Je pense qu'Obéron en a encore pour un moment. Tu ferais mieux de repasser plus tard.



code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves (Maria)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves (Maria)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Thélissa, Cracheuse de feu ☆
» Eli' ○○ ❝ Les femmes n'aiment pas indiquer leur âge parce qu'elles sont trop modestes pour révéler qu'elles sont belles depuis longtemps. ❞ [U.C.]
» (F) Katheryn Winnick - N'oublie pas, les femmes bien plus fortes que les hommes.
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-