Partagez | .
 

 Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Mar 13 Jan - 13:36

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
La vie de Chevalier signifiait qu'on travaillait énormément, qu'on passait beaucoup de temps à remplir ses fonctions. Qu'on soit noble ou non, cela ne changeait pas grand-chose. Enfin, normalement, on devait être noble pour faire partie des Chevalier de Camelot. Mais Arthur avait tout chamboulé le jour où il avait décidé d'engager des non nobles, ce qui n'avait pas plu à son père pour changer. Gaspard savait bien que son paternel appréciait mieux le royaume quand il était dirigé par Uther. Sauf qu'ils n'avaient pas vraiment le choix que d'accepter les décisions du nouveau roi, que Gaspard appréciait plus que son père soit dit en passant. Du moins, pour ce genre de décision, puisque la magie ne passait toujours pas. Depuis la dernière attaque des chasseurs, Monsieur Gabet était vraiment plus que tendu. Le jeune homme aurait aimé pouvoir calmer un peu son père, mais c'était peine perdu. Dès qu'ils se voyaient, ils se prenaient la tête de toute façon. Raison pour laquelle, le chevalier n'avait pas parlé de ses derniers soupçons en dâte. Pas tant qu'il aurait des preuves, pas tant qu'il serait sûr. Il avait envie d'agir (ou de non agir, il ne savait plus trop), sans avoir quelqu'un pour lui dicter ses actes.

Alors quand Gaspard partait pour une garde de plusieurs jours au château, puisque la sécurité était plus que renforcée maintenant, il appréciait l'idée de ne pas croiser son père. Même si cela lui faisait croiser d'autres personnes qu'il n'appréciait pas forcément. Quand Sir Léon vint le voir pour lui dire qu'il allait faire équipe avec Sir Cedrick pour sa ronde dans le château, il acquiesça en serrant des dents. Il y avait quelque chose qui ne passait pas avec ce chevalier, mais il ne savait pas quoi. Il le supportait parce qu'il n'avait pas le choix, parce qu'ils étaient chevaliers tous les deux, mais Gaspard n'avait aucune affection pour lui. Alors, il aurait préféré faire équipe avec quelqu'un d'autre, sauf qu'il se voyait mal contester les ordres de Sir Léon. Surtout qu'il avait tellement de chose à faire, il s'en était déjà allé. Gaspard soupira donc, prenant la direction de la salle des gardes pour chercher ce Cedrick. Quand il arriva, il le vit sur place. Au moins, il n'allait pas avoir besoin de le chercher partout dans le château.


« Bonjour Sir Cedrick. »
Dit-il lui adressant un léger sourire. Il était poli, il savait mettre de côté ses ressentiments pour se montrer digne de son rang (heureusement, ça lui sauvé la vie d'ailleurs). « Nous faisons équipe aujourd'hui pour faire notre ronde dans le château et la citée, êtes-vous prêt ? »

C'était qu'on ne plaisantait pas avec le travail de chevalier, avec les rondes. Depuis les attaques, la sécurité était très importante pour le roi. En même temps, les chasseurs étaient vraiment une menace. Mais Gaspard savait qu'ils n'allaient pas attaquer de sitôt (ce qui n'enlevait pas d'autres potentiels danger, après tout ce n'était pas eu qui s'en était pris à la reine et Gaspard était persuadé que la perte de son enfant n'était pas naturelle), il était bien placé pour le savoir. Malgré le fait que son père était tendu, il n'avait pas encore prévue d’action pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Mer 14 Jan - 19:02



Être chevalier, c'est une vie

 




En se levant la matin même, Cedrick s’étira longuement, profitant des rayons du soleil passant par la fenêtre et lui caressant le visage. Pour une fois, il n’avait pas à se presser car aujourd’hui était son jour de congé. Un jour qu’il avait longuement attendu et dont il comptait bien profiter pour juste flâner au village, peut-être aller boire un hydromel à la taverne. Pour écrire à sa mère et sa sœur aussi.

Après avoir avalé son petit-déjeuner dans ses appartements, Cedrick, ayant laissé son uniforme rangé dans sa chambre, sortit dans les couloirs en sifflotant et en saluant les personnes qu’il croisait. Et ce fut là que les choses prirent un tournant tout de suite moins plaisant lorsqu’il se fit littéralement harponné par Sir Léon. Embêté, ce dernier lui expliqua que Gauvain avait prit froid et, cloué au lit, était trop souffrant pour assumer sa garde du jour. Tout le monde ou presque étant déjà occupé à cause de la sécurité renforcé, il ne lui restait plus que Cedrick sous la main de disponible, l’autre chevalier en congé ayant vu son dernier né naître la veille.

Et c’est ainsi que Cedrick, n’ayant pas le cœur à enlever le jeune papa à sa famille, retourna dans sa chambre pour se changer avant de se rendre dans la salle des gardes ou il salua les chevaliers partant à leurs missions avant de se retrouver seul pour se préparer. Par chance, on ne lui demandait pas grand-chose de difficile. Les rondes au château étaient longues et interminables mais au final, c’était une mission plutôt facile.

Alors qu’il terminait de s’équiper correctement, il fit un petit récapitulatif de qui se trouvaient normalement où pour savoir avec qui il allait faire équipe, détail que Sir Léon avait oublié de lui dire. Il en arrivait à la fin de son décompte et un dernier nom lui restait en tête. Et merde… pensa-t-il en silence au moment où sa crainte se confirma avec l’arrivée de Sir Gaspard.

Sir Gaspard, répondit-il tout en souriant à son tour et en inclinant la tête.

Ce n’était pas vraiment qu’il le détestait c’était juste… Qu’il ne l’aimait pas. Après bien sûr Gaspard était un chevalier, un frère d’arme ! Il se devait donc de laisser son ressentiment de côté. Il espérait juste ne jamais devoir un jour à choisir de risquer sa vie pour lui sauver la sienne car en toute franchise, il était incapable de dire ce qu’il ferait en pareil situation.

Et, une fois n’était pas coutume, Cedrick était décidé à laisser son ressenti de côté pour se mettre au travail. Enfin ça, c’était jusqu’à ce que Gaspard se mette en tête de lui donner des ordres. Alors, des ordres d’Arthur lui-même, aucun problème pour le jeune ex-souverain même s’il ne partageait pas toujours son avis. Des ordres de Sir Léon et bien ma foi, il était leur chef. Mais recevoir des ordres d’un espèce de type qui avait l’air de descendre d’une lignée de paysans plus jeune que lui et qui avait atterrit aller savoir comment chez les Chevaliers alors que lui-même avait été un Roi !

Cedrick fit un effort colossal pour prendre sur lui de ne rien dire. Il inspira, expira, le plus discrètement possible, et replaqua un sourire  un peu forcé sur ses lèvres.

Allons-y, répondit-il sur un ton un peu plus impérieux qu’il ne l’aurait pensé tout en dépassant volontairement Gaspard pour ouvrir la marche en quittant la pièce en premier.

Un jongleur itinérant est arrivé en ville hier soir. Sir Perceval et moi-même l’avons contrôlé. Il est honnête. Agaçant mais honnête. Il repartira ce soir. Tout est noté dans les rapports.




.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Dim 1 Fév - 15:01

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
Les chevaliers devaient toujours se montrer respectueux entre eux, envers les autres d’une manière générale. Gaspard avait été élevé de cette manière, parce que normalement les chevaliers étaient tous des nobles. Ce n’était plus vraiment le cas maintenant avec les décisions d’Arthur, mais il ne se montrait pas pour autant irrespectueux envers les autres chevaliers, même s’il n’aimait pas ces personnes. Malheureusement, il n’était pas possible d’aimer tout le monde et il arrivait (bien trop souvent) à Gaspard de ne pas apprécier l’un de ses camarades. Mais ce n’était pas une raison pour le lui montrer, du moins pour ne pas se comporter avec lui comme avec les autres. C’était le cas de Cedrick, que l’homme ne portait clairement pas dans son cœur. Il ne le détestait pas pour autant, il y avait quand même pire, mais il n’avait vraiment aucune affinité pour lui. L’homme d’ailleurs aurait préféré ne pas avoir besoin de faire équipe avec lui. Malheureusement, il ne pouvait pas décider, il se contentait de suivre les ordres et les ordres voulaient qu’il parte en mission avec Cedrick. Gaspard n’avait pas spécialement envie de perdre du temps, alors il demanda rapidement à son partenaire s’il était prêt. Il ne savait pas si Sir Léon avait eu l’occasion de lui parler, de lui annoncer qu’ils faisaient équipe ensemble. Il n’avait pas l’intention de lui donner des ordres, mais il ne pouvait pas gérer la façon dont l’ancien souverain prenait ses paroles. Cependant, il ne vit rien de l’agacement de l’homme concernant ses paroles. Le fait s’être un noble faisait que Gaspard avait tendance à ne pas réellement faire attention aux autres, ce n’était pas un secret qu’ils se sentaient bien plus supérieur aux citoyens de Camelot. Le jeune homme laissa son partenaire passer devant, ouvrant la porte de la salle de garde pour qu’ils puissent faire leur ronde. Gaspard appréciait de ne pas perdre plus de temps. Les rondes étaient nombreuses dans le château depuis les divers incidents, mais par chance les chevaliers changeaient régulièrement de partenaire.

« J’ai lu le rapport en effet. »

Se contenta-t-il de dire, concernant le jongleur itinérant qui était arrivé la veille au soir. Gaspard espérait bien que l’homme allait quitter la citée sans encombre, il ne faisait pas réellement confiance à ce genre de personne. En même temps, il ne faisait confiance à très peu de personne. Le jeune homme marchait aux côtés de Cedrick, dans les longs couloirs du château. Concernant les Chasseurs, Gaspard savait qu’il n’y avait aucun souci à se faire pour le moment. Mais il y avait d’autres dangers, Camelot semblait avoir énormément d’ennemi. Du moins, si on considérait que la perte de l’enfant de la Reine n’était pas naturelle, ce qui était le cas du chevalier. L’homme n’avait pas spécialement envie de faire la conversation à ce Cedrick, mais le temps allait être très long s’ils ne se parlaient pas du tout. Surtout s’il n’y avait aucun souci et qu’ils n’arrivent rien pendant leurs rondes.

« Savez-vous ce qui est devenu le voleur qui avait été attrapé il y a une semaine ? »

Gaspard avait participé à l’arrestation d’un homme qui s’était introduit dans l’enceinte du château pour voler des objets. Il n’avait pas eu l’occasion de connaitre la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Mer 4 Fév - 13:28



Être chevalier, c'est une vie

 





La journée de repos de Cedrick était tombée à l’eau, certes, mais pour le coup elle promettait en plus d’être interminable. De tous les chevaliers  pourquoi avait-il fallu qu’il tombe sur Gaspard ? A choisir, il aurait même préféré l’humeur plus que douteux de Gauvain plutôt que ce type qui affichait tout le temps, du moins en sa présence, une tête de tueur et qui semblait tout aussi sympathique qu’une porte de grange.
 
C’est ainsi qu’ils commencèrent la ronde dans un silence à peine rompu par un échange concernant le travail, bien loin des conversations plus amicales et animés qu’avaient généralement les autres chevaliers affectés à la ronde au château.
 
De plus, le climat lourd qui régnait au château depuis la fausse couche de la Reine n’aidait pas vraiment à se détendre. Tout le monde était peiné par cette tragédie, Cedrick le premier. Mais Gaspard lui avait semblé redoubler de vigilance depuis. Cedrick avait entendu des murmures, des hypothèses à peine susurrées sur le fait que cette perte de serait pas naturelle mais personne n’osait vraiment le dire, l’affirmer ou même le supposer. Cela semblait être un sujet encore plus tabou que la magie à l’époque d’Uther.  
 
S’étant fait à l’idée d’un long silence, Cedrick fut surprit en entendant Gaspard s’adresser à nouveau à lui. Ce n’était de loin pas encore une conversation amicale et décontractée mais il y avait un très léger progrès. Du moins tant qu’ils n’en arriveraient pas à tomber en désaccord sur quelque chose.
 
Le voleur, le fameux voleur. Comment l’oublier celui-là ? Son arrestation avait été des plus physiques et intenses. C’est qu’il leur en avait donné du fil à retordre le bougre ! Après son arrestation, Cedrick s’était retrouvé avec un sacré hématome sur le haut de la cuisse pendant des jours.
 
Il a été jugé et condamné il y a 2 jours et va croupir dans les prisons pendant les 3 prochaines années. Il a la cellule voisine de celle du vieux Clovier. Si cela ne lui passe pour de bon l’envie de ne jamais recommencer à voler, c’est que son cas est désespéré.

Il fallait dire qu’il fallait se le supporter celui-là. Ce type devait avoir dans les 70 ans et était enfermé là depuis au moins 40 ans avec les odeurs et divagations qui allaient avec. Condamné à perpétuité, personne ne s’était attendu à ce qu’il survive aussi longtemps.

Arrivé dans le hall principal du château, Cedrick se mit à ralentir le pas en regardant autour de lui en fronçant légèrement des sourcils comme il le faisait toujours quand il réfléchissait.

On devrait peut-être commencer par les quartiers royaux aujourd’hui. Comme ça on y passera une fois de plus que ce que fait la ronde normale. Je me dis qu’avec notre fameux voleur, ce serait peut-être une bonne chose d’être un peu plus vigilant.


.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Ven 27 Fév - 15:17

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
Les deux chevaliers auraient très bien pu garder le silence pendant tout le long de leur ronde. Gaspard avait cependant fait l’effort de lancer un sujet de conversation, même si cela concernait le travail. En même temps, l’homme ne voyait pas réellement de quoi il allait bien pouvoir discuter avec Cedrick, ils n’avaient que leurs vies de chevalier en commun. Du moins, c’était ce qu’il pensait. On ne pouvait pas dire que Gaspard s’était intéressé à son camarade. En même temps, il ne s’intéressait pas à grand monde au final. Parfois, certaines femmes retenaient un peu son intention, mais il se lassait très rapidement d’elle. Ses camarades, cela dépendait de qui. Mais d’une manière générale, Gaspard était quand même très hautain et cela ne risquait pas de changer de suite. Il avait été élevé de cette manière et c’était le genre de chose qu’il était difficile d’abandonner. Gaspard avait donc lancé un sujet de travail, demandant des nouvelles d’un homme qui avait été arrêté quelques jours plus tôt. Cedrick lui annonça donc qu’il avait été jugé et condamné à plusieurs années en prison. Tant mieux, il méritait clairement son sort. L’anecdote sur le voisin du voleur était de trop cependant aux yeux de Gaspard, mais il ne fit pas la remarque.

« Bien fait pour lui. »

Les choses étaient claires dans l’esprit du chevalier, si quelqu’un commettait un crime, la justice devait s’occuper de lui. Bien sûr, tous cela était un peu mis à mal à cause de ce qu’il faisait pour les chasseurs, mais dans son esprit ce qu’il faisait était la justice également. Les êtres magiques étaient comme ce voleur, des criminels. Gaspard ne pouvait pas considérer de leur donner une chance, ou de croire qu’ils n’étaient pas tous les mêmes. Encore un fois, cela venait de son éducation. Mais il était clair que certaines choses allaient changer quand il aurait connaissance de détails important, comme le fait que sa sœur était l’un de ces êtres magiques.

« Vous avez raison. » Cela le tuait littéralement de devoir l’admettre, mais il ne pouvait quand même pas être trop de mauvaise foi. Cedrick avait raison de vouloir commencer par les quartiers royaux. « Ca ne fera pas de mal de passer un peu plus dans ce coin. »

Avec ce qui était arrivé à la reine en plus, Gaspard devait bien avouer qu’il avait envie d’être bien plus vigilent concernant la sécurité d’Arthur et de sa femme (surtout de sa femme, le roi pouvait plus aisément se défendre). Les deux chevaliers prirent donc le chemin des quartiers royaux, d’un rythme de marche normal. Ils n’avaient pas besoin d’aller trop vite, mais ils ne devaient pas non plus trainer. Le but était de s’assurer qu’il n’y avait rien d’anormal. D’ailleurs en parlant de choses anormales, Gaspard fut attiré par un détail étrange. Il fit un signe à Cedrick pour qu’il comprenne qu’il ne devait pas faire de bruit, et lui indiqua une porte qui était entre-ouverte. Normalement, il n’y avait aucune raison qu’elle le soit. A voir ce qu’ils allaient découvrir dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Jeu 5 Mar - 18:01



Être chevalier, c'est une vie





Voilà, ça c’était fait…

La réponse de Gaspard quant au sort du voleur ne laissait pas vraiment de place à une discussion plus élaborée et Cedrick hocha légèrement la tête en restant silencieux. Il ne pouvait s’empêcher de toujours se demander comment un type pareil pouvait mener sa vie de tous les jours. S’il était aussi glacial et peu loquace dans sa vie privée, cela en devenait presque surprenant qu’il soit encore en vie. Et à bien y réfléchir, Cedrick n’était pas sûr avoir déjà entendu parler d’une quelconque mais simple idylle le concernant. En même temps, s’il séduisait avec autant de chaleur, il était bon pour devenir vieux garçon.

Combien de fois Cedrick avait-il eu envie, dans les premiers temps de son arrivée, de lui dire de retirer l’épée qu’il avait de plantée dans le fondement et de se lâcher un peu, voir même beaucoup. Mais avec le temps, il avait de moins en moins envie de lui proposer d’aller boire tout leur soule un soir à la taverne dans l’espoir de le voir enfin se dérider un peu.

Ce fut donc en silence qu’il prit avec lui la direction des quartiers royaux. Croisant quelques servantes, Cedrick les salua d’un simple signe de tête, scrutant les visages mais aucun d’entre eux ne lui étaient inconnus jusqu’à présent. Tout semblait au plus calme jusqu’à ce qu’ils ne croisent une porte entrouverte. Sans un mot, Cedrick fit un signe de tête à Gaspard pour lui faire savoir qu’ils s’étaient bien comprit et il posa la main sur la garde de son arme et doucement, pour ne pas faire le moindre bruit, il la retira de son fourreau.

Son frère d’arme était le plus près de la porte et d’un geste du menton, Cedrick lui fit comprendre qu’il pouvait l’ouvrir, prêt à assurer ses arrières en cas d’attaque soudaine. Avec un peu de chance, c’était juste une femme de chambre ayant mal refermée la porte derrière elle après avoir fait le ménage mais ils ne pouvaient guère se permettre de mal faire leur travail. Trop de précaution était de rigueur au vue des circonstances actuelles.



.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Sam 4 Avr - 18:46

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
Gaspard n’aimait pas spécialement parler, c’était vrai. Encore moins avec les personnes qu’il n’appréciait pas vraiment. Et en fait, il arrivait souvent qu’il n’apprécie pas quelqu’un. C’était assez tout ou rien, soit il aimait, soit il n’aimait pas. Et bien sûr, il n’appréciait pas vraiment Cedrick. Heureusement, qu’ils étaient ensemble pour travailler et qu’ils n’avaient pas besoin de discuter pour travailler. D’ailleurs, les chevaliers devaient quand même se concentrer, ils n’étaient pas là pour se taper une longue conversation sur leurs vies respectives. La sécurité du château était un point important, ils ne devaient pas se déconcentrer. Gaspard n’avait pas envie de l’être en tout cas, alors qu’ils prenaient le chemin des quartiers royaux afin de commencer leur ronde. Le jeune homme savait parfaitement que les Chasseurs n’allaient pas causer de souci prochainement, parce que son père n’avait aucune action en tête pour l’instant. Cela allait revenir bien sûr, mais pas de suite. Pour l’heure, s’il y avait un souci, ce n’était pas à cause du groupe cherchant à arrêter les êtres magiques dans le royaume de Camelot. Evidemment, Gaspard n’était pas idiot au point de penser que son père et le groupe des Chasseurs étaient les seuls menaces de Camelot, il devait se montrer prudent donc.

Et d’ailleurs, il semblait bien que les deux chevaliers se retrouvaient à présent devant quelque chose d’anormal. Une porte entre-ouverte avait attiré l’attention de Gaspard et Cedrick avait compris où il voulait en venir. Ils s’adressèrent des signes de la tête, sortant leurs armes de leurs fourreaux. Cela le plus silencieusement possible, afin de ne pas éveiller les soupçons d’un éventuel intrus. Gaspard se faisait peut-être des idées, mais il préférait clairement se tromper que de laisser passer une menace. Cedrick fit un signe de la tête à Gaspard pour lui faire comprendre de rentrer, ce dernier lui répondit d’un nouveau signe de tête également. Doucement, il s’approcha alors de la porte, son arme en main, et l’ouvrit lentement. La pièce était plongée dans le noir, il n’y avait que le trait de lumière venant dans le couloir qui permettait de voir quelque chose. C’était une chambre. Gaspard fit quelque pas dans la pièce, observant tout autour de lui en sachant que Cedrick couvrait ses arrières. Même si le chevalier n’aimait pas vraiment son collègue, il savait quand même qu’il pouvait lui faire confiance.

« Je ne vois rien. »

Dit-il dans un souffle, la voie la plus basse possible afin de ne pas attirer l’attention d’une éventuelle personne présente. Cependant, quelques secondes après qu’il ait prononcé ces mots, la porte claqua violement, plongeant la pièce complètement dans le noire. Si cela n’était pas la signification qu’il se passait quelque chose, Gaspard ne s’appellerait plus Gaspard. Pour le moment, il ne pouvait pas savoir ce qui était en train de se passer, mais ce n’était clairement pas normal. Et quelque chose lui disait que la magie avait un rapport avec tout cela, même s’il avait tendance à mettre les soucis sur le dos de la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Mar 5 Mai - 12:05



Être chevalier, c'est une vie

 





Épée dégainée, Cedrick laissa Gaspard entrer dans la pièce qui semblait plongée dans la pénombre tandis qu’il restait sur le seuil à surveiller le couloir pour s’assurer que tout était calme. Et par chance, dans le couloir tout l’était.

Cela semblait aussi être le cas dans la pièce où se trouvait Gaspard à en croire ses propos bien que leur échange murmuré fut coupé court. En effet, au même moment une servante ouvrit la porte en face. Plusieurs fenêtres étant ouvertes, cela provoqua un courant d’air et la porte de la pièce o ?u se trouvait Gaspard étant seulement entrouverte, cette dernière se referma soudainement dans un claquement avant que Cedrick n’ait eu le temps de réagir.

Secouant légèrement la tête, Cedrick rengaina son épée et rouvrit la porte pour adresser un petit sourire amusé à Gaspard.

Courant d’air, expliqua-t-il de manière concise tout en ouvrant cette fois-ci grande la porte pour éviter que cela ne se reproduise. Après quoi, il entra dans la pièce vraiment très sombre et plissa les yeux pour tenter d’y voir quelque chose.

Vu l’odeur de renfermé, j’ai l’impression que cette chambre n’a pas été utilisée depuis un moment. Ça pique les yeux.

Arrivant plus ou moins à repérer le rare mobilier de la pièce, Cedrick la traversa pour atteindre les fenêtres. Il prit alors le lourd rideau et l’écarta en faisant tomber une pluie de poussière. La chambre était inutilisée et visiblement personne ne venait y faire le ménage ni même l’aérer.

Mais alors dans ce cas pourquoi est-ce que la porte était entrouverte ? Cela constatation fit immédiatement tilt dans la tête de Cedrick qui tira d’un coup sur le rideau pour laisser la faible lumière traversant l’unique fenêtre à présent dégager illuminer un peu mieux la pièce.

Il tourna ensuite doucement sur lui-même en ressortant à nouveau son épée de son fourreau, faisant signe à Gaspard d’ouvrir l’œil. Après tout, son frère d’arme n’était peut-être pas toujours aussi alarmiste que cela. Certes, il était toujours très méfiant – beaucoup trop même parfois – mais là, effectivement il y avait de quoi se montrer suspicieux et Cedrick devait reconnaitre que Gaspard avait peut-être raison de s’inquiéter.

Doucement, Cedrick commença à contourner les meubles en observant les lieux avec attention. Ce’st alors que quelque chose attira son regard. Non loin de Gaspard, une tenture déposée-là sans doute parce que les domestiques n’avaient pas su où la ranger d’autre frémissait doucement de temps à autre. Cedrick se figea et tout en geste, désigna la fameuse tenture d’un geste du doigt insistant.


.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Ven 29 Mai - 10:22

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
Gaspard se retrouvait complètement dans le noir, après que la porte de la pièce dans laquelle il se trouvait se soit refermée. Le jeune homme n’avait aucune idée de ce qui avait bien pu se passer et il ne pouvait pas s’empêcher de penser à la magie. En même temps, dès que quelque chose d’étrange se produisait, le chevalier avait tendance à le mettre sur le compte de la magie. Même s’il gardait souvent ses réflexions pour lui-même. Gaspard n’était pas idiot au point de faire remarquer aux autres qu’il avait un sérieux problème avec la magie, alors que tout le monde se demandait comment les Chasseurs avaient pu entrer dans le château pendant la fête de l’anniversaire du roi. Il était hors de question que les soupçons se tournent vers lui. Gaspard se montrait donc très prudent concernant cette magie et il ne montrait pas à quel point il l’avait en horreur, même si cette horreur lui avait été surtout rentrée dans le crane par son père.

Mais pour le coup, le chevalier c’était clairement fait des idées. Son camarade ouvrit la porte, lui annonçant qu’il y avait eu un courant d’air. Soit, il s’était sans doute précipité dans sa réflexion. Il avait tendance à voir le mal partout. Mais cela n’empêchait pas cette pièce d’être étrange. Elle était sombre, couverte de poussière, comme si personne n’était entré à l’intérieur depuis des mois. Cependant, ils avaient quand même trouvés la porte de cette dernière entre-ouverte, quelqu’un l’avait forcément ouverte. Cedrick pensait comme lui apparemment, il mentionna le fait que l’odeur était infâme. Effectivement, il n’avait jamais vu une pièce aussi à l’abandon et encore moins dans le château de Camelot.

« Je ne pensais pas qu’il y avait des chambres dans de tels état ici. »

Après tout, il était normal que le château de Camelot ait une bonne image. Les souverains recevaient souvent de la visite, ils devaient faire en sorte que le lieu soit propre. Cedrick s’approcha de la fenêtre et tira sur le rideau afin de laisser une faible lumière traverser la couche de poussière. Gaspard, qui avait toujours son épée en main, explorait du regard la pièce. Il ne voyait rien de particulier pour le moment, mais le jeune homme préférait se montrer méfiant. On n’était jamais assez prudent à ses yeux. Soudain, Gaspard remarqua le geste de son compagnon d’arme, il était en train de fixer une tenture posé là. Il comprit rapidement d’où venait le problème, il ne mit pas longtemps à remarquer les frémissements. Doucement, le chevalier s’approcha son épée en avant. Il toucha délicatement la tenture de son arme, dans l’optique de la soulever pour découvrir ce qu’il y avait en dessous, mais cette chose fut plus rapide.

Un miaulement se fit entendre, ainsi qu’un grognement, avant qu’un chat noir ne sorte de sous la tenture et fonce vers la porte pour s’enfuir, apparemment dérangé par la visite des deux chevaliers.

« Sale bête ! »

Lança le chevalier, qui avait sursauté dans l’action.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Ven 19 Juin - 15:17



Être chevalier, c'est une vie

 





Les deux chevaliers étaient sur la défensive, prêts à en découdre face à ce qui apparaitrait sous la tenture qui bougeait légèrement. Alors que Gaspard approchait silencieusement avec sa lame, Cedrick tenait son épée en position, prêt à venir à sa défense dans la seconde.

Et c’est ainsi qu’il fut à deux doigts de menacer de son épée un pauvre chat apeuré qui filait à vive allure en poussant un cri apeuré.

Saloperie, marmonna Cedrick en même temps que le sale bête de Gaspard. Le chat, comme ses compères dans le château, avait probablement dû flairer un rongeur dans la pièce et se glisser par la porte laissée entrouverte.

La surprise passée, Cedrick poussa un petit soupire et rangea son épée. La seule chose qui bougeait à présent dans la pièce était la poussière soulevée par la fuite du félin.

Pour une fois, Cedrick était du même avis que son compagnon d’arme. Il était vrai que de trouver une chambre ainsi à l’abandon dans le château était surprenant. Surtout dans le corps même du château et non pas dans une aile ou une extension. Mais d’un autre côté, le château comportait un nombre impressionnant de pièces en tout genre et toutes n’étaient pas utilisées.

Les serviteurs ont peut-être simplement décidé d’un faire un débarras, dit-il en guise de constat maintenant que la terrible menace à 4 pattes étaient éloignée.

En effet, les meubles imposant entreposés ici n’auraient jamais pu tenir dans une pièce de stockage plus petite. Peut-être que par le passé, cela avait été la chambre attitrée d’un membre de la famille royale lors de ses venues au Royaume et que suite à un décès ou autre, la chambre avait tout simplement cessé d’être utilisée.

S’il y a eu qui que ce soit ici, il ou elle est parti avant notre passage. On peut toujours mettre un scellé discret dessus et ordonner aux serviteurs de ne plus s’en approcher pour voir ce qu’il se passe mais tu sais comment ils sont… Une partie d’entre eux est à peine capable de marcher et de respirer en même temps alors se rappeler de ne pas ouvrir une porte…


Et après tout, c’était peut-être tout simplement là la réponse à l’énigme de la porte ouverte. Un serviteur distrait qui ne l’aurait pas claquée en partant.

On devrait continuer la ronde.

Comme ça, s’ils ne voyaient plus rien de suspect, cet épisode pourrait être oublié. Et au contraire, s’ils voyaient autre chose du même acabit, ils pourraient commencer à envisager d’en parler à la réunion journalière avec les autres chevaliers.



.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Sam 11 Juil - 11:18

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
Gaspard remit son épée dans son fourreau après que le chat soit sortie de sous la tenture afin de fuir dans le couloir par la porte ouverte. Le jeune homme avait sursauté quand il était sorti précipitamment, son cœur battait donc plus rapidement que normalement. Mais il n’allait pas tarder à se calmer, maintenant que l’action était passée. Finalement, il n’y avait rien dans cette chambre à part ce chat qui avait dû sentir l’odeur de rat et vouloir se faire un bon diner. Visiblement, il n’y avait plus rien à craindre de cette pièce pleine de poussière, à moins que quelque chose soit caché mais cela ne semblait pas être le cas. Au fond, ça ne devait qu’être une pièce abandonnée. C’était étrange dans un sens, parce que la chambre ne se trouvait pas dans un coin paumé du château, il n’était pas normal qu’elle soit abandonnée comme cela. Mais bon, ce n’était pas vraiment ses affaires. Tant qu’il n’y avait aucun danger, cela ne le regardait pas et ça concernait simplement les serviteurs. S’ils avaient décidé de ne pas faire d’effort avec cet endroit, c’était leur problème. Cedrick mentionna le fait de leur demander de ne pas entrer dans la pièce afin d’être sûr qu’il n’y avait aucun danger, mais comme il le disait si bien lui-même, ce n’était pas évident de leur faire comprendre quelque chose.

« Je crois qu’il ne faut pas trop compter sur eux en effet. » Au pire, maintenant qu’ils étaient venus une première fois, ils allaient pouvoir vérifier qu’il n’y avait rien de différent. Cela ne devrait pas être trop compliqué de se rappeler ce qu’il y avait dans cette pièce et de remarquer des marques dans le tas de poussière. « Continuons oui. »

Ils avaient perdu assez de temps avec cette pièce, ils devaient continuer leurs rondes. S’ils trouvaient autre chose, ils pourraient peut-être se poser des questions. Mais pour l’heure, il semblait que les choses soient assez calmes en dehors de ce félin qui s’est tiré à toute vitesse. A choisir, Gaspard préférait que leur ronde soit calme, cela pouvait signifier que la situation était moins problématique. Quoi que dans tous les cas, le jeune homme savait parfaitement que les chasseurs n’allaient pas poser de problème de suite. Sans doute prochainement, mais pas pour le moment. Cependant, ils n’étaient à l’abri d’autres problèmes. S’il n’y avait que les chasseurs, les chevaliers n’auraient pas grand-chose à faire. Les deux hommes poursuivirent leurs rondes donc, croisant des serviteurs qui s’afféraient à leurs tâches. Et ce fut un visage plus que familier qui apparut dans le coin d’un couloir, Merlin le serviteur d’Arthur. Gaspard adressa un signe de la tête à l’homme, ne voulant pas le laisser douter de l’aversion qu’il avait pour lui maintenant qu’il savait qu’il était un sorcier. Et dire que les personnes les plus proches des souverains étaient des êtres magiques, ce n’était pas étonnant que le royaume soit en train de partir à la dérive.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Mar 28 Juil - 17:58



Être chevalier, c'est une vie

 





Deux chevaliers tenus en respect par un chat… Heureusement qu’il n’y avait pas eu de témoins à la scène sinon quoi, on la leur aurait certainement ressortie pendant longtemps cette histoire. Mais pour leur défense, tous les mondes étaient passablement sur leurs gardes ses temps, et les Chevaliers plus que quiconque. Malgré la fatigue, Cedrick ne dormait que d’un œil depuis des jours, l’anxiété se faisant toujours plus forte dans la solitude et la pénombre de sa chambre. Il ne craignait pas vraiment pour sa vie ou pour les événements tragiques qui s’étaient produit. C’était plus le résultat d’un ensemble. Il avait vu son propre royaume être mit à feu et à sang durant son règne. Il avait dû vivre la destitution, l’emprisonnement et l’exile et il n’avait pas envie de voir les choses se produire à nouveau. Certes, Camelot n’était pas son royaume mais il s’y sentait chez lui et surtout, il ne souhaitait à aucun Roi ami ce cauchemar que lui-même avait vécu des mois durant. Cedrick savait que ses chances de pouvoir un jour reprendre la couronne de Balaran et ainsi retrouver sa place légitime de Roi étaient faibles alors pour le moment, il était bien décidé à protéger Camelot avec la même ardeur qu’il avait tenté – vainement – de protéger Balaran.

D’un commun accord avec Sir Gaspard, ils quittèrent la pièce et reprirent leur ronde plutôt dans le silence. L’épisode du débarras et du chat avaient eu le mérite de les occuper un peu mais maintenant qu’ils arpentaient à nouveau les couloirs, le silence se refaisait pesant entre eux. Ou tout du moins, Cedrick le ressentait-il comme cela. Ce n’était pas vraiment facile pour lui de faire la conversation à son binôme avec qui il avait fini par s’avouer qu’il n’avait pas grand-chose en commun.

Ce fut donc avec un grand soulagement que Cedrick vit soudainement apparaitre le sourire enfantin de Merlin au détour d’un couloir. Le Chevalier appréciait sincèrement le sorcier et servant d’Arthur. D’ailleurs quand Garspard se contenta d’un simple salut de la tête, Cedrick échangea rapidement quelques paroles amicales avec le jeune homme avant de le quitter.

A nouveau seul avec Gaspard, Cedrick tenta finalement de briser la glace avec le premier sujet basique qui lui passait en tête.

Le Roi a quand même beaucoup de chance d’avoir Merlin à ses côtés, vous ne trouvez pas ? Quand je pense à tout ce que ce pauvre Merlin à fait pour nous sortir des ennuis sans que nous le sachions alors que l’on continuait à le charrier. On devrait vraiment faire quelque chose pour le remercier de son aide discrète, vous en dites quoi ?

Cedrick était sérieux. Pour lui la magie avait toujours été une chose naturelle. Balaran avait été aussi bien peuplé d’humains que de créatures magiques et tous avaient toujours vécus ensemble. Autant dire que les lois de Camelot sur le sujet sous le règne d’Uther avaient été un vrai choc pour Cedrick lorsqu’il en avait entendu parler.



.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Ven 21 Aoû - 22:10

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
Gaspard devait bien avouer qu’il n’avait pas eu envie de trop s’attarder aux côtés du serviteur du roi. Ces derniers temps, le chevalier ne se sentait vraiment pas à l’aise en sa compagnie. C’était évidemment parce qu’il avait découvert qu’il était un sorcier, ça n’aidait vraiment pas la situation. Merlin était un sorcier et Gaspard ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il y avait un rapport avec la mort de l’enfant des Pendragon. Evidemment, le chevalier était loin de la vérité (quoi qu’au final, il était sans doute moins loin que la plupart des autres personnes dans ce château), mais il ne se doutait de rien. Il n’était clairement pas objectif dans l’affaire, mais tant pis. Il avait une aversion naturelle pour les créatures magiques, il n’avait pas d’autre choix que de ne pas apprécier la proximité de ce serviteur avec le roi Arthur. Evidemment, il ne pouvait en aucun cas le montrer. C’était particulièrement difficile à assumer, de devoir jouer un rôle constamment et de cacher ce qu’on avait sur le cœur. Mais il n’était pas le seul concernait avec cette histoire. Gaspard ne se voyait pas enfoncer son père (malgré la relation difficile que les deux hommes avaient) et le condamner. Ainsi donc, il n’avait pas le choix que de cacher la vérité et c’était parfois très compliqué. Comme en cet instant, alors qu’ils venaient de croiser Merlin et que Cedrick décidait de lui faire des louanges. Il avait même envie de faire quelque chose afin de le remercier. Evidemment, Gaspard comprenait pourquoi il pensait et voulait ça. En même temps, s’il n’y avait pas cette aversion dans les gênes du chevalier, peut-être qu’il aurait pensé comme Cedrick. Après tout, il fallait bien reconnaitre que Merlin avait fait énormément de chose pour le royaume. Si Gaspard avait pu être objectif, il aurait peut-être pu comprendre. Mais il ne l’était pas, même s’il n’avait pas d’autre choix que de faire semblant.

« C’est vrai que nous n’avons pas toujours été tendre avec lui, alors qu’il nous a énormément aidé. » Ce n’était pas forcément agréable pour lui de dire cela, mais il n’avait pas trop le choix de toute façon. Et puis, même sas ça, il fallait bien qu’il avoue que Merlin les avait très souvent sortie de mauvais ennuis. Il avait même sauvé la vie d’Arthur quand même. Mais cela ne changeait rien au fait qu’il était quand même un sorcier et donc qu’il était contre nature. « Je ne pense pas que Merlin soit vraiment du genre à aimer les grandes cérémonies à son honneur. » C’était un jeune homme plus que discret quand même, sinon il n’aurait pas pu se cacher depuis toute ces années. « Vous avez une idée de ce qu’on pourrait faire pour lui ? »

Une manière pour lui de dire qu’il était d’accord avec lui, qu’il était pour le fait de faire quelque chose pour le serviteur du roi. Il n’avait pas trop le choix de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Mar 15 Sep - 13:27



Être chevalier, c'est une vie

 





Par tous les Dieux, Gaspard semblait pour une fois à peu près de son avis sur un sujet autre que leur mission commune auprès d'Arthur. Voilà qui méritait presque de devenir un jour à marquer d'une pierre blanche ! Il fallait dire que pour le peu qu'ils avaient eut l'occasion de se parler – en dehors de leur mission donc – ils n'avaient jamais vraiment trouvé de sujet pouvant les mettre d'accords. Au point où Cedrick avait finalement capitulé en jugeant que la seule chose sur laquelle ils pourraient se mettre d'accord... Était le fait qu'ils ne seraient jamais d'accord sur rien d'autre.

Et voilà qu'ils semblaient enfin avoir trouvé un nouveau terrain d'entente, même si Gaspard, comme à ce qui semblait aux yeux de Cedrick, être son habitude, ne s'emballait pas vraiment. Le contraire aurait réellement surprit le chevalier en même temps. Mais bien sûr, Cedrick ne mettait cela que sur le dos de la froideur habituelle de son frère d'arme, ignorant tout des questionnements qui se tramaient dans son esprit.

Je ne pensais pas à une grande cérémonie. Je suis bien d'accord qu'il nous faudrait l'attacher à une chaise pour qu'il accepte de rester sinon, répondit Cedrick avec un sourire.

Merlin était la discrétion incarnée. Après tout ce qu'il avait fait pour Camelot et Arthur, il n'avait jamais demandé de récompense qui, pourtant, aurait été plus que méritée. Non, à la place il était tout simplement resté à sa place de serviteur du Roi alors qu'il aurait légitimement pu prétendre à un rôle plus important tel que Conseiller ou, pourquoi pas, Chevalier ! C'était tout à son honneur mais il méritait tout de même une marque de reconnaissance et pas uniquement de la part d'Arthur. Après tout, les Chevaliers eux-même lui devaient la vie bien plus souvent qu'à leur tour.

En fait, je pensais plus à une petite fête en privée. Vous savez juste Merlin, nous et quelques invités qui le souhaiteraient. Le tout dans la salle de repas des chevaliers par exemple. Quelque chose de pas trop formel... Histoire de juste lui montrer que l'on oublie pas ce qu'il a fait.


.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   Mar 13 Oct - 10:12

Cedrick & Gaspard
Être chevalier c'est une vie
Cela tuait clairement Gaspard de devoir jouer ce rôle, mais il n’avait pas le choix. Le jeune homme devait cacher complètement le fait qu’il avait un souci avec la magie et les êtres magiques, afin de ne pas attirer l’attention sur lui. C’était évident qu’il n’était pas le seul dans ce cas à Camelot, que de nombreuses personnes voyaient la magie d’un mauvais œil - sans aucun doute le résultat de nombreuses années d’interdiction de la part d’Uther - mais Gaspard préférait largement mettre toutes les chances de son côté pour ne pas attirer l’attention. Il y avait un traitre au château, tout le monde le savait, ce n’était pas le moment pour que les soupçons commencent à se tourner vers lui. Gaspard avait bien trop à faire prochainement pour cela, outre le fait qu’il tenait à sa tête également. Arthur avait beau être un roi bon, il y avait peu de chance qu’il laisse un traitre comme lui voir un jour la lumière du jour après l’avoir attrapé (s’il ne se contentait pas simplement de lui couper la tête). Il devait donc faire comme si cela lui plaisait de remercier Merlin de tout ce qu’il avait fait pour eux, en faisant usage de sa magie. Bon en même temps, le chevalier devait quand même reconnaitre que sans le serviteur du roi, ils auraient eu beaucoup de difficulté dans le passé. Gaspard ferait quand même preuve de beaucoup trop de mauvaise foi - même pour lui - en affirmant le contraire. Mais quand même, il était un être magique et sa raison le poussait à le croire mauvais malgré toutes les bonnes actions qu’il avait faites pour eux. Dernièrement encore, le jeune homme avait eu l’occasion de le voir en action pour protéger les chevaliers. Comme cette situation était compliquée, comme cette vie était difficile…

« Quoi que l’idée de l’attacher est assez amusante. »

Affirma-t-il dans un léger sourire sincère (c’était assez rare pour le préciser), quand Cedrick mentionna le fait que Merlin n’était pas du genre à accepter les grandes cérémonies. En effet, l’idée de faire quelque chose de plus privé était bien mieux. Même si ça ennuyait toujours Gaspard de devoir faire quelque chose. Mais au vu de la situation, il n’allait pas pouvoir y échapper de toute façon, il allait bien devoir en faire partie. Et donc, il fallait qu’il prenne sur lui pour avoir une conversation normal avec son compagne d’arme pour qui il n’avait aucune affinité, afin de préparer une fête pour un être magique (si son père le voyait…).

« Je trouve que c’est parfait comme ça, le mieux c’est d’en faire une surprise. On peut prévenir les autres (sous entendue les autres chevaliers) et lui faire la surprise. » Gaspard marqua une pause. « Il ne s’y attendra pas du tout. »

Gaspard se demandait vraiment comment il avait pu se retrouver entraîné la dedans, mais maintenant qu’il y était, il allait simplement y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Être chevalier, c'est une vie (Cedrick)
» Un honorable chevalier
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» Haldurion, apprenti Chevalier Galadhrim
» Un petit bonjour de La maisnie du chevalier Bragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-