Partagez | .
 

 L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Dim 14 Déc - 20:36

Manon & Gaspard
L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour.
Gaspard passait énormément de temps à penser aux sorciers et aux druides, à son objectif de vie. Son père était dans tous ses états depuis le décès de l’enfant Pendragon, tout comme son fils, l’homme pensait que c’était la faute aux sorciers. Les Chasseurs avaient forcément pensé aux êtres magiques quand ils avaient découvert pour la perte de l’enfant de la Reine, même s’il n’y avait aucune raison d’aller dans ce sens normalement. Gaspard, plus il y pensait, se disait de plus en plus que cette grossesse avait été étrange depuis le début. Bon, il pourrait se sentir coupable également puisque ses actions et celles de son groupe n’avait pas aidé la femme à avoir un état loin du stresse. Ils pourraient donc se sentir coupable, au fond le Chevalier sentait parfois de la culpabilité, mais ils préféraient retourner cela contre les êtres magiques. Gaspard avait connaissance d’un détail que son père ignorait, parce qu’il ne lui avait rien dit du tout. Manon, la serveuse de la Reine, était une druide. Il le savait parce que c’était elle-même qui lui avait appris son origine, c’était donc une source sûre. Manon Deschênes était une druide et était vraiment bien placé pour faire du mal à la Reine. Clairement, Gaspard laissait son imagination le guider dans ce sens, il ne pouvait pas complètement croire en réalité qu’il puisse avoir raison. Et pourtant, il ne se rendait pas compte à quel point il avait raison, à quel point la jeune femme était directement concernée par la mort de l’héritier du trône. Cette femme servait simplement au chevalier à effacer une partie de sa culpabilité.

Depuis que cette idée absurde était entrée dans l’esprit de Gaspard, l’homme passait beaucoup plus de temps à l’observer qu’autrefois. Il aurait sans doute dû en parler à son père, mais il avait préféré ne rien dire. Il ne savait pas vraiment pourquoi, peut-être qu’il souhaitait simplement s’en occuper lui-même ? Ou une autre raison qu’il ne parvenait pas à comprendre. En réalité, le jeune homme devait bien avouer qu’il doutait de temps à autre du bien fait de ses actions. Enfin, cela ne l’empêchait pas de la garder à l’œil. D’ailleurs, ce fut parce qu’il la suivait qu’il se rendit dans le coin du laboratoire de Gaïus. L’homme ne savait pas réellement pourquoi la jeune femme se rendait chez le médecin, peut-être pour la Reine, mais il fit de même. L’homme avait une excuse en tête, il n’était pas anormal qu’il rende visite à Gaïus après tout. Quand il s’approcha de la porte du laboratoire de l’homme, ce fut à ce moment-là que Manon l’ouvrit.  

« Bonjour Manon. » Dit-il en se montrant le plus poli possible. Il ne voulait pas qu’elle ait des soupçons sur lui, il voulait s’approcher d’elle le plus possible, afin de savoir si elle avait un rôle dans la mort de l’héritier. Ou pour autre chose au fond, il était un peu perdu avec lui-même. « Comment vas-tu ? »

En réalité, il posait cette question simplement pour lancer la conversation. Une excuse comme une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Lun 15 Déc - 19:28


L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour
M

anon, dernièrement, pouvait aisément passer pour la servante la plus attentionnée du monde, passant le plus clair de son temps au chevet de sa reine, étant au petit soin pour elle, multipliant les attentions à son égard... D'accord, il était normal qu'elle prenne soin de Guenièvre, c'était après tout son travail, mais elle y mettait tout de même un soin particulier qui tenait de l'excès de zèle, et qui ne devait se justifier pour la plupart que par l'amitié qui s'était nouée entre la reine de Camelot et sa servante. Le fait est que oui, cette amitié en question avait bien son rôle à jouer dans l'affaire. Si le sort de sa maîtresse indifférait véritablement Manon, elle n'agirait clairement pas ainsi qu'elle le faisait, mais il y avait autre chose...

C'était la culpabilité, la culpabilité avant tout qui la conduisait à se montrer si exemplaire. L'héritier du trône était mort, et c'était de sa faute. Elle ne regrettait pas un seul instant d'être celle qui avait porté ce coup fatal à ce rejeton qui ne devait pas voir le jour, de par sa naissance (qui n'avait pas eu lieu) et de par son nom (qu'il n'aurait jamais l'occasion de porter). Elle avait fait ce qui devait être fait, et portée par les encouragements et sollicitations d'Ena, pour laquelle elle nourrissait des sentiments un peu plus forts à chaque jour qui passait, elle était toujours aussi convaincue qu'aucun autre choix n'était possible. Mais elle n'avait jamais voulu que Guenièvre souffre autant... Mentalement (car le mal physique, qui ne devait être que temporaire, n'était que là pour le plus grand bien) en tous cas. La reine portait son deuil avec insistance, et ne semblait pas se remettre de cette épreuve. Manon devait avouer qu'elle ne pensait pas que la situation pèserait tant à Guenièvre, elle avait cru qu'elle s'en remettrait vite. Que perdre un enfant, quand on ne l'avait jamais tenu dans ses bras, ce n'était pas pareil que le perdre quand on avait jamais pu porter son regard sur lui... Visiblement, elle se trompait. Elle n'entendait pas grand chose à l'instinct maternel, elle n'avait aucun souvenir de ses parents, et elle s'en pensait dénuée, elle, d'instinct maternel, alors ce n'était guère évident pour elle de comprendre. Tout ce qu'elle voyait, c'est que Guenièvre souffrait par sa faute, et elle ne le voulait pas. Elle faisait de son mieux, donc, pour veiller au bien-être de sa reine, et c'était donc tout naturellement qu'elle s'était proposée pour aller chercher les médicaments de sa reine, que Gaïus avait préparé pour elle. À présent, plus question d'empoisonner ces décoctions. Elle voulait vraiment que la reine aille mieux. Sans se douter un seul instant qu'elle était suivie, Manon était donc aller chercher ces remèdes auprès de Gaïus, et c'était les bras chargés qu'elle avait ouvert la porte... Pour que son regard tombe sur ce chevalier, Gaspard Gabet...

-Bonjour.
répondit-elle, surprise qu'il lui adresse de nouveau la parole. Je vais au mieux étant donné les circonstances, je vous remercie... et vous-même ?

Elle n'était pas certaine de vouloir parler plus longuement avec lui, elle n'avait pas un excellent souvenir de leur dernière conversation.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Sam 3 Jan - 15:39

Manon & Gaspard
L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour.
On ne pouvait pas dire que la dernière fois que Gaspard et Manon avaient discuté, cela c’était bien passé. Le chevalier n’était pas le genre de personne à avoir beaucoup d’affection pour les servantes, pour les « petites gens ». Il faisait partie de la haute société, ceux qui pouvaient prétendre sans souci au poste de chevalier de Camelot sans avoir besoin d’être choisit directement par le roi. Il avait donc tendance à se croire supérieur aux autres, à se croire meilleur. Ce qui n’était pas vraiment le cas en réalité, il était loin de valoir mieux que d’autre quand on connaissait un peu ce qu’il cachait. Enfin, il y avait cela et le fait que la servante était une druide également. La femme possédait des pouvoirs magiques et elle était directement proche de la reine Guenièvre. Gaspard ne pouvait que la détester donc, mais ce n’était pas pour autant qu’il désirait le lui montrer de trop. Même s’il ne s’était pas montré agréable la dernière fois, quelques petites choses avaient changés depuis. Il désirait se rapprocher de cette Manon, simplement pour s’assurer que ses doutes étaient fondés ou non. Elle était un être magique, si proche de la reine et elle était peut-être responsable de la mort de cet enfant. Il ne pouvait pas s’empêcher de voir cette idée tourner dans sa tête, il avait besoin de se mettre au clair. Ce n’était pas pour rien qu’il passait son temps à l’observait et qu’il se retrouvait à présent à entamer cette conversation. Gaspard n’en avait que faire de l’état dans lequel la servante se trouvait, il ne lui demandait ça que pour entamer la conversation. Puisqu’il l’avait sous les yeux maintenant, il n’avait pas envie de la laisser s’en aller sans en profiter un peu. Gaspard afficha un léger sourire à la jeune femme, voulant se montrer agréable, quand elle lui annonça qu’elle allait mieux.

« Je vais bien également merci. »

La conversation pouvait bien s’arrêter maintenant, logiquement ils n’avaient plus rien à se dire. Les deux jeunes gens n’avaient aucune affinité et aucune raison de s’attarder. Sauf que Gaspard n’avait pas l’intention de se contenter juste de ça, il avait besoin de discuter bien plus avec Manon. Il devait profiter de ce moment.

« Comment va notre reine ? »

La réponse à cette question l’intéressait bien plus que les précédentes, il avait de l’intérêt dans le bien être de sa reine. Même si Gaspard trahissait clairement Arthur et sa femme, il avait quand même de l’affection pour eux. Il se retrouvait juste dans une position délicate à cause de son père, qui l’avait entraîné dans ses envies de vengeance. Le chevalier n’aimait pas les êtres magiques, il pensait que c’était nécessaire d’agir contre eux, mais il peinait à réellement accepter l’idée de trahir son roi. Si seulement Arthur pouvait ouvrir les yeux sur le danger de la magie. Après ce qui était arrivé à son enfant et à sa femme, il allait peut-être se rappeler que ce n’est pas bon de faire confiance à la magie (même s’il ne pouvait pas encore se douter qu’elle était responsable de la cause de son malheur). Gaspard ne savait rien, il avait juste cette idée qui trottait dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Lun 5 Jan - 17:14


L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour
Q

ue Gaspard Gabet aille bien ou mal, cela indifférait complètement la servante de la reine, qui mentirait clairement si elle prétendait éprouver la moindre considération à l'égard de son interlocuteur. Certes, il disposait d'un rang social plus élevé que le sien (ce qui n'était pas difficile en soi), l'ordre et la hierarchie lui imposaient donc un certain respect à son égard, mais le respect s'arrêtait où la bienséance s'achevait également. Elle n'aimait pas outre mesure parler à cet homme, leur dernière conversation l'aurait presque mise mal à l'aise, d'ailleurs. Mais son attitude, cette fois, semblait un peu différente. Il semblait plus agréable, plus avenant. Elle avait moins le sentiment d'être ce pauvre être inférieur à qui il faisait l'insigne honneur de baisser les yeux sur elle... Elle ne savait plus vraiment sur qul pied danser avec lui. Manifestement, elle ne le cernait pas. Les personnes qu'elle ne savait cerner, elle préférait ne pas les approcher de trop près, instinct de survie, d'autant que, depuis son amnésie, il était bien trop aisé de la manipuler, de lui modeler l'esprit, elle n'était pas entièrement sans l'ignorer. Bref, elle lui avait demandé comment il allait par pure politesse, et elle avait pensé que les choses s'arrêteraient là. Mais au lieu de lui laisser passer son chemin, au lieu de se désintéresser d'elle et de tout simplement s'en aller, il avait embrayé sur une nouvelle question, une question qui ne la concernait pas directement, cette fois, mais concernait leur reine. Comment allait-elle ? Eh bien... De tout son coeur, Manon aurait voulu dire qu'elle allait bien, qu'elle s'était remise de cette épreuve, qu'elle en était ressortie plus forte, et que c'était sans importance à ses yeux, qu'elle avait tourné la page... Mais ça aurait été un tissu de mensonge, bien sûr. Guenièvre Pendragon allait mal, très mal, et Manon se sentait complètement impuissante face à son désespoir, et elle souffrait, moins que sa reine mais tout de même, de la contrepartie de ses propres actes, de son propre méfait. Avant que de répondre, Manon baissa les yeux, d'un air contrit, qu'elle n'avait pas véritablement à forcer.

-Elle est encore très faible... Cette épreuve a été douloureuse pour nous tous, et pour elle, ça a été... terrible.
Une véritable tragédie. Manon ne pensait pas que cette fausse couche aurait de telles conséquences sur l'état de sa maîtresse. Preuve en était qu'elle n'était vraiment pas fine psychologue, elle n'avait pas tenu pour acquis ce qui aurait semblé évident à d'autres.

Elle osait espérer que son état s'améliorerait vite. En tous cas, Manon comptait bien lui apportait tout son soutien. Pas seulement pour atténuer sa culpabilité, mais parce qu'elle ne supportait pas de voir sa reine aller aussi mal. Malheureusement, la reine et sa servante avaient beau être très proches, Manon savait qu'elle ne pouvait pas faire de miracles. Elle avait brisé quelque chose, elle s'en rendait bien compte. Et de ces choses que l'on ne peut pas réparer. À moins de revenir en arrière. Et elle ne le voulait pas non plus. Elle avait fait ce qu'il fallait. Les conséquences étaient tout simplement difficiles à assumer.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Mer 21 Jan - 20:19

Manon & Gaspard
L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour.
Gaspard n’avait normalement aucune raison de continuer cette conversation avec la servante. En temps normal, il n’aurait même pas pris la peine de lui demander comment elle allait. L’homme cherchait simplement un moyen d’entamer une conversation, afin de pouvoir discuter avec la druidesse Manon Deschênes. Il s’agissait bien de ses pouvoirs qui poussaient le chevalier à lui parler un peu plus, qui le poussait à chercher des informations. En temps normal, il se serait contenté de se comporter comme d’habitude en prenant de haut la jeune femme. Aujourd’hui, il avait envie d’en apprendre un peu plus sur elle. Elle était magique, il le savait de sa bouche même. Elle était proche de Guenièvre Pendragon, en dehors d’Arthur elle était la personne la plus proche d’ailleurs. Cette femme était celle qui voyait la reine le plus souvent, qui lui servait ses repas, et prenait soin d’elle. Gaspard n’avait pas mis beaucoup de temps avant de se dire qu’elle avait quelque chose à voir avec la mort de l’enfant des Pendragon. Il n’y avait aucune preuve bien sûr, si l’homme annonçait cette idée à n’importe qui, il allait tout simplement être pris pour un fou. Raison pour laquelle, il n’avait encore rien dit à personne (pas même à son père). Il cherchait des preuves, des éléments qui pouvaient lui permettre de considérer que Manon était réellement responsable des malheurs de la Reine. Il voulait être sûr qu’il ne devenait pas juste paranoïaque. Parce que Gaspard ne pouvait évidemment pas laisser cette idée de côté, il le remarquait bien qu’il avait tendance à trop se prendre la tête avec ces histoires de magie ces derniers temps. Son père n’aidait en rien bien sûr, lui qui se trouvait être tellement tendue par la non réussite des plans des Chasseurs.

Elle allait bien, il allait bien, la conversation aurait donc pu s’arrêter là. Mais Gaspard enchaîna sur l’état de la reine Guenièvre. Il ne quittait pas la jeune femme du regard, cherchant un signe qui pourrait la tromper. Mais il ne voyait rien, en dehors de l’inquiétude de la servante pour sa maitresse. Quand elle baissa le regard, il pouvait gober sans souci qu’elle était réellement peinée pour la femme. N’avait-elle donc rien à voir avec la perte de l’héritier ? L’homme doutait énormément, ne pouvant rester sur une idée sans pencher sur une autre rapidement derrière. Peut-être qu’elle avait tout simplement été manipulée ? C’était possible aussi, la magie pouvait se montrer plus que fourbe. Le chevalier n’avait aucune idée du genre de personne que cette servante fréquentait, mais sans doute pas des personnes réellement digne d’intérêt (non il n’avait pas que des préjugés). En tout cas, l’homme avait réellement l’impression que la servante était peinée par le sort de sa reine, il était donc difficile de croire qu’elle puisse en être la cause. A moins qu’elle soit une parfaite comédienne, c’était une chose possible également.

« Je n’ose imaginer ce qu’elle peut ressentir. » Et pour le coup, l’homme était vraiment sincère. Il était un homme alors forcément il était loin de pouvoir penser comme une femme (oui il était comme ça aussi). « Il y a de la magie dans tout cela. Je me trompe ? »

Ce n’était pas pour rien qu’il lui posait cette question, sans la quitter une seule fois de son regard perçant. Il espérait la déstabiliser, la pousser contre le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Sam 24 Jan - 21:55


L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour
Q

e que pouvait ressentir Guenièvre, Manon n'osait l'imaginer non plus. À vrai dire, elle peinait à le comprendre complètement, malgré tous ses efforts. Il y avait plus d'une personne empathique qui venait s'enquérir auprès d'elle de l'état de la reine puisque, veillant régulièrement à son chevet, elle était l'une des mieux placés pour savoir exactement comment elle allait (et en l'occurrence, la réponse était toujours "très mal", ce qui la chagrinait très profondément), à chaque fois, elle les entendait se mettre à la place de l'épouse du roi, disant qu'ils auraient dû mal à supporter telle situation si cela devait leur arriver... Manon, elle, n'arrivait pas à se sentir affectée de ce point de vue là. Avait-elle eu un jour la moindre fibre maternelle ? Si tel avait été le cas, cette-dernière s'était complètement évaporée après que tout souvenir ait disparu de son petit crâne. C'est un fait, en empoisonnant lentement mais sûrement l'ex futur héritier du trône de Camelot qui alors sommeillait paisiblement dans le ventre de sa mère, cette-dernière n'avait jamais considéré que Guenièvre puisse avoir mal à ce point. Elle avait envisagé les maux physiques, certes, mais rien de psychologique. Elle ne comprenait tout simplement pas que l'on puisse s'attacher un être qui n'était pas encore né... Pour sa défense pourrait-on peut-être dire que, dans l'humble milieu où elle avait grandi, même si elle ne se souvenait plus de cela, les fausses couches étaient monnaie courante, à force, il fallait bien se faire une raison. Mais il est vrai que le cas de Guenièvre était bien différent. Il y avait eu temps de médecins pour veiller à son bien-être, difficile de croire que la situation allait dégénérer, tout avait été mis en place pour que la grossesse et l'accouchement se passent au mieux. C'était sans compter sur une servante à laquelle personne n'aurait jamais dû faire confiance, et dont le chevalier avait plus que raison de se méfier, même si lui-même était tout sauf exempt de défauts, c'est le moins que l'on puisse dire. Manon avait heureusement pour elle ce masque d'affliction que seule lui conférait son amitié sincère envers la souveraine de Camelot.

Cela étant, ce masque se fissura légèrement quand elle ne put s'empêcher de froncer les sourcils en l'entendant parler de magie, et son coeur manqua un battement. Son ton n'était pas inquisiteur, certes, mais ses sous-entendus avaient de quoi faire naître en elle une certaine appréhension. Serait-il possible que l'on ait découvert quelque chose qu'elle avait pour sa part ignoré ? Dont on ne l'aurait pas tenu au courant ? Parce qu'on la soupçonnait, peut-être ? Voilà qu'elle se sentait devenir paranoïaque. Il devait ignorer ce froid dans son échine, et c'était bien loin d'être simple. Bon, dans tous les cas, il fallait qu'elle garde le plus de contenance possible. Hors de question de se trahir. Et même si des soupçons devaient finir par peser sur elle, elle devait tout faire pour les nier et établir une innocence fausse.

-Je n'en sais rien.
répondit-elle finalement. On ne m'a informé de rien. Elle hésita un instant, et osa demander finalement. C'est ce qui se raconte ? Que la magie serait à l'origine de tout cela ?

code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Ven 13 Fév - 16:41

Manon & Gaspard
L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour.
Ce n’était pas pour rien que Gaspard mentionna la magie dans sa conversation avec Manon, la jeune servante de la reine. Il ne pouvait nier avoir une idée derrière la tête, parce qu’il avait découvert qu’elle était une druidesse. Au fond, cela ne devrait normalement pas poser de problème, puisque ce n’était plus un crime de pratiquer la magie dans le royaume. Sauf que ce n’était pas parce que le roi avait décidé de l’accepter, que le chevalier allait le faire. L’homme ne supportait pas l’idée que Guenièvre soit entourée d’une femme de ce genre. La reine ne méritait pas cela, ou du moins elle méritait bien plus aux yeux de Gaspard. Tout comme le roi qui se faisait servir par un sorcier également, ils étaient partout. Gaspard avait donc mentionné la magie volontairement, sondant la réaction de Manon. Il avait besoin de voir si ce qu’il pensait puisse être vrai. Il devait être le seul à le penser apparemment, puisque jamais il n’avait entendu quelqu’un mentionner la magie dans le souci de la grossesse de Guenièvre Pendragon. Ce que Manon chercha à savoir d’ailleurs, puisqu’elle demanda au chevalier si c’était ce qui était raconté. Le jeune homme réfléchit un instant avant de répondre.

« Effectivement, c’est l’une des pistes envisagées. » Dit-il sans l’ombre d’une honte de mentir. Il mentait clairement bien sûr, jamais Gaspard n’avait encore entendu l’un de ses camarades, ou encore le roi lui-même, mentionner la magie. Beaucoup de contentait de dire que c’était la faute à pas de chance, que c’était des choses qui arrivaient. Sans doute que l’homme se montrait trop paranoïaque, mais c’était comme cela. Il n’y pouvait rien. « La piste la plus envisagée d’ailleurs. »

Se permit-il d’ajouter tout en continuant de mentir. Il avait besoin de voir la réaction de la jeune femme, savoir ce qu’elle pensait du fait que la magie était en cause dans l’histoire. Normalement, si les chevaliers et le roi pensaient sincèrement que la magie était en cause, le jeune homme ne pourrait pas parler de la sorte à la druidesse. Elle serait évidemment dans les suspects potentiels, elle ne pourrait pas être mise au courant des détails de l’enquête. Gaspard espérait donc seulement qu’elle n’allait pas penser à ce détail et qu’elle allait se contenter de croire à son mensonge.

« Vous en pensez quoi vous ? » Reprit-il. « Vous vous y connaissez en magie, vous pensez que c’est possible ? »

Cela pouvait sembler étrange qu’il discute de cela, mais c’était évidemment parce qu’il avait cette idée en tête. Son ton était cordiale avec la servante, bien plus que cela ne fut quand ils s’étaient parlé la dernière fois, parce qu’il faisait en sorte de poursuivre sa conversation avec elle. Il n’avait pas envie, pour le moment, qu’elle ait des soupçons contre lui. Une manière douce d’approcher le loup pour mieux l’atteindre, ou l’agneau en fonction du point de vue dans lequel on se plaçait. Il ne savait pas du tout si cela allait lui permettre d’avancer mais c’était mieux que rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Dim 15 Fév - 13:24


L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour
Q

n frisson traversa l’échine de Manon quand elle apprit du chevalier que le fait que la magie soit impliquée faisait partie des pistes explorées afin de comprendre ce qui était arrivé à Guenièvre, et à son enfant mort avant même que d’être né. Manon avait naïvement espéré que le mal de la reine, quoi que mystérieux, serait considéré comme une maladie naturelle, ni plus ni moins, et que nul ne s’y attarderait. Après tout, combien de mères perdaient leur enfant en couche ? C’était une chose qui arrivait bien fréquemment ? À croire qu’il fallait toujours quelqu’un en blâmer… Et en l’occurrence, qu’on soupçonne une origine magique à tout cela pouvait tout sauf la rassurer, loin de là… Pas seulement parce que cela la placerait sans doute dans la ligne de mire de beaucoup, sachant qu’elle était parmi les seuls à avoir pu veiller et voir la reine durant sa « maladie », et qu’aucun des autres ne devait posséder l’ombre d’un don magique. Mais aussi parce que, si rien ne lui avait été dit, c’était peut-être parce que tous les soupçons reposaient chez elle. Une chance que Gaspard en parle avec elle. Il se pouvait qu’il y ait encore un individu en ce château qui la croit innocente… À moins qu’il ne se joue d’elle ? Elle se trouvait dans un tel état de trouble qu’elle n’était plus vraiment certaine de savoir encore penser de façon cohérente. Elle devait fournir des efforts considérables, pour ne pas tout simplement perdre entièrement confiance, pour ne pas fondre en larmes, ou juste prendre ses jambes à son cou. Oh comme la Manon d’autrefois aurait honte de la Manon d’aujourd’hui ! La Manon d’hier aurait menti avec l’aplomb plus total, et ne se serait pas laissée déstabiliser pour si peu, alors que celle de maintenant faisait au mieux pour que sa voix ne tremble pas, pour que son attitude ait l’air innocente. Elle risquait trop, il ne fallait pas qu’elle flanche. Et elle dût se répéter cela intérieurement plusieurs fois avant que de daigner répondre à son interlocuteur.

-Oui… j’avoue ne pas y avoir songé, mais ce serait possible, en effet.


Elle ne pensait pas que mentir en affirmant que la magie ne pouvait en rien avoir quoi que ce soit à voir là-dedans la sauverait, ou la laverait de tout soupçon, bien loin de là. Au contraire, cela pourrait faire douter plus de personnes encore. Elle n’était pas la seule personne dotée de pouvoirs magiques dans tout ce royaume et au sein même du château de Camelot. Un ou une autre, qui aurait bien moins de choses à se reprocher aurait sûrement tôt fait de contredire son propos, si elle se permettait de s’éloigner un peu trop des faits.

-On soupçonne ce qui est arrivé à la reine d’être… intentionnel ?
se permit-elle de demander ensuite, comme si elle avait besoin d’une confirmation supplémentaire, afin de prendre la pleine mesure du danger qu’elle encourait.

Heureusement, il lui sembla avoir su prendre un ton suffisamment convaincant pour avoir l’air à la fois inquiète et horrifiée par une information qui ne lui aurait pas un seul instant traversé l’esprit. Si seulement elle n’avait pu traverser l’esprit de personne. Combin de temps tiendrait-elle au château, avec ce poids constant sur ses épaules ?

code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Ven 6 Mar - 15:42

Manon & Gaspard
L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour.
Gaspard mentait sans aucun scrupule. Le mensonge faisait partie de sa vie de toute façon. Cela faisait des mois que l’homme mentait à ses proches concernant les Chasseurs, mais surtout qu’il mentait à son roi. Un petit mensonge de plus ou de moins n’allait donc pas changer grand-chose à sa vie. Surtout si cela lui permettait de mettre le doigt sur un doute qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir. Manon était une druidesse en plus, Gaspard avait donc encore moins de scrupule à la manipuler de la sorte. Pour l’heure, sa haine des êtres magiques était encore bien présente, même si cela lui avait été inculqué par son père. Evidemment, quand on grandit en entendant tous les jours que les sorciers et les druides étaient un problème pour le royaume, on ne pouvait que penser la même chose. C’était bel et bien des sorciers qui avaient pris la vie de sa mère, qui l’avait privé d’amour maternel. Enfin, son erreur était bien de mettre tout le monde dans le même panier, mais il ne s’en rendait pas encore compte.

C’était donc pour une raison bien précise que l’homme avait décidé de mentir à la druidesse concernant l’enquête sur la mort de l’enfant de Guenièvre. En réalité, il n’y avait pas réellement d’enquête. Beaucoup se contentait de croire qu’elle avait perdu naturellement son enfant, mais ce n’était pas le cas du chevalier. Et Manon allait croire le contraire maintenant, si elle portait de l’intérêt aux paroles de l’homme. Cependant, Manon savait toujours répondre de manière à ne pas permettre à Gaspard de se fixer dans son idée. Elle confirma que la magie pouvait avoir causé le trouble chez la reine, ce qui la mettait donc dans la liste normal des suspects tout en la rendant honnête au point qu’on puisse la considérer innocente. Le chevalier pensait sincèrement qu’elle allait se contenter de nier les faits, qu’elle allait dire que c’était impossible pour se mettre en sécurité. Et l’air inquiet de la jeune femme ne manquait pas de paraitre plus que convainquant. Gaspard commençait à croire qu’il s’était simplement laissé emballer, que la jeune femme était loin d’être une menace pour la reine. Le fait qu’elle soit une être magique était suffisant pour qu’il la considère dangereuse et inapte à vivre au château, mais elle avait le don de lui mettre clairement le doute.


« Oui, malheureusement, oui. » Répondit-il à la question de la jeune femme. Puisqu’il avait commencé dans le mensonge, il n’avait pas l’intention de s’arrêter. Il n’allait pas lui annoncer subitement que ce n’était pas le cas, qu’il avait dit cela simplement pour la manipuler. Il n’avait aucun respect pour Manon, il n’avait donc pas besoin d’avoir une attitude correct avec elle. « Il serait dommage de laisser une personne assez fourbe pour s’en prendre à une femme enceinte, en liberté. »

Et il en rajoutait un peu plus. Il ne savait plus quoi penser de ses certitudes, il ne savait plus que croire. Il ne parvenait pas à savoir si Manon était réellement responsable de ce qui était arrivé. Mais en même temps, l’homme continuait de croire qu’il y avait de la magie dessous. Alors, même si ce n’était pas la servante de la reine, c’était forcément quelqu’un d’autre. Peut-être le serviteur du roi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Sam 7 Mar - 17:50


L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour
A

lors ainsi, l'on soupçonnait bel et bien ce qui était arrivé à la reine d'avoir été volontaire. À cette simple idée, elle se sentit terriblement mal à l'aise, et elle devait fournir des trésors de contrôle d'elle-même pour ne pas céder à la psychose et s'angoisser d'une telle révélation... C'était mauvais pour elle, vraiment très mauvais... Et non, elle ne remettait pas en cause un seul instant le propos du chevalier. Justement, il était chevalier, par essence, il n'avait aucune raison de lui mentir (du moins le pensait-elle), il devait défendre ses souverains, tout comme elle-même était supposée les servir... Alors elle était mal. Car s'il y avait empoisonnement volontaire présumé, le tout conjugué à des soupçons de magie, sur qui allait-on s'arrêter en premier ? Sur les individus dotés de pouvoirs magiques, évidemment, et ceux qui travaillaient au château de Camelot, bien sûr ? Et parmi eux, qui serait immédiatement dans la liste des suspects, ceux qui étaient proches du roi et de la reine, surtout de la reine.. Bref, sur cette fameuse liste, autant dire qu'elle était en tête. Il allait falloir qu'elle la joue fine pour ne pas laisser les éventuels soupçons qui pèseraient sur elle se confirmer. Jamais elle n'avait craint autant pour elle. Et au final, ce n'était pas tant le fait d'être mise en danger, et de risquer des représailles, qui l'inquiétait (elle pourrait très bien décider de s'enfuir, là, maintenant, tout de suite, mais elle ne le pouvait pas), que le fait que Guenièvre l'apprenne, et de perdre dans la foulée son amitié et son estime, qui lui étaient devenues profondément essentielles. Il ne fallait pas qu'elle se laisse prendre au piège... Parce que Manon commençait à se demander si Gaspard ne cherchait pas justement à la stabiliser, pour le conforter ou non dans ses soupçons... Il allait donc falloir qu'elle arrive à taire ses suspicions, et vu qu'elle avait d'autant moins d'arguments pour cela qu'elle était bel et bien coupable, c'était bien compliqué pour elle de garder contenance. Le mieux était encore de jouer le jeu, la carte de l'innocence.

-Si c'est le cas, j'espère vraiment que l'on mettra vite la main sur cette personne. Que justice sera faite.


Bien sûr, elle ne pouvait pas souhaiter une telle chose, même si le propos de son interlocuteur était en train de la faire culpabiliser terriblement. S'en prendre à une femme enceinte pour s'en prendre à une femme enceinte n'avait pas été son but, bien évidemment, s'en prendre à Guenièvre encore moins. Ce n'était pas elle, la cible, c'était son enfant à naître, l'héritier d'un trône auquel il ne devait jamais accéder, pour le bien de Camelot plus que pour le bien de la reine... Pourtant, pourtant, Manon commençait vraiment à se dire que si ça n'avait pas été elle, si elle avait été extérieure à la situation, elle aurait profondément détesté celle qui avait osé faire cela à Guenièvre.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Lun 6 Avr - 0:14

Manon & Gaspard
L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour.
Gaspard mentait ouvertement à Manon, afin de la tester. Ce n’était vraiment pas la bonne attitude pour un chevalier, mais il n’était plus vraiment à ça prêt. Après tout ce qu’il avait déjà fait, ce n’était finalement pas grand-chose. Et au final, il était en train de se faire prendre à son propre jeu. Le jeune homme avait eu envie de confondre la druidesse, afin de pouvoir savoir si elle était bien la responsable des ennuis de Guenièvre ou non. Sauf qu’au final, il se mettait à douter encore plus qu’avant cette conversation. Soit elle était vraiment innocente, soit elle était une parfaite comédienne. Gaspard avait envie de se dire qu’elle jouait la comédie, ainsi cela lui donnait quand même une raison d’avoir une dent contre elle. Il n’avait pas vraiment besoin de plus d’excuse que le fait qu’elle était un être magique, puisqu’il avait été conditionné pour détester ces personnes. Il avait été élevé comme cela, sans se rendre compte que sa propre sœur possédait des pouvoirs magiques. Il ne savait rien pour l’instant et c’était bien mieux comme ça. Nul doute que sa situation allait s’empirer grandement quand il allait apprendre la nature de sa jeune sœur. Manon était donc une parfaite comédienne, puisque Gaspard se mettait à douter énormément. Il commençait à vraiment croire qu’elle n’était pas coupable, qu’elle avait vraiment de l’affection pour la reine. Evidemment, le jeune homme ne pouvait pas s’imaginer que la druidesse était capable de ressentir de l’affection pour la femme qu’elle ferait souffrir. Alors forcément, si elle appréciait vraiment la reine, elle ne pouvait pas lui avoir fait du mal. Mais Gaspard avait encore énormément de chose à apprendre de la nature humaine.

« Je l’espère aussi. »

Se contenta-t-il de répondre. Que pouvait-il dire d’autre de toute façon ? Lui aussi avait envie que justice soit faite, lui aussi voulait que le coupable soit arrêté. Et il semblait qu’il soit le seul à réellement penser qu’il y avait un coupable, que ce n’était pas juste un accident. D’autre devait le penser sans doute, mais ils n’en parlaient pas en tout cas. Le fin mot de l’histoire allait forcément tomber à un moment ou à un autre, il n’y avait pas d’autre solution. La justice devait forcément être faite à un moment où à un autre, les mauvaises personnes devaient payer un jour. Evidemment, ces mauvaises personnes n’étaient autres que les êtres magiques. Il ne voyait pas en ces actions le mal qu’il faisait, il était bien loin de se rendre vraiment compte des choses.

« Je ne vais pas plus te déranger dans ton travail. »
Lui dit-il le plus sympathiquement possible, même s’il la tutoyait à cause de son « rang ». Il n’avait pas d’affection pour elle, mais il n’avait pas envie de se la mettre plus à dos. Parce qu’il avait bien l’intention de la garder sous la main au cas où. « Si tu apprends quelque chose, n’hésite pas à me prévenir. »

Au final, il n’avait toujours pas de vrais réponses à ses interrogations, il se retrouvait toujours au même point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   Lun 6 Avr - 12:33


L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour
D

urant tout le temps qu'avait duré leur conversation, Manon avait eu le souffle court, elle avait eu peine à réfreiner les battements de son coeur, qui s'emballaient sous l'effet du stress, et à empêcher une goutte de sueur froide de couler le long de son dos. Elle se sentait comme une gamine prise en faute, sauf que la faute était terrible, et si elle était découverte, il était plus qu'évident qu'elle ne s'en sortirait pas, qu'elle serait condamné à un châtiment qu'elle ne voulait même pas imaginer. Bien sûr, le chevalier ne l'avait incriminé à aucun moment, et elle n'avait rien avoué du tout et était parvenue à garder une certaine contenance tout du long, mais elle avait quand même le sentiment que son interlocuteur avait su percer son secret à jour, comme s'il l'avertissait et qu'il attendait le moment opportun pour frapper, non sans vicieusement la prévenir auparavant qu'elle allait être mise en difficulté. L'on pouvait difficilement imaginer le soulagement qu'elle éprouva, ce noeud à son estomac qui se dénouait, alors qu'elle entendait son interlocuteur lui faire remarquer qu'elle avait certainement du travail et qu'il ne voulait pas lui prendre plus de son temps. Ah oui, son travail. Elle en avait en effet, mais il lui était complètement sorti de l'esprit à ce moment précis, accaparée qu'elle était par cette conversation qui l'avait concerné de beaucoup trop près, et pas seulement parce qu'elle se sentait proche de la reine et qu'elle la considérait comme son amie... Elle aurait dû invoquer cette excuse plus tôt, en définitive, le travail. Mais ce ne serait peut-être pas passé si cela était venu d'elle. Elle aurait donné l'air de vouloir fuir la discussion... Ce qui, clairement, aurait été le cas. Là, au moins, elle n'avait rien à se reprocher... Enfin... Rien, c'était vite dit... Dans tous les cas, elle sortait de cette conversation en ayant le sentiment de ne pas avoir trop commis d'impairs même si elle se sentait plus menacée que jamais.

-Je n'y manquerai pas.
affirma-t-elle dans un hochement de tête quand son interlocuteur lui demanda de l'avertir si elle trouvait quoi que ce soit de suspect ou d'alarmant. Évidemment, elle ne le ferait pas. Cela reviendrait à se dénoncer elle-même, mais tout ce qu'elle voulait désormais, c'est qu'il prenne congé d'elle, qu'il s'en aille le plus loin possible, qu'il disparaisse de sa vue et qu'on en parle plus.

Elle savait bien que, à Camelot, elle devait être constamment sur ses gardes et se méfier de tout le monde. C'était une question de bon sens et surtout de survie, et en l'occurrence, il lui fallait l'un et l'autre, c'était une véritable nécessité. Pour sa part, dès l'instant où elle pourrait retourner à ses occupations et au tâches qu'elle avait à effectuer, elle pourrait peut-être enfin autoriser son coeur à battre de nouveau normalement, à sa respiration de décélerer et à son corps tout entier, crispé, de se détendre un peu. Elle sentait que ces prochains temps allaient être infernaux. Jusqu'à ce que l'affaire se tasse, en tous cas, et qu'on décide de ne plus chercher de coupable à cette "tragédie" qui, aux yeux de la druidesse, restait une nécessité.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)
» Un jugement trop prompt est souvent sans justice ▬ Charlie
» « Les hommes rêvent du retour plus que du départ. »
» Un jugement trop prompt est souvent sans justice.
» Erreur de script à l'écran titre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-