Partagez | .
 

 Sur un arbre perché [pv Gaspard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Lun 27 Oct - 18:51

Lieu inconnu

Voilà plusieurs jours que la jeune fille n'a plus à fuir les soldats de celui qu'elle considérait encore il y a peu comme son cher et tendre géniteur. Qui aurait pu lui assurer que la découverte de cette magie qu'elle ne maîtrise pas du tout serait également synonyme de mise à mort sans le moindre procès. Pas elle. Idiote. Elle n'ignorait absolument pas que son paternel était un fervent partisan de la guerre contre la magie, la bâchelette ne devrait alors pas être surprise que son propre père n'hésiterait pas une seule seconde à l'annihiler. Et sa mère, qu'en pense-t-elle ? Était-elle pour retrouver le fruit de ses entrailles raide et complètement refroidi ? Sa mâchoire. Oui. Cent fois. Combien de fois lui avait-elle conté des villages massacrés par des sorciers. Et n'en parlons pas de son grand frère qui ne jurait qu'à faire honneur au patriarche en chassant créatures magiques et druides sur leurs terres jusqu'à ce qu'ils comprennent qu'ils n'était les bienvenus nulle part.

La fuyarde en est donc là de ses sombres constatations, marchant de-ci, de-là dans cette forêt qui ne lui dit strictement rien. Son estomac gronde sourdement, preuve indiscutable que la brunette a faim et qu'elle n'est pas rassasiée malgré la miche de pain et le morceau de fromage qu'elle a réussit à dérober au village précédent. Peut-être qu'une ou deux racines, si Edda parvient à les trouver, serait assez suffisant pour que son organe cesse enfin de se manifester aussi bruyamment. C'était tout de même un monde d'être aussi capricieux et glouton alors qu'on est en pleine cavale, m'enfin !

Ce fut donc ainsi que l'ancienne et jeune bourgeoise se retrouvait à regarder le sol, s'accroupissant à certains moment et faisant fi des buissons piquants, à la recherche de quelque chose de comestible. Elle se refusait de se souvenir de ces moments joyeux où la nourriture emplissait la table jusqu'à n'en jamais voir la fin, à tous ces choix de dégustation, à ce bon vin et ces fruits si exquis. Elle ne tenait absolument pas à songer à un lit moelleux et confortable qui ferait le bonheur de son dos, à des livres qu'elle pourrait lire jusqu'à avoir mal aux yeux. Enfin, bref. Edda n'était plus la jolie et jeune bourgeoise, mais est à présent une hors-la-loi sauvageonne qui en a assez de courir pour sa survie.

Elle s'arrête net dans ses recherches, levant les yeux et tendant l'oreille. Animal sauvage persuadé d'avoir entendu un bruit étranger à ceux habituels de la canopée. Le jeune femme reste immobile et le bruit survient à nouveau. La brunette ne prend pas de risque se dirige vers un arbre lambda, se hâtant de se hisser sur les branches hauteurs, priant les dieux que les maigres branches suffiraient à te dissimuler. Edda se força donc à respirer par le nez, peu désireuse de faire le moindre bruit.

Elle finit par distinguer les traits d'une cape rouge.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °


Désolé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Lun 3 Nov - 19:39

Edda & Gaspard
Sur un arbre perché
Le royaume était en deuil, la reine venait de perdre l’héritier du trône. En soit, ce n’était pas la pire nouvelle que Camelot aurait pu apprendre. Cependant, cela restait quand même une mauvaise nouvelle. Le trône avait besoin d’un héritier, le plus tôt était le mieux. Gaspard savait bien que son père n’aimait pas le règne d’Arthur et que cela ne le dérangerait sans doute pas qu’aucun héritier ne pointe son nez, mais le jeune homme ne pensait pas comme lui. Même s’il n’était pas d’accord avec toutes les décisions de son roi (parce qu’il était conditionné pour cela avec son père), il l’appréciait quand même. Ce n’était pas forcément parce que son père lui avait dit de bien rester dans les chevaliers de la table ronde qu’il y était toujours, c’était parce qu’il appréciait réellement Arthur Pendragon. Même si à côté de cela, il le trahissait réellement. Cela serait tellement plus facile si le roi n’avait pas décidé d’autoriser la magie dans le royaume, son père ne serait pas partie en croisade pour arrêter tous cela. Enfin, il n’y pouvait rien de toute manière.

Gaspard enfila sa tenue de chevalier, dans l’optique d’aller faire un tour dans la forêt. Il allait faire une ronde rapide, avec l’intention de chasser également. Cela allait pouvoir le détendre un peu, il en avait bien besoin. Son père continuait de lui mettre une pression d’enfer, il avait découvert que Merlin était un sorcier et Manon un druide. Les deux serviteurs proches de la royauté étaient des êtres magiques, autant dire que les Chasseurs prenaient clairement un coup. Gaspard savait bien qu’il allait devoir s’occuper d’eux prochainement, maintenant qu’il connaissait leurs secrets. Ils étaient des cibles prioritaires, même s’il n’avait pas encore parlé d’eux à son père. Le jeune homme n’avait pas spécialement envie de le mettre dans la confidence, il voulait garder une carte en poche pour la suite. Il lui en parlerait sans aucun doute bientôt, mais pour l’instant il n’en avait pas envie. Même s’il savait qu’il allait devoir préparer un plan contre eux, parce qu’ils ne devaient pas s’en sortir aussi facilement. Le chevalier était persuadé que la magie était responsable des ennuis du royaume.

Gaspard se baladait donc dans la forêt sur le dos de son cheval, épiant les bruits qu’il pouvait entendre afin de repérer les animaux. Quand il arriva dans sa zone de chasse privilégié, le jeune homme décida de descendre de son cheval afin de ne pas faire trop de bruit. Il marcha donc, son arme en main. Il entendit du bruit vers le nord et décida donc de s’approcher de la zone où il avait entendu du bruit. En baissant son regard vers le sol, il remarqua quelques empreintes humaines. Ce n’était pas un animal, il n’avait aucune raison de les suivre, et pourtant il le fit. Principalement par curiosité. Au bout de quelques minutes, il perdit la trace au pied d’un arbre. Il resta un moment à observer autour de lui, avant de lever son regard.


« Vous craignez à ce point ma présence ? »
Demanda-t-il en voyant avec surprise qu’une jeune femme se trouvait dans les branches de l’arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Mer 12 Nov - 12:13

Méfiance palpable

Elle patientait en haut de son arbre. Perchée en hauteur, elle attendait que le danger s'en aille pour ne revenir que bien longtemps plus tard. La jeune femme espérait simplement que son poids ne suffirait pas pour que la branche craque et se brise, la faisant chuter, assurant ainsi un bras ou une jambe cassée. Ses sens étaient en alerte et ses yeux n'avaient de cesse de se porter dans toutes les directions possible dans le but certain de repérer un éventuel danger et de pouvoir réagir bien avant que celui-ci la découvre. Elle avait passé près d'une année entière à procéder ainsi et cela l'avait sauvé dans bien des situations périlleuses, ce n'était pas maintenant qu'elle allait changer ses habitudes.

Edda entendit un cheval souffler fortement par ses naseaux, un désagréable frisson lui parcourut tout son corps. Elle détestait les équidés. Et qui disait cheval, disait irrémédiablement un cavalier ; et peut-être pas de la meilleure espèce. Elle n'en savait rien et préférait s'en méfier comme de la peste. Le doute lui avait déjà plusieurs fois joué des tours, la bachelette refusait de se faire avoir une nouvelle fois. Elle finit par distinguer une cape rouge. Ne comprenant pas tout de suite sa signification - les chevaliers de son géniteur arborant fièrement le maduro -, la sorcière tendit le cou dans l'espoir de mieux distinguer sans se faire repérer. Cependant, elle ne put s'empêcher de déglutir de crainte lorsqu'elle le vit s'accroupir pour distinguer une trace au sol ; sûrement la sienne.

La bourgeoise tenta de se faire aussi minuscule qu'un moucheron, mais cela semblait sans compter l'individu qui avait, apparemment, décidé de suivre ses traces jusqu'aux pieds de l'arbre sur lequel la fuyarde était perchée. Elle se fustigea intérieurement. Il n'était pas un simple et benêt soldat comme tu l'avais espéré, mais un homme d'expérience qui savait suivre les traces. Elle aurait du être plus prudente, ne cessait-elle de se reprocher. A présent, il n'y avait plus qu'à espérer que les feuilles seraient assez nombreuses pour la dissimuler à ses yeux inquisiteurs.

- Vous craignez à ce point ma présence ? Fit-il en levant sa tête vers la jeune femme.

Edda ne put s'empêcher de se recroqueviller, persuadée qu'il ne s'agissait là que d'une malice mise en place pour mieux l'attraper, la ramener vers son père qui ne souhaitait qu'une seule chose ; sa mort. C'était pour cela qu'elle resta tout d'abord immobile et silencieux, tentant d'inspecter le guerrier sous toutes ses coutures, cherchant dans sa mémoire s'il faisait parti de ses poursuivants. Sentant que le silence allait la rendre plus suspecte que de raison, elle prit la parole.

- Qui êtes-vous et où suis-je ?

La voix se voulait être calme, même si on pouvait y sentir quelques trémolos craintif qu'elle ne parvenait à dissimuler, désirant retrouver ses traits assurées de bourgeoise qu'elle avait perdu au cours de sa fuite. La jeune femme semblait plus encline à s'enfuir plus avant qu'à rester là, à papoter. Après tout, elle avait bien saisi que les hommes étaient bien capable de tout pour conquérir ce qu'ils désiraient. Peut-être alors avait-elle affaire à un mercenaire chargé de l'attraper et de la ramener dans sa citadelle d'origine pour y être exécuter. Non. Elle se refusait de se laisser piéger comme un vulgaire lapin. Elle se méfiait de lui comme elle se méfiait de toutes les personnes portant une épée à leur ceinture.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °


Dernière édition par Edda le Jeu 4 Déc - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Jeu 20 Nov - 14:34

Edda & Gaspard
Sur un arbre perché
Gaspard avait l’habitude de se promener dans la forêt, il le faisait tout le temps. Quand l’homme ne se trouvait pas dans la citée de Camelot, ou chez lii, il était dans la forêt. Il chassait beaucoup, il avait donc l’habitude de suivre les traces afin de pister une route. Cela ne fut donc pas très long pour lui de retrouver celle qu’il suivait. Il ne savait pas de suite qu’il suivait une jeune femme, avant de la voir perchée en haut d’un arbre. Il ne s’y était pas attendu, mais il cacha sa surprise quand il prit la parole. Il se doutait bien qu’elle devait avoir peur, sinon elle ne se cacherait pas ainsi dans un arbre. Mais cela ne lui indiquait pas la raison de cette crainte. Peut-être qu’elle était une criminel et qu’elle fuyait les autorités, il devait donc en avoir le cœur net. C’était son travail après tout, en tant que Chevalier de Camelot, il devait s’assurer qu’aucun criminel ne se promenait sur les terres. Si cette femme se cachait à ce point, c’était qu’il y avait bien un souci. Soit elle était une victime, se cachant d’éventuels agresseurs, soit elle était une criminelle. En tout cas, il devait donc en avoir le cœur net, parce que tout cela l’intriguait quand même énormément. La femme mit quelque temps avant de répondre à la question de l’homme, ce qui ne le rassurant pas évidemment. Mais elle finit par prendre la parole, Gaspard pouvait lire la peur dans sa façon de parler. Il se doutait bien qu’elle tentait de le cacher, mais cela ne marchait pas réellement apparemment. Enfin, la femme demanda donc à Gaspard qui il était et où elle se trouvait. L’homme devait bien avouer qu’il trouvait cela un peu étrange qu’elle ne sache pas où elle se trouvait. Peut-être qu’elle se jouait de lui, c’était fort possible. Sauf que plus les secondes passaient, plus le Chevalier avait du mal à croire qu’elle puisse être une criminelle. Heureusement cependant, il n’avait aucune connaissance de ses pouvoirs magiques, sinon elle le serait à ses yeux.

« Je me nomme Gaspard Gabet, je suis Chevalier de Camelot. »
Il marqua une courte pause, descendant de son cheval et se penchant un peu en révérence, avant de reprendre. « Vous vous trouvez actuellement à Camelot justement. »

Gaspard s’approcha un peu de l’arbre, continuant de garder les yeux en l’air pour observer l’inconnue. Il laissa son cheval s’éloigner de quelques pas pour brouter un peu l’herbe. Il n’avait, pour le moment, pas besoin de lui et il se doutait que c’était mieux qu’il se montre sans être dessus. Il laissa de nouveau le silence s’installer entre eux, ne lâchant pas la jeune femme des yeux. De là où il était, il ne pouvait pas réellement la voir.

« Puis-je me permettre de vous demander qui vous êtes, et ce que vous faites en ces Terres ? »

Ce n’était que son rôle de Chevalier, mais l’homme devait bien avouer qu’il trouvait cela intéressant d’en apprendre plus sur cette femme. Il était particulièrement curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Jeu 4 Déc - 17:06

Dans un autre royaume

-
Je me nomme Gaspard Gabet, je suis Chevalier de Camelot.

La jeune femme le regarde descendre de son destrier et elle est rassurée de voir la bête s'éloigner légèrement, sans doute dans le but de se repaître d'herbe fraîche. C'est sûr que cela doit être bien meilleur pour ses papilles gustatives que du foin ou de l'avoine. Son attention se reporte sur l'homme qui fait une révérence devant son arbre sur lequel elle est perchée après s'être présenté avant de continuer.

- Vous vous trouvez actuellement à Camelot justement.

Son cerveau s'active à cent à l'heure tandis que ce Gaspard lui annonce qu'elle se trouve dans le royaume de feu Uther Pendragon. Ça pour une surprise... Edda aurait donc assez couru pour passer les frontières d'un royaume où son père n'a absolument aucun droit. Elle se retient de pousser un long soupir de soulagement, bien qu'elle en meurt d'envie. Elle réalise que s'en est terminé des courses poursuites, des parties de cache-cache dans les villages ainsi que dans les bois, les racines et les feuilles des arbres en guise de repas. Oh, elle aurait pu apprendre à pêcher ou à chasser, cela aurait été beaucoup plus simple et plus ragoutant que des racines et des feuilles. Malheureusement, tuer des animaux n'est pas du tout dans ses cordes.

Le silence s'installe entre eux. A vrai dire, Edda ne sait pas quoi répondre à cela. "Pouvez-vous me protéger ?" Elle n'est plus en danger. "La magie est-elle interdite à Camelot ?" Elle se trahirait aussitôt et elle ne veut pas courir le risque d'être à nouveau pourchassé par des soldats. Le chevalier prend à nouveau la parole :

- Puis-je me permettre de vous demander qui vous êtes, et ce que vous faites en ces terres ?

Edda se mit à déglutir à cette question. Qu'est-ce qu'elle peut bien répondre, bien dire sur le fait qu'elle se trouve sur les terres d'un royaume dont elle n'est pas originaire. Elle ne devait cependant pas rester trop longtemps silencieuse. D'après son expérience, cela peut créer le doute et la suspicion autant ne pas retenter le diable.


- Je me nomme Edda et je suis... je suis...

Elle n'a aucune idée de ce qu'elle pourrait bien servir comme excuse qui expliquerait sa présence ici, perchée sur cette arbre, en plein milieu d'une forêt. La jeune femme finit par soupirer, elle veut tenter quelques chose, mais elle n'est pas sûre de son efficacité.


- Perdue, en fait. J'ai été pourchassé par des hommes du royaume voisin. Je ne sais pas pourquoi.


C'est la vérité. Du moins, en partie. La fugitive ne pouvait pas tout révéler. Elle était trop méfiante, trop sur le qui-vive.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Jeu 18 Déc - 0:32

Edda & Gaspard
Sur un arbre perché
Gaspard ne savait vraiment pas quoi penser de la jeune femme qui se trouvait dans cet arbre. Il espérait qu’elle allait lui faire suffisamment confiance pour descendre. Il essayait en tout cas de se montrer le plus avenant possible, répondant à ses questions. Le chevalier se demandait comment elle pouvait ne pas savoir où elle se trouvait, ce qui avait bien pu lui arriver pour que cela soit le cas. Elle devait craindre quelque chose pour fuir de cette manière, puisqu’elle semblait être en fuite effectivement. Gaspard n’avait pas le choix d’attendre qu’elle lui explique un peu la situation, si elle avait l’intention de le faire. Gaspard d’ailleurs, ne tarda pas à lui poser des questions. C’était son rôle de chevalier, il devait s’assurer qu’elle n’était pas un danger pour le royaume. Même si à première vue, elle ne semblait quand même pas dangereuse. Enfin, avant de se faire un jugement, il attendait simplement une réponse de la part de la jeune femme. Un silence s’installa entre eux, Gaspard attendant patiemment que la jeune femme prenne la parole. Il ne montra pas son impatience, afin de ne pas faire peur à l’inconnue. Finalement, elle finit par reprendre la parole, donnant son prénom. Ainsi donc, elle se nommait Edda, c’était un joli prénom. Mais elle n’avait pas fini de parler, Gaspard garda le silence en attendant qu’elle continue.

« Je suis désolé de l’apprendre Mademoiselle. »
Il parlait sincèrement. Il la croyait, ne se rendant pas compte qu’elle mentait. Sans doute parce qu’elle était une demoiselle en détresse, il ne mettait pas sa parole en doute. Donc, il la croyait. « Mais vous ne craignez plus rien ici. »

Si jamais les hommes du royaume voisin arrivaient à Camelot pour la pourchasser de nouveau, les forces du roi Arthur allaient la protéger. Il n’y avait aucune raison que des étranger viennent « traquer » sur leurs terres. Ils ne se permettraient même pas de passer les frontières normalement, à moins qu'ils se pensent capable de combattre les chevaliers de Camelot. En tant que chevalier d’ailleurs, Gaspard devait protéger la jeune femme des hommes qui avaient décidé de la traquer, c’était son devoir. Et il ne faisait pas cela que parce qu’il aimait les jeunes femmes justement.

« Souhaitez-vous, vous rendre à la citée de Camelot ? Je peux vous y conduire, en toute sécurité. Je vous protègerais. »

Ce qu’il avait bien l’intention de faire, si elle acceptait sa proposition. Et il demandait cela, sans même chercher à comprendre plus sur les raisons qui avaient poussé ces hommes à la traquer. Elle avait précisé qu’elle ne savait pas pourquoi, mais il aurait pu se montrer plus suspicieux. S’il savait qu’elle avait des pouvoirs magiques, qu’elle était l’une de ces ennemis naturels qu’il s’était créé. Il n’agirait pas de la même manière bien sûr, parce qu’il n’aurait aucune envie de lui venir en aide en apprenant qu’elle était une sorcière. Pour l’heure, il ne savait rien tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Mer 7 Jan - 19:45

Confiance distante

Son regard se porte un peu partout autour du paysage qui vous entoure, cherchant à s'assurer qu'il n'y a vraiment plus aucun danger. Elle est fatiguée de devoir courir, de devoir constamment fuir. Tout ce qu'Edda cherche, c'est de retrouver enfin la paix et le calme. Plus besoin de regarder derrière son épaule avec crainte de voir des hommes armés lui courir après pour l'appréhender. Mais il n'y a rien et la menace que la jeune femme distingue est ce cheval qui l'ignore royalement et broute tranquillement de l'herbe fraîche. Le chevalier ne semble pas antipathique et la bachelette aurait presque envie de lui faire confiance. Presque.

- Je suis désolée de l'apprendre, Mademoiselle. Mais vous ne craignez plus rien ici.

L'attention de la fugitive se reporte sur l'homme qui semble très sincère dans ses propos. Elle le scrute, l'étudie et décide qu'elle peut le croire. Du moins, pour le moment. Elle n'est pas née de la dernière pluie et sait très bien qu'à cause de sa malédiction, les amis peuvent soudainement se transformer en ennemis et ils oublient facilement qui tu étais avant de découvrir la vérité. Ils ne voient que ce que tu es maintenant. La jeune femme a déjà eu à subir ça. Naïve, comme toujours, elle avait tentée sa chance dans un village où son visage était totalement inconnu des habitants. Elle avait alors cru qu'une nouvelle vie était possible. Trois mois. Un cauchemar violent. Une crise. La vérité éclate, la populace le découvre. On hurle, on crie, on sort les faux, les fourches, les flambeaux enflammés. La fuite reprend. Les soldats sont avertis. La course continue.

- Souhaitez-vous vous rendre à la citée de Camelot ? Je peux vous y conduire en toute sécurité. Je vous protégerais.

La fugitive ne peut s'empêcher de le regarder avec étonnement. C'est bien la première fois depuis un an qu'un guerrier propose son aide et lui assure guide et protection. Elle réfléchit, prend le temps de la réflexion. Ce Gaspard Gabet lui a assuré que vous vous trouviez dans un autre royaume, il est donc logique de penser que les soldats de son paternel ne tenteront pas de pénétrer dans ce pays pour accomplir leur besogne. Ici, la jeune femme est une inconnue. Une damoiselle en détresse. Et c'est homme est là pour lui prêter main forte et l'amener en sécurité. Tant qu'il ne connaîtra pas son secret.

Tant qu'il restera ignorant de la vérité.

Cela ne lui prend qu'une dizaine de seconde avant d'opiner du chef et de descendre de son arbre sur lequel elle était perchée. Frêle jeune femme qui n'a aucune difficulté à s'en aller de son perchoir. Elle a l'habitude de grimper un peu partout pour sa sécurité. Ses pieds touchent le plancher des vaches et elle a beau accepté de faire confiance à l'individu pour le temps du trajet, elle ne bouge pourtant pas. Un seul détail la gêne et ce détail continue de l'ignorer depuis le début de cette rencontre.

- Je ne monterai pas sur ce cheval.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °


Dernière édition par Edda le Ven 23 Jan - 13:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Ven 23 Jan - 0:31

Edda & Gaspard
Sur un arbre perché
Quand Gaspard proposait sa protection à une jeune femme, ce n’était pas pour rien. Cela ne se passait pas toujours très bien, l’homme avait un souvenir cuisant d’une rencontre avec une paysanne étrange. Mais il ne pouvait dans tous les cas pas laisser cette pauvre personne sans aide. Le chevalier ne connaissait rien d’elle, heureusement d’ailleurs, mais il voyait bien qu’elle avait des problèmes. Son but était donc de lui venir en aide, de la sortir de là. Et par conséquence, de la conduire à Camelot. C’était le mieux qu’ils avaient à faire de toute façon, la jeune femme ne pouvait pas rester dans la forêt comme cela. Gaspard ne la quittait pas des yeux, pendant ces quelques secondes qu’elle prit pour réfléchir. Et finalement, elle accepta et descendit de son arbre. L’homme afficha un grand sourire, heureux d’avoir pu la convaincre. Il l’observa donc descendre et revenir sur le plancher des vaches. Gaspard était satisfait d’avoir pu obtenir un peu sa confiance, même s’il se doutait que ce n’était pas pour autant complètement gagner. De toute façon, il allait se contenter de la conduire à la cité afin qu’elle puisse se reposer et se nourrir convenablement. La forêt n’était pas un endroit sûr, au moins Camelot était protégé par des murs. Ainsi donc, si la jeune femme était pourchassée, sa place était dans les murs de la cité.

Gaspard ne s’attendait pas vraiment aux paroles d’Edda, quand elle annonça qu’elle ne voulait pas monter sur le cheval. Il devait y avoir une raison logique dedans, mais il en était surpris. Soit, si elle ne voulait pas monter, il n’allait pas la forcer de toute façon. L’homme avait cru qu’il pourrait la faire monter sur son cheval et faire le chemin en marchant à ses côtés, ne voulant pas s’imposer en même temps qu’elle sur l’animal. Mais puisqu’elle ne voulait pas monter, ils marcheraient tous les deux.


« Soit, comme vous le désirez. Nous allons marcher jusqu’à la cité, le voyage risque juste de mettre un peu de temps. »
Gaspard ne savait pas comment la jeune femme marchait, si elle le faisait rapidement ou non. Comme bien souvent, il avait tendance à croire qu’une femme était moins « efficace » qu’un homme. « C’est par ici. »

Dit-il en désignant le nord. L’homme attrapa les reines de son cheval avant de commencer à marcher aux côtés de la jeune femme. Ils allient mettre du temps avant d’y arriver, il se dit donc que c’était mieux de lancer la conversation. Mais honnêtement, il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait bien dire. Quelque chose de bateau au moins.

« Cela fait-il longtemps que vous voyagez de la sorte ? »

Gaspard était à mille lieux d’imaginer depuis combien de temps elle voyageait, comme il ne pensait pas une seule seconde à la raison qui l’avait poussé à fuir. Elle lui avait dit ignorer, il pensait donc qu’elle ne savait rien. Il avait de la chance que cette femme ne soit pas mauvaise, parce qu’il était bien crédule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Ven 23 Jan - 14:00

Temps d'accalmie

Ce n'était pas une manière de le défier ou un façon de lui montrer que l'ancienne bourgeoise n'avait toujours pas une totale confiance en lui. Non. C'était une peur tenace qui lui prenait les tripes depuis quelques années. Les équidés l'effrayaient depuis cette mauvaise chute. Peur irrationnelle que la jeune femme ne parvenait pourtant pas étouffer ou à calmer dès qu'elle se trouvait trop proche de l'une de ces bêtes. C'était pourtant stupide, le cheval étant considéré comme le meilleur ami de l'homme avec le chien. Elle, préférait les chats et les oiseaux. C'était comme cela. C'était ainsi. Aussi fut-elle soulagée lorsqu'elle entendit le soldat accepter sans broncher son étrange condition.

- Soit, comme vous le désirez. Nous allons marcher jusqu'à la cité, le voyage risque  juste de mettre un peu de temps.

Edda hocha la tête, cela ne la dérangeait pas plus que ça. Marcher, courir, sur une longue distance lui était maintenant familier.

- C'est par ici, fit-il en pointant le nord.

C'est ainsi que la marche débuta. Le dénommé Gaspard se tenait entre elle et le destrier et la fugitive en était bien soulagée. Habituée à marcher à bon pas et conscience que le trajet risquerait d'être long et fatiguant pour eux trois, elle ne prit pas la peine de prendre un rythme lent. Elle espérait arriver dans cette citadelle bien avant la nuit. La bachelette ne prononçait pas un mot et ne chercha pas à entamer la conversation. La seule chose qui l'intéressait était de trouver la sécurité de murailles. Cependant, cela ne sembla pas être au goût de son protecteur qui décida visiblement de briser la glace.

- Cela fait-il longtemps que vous voyagez de la sorte ?

Voyager ? Non, la brunette ne voyageait pas. Elle fuyait. Elle se garda pourtant bien de le préciser. Est-ce que cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus chercher à le savoir.

- Je ne sais guère trop. J'ai passé mes journées à fuir, à me cacher et à voler pour survivre. Puis j'ai cessé de me glisser dans les villages pour éviter toute personne. Elle se pencha pour éviter une branche trop basse. Vous devez être le premier individu que je rencontre depuis des semaines.

Et qui ne tentes pas de m'attaquer en criant "au bûcher" se garda-t-elle de préciser. Cela ne serait pas une bonne idée de vendre la mèche ainsi. Edda ne savait guère de l'opinion de ce Gabet concernant la sorcellerie et elle ne voulait pas que son protecteur change d'avis et décide de la remettre aux autorités. Elle voulait profiter de ce temps d'accalmie pendant que cela lui était possible. Pendant que cela lui était encore permis. La jeune femme était aux aguets, prête à fuir si quelque chose se passait mal. Bourgeoise devenue sauvageonne.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Mer 11 Fév - 11:54

Edda & Gaspard
Sur un arbre perché
La jeune Edda ne voulait pas monter sur le cheval, elle ne donna pas spécialement de raison. L’homme ne savait donc pas pourquoi elle ne voulait pas monter, mais il ne la força pas pour autant à le faire. Ce n’était pas dans ses habitudes de forcer quelqu’un (surtout une demoiselle en détresse) à faire quelque chose. Sauf si cette personne était une sorcière et qu’il avait connaissance de son état, ce qui n’était pas le cas en cet instant présent. Le voyage aurait été plus agréable à cheval à son avis, moins long surtout, mais tant pis. Ils allaient marcher jusqu’à la citée tout simplement. Au moins, cela allait permettre au chevalier de discuter plus facilement avec la jeune femme. Gaspard devait bien avouer qu’il était curieux et les voyages en silence, ce n’était pas son truc. S’ils s’étaient trouvés sur le cheval, il n’aurait peut-être rien dit. Mais puisqu’ils marchaient, à un rythme heureusement assez soutenu, l’homme pris la parole. Le chevalier ne savait pas réellement quoi dire, alors il se contenta d’abord d’une question bateau. Une question qui l’intéressait quand même cependant, il était curieux d’apprendre un peu plus l’histoire d’Edda (même s’il ne devait pas apprendre tout, sinon il y avait une chance pour qu’il ne la conduise finalement plus à Camelot).

Le terme voyager n’était sans doute pas de mise, Gaspard avait bien compris qu’elle fuyait quelque chose. Sinon, elle ne se serait pas retrouvée aussi craintive. La femme ne le rattrapa pas pour autant, elle se contenta de répondre en formulant les bons termes. Le chevalier apprit donc que la jeune femme avait passé son temps à fuir, voler, se cacher. Une vie clairement peu agréable pour une demoiselle. Le jeune homme ignorait également la nature noble que la jeune femme avait, cela ne se voyait pas maintenant en réalité. Il n’aurait pu le deviner et tant que la bourgeoise ne lui en parlait pas, il resterait dans l’ignorance.


« Vous allez pouvoir trouver le repos à Camelot alors. »
Dit-il en réponse aux paroles de la jeune femme, continuant d’avancer entre les arbres et branches. « Vous n’aurez plus besoin de voler. »

Cela dans l’optique qu’elle fasse quand même l’effort de gagner un peu d’argent. Mais Gaspard espérait bien que la jeune femme n’avait pas l’intention d’être une voleuse parmi d’autre dans la cité, il n’avait aucune envie de devoir l’arrêter et la mettre au cachot pour vol. Non pas qu’il se souci sincèrement de son sort, si elle volait à Camelot elle l’aurait mérité, mais parce qu’il serait celui qui l’avait conduit entre les murs. Il s’en voudrait d’avoir conduit une voleuse dans leur enceinte.

« Vous venez d’où exactement ? »

Le début de sa fuite, où avait-elle eu lieux. Gaspard ne pouvait s’empêcher de se montrer curieux, il espérait ne pas braquer complètement sa « protégée ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Mer 18 Fév - 13:01

Demi vérité

La jeune femme marche d'un bon pas et ne semble pas gêner outre mesure par les branches basses et le racines traîtresses sortant de la terre. Habituée de ce milieu, elle y évolue avec assurance. Son corps est pourtant tendue, prête à prendre ses jambes à son cou et à détaler comme un lapin. La présence du cheval n'est certainement pas pour la rassurer. Certes, le chevalier lui assurer sa protection le temps du voyage, mais rien n'indique qu'il sera toujours aussi clément si jamais la bachelette commet une erreur et révèle la présence de ses pouvoirs. Confiance partiellement donnée, méfiance toujours en vigueur. Le dénommé Gaspard lui demanda si cela faisait longtemps que la fuyarde voyageait. Voyager. Elle ne pense pas que ce mot soit juste, mais elle ne le relève pas. Il n'est pas censé être au courant de tous ses débâcles, de toutes ses mésaventures. Il ne sait rien.

C'est mieux ainsi.

- Vous allez pouvoir trouver le repos à Camelot, alors.

Edda l'espère sincèrement. Elle s'est habituée à cette vie "sauvage", mais elle n'est absolument pas contre l'idée de ne plus courir à tout va, de manger de la vraie nourriture et plus des racines ainsi que des baies.

- Vous n'aurez plus besoin de voler.

Cela faisait déjà des semaines qu'elle ne le fait plus, mais soit. Cela retire un énorme poids sur les épaules de la voleuse qui est bien heureuse des propos du soldat. Comment est-ce qu'elle fera pour ne plus avoir à voler, elle n'en a pas la moindre idée et ne souhaite pas y réfléchir de crainte de saper son moral. Plus tard, en temps voulu.

- Vous venez d’où exactement ?

Décidément, ce chevalier était bien empli de curiosité à lui poser toutes ces questions. Mais Edda peut comprendre. Elle n'est qu'une étrangère en détresse à ses yeux, il ne sait rien d'elle et se méfie également. Rien ne lui assure que la sauvageonne ne va pas retourner sa veste agir contre la citadelle. Questionner est donc normal. A la jeune femme maintenant de ne pas se trahir, de ne révéler aucune information qui la porterai préjudice.

- D'un royaume qui se trouve bien au nord d'ici.

Elle n'en dit pas plus, ce n'est pas nécessaire et la fugitive n'en ressent pas la nécessité de préciser que ce dit royaume est un allié de poids d'Uther Pendragon et qu'il combat et condamne avec véhémence toute forme de magie. Non, elle ne dit rien de tout cela. Elle vendrait aussitôt la mèche et l'homme comprendrait immédiatement la raison de sa fuite et elle n'est pas sûre qu'il restera son protecteur. Elle devait tenir le temps du trajet. Ne pas tout révéler sans mentir. Jouer la carte de la sincérité tout en cachant une partie de la vérité.

Se protéger.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Jeu 5 Mar - 11:17

Edda & Gaspard
Sur un arbre perché
Gaspard ne savait rien de la jeune femme qu’il était en train de conduire à Camelot, il se montrait donc assez curieux. Il était déjà d’une nature curieuse, mais quand en plus il se trouvait dans l’ignorance, c’était pire. Il n’y avait aucunes mauvaises intentions dans les questions que le jeune homme posait à Edda, il avait simplement envie de la connaitre mieux. Il n’avait aucune envie de braquer la jeune femme, la seule chose qu’il cherchait c’était d’en savoir un peu plus à son sujet. Après tout, il allait quand même la conduire au cœur de Camelot, et on ne pouvait pas dire que le royaume pouvait se permettre d’avoir de nouveau souci. Depuis la mort de l’enfant du roi et de la reine, les gens avaient tendance à devenir un peu paranoïaque. C’était le cas de Gaspard en tout cas, plus que d’autre sans doute. Le chevalier ne pouvait pas s’empêcher de voir un acte malveillant dans les souffrances de Guenièvre, il ne pouvait pas s’empêcher de croire que la magie avait fait son œuvre. Alors forcément, il avait tendance à se montrer bien plus prudent. Et cela, même s’il n’imaginait pas une seule seconde cette femme être une sorcière. Elle semblait fragile, sinon elle n’aurait pas eu besoin de son aide. Gaspard avait tendance à croire que les sorciers et autres créatures magiques étaient assez puissants pour s’en sortir seuls, même s’il ne pouvait pas nier qu’ils étaient aussi capables de manipuler le monde. En tout cas, le chevalier ne pensait pas se trouver en présence d’une sorcière et il se trompait lourdement.

Il demanda donc à la jeune femme d’où elle venait. Il avait compris qu’elle fuyait quelqu’un, ou quelque chose, mais il se demandait bien quoi. Des royaumes ennemis à Camelot, il y en avait énormément. La jeune femme devait sans doute venir de l’un d’entre eux. Ce qui faisait qu’elle pouvait se cacher facilement ici. Enfin, il n’en sût pas beaucoup plus quand elle reprit la parole pour lui dire qu’elle venait d’un royaume au nord. Il y en avait énormément au nord, soit il voyait bien qu’il n’en saurait pas plus. Sa curiosité n’était pas étanchée, mais tant pis. Ils continuèrent donc à marcher dans le silence. Gaspard aurait sans doute pu poser d’autres questions à sa protégée, mais quelque chose lui disait qu’elle ne répondrait pas plus.

Leurs pas étaient assez rapides, ils n’allaient pas mettre trop de temps à se rendre à Camelot. Ainsi, Edda pourra retrouver un peu la civilisation. Le jeune homme pensait d’ailleurs qu’ils allaient poursuivre leur marche dans le silence jusqu’à la citée, mais il se trompait. Alors qu’ils avançaient, le chevalier entendit des bruits de branches un peu plus loin. Il avait l’habitude de traquer dans la forêt, il reconnaissait ce genre de bruit et ce n’était pas un animal. Gaspard s’arrêta donc, faisant signe à la jeune femme à ses côtés de ne pas bouger et de rester silencieuse. Il dégaina son épée, avançant de quelque pas. Cela ne fut pas long avant que des hommes, vêtus de longues capes noirs ne foncent sur lui armes levées. Quelques hommes, cela ne faisait pas peur à Gaspard qui entama rapidement le combat.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Mer 25 Mar - 17:36

Danse macabre

Silence. C'était le prix à payer pour leur marche vive et assurée. Un seul d'entre eux connaît le chemin à emprunter et, pourtant, sa comparse n'émet aucune hésitation. Ses pas ne flanchent d'aucune manière et elle esquive les branches basses et les racines hautes. Habituée de la forêt sauvageonne restée trop longtemps éloignée de tout contact humain. Fuyant comme la peste, la condamnation, les fourches et les cris, les cordes et les insultes, le bûcher et les paroles sentencieuses, les flammes et la mort. Autrefois noble, puis fugitive fuyant pour sa vie, mangeant des racines, des fruits et des baies pour sa survie, refusant de tuer un animal même si elle se mourait de faim. Maintenant secrètement sorcière protégée par la cape rouge vive de Camelot. Elle ne sait pas si la magie est condamnée dans ce royaume, elle l'ignore et par crainte de se trahir, elle garde sa bouche résolument close.

Obstinément.

Le soldat, bien aimable de se tenir entre la jeune femme et l'équidé, marche également d'un pas rapide et semble décidé à tenir la conversation. Après tout, il a bien expliqué que la route serait longue jusqu'à la capitale, mais cela n'effraie nullement Edda. Elle est coutumière à la marche. Mais parler... cela fait si longtemps qu'elle ne s'est tenu devant un humain sans crainte de représailles pour cause de ce qu'elle représente. Une monstruosité, une étrangeté. Une créature magique.

L'ancienne bourgeoise ne montre aucunement son appréhension quant à retrouver la saveur amère de la civilisation. Elle sait à peu près à quoi s'en tenir. Elle a découvert le cœur obscur des gens et elle sait qu'elle ne sera plus que méfiance envers qui voudront se montrer amical et protecteur envers elle. Combien de paysan lui ont gentiment offert le gîte et le couvert pour une nuit, deux, voire une semaine et subitement la chasser, la menacer, l'injurier lorsqu'ils découvrent malencontreusement son terrible secret. Combien de fois a-t-elle vu un visage tendre et amical se tordre de colère et de dégoût, de peur et de haine. Les mères cachent et protègent leurs progénitures derrière leurs robes, les hommes empoignent épées, fourches, faux, cordes. Tout est bon tant que cela peut faire du mal à la jeune femme apeurée qui se retrouve obligée de fuir. Encore et toujours. Elle représente un danger pour eux.Y'en a-t-il seulement un qui a tenté de faire fi de sa malédiction ?

Pas un.

La peur est tenace. La peu est puissante. Bien plus que la force de l'amour. L'amour... si son pouvoir était réellement incommensurable, jamais son père n'aurait donné l'ordre de la capturer et de la ramener à lui, morte ou vive. L'amour est pour ceux qui ne se méfient pas assez.

Le dénommé Gaspard se stoppe net et fait signe à Edda d'en faire de même, la surprenant et la tirant de ses sombres pensées dans le même temps. Elle n'ouvre pas la bouche, ne remue pas ses lèvres. Elle voit le regard méfiant de l'homme, son visage teinté de gravité. Quelque chose cloche. Quelque chose a attiré son attention. Soudain des hommes surgissent, l'épée brandit et leurs cordes vocales vomissant cris ordres et injures. Le regard est meurtrier, la cape est noire. La sorcière les reconnaît. Qu'elle a pu être sotte de songer une seconde qu'ils n'oseraient pas la poursuivre dans ce royaume. Le cheval se cabre, s'éloigne, n'appréciant que très peu la violence du combat engagé. Que la brune pouvait le comprendre à cet instant. Pacifiste, elle sait pourtant qu'elle doit faire quelque chose. Quoi ? Elle ne le sait. Elle ne sait pas se battre et a parfaitement conscience qu'elle ne serait qu'un handicap pour son guerrier protecteur.
Fuir et le laisser seul ? Certainement pas. S'éloigner du combat, se cacher afin de ne pas gêner le soldat Gabet ? Cela semble être la meilleure option. La jeune femme entend les râles d'agonies, les cris de douleurs et dans cette danse macabre, elle n'espère qu'une chose. Que son sauveur survivre face à cet ennemi supérieur en nombre.

Peut-être alors. Peut-être lui raconterait-elle tout.

Elle lui devrait bien ça.

La vérité.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   Jeu 16 Avr - 18:29

Edda & Gaspard
Sur un arbre perché
Gaspard s’était attendu à ce que le trajet jusqu’à Camelot soit long et surtout silencieux. Edda ne semblait pas être une femme très bavarde, soit il n’allait pas la forcer à parler non plus. Il avait bien tenté de faire la conversation, mais cela n’avait pas donné grand-chose. Tant pis, de toute façon ils n’étaient pas là pour parler. Le rôle de Gaspard était simplement de conduire la jeune femme dans un endroit sûr, afin qu’elle ne reste pas seule dans la forêt qui était quand même assez dangereuse. Surtout qu’Edda avait des problèmes, elle avait déjà été attaquée. Bien sûr, le chasseur était loin de se douter que les problèmes qu’elle avait venaient du fait qu’elle était une sorcière, sinon évidemment il ne l’aurait pas aidé de cette manière. Ils marchaient donc rapidement entre les arbres de la forêt, Gaspard appréciant qu’ils ne mettent pas trop de temps pour rejoindre Camelot. Le trajet aurait été bien plus « lourd » si la jeune femme avait marché lentement, mais ce n’était pas le cas. Au moins, elle avançait même si elle ne parlait pas. Cependant, les choses n’étaient pas aussi simples.

Des hommes vêtus de cape noire sortir de derrière les arbres, les armes en main. Cela ne faisait aucun doute à Gaspard, ils étaient là pour la jeune femme. Le chevalier ne savait pas ce qu’elle avait fait pour s’attirer des ennuis de ce genre, mais cela ne le regardait pas vraiment. Il avait juré de la protéger, il allait le faire donc. Il ne supportait pas ce genre de comportement, même si c’était bien son genre quand il s’agissait des sorciers et des druides. Mais pour l’instant, dans l’esprit du jeune homme, Edda était une simple femme en détresse c’était donc son rôle de la protéger. Il ne tarda pas à foncer dans le tas aussi, l’arme en main. Son cheval avait pris peur et c’était éloigné, tant pis il le retrouverait plus tard. Edda se cachait, tant mieux comme cela il pouvait se concentrer sur les hommes qui étaient quand même plus nombreux que lui. Il ne devait pas se déconcentrer, parce que la moindre erreur pouvait être fatale. Son épée plongea dans la peau de certains de ses adversaires, ne manquant pas de répandre leur sang.

Au bout de quelques minutes, la moitié des adversaires se trouvaient au sol. Ils n’étaient pas morts, mais ils allaient être hors service quand même. Un autre homme fonça sur Gaspard, lui donnant un coup dans le dos et le renversa au sol. Le chevalier ne l’avait pas vu venir et maintenant, il se retrouvait dans une situation complexe. Dans sa chute, Gaspard laissa échapper son arme. Et son adversaire avait de quoi lui faire très mal en main, autant dire qu’il n’allait évidemment pas se retenir. Gaspard s’en voulait de ne pas avoir vu venir le coup, il s’en voulait de s’être fait avoir de cette manière. Parce que clairement, il ne savait pas comment il allait pouvoir s’en sortir. A moins qu’il y ait un miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Sur un arbre perché [pv Gaspard]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur un arbre perché [pv Gaspard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur un arbre perché
» Sur un Arbre Perché [Misao]
» Maître chanteur sur un arbre perché... [Topic Clos]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Parcours de Patrick Gaspard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-