Partagez | .
 

 « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Dim 1 Juin - 15:26

« I'd rather rescue myself. »

Azilis & Gaspard



Je m'éveille à l'aube, dès que les premiers rayons du soleil percent la forêt et inondent mes paupières de leur lueur chaude. Je m'étire en grimaçant et me lève sans plus de cérémonie, roulant grossièrement ma couverture. J'ai le dos dans un piteux état car je n'ai pas l'habitude de dormir à la belle étoilé, à même le sol. Je ne prends pas le temps d'allumer un feu pour me préparer un petit-déjeuner, je suis à cours de vivres depuis deux jours. Je ne pensais pas que Cenred était si loin de Camelot. Nous sommes pourtant des royaumes voisins, mais il y a tant de détours à faire pour aller d'un château à un autre en suivant la route, que plusieurs jours de voyage sont nécessaires. Fatiguée, affamée, je grimpe sur le dos de ma jument grise et décide qu'il est temps de mettre en pratique ce que j'ai appris pendant toute mon enfance si je ne veux pas mourir de faim avant d'arriver dans la cité. Ce serait stupide de décéder de façon aussi ridicule, si près du but. J'abuse certainement un peu, je pense qu'il faudrait un peu plus de deux jours sans nourriture pour vraiment mourir de faim, mais vivre dans un château où on est pourrie gâtée n'aide pas non plus à supporter ce genre de désagréments. C'est malgré l'interdiction de mon père que je suis partie sans escorte. Et puis quoi encore ? Je ne suis pas non plus une petite princesse toute mignonne et fragile ! Je sais me débrouiller. Je tire mon arbalète de ma sacoche et y enclenche une grande et grosse flèche à pointe dure. Qui dit gros gibier dit grosse arme. Je me mets donc en chasse d'un sanglier à faire cuire. Plusieurs heures passent sans que rien ne se passe. J'ai le sentiment désagréable d'avoir déjà fait quinze fois le tour de cette satanée forêt ! Le soleil est haut à présent, presque à son zénith. Je suis heureuse que les arbres m'offrent une protection, sinon je souffrirais également de la chaleur.

Soudain, un bruit attire mon attention sur ma droite. Une branche chaque et voilà un énorme sanglier qui déboule à toute allure juste devant ma jument qui cabre de surprise. Bien cramponnée, je la talonne pour me lancer à la poursuite de l'animal. Durant la course, je songe qu'il est étrange qu'une proie potentielle sorte ainsi devant le nez de son prédateur, sans même chercher à être discret. Pourquoi diable n'est-il pas resté caché dans les fourrés en attendant que je m'éloigne ? Je doute qu'un sanglier de plusieurs livres s'amuse à faire un jogging du matin. Je ralentis un peu, laissant de la distance entre lui et moi, prenant de plus en plus conscience que quelque chose cloche dans cette situation. S'il ne courrait pas pour me fuir, moi, que fuit-il ? Au moment même où cette question traverse mon esprit, un grondement pareil à de l'orage retentit à ma gauche. Ma jument fait un violent écart et je perds l'équilibre. Dans ma chute, je ne distingue qu'un gigantesque éclair gris argenté et la silhouette de ma mouture qui s'éloigne à toute vitesse, emportant avec elle toutes mes affaires. Le choc est rude, je gémis et rouvre les yeux précautionneusement. Un liquide tombe sur ma joue. Je me sens comme écrasée sous une balle de foin. Les yeux ouverts, la surprise est de taille. Je suis plaquée au sol par un loup gris gigantesque. Ses yeux sont injectés de sang et ses crocs saillants. Sa gueule est si proche de mon visage que je peux sentir son haleine fétide. Sa bave coule sur ma tête par ses babines retroussées. Réflexe stupide, j'essaye de me dégager et sa machoire s'ouvre en grand, prête à me déchirer la gorge. Je n'ai pas l'habitude d'être faible, mais la peur me fait crier. Je crie à l'aide, sans vraiment en avoir conscience. La seule chose qui me vient à l'esprit à cet instant, c'est que je ne veux pas mourir !

© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Mar 3 Juin - 11:30

Azilis & Gaspard
I'd rather rescue myself.
Gaspard s'était levé tôt ce jour là, parce que son père avait envie de s'entretenir avec lui. Le jeune homme savait bien que ce genre de moment n'était pas des plus agréable pour lui, l'homme avait tendance à lui rappeler ce qu'il attendait de sa part. C'était toujours le même discourt de toute façon, constamment la même chose. Le Chevalier aurait pourtant préféré profiter un peu de son temps libre, puisqu'il n'était pas de garde aujourd'hui. Il venait d'enchaîner une semaine complète de garde, il avait bien le droit à quelques jours de repos. Et il avait bien commencé son temps de repos en passant une agréable soirée en compagnie d'une agréable femme la veille. Il n'avait donc pas beaucoup dormi et n'avait pas vraiment l'humeur aux remontrances de son père. Cependant, il n'allait pas pouvoir y échapper malheureusement. Obéron attendait son fils pour le petit déjeuné, donc très tôt puisque l'ancien Chevalier mangeait toujours à des heures très matinales. L'homme se rendit donc à table après avoir réussit à émerger et retrouva son père. Le petit déjeuné dira une longue heure où Gaspard écouta les paroles de son père sans vraiment répondre. Il devait trouver une femme selon lui, se poser enfin. Le temps passait, Obéron avait envie de voir des petits enfants tant qu'il était en vie. Cependant, le Chevalier n'avait vraiment pas envie de s'installer avec une femme (une et unique femme) et fonder une famille. La paternité, ce n'était pas pour lui, pas encore. Et puis, connaissant son père, il allait se montrer difficile sur le choix de sa dulcinée. L'homme proposa même des noms de jeune fille digne à son fils, des personnes avec qui il voulait le voir s'investir.

Le temps fut long, mais le jeune homme finit par être libéré par son père. Il avait plus ou moins promis de réellement chercher à se poser, à rencontrer ces jeunes femmes que son père avait en vue. C'était à se demander qui devait se marier, lui où le vieil homme. Gaspard n'avait pas l'intention d'épouser la première venue, il ne voulait pas vraiment épouser quelqu'un en réalité. Mais surtout, il ne se voyait pas passer le reste de sa vie avec une femme pour laquelle il n'avait pas d'affection. Surtout s'il devait lui promettre fidélité. Histoire de se changer un peu les esprits et finir complètement de décuver, il décida d'aller faire un tour dans la forêt. Il chevaucha donc son cheval et partit en balade, après avoir revêtu une armure et prit ses armes. Alors qu'il était donc en train d'avancer tranquillement sur le chemin de la forêt, cherchant un endroit où il pourrait faire une halte, il entendit les cris d'une femme.

Sans attendre plus longtemps, Gaspard donna un coup de pied à son cheval pour qu'il accélère son trot afin qu'ils se rendent à l'endroit d'où venait les cris rapidement. Le jeune homme ne pouvait pas laisser une demoiselle en détresse. Il arriva rapidement sur les lieux, attrapant son arbalète déjà chargée d'une main. Il avait l'habitude de vivre dans l'urgence et d'agir dans la panique. Il comprit donc rapidement ce qui se passait dans cette scène, voyant cette voyageuse attaqué par un grand loup gris. Sans plus attendre, Gaspard visa et décocha la flèche en plein dans le cœur de la bête en évitant soigneusement la jeune femme. Le Chevalier descendit alors de son cheval et s'approcha de l'inconnue, qui se retrouvait à présent près du corps de l'animal.

« Ça vous arrive souvent de vous balader seule en forêt ? »

Son ton n'était pas vraiment des plus aimable, même s'il n'était pas non plus mauvais. Il ne prenait simplement pas la peine de faire de grande courtoisie envers cette inconnue. Il n'avait pas beaucoup de respect pour les autres après tout. Cependant, quand il posa finalement réellement le regard sur la femme, il ne put qu'être absorbé par sa beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Mar 1 Juil - 18:33

« I'd rather rescue myself. »

Azilis & Gaspard



Tout est fini pour moi. Voilà la seule chose que j'arrive à penser alors que les crocs se referment sèchement sur mon épaule. Au moment où la douleur vive me persuade que ma mort est proche, un puissant bruit de galopade surprend le loup tout autant que moi. Les crocs acérés quittent ma chair et le canidé relève la tête suffisamment vite pour apercevoir la silhouette de l'homme qui l’exécute sans plus de cérémonie. La souffrance est atténuée par le soulagement d'être en vie. Un peu sonnée, je reste allongée dans la poussière. Je crois que j'ai du mal à réaliser que je suis tirée d'affaire. Un son aiguë et désagréable résonne dans me oreilles, probablement à cause du choc. Je sursaute lorsque mon sauveur entre dans mon champs de vision. Je n'avais pas remarqué qu'il était descendu de cheval. Sa voix n'est pas agressive ou malveillante, mais il est clair qu'il manque cruellement de leçons de politesse celui-là. Je fronce les sourcils en posant ma main sur mon épaule. Mon éducation me dit que je devrais le remercier de m'avoir sauvé la vie, mais mon ego surdimensionné n'est pas prêt à admettre que je n'étais pas de taille à me débrouiller seule. Les sourcils froncés, je me relève sur mes pieds, refusant toute aide de sa part. Je regarde ma tenue et grimace. Mes vêtements n'étaient déjà pas très féminins, mais avec la poussière et les trous dus à ma chute de cheval, c'est encore pire. J'ai l'air d'une souillon. Je foudroie l'homme qui me fait face, trouvant sa remarque extrêmement déplacée. Même s'il ne sait pas que je suis une princesse, un homme respectable devrait se présenter et demander au moins si je vais bien. « Oui, cela m'arrive souvent et je ne crois pas vous avoir demandé de m'apporter votre soutien. » Dis-je avec un ton sec et cassant. J'ai ma petite fierté. Je sais que c'est un vilain défaut, mais je ne peux tout simplement pas agir comme une demoiselle en danger naïve, pleurnicher ou ramper à ses pieds, ou quel que soit l'attitude ridicule qu'il attend de moi. Mon regard glisse sur le corps inanimé du loup. Je sais bien qu'il a essayé de me tuer, mais j'ai de la peine à le savoir mort. Le pauvre n'agissait probablement que pour protéger sa nourriture. Je ne peux m'empêcher de me demander s'il avait des louveteaux à nourrir et combien d'entre eux vont mourir de son absence si c'est le cas. Pauvre bête. Pendant un instant, la peine que j'ai pour lui me fait presque oublier le sang qui tache ma chemise et la présence de cet homme aux manières si peu distinguées.

© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Lun 7 Juil - 12:46

Azilis & Gaspard
I'd rather rescue myself.
Gaspard n'avait aucun scrupule à tuer une bête, surtout quand cette dernière s'en prenait à un humain. Il avait foncé en entendant les cris, découvrant une femme en prise avec un loup. Sans plus de ménagement, l'homme avait décoché une flèche dans le coeur de la créature. Le loup tomba donc raide mort, son sang coulant doucement sur le sol. Gaspard n'avait plus d'intérêt pour la bête, elle ne l'intéressait plus. Le loup, ce n'était pas un animal pour la chasse. Il n'avait donc pas d'intérêt à la ramener chez lui, la seule chose qui pourrait être intéressante c'est sa fourrure. Sauf, que les Gabet n'avait pas besoin de chasser eux même leur fourrure. Il avait donc l'intention de laisser les créatures sur le sol, afin de nourrir d'autres animaux. Peut-être que des confrères de ce loup viendrait le dévorer afin de ne pas rendre sa mort complètement inutile.

Gaspard s'était adressé à la femme ensuite, qu'il venait de sauver d'une mort certaine. Il manqua évidemment de politesse, puisqu'il ne se doutait pas une seule seconde qu'elle était une princesse. L'homme respectait les rangs, il n'aurait jamais montré aussi peu de distinction envers une femme possédant un titre plus grand que le sien. Sauf qu'il ne savait pas et qu'elle avait surtout l'air d'une souillon. Il s'imaginait qu'elle était le genre de femme du peuple, incapable de se défendre contre un simple animal. Le genre de personne se croyant pourtant assez forte pour s'en sortir seul. L'orgueil de la femme ne manqua pas de toucher directement Gaspard au visage, quand elle refusa son aide pour se lever et qu'elle lui rétorqua qu'elle ne lui avait rien demandé. En effet, elle ne lui avait pas demandé directement son aide, mais elle l'avait quand même sous entendu en criant suite à l'attaque qu'elle avait reçu de la part du loup.

« Certes, mais je viens tout de même de vous sauver la vie. Vous pourriez au moins me remercier. »

Il sourit. Il avait également sa propre fierté et apprécierait de la voir le remercier pour lui avoir sauver la vie. Après tout, ce n'était pas tout les jours qu'il venait en aide à une demoiselle en détresse. Il avait quand même le droit à quelques petits remerciements après tout. Il le méritait en tout cas, d'après lui. Gaspard lança un regard à la créature qui était morte à côté de lui. Bien fait pour lui. L'homme reporta ensuite son attention sur l'inconnue.

« Vous voulez que je vous accompagne quelque part ? » Ce n'était que purement par bonne action, afin d'aider cette pauvre femme qui en avait sans doute bien besoin. Surtout qu'elle était blessée. « Votre épaule est dans un sacré état, vous devez vous soigner. »

Il ne faisait cela que par bonne action évidemment, même s'il devait bien avouer que la femme, malgré son air souillon, était assez séduisante. Elle avait le genre de visage doux qu'il aimait, avec un regard plus qu'envoutant. Dommage qu'elle ne soit pas plus douce.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Sam 9 Aoû - 19:07

« I'd rather rescue myself. »

Azilis & Gaspard



Au premier regard, s'il ne parle pas, ce garçon est assez séduisant bien qu'il sent l'amour-propre à plusieurs kilomètres à la ronde. Il est contente de lui, ça se voit. Il a raison, sans lui je serais morte, mais je n'ai absolument aucune envie de le remercier pour son aide. Ce serait admettre que j'en avais besoin. J'ai trop de fierté pour jouer la paysanne apeurée qui remercie son champion en trainant à ses pieds. Non merci, très peu pour moi. Je regarde autour de moi, mais ma jument est hors de vue. Elle a eu tellement peur du loup...ça se comprend. J'ignore un instant mon sauveur blond aux allures de prince charmant mariné au vin et siffle pour la rappeler. Ce serait vraiment dommage de la perdre, je l'aime énormément. Finalement, au bout d'un moment, je perçois le bruit léger de son pas sur le sol terreux. Je souris en la voyant entrer dans la clairière au petit trot, me rejoignant fidèlement. Encore une aventure que nous aurons vécue ensemble. Tout serait parfait s'il n'y avait pas ce chasseur à la noix. Je repporte malheureusement mon attention sur lui tout en vérifiant que ma jument n'est pas blessée. Le voilà qui quémande des remerciements. Non mais quel culot ! S'il savait à qui il parle il tiendrait sa langue ! Cependant, je ne peux pas lui dire. Mon identité doit demeurer secrète jusqu'à ce que je parvienne à Camelot. Je grimace en essayant de faire un semblant de sourire. « Bien sûr. » Je dis, tout en évitant pourtant soigneusement de le faire. Non, je ne lui dirai pas merci, pas même dans ses rêves les plus fous.

Un temps passe et je presse un morceau de toile récupéré dans la sacoche de ma selle, directement sur la plaie de mon épaule, afin d'arrêter le saignement. Sa proposition de m'escorter quelque part et sa remarque à propos de devoir aller me faire soigner sont aussi superflues que prévisibles. Non je ne veux pas qu'il m'accompagne et oui je vais aller voir un médecin. Non mais franchement il se prend pour qui ? Je fronce les sourcils et grimpe en selle. « Voilà ce que je vous propose. On fait la course jusqu'au rocher là-bas. Si vous gagnez, vous m'escortez jusqu'à la cité de Camelot. Si je gagne, vous disparaissez de ma vue sans demander votre reste. » Ma voix est cassante, comme d'habitude. Je suis capable d'être gentille parfois, je le jure ! Je n'en ai juste pas souvent envie. Surtout avec une brute pareille qui empale les animaux au lieu d'essayer une méthode plus douce. Je raccourcis mes renes et attend sa réponse. S'il est aussi prévisible que je le crois, il va accepter. Un homme d'une telle carrure ne peut pas supporter l'idée qu'une sauvageonne le défie. Il doit probablement s'estimer comme le meilleur cavalier du royaume. Vraiment, entre les hommes et leur égo surdimmensionné, c'est une histoire d'amour.

© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Mer 13 Aoû - 12:03

Azilis & Gaspard
I'd rather rescue myself.
Evidemment, si Gaspard avait su qui était réellement cette femme, il ne lui parlerait pas de cette manière. Sauf que pour le moment, il pensait qu'elle n'était qu'une femme du peuple qui se baladait dans la forêt. Une femme du peuple avec son propre cheval quand même, mais bon ce n'était qu'un détail. En réalité, le chevalier ne se penchait pas trop sur les petits détails de ce genre. Il ne voyait en cette femme qu'une paysanne qui n'était même pas capable de le remercier alors qu'il lui avait sauvé la vie. Elle pouvait prétendre ce qu'elle voulait, il était clair que sans lui, elle serait morte maintenant. Enfin, puisqu'elle ne voulait pas le remercier, tant pis. Il n'allait pas non plus passer son temps à attendre une attention de sa part, il avait autre chose à faire de sa vie. Il l'observa appeler sa jument, qui fini par revenir vers elle. Il ne dit rien alors qu'elle prenait un bout de tissus pour l'appliquer sur son épaule blessé. Gaspard s'était proposé de l'emmener quelque part, afin qu'elle puisse voir un médecin. Son épaule était quand même salement amoché, elle ne pouvait pas tarder de trop à voir un médecin. Il n'avait aucune mauvaise intention dans sa proposition, simplement de lui venir en aide une nouvelle fois. Après tout, il était un chevalier, c'était son rôle de venir en aide aux personnes qui foulait la terre de Camelot. Mais évidemment, la femme ne manqua pas de se montrer une nouvelle fois peu reconnaissante. Elle lui lança même un défi.

Gaspard ne savait pas bien comment il devait prendre cette proposition, faire la course avec une femme c'était complètement idiot. Il n'allait quand même pas se rabaisser à faire ce genre de chose, ce n'était pas digne de son rang. Et en même temps, il ne pouvait guère laisser cette personne lui faire un tel affront. Qu'est-ce qu'elle penserait si jamais il refusait ce pari ? Evidemment qu'il passerait sans doute pour un idiot, alors il n'avait pas spécialement le choix. Et au fond, il devait bien avouer qu'il avait envie de rabattre un peu les paroles de la femme, qu'elle apprenne à avoir du respect pour un chevalier. Il allait évidemment s'en mordre les doigts quand il allait découvrir qui elle était vraiment.


« Bien, faisons cela alors ! » Dit-il en montant sur son cheval, attrapant fortement les rennes. « Mais ne venez pas pleurer quand j'aurais gagné ! »

Encore une fois, Gaspard aurait sans doute mieux fait de se taire. Il risquait gros au final, mais il ne s'en rendait pas encore compte. Enfin, ils avaient une course sur le feu. Les deux jeunes gens se préparèrent en quelques secondes, avant de commencer la course donc jusqu'au rochet. Le cheval de Gaspard courait à en perdre halène, le plus rapidement possible. Gaspard ne regardait pas où se situait la jeune femme par rapport à lui, il se contentait de regarder droit devant, son objectif, et de foncer encore et encore. Cela faisait des années que le chevalier avait ce cheval, ils se comprenaient sans qu'il ait besoin de dire quoi que ce soit. L'animal avait autant envie de gagner que lui, alors il se donnait à fond. Et puis au final, il arriva au bout, avant ou après la femme, il n'en savait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Lun 18 Aoû - 11:12

« I'd rather rescue myself. »

Azilis & Gaspard



Pour être franche, cette idée de course, c'est avant tout parce que ça m'amuse. Je connais déjà le résultat et j'ai l'intention de lui demander de m'escorter de toute façon. Disons simplement que c'est un jeu comme un autre pour casser la glace. Confiante, je fais un petit sourire en coin et caresse l'encolure de Numiel. Je n'ai jamais perdue une course à Cenred et je ne pense pas qu'ils aient de meilleurs chevaux que les nôtres, ici à Camelot. Au moment du départ, je me met en équilibre et m'accroche à la crinière longue et frisée de ma jument, la laissant prendre de la vitesse. Au début, le chasseur et son étalon sont en tête. J’apprécie de les voir si déterminés à gagner. Malheureusement, pour nous ce n'est pour le moment qu'une vitesse de croisière. A la moitié du chemin, je me penche et murmure quelques paroles inaudibles à Numiel qui allonge clairement son allure. Très vite, le bruit de ses sabots martelant le sol à une vitesse folle remplit la clairière et nous dépassons les garçons de plusieurs mètres. Le reste du chemin se passe sans problèmes. Lorsque mon sauveur arrive au rocher, je suis déjà arrêtée à côté, laissant ma jument grise reprendre son souffle. Un sourire satisfait et moqueur s'étire sur mes lèvres. « Pas mal pour un homme. D'habitude j'ai le temps de me recoiffer en attendant les autres concurrents. » Bien entendu c'est un peu exagéré, mais il n'y a rien au monde de plus jouissif à mes yeux que de ridiculiser un homme sûr de lui. Son ego soit avoir pris un sacré coup dans la figure.
Je lève les yeux au ciel et raccourcis mes rênes, prête à me mettre en route. « Comme je suis une bonne gagnante, j'accepte que vous m'accompagnez quand même. » Dis-je avec un ton amusé mais plutôt aimable. Finalement cet homme n'est peut être pas aussi nul que ce que je croyais. Il s'est bien défendu et j'ai de toute façon besoin d'un guide jusqu'à la cité de Camelot. Il me faudra me débarrasser de lui une fois les remparts passés. Je ne souhaite pas vraiment qu'il découvre mon identité. Prenant un nouveau morceau de tissu dans ma sacoche, je le noue autour de mon épaule en serrant bien afin de faire un garrot. Je dois vraiment voir un médecin. Je refuse de me montrer au roi dans cette tenue, il me faudra donc également me changer. « Connaissez-vous un endroit dans la cité où je puisse être soignée ? J'aimerais bien me laver également. » Je parle tout en faisant marcher ma jument, suivant le chasseur vers la civilisation. Un jour, il faudra que je reviennes dans cette forêt pour une bonne partie de chasse. Dommage que je n'aies pas pris mon arbalète en quittant le palais. Le loup n'aurait pas eu autant de facilité à me démembrer à moitié.

© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Ven 22 Aoû - 22:28

Azilis & Gaspard
I'd rather rescue myself.
Gaspard n'avait évidemment pas envie de perdre cette course. Il n'avait pas envie de conduire la jeune femme à Camelot au point de désirer réellement de gagner, ce qu'il voulait c'était surtout ne pas perdre en face d'une femme. Elle ne se comportait clairement pas comme une femme, il ne pouvait donc pas se laisser avoir par elle. Alors il se donna à fond, ainsi que son cheval, pour arriver en premier au point d'arrivé. Sauf que malheureusement, la chance ne semblait pas être de son côté. En plus d'être casse pied, cette femme semblait vraiment doué pour les courses de chevaux. Elle passa donc devant lui, lui mettant plusieurs mètres dans la vue. Gaspard arriva finalement en deuxième au point d'arrivé, descendant légèrement vexé de son cheval. Il n'aimait pas l'idée de s'être fait battre par une femme, surtout une personne comme cela, surtout qu'elle ne manqua pas de le narguer. Il ne répondit rien à sa remarque, se contentant de serrer des dents. Cela ne servait à rien de toute façon de renchérir, elle s'en amuserait encore plus. Et puis finalement, la dame acceptait qu'il la conduise jusqu'à Camelot. Gaspard se doutait bien qu'elle avait surtout besoin d'un guide. Il se retint de lui lancer une remarque remplit d'orgueil, c'était son rôle de toute façon de venir en aide aux autres.

« Très bien, je vous conduis alors. »

Il était cependant difficile pour l'homme de cacher complètement le fait qu'il était vexé. Il attrapa les rênes de son cheval afin de commencer à marcher et prendre le chemin menant vers la citée de Camelot. Le voyage n'allait pas être trop long, la citée n'était pas bien loin. Même en marchant comme ils le faisait, ils allaient pouvoir arriver à destination assez rapidement. Et heureusement puisque la femme était blessée. Elle venait d'installer un morceau de tissus sur sa blessure, mais cela n'allait pas durer bien longtemps et elle s'en rendait bien compte elle-même, vu qu'elle parlait de voir un médecin.

« Il y a le médecin de la cours qui sera disponible pour vous recevoir. » Le jeune homme marqua une pause. « Et vous deviez trouver facilement de quoi vous doucher à l'auberge. » Evidemment, Gaspard n'avait aucune idée du rang de la femme et donc du fait qu'elle était digne d'être reçue par le roi et la reine en personne. Il ne voyait en elle qu'une paysanne qui n'aurait pas mieux que l'auberge. Il était loin de se douter qu'il se trompait énormément et il se lança même dans un geste de galanterie, sans réellement savoir pourquoi il se montrait si galant. « Si vous avez besoin, vous pouvez venir chez moi. J'ai assez de place pour vous héberger et vous permettre d'avoir du confort. »

Gaspard ne pouvait pas expliquer pourquoi il se montrait soudainement aussi galant avec cette femme, qui avait eu le don de l'agacer dès qu'il l'avait vu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Dim 31 Aoû - 11:17

« I'd rather rescue myself. »

Azilis & Gaspard



J'espère honnêtement que la route vers Camelot n'est plus très longue car sans être la fille la plus douillette du monde, mon épaule me fait atrocement souffrir. Je n'ose même pas imaginer l'infection que je vais avoir puisque la gueule d'un loup est rarement très propre. Chez moi je serais déjà au lit, entourée de domestiques s'attelant à me soulager et à m'empêcher de tomber malade. Ceci-dit, je suis assez contente de ne pas y être. Je n'ai jamais été à l'aise avec l'idée de laisser d'autres personnes me couver. Je sais me débrouiller toute seule. Je regarde le sol et me dirige grâce aux traces de pas laissées par le chevalier qui me précède. J'ai la vilaine impression que ma tête est bien trop lourde pour être relevée. Peut être ais-je perdu un peu plus de sang que je ne le pensais. Il me reste un peu plus d'une heure d'énergie à consommer avant de devenir un légume, alors autant les utiliser à bon escient. La mention de médecin de la cours pique mon intérêt. Après tout, pourquoi pas ? Au moins je serai déjà sur place pour voir le roi. Cependant, je ne peux pas prendre le risque de me présenter en tant que princesse devant trop de gens indignes de confiance. Pas avant d'avoir scellé un accord avec le souverain de Camelot. Après tout, cette entrevue pourrait mal se passer. Cenred n'avait pas de très bonnes relations avec des Pendragon et Arthur n'a aucune obligation à me croire sur parole concernant nos meilleures intentions. Moins il y aura de personnes au courant de mon identité, moins il y aura d'ennemis pour me barrer la route en cas de profond désaccord. J'espère, bien entendu, ne pas avoir à en arriver là. Je hoche donc la tête en réponse à la première proposition de mon interlocuteur. « Très bien. De toute façon vu la situation, je me contenterai de n'importe qui capable de coudre correctement. » Dis-je sans en penser un mot. Une fille de ferme ne ferait pas la fine bouche, je dois tenir mon rôle. En revanche, pas question de laisser n'importe qui mettre ses mains sales sur ma plaie. Non mais et puis quoi encore.

Je crois que nous approchons de Camelot car j'aperçois des tours en pierre au delà de la cime des sapins. A leur sommet flotte le fier drapeau écarlate des Pendragon. Plus de doute possible, je suis arrivée à bon port. Un mince sourire s'affiche sur mes lèvres, signe de soulagement. La première partie de ma mission s'est relativement bien achevée si on oublie l'incident avec le loup. Mon père sera fier de moi lorsque je rentrerai à la maison. C'est cet instant que choisit le chasseur pour me proposer une aide bien étonnante. Je suis flattée qu'il m'estime digne d'être une invitée dans sa noble demeure, même si techniquement mon véritable rang rendrait sa gentille proposition extrêmement mal placée. Cependant je suis une paysanne à ses yeux et je dois me comporter comme telle. Je lève les yeux au ciel, peinant à garder la tête haute. « Je vous remercie. L'auberge sera parfaite. » Je ne veux pas avoir l'air malpoli ou quoique ce soit de ce genre, mais je préfère encore un lit de paille. Pas question de me laver et de me changer pour voir le roi chez cet inconnu. D'autant plus qu'il me verrait partir dans mes vêtements de princesse et ma couverture tomberait à l'eau. J'essaye le plus possible de ne pas parler de façon trop distincte ou élégante, mais c'est plus dur que ce que j'imaginais d'arrêter de penser comme une personne de sang royal. A travers l'épais feuillage de Brocéliande, je distingue à présent un sentier dégagé qui donne sur les remparts de la cité de Camelot. Les doigts croisés dans mon dos, j'espère que cette journée se terminera mieux qu'elle n'a commencée. « Pourriez-vous me conduire jusqu'à l'auberge ? Je vous laisse en paix après, c'est promis. » Je dis avec un air suppliant. Je déteste vraiment devoir jouer cette comédie. Jamais je ne supplie les gens de m'aider à faire quoique ce soit. D'ordinaire je suis une guerrière, je suis mon propre guide. Quelle honte de devoir jouer la fermière perdue et apeurée. Cela dit, je donnerais beaucoup pour un bain et une robe propre digne de ce nom, alors je ne vais pas faire un caprice. Plus vite je serai débarrassée de ce chasseur, plus vite je pourrai redevenir moi-même.

© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Lun 8 Sep - 13:34

Azilis & Gaspard
I'd rather rescue myself.
Malgré que cette fille ait tendance à lui taper sur le système, Gaspard ne pouvait cependant pas la laisser dans cette mauvaise situation. Il la conduisait donc vers Camelot, afin qu’elle puisse rapidement voir un médecin pour soigner son épaule. Elle devait vite se faire soigner si elle ne voulait pas avoir des ennuis et Gaïus était le meilleur médecin du royaume. Le jeune homme ne conduisait pas la jeune femme à ce médecin parce qu’elle devait voir quelqu’un de doué spécifiquement, mais parce que c’était lui qu’il irait voir s’il était blessé. Et au moins, pour une fois, elle ne semblait pas difficile sur le choix du médecin. Ce qui au fond était assez étonnant pour une femme, du moins d’après le point de vu de Gaspard. Enfin, il n’allait pas chercher à comprendre plus cette femme de toute manière, elle n’en valait pas la peine. Du moins, c’était ce qu’il tentait de se convaincre à lui-même, ce qui était complètement différent de ce qu’il ressentait en réalité.

« Vous verrez, c’est le meilleur. »

Se contenta-t-il de répondre tout en continuant la route. Ils n’avaient pas réellement de temps à perdre, ils devaient se rendre rapidement à Camelot. Et ils y arrivaient enfin. Gaspard aperçu finalement le château et ils ne leur fallu pas beaucoup plus de temps pour arriver sur le chemin qui allait les mener jusqu’aux portes. Gaspard proposa alors à la femme de l’héberger si elle avait besoin sans réellement savoir pourquoi il faisait cela. Ce n’était pas dans ses habitudes d’inviter une femme comme cela à passer du temps chez lui, sans savoir en plus si cela était possible. Après tout, l’homme vivait encore chez son père avec sa sœur, il ne pouvait pas imposer la présence d’une femme sans leur accord. Quel ne fut donc pas son soulagement quand la femme déclina sa proposition, c’était bien mieux pour tout le monde. Elle lui retirait finalement une belle épine du pied. Les deux jeunes gens passèrent donc les remparts, Gaspard saluant les gardes qui se trouvaient au niveau de la porte avant de reporter son attention sur Azilis.

« Bien sûr. » Dit-il sans avoir aucune possibilité de refuser de toute manière. Elle était en train de le supplier de la mener vers l’auberge, lui promettant même de le laisser ensuite tranquille. Gaspard avait hâte de pouvoir se débarrasser d’elle, alors si pour avoir la peine il ne lui restait plus qu’à la conduire jusqu’à l’auberge, cela ne lui demandait pas trop d’effort. Ce n’était pas grand-chose comparé à tous ce qu’il avait fait depuis qu’il avait rencontré cette paysanne. « Elle se trouve juste ici. » Dit-il quand ils arrivèrent devant l’auberge, qui n’était pas des plus agréables. Gaspard devait bien avouer qu’il préférait largement la demeure où il vivait, mais il avait quand même passé quelques nuits dans cet endroit. « Est-ce que vous voulez que je préviennes le médecin pour vous ? Vous ne devez pas laisser trainer cette blessure. »

Encore une fois, le jeune homme se montrait avenant sans savoir pourquoi. Il le faisait tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Jeu 16 Oct - 10:39

« I'd rather rescue myself. »

Azilis & Gaspard



Oh je ne doute pas que le médecin est très compétent puisqu'il est sous les ordres du roi Arthur depuis si longtemps, mais c'est que je ne souhaite pas avoir l'air de trop connaître le coin. Je ne suis pas supposée avoir reçue une éducation serrée comme c'est le cas. Ce rôle de fille de ferme commence à m'agacer, car j'aimerais beaucoup étaler ma science et faire perdre à ce chasseur son sourire supérieur. Je l'ai battu à la course, alors y a pas de quoi la ramener, hein ! Je me force à sourire, mais cela ressemble plus à une grimace mécontente. « Oh je pense pouvoir trouver le château toute seule, il me semble qu'on le voit suffisamment d'ici. Merci quand même. » Je lui répond de façon polie mais incisive. Je ne suis pas une demoiselle ne détresse, je suis une princesse guerrière ! Non mais pour qui il se prend ? Je n'ai besoin de rien ni personne. Je lie les rênes de mon cheval à une barre d'attache avant de me tourner vers cet homme qui est un peu mon sauveur, que je ne déteste pas entièrement, mais que je ne peux pourtant pas supporter plus longtemps. Pour le moment j'ai du mal à définir si je l'apprécie un peu trop ou pas assez. Dans les deux cas, je lui conseille de tracer son chemin jusque là où il se rendait en premier lieu. Je n'ai pas le temps de faire ami-ami avec un prétentieux tueur de loups dans son genre. « Maintenant si vous voulez bien m'excuser, je vais aller me changer et boire une bière avant. » Je lui dit en inclinant légèrement la tête. Ainsi je nous évite des adieux embarrassants, puisqu'il est clair que nous ne nous entendons pas très bien. Je ne tiens pas à ce qu'il se sente obligé de jouer le rôle du chaperon et qu'il s'éternise. Tout ce que je veux, c'est qu'il s'en aille enfin, que nos chemins se séparent. J'ai une mission à accomplir. Pas de temps à perdre en distractions puériles. C'est sans un regard en arrière, la tête haute, d'une démarche chaloupée, que je rentre dans la taverne. J'ai hâte de prendre un bain et de faire une minuscule sieste avant de me rendre chez le médecin. Ce début de journée a été éprouvant, même pour une fille forte comme moi. En songeant à mon père et à mon royaume si loin derrière moi, je me sens le coeur lourd tout à coup. J'ai comme un mauvais pressentiment pour les jours à venir.

© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   Ven 24 Oct - 13:05

Azilis & Gaspard
I'd rather rescue myself.
Gaspard devait bien avouer qu’il peinait à comprendre la jeune femme qui se trouvait devant lui. Il n’arrivait réellement pas à la cerner. Enfin, cela n’allait pas changer grand-chose à sa vie de toute manière. Il avait fait sa bonne action en conduisant la jeune femme jusqu’à Camelot, jusqu’à l’auberge ensuite, il n’avait plus rien à faire maintenant. Certes, il continua de se montrer avenant envers Azilis, proposant d’aller chercher le médecin de la cours. La femme avait quand même une sacrée blessure à l’épaule, elle ne devait pas la laisser trainer trop longtemps. Cependant, elle refusa son aide. Soit, qu’elle se débrouille donc. Il avait fait son devoir de chevalier, il n’avait aucune envie d’insister pour lui venir en aide. On ne pouvait pas vraiment dire que le jeune homme appréciait le ton que l’inconnue utilisait pour lui parler, il se demandait bien pour qui elle se prenait. Pour le moment, il pensait simplement qu’elle était une fille de ferme et rien d’autre. Elle ne se tenait donc, à ses yeux, pas réellement à sa place. Une femme de ferme ne pouvait pas s’adresser de la sorte à un Chevalier de Camelot. Gaspard n’était pas un simple garde, il était un chevalier ce n’était vraiment pas la même chose. Enfin, il n’avait pas l’intention de rentrer dans ce genre de débats avec une femme. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien comprendre dessus de toute manière ?

« Soit, je vous souhaite une bonne journée alors. »

Répondit l’homme aux dernières paroles d’Azilis, afin de rester polis. Même s’il n’avait clairement pas d’affection pour cette personne, qu’elle avait même tendance à lui taper sur les nerfs, il n’avait pas d’autre choix que de se montrer aimable. C’était son rang qui voulait cela, quand on avait du sang noble on devait bien se comporter. Cependant, Gaspard devait bien avouer qu’il n’était pas spécialement sincère. Mais au moins, il était tranquille maintenant. La femme s’éloigna et Gaspard l’observa partir vers l’auberge. Au bout de quelques secondes, l’homme finit par faire demi-tour à son tour. Sa partie de chasse semblait bien compromise, il allait donc rentrer chez lui. Il n’avait aucune envie de retourner dans la forêt de toute manière. L’homme monta donc sur son cheval pour prendre la route vers la maison familiale où il allait sans doute pouvoir retrouver sa jeune sœur ou son père. Au fond, l’homme espérait bien qu’il n’allait pas croiser son père, il n’avait pas tellement envie de le voir. Enfin, c’était une tout autre histoire de toute manière. Pour l’heure, il devait bien avouer qu’il peinait à retirer cette drôle d’inconnue de son esprit. Il ne savait pas pourquoi, mais elle semblait l’avoir marqué. Mais ce n’était qu’une femme de ferme de toute manière, du moins c’était ce qu’il croyait. Autant dire que quand il apprendre la vérité, les choses seraient bien différentes.


Merci pour ce rp
Je le ferme et nous ajoute nos points Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: « I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard   

Revenir en haut Aller en bas
 
« I'd rather rescue myself. » | Azilis & Gaspard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bôn Nouvèl: IFAD USD 10 million rescue package for farmers in Haiti
» rescue Jack Russel
» RESCUE Caniche moyen de 6/7 ans a rejoint le paradis
» Rescue
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-