Partagez | .
 

 Rencontre Improbable Au Marché[PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Mer 12 Mar - 18:16



"On ne donne rien de si bon marché que les compliments."
Adrien de Montluc



Axel avait fait de la marche. Beaucoup de marche. Il avait, pour ainsi dire traverser une bonne partie de royaume de Camelot à pied. Pourquoi à pied alors qu’il avait acheté un cheval ?! Eh bien ce dernier lui avait été volé, il y a de cela un bon petit mois. Oui, on avait réussit à lui voler son cheval. Enfin, il ne comptait pas se laisser faire non. Il avait suivit les traces des voleurs. Il n’y avait pas longtemps, il avait eut une mission particulièrement inintéressante à effectuée mais il l’avait accomplie avec brio et avait reçue une bonne paye. Les nobles payaient toujours bien lorsqu’il s’agissait de faire le sale boulot à leur place et cela n’avait en aucun cas dérangé le jeune homme puisque tuer quelqu’un ne l’avait jamais embêté. Non, il était un pirate et puisque tout le monde disait que les pirates n’avaient pas de cœur, Axel avait décidé qu’il n’en aurait plus. Non, et puis, il fallait voir comment certaines personnes le traitaient. Il aurait un chien errant ou un lépreux, cela n’aurait rien changé. Certains avait peur de lui, ce qui pour dire vrai le flattait mais d’autre ne le voyait comme un simple voyageur pauvre et faible. Il n’avait pas tout à fait tord certes, Axel n’était pas très riche mais il ne fallait en aucun cas blesser son ego en lui disant qu’il était faible. Parce qu’il n’y avait rien de plus faux et il comptait bien le faire comprendre aux deux idiots qui lui avait volé son cheval.

D’ailleurs, pour être idiots, ils étaient vraiment idiots. Sinon, comment justifier le fait qu’Axel n’avait toujours pas perdu leur trace depuis tout ce temps. Non, les deux voleurs n’avançaient pas vite. Ils avaient beau avoir un cheval, ils n’en avaient qu’un et étaient donc obligé d’avancer à une allure lente. A moins qu’ils n’aient aussi rencontré de gros problème avec le cheval. Ah oui. Il était vrai que la monture qu’avait acheté Axel était quelque peu..rebelle. Lui aussi avait eu du mal au départ, mais il avait finit par gagner la confiance de l’animale et il aurait eu l’impression de l’avoir trahit s’il n’avait pas poursuivit ses lâches. Il fallait peut-être dire aussi que le jeune homme s’était attaché à sa monture. Cette dernière lui avait permis de fuir des moments quelque peu tendus. Et puis, ils étaient pareils. Tous deux seuls, braves et indépendants. L’animal faisait penser au chien qui se trouvait sur le bateau de son père. Voilà ce qui avait vraiment poussé Axel à le retrouver. De toute façon, il n’avait pas envie d’un autre cheval et il n’avait pas non plus envie de se retrouver toute sa vie à pied. Non, il avait besoin d’argent pour racheter un bateau et seul ce cheval était capable de l’aider. Alors, lorsqu’il découvrit que les traces des voleurs s’approchaient de plus en plus de la cité de Camelot, l’homme avait trouvé cela quelconque et inutile. Les deux hommes ne pensait tout de même pas que d’être proche d’une cité allait arrêter leur traqueur. Oh non. Au contraire. Axel aurait ainsi l’occasion de boire un bon verre à la taverne de la ville, après avoir régler leur compte, évidemment.

Et ce moment ne tarda pas  arrivé. Non, rapidement,  à force de voyager de nuit, Axel avait réussit à se retrouver à quelques mètres du campement des hommes. Ces derniers avaient fait un feu et mangeaient des choses qui répugnaient au plus au point le pirate. Cela devait une espèce de bouillie de quelques légumes. Enfin bref, de toute façon, il n’était pas l’heure de manger pour l’homme. Non, sortant son épée le plus doucement possible pour ne pas faire de bruit, il s’approcha tout aussi silencieusement des hommes occupés à surveiller le feu. Attaché à un arbre, Axel trouva son étalon pie dans un sale état. L’animal était en effet des plus sales, plus sales encore que lorsqu’il était avec Axel, c’était pour dire.  Mais, ce n’était pas la seule chose qui embêtait le pirate. Non, en effet, d’un seul coup d’œil il avait vu à quel point sa monture avait perdu. Son œil avait perdu son brillant et il n’avait même pas remarqué son vrai maître. Bon, Axel s’occuperait de lui plus tard. Il devait d’abord s’occuper des deux gaillards. Et cela ne mit pas trop de temps. Non, en effet. Le jeune homme avait toussé pour signaler sa présence et les deux hommes avaient fait un énorme bon sous le coup de la surprise. Avec grande habilitées, Axel mis hors de combat le premier en l’envoyant s’assommer contre un arbre. Il n’avait aucunement l’intention de les tuer, non, seulement tout faire pour qu’il n’oublier plus jamais à qui il avait à faire. Le deuxième semblait plus grand guerrier. C’était surement celui qui l’avait assommé par derrière. Après l’avoir frôlé avec son épée, Axel lui lança son poing dans la figure suivit d’un magnifique coup de pied dans les parties avant de finir par assommer complètement l’homme d’un coup de paume de son épée sur l’arrière du crâne.  Laissant la les deux corps des deux hommes, toujours en vie, Axel se précipita vers son cheval qui avait légèrement relevé la tête. Il venait visiblement de remarquer que son maître était là.

Il le détacha et entreprit de quitter cet endroit. L’animal semblait avoir retrouvé une certaine envie à l’idée de quitter ses deux hommes qui l’avaient mal traité. C’est ainsi que les deux compagnons mirent le reste de la nuit  rejoindre la cité principale de Camelot, ou le couple royale résidait. Le pirate installe confortablement sa monture dans l’écurie d’une auberge réputé pour les voyageurs et la laissa aux bons soins des soigneurs de l’établissement. Il était inutile d’ajouter qu’il les avait mis en garde, il ne devait rien arriver à l’animal, il devait manger à sa faim et être parfaitement propre. Il avait même glissé une petite pièce dans la main du palefrenier, pour s’assurer de son obéissance. Quant à lui, il s’était retrouvé au bar et avait commandé un verre de bière avait de demander une chambre pour récupérer de sa nuit blanche. Il se réveilla quelques heures plus tard alors que le clocher de la ville sonna les douze coups de midi. Baillant, il descendit dans la salle principale de l’auberge et commanda un repas. Il réserva ensuite la chambre qu’il venait de quitter pour la nuit qu’il allait arriver d’ici une grosse après-midi puis quitta l’établissement. C’était jour de marché aujourd’hui et le monde ne manquait pas. Non, en effet, d’ailleurs, le jeune homme venait d’arriver sur la grande place et avait, par mégarde, bousculer une femme.

« Oh. Je suis désolé ! Quel maladroit je fais. Bousculé une femme aussi jolie que vous. Pardonnez-moi ! »


Une personne s’interposa entre Axel et la jeune femme laissant supposer au pirate que personne qu’il avait bousculé n’était pas une simple paysanne. En même temps, ses vêtements n’étaient clairement pas ceux d’une paysanne. Alors, qui était-elle ?! Une noble ?! Une Reine peut-être ?! Sourire aux lèvres, le pirate reprit la parole.

« Hum. Je ne vais pas faire de mal à la dame vous savez. Pas besoin de faire tout.. ça là. » Jetant un coup d’œil à la femme surprotégée, Axel continua. « Dîtes-lui que je ne vais pas vous faire de mal pour qu’il arrête de me fixer avec ses yeux de tueur impitoyable. »

Avait-il peur du garde ?! Ahah non, surement pas. Axel avait peur de rien. Non, il était un pirate, et les pirates n’avaient pas peur. Mais, s’il n’avait pas peur, il était réaliste, un seul garde s’était interposé entre lui et la dame mais d’autre garde se trouvaient là, non loin d’eux, prêts à intervenir si jamais il y avait un problème.


code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Lun 17 Mar - 11:24

La nouvelle s'était propagée dans le royaume, Guenièvre  Pendragon était enceinte de son premier enfant, de l'héritier du trône. La reine allait donner naissance au premier enfant du roi, celui qui prendrait  un jour la place d'Arthur sur le trône de Camelot. Un prince allait naître, pour le plus grand bonheur des souverains et du peuple du royaume. Un prince ou une princesse, mais Guenièvre pensait plus à un petit garçon sans pouvoir expliquer la raison. En tout cas, la femme était vraiment heureuse de cela. Les moments de souffrance était passé, maintenant que les nausées ne la prenait plus. A présent, elle arrivait sans souci à se nourrir sans rendre tout son repas, ce qui lui permettait donc de garder ses forces. La femme pouvait donc profiter pleinement de sa grossesse, qui n'était encore qu'au tout début. Cela ne se voyait pas encore donc, mais tout le monde était au courant de la nouvelle. Alors forcément, dès qu'elle croisait quelqu'un et qu'elle discutait, cela tournait autour de la venu du futur héritier. Maintenant que Guenièvre avait retrouvé ses forces, elle n'hésitait pas à aller se balader pour le plus grand malheur des gardes. Avec l'agression dont elle avait été victime, il avait été décidé que les moyens de protection seraient augmenter pour sa sécurité. La reine n'aimait pas vraiment cela, du moins elle supportait mal d'être suivit constamment, mais elle savait qu'elle n'avait pas le choix. C'était encore plus important maintenant qu'elle était enceinte, s'il lui arrivait malheur ce n'était pas une, mais deux personnes que le royaume allait perdre.

La reine avait décidé de faire un tour au marché, histoire de se dégourdir un peu les jambes. Evidemment, un garde vint avec elle, l'accompagner dans ses déplacements. La femme se balada donc entre les étales, saluant toutes personnes qu'elle croisait. Encore plus que d'habitude, les personnes venaient lui parler afin de lui demander des nouvelles, de quoi rendre bien angoissé son garde. L'homme était sur les nerfs, il aimerait que sa reine rentre en sécurité dans le château. Mais Guenièvre ne se sentait pas plus en sécurité dans le château que dehors, après tout son agresseur s'était caché dans l'armoire de ses propres appartements. C'était bien la preuve qu'elle n'était pas à cent pour cent en sécurité au château, même si les moyens de sécurité avaient été augmenter. Arthur avait fait le nécessaire, mais il ne pouvait pas tout prévoir non plus. Guenièvre savait bien qu'il faisait son maximum, mais ce n'était pas une raison pour elle d'arrêter de vivre.

Alors qu'elle marchait tranquillement, la reine fut bousculée par un homme. C'était des choses qui arrivaient assez souvent, elle ne faisait rarement attention. Surtout que l'inconnu s'excusa rapidement, complimentant même la femme.

« Ce... » Commença Guenièvre avant que le garde ne s'installe entre elle et l'homme. Evidemment, il ne voulait que la protéger, mais la reine soupira longuement. Elle écouta les paroles de l'inconnu et il semblait sincère. Il était presque évident que s'il avait voulu du mal à Guenièvre, il s'en serait déjà pris à elle. « Ça ira Sir ! » Le garde se tourna vers la reine, lui lançant un regard inquiet. Il s'écarta ensuite, ne pouvant pas contredire les paroles de sa souveraine. Cependant, il ne s'éloigna pas pour autant, restant dans son dos. « Je suis navrée, ne le prenez pas mal, cela n'est pas contre vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Dim 6 Avr - 15:51



"Il ne faut pas juger le sac, sur l'étiquette."
Proverbe Français




Il se dégageait quelque chose de puissant chez cette jeune femme mais Axel était incapable de dire qu’est ce que cela pouvait bien être. Elle était, tout à fait charmante ! Toutes les femmes étaient charmantes ! Ou presque, parce que la femme de ménage qu’Axel avait croisé le matin même en descendant prendre son petit-déjeuner dans la salle principale de l’auberge n’avait rien de charmant. Non, c’était limite si elle ne faisait pas peur. En même temps, avec un regard de glace comme le sien, même avec un peu de bonne volonté il était difficile de paraître aimable. Surement était-ce la raison pour laquelle elle avait été mise au post de femme de ménage et non à celui d’hôtesse d’accueil. Ou peut-être était-ce dû au fait qu’elle ne savait pas parler. En effet, Axel, peu réveiller à ce moment là de la journée, l’avait malencontreusement bousculé (eh oui, c’est la journée pour ça il faut croire). Mais, aucun mot n’était sorti de la bouche de la femme. Non, seulement un grognement digne des plus gros trolls magiques du pays. Le pirate avait-il déjà rencontré un troll (ou un ogre, c’était du pareil au même pour lui) ?! Oui, une fois. Dison que lorsque vous vous battez contre une créature telle que celle-ci, vous vous en souvenez toute votre vie. C’était tellement répugnant que c’était tout simplement inoubliable. Heureusement qu’il avait bien été payé après cette mission sinon il aurait surement planté son épée pleine de sang de troll dans le  cœur de celui qui l’avait embauché. Cela n’aurait pas été la première fois. Non, il avait tué un nain une fois, qui avait tout simplement refusé de le payer alors que le pirate avait accompli sa mission sans faire fausse route. Personne ne l’avait vu, personne ne l’avait attrapé. Il avait juste récupérer ce qu’il fallait et était parti, mais l’homme de petite taille avait refusé de le payer. Alors Axel l’avait tué. Tout simplement. Pas plus compliqué. Bon, il avait juste dû fuir la ville ou cela s’était déroulé avant d’avoir d’autre problème encore plus gros. Mais, peu à peu il commençait à avoir une bonne réputation (ou une mauvaise, tout dépendait du point de vue) ce qui lui permettait de gagner correctement sa vie. Bientôt, il aurait son bateau. Bientôt, il sera libre.

Mais, pour l’instant, il ne pouvait pas. Il y avait cette charmante jeune femme devant lui et il serait impoli de la laisser seule. Bon, elle n’était à l’évidence pas seule puisque tous ses gentils petits chiens la suivaient partout, mais, visiblement, il ne devait pas avoir beaucoup de conversation. Non, ils ne semblaient même pas savoir parler, simplement jeter des regards inquiet autour d’eux comme s’il craignait que quelque chose n’arrive à cette jeune femme. Ce qui fit tilt dans l’esprit du pirate. Si elle était si bien protéger, cela voulait certainement dire qu’elle était importante, très importante. Et puis, Axel avait surprit cette conversation dans l’auberge entre une serveuse et un ivrogne (ou quelqu’un qui n’allait pas tarder à le tenir s’il traînait encore aussi longtemps au bar) dans laquelle il avait apprit que quelqu’un avait attenté à la vie de la souveraine de Camelot. Axel ne la connaissait mais peut-être ce pourrait-il que ce soit cette jeune femme en train de flâner au marché. Mais, pourquoi diable, si c’était bien elle, la reine de ce pays si important et influant pouvait se promener tranquillement au marché. Ce n’était pourtant pas très sûr comme endroit. On y rencontre moult ivrogne mais aussi des voleurs, des assassins et des pirates ! Oui, ce n’était clairement pas l’endroit pour une souveraine. Enfin, ce n’était pas à Axel de juger cela. La demoiselle faisait bien ce qu’elle voulait. Ce n’était pas lui qui décidait de cela. En revanche s’il était à la tête de se royaume et l’époux de cette ravissante personne il ne la laisserait surement traîner ici. Mais bon, il n’était pas ce roi et tant mieux pour lui. Cela le fatiguerait beaucoup trop de devoir gérer un royaume. Et puis, rester enfermer dans un bureau pendant des journées entières de le faisait pas tellement rêver non plus. Non, il préférait de loin sa vie de misérable petit pirate sans bateau plutôt que la vie bien trop remplie du souverain.

« Ne vous en faîtes pas. Je comprends que ces soldats veuillent vous protéger, votre majesté ! »

Le pirate s’inclina de quelques centimètres en signe de respect. Il n’était pas toujours très fan des différents souverains mais n’ayant jamais rencontré les Pendragon, l’on ne pouvait pas dire qu’il avait quelque chose de concret contre eux. Non, en fait, du moment que les personnes qu’il rencontrait ne connaissait pas ses activités, il n’avait rien contre eux. En  fait, c’était plutôt les personnes qui savaient qui il était vraiment qui voulait sa peau. Il était possible qu’Axel les ait déjà volés un jour. Oui, c’était tout à faire possible et l’homme comprenait cela. Ou presque. Ce n’était pas trop son rôle de comprendre. Il ne faisait que ce qu’il fallait pour survivre. Chacun faisait ce qu’il pouvait. Si les nobles ne voulaient pas être volés par les pauvres, ils pouvaient tout simplement les aider dans leur vie quotidienne. Mais non, au lieu de cela ils ne faisaient que les traiter plus bas que terre. Ce n’était pas la faute des pauvres s’ils étaient pauvres ! Non, personne ne demande ce genre de chose lorsqu’il vient au monde. Certains étaient heureux de leur vie peu importe la tournure qu’elle pouvait prendre mais d’autre n’éprouvait aucune envie à travailler la terre. Peut-être même que ce se souverain de Camelot aurait préféré être un fermier pour avoir moins de soucis dans sa vie quotidienne. Il était évidemment que personne n’essayerai de tuer la femme d’un simple fermier. Enfin, tout cela était une question de point de vue. Pour sa part, Axel se sentait parfaitement bien dans sa peau de pirate hors la loi. L’homme se redressa, un sourire toujours pendu aux lèvres.

« Puis-je vous poser une question ?! Comment cela se fait-il que vous soyez ici, au milieu du peuple alors que n’avez qu’à demander pour obtenir ce que vous désirez ?! »

Il n’avait pas attendu qu’elle l’autorise à poser sa question ?! Non, et alors ! Cela importait peu. Axel n’avait rien de royal en lui ( sauf la totalité de son sang ainsi que son deuxième prénom, mais la mémoire marche mal avec le temps et aucun flashback ne revient hanter les rêves du pirate, pour l’instant, tout du moins, pour l’instant) et il haïssait l’étiquette au plus haut point.



code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Dim 13 Avr - 0:20

Guenièvre savait bien qu'il était préférable qu'elle reste au château, pour éviter les ennuis comme se faire attaquer par un agresseur. Cependant, la femme ne pouvait pas rester constamment enfermée dans ses appartements afin d'éviter d'avoir des problèmes, cela reviendrait à vivre dans une prison dorée. Elle savait bien qu'elle devait être prudente, mais ce n'était pas une raison pour vivre dans la peur. La reine n'avait pas envie de se terrer pour sa sécurité, mais elle faisait quand même preuve de prudence. Du moins, le plus souvent possible, ce n'était pas toujours évident malheureusement. Elle n'était pas seule maintenant, il y avait ce petit bout de chou qui poussait tranquillement dans son ventre. Elle ne devait donc pas seulement penser à elle, mais également à cet enfant. Ce petit être qui allait, normalement, dans quelques mois voir le jour et embellir la vie de ses parents. C'était le plus beau événement qu'Arthur et elle allait vivre, après ce mariage qui les avait unis entre autre. Mais bon, même avec cette enfant qu'elle portait, Guenièvre n'avait aucune intention de s'enfermer dans le château. Et puis, elle était protégé par des gardes qui ne la lâchait pas d'une semelle, parfois en étant un peu trop prenants. Mais après tout, ils se contentaient de faire leur travail.

Mais Guenièvre n'avait pas l'intention de les laisser s'en prendre à la première personne qui l'a bousculait. La reine se trouvait sur le marché de Camelot, il y avait du monde et des accidents étaient vite arrivé. Toute personne qui s'approchait un peu d'elle ne voulaient pas forcément la tuer, sinon elle pouvait rentrer chez elle. La reine présenta donc ses excuses à cet homme qui l'avait légèrement bousculé et qui s'était retrouvé confronté au garde qui l'a suivait. L'inconnu se montra compréhensif, comprenant que l'homme souhaitait simplement la protéger. Il avait semble-t-il comprit qui elle était, au vu de la manière dont il l'appela avant de lui faire une référence. Guenièvre se sentit un peu gêné pour le coup, elle commençait à en avoir l'habitude mais cela la prenait quand même de cours. Elle lui fit une révérence également. L'homme demanda alors la souveraine s'il pouvait poser une question, n'attendant pas son autorisation pour la poser. Soit, ce n'était pas un souci en soir. Guenièvre était loin d'être trop attachée au protocole, alors elle ne s'offusqua pas de cela. Elle se contenta d'écouter sa question qu'elle accueillit avec le sourire.

« Pourquoi devrais-je demander à quelqu'un d'aller me chercher quelque chose, si je peux le faire moi même ? »

Guenièvre se doutait bien que sa réponse ne correspondait pas du tout à une reine, les princesses aillant pour habitude de se faire servir depuis leurs tendres enfances. Cependant, la femme n'était pas une princesse. Si elle se trouvait sur le trône de Camelot aujourd'hui, c'était simplement parce qu'Arthur avait enfreint toutes les règles pour l'épouser. Elle n'aurait jamais dû devenir une reine normalement, mais ils ne faisaient pas comme les autres ici. C'était pour cette raison qu'elle n'était pas dès plus facile à protéger pour les gardes, elle avait bien souvent la bougeotte. La femme adorait flanner au marché, comme à l'époque où elle n'était que la servante de la pupille du roi. Elle n'avait pas besoin d'acheter quelque chose dans les étales, mais elle aimait l'ambiance.

« En réalité, je suis ici simplement pour me promener un peu. J'aime l'ambiance du marché. » Guenièvre marqua une pause avant de reprendre. « Mais dites moi mon seigneur, il ne me semble pas avoir le privilège de connaître votre nom. »

Elle était curieuse la reine. Ce dernier savait qui elle était, mais elle n'avait aucune idée de son identité à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Dim 11 Mai - 18:34



"Ceux dont la vie se passe à voyager finissent par avoir des milliers d'hôtes et pas un ami."
Sénèque



 
Le visage du pirate était rempli de surprise. Pourquoi donc la souveraine de Camelot s’inclinait devant lui de cette façon ?! Question de respect surement mais il était étrange pour Axel que quelqu’un lui montre ce genre de respect. Non, évidemment, ce n’était pas vraiment ce qu’on avait l’habitude de faire lorsqu’on le rencontrait. Ce qui l’embauchait ne le traitait pas de la meilleure des manières mais l’homme préférait faire taire son ego pour avoir son argent le plus rapidement possible et fuir cette canaille. Oui, tout ce qui l’intéressait était d’avoir son argent et bientôt, il pourrait récupérer un bateau digne de ce nom et rejoindre son père sur la mer avant que ce dernier ne se fasse trop de soucis et décide de partir à la recherche de son fils (adoptif), ce qui n’était certainement pas une bonne chose pour les habitants du milieu des terres. Oui, Willy Eoghan serait surement irrité au possible de devoir aller chercher son fils s’il voyait que ce dernier n’arrivait pas à temps pour le rencontre annuelle, histoire de garder des liens familiaux malgré la distance qui pourrait bien les séparer. Mais, ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour parler des problèmes du jeune homme. Il, bien que quelque peu surprit par la révérence emplie de respect que Sa majesté venait de lui faire, Axel reprit ses esprits ainsi que son sourire charmeur. Pourquoi ce sourire ?! Eh bien, lui-même ne savait pas ! C’était comme un automatisme ou quelques choses du genre. C’était comme un tic, une manie dont il ne se passerait surement jamais.

Une fois que l’homme eut finit de poser sa question surement quelque peu déplacé à la Reine du royaume, cette dernière y répondit avec le sourire. Décidemment, elle était bien différente de l’idée qu’Axel avait d’une Reine. Il était bon de dire que de toute façon c’était surement la première reine qui parlait avec lui. Surement était-ce le fait qu’elle ne le connaissait pas vraiment ?! Peut-être, le prince disparu ne pouvait pas le dire. A vrai dire, il était possible qu’il ait quelques fausses idées à propos des reines ou des nobles. Evidemment, il y avait une explication à tout cela. Déjà, cette jeune femme brune dont il était tombé amoureux durant son adolescence qu’il avait du laissé tombé à cause de son pirate de père qui lui avait remplis l’esprit avec moult idioties. Et puis, il y avait cette noble ignoble qui lui avait demandé de faire quelque chose d’horrible : tuer son mari ! Son propre époux mais la femme était tellement lâche qu’elle avait eut besoin d’un homme de main pour le faire. Axel avait tout d’abord refusé, trouvant son paiement trop bas pour la besogne qu’il devait accomplir et puis, la noble avait su trouvé les mots (ou plutôt les pièces d’or) pour acheter ses services.  S’il le brun avait une bonne mémoire, ce devait être grâce à cet argent qu’il avait réussit à acheter son fidèle cheval pie. Ou peut-être encore était-ce lorsqu’il avait revendu l’un de ses butins à un riche commerçant venant des pays d’Orient. Oh. Cet épisode là de sa vie semblait légèrement flou. Cela revenait déjà à une grande année. Il s’en était passé des choses depuis. Des vols, des courses poursuites avec des méchants pas beaux et des rencontres improbables.

Revenons-en à la réponse de sa majesté. Axel n’était pas sûr que ce soit une vraie réponse de reine mais après tout, qu’en savait-il, lui, le petit pirate sans bateau ?! Pas grand-chose. Ou alors il savait ces choses mais n’en avait pas conscience. Oui, il y a des fois des attitudes qui ne s’expliquent que par le sang. Sa majesté n’était peut-être pas de sang royal ! Voilà pourquoi elle venait d’avoir cette réponse là. Dans un sens, sa réponse était quelque chose de logique. Ses domestiques devaient certainement être occupé à lui préparer à manger, changer ses draps ou même nettoyer ses robes ou faire encore tout un tas d’autre chose qu’un ou une domestique pourrait bien faire. Cela non plus, ce n’était pas le rôle qu’Axel connaissait le mieux. Pourtant, il en avait côtoyé beaucoup durant sa jeunesse, lorsqu’il s’appelait encore Emil et qu’il était amené à régner sur un petit territoire côtier. Enfin, tout cela, il n’en avait aucun souvenir. La jeune femme continua ses paroles en expliquant qu’elle aimait tout simplement l’ambiance du marché. Axel jeta un coup d’œil autour de lui, se demandant intérieurement comment l’on pouvait trouver cette ambiance agréablement. Tout d’abord, c’était bruyant. Deux femmes étaient en train de se disputer au sujet d’une étoffe et un marchand venait de prendre un voleur la main dans le sac. Non, franchement, il n’y avait rien d’agréable. La seule chose agréable qu’il pouvait y avoir était cette merveilleuse odeur de pain chaud que le boulanger vient juste de sortir du four. Oui, cela c’était agréable et ce même si sur un bateau en pleine mer on ne trouvait pas ce genre de chose.

Alors qu’il commençait à voguer sur l’océan à travers ses pensées, Axel reprit ses esprits lorsqu’il entendit le mot « mon seigneur » dans la bouche de la reine. Tout le monde pouvait voir qu’il se retenait de rire. Ce n’était pas par méchanceté, mais c’était la toute première fois qu’on l’appelait de cette façon et il n’y avait pas à dire. C’était étrange. C’était même hilarant pour lui mais, par respect pour la dame, il se contenta d’un grand sourire et d’un pétillement important dans ses yeux, rien de bien méchant donc. Il souffla un coup un instant pour être certain de ne pas dire une quelconque bêtise et se présenta.

« Je suis loin d’être un seigneur Majesté ! Je suis Axel Eoghan, un simple voyageur qui.. hum.. Voyage ! »

Il avait toujours ce petit sourire sur ses lèvres et ses yeux pétillaient d’amusement. Pourtant, il n’y avait pas grand-chose d’amusant la dedans. Enfin, si, mais seulement pour lui. Enfin bref.

« Peut-être voudriez-vous marcher un petit peu. Peut-être que vous pourriez vous m’expliquer plus en détails ce qui vous plaît au marché ?! »

Alors qu’il s’apprêtait à faire quelques pas avec sa majesté, si celle-ci acceptait, évidemment, Axel  n’avait pas remarqué les deux hommes avec l’air légèrement cabossé qui semblait le surveiller de près. Auraient-ils une revanche à prendre ?!




code by rainbow

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Ven 16 Mai - 13:59

Axel & Guenièvre
Rencontre Improbable Au Marché
Il y avait une chose qui devait sauter aux yeux de toutes personnes croisant Guenièvre, elle ne ressemblait pas à la plupart des reines. Elle était sur le trône en compagnie de son époux, elle se trouvait donc dans un rang social très important (le plus important même) et pourtant elle se comportait encore parfois comme une simple femme de chambre. Enfin, elle n'allait pas faire le ménage et les lits ou apporter des dîners comme autrefois, cependant elle parlait et se comportait parfois comme une femme normale, sans distinction de rang ou autre. Il fallait bien avouer que la souveraine de Camelot avait beaucoup de difficulté à se sentir supérieure aux autres, elle considérait même que ce n'était pas le cas. Elle avait simplement eu de la chance finalement, puisqu'elle était devenue l'épouse du royaume. Cependant, Arthur aurait été un paysan elle l'aurait aimé tout autant. Elle n'avait pas épousé le roi, elle avait épousé l'homme qui avait volé son coeur et avec qui elle voulait vivre le reste de ses jours. Cela n'avait rien à voir avec son statut, bien au contraire. Elle n'avait donc pas de raison de se comporter différemment avec les autres et tant pis pour les convenances. Guenièvre savait bien que certaines personnes parlaient dans son dos sur son comportement, qu'elle n'était pas d'une d'être reine. Soit, ils pensaient ce qu'ils voulaient. Gwen n'avait pas l'intention de changer pour autant, elle restait elle même. Quel intérêt de changer de toute façon, c'était ainsi qu'Arthur l'aimait après tout.

Ce fut donc avec le sourire que la Reine répondit à la question de l'inconnu en face d'elle, sans aucune honte et encore moins réelle convenance. Encore une fois, elle montrait sa différence par rapport aux autres personnes. Il n'était pas commun de croiser la souverain d'un royaume dans son propre marché, en présence des personnes sans doute les plus pauvre. Parce qu'Arthur et Guenièvre pouvaient faire ce qu'ils voulaient, tout ne se passait pas à merveille dans le royaume. Il y avait des personnes qui avaient plus de mal à s'en sortir, des fermiers qui avaient des difficultés à se nourrir correctement par exemple. Bien souvent, les Rois et Reines préféraient faire comme s'il n'y avait rien, comme si cela n'existait pas en ne sortant pas de leur château. Guenièvre n'était pas comme cela, elle préférait assumer et tentait de sauver quelques situations quand cela lui était possible. Même s'il fallait bien avouer qu'elle prenait des risques en se baladant de la sorte au marché, avec pour simple escorte quelques gardes alors qu'elle était enceinte et surtout qu'elle fut victime d'une attaque peu de temps avant. Certes, ce n'était pas raisonnable, mais Gwen n'avait pas l'intention de rester cloîtrer dans le château pour autant.

Guenièvre était curieuse d'en apprendre un peu plus sur cet homme avec qui elle parlait. Elle n'avait pas le sentiment de le connaître ou même de l'avoir déjà croisé dans la citée. En même temps, il semblait évident qu'elle ne pouvait pas connaître tout le monde. Elle se contenta donc de demander directement à l'homme son identité, usant d'une formule un peu trop pompeuse sans doute. La Reine se sentait parfois perdu dans ces paroles, incapables de savoir si elle faisait les choses correctement ou non. Il y avait des personnes aux châteaux qui lui rabâchait bien souvent comment une souverain devait se tenir, parler et tous ce qu'une petite noble avait du apprendre dans sa jeunesse. A force, elle avait tendance à se mélanger un peu les pinceaux. Et elle n'eut pas de mal à comprendre que la situation amusait l'inconnu. Allait-elle s'offusquer qu'il se moque un peu d'elle ? Non, ce n'était pas son genre.

« Enchantée de faire votre connaissance alors Axel. » Elle marqua une pause avant de sourire et de reprendre. « Le voyageur qui voyage. »

Non, définitivement, son nom ne lui disait rien. Mais en même, s'il était un voyageur, c'était normal. Il ne devait as se trouver à Camelot depuis bien longtemps. Guenièvre sentit le garde qui l'accompagner s'approcher plus d'elle quand l'homme lui proposa de se promener un peu avec lui dans le marché, afin qu'ils puissent converser sur ce qui plaisait tant à la souveraine. L'homme ne semblait pas ravi d'entendre cela et n'avait sans doute pas l'intention de laisser la Reine se balader en compagnie de ce voyageur. Cependant, il pouvait dire et penser ce qu'il voulait, Gwen était la souveraine et prenait les décisions. Elle fit donc signe de reculer à son garde avant de s'adresser à Axel.

« Cela sera avec grand plaisir ! » Et ils commencèrent ainsi à marcher un peu ensemble. Le regarde la femme se promena sur le marché, balayant tous ce qu'il y avait devant elle. « Ne trouvez vous pas que cet endroit est vivant ? Il se passe tellement de chose en même temps, la vie du royaume se condense dans ce marché. » Il arrivait bien souvent à Guenièvre de trouver le château de Camelot ennuyeux, ce qui n'était jamais arrivé quand elle n'était encore qu'une servante. Les personnes qu'elle croisaient se contenter de lui faire des révérences, stoppant leurs discussions à son passage. Ici, peu prêtait réellement attention à sa présence, même si de nombreux regard se portaient sur elle. « Je... »

Guenièvre s'apprêtait à reprendre la parole quand elle sentit des mains se poser sur ses bras. C'était le garde qui l'accompagnait qui venait de l'attraper, afin de l'éloigner de ce qui était en train de se passer. Deux hommes, à l'air bien louche, venait de foncer sur Axel. La Reine ordonna au garde de l'aider et ce dernier lui lança un regard noir avant de suivre les ordres. Il n'avait aucune envie de le faire, il souhaitait simplement protéger la souveraine, mais un ordre était un ordre. En réalité, Gwen était bien tentée d'attraper elle même une épée pour venir en aide au voyageur, mais elle se retint. Ce n'était quand même pas le moment de se battre ainsi, elle avait une autre vie à protéger en plus de la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Dim 22 Juin - 18:47



"La plus insupportable engeance de voleurs, ce sont les sots ; ils nous volent à la fois notre temps et notre bonne humeur."
Wolfgang von Goethe



 
Enchantée.. Axel aussi était enchanté ?! Oui, on peut dire ça comme ça. Disons que cette rencontre illuminait sa journée. Oui, la reine était charmante à tout niveau. Elle parlait bien, ne manquait pas de respect à son interlocuteur et semblait réellement intéressé par son identité. Oui, décidément, Arthur avait bien de la chance. Une chance qui ne devait, évidemment pas avoir connaissance. Non on ne se rend compte de ce qu’on a devant les yeux seulement lorsqu’on le perd. Évidemment, le souverain faisait certainement tout pour ne pas perdre son épouse. Même s’il ne s’y prenait pas toujours bien, selon le pirate. Parce que laissé une dame de cette qualité se promener au milieu d’un marché remplis de personnes plus douteuses les unes que les autres ne faisaient pas vraiment partis du concept d’Axel, et encore moins de ses principes. Mais, de toute façon, rien ne faisait vraiment partie de ses principes. Pourquoi ?! Parce que le brun ténébreux n’avait pas de principes. Il faisait ce qu’il pensait juste pour lui-même. Et cela pouvait changer du jour au lendemain, voire même d’une heure à une autre. Moult fois, après avoir gagné la confiance de quelqu’un Axel à tout fait pour la reperdre. Pourtant, cela serait bien pratique d’obtenir la confiance de quelqu’un. Mais, et si le gain de confiance n’était déjà qu’un prétexte pour obtenir quelque ?! Si réussir à obtenir la confiance d’un noble après lui avoir sauvé la vie en tuant des brigands pouvait permettre à Axel d’obtenir quelque chose en échange, cela ne lui posait aucun problème. Il ne vivait que pour le profit. Que pour l’or et que pour son bateau. Il ne vivait que pour lui. Et pourtant, il était là, à marcher tranquillement au côté de la souveraine d’un important royaume.  Oui, ce n’était pas rien. Les pirates ne devaient pas se bousculer pour marché au côté d’une souveraine de la trempe de Guenièvre sans vouloir obtenir quelque chose de sa part. Est-ce que le brun voulait quelque chose de la part de la jeune femme ?! Non. Il était seulement là pour se reposer, pour reprendre des forces après avoir parcouru une bonne partie du royaume à pied pour récupérer sa monture.

Il n’y avait pas à dire, rester sur la terre ferme changea notre petit pirate. Il s’était attaché à son fidèle destrier et n’attendait rien de la part de la souveraine. Il va falloir se réveiller mon petit gars ! Il va falloir être un pirate de la tête au pied. Il va falloir mettre des villages entiers à sac pour te refaire une petite fortune. Ensuite, tu vas pouvoir retrouver cette femme aux cheveux dorées pour lui faire payer la perte de ton superbe bâtiment nautique et puis tu pourras te retrouver un bâtiment digne de toi. Tu engageras une équipe de pirate tous plus horrible les uns que les autres et puis vous vous rebâtirez une nouvelle réputation de guerriers marins impitoyables ! Aaah. C’est bien beau de rêver l’ami, mais tout cela ce n’est pas pour tout de suite. Pour l’instant, tu restes le voyageur qui voyage comme le dit sa majesté. Ce qui assez intéressant cela dit. Un voyageur qui voyage. On n’en voit pas souvent. D’ordinaire, les voyageurs se contentent d’être des voyageurs. Mais, Axel n’était pas n’importe qui. Et il n’était encore moins n’importe quel voyageur qui se promène à travers les royaumes de Bretagne. Mais tout cela est sans importance pour l’instant. En effet, l’homme écoutait avec attention les paroles de la souveraine. Cette dernière expliqua à Axel ce qu’elle trouvait attrayant au marché. Un endroit vivant ?! Oui, certainement. Cela ressemblait à une fourmilière à taille humaine. Le prince amnésique n’était pas certain de trop apprécier ce genre de chose. Oui, il n’aimait pas trop la foule. Il se sentait encerclé, comme prit au piège. Il se ne sentait pas libre des ses faits et geste. Il devait faire attention de ne pas bousculer une dame qui ne semblait pas savoir ou aller pour faire ses courses et il y avait quelques personnes qui le regarder. Axel ne s’était jamais sentit autant mal à l’aise. Il n’avait pas peur, non, mais il n’était pas bien. Voilà pourquoi il ne s’était jamais sentit bien sur terre. Sur un bateau, on est bien plus tranquille. En même temps, il est difficile de faire rentrer autant de monde sur un navire. Oui, c’était plus difficile.

Mais, toutes les pensées d’Axel s’évanouir bien rapidement alors qu’il sentit quelqu’un lui foncer dessus. Ouuuch. Celui qui venait de faire ça n’avait strictement aucun honneur. Attaquer un homme désarmé de dos ! Oui, parce que le pirate n’avait pas son arme avec lui. En effet, il avait trouvé cela plus utile pour se fondre dans la foule de Camelot. Il n’avait pas voulu se retrouver interroger par des soldats uniquement parce qu’il portait une épée et un poignard  à sa ceinture. Mais, cela ne l’empêchait pas de se battre, nooon ! Son père pirate lui avait bien apprit comment se battre à main nu et d’ailleurs, Axel adorait ça. Pendant longtemps il avait participé à des tournois sur le pont du bâtiment de son cher paternel. Et il n’était pas peu fier lorsqu’il disait qu’il avait déjà gagné une bonne demi-douzaine de cela. Enfin tout cela était lorsqu’il n’était encore que le fils du capitaine. Maintenant qu’il était lui-même capitaine, un capitaine sans bateau reste tout de même un capitaine, il n’avait plus refait se genre de chose, ou juste une ou deux fois, pour garder la forme ainsi que le pouvoir persuasif qu’il pouvait bien avoir sur ses hommes. Oui, il était important pour Axel de gardé le pouvoir sur les personnes qu’il dirigeait. En fin de compte, être le capitaine d’un bateau revenait à être le roi d’un pays. Il n’y avait juste pas le même nombre de bateau, mais le but était le même, il fallait à tout prix éviter que le bateau coule. Ce que n’avait pas réussit à faire Axel. Mais, il allait rebâtir son royaume et le gouvernement d’une meilleure façon. Oui, il allait s’en sortir. Il ne pouvait que s’en sortir de toute façon. Parce qu’il n’avait pas le choix. Sinon, il pourrait très bien reprendre les rênes du royaume de son père biologique, mais étant donné qu’il ne sait même pas qu’il est de sang royal, cela devient rapidement compliqué.

Mais, revenons en à ce petit idiot qui s’en était prit à Axel. Déjà, il s’y était mal prit. En effet, avec une grande rapidité et une grande souplesse, le pirate avait réussit à reprendre l’avantage sur ce vaurien. Sauf qu’en fin de compte, il n’était pas qu’un, non, il y en avait un deuxième. Le deuxième était plus féroce et plus déterminé. Eeeeh. Mais Axel les reconnaissait ! C’était ses voleurs de chevaux. Aaah. Ils lui en voulaient encore ! Les pauvres chou. Le brun lança un regard de remerciement qui vient l’aider en s’occupant du voleur le moins virulent. Bien, ce n’était pas grand-chose, mais c’était déjà bien pour permettre à l’homme de s’en sortir. Cependant, s’il avait rapidement prit l’avantageuse sur le voleur le moins déterminé, son camarade était beaucoup moins facile à atteindre et Axel se reçut quelques bon gros coups, que ce soit au visage, dans le ventre ou même ailleurs, avant de reprendre l’avantage. En effet, il réussit enfin à mettre fin au combat en lançant son genoux droit dans les bijoux de familles de l’homme. Ce dernier se plia en deux et recula de quelque pas. Mais, Axel ne comptait pas le laisser s’en sortir comme ça. Non, il avança vers l’indésirable et lui lança un dernier coup de pied qui eut pour effet de le faire tomber. Il y avait un espace libre entre lui, résultant du fait que le peuple de Camelot occupé à faire son marché c’était tout simplement écarté pour éviter de se prendre un coup. Alors que le pirate s’apprêtait encore à faire payer à cet inconscient son attaque, le soldat chargé de protéger la reine s’interposa et éloigna le pirate. Axel aurait certainement finit par  tuer le voleur si le soldat ne l’en avait pas empêché. Axel se dégagea et essuya le sang qui coulait de son nez et de ses lèvres avec sa manche. Il retourna près de sa majesté et laissa les quelques gardes qui venaient d’arriver s’occupé des voleurs légèrement amochés.

« Je suis désolé Majesté ! Vous n’êtes pas blessée j’espère ?! »

L’homme observa un instant la souveraine et lorsqu’il remarqua qu’elle n’avait rien, reprit.

« Ces hommes étaient des voleurs qui m’avait pris mon cheval. J’ai comme l’impression qu’ils n’étaient pas d’accord avec le fait que je le récupère. Je suis désolée que vous ayez dû assister à ça ! Ce n’était pas dans mes intentions ! »


Eh bien. Que d’excuses et de belles paroles dans les mots du pirate. Etait-il sincère ?! Oui, parfaitement. D’ailleurs, il ne l’avait surement jamais autant été avec quelqu’un qu’il ne connaissait que depuis si peu de temps. Il n’est jamais trop tard pour commencer !





code by rainbow

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Ven 27 Juin - 22:45

Axel & Guenièvre
Rencontre improbable au marché
Marcher ainsi dans le marché de son royaume en compagnie d’un parfait inconnu, n’était clairement pas convenable de la part d’une Reine. Mais Guenièvre n’en avait que faire. Elle était certes la reine de Camelot, l’épouse d’Arthur, mais elle était surtout elle-même. La femme était la fille d’un forgeron, elle n’était pas l’une de ces princesses qui avaient eu la chance de naitre avec une petite cuillère en argent dans la bouche. Elle savait donc qu’elle ne faisait pas tous convenablement, qu’il y avait énormément de critique possible sur son comportement, mais elle n’avait pas envie de changer pour autant. Arthur était son époux et il l’avait aimé parce qu’elle était elle-même, il ne l’avait pas aimé parce qu’elle savait bien se tenir ou rester à sa place. Guenièvre faisait en sorte de se montrer une bonne reine, une bonne épouse et bientôt une bonne mère, mais elle ne changerait pas son fond d’être. Et à ce moment précis, elle avait envie de marcher un peu en compagnie d’Axel. Qu’elle ait rencontré ou pas l’homme, cela n’aurait pas réellement changé son programme. Elle aimait le marché et l’ambiance qui s’y trouvait. Même si évidemment, les gardes qui devaient la protéger aimaient beaucoup moins cette idée. Ils auraient préféré qu’elle reste tranquillement au château, mais ce n’était pas son genre. Elle n’était pas l’une de ces Reines plan-plan qui se contentait de se faire servir et de profiter de la belle vie de château.

Les deux inconnus discutaient donc tranquillement tout en marchant. Gwen tentait d’expliquer à l’homme pourquoi elle aimait le marché, l’ambiance vivante qui y régnait. Malheureusement, ils furent coupés dans leur conversation par l’intervention de voleur. Le garde ne mit pas longtemps avant d’écarter la Reine, afin qu’elle ne se retrouve pas au cœur de la bagarre. Mais la femme n’avait pas l’intention de laisser Axel dans les ennuis sans intervenir. Elle ne pouvait pas le faire elle-même malheureusement. Elle avait beau être parfois désinvolte et se mettre en danger, ne respectant pas vraiment le code de bonne conduite, elle n’était quand même pas folle. Même si elle savait se défendre, Guenièvre n’était pas une combattante hors pair et elle était surtout enceinte. Cela ne se voyait pas encore, mais elle avait bien une vie dans son ventre qu’elle devait protéger, avant la sienne. Si elle recevait un mauvais coup et que cela mettait en danger la vie de son enfant, elle ne pourrait pas le supporter. Mais ce n’était pas pour autant que la reine voulait rester impassible devant les ennuis d’Axel. Elle demanda donc au garde qui la protégeait d’aller aider l’homme. Le garde était évidemment pas très content de devoir faire cela, mais il n'avait pas le choix puisqu'il venait de recevoir un ordre de la part de la reine directement.

Guenièvre ne lâchait pas des yeux la bagarre qu'il y avait sous ses yeux. Elle s'inquiétait pour le sort du voyageur, mais celui ci semblait s'en sortir assez bien finalement. Il parvint, avec un peu l'aide du garde, à s'en sortir assez bien finalement. Du moins, il n'était pas mort c'était une bonne chose. D'autres gardes firent leur apparition pour s'occuper des voleurs qui étaient maintenant à terre. Quand Axel s'approcha d'elle, Gwen pu constater qu'il était quand même blessé.

« Axel, vous êtes blessé. Il faut vous soigner. » Dit-elle rapidement, avant que l'homme ne commence à lui expliquer les raisons qui avaient poussé ces hommes à s'en prendre aussi violemment à lui. « Ne vous en faites pas pour moi, j'en ai vu d'autre vous savez. Et on peut dire qu'ils ont eu ce qu'ils méritaient. » Guenièvre lança un regard aux gardes qui emmenaient les deux voleurs, afin de les enfermer pour les crimes qu'ils avaient commis. « Venez avec moi au château, pour vous faire soigner. »

Ce n'était pas un ordre bien sûr, une simple suggestion, même si la femme se doutait bien que l'homme ne cherchait pas spécialement son aide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Ven 1 Aoû - 22:07



"Aimer les femmes et la boisson n'a rien de misérable !"
Naguib Mahfouz



 
Une bonne bagarre faisait toujours du bien. L’adrénaline du combat était montée à la tête du pirate (Voyageur) et ne semblait pas vouloir en sortir. Non, l’homme avait envi de se battre avec quelqu’un d’autre. Comme ça ?! Ouais, comme ça genre. Sans rien d’autre à dire. Juste pour se battre. Parce que, mine de rien, se battre, a mains de surcroît, permettrait de montrer aux autres que l’on n’était pas quelqu’un de lâche. Et, Axel avait LARGEMENT montré aux promeneurs de la place qui faisaient leur marché qu’il ne fallait pas trop l’embêter. Non, il leur avait montré qu’il n’était pas un simple voyageur non plus d’ailleurs. Parce que les voyageurs préféraient de loin éviter ce genre de situation pour, justement, voyager tranquille. Enfin, en même temps, on ne pouvait pas dire qu’Axel avait foncé tête baisser dans un homme comme ça, pour une simple formalité d’échange de poing dans la figure et de coup de genoux dans le ventre (ou plus bas). Non, pour une fois, Axel était la victime dans l’histoire. Même si, évidement, il n’allait pas s’en plaindre. Pourquoi ?!  Parce que se battre l’avait clairement réveillé et lui redonnait encore plus l’envie de retrouver un bateau sur lequel naviguer pour piller des bâtiments marchands sur les routes commerciales. Oui, parce que c’était son métier. Sa vie. Sa passion. Et être loin de la mère le rendait malade et insensé. Il allait finir par devenir fou s’il ne réagissait pas. Il fallait qu’il trouve de l’argent. Il fallait qu’il trouve de quoi gagner de l’argent. Il était prêt à tout et n’importe quoi. Ou presque n’importe quoi. Tuer ne le dérangeait absolument pas. Tout dépendant de qui il fallait tuer et du prix qu’on lui donnait. Et si quelqu’un lui ordonnait de tuer la reine de Camelot ?! Eh bien, il le ferait. Mais, il allait falloir mettre le prix. Et un SACRE prix. Parce que ne tue pas une si belle femme importante et gentille sans  y mettre le prix. Il était un traître ?! Non, il n’avait jamais prêté allégeance à Camelot. Ni aux souverains Pendragon. En revanche, il avait prêté allégeance à lui-même et à son père (mais, il n’est pas là ! (alors on s’en fiche ! (ou pas..))) et à l’argent aussi. Parce que monsieur préfèrerait presque la couleur, l’odeur et le goût de l’or aux beaux yeux d’une demoiselle. Parce que, anyway, quand vous avez de l’or, vous avez tout ce que vous souhaitez ensuite. Alors qu’avoir une femme avec des beaux yeux, mais pauvre. C’est bien inutile franchement. Axel était tout à fait d’accord pour les laisser aux autres (après avoir passer un peu de bon temps, évidement !).

Il était blessé ?! Mais noooooooooon. Ce n’était rien. Axel était un homme ! Un vrai. Et un pirate aussi, de surcroît ! Les pirates ne sont jamais blessés. Ils sont seulement égratignés. Ou fatiguée. Mais ils ne sont jamais blessés. Donc. Non ! Le jeune homme (pas si jeune..) n’avait pas besoin d’être soigner. Il allait survivre. Oui ! Oui ! (C’est un pirate ! (Pas un joueur de foot genre !)) Donc, non, il était tout à faire hors de question qu’il soit soigné. Depuis que son bateau avait coulé à cause de cheveux dorés, il n’avait jamais eut besoin de beaucoup d’aide pour ses blessures (ses égratignures !) et il ne voyait donc pas pourquoi cela changerait maintenant. Le vagabond laissa un sourire rassurée étirer ses lèvres alors que la souveraine Camelot lui dit qu’elle en avait vu d’autre et qu’elle n’avait rien. HEUREUSEMENT qu’elle n’avait. Sinon, Axel serait allé revoir ses brutes épaisses sans cerveaux et leur aurait (re)donner une autre raclé. On se calme.. Tu trouverais bien quelqu’un que tu pourras tabasser. (PLUS TARD. (Pour l’instant. (Ecoute la dame. (Nooooon.. (Mais si ! (Un château ! Y’a pleiiiin de trucs dans un château, non ?! ( Ah ouaiiis (8D))))))) Le mot château eut raison du débat intérieur qui régnait dans l’esprit du pirate. Oui, il y a énormément de chose dans un château. Des trucs biens. Des chandeliers en argent.. Des assiettes en or. Des épées de bonne qualité. Un château était une mine d’or pour un homme comme lui. Donc oui, il allait la suivre. Axel Eoghan allait accepter de se faire soigner mais, seulement pour pouvoir voir l’intérieur du château de Camelot et qui sait, peut-être repérer des choses intéressantes qu’il pourrait revenir voler, à l’occasion. Ou, ou. Peut-être pourrait-il trouver en la personne d’Arthur Pendragon, un allié qui pourrait l’aider à retrouver son bateau. Mais, cela voudrait dire qu’il deviendrait l’un de ses sujets. Et le pirate ne voulait en aucun cas lui redevoir quelque chose. Parce que c’était tout à fait impossible qu’un pirate soit redevable de quoique ce soit envers un roi. Il ne venait clairement pas du même monde (C’est ce que tu crois, mon ami !) et Axel savait très bien qu’Arthur ne pourrait jamais le comprendre (Ca, c’est pas faux !).

« Ce n’est rien. Rien qu’une petite égratignure. Je vais survivre ne vous en faîtes pas. »


Okay. Axel venait, semble t-il de changer d’avis quant à se faire soigner au château. A moins que..

« Cependant, comme je compte reprendre la route en pleine forme, je ne serais pas contre un petit remontant. Parce que, entre nous. Il n’y a rien de tel pour se remettre d’une matinée mouvementée. »

D’accord. Donc, il voulait bien se faire soigner. Sans se faire soigner. En fait. Il ne voulait pas se faire soigner, mais voulait tout de même voir le château. Enfin, demander un petit remontant à une reine, de cette façon là, n’était pas très, comment dire, quelque chose de banal. Mais, Axel était loin d’être banal de toute façon.

« Peut-être que vous pourrez, aussi, m’expliquer ce qui fait de vous une reine si différente que les autres. Par que, et j’en suis certain, rare sont les reines qui se baladent au milieu de leur gens au marché, et cela même lorsqu’elle aime ça. Vous êtes unique, si je puis me permettre ! »

Bien sûr qu’il pouvait se permettre. Tout cela n’était que des compliments. Ou des constats. Ou même de la curiosité. Dans tout les cas, il n’y avait aucune méchanceté dans les propos du pirate. Parce qu’il n’y avait aucun avantage à être odieux avec la souveraine. Enfin, il pouvait toujours essayer, mais, ce ne sera pas pour tout de suite..






code by rainbow

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Dim 3 Aoû - 17:58

Axel & Guenièvre
Rencontre improbable au marché
Il était plus qu’évident qu’Axel n’était pas un simple voyageur, mais Guenièvre ne l’avait pas cru depuis le début. L’homme était le genre de personne qui se montrait sûr de lui, pas ceux qui évitaient les ennuis par exemple. La femme savait bien que pour le coup, l’homme était la victime et qu’il n’avait pas cherché ces bandits. Mais il s’était parfaitement défendu quand même, preuve qu’il savait se battre. Et quand on apprenait à se battre, c’était bien qu’il y avait une raison. Il y avait pleins de raisons probable et Guenièvre ne pouvait évidemment pas deviner quelle était celle du voyageur qui voyageait. Enfin, heureusement, l’homme savait donc se défendre et était parvenue à sorti presque indemne de la bagarre. On ne pouvait pas dire que c’était grâce aux gardes qui ne s’étaient pas réellement précipités pour lui venir en aide. Si la reine n’avait pas donné elle-même l’ordre de l’aider, ils se seraient sans doute contentés de le regarder. Qu’était la vie d’un voyageur comparé à celle de la reine ? Sauf que Guenièvre n’était pas le genre de femme à faire passer les autres avant elle, même depuis qu’elle était la souveraine de Camelot. Que cela plaise ou non.

Axel était tout de même blessé. Guenièvre, évidemment, lui proposa de la suivre afin de se faire soigner. Elle ne pouvait pas laisser cet homme blessé sans aide, même si elle se doutait bien qu’il n’était pas le genre à quémander de l’aide. D’ailleurs, sans grande surprise, le voyageur informa la souveraine qu’il n’était qu’égratigné et qu’il allait même survivre. Encore heureux, sinon Guenièvre n’aurait même pas pris la peine de lui demander son avis avant de l’emmener voir Gaïus. Non parce qu’elle pouvait bien être gentille, elle n’était pas pour autant moins bornée. Enfin, puisqu’il allait donc survivre, elle n’allait pas le forcer. Mais elle fut ravie de l’entendre lui dire qu’il aurait en effet besoin d’un petit remontant, puisqu’il avait l’intention de reprendre bientôt la route. Soit, puisqu’il souhaitait se faire soigner par un remontant, cela ne la dérangeait pas.

« Très bien, allons donc prendre un remontant au château alors. Je me sentirais coupable que vous repreniez la route en étant fatigué. » Evidemment, le garde ne manqua pas de lancer un regard inquiet à la femme, mais elle l’ignora purement et simplement, se contentant de prendre le chemin vers le château en compagnie d’Axel. Qui s’interroger semble-t-il de plus en plus sur le fait que la reine aimait marcher parmi la foule. « En réalité, je ne suis pas issu du monde de la noblesse. » Commença la jeune femme, avant d’arriver au niveau des marches qui menaient au château. Au fond, le garde devait quand même être soulagé que la souveraine décide de rentrer dans un endroit bien plus sécurisé que la place du marché. « Autrefois, je n’étais qu’une servante, fille d’un forgeron. Si je suis aujourd’hui la reine, c’est simplement que j’ai épousé le roi. »

Cela devait semblait étrange à n’importe qui en dehors de Camelot qu’Arthur ait épousé une simple servante. Cela ne se faisait pas normalement, mais ils l’avaient fait quand même. Et Guenièvre ne regrettait pas un seul instant cette décision, elle était la plus heureuse des femmes. Et bientôt la plus heureuse des mères (si seulement…). Guenièvre et Axel arrivèrent dans un des petits salons du château, où rapidement des serviteurs arrivaient déjà pour installer de quoi manger et boire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Mar 30 Sep - 19:00



"On ne donne rien de si bon marché que les compliments."
Adrien de Montluc





Le pirate voyait parfaitement bien les regards inquiets que lançait l’un des gardes chargés de la sécurité de la reine, à la reine. Pourtant, les protecteurs de sa majesté devaient se sentir soulagé d’entendre leur souveraine  dire qu’elle allait retourner au château. Soit, elle n’y retournerait pas toute seule. Mais Axel ne comptait pas de bêtise. De toute façon, comment pourrait-il faire ? Si la reine était si bien gardée en dehors du château, le jeune pirate n’avait aucun doute sur le fait qu’elle devait l’être tout autant à l’intérieur des enceintes de la maison royale. Et puis, de toute évidence, il n’y avait pas que la reine à protéger. Non, il devait y avoir aussi tout ces nobles stupides et inutiles qui remplissaient chaque cours du monde. Et puis, le roi devait être protégé aussi, même si, d’après ce qu’avait entendu le pirate, peu de monde se battait aussi bien que le souverain de camelot. Enfin, peut-être tout cela n’était que des éloges trop exagérée de la part de paysans tout simplement admiratif de leur roi et qui, par conséquent, lui étaient tout simplement dévoué corps et âmes. C’était bien et très important de se faire aimé par son peuple, mais Axel n’était pas sûr que cela suffise tout le temps. Enfin.. Peu lui importait de comprendre la manière dont il fallait gérer un pays. Lui se satisfaisait de gérer son équipage et son bateau. A supposé qu’il ait son propre équipage et son propre bateau. Mais diriger un pays n’était pas fait pour lui. Non. Etre roi devait certainement être intéressant au niveau de certains points. Mais Axel tenait beaucoup trop à sa liberté pour vouloir un jour pour se voir à la tête d’un pays. Un bateau lui suffisait déjà bien assez. Le garde de la souveraine n’avait donc rien à craindre quant à la survie du couple royale ! Enfin, pas de sa part en tout cas. Pas de la part du voyageur qui voyage.

Suivant alors la reine sur le chemin qui menait au château, Axel jeta un petit coup d’œil au marché puis à la taverne à laquelle il s’était arrêté et ou il avait laissé son cheval. Il serait dommage de ne pas se souvenir du nom de l’établissement et de tourner en rond dans la cité à la recherche de sa monture et d’un bon coin pour dormir. Dans une ville comme celle-ci, il devait y avoir un grand nombre de taverne et Axel n’avait pas envie de chercher la bonne pendant des heures. Il laissa bien ancrer dans son esprit l’image de la bâtisse et se concentra sur les paroles de la souveraine Guenièvre Pendragon de Camelot. Elle se sentirait coupable de le laisser repartir fatiguer ? Il ne fallait pas. La jeune femme l’avait déjà bien aidé en obligeant ses hommes à lui donner un coup de main. Si elle n’avait pas été là et cela peu importe la volonté du pirate, Axel ne s’en serait peut-être pas sorti contre ses bandits. Ou peut-être aurait-il pu s’en sortir tout seul. En fait, il lui était impossible de le dire. Mais, peu importe ! La souveraine avait lancé ses propres gardes à la rescousse du voyageur, et en plus de cela, Guenièvre proposait à cet inconnu de lui offrir de quoi le soigner. Non. Cette jeune reine était bien trop bonne. Et peut-être qu’un jour cela la perdra. Avoir un bon cœur était une bonne chose, mais il fallait aussi, parfois, passer outre ses émotions et sentiments pour laisser les rênes à la raison. Peut-être que la souveraine n’aurait pas dû laisser entrer Axel dans son château. Beaucoup de personne ce serait méfier. Un simple voyageur ne se battait pas de cette façon. Et pourtant, Guenièvre semblait bien décidée à offrir un petit remontant au pirate. La seule chose dont elle était coupable était d’être trop gentille.

Mais, Axel ne comptait pas s’en plaindre. Noooon. Avoir l’occasion de voir avec une reine ne se présentait pas tout les jours. Et puis cela lui permettrait aussi d’observer un peu ce qui pouvait bien se trouver dans ce mystérieux château qu’était celui de Camelot. Il avait entendu tellement de chose sur ce château, tout autant que sur ses souverains, il serait dommage de ne pas sauter sur l’occasion de voir de ces propres yeux la résidence royale du pays. Et puis, cela lui changerait de ce qu’il pouvait bien manger et boire durant ces voyages terrestres. Tout en marchant en direction du château, la souveraine lui expliqua qu’elle n’était pas née noble. AHAH. C’était impossible ! De ce que le pirate connaissait à propos des royautés étaient qu’elles ne se mariaient jamais avec des roturiers ou roturières. C’était tout simplement contraire aux coutumes des membres de la royauté. La jeune femme devait bien avoir une explication supplémentaire à donner au pirate. D’autant plus que ce dernier n’avait pas retenu cette expression surprise sur son visage. Il n’avait comme.. pas réussit à se contrôler. Alors qu’Axel montait les marches du perron du château royal, curieux de voir ce qui e trouvait à l’intérieur et aussi curieux d’entendre l’histoire de la souveraine, cette dernière continua de s’expliquer. Une fille de forgeron. Intéressant. Mais, comment la fille d’un forgeron était arrivée à épouser le roi ? Avait-elle lancé un sortilège au souverain ? Noooon, le cœur de Guenièvre était trop pur pour cela. Elle avait seulement dû réussir à trouver le cœur du roi qui était à présent son époux. Tout cela était une jolie histoire et, Axel s’assit à une table, dans le petit salon ou l’avait mené la souverain, avec un sourire aux lèvres.

« Votre histoire est très jolie à entendre Majesté ! »

Prenant l’un des verres devant lui, le pirate le leva en l’air et, accompagné d’un sourire, reprit la parole.

« A votre santé et à votre histoire. Et encore merci de m’offrir ce petit remontant. Je ne manquerais pas de revenir à Camelot dès que la cité se trouvera sur mon chemin. »

Le jeune homme but quelques gorgées du bon breuvage qui se trouvait dans son verre, puis, dans un sourire, lança la conversation sur le royaume de Camelot. Oui, l’homme voulait en apprendre plus sur ce royaume, sur son peuple et sur son souverain. Parce qu’il était important de connaître les grands de ce monde et puis Axel était tout simplement curieux de connaître d’avantage le roi qui avait épousé une servante. Et le pirate en apprit beaucoup. D’ailleurs, la conversation devait bien avoir prit une bonne heure et demi, avant qu’il ne se décide à prendre congé. Il ne faudrait pas qu’il se fasse voler son cheval une deuxième. Et puis, Axel était tout de même assez fatigué, la journée n’avait pas été de tout repos.. Il remercia encore une fois la souveraine et reprit le chemin de son auberge, tout en prenant soin de bien observer tout ce qui pouvait être intéressant dans le château.

[Je suis désolée, c'est franchement pas terrible. Mais au moins, j'ai posté ♥]




code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   Lun 6 Oct - 10:48

Axel & Guenièvre
Rencontre improbable au marché
Guenièvre savait parfaitement que ce n’était pas réellement bien de sa part de faire entrer un inconnu comme cela au château pour partager à manger et à boire. Cependant, la femme avait envie de faire confiance à ce voyageur qui voyageait. Et puis au vu de ce qu’il venait de vivre, il avait bien le droit un petit remontant afin de reprendre des forces pour poursuivre son voyage de voyageur. Alors que les deux jeunes gens marchaient en direction du château, Guenièvre raconta un peu son histoire. Ce n’était pas un secret d’état, n’importe qui dans le royaume connaissait sa condition d’autrefois. Cela ne se faisait pas normalement en effet, mais elle était bien une servante qui avait épousé un roi, devenant ainsi une reine. Un mariage d’amour, de pur amour. C’était sans doute étrange pour quelqu’un qui ne connaissait pas le roi Arthur et sa femme, mais Guenièvre n’avait aucune honte de raconter son histoire. Evidemment, si Uther avait été encore en vie, jamais Arthur et Guenièvre n’auraient pu se marier. L’homme était évidemment contre cette union, contre l’amour de son fils pour une servante. En même temps, il avait été contre tellement de chose. Le royaume de Camelot se portait que mieux depuis qu’Arthur était le roi.

Guenièvre apprécia d’entendre Axel lui dire que son histoire était jolie. En effet, la femme trouvait également que son histoire était belle, l’amour qu’il y avait entre elle et son époux était beau. Ce qui était quand même rare dans un couple royale, bien souvent ce n’était que des mariages arrangés. La reine et le voyageur s’installèrent dans un petit salon où divers mets et boissons leur fut servi. La reine ne mangeait pas grand-chose, mais c’était quand même mieux que ce qu’elle mangeait parfois. Elle était surtout occupée par la conversation qu’elle avait avec l’homme. Ce dernier ne connaissait rien de Camelot et elle parla donc énormément du royaume et d’Arthur également. Guenièvre ne savait pas depuis combien de temps ils discutaient avant qu’Axel ne prenne congé. L’homme devait se reposer après tout, il devait être fatigué. Ce qui était également le cas de la reine, cette petite balade l’avait énormément fatiguée. Les deux jeunes gens se saluèrent donc une dernière fois, Guenièvre remercia Axel pour sa bonne compagnie, avant de se séparer. L’homme sortant du château pour se rendre à l’auberge, Guenièvre se dirigeant vers ses appartements pour se reposer un peu.

La reine ne savait pas vraiment quoi penser de cette rencontre. Elle ne connaissait au final rien d’Axel, mais elle avait apprécié ce moment où ils avaient discuté. Le voyageur qui voyageait restait un grand mystère pour elle, mais au bout ils avaient passé un bon moment. La femme espérait donc pouvoir un jour le revoir. Le destin lui dirait sans doute bientôt si elle allait avoir l’occasion de le rencontrer de nouveau.



[Je nous ajoutes nos points Merci pour ce rp :louve:]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Rencontre Improbable Au Marché[PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre Improbable Au Marché[PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» TOR mets sur le marché :
» Etude de marché pour une boutique à thème médiéval
» Le jour improbable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-