Partagez | .
 

 Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   Mar 5 Nov - 23:32

Des festivités étaient organisé dans tout le royaume, afin de fêter les morts comme il se devait. C'était la tradition, tout les ans pendant une soirée d'Automne, les gens se retrouvaient pour cela. Bien souvent, les choses se passaient en famille. Guenièvre se souvenait des soirées passaient avec son père, et son frère quand il était présent, pour se remémorer la vie avec sa mère. Cela n'avait rien à voir avec les soirées tristes et moroses qui pouvaient suivre un décès, ils préféraient passer une bonne soirée tout simplement. Évidemment, les choses auraient été bien plus heureuse si sa mère avait eu la chance de pouvoir continuer de vivre et poursuivre ainsi son chemin avec eux. Encore aujourd'hui, la femme aimait passer une bonne soirée lors de cette nuit de célébration. Elle avait perdu son père et son frère à présent, les ajoutant donc à la liste des bons souvenirs à se rappeler lors de cette nuit. C'était vraiment une occasion pour elle de penser à tous ces bons moments qu'elle avait vécu avec les personnes qu'elle aimait. Mais alors que pendant plusieurs années après le décès de son père, Guenièvre avait passé cette soirée seule, aujourd'hui elle était loin de l'être.

Ce soir là, cette nuit là même, cela avait été prévu que Guenièvre et son époux fasse un tour en forêt pour l'occasion. La femme avait décidé de préparer un petit repas qu'ils pourraient manger dehors, tout en profitant de la beauté du ciel. Malheureusement, la reine n'avait pas pensé au fait que la lune ne serait pas présente et que le noir serait donc bien présent lors de la nuit. Mais bon, cela ne l'empêcherait pas de profite de la beauté des étoiles. Il allait juste demander aux époux de faire un peu plus attention à l'endroit où ils poseraient leurs pieds. Mais bon, ce n'était qu'un détail et cela n'allait rien enlever à la perfection de cette soirée, du mois perfection comme la femme avait pu l'imaginer. C'était elle qui avait préparé tous ce qu'il fallait pour la soirée. Elle avait tout organisé, le repas par exemple se trouvant dans un panier parfait pour le transport.

Bref, tout était prêt et il ne manquait plus que les protagonistes. Guenièvre alla se préparer, enfilant une tenue confortable pour une promenade en foret. Il était fort possible qu'une personne de haut rang crierait au scandale en voyant sa tenu, qui n'était pas vraiment digne d'une reine, mais elle n'en avait que faire. L'important c'était qu'elle se sente à l'aise pour cette promenade. Il ne manquait plus qu'Arthur, que la femme attendit patiemment. Ce dernier avait sans doute des détails à régler comme bien souvent, mais elle se doutait bien qu'il se libérerait comme c'était convenu. Elle n'eut pas de mauvaise surprise puisqu'elle retrouva son époux comme convenu et qu'ils purent partir dans la forêt.

Les deux époux s'installèrent donc dans la forêt, Guenièvre aillant installé tous ce qu'elle avait préparé pour manger. La nuit était noire donc mais les étoiles étaient magnifiques. Il y avait une magnifique vue sur le ciel et l'air n'était pas trop froid. Cependant, heureusement que la reine avait prévu quelques couvertures afin d'éviter de se faire surprendre par le froid de la nuit, qui tombait de plus en plus.

« Je suis vraiment heureuse de pouvoir passer cette soirée en votre compagnie et ici, le paysage est vraiment agréable. » Guenièvre tendit à Arthur un panier remplit de viande. Ce fut à ce moment là qu'elle entendit un bruit de buisson derrière elle, la faisant sursauter. Non pas qu'elle avait peur, mais elle fut surprise principalement. Enfin, elle n'était pas complètement à l'aise non plus. Malheureusement, elle ne se doutait pas du tout de la surprise qui l'attendait. Ce ne fut que quand l'homme, au visage si familier, sortir de derrière les buissons. Jamais la reine n'aurait pu imaginer que son beau-père, le roi Uther, allait se retrouver là avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   Mer 13 Nov - 20:14

Quand le passe vous rattrape...

Automne. Automne. Qu’y avait-il de particulier en automne. Une fête, une tradition très importante dans les coutumes de Camelot que depuis un certains temps déjà tout le château, tout le pays était en effervescence pour fêter ce jouer particulier. Pour le peuple, c’était l’occasion de rendre hommage aux personnes décédée trop rapidement ou alors dans la fleur de l’âge. Tous prenaient à cœur cette petite fête qui leur permettait à tous de se souvenir des gens passés. Il aimait tous ce jour. Mais, pas Arthur. Non. Chaque jour de la fête des morts depuis la mort de son père lui était insupportable. Plus encore depuis qu’il avait laissé le fantôme de feu son père s’échapper du royaume des morts. Il se souvenait encore de son père immaculé avant autant de force que lorsqu’il était jeune. Il se souvenait de ce que ses chevaliers avaient dû endurer avec le retour de son père dans le royaume des vivants. Mais plus encore, il se souvenait que son père avait malmené sa femme. Et, même s’il était son père, Arthur n’avait pu s’empêcher de lui en vouloir. Il lui en voulait de l’avoir brider. De lui avoir caché toutes ses choses sur sa naissance, sur la magie. Il lui en voulait  d’avoir essayé de reprendre les choses en mains, de le faire douter. Bien sûr qu’Arthur aimait son père. C’était son père et il ne pouvait tout simplement pas en être autrement pour lui. Mais il lui en voulait et à travers ça, il s’en voulait à lui-même d’avoir laisser son père s’échapper du royaume des morts.

Mais tout cela était du passé et ce soir, Arthur allait pique-niquer avait Guenièvre. En effet ils avaient tout les deux prévus de passer une soirée en couple pour « fêter » l’occasion, bien que le roi ne trouvait pas vraiment l’utilité de cette soirée particulièrement il avait avec grand plaisir accepté la proposition de son épouse. Arthur ne vivait pas dans la passé. L’important pour lui est d’aller de l’avant et il ne voyait pas réellement l’intérêt que pouvait avoir cette tradition. Il l’a respectait parce que s’il ne le faisait pas, personne ne le ferait et il serait vraiment mal vu dans les pays. Il le faisait aussi pour son épouse qui semblait vraiment concerné par le phénomène.  Alors, voyant que le temps passe, Arthur laissa là les comptes du royaume, il se leva de son bureau et se dirigea vers son armoire. Il prit dedans une tunique rouge, toute simple, un pantalon noir et une ceinture sur laquelle, après avoir mis ses bottes, il attacha son épée et un poignard. Ils allaient dans les forêts, la nuit allait certainement être noire. Arthur ne voulait pas prendre le risque de tomber sur quelqu’un ou sur quelque chose en étant désarmer. Et puis, de toute façon, il n’avait pas vraiment de raison de justifier la prise de son arme puisqu’il l’avait la plupart du temps sur lui. Ensuite, il rejoignit son épouse à l’endroit prévu après avoir prit sa cape noire, pour se protéger de la fraîcheur de la nuit.

Les deux époux se dirigèrent alors vers la forêt, parlant de tout et de rien dans une bonne humeur évidente. Arthur, une fois arrivé dans un endroit qui sembla plaire à la Reine aida cette dernière à installer tout ce qu’elle avait préparé. Décidemment, il ne pourrait pas se passer d’elle. Elle était reine et prenait à cœur de faire certaine chose d’elle-même. Ils s’installèrent ensuite sur l’une des couvertures posées à même le sol. Arthur sourit à son épouse alors que celle-ci, en lui tendant un panier de viande, lui disait qu’elle était heureuse de pouvoir passer cette soirée en sa compagnie. Si elle était heureusement, Arthur l’était forcément. Mais, après qu’elle ai prononcé cette agréable phrase, elle se raidit et frissonna. Tout d’abord, Arthur ne sut pas vraiment ce qui lui prenait puis lui aussi entendit que quelque chose se trouvait dans les buissons. Adoptant une attitude rassurante, Arthur sourit à sa femme et  posa son doigt sur sa bouche pour lui dire de ne pas faire de bruit. Quel ne fût sa surprise lorsque, une fois retourné, Arthur se retrouva nez à nez avec son père. Dans un élan de peur, oui, de peur, Arthur se releva pour se mettre à la hauteur du spectre de son père. Evidemment, il était resté entre le fantôme et son épouse, bien décider à ce que, cette fois, il s’en prenne à lui plutôt qu’a elle. Le fantôme prit alors un air outré et parla.

« Tu me déçois Arthur. Je ne pensais pas que tu pouvais me trahir à ce point là ! Je te l’ai déjà dit et je te le répète, les Roi ne doivent pas épouser des femmes de  sa condition. »

Arthur était tout à fait pétrifié. Il avait peur et peut-être même que son père arrivait à lui faire sentir la honte d’avoir épousé une servante. Non.. Non. Il ne devait pas penser comme feu Uther Pendragon. Il n’était pas son père et son père n’était pas lui. Le jeune homme se reprit. Il devait répondre. Il ne devait pas se laisser assommer par les paroles du fantôme.

« Je n’ai pas avoir honte de mes choix. J’aime Guenièvre, vous ne pouvez.. »

Une baffe. Oui, Arthur reçut une baffe phénoménale, comme rarement il en avait reçut. Son père, ou tout du moins son fantôme aurait viré au rouge de la colère si cela lui avait possible. Arthur  posa sa main sur sa joue et il laissa une larme perler sur qui alla s’écraser sur la couverture.

[Prend ton temps pour répondre. J'ai vraiment une tonne de Rp à faire donc, prend ton temps ! 8D]

bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   Mar 19 Nov - 21:22

Guenièvre appréciait énormément les efforts de son époux pour la soirée. Elle avait connaissance bien sûr du fait qu’il n’aimait pas vraiment fêter mes morts et cela surtout depuis la mort de son père. Mais il avait fait l’effort de l’accompagner. La femme avait un peu le sentiment de le forcer à faire quelque chose qu’il n’aimait vraiment pas, mais elle appréciait vraiment son geste. Après tout, au-delà de fêter les morts, les deux époux se retrouvaient surtout en tête à tête pour passer une soirée agréable. Au moins dans la forêt, ils ne risquaient normalement pas d’être dérangés par Merlin par exemple, venu voir si tout allait bien. Non, ils seraient seuls et allaient passer une superbe soirée ensemble. Du moins, c’était ce que la reine avait cru. Elle avait du cœur à l’ouvrage pour tout préparer, d’elle-même en plus, afin que ce moment soit parfait. Guenièvre ne savait pas si elle allait continuer longtemps à fêter ainsi les morts lors de la saison d’Automne. Il était temps pour elle de tourner une page et de se tourner vraiment vers l’avenir. Elle savait qu’Arthur pensait que le fait de faire cette soirée était un signe qu’on était tourné vers le passé, ce qui n’était pas complètement faux pour la femme. Elle repensait souvent à ce qu’elle avait pu vivre autrefois, à tous ce chemin qu’elle avait parcouru. Mais cela lui permettait surtout de savourer la vie qu’elle avait aujourd’hui, épouse de l’homme qu’elle aimait et qu’elle chérissait plus que tout. Elle ne pouvait pas rêver d’une meilleure vie, ou presque.

Mais alors que la soirée ne faisait que débuter, Guenièvre entendit un bruit dans les buissons. Comme à son habitude, Arthur posa un doigt sur ses lèvres pour lui indiquer de ne pas faire de bruit et se leva afin d’aller voir d’où venait ce bruit. Les jeunes gens n’allaient pas tarder à le découvrir, puisque Uther Pendragon sortit des buissons. La reine se leva surprise par la vision qu’elle avait, voir son beau-père après sa mort n’était sans doute pas ce qu’elle préférait. La dernière fois que l’homme s’était manifesté, elle avait bien failli finir bruler vive. Heureusement, Merlin avait été là pour la sauver. La femme trouvait quelque chose d’étrange chez le spectre d’Uther, le trouvant plus vivant que jamais. Il ne ressemblait pas vraiment à un fantôme comme elle avait pu déjà en voir, il semblait tellement plus réel comme s’il se trouvait réellement là. Comme s’il avait tout simplement retrouvé la vie et qu’il était revenu. Cette perspective n’enchanta pas du tout Guenièvre, elle savait qu’Uther avait une dent contre lui et il le prouva une nouvelle fois. Les paroles de l’ancien roi ne l’étonnèrent pas du tout, il n’avait jamais caché son dégout pour la liaison de son fils avec une servante. Il était évident que jamais Guenièvre et Arthur aurait pu se marier si Uther avait été encore de ce monde, ils avaient dû feindre leur amour à l’époque.

Alors qu’Arthur répliquait à son père qu’il n’avait pas honte de ses choix, ce qui fit énormément plaisir à Guenièvre. Elle ne doutait aucunement de l’amour que son époux pouvait lui porter, bien au contraire, mais cela était toujours agréable d’entendre ces mots. Cependant, le Roi n’eut pas la possibilité de finir sa phrase puisque son père écrasa sa main sur sa joue. La Reine ne s’attendait pas à voir un spectre pouvoir ainsi toucher un vivant, ce qui ne la rassurait pas du tout. Est-ce qu’Uther Pendragon était réellement de retour ? Elle espérait bien que non, et on se demandait bien pourquoi. La femme s’approcha vivement de son époux, posant une main sur son bras sans quitter des yeux son beau-père. Il avait beau être l’ancien Roi de Camelot ainsi que le père de son époux, elle ne pouvait pas le laisser se comporter de la sorte.

« Vous n’avez aucune raison de vous en prendre à Arthur, il est un bien meilleur Roi que vous ne l’avez jamais été. Camelot ne pouvait espérait mieux comme souverain. Vous devriez être fier de votre fils ! »

Autrefois, la femme n’aurait sans doute jamais pris autant de liberté pour s’adresser à Uther. Elle sous entendait en effet qu’il n’avait pas été un bon Roi. Guenièvre savait bien qu’Uther avait des qualités et qu’il avait été un bon roi lors d’une période. Mais la haine envers la magie l’avait conduit à faire des choses horribles, comme tuer le père de Guenièvre pour une mauvaise raison. La femme n’eut aucun mal à lire la haine sur le visage de son beau-père, avant que ce dernier ne s’approche d’elle et l’attrapa violemment par le bras.

[T'en fais pas pour le temps, prends tout ton temps pour répondre y'a pas de souci ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   Mer 4 Déc - 19:36

Quand le passe vous rattrape...

Arthur doutait. Que faisait donc son père ici ?! Il avait pourtant été renvoyé dans le pays des morts pas son fils en personne. Il ne pouvait pas ! C’était impossible. Il ne pouvait pas avoir passé la frontière entre ce qui était désormais son monde et celui de son fils. Ce n’était pas normal. Quelque chose devait s’être passé pour que l’esprit de son père soit à nouveau libre dans un monde ou il n’avait plus sa place. Quelqu’un avait dût user de magie pour le faire sortir. Le chevalier ne voyait que cette solution puisqu’il était tout simplement impossible qu’il soit sortit de lui-même. Uther ne possédait aucun pouvoir magique, il n’avait donc pas pu se servir d’une quelconque magie pour quitter son royaume de mort. Ce n’était pas possible. Mais, c’était dans ses instants ou le passé le rattrapait sous la forme d’un fantôme qu’Arthur doutait à propos de la magie. Etait-elle vraiment une bonne chose pour le royaume ?! Et si jamais le fantôme de l’ancien roi de Camelot n’était pas le seul libre sur les terres des vivants ?! Eh si il y allait avoir d’autre fantôme encore moins sympathique que feu Uther ? C’était la magie qui les avait réveillés. Il n’y avait que cette option. Le blondinet ne voyait rien d’autre. Ce n’était tout simplement pas possible autrement. La magie était à l’origine de tout ça. Mais pourquoi ?! Et surtout qui ?! Qui avait libéré ses fantômes ?  Le jeune homme aurait bien posé la question à son paternel, mais il doutait qu’il connaisse la réponde. Alors, il se contenta d’observer cette larme tomber sur le sol.

Pourquoi ?! Comment se faisait-il que le fantôme de son père lui faisait tant d’effet que cela. Il n’était pas une personne faible normalement. Il avait apprit à contrôler ses émotions, à doser la dureté de sa voix comme sa douceur. Il avait connu des situations bien pires que celle là et pourtant, il était légèrement courbé, une main sur sa joue rouge et laissant échapper quelques larmes à intervalles tout simplement irrégulier. Et puis, le contact que provoqua la main de son épouse sur son bras fit entrer en lui une étrange chaleur. Un sentiment de confiance remontait en lui. Ses yeux brillaient de reconnaissance envers cette femme qui le soutenait quelque soit les épreuves.  Le jeune roi se nourri alors de la présence de sa Guenièvre auprès de lui. Il avait besoin de reprendre confiance. Besoin de retrouver qui il était. Il ne devait pas se laisser abattre parce que son père se présentait à lui encore une fois sous la forme d’un fantôme. Ce fantôme qui n’était pas son père. Son père était mort et avait été enterré avec tous les hommages dus à son rang. Arthur savait que jamais son père ne l’aurait frappé comme le fantôme venait de le faire. Cette silhouette qui avait le visage déformé par la rage. Mais Arthur comme Guenièvre n’avait rien à se reprocher. Ils étaient de bons souverains et Camelot n’avait jamais été aussi bien depuis un bout de temps. La paix semblait être revenue sur le royaume D’Arthur et les habitants du pays ne devaient cela qu’à leur Roi actuel et à ses alliés. Feu Uther Pendragon n’avait rien avoir avec cette paix méritée. Lui qui avait passé sa vie à combattre la magie par tous les moyens possible, n’ayant aucune hésitation à tuer des familles entières. Qui était donc le plus pathétique des deux ?! Qui décevait qui ?! Qui avait déçu le peuple ? Qui devrait avoir honte d’avoir fait tuer des tas d’innocents. Sûrement pas Arthur. Surement pas le blondinet qui avait tout fait pour rétablir la paix au sein de Camelot. Et, tout le monde pouvait dire qu’il avait réussit. Même ceux qui n’aimaient pas le jeune Pendragon devait le dire. C’était une évidence incontestable !

Et puis, la douce voix de Guenièvre, pas si douce que ça à ce moment là, mais d’ordinaire si rassurante, s’éleva dans les airs. Elle se tenait à côté d’Arthur et ce dernier ne pouvait qu’être fier d’elle. Fier de la Reine qu’elle était devenue. Tout simplement fier de l’avoir épousé. Et puis, l’homme blond était loin de pensé que ces paroles là auraient un jour pus lui faire plus plaisir. Il était vrai que son épouse montrait son désaccord avec la manière dont Uther Pendragon avait gouverné le royaume. Elle lui expliqua clairement que son fils était beaucoup plus doué pour régner que ne l’avait été son père. Oui. Il était clair qu’Uther devrait être fier de son fils. Le jeune roi avait beaucoup fait évoluer le royaume. Autant que lui avait mûrit depuis la mort de son père. Mais, ce dernier ne semblait pas en accord avec les paroles de sa belle-fille. La face défiguré par la haine, il attrapa rapidement l’ancienne servante au bras.  Mais, Arthur réagit aussitôt. Son épée se retrouva rapidement pointer contre le fantôme de son père. Son visage était impassible. Il n’avait aucune espèce d’idée si son épée était efficace contre son père, mais n’empêche qu’il n’hésiterait pas à lui couper la tête (ou tenter de lui couper la tête) s’il tentait de faire du mal à son épouse. Il n’aurait aucun scrupule. Cet homme qui se trouvait devant le couple Pendragon n’était pas Uther Pendragon. Ce n’était pas possible. Le visage toujours impassible, il était cependant possible de voir une pointe de colère dans les yeux du jeune souverain. Il prit alors la parole, d’une voix qu’il n’aurait jamais crue possible un jour. Une vois dure qui ne laissait pas place à la moindre protestation.

« Lâchez-là ! Maintenant ! »

Le fantôme lâcha Guenièvre plus pars surprise par rapport à son fils que par obéissance. Mais, au moins, il l’avait lâché. C’était une bonne chose. Le fantôme se concentra sur le souverain de Camelot et d’un air frustré prit la parole.

« Comment oses-tu Arthur ! Comment oses-tu parler à ton père, à ton roi de cet.. »

« Vous n’êtes pas mon père ! Mon père était un homme d’honneur ! Vous n’êtes qu’un fantôme relâcher parce je ne sais quelle magie. Vous ne devrez même pas être là ! »

Il se retourna alors vers son épouse et lui prit le bras. Il était temps de partir. Ils devaient en profiter pendant que le fantôme d’Uther se remettait des paroles que lui avait déballées son fils. Il prit Guenièvre par la main et se dirigea vers le chemin le plus court pour rentrer au château. Ils devaient rentrer au château et tenter de trouver un moyen pour mettre fin aux vagabondages des fantômes. A moins qu’ils ne tombent sur un autre spectre sur le chemin du retour. Et puis, surement que le fantôme qu’il avait laissé en plant plus profondément dans la forêt n’allait pas abandonné là. Non. Ce serait mal le connaître.


bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   Ven 13 Déc - 14:21

Comment Uther Pendragon pouvait bien se trouver là devant eux, Guenièvre n'en avait vraiment aucune idée. Elle ne comprenait pas ce qui se passait et la raison de cette présence. Elle savait bien que l'homme avait réussit à revenir une fois, mais les choses avaient été faite pour que cela ne soit plus possible. Cela ne pouvait venir que de la magie, comment un mort pourrait revenir autrement. La reine s'inquiétait donc énormément, mais pas simplement pour la présence de son beau-père. L'homme n'était pas des plus agréable à côtoyer, surtout qu'il montrait bien son désaccord comme d'habitude, mais d'autres morts allaient peut-être revenir. Uther Pendragon n'était pas le pire de ceux qui se trouvait dans l'autre monde, il y avait des ennemis de Camelot qui n'hésiteraient sans doute pas à revenir également. Enfin, Guenièvre espérait au fond d'elle que son beau-père était le seul « mort » à se trouver ici, que d'autre ne reviendrait pas. Pour le moment, l'homme était là devant eux et il était leur seule préoccupation.

Uther Pendragon n'était pas serein, il était tellement en colère qu'il frappa même son fils. Guenièvre n'eut aucun mal à voir que cela avait affecté son époux, qu'Arthur était perturbé par cette rencontre avec son père. C'était normal, l'homme était censé être mort et il revenait maintenant, faisant sortir sa colère. La femme ne tarda pas à se poser près de son époux, posant une main sur son bras et s'adressant à Uther. Elle ne pouvait pas laisser l'homme, ou le fantôme dans le cas présent, s'en prendre à Arthur qui était un bien meilleur roi qu'il ne l'avait été autrefois. Les deux époux n'avaient pas à avoir honte de s'aimer, même s'ils n'étaient pas né dans le même milieu social. Guenièvre annonça au fantôme ce qu'elle pensait, expliquant qu'il devait être fier de son fils. C'était le cas, Arthur était un roi merveilleux pour Camelot. Le royaume n'aurait pas pu espérer mieux comme roi, il était bon et le peuple pouvait compter sur lui. Malheureusement, Uther ne semblait pas apprécier le ton que la femme employa envers lui. En même temps, ce n'était guère étonnant puisqu'il la considérait encore comme une servante. Quand elle en était une encore, jamais elle n'aurait osé parler de la sorte à l'ancien roi au risque de finir au cachot. Mais aujourd'hui, elle n'était plus une simple servante, elle était l'épouse d'Arthur et se devait de le soutenir dans toutes les épreuves.

Uther eut une réaction plutôt violente en attrapant le bras de Guenièvre, lui faisant mal au passage. La femme retint un cri, mais ne cacha pas la grimace qui apparu sur son visage. Arthur réagit au quart de tour en sortant son épée pour la pointer contre le fantôme. La reine tourna son regard vers son époux, qui montrait un visage impartial, mais une pointe de colère se trouvait dans ses yeux. Guenièvre n'aimait pas voir son mari pointer ainsi une arme sur son père, qui n'était pas vraiment son père au final, même pour la défendre. Cependant, elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir rassuré et surtout touchée. Il demanda d'une voix dur à l'esprit de la lâcher, ce qu'il fit sans tarder. Rapidement, Guenièvre se décala donc afin de se positionner derrière son époux. L'échange de parole entre les deux hommes fut très rapidement avant qu'Arthur n'attrapa la main de son épouse pour ensuite prendre la direction du château. Il était temps de rentrer et ils le faisaient d'un pas rapide.

La femme se sentait coupable, ce n'était pas de sa faute si le fantôme d'Uther avait décidé de venir, mais c'était elle qui avait décidé de cette soirée en forêt. Ils auraient mieux fait de rester au château, ils auraient été bien mieux là bas. En tout cas, Guenièvre espérait qu'ils allaient pouvoir rentrer sans encombre. Mais pour cela, il fallait que le fantôme de l'ancien roi lâche l'affaire, ce qui ne serait sans doute pas le cas. Il avait déjà tenté de tuer Guenièvre, il recommencerait sans doute. Mais cette fois-ci, elle n'était pas seule. La femme ne disait rien pendant le retour vers le château, elle se contentait d'avancer le plus vite possible. De la fumée sortait de sa bouche à chaque fois qu'elle expirait l'air de ses poumons, la soirée s'avérait assez fraîche pour la saison. Alors qu'ils continuaient d'avancer, Guenièvre sentit quelque chose s'accrocher à sa cheville. C'était une branche d'arbre souple qui venait de s'enrouler autour de sa jambe, sans doute par magie, et qui ne semblait pas vouloir s'arrêter là. La branche la tira en arrière, la faisant tomber et donc lâcher la main d'Arthur avant de la traîner sur le sol. Guenièvre ne savait pas combien de temps elle se fit traîner comme cela avant qu'enfin ça s'arrête, parce que la branche venait d'être coupé. Une silhouette tenant une épée se trouvait juste à ses côtés, mais ce n'était pas Arthur. La nuit l'empêchée de le voir correctement, mais la reine n'eut aucun mal à le reconnaître. Cet homme n'était autre que Lancelot, une personne morte également.


[J'espère que ça te vas, je suis pas très fière de moi   ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   Lun 27 Jan - 19:02

Quand le passe vous rattrape...

Arthur était devenu une boule de colère et de rage. Il bouillonnait intérieurement et ne se retennait d'exploser par simple respect pour son épouse. Guenièvre l'avait surement déjà vu dans des situations peu avantageuse voire même pas du tout avantageuse, mais là, ce n'était pas le moment de craquer. Il se retenait aussi de dire que si elle n'avait pas eut l'idée de fêter cette stupide fête des morts, rien de tout ça ne serait arrivé. Oui, si ils avaient passé la soirée au château en compagnie des autres chevaliers pour festoyer, rien de tout cela ne serait arriver. Arthur ne se serait jamais retrouver devant le fantôme de son père. Il n'aurait jamais eut à faire ce qu'il avait fait. Action de colère qu'il ne regrétait en rien du tout. Non, il  n'avait eu aucun scrupule à pointer son arme aiguisée contre son père. Il l'avait fait pour protéger son épouse. Un acte de défense tout à fait légitime selon lui. Mais un acte qui demandait aussi un certain courage. Il n'était pas aisé en effet de  pointer une arme sur son paternel. Qu'il soit un fantôme ou un être fait de chair. Ce n'était pas l'ordre naturel des choses selon le jeune homme. Enfin, les fantômes n'étaient pas naturel tout court de toute façon. Mais quand même. Le simple fait d'avoir menacé son père restait tout de même inhabituel pour lui et même s'il ne comptait pas regretté son geste, il savait que cela l'embêterait un peu. Une fois cette soirée pleine de rebondissement terminé. Enfin, il n'en était pas encore là, il devait tout d'abord rejoindre le château ou Guenièvre serait en sécurité. A moins que Uther n'ai l'idée de les suivres. Dans ce càs là, le jeune homme trouverait une alternative. Oui, il ne manquait pas d'idée militaire pour garder sa femme en sécurité et même s'il avait penser la menace fantôme à jamais éteinte, par naïveté surement ou confiance, Arthur réfléchissait déjà à bon nombre de moyens de cacher son épouse de la violence du fantôme paternel.

Respirant fortement, Arthur faisait entrer par grande bouffé d'air fraîs toute la vitalité et la force dont il avait besoin. Ce froid qui commençait aussi à se faire durement sentir le faisait peu à peu augmenter l'allure. Guenièvre, quelques pas derrière lui, ne le laissait pas prendre de l'avance et le suivait avec courage. Elle ne disait mot. Comme lui, elle semblait être devenue muette. Se sentait-elle coupable ?! Après, même si elle avait eut l'idée de se dîner au clair de lune, jamais elle n'aurait pu savoir qu'un fantôme surgirait de nul part pour tout gâcher. Non, ce n'était pas de sa faute. Et Arthur arrivait à penser clairement grâce cet air frais qui lui rafraîchissait le cerveau et lui permettait de ne pas être envahit par la colère et la rage. Par ce que si jamais il ne parvenait plus à se contrôler, cela pourrait surement mal se terminer. Pour lui. Tout d'abord, parce qu'il risquait de mettre sa vie en danger. Et puis aussi pour son épouse. Oui, il devait d'ailleurs penser à sa sécurité à elle avant de penser à la sienne. Non pas qu'il ne la pensait pas capable de se battre. Non, elle lui avait déjà montré qu'elle était une femme forte sachant manier l'épée quand la situation l'exigeait. Il n'avait aucun doute la dessus. Mais, n'était-ce pas son rôle de mari de protéger son épouse ?! Si. Evidemment que si. Et Arthur comptait le remplir entièrement. S'il n'était pas toujours capable de montrer ses sentiments comme bien d'autre arrivaient à le faire, il arrivait à remplir quelques case du contrat. Et protéger sa moitié faisait partit de ses capacitées. Alors, pour ne pas les mettre à exécutions ?! Donc, convaincus qu'il faisait la bonne chose, il se dirigeait d'une pas rapide vers le château. D'ici quelques centaines de mètres, le couple royal se retrouvait hors de la forêt et il pourrait rejoindre le château sans trop de soucis. Enfin, cela, c'était ce qu'avait prévus le blondinet. Il était évident que cela ne se passerait pas comme ça et donc naturellement, il restait continuellement en alerte.

Sentant la main de Guenièvre s'échapper de la sienne, Arthur fit rapidement volt face, analysan la situation. Pour une fois qu'il réfléchissait un minimum avant d'agir, voilà que sa femme s'était envolée. Poussant un grognement le blondinet remarqua un étrange passage plein de feuilles retournés. Sûr et certain que c'était de se côté là que sa femme avait disparue, l'homme se jeta dans la végétation à la recherche de celle qu'il aimait. Faisait taire sa frustration et son angoisse, Arthur laissa son entraînement militaire prendre le dessus. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il croisa le regard de son ancier fidèle chevalier Lancelot. Mais. Il était mort lui aussi. Clairement. Arthur en était certain. Il se souvenait très bien de cette journée ou tout les chevaliers s'étaient regroupés dans la cour du château pour faire un adieu à ce valeureux soldat. Surveillant du coin de l'oeil ce nouveau revenant, le roi se précipita auprès de Guenièvre.

« Vous allez bien ?! Que s'est-il passé ?! J'ai sentie votre main s'échapper mais. Je n'ai rien entendu d'autre !! »

Aidant alors son épouse à se relevé, Arthur jugea un instant des intentions de l'homme en face de lui. Il semblait tout aussi inquiet pour Guenièvre qu'Arthur pouvait l'être. Croyant savoir ce qu'avait fait le fantôme pour son épouse, le jeune homme lui addressa un regard reconnaissait.

« Merci à vous Lancelot. J'aimerais bien discuter avec vous quelques instants, mais, je craint que cela ne soit pas le bon moment. »

Saluant le défunt chevalier, le roi de Camelot prit sa femme par la main, encore une fois et ne comptait pas la lâcher cette fois. Lancelot s'était placé devant lui, lui barrant du même coup la route. Un air surpri passa sur le visage d'Arthur puis, l'on pu y lire de la reconnaissaisse lorsque l'ancien chevalier s'expliqua.

« Je le retiendrais pour vous Sire. Il ne passera pas, je vous en fait la promesse! »

Le spectre s'inclina alors devant son roi et s'en alla en direction de l'endroit ou le couple royale avait laissé Uther Pendragon en plant. Revenant doucement de sa surprise, Arthur adressa un sourire rassurant à son épouse et lui murmurant quelque chose avant de reprendre le chemin du château, ne la laissant plus derrière lui. Il avait trop peur qu'elle ne retombe dans un piège de son père.

« Nous y sommes bientôt ! »


[Désolée, c'est pas top non plus :S Je te laisse conclure si tu veux ! Wink]

bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   Dim 2 Fév - 22:24

Plus le temps passé, plus Guenièvre s’en voulait d’avoir entrainé Arthur dans cette forêt pour la soirée. Ce n’était vraiment pas une bonne idée, mais elle ne pouvait pas savoir que le fantôme d’Uther Pendragon allait faire son apparition. Si elle avait été au courant, bien sûr qu’elle n’aurait jamais demandé à son époux d’aller manger un diner à la belle étoile, ils seraient restés bien tranquillement au château. Enfin, la reine pouvait bien s’en vouloir pour le moment, elle avait d’autre chose en tête. Quand elle se sentit partir, et quitter ainsi Arthur, elle crut vraiment que c’était la fin. Elle savait bien que c’était son beau-père qui était à l’origine de cette branche d’arbre qui s’était enroulée autour de sa cheville et qui l’éloignée de son époux. Elle ne savait pas combien de temps ce trajet dura avant qu’elle soit arrêtée, par l’intervention de Lancelot. Le regard de Guenièvre ne quitta pas le corps de l’homme, qui semblait bien plus vivant qu’il ne devait l’être. La souveraine ne comprenait décidément plus rien aux événements de la soirée, elle n’arrivait pas à cerner pourquoi les morts revenaient comme cela. Le moment précédent l’arrivé d’Arthur sembla durer une éternité pour la femme, qui ne quittait pas le regard de Lancelot. L’homme, normalement mort, se tenait vraiment devant elle en train de l’observer. Guenièvre tourna vivement sa tête vers son époux quand il arriva, lui demandant immédiatement comment elle allait.

« Je vais bien, une branche s’est enroulée autour de ma cheville. »

Guenièvre avait répondu à son époux alors que ce dernier l’aidait à se relever. Elle allait bien en effet et aurait sans doute seulement quelques bleus sur son corps dans les heures suivantes. Sa tenue ne ressemblait plus vraiment à quelque chose et ses cheveux étaient remplit de petite branche et de feuille. Mais elle allait bien, elle n’était pas blessé, ce qui était le plus important. Cela, grâce à Lancelot. La reine ne savait pas combien de temps cette branche l’aurait tiré si Lancelot n’était pas intervenue pour la sauver. Elle lui devait une fière chandelle, comme bien souvent en réalité. Le chevalier avait toujours été présent lors de son vivant pour elle, ou presque toujours. Tellement de souvenir revenait à l’esprit de Guenièvre alors qu’Arthur jugeait le spectre. Il sembla se rendre compte que l’homme n’avait aucune mauvaise intention envers eux puisqu’il le remercia, ce qui tira un sourire à la souveraine. Il y avait des moments comme cela où la femme se disait qu’elle aimait encore plus son époux, si seulement c’était une chose possible. Guenièvre adressa un sourire au chevalier quand Arthur lui attrapa la main. Elle sera fortement la sienne, ne voulant plus la quitter avant au moins qu’ils arrivent au château. La femme eut cependant un moment de doute quand Lancelot se mit sur leur chemin, les empêchant de passer visiblement. Ce doute s’échappa rapidement quand elle entendit ses paroles, il allait de nouveau leur venir en aide. Guenièvre salua Lancelot avant qu’il ne s’engage vers l’endroit où se trouvait le spectre d’Uther. La femme tourna enfin son regard vers son époux, rassurée de l’avoir à ses côtés. Ils devaient rentrer, elle le savait bien. Les paroles de l’homme la rassurèrent encore plus, elle espérait bien qu’ils seraient bientôt de retour au château.

Les deux souverains reprirent donc le chemin vers la citée, ne ralentissant pas le rythme. Ils devaient rentrer le plus vite possible afin d’éviter d’avoir de nouveau des ennuis avec les spectres. Guenièvre se doutait bien qu’Uther et Lancelot n’étaient pas les seuls morts de retour et elle priait pour que Morgane ne soit pas avec eux. Elle espérait également qu’ils n’allaient pas rester dans leur monde éternellement. Enfin, elle aurait sans doute des réponses à ses doutes une fois au château, sans doute en s’entretenant avec Gaïus. Cet homme savait tellement de chose sur le monde, c’était impressionnant. Arthur et Guenièvre parvinrent à rejoindre la citée sans plus d’encombre, sans avoir un seul instant séparé leurs mains. La femme soupira de soulagement une fois qu’ils eurent passés les portes du château. Ils allaient pouvoir se reposer maintenant et n’allaient sans doute plus jamais passer une nuit ainsi dehors.


[Je ferme et nous ajoute nos points Merci pour ce rp ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit de toute les surprises (Arthur) [Event]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Première nuit au Narcisse
» ARTHUR RACKHAM (1867-1939)
» La nuit réserve bien des surprises [Bizutage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-