Partagez | .
 

 Savourons cet instant qui ne durera pas [event]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Sam 2 Nov - 2:03

Trop de temps dans les eaux du lac avait fait perdre à Freya la notion du temps. Seules les saisons étaient à présent un indice pour se situer dans l'année. Mais après tout, à quoi cela lui servait-il ? Elle ne faisait que nager à longueur de journée et de nuit dans les eaux profondes, se laissant porter par les courants d'Avalon. Elle n'avait pas de but temporel à sa vie. Avait-elle d'ailleurs seulement un but réel à sa vie, qui n'était en plus plus vraiment une vie ? Elle se contentait de continuer à respirer, puisque de toute façon elle n'en avait pas le choix, attendant d'éventuelles visites qui pouvaient s'espacer de plusieurs semaines parfois. La dernière en date était celle de la reine Guenièvre et elle s'était soldée par une plus forte envie encore de retrouver sa liberté, de renaître complètement à la vie, de fouler le sol de la forêt et de respirer autre chose que les légères bulles d'air du lac. Dans cette absence de repères temporels, Freya notait tout de même certains événements généraux qui pouvaient être des sources d'informations supplémentaires aux changements de saisons et de paysages, sans aucune certitudes cependant.

Ce soir là, alors que la nuit venait de tomber, elle sentit une tension inhabituelle peser sur la forêt de Brocéliande, une tension des plus magiques dont la jeune druide se doutait de la provenance. Si elle ne se trompait pas, elle avait elle même engendré cette sensation en honorant les morts avec le reste de sa communauté, lorsqu'elle était encore libre, du lac comme de sa malédiction. Et il était un moment bien particulier pour faire cette commémoration bien spéciale : la nuit d'Halloween, celle où le voile entre le monde des morts et celui des vivants se trouvait le plus fin et le plus fragile. Face à cette atmosphère pesante, il était presque certain que Freya ne recevrait pas de visite ce soir, aussi se lova t-elle contre le tronc immergé d'un arbre, triste de ne pas pouvoir elle aussi honorer les morts de sa vie dans la façon traditionnelle des druides et non pas seulement par la pensée. La nostalgie s'emparait d'elle petit à petit. Son frère, ses parents lui manquait, et elle avait une peur monstre que tous ceux qu'elle avait tué lorsqu'elle était possédait ne viennent la hanter cette nuit. Cependant, rien de tout cela n'arriva, bien au contraire.

Ce fut le monde des vivants qui la rappela à lui, sans qu'elle ne comprenne vraiment ce qu'il se passait. Son corps fut happé vers la surface et elle put enfin sortir de l'eau autre chose que ses mains, chose qu'elle attendait depuis tellement de temps mais dont elle n'osait même plus rêver. Et pourtant... ! Les choses alors se succédèrent très vite. Ses pieds foulèrent le sol avec timidité, ses jambes encore fragiles par l'inactivité flageolant sous son poids. Elle respirait enfin réellement. En ce soir d'automne et d'Halloween, ses semblables semblaient lui avoir rendu la vie. C'était incompréhensible et impensable, mais Freya voulait y croire, tellement fort... Il lui fallut un temps d'adaptation pour réapprendre à respirer sereinement, pour se réapproprier son corps qui n'avait fait que flotter et nager pendant plusieurs années, mais l'impatience lui fit prendre le chemin de la cité de Camelot alors qu'elle se sentait encore légèrement faible. Elle ne voulait pas perdre une seconde pour rejoindre Merlin, il lui avait tellement manqué. Une fois devant les portes du château, essoufflée par tant d'efforts pour un corps en plein réveil, les gardes stoppèrent son élan.

- On ne t'a jamais vu par ici jeune mendiante, que veux-tu ?

Il fallait avouer que ses vêtements étaient encore imbibés de l'eau du lac et que ses pieds nus étaient recouverts de terres, mais face à cette remarque, le retour à la civilisation, après tant de temps, était tout de même bien violent.

- Bonsoir, excusez moi de me présenter à vos portes à cette heure aussi tardive, mais serait-il possible de prévenir Merlin, le serviteur du roi Arthur, de ma présence ?

Après un court instant d'hésitation, l'un des gardes se décida enfin à prendre le chemin du château, laissant Freya sous la garde de ses collègues. La jeune druide tout nouvellement revenue à la vie n'était maintenant plus qu'à quelques minutes de revoir le visage de son premier et seul amour. Elle ne voulait que savourer cet instant et faire fi de son incrédulité.


Dernière édition par Freya le Sam 2 Nov - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Sam 2 Nov - 7:35

    C'était la veille de la Samain, l'Halloween de nos jours. C'était le moment de l'année où le voile entre le monde visible et invisible était mince et fragile. Au temps où l'Ancienne Religion était pratiquée ouvertement, les Grandes Prêtresses et Prêtres se réunissaient sur l'Île Fortunée pour offrir une vie humaine et permettre au Dorocha, la représentation visuelle des morts, d'errer sur Terre. Ils étaient innombrables et mortels pour les êtres qui ne possédaient pas de pouvoirs magiques. C'est grâce à ma magie que j'ai survécu à son touché. L'année précédente, c'était Morgane qui a relâché cette ombre en offrant sa demi-sœur, Morgause, en sacrifice et c'est Sire Lancelot, un Chevalier de Camelot, qui s'est sacrifié en retour pour la renvoyer dans son monde. Nous lui devions tous la vie. Jamais je ne l'oublierai. Un banquet était donné aujourd'hui au Château de Pendragon à Camelot. À minuit tapant, le Roi Arthur allait faire un discours pour qu'ensuite tous envoient leurs pensées aux morts. La Samain servait à rendre hommage aux personnes décédées, les êtres chers, les personnes de mêmes groupes comme les sorciers, les Seigneurs des Dragons, les Druides, autres êtres magiques, les combattants, ceux qui se sont battu pour leur liberté et leur droits, tous.

    Alors que j'arpentais les tables placées dans la salle du trône du château pour la réception, je portais une pensée dans mon cœur envers toutes les personnes décédées qui ont marqué ma vie. Il y avait mon meilleur ami d'enfance à Ealdor, William ou Will, la première personne à avoir découvert mon pouvoir. Ensuite, il y avait mon premier et seul amour, Freya, la Dame du Lac d'Avalon, un esprit bienfaisant. Elle était la seule personne que j'ai vraiment aimé et que j'aimerais toujours, je crois, autant comme mon Roi aimait sa Reine. De plus, il y avait mon paternel, Balinor. Il était Seigneur des Dragons, je ne l'avais jamais rencontré. Je ne l'ai vu qu'une seule fois et c'était lorsque le Grand Dragon a attaqué le royaume de Camelot en signe de vengeance pour ce qu'Uther lui a fait. Il est mort dans mes bras sur le chemin du retour pour le château, de ce fait, me transmettant le don immémorial de Seigneur des Dragons. Il ne fallait surtout pas oublier ces hommes détenteurs de ce pouvoir qui sont morts aux mains d'Uther lors de la Grande Purge. Je faisais partie de leur groupe maintenant, j'étais leur dernier représentant. Il y avait aussi les sorciers, sorcières et Druides, tous des êtres magiques comme moi qui sont morts simplement parce qu'ils étaient magiques ou bien, car ils se sont battus pour leur liberté. Il y avait les Dragons, mes frères et sœurs par l'âme, ceux que je protégeais. Les Chevaliers qui se battaient pour leur royaumes faisaient partie de mes pensée et même pour finir, le prédécesseur d'Arthur, son père, le Roi Uther Pendragon. Je n'ai jamais haï l'ancien seigneur de Camelot. Je n'approuvais pas de ses méthodes, mais je ne voulais pas sa mort. Il a été blessé par la magie, il a perdu un être cher, sa femme, la mère d'Arthur, la Dame Igraine.

    J'écoutais à moitié ce qu'Arthur racontait, trop occupé à faire mon travail de serviteur. Je servais les invités et leur donnait tout ce dont ils désiraient parce que tel était ma tâche. Ce que je ne savais pas c'était que Freya, cette même Dame du Lac qui occupait mes pensées, étaient présente à Camelot. Elle marchait, bougeait, respirait... elle était bel et bien en vie. Tout comme la dernière fois que je l'ai vu. C'était il y a trois ans. Je l'ai libéré d'une cage appartenant à un chasseur de prime, Halig. Je l'ai caché dans les sous-sols du château et y rendait visite. Arthur était encore prince à ce moment-là. Nous avions apprit à nous connaître les deux jours passés. Je me sentais moi-même en présence de Freya. C'était comme si je n'avais pas besoin de cacher qui j'étais, prétendre être quelqu'un que je n'étais pas. Je pouvais respirer et relaxer lorsque j'étais avec elle. Elle était douce, attentionnée... Je n'avais jamais rencontré quelqu'un comme elle. Je n'ai pas pu m'empêcher de tomber amoureux d'elle. J'ai découvert qu'elle était maudite. Elle se transformait en bastet à miniuit chaque soir pour tuer des êtres humains pour toujours. Bien qu'elle était maudite, cela ne changeait pas le fait que j'aimais la personne qu'elle était. Elle n'était pas méchante pour autant malgré sa condition.

    C'est au même moment qu'un garde entra dans la salle du trône pour se frayer un chemin vers son Roi et lui dire que quelqu'un demandait ma présence. Je me stoppa net dans mon mouvement pour observer la scène avec incrédulité. Je me demandais ce qu'il pouvait bien se passer. Pourquoi un garde avait fait éruption dans la salle du trône? J'eu la réponse à ma question lorsque Arthur se tourna vers moi pour me dire de suivre le garde. J'offris un léger hochement de tête et déposa ma cruche de vin sur la table pour suivre le garde vers la source de cette soudaine interruption des festivités.


Dernière édition par Merlin le Dim 6 Avr - 9:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Lun 4 Nov - 21:17

Freya avait attendu et espéré ce moment pendant tellement de temps, jusqu'à en perdre le compte des jours, des semaines et des mois. Elle ne se souvenait plus exactement depuis combien de temps elle avait été livrée au lac d'Avalon, ce dernier faisant d'elle sa gardienne et l’empêchant ainsi d'ouvrir les portes du monde des morts, mais ne lui permettant plus pour autant d'appartenir à celui des vivants. Tout ce dont elle était sure c'était que le monde autour d'elle avait suivit son cours et que les événements s'étaient enchaînés les uns après les autres sans qu'elle ne puisse réellement interagir avec aucun d'entre eux. Elle n'avait que l'unique satisfaction d'avoir livré Escalibur à Merlin lorsqu'il en avait le plus besoin, alors que Morgane s’apprêtait à mettre fin aux jours du bien-aimé roi de Camelot, Arthur. Aujourd'hui, en cet instant précis, alors que son corps tout entier se réadaptait au contact de l'air et non plus de l'eau, elle sentait qu'elle pourrait enfin aider concrètement à l'écriture de l'histoire. Une sensation qui, elle ne s'en doutait pas le moins du monde, mourrait aux premiers rayons du soleil, lorsqu'elle serait ramené jusqu'à son lac, sans grand ménagement.

Le chemin vers les portes de la cité de Camelot fut sans doute des plus ardus, mais Freya ne portait que très peu d'attention à son corps encore faible. Tout ce qu'elle souhaitait c'était revoir Merlin, en chair et en os, et se sentir alors pleinement vivante. Mais lui, voulait-il seulement la revoir ? Il n'avait pas été enfermé dans un lieu bien précis et quadrillé pendant plusieurs années, sa vie avait tranquillement suivit sa route et peut-être était-il passé à autre chose... Peut-être la jeune druide qu'il avait aidé et aimé n'était plus qu'un lointain souvenir dans son esprit... Freya secoua vivement la tête sous le regard incrédule des gardes. Ce n'était définitivement pas le moment d'avoir ces sombres pensées. Cela faisait plusieurs longues minutes que le garde était parti prévenir le serviteur du roi que quelqu'un l'attendait aux portes et Merlin se montrerait maintenant d'une minute à l'autre. La boule d'excitation et de crainte ne faisait que s’accroître dans le ventre de la Dame du Lac au fur et à mesure que les secondes défilaient. Qu'allait-elle bien pouvoir lui dire ? « Bonjour Merlin, je suis vivante ! » ? « Oh Merlin, comme tu m'as manqué, je suis enfin de retour ! » ? Devait-elle lui sauter dans les bras, devant tous ces gardes qui ne cessaient de lui jeter des regards curieux ?

Elle se sentait soudainement complètement perdue et en arrivait presque à regretter de s'être ainsi lancée vers la cité sans un seul instant de réflexion sur ce qui lui arrivait. Elle commençait à avoir froid, cette sensation qu'elle n'avait plus connue depuis le jour de sa mort. Elle avait froid et faim. Son corps lui réclamait des choses dont elle avait presque oublié le sens et auxquelles elle n'était plus sûre de savoir comment répondre. Tout cela ne faisait qu'alimenter le trouble qui l'habitait déjà et elle commençait à se dire qu'il serait plus sage de rebrousser chemin et de ne revenir que lorsqu'elle aurait concrètement compris ce qu'il se passait en cette nuit d'Halloween. Mais il était déjà trop tard pour cela, des rumeurs leur parvenaient de la cour, informant le retour du garde probablement accompagné du serviteur du roi. Lorsque Merlin apparut enfin dans son champ de vision, Freya ne put rien faire d'autre que de laisser couler quelques larmes sur ses joues, complètement tétanisée. Ce n'était pas possible, elle devait forcément rêver. Merlin, celui qui lui était venu en aide et qui lui avait redonné foi en elle même, celui qui lui avait pour la première et unique fois fait ressentir de l'amour véritable, là, devant elle, à quelques grandes enjambées. Son corps ne répondant plus, elle se contenta d'un sourire timide lorsque leurs regards se croisèrent enfin, les siens ne cessant de verser de petites perles d'eau qui roulaient en silence le long de ses joues. Grand dieu, ce qu'elle l'aimait !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Mar 5 Nov - 8:29

Je marchais silencieusement à la suite du garde de Camelot, me demandant pourquoi j'avais été demandé. J'étais attendu par quelqu'un qui m'avait manqué plus que tout au monde, Freya, la Dame du Lac d'Avalon. Il est vrai que ma vie a suivi son cours depuis sa mort. J'ai continué à protéger Arthur Pendragon du mieux que je pouvais pour qu'il puisse devenir ce Roi que le royaume de Camelot et Albion espérait tant. Cependant, je n'ai jamais oublié Freya. J'ai accepté le fait qu'elle soit décédée par Arthur et son épée lors de ma deuxième année à Camelot quand elle s'est transformée en bastet à minuit tapant. De la voir être mortellement blessée et surtout par la faute d'Arthur me blessa profondément, mais je n'en voulais pas à mon protégé. Il ne pouvait pas savoir qu'elle était humaine, mais maudite. Il ne pensait qu'à la sécurité de son royaume. J'aurais fais la même chose si j'aurais été à sa place. J'aurais voulu pouvoir la sauver pour qu'elle soit encore présente parmi nous aujourd'hui, mais elle m'a assuré que je l'avais déjà fait en lui prouvant qu'elle était aimée malgré sa condition. Elle m'a repayé en me donnant Excalibur, l'épée forgée dans le souffle d'un Dragon crée spécialement pour Arthur, lorsque Camelot en avait le plus de besoin. Peut-être que si elle ne serait pas décédée, elle n'aurait pas pu me donner cette épée. Je ne pouvais pas le savoir. Certaines choses arrivaient pour une raison inconnue. Seul le moment présent comptait.

Manger. La soif. La faim. La fatigue. Tout ce que Freya ressentait appartenait bel et bien aux organismes vivants sur Terre. Elle avait un corps de chair et d'os maintenant, mais pour combien de temps? Il fallait en profiter au maximum, car cet instant ne durerait pas pour toujours. Nous avions la chance de nous revoir un peu après tant d'années passées loin de l'autre. Cette marche dans les couloirs du château de Pendragon à Camelot jusqu'à l'entrée de la forteresse commençait à devenir lassante à la fin. Qu'est-ce que ce pouvait être long! C'est alors que nous arrivâmes à un tournant d'un couloir qui menait aux portes de la cité. Enfin, la fin du trajet approchait. Je connaissais les couloirs par cœur à force de les traverser pour servir Arthur, faire des commissions pour Gaius, aller voir le Dragon lorsqu'il était enchaîné dans une cave du château et à suivre Morgane Pendragon lorsqu'elle s'est retournée contre le règne Pendragon avec l'aide de sa demi-soeur, Morgause. Mais qu'est-ce qui pouvait bien m'attendre aux portes?

C'est alors qu'un visage se présenta à moi. Freya. Mon premier et unique amour. La seule personne que j'ai réellement aimé. Mais comment ce pouvait-il? Elle était... décédée. Elle était un esprit bienfaisant du Lac d'Avalon et non une humaine. Comment ce pouvait-il qu'elle ait un corps en chair et en os? La magie? L'œuvre de la nécromancie, comme l'a fait Morgane avec Sire Lancelot pour saboter le mariage du Roi Arthur et Genièvre? La nécromancie était l'art de ramener les morts dans le royaume des vivants. Ils sont à la merci de ceux qui l'ont ramener, ne devenant simplement l'ombre de soit même. Lorsque cette magie est utilisée, la plupart du temps, rien de bon n'en résulte. Était-elle l'ombre d'elle-même ou bien autre chose avait eut lieu ce soir qui a fait en sorte qu'elle soit vivante? Je ne pouvait être certain. À vrai dire, je n'avais aucune idée quoi penser. J'étais tellement heureux à l'idée de la voir là, en chair et en os, vivante, sous mes yeux, mais en même temps, c'était troublant, car les morts ne viennent pas du royaume invisible. Seul le temps me dira si elle était l'ombre d'elle-même.

Je pu remarquer quelques larmes coulant sur les joues de mon aimée. Elle devait être heureuse de me revoir elle aussi. Je pouvais le voir sur son visage et dans ses yeux. Elle semblait être tout aussi confuse que moi, mais je ne pouvais pas lui en vouloir. C'était tout à fait normal. Je lui fit un large et brillant sourire tout blanc comme un soleil en été, trop heureux pour parler. D'ailleurs, les mots n'auraient servi à rien, car je n'aurais pas su quoi lui dire. C'est alors que me mit à courir vers sa direction pour pouvoir la serrer dans mes bras comme si c'était la première fois que nous nous sommes rencontrés. Je souris à cette pensée, c'était la plus belle nuit de ma vie. J'avais rencontré quelqu'un d'extraordinaire que je n'oublierais jamais.

Freya! M'exclamais-je, heureux de la voir.


Dernière édition par Merlin le Mer 9 Avr - 3:55, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Lun 11 Nov - 1:01

Freya était à la limite de se détester. Pourquoi pleurait-elle au juste ? Elle ne voulait pas paraître faible. Elle n'était définitivement pas faible. Mais voilà que les larmes s'étaient mises à couler le long de ses joues sans qu'elle ne contrôle rien. Des larmes de joie sans doute, mais tous ces gardes qui l'entouraient n'étaient pas sensés le savoir et ils la prenait sans aucun doute pour une pauvre jeune femme sans défense. Si seulement ils savaient ce qu'elle avait causé par le passé... Non, il ne fallait pas qu'ils sachent. Personne ne devait plus voir en elle le monstre qu'elle avait été, personne... D'autant plus qu'il ne s'était pas manifesté cette nuit là et qu'elle n'en avait jamais ressenti les symptômes dans sa demi-mort. En même temps que les larmes coulaient le long de son visage, elle sentit ses épaules s'affaisser, comme si toute la tension qui s'y trouvait s'était envolée. Une tension qu'elle avait accumulé en marchant à pleine vitesse jusqu'aux portes de la citée de Camelot alors que son corps ne le lui permettait pas encore vraiment. Elle avait oublié comme la présence de Merlin lui faisait un bien fou et c'était avec plaisir qu'elle redécouvrait toutes ces petites facettes. Lorsqu'il vint vers elle, après une longue seconde où leurs regards avaient pétillé de bonheur et où leurs sourires s'étaient élargis sur leurs visages, Freya oublia l'embarras de ses larmes et tout le reste. Tout ce qui comptait en ce moment précis, c'était Merlin. Tout ce qui pouvait se passer autour d'eux s'estompa dans son champ de vision et plus rien n'eut plus d'importance lorsque les bras du sorcier l'enlacèrent enfin. Freya cala sa tête dans le creux de son cou, dans un éclat de rire de bonheur.

- Merlin ! Tu m'as tant manqué, dit-elle après quelques secondes, son souffle effleurant le cou du serviteur du roi.

Se redressant légèrement, elle déposa un baiser sur ses lèvres, se délectant de ce contact qui n'avait pas eu lieu depuis bien trop longtemps. Merlin et Freya ne s'était vus que le temps de deux journées, mais ce laps de temps avait suffi à voir naître un amour sincère. La jeune druide ne ferait de mal au sorcier pour rien au monde. Il avait tellement fait pour elle qu'elle avait même l'impression d'avoir une dette envers lui, dette qu'elle honorerait envers et contre tout. Malheureusement, elle ne put savourer pleinement ces instants de retrouvailles puisque ces derniers relevaient d'un phénomène des plus étrange. Était-elle réellement revenu à la vie ? Comment un tel exploit était-il possible ? Elle se posait tout un tas de question qu'elle ne pouvait retrancher au fin fond de son esprit et qu'elle voulait poser à Merlin. Peut-être pourrait-il lui apporter une réponse. Elle fit un petit pas en arrière, plongeant une nouvelle fois ses yeux dans ceux du sorcier pour qui son cœur pouvait enfin rebattre.

- Je crois qu'il se passe quelque chose Merlin. Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis là, sortie de mon lac après plusieurs années à y flotter, ni comment ça a pu être possible.

On sentait une légère pointe de panique dans sa voix. Freya avait peur de redisparaitre à tout moment ou encore que tout cela ne soit qu'un rêve d'une saisissante impression de réalité. Ce retour à la vie était trop soudain pour qu'elle se contente d'exploser de joie. Être auprès de Merlin était déjà bien suffisant pour le moment, en attendant de comprendre cette situation des plus étranges.

- On pourrait peut-être aller discuter dans un endroit au calme ? dit-elle en jetant un regard rapide aux gardes qui étaient soudainement réapparus dans son champs de vision et qui ne cessait de les regarder curieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Lun 18 Nov - 3:45

On aurait dit un rêve qui semblait si réel. Je sentais son toucher, je la sentais dans mes bras, mais ce contact... existait-il réellement? J'eu la réponse à ma question lorsque je sentis nos corps s'entre choquer lorsque j'ai enlacé Freya dans mes bras. Elle était bien revenue à la vie, mais pour combien de temps? J'avais peur qu'elle disparaisse à tout moment. Le plus étrange encore c'était qu'elle ne s'était pas transformée en bastet à minuit tapant comme lorsqu'Arthur lui a infligée une blessure fatale quelques années plus tôt. Elle était humaine maintenant, elle pouvait le faire, mais elle ne l'a pas fait. Pourquoi? Je suppose que Freya ne connaissait même pas la réponse à cette question. Elle n'était qu'en fait un esprit qui habitait le Lac d'Avalon. Je croyais que c'était sa nouvelle vie et lorsque nous nous sommes rencontrés c'était son ancienne. Comment expliquer qu'elle ne se soit pas transformée? C'était la réponse la plus logique à mon avis. Tout ce qui comptait en ce moment c'était Freya et rien d'autre. Elle était présente et j'allais en profiter au maximum.

Elle ne semblait pas être l'ombre d'elle-même. Peut-être était-ce un rituel de l'Ancienne Religion qui a fait en sorte de ramener les morts à la vie? C'était fort probable. J'ai vu la Cailleach, la gardienne du monde invisible, car j'en avais la puissance magique. C'était lorsque Morgane a libéré le Dorocha en offrant sa demi-sœur, Morgause, en sacrifice. Mais ce ne s'est pas reproduit cette année. Il y avait aussi la Corne de Cathbhadh, un outil que les pratiquants de l'Ancienne Religion utilisaient pour entrer dans le monde invisible et communiquer avec les morts. C'était dangereux et le Roi Arthur en a été victime par expérience en voulant parler à son prédécesseur, le Roi Uther. Il a libéré son fantôme dans le monde visible. Cependant, Freya n'était pas un esprit, je pouvais sentir son contact sur ma peau, ce qui me poussa à penser que c'était un rituel de l'Ancienne Religion. En fait, si, elle était un spectre, mais elle ne l'était pas en ce moment.

Merlin! Tu m'as tant manqué, me dit-elle après quelques secondes, son souffle effleurant mon cou lorsqu'elle a calé sa tête en son creux.

Ces paroles me ramenèrent à la réalité alors que j'étais perdu dans mes pensées pendant un moment, trop heureux pour parler, mais aussi encore sous le choc que Freya soit vivante. Le fait de sentir son contact et d'entendre sa voix confirma mes doutes sur cette question. Elle m'avait tant manqué aussi. Il n'y avait pas une journée que je ne pensais pas à elle. La Dame du Lac était toujours présente dans mes pensées. Chaque jour était comme une douleur à ne pas l'avoir près de moi, mais je comprenais que sa place n'était peut-être pas parmi les humains. Elle le savait qu'elle me manquait, je n'avais pas à le lui dire, mais je le fis quand même. Je voulais qu'elle le sache.

Tu m'as manqué aussi, Freya, répondis-je dans un murmure, hochant doucement la tête à la positive, la serrant dans mes bras. Je lui rendis son baiser sans aucune hésitation, me délectant de ce doux contact beaucoup trop loin dans ma mémoire. On aurait dit que j'avais oublié comment étaient les baisers de Freya tellement cela faisait longtemps. Je savais que Freya ne lui ferrait jamais de mal, intentionnellement du moins. Elle tenait beaucoup trop à moi pour me faire ce genre de chose. Le sentiment était réciproque. J'avais mes hypothèses à propos de comment elle était revenue à la vie. Mes années passées à protéger Camelot et Arthur m'ont beaucoup aidé à m'instruire sur la nature de la magie. C'était mon essence, ce dont j'étais constitué. La magie était pour moi aussi naturelle que respirer, mais je ne connaissais pas tout ce qu'il fallait savoir. Je pourrais peut-être l'aider, faire de mon mieux pour lui répondre. Ce phénomène était très étrange, il fallait l'avouer. C'est alors que je vis Freya se détacher de moi, faire un pas de recul, replongeant ses yeux dans les mien pour me faire part de ses inquiétudes. Je la laissai tout en gardant ses mains dans les miennes, soutenant son regard et lui répondis.

Je suis de ton avis. Les morts ne reviennent pas du monde invisible comme cela. Je dois t'avouer que je ne comprend non plus pourquoi tu es là.

Les gardes ne semblaient pas se souvenir de la druidesse, la bête maudite que leur Roi à combattu il y a de cela trois ans. Il fallait admettre que cela s'était produit il y a très longtemps, c'était loin derrière dans leur esprits. Je ne pouvais pas leur en vouloir. Ce n'était pas de leur faute et ils n'avaient rien à craindre. Freya ne ferrait rien contre le royaume. C'était du moins ce que je croyais, car elle savait que je tenais à Camelot et elle ne s'est pas transformée en bastet pour tuer des êtres humains. Je jetai un rapide coup d'œil en direction des gardes pour ensuite reposer mes yeux sur Freya.

Je suppose que nous pouvons aller discuter dans un endroit calme à l'abris des autres, dis-je avec un léger sourire.

C'est alors que l'endroit où nous avions fait connaissance elle et moi trois ans lors de ma deuxième année à Camelot apparut dans mon esprit. Je pensais que nous apprécierons peut-être d'y retourner. Beaucoup de merveilleux souvenir y étaient et je croyais que ce serait bien de se les remémorer. Mon sourire s'agrandit à cette pensée.

Et si nous retournons dans le sous-sol où nous avons fait connaissance toi et moi? Ce serait bien, non? Ajoutai-je après lui avoir dit que nous devrions aller dans un endroit calme à l'abris des autres.


Dernière édition par Merlin le Mer 9 Avr - 3:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Sam 23 Nov - 0:01

Freya savoura l'étreinte avec Merlin, collée tout contre lui. Elle avait tellement peur que tout cela ne soit qu'un mirage, qu'elle se réveille d'un mauvais rêve au fond de son lac et qu'elle augmente alors le volume de l'eau par ses larmes. Était-elle réellement revenue à la vie ? Si tout cela n'était que fabulations, le moins que l'on pouvait dire c'est que ce contact avec le monde – contact qu'elle n'avait plus eu depuis si longtemps maintenant – paraissait des plus réels et qu'elle ne se remettrait certainement pas d'un réveil brutal. Mais le corps de Merlin était bien là et son regard, son souffle, son être tout entier ne pouvait être plus réel. La situation n'en restait cependant pas moins étrange. Revenir ainsi à la vie, si tel était bien le cas, devait forcément avoir un prix, mais quel était-il alors ? Quelqu'un était-il mort pour qu'elle puisse respirer à nouveau ? Était-elle affublée d'une mission des plus funeste ? Elle devait forcément avoir des comptes à rendre à quelqu'un... Mais pour le moment, le plus important était de profiter de la présence de Merlin, cette présence qui lui avait manqué un peu plus à chacun de ses jours passés dans le lac. Et il allait peut-être pouvoir l'aider à comprendre et résoudre cette histoire de revenant dont elle était apparemment le centre en ce moment même. Était-elle la seule d'ailleurs ? Tant de question se bousculaient dans sa tête qu'elle eut un mal fou à y faire abstraction et à se concentrer uniquement et amoureusement sur Merlin. Mais n'axer sa pensée que sur une personne en particulier était bien difficile lorsqu'on était entouré de gardes qui ne se gênaient pas le moins du monde pour les observer dans des retrouvailles qui auraient tellement dues se faire dans l'intimité, aussi se détacha t-elle de l'étreinte une fois qu'elle eut posé ses lèvres sur celle du serviteur du roi. La discussion qu'ils allaient avoir à présent devait se faire au calme, d'autant plus que personne ne devait savoir qu'elle était « morte » une petite heure plus tôt encore, au risque de se faire emmener illico au pied du roi Arthur. La magie avait beau être de nouveau autorisée et acceptée dans le royaume de Camelot, le retour des êtres décédés n'en restait pas moins un sujet des plus délicats.

- Oui, retournons dans le sous sol, nous y serons parfaitement bien. J'ai tellement de bons souvenirs là bas, dit-elle en caressant la joue de Merlin.

Jetant un dernier regard aux gardes, Freya attrapa la main du serviteur du roi et entama le chemin vers le lieu qu'ils avaient choisi pour se retrouver et dans lequel ils étaient tombés amoureux l'un de l'autre. Mais avant d'entamer la conversation délicate de son retour soudain sur la terre ferme, elle voulait en savoir plus sur la vie actuelle de Merlin. Il avait dû se passer tellement de choses depuis qu'elle avait poussé son dernier souffle. Certaines de ses dernières ne lui étaient pas inconnues, comme la grande bataille qui avait presque causé la mort du roi de Camelot, mais elle devait en ignorer tellement d'autres. Tout en marchant elle plongea ses yeux dans ceux de celui qu'elle aimait si tendrement et si profondément.

- Comment vas-tu Merlin ? lui demanda t-elle dans un sourire. Racontes moi ta vie, je veux tout savoir.

Elle serra sa main sur ces dernières paroles, dans un geste de tendresse oui, mais aussi parce qu'ils n'étaient plus très loin de leur destination et qu'elle sentait qu'elle avait une peur bleu de la tournure que la conversation pourrait prendre. Et si Merlin lui annonçait très clairement qu'elle n'était pas vraiment là, que tout ça n'était qu'un mirage ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Ven 6 Déc - 10:16

La première loi de l'Ancienne Religion était claire et précise : Pour qu'une vie soit crée, une autre doit être prise. Est-ce qu'une vie humaine fut sacrifiée pour ramener les morts à la vie en cette nuit de la Samain, le jour des morts? J'en avais aucune idée, j'étais au château de Pendragon au moment où Freya est revenue à Camelot pour me rendre visite. Ce fut un choc de la voir et de la sentir si vivante. Ce n'en était pas pour le moins étrange. J'étais très heureux que la seule femme que j'ai aimé soit revenue, mais le fait qu'elle soit de chair et d'os une fois de plus me troublait. Et si la magie noire y était impliquée? J'espérais que ce ne soit pas le cas. La magie pouvait être utilisée à des fins plus ou moins sombres si son utilisateur le désirait. C'était les intentions en l'utilisant qui la définissait. Cela faisait maintenant trois ans que Freya n'était plus de ce monde et on aurait dit que bien plus longtemps s'est écoulé. Je craignais qu'elle disparaisse à tout moment pour ensuite me réveiller et réaliser que ce n'était qu'un simple long rêve qui semblait si réel. Je ne m'en remettrais pas si facilement de cette apparition si brutale.

Je pourrais certainement l'aider à comprendre ce qui se passait en ce moment cette nuit. La situation était très délicate. Les morts ne reviennent pas du monde invisible pour aucune raison. J'avais mes petites idées de ce qui se passait et j'espérais pouvoir les lui faire parvenir pour qu'elle ait une autre opinion en ce qui concernait cette histoire. L'éclairer était la moindre des choses que je puisse faire. Je ne pouvais pas la laisser dans l'ombre alors que peut-être ce que j'avais à lui dire pourrait l'aider. En plus, je tenais à elle et la voir ainsi troublée m'était insupportable. Jamais je ne me le pardonnerais. Cependant, il y avait les gardes qui étaient en effet très discret à nous observer. Je me sentais étrangement observé et le sentiment n'était pas très agréable. C'est alors que nous nous sommes entendu sur le fait que nous devrions aller dans un endroit calme et à l'abris des regards et oreilles indiscrètes. Freya s'est reculée et m'a répondu à propos de ma suggestion à retourner dans le sous-sol là où nous nous sommes rencontrés elle et moi. La réponse qu'elle m'a donné ne fit que m'arracher un large sourire.

D'accord, allons-y! Répondis-je sur un ton enthousiaste, profitant de sa main caressant ma joue. Je l'étais. Je l'étais vraiment. Ce serait comme si nous revivions ces moments ensemble comme si c'était la première fois même si je savais que c'était faux.

Freya jeta un dernier regard aux gardes qui étaient toujours près de nous et m'attrapa la main au passage, se dirigeant vers les sous-sol de Camelot pour pouvoir entretenir notre discussion ensemble. La chemin se fit très silencieux, nous tenant la mains, comme si nous voulions profiter de cet instant au maximum et comme si nous savions que les choses pouvaient très mal tourner. C'est après un moment que celle que j'aimais me demanda à propos de ma vie, qu'elle voulait tout savoir. Je ris doucement, tournant ma tête vers elle pour plonger mes yeux dans les siens aussi. Il y avait énormément de choses à savoir, je n'avais aucune idée par où commencer.

Je vais... bien, répondis-je marquant une pause hésitante entre mes mots. Beaucoup de choses ont eut lieu à Camelot qui ont changé ma vie. J'ai eu des hauts et des bas qui ont énormément servi à me guider dans mon cheminement à accomplir ma destinée. C'était difficile de choisir une réponse qui généraliserait tout ce que j'ai pu ressentir. Il y a tellement de chose qui ont eut lieu à Camelot. Je n'ai aucune idée par où commencer, ajoutai-je avec une faible rire nerveux. Je crois que tu ferais mieux de me demander ce que tu aimerais savoir.

Alors que nous marchions, je sentis sa main se resserrer sur la mienne avec anticipation. J'avais peur de la tournure de ce que prendrait la discussion. Et si tout ceci n'était pas réel, que ce n'était qu'une illusion que notre cerveau ce faisait parce qu'il voulait tellement revoir l'autre? Quelle déception ce serait...


Dernière édition par Merlin le Mer 9 Avr - 3:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Dim 15 Déc - 19:36

Freya était rassurée. Parce que la panique, qui s'était emparée d'elle lorsqu'elle s'était retrouvée en dehors de l'eau, pour la première fois depuis des années, s'était calmée à présent qu'elle se trouvait aux côtés de Merlin, mais aussi parce qu'ils s'éloignaient enfin de ces gardes qui ne cessaient de les regarder. Oui, elle était apparu devant eux trempée jusqu'aux os et pieds nus, telle une souillon ; oui elle leur avait demandé de prévenir le serviteur du roi lui même de sa présence ; et oui, ils s'étaient embrassées. Et alors ?! Elle ne savait pas ce qu'il se passait dans leurs vies pour qu'elles soient suffisamment ennuyeuses pour qu'ils ne soient pas un minimum capable de laisser aux autres une certaine intimité. Mais le problème était réglé puisque Merlin et elle se dirigeait enfin vers un endroit plus calme, celui où ils s'étaient rencontrés pour la première fois, main dans la main. La conversation qui allait y prendre place ne serait pas des plus agréable, elle le savait, mais il fallait qu'elle voit plus claire dans cette étrange situation. Quand bien même elle aurait voulu y croire, personne ne renaissait à la vie sans en payer un certain prix, c'était une vérité que tout le monde savait à présent que la magie était de nouveau autorisée dans le royaume de Camelot. Mais Freya avait peur de ce qui pourrait ressortir de cette conversation. Parce qu'elle ne voulait plus quitter cette main qu'elle tenait dans le creux de la sienne, jamais... En attendant d'arriver dans les sous sols et pour ne pas trop penser à l'issue de cette nuit d'octobre on ne peut plus froide, elle questionna Merlin sur sa vie, cette vie dans laquelle, malheureusement, elle n'avait pas pu se trouver.

- Je voudrais tout savoir, c'est bien ça le problème, répondit-elle dans un sourire. Elle se doutait bien qu'il s'était passé un nombre incalculable de choses à Camelot pendant qu'elle voguait paisiblement, mais tristement, dans les eaux du lac d'Avalon. Merlin avait dû être des plus occupés, dans son rôle de sorcier mais également dans celui de serviteur du roi, mais il y avait une chose dont elle était heureuse : il ne l'avait pas oublié malgré tout. Comment vont Gaïus, Arthur et Guenièvre ? Notre si cher souverain te mène encore la vie dure ? lui demanda t-elle dans un petit rire.

Freya fut parcouru d'un frisson. Il fallait dire qu'elle n'était pas bien couverte pour une nuit aussi froide mais ses pouvoirs de druide ne lui permettaient malheureusement pas de matérialiser des vêtements dans lesquels elle aurait pu se blottir. A la place, elle s'approcha davantage de Merlin, passant sa main au creux de son coude. Elle n'osait pas lui demander de lui prêter sa veste, c'était idiot. La relation qui les liait l'un à l'autre était légèrement... caduque, puisqu'elle n'avait duré que très peu de temps avant que Freya ne perde la vie. Elle aimait Merlin plus que tout, mais il y avait une part d'elle même qui ne savait pas encore véritablement comment se comporter avec lui. Ils avaient tant de choses à rattraper et à découvrir l'un de l'autre. Peut-être ferait-il un petit peu meilleur dans les cachots dans lesquels ils arrivaient à présent après tout. Les sous sols avaient beaux être un véritable labyrinthe, la jeune druide trouva sans aucun hésitation le chemin qui les mena au lieu de leur première rencontre. Une fois arrivée, elle se tourna vers Merlin, les yeux légèrement embués, par l'émotion sans doute.

- Tu te souviens de cette rose que tu m'avais offert ? lui demanda t-elle un sourire enfantin sur le visage, avant de déposer un nouveau baiser sur ses lèvres.

Etait-il possible d'arrêter le temps ? Là, maintenant ? Et de ne jamais plus le remettre en route...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Dim 22 Déc - 10:58

La femme que j'aimais semblait s'être calmée alors que nous marchions tranquillement tous les deux en direction des sous-sols de Camelot. J'étais un peu plus calme maintenant qu'elle et moi nous nous éloignions des gardes qui nous observaient d'une étrange façon. Ils avaient pour mission de protéger le royaume, je pouvais le comprendre, mais cela aurait été mieux s'ils avaient eut l'amabilité de respecter notre intimité. Oui, la Dame du Lac d'Avalon était sortie de son lac, oui, elle était trampée jusqu'aux os, oui, elle et moi nous nous sommes embrassés. Il n'y avait rien de si intéressant ou quoi que ce soit à cela. Peut-être était-ce le fait qu'ils ne l'ont jamais vu dans le coin? Je ne savais pas et je ne voulais pas savoir. Ce n'était rien de bien important de toute façon. Tout ce qui importait était que Freya et moi nous nous sommes retrouvés après tant d'années et que nous soyons loin de ses gardes indiscrets. J'anticipais le moment où nous discuterons dans ce sous-sol ensemble parce que je savais que cela ne serait pas très agréable et j'avais peur de ce qui en résulterait. Pour faire passer le temps, Freya m'a questionné sur ma vie, celle dont elle n'a, malheureusement, pas pu faire partie.

J'ai effectivement été très occupé ces trois dernières années. J'ai dû servir Arthur Pendragon, protéger Camelot, développer un peu plus mes capacités magiques et servir Gaius par-dessus tout parce que j'étais son apprenti. Malgré cela, je n'ai jamais oublié la Dame du Lac. Comment pourrais-je? Elle a changé ma vie. C'était impossible. C'était comme nier qu'elle a marqué une partie de ma vie en trois jours. Certains dirons que ce n'est pas assez pour connaître une personne. Par contre, pour moi, cela l'a été pour changer une vie. Je ne croyais pas être capable d'aimer une autre personne que Freya. Il y a eu la servante de la Reine de Camelot, Sefa, que je rencontrais à plusieurs reprises dans les couloirs du château. J'ai cru avoir des sentiments envers elle pendant un moment pour ensuite réaliser qu'elle ne saurait remplacer ma Dame du Lac. Malheureusement, elle fut condamnée à mourir parce qu'elle aidait Morgane. Le Roi de Camelot était toujours aussi... crétin. Mais je l'appréciais. Cela ne changeait pas le fait que j'aurais donné ma vie pour lui. Guenièvre est montée de servante à Reine en épousant son aimée, Arthur. J'étais triste de ne pas avoir Freya à mes côtés, mais le bonheur de la famille royale me faisait chaud au coeur. Ils l'ont mérité après tant d'années à cacher leur amour aux yeux des autres. Et Gaius... il se faisait vieux, mais ses conseils étaient toujours les bienvenues.

Gaius va bien. Il se fait vieux, mais ses conseils sont toujours les bienvenues. Arthur... bah, il est toujours aussi crétin, dis-je avec un rire, secouant la tête en haussant des épaules. Il est devenu Roi, il sait pour mes pouvoirs magiques et il a autorisé la magie dans le royaume. C'est durant la dernière bataille de Camelot contre Morgane qu'il a été mortellement blessé par l'épée magique de Mordred, par contre... Je n'ai presque pas réussi à le sauver. Par chance que les choses en ont décidé autrement. Il est en pleine santé maintenant, près à régner sur Camelot. Guenièvre est montée de rang social en l'épousant. Elle n'a pas changé et elle fait une excellente Reine.

Je sentis Freya se blottir plus près de moi. Sa peau était encore humide et l'air créait un changement de température avec l'eau sur son corps. Je m'arrêtai pendant une fraction de seconde pour retirer ma veste brune et la lui offrir doucement, lui montrant qu'elle pouvait la prendre. Elle devait avoir froid... Certains disent que l'amour rend stupide. Et bien c'est le cas. J'étais prêt à quitter la vie que je menais à Camelot pour être avec Freya. Je l'aurais fais si je n'avais pas une destinée si... importante. J'étais heureux avec elle. Je me suis rendu compte maintenant que ce que j'avais cru simple était improbable. Je devais rester pour donner à une nation un Roi compétent qui saurait les diriger avec un cœur généreux et une main de fer. J'aurais tout donné pour Freya que s'en était devenu un peu... surprotecteur, mais l'important était qu'elle a su ce que c'était qu'être aimée. Je ne savais pas vraiment comment me comporter avec elle, moi non plus et nous avions tant de choses à rattraper, cela ne faisait aucun doute.

Tu dois sûrement avoir froid... Tiens, prend-là. Tu en a bien plus besoin que moi.

Une fois arrivés aux cachots, la jeune femme s'est tournée vers moi, les yeux embués par l'émotion, certainement. Elle me demanda si je me souvenais de la rose que je lui avais offert alors que j'avais essayé de lui faire apparaître des fraises. La bonne couleur, mais pas le bon objet, avait-elle dit. Cela ne manqua pas de me faire sourire à la mention de ce moment. Je me tournai pour poser mon attention sur elle et lui répondre.

Bien sûr que je m'en souviens. Tu voulais des fraises et j'ai fais apparaître une rose. La bonne couleur, mais pas le bon objet, tu m'as dis, répondis-je avec un hochement de tête.


Dernière édition par Merlin le Mer 9 Avr - 3:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Jeu 16 Jan - 0:24

Freya ne pouvait s'empêcher de poser toutes ces questions à Merlin. Sa vie dans le lac avait certes été terriblement morne, mais le pire était très certainement qu'elle n'avait pas pû, pendant ces dernières années, faire partie de l'existence de celui qu'elle aimait. Un très grand nombre de jours s'était écoulé depuis sa mort, bien suffisamment pour que beaucoup de choses aient le temps d'évoluer à Camelot, personnes comprises. Pendant qu'elle flottait sur les eaux du lac d'Avalon, Gaius aurait notamment pu mourir de vieillesse. Elle n'avait jamais réellement connu le mentor de Merlin, mais elle savait de lui qu'il était bon et juste et que le sorcier dont elle était amoureuse le considérait presque comme un père. Toute personne importantes aux yeux de Merlin était importante aux siens également. Beaucoup de rumeurs étaient arrivées à ses oreilles au fil des années, certaines complètement erronées, dignes de commérages de tavernières en manque d'activité. D'autres, en revanche, lui avait valu des connaissances on ne peut plus capitale pour le royaume de Camelot. Lorsqu'Arthur épousa Guenièvre par exemple, où lorsque, plus tôt, l'ancien souverain, patriarche de l'actuel, avait rendu son dernier souffle. C'était la seule façon qu'elle avait de se tenir au courant des grands changement au sein du royaume dans lequel elle n'avait jamais réellement eut l'occasion de vivre. Ce dernier détail lui serait-il permit à présent qu'elle foulait de nouveau le sol de Camelot ? Il ne servait sans aucun doute à rien de se poser cette question alors qu'elle ignorait encore le pourquoi de son retour si soudain à la vie. Mais Freya, à peine inconsciemment, cherchait à reculer la conversation, probablement peu agréable, qu'elle allait devoir avoir avec Merlin dans les cachots du château.

- Je suis heureuse de savoir que tout le monde va bien, dit-elle dans un sourire en réponse aux nouvelles que venait de lui donner le serviteur du roi. Elle avait l'impression en revanche qu'il ne se souvenait pas qu'elle lui avait envoyé Escalibur pour lui permettre de tuer Morgane et de sauver Arthur par la même occasion. Je suis déjà au courant pour la mort de Morgane après cette terrible bataille. Je sais que les années ont passé et que beaucoup de choses se sont déroulées depuis mais, vous étiez près du lac et je t'avais envoyé l'épée qui t'a permit de l'achever. Tu ne t'en rappelles plus ? Elle ne savait trop quoi penser de cette situation étrange. Il était bien facile pour elle de se souvenir de tout puisqu'elle n'avait fait que voguer dans les eaux d'Avalon depuis mais elle avait espéré que Merlin n'avait pas oublié une seule de ses apparitions dans sa vie. Elle était en revanche trop contente de le revoir pour s'attarder sur le sujet et gâcher ces retrouvailles. Pour ce qui est de Guenièvre, je ne doute pas qu'elle fasse une magnifique reine ! Il y a beaucoup de personnes qui se promènent ou qui viennent se reposer près du lac et j'ai entendu énormément de bien d'elle, ajouta-elle dans un nouveau sourire.

Le froid de cette nuit d'automne commençait à se faire pressant et Freya n'eut aucun contrôle sur les frissons qui l'envahir. Elle n'osait pas demander sa veste à Merlin, ni même qu'il la prenne une nouvelle fois dans ses bras. Pourtant, elle voulait ardemment se blottir contre lui et que le temps s'arrête. Les années avaient passées, mais ses sentiments envers le serviteur du roi ne s'étaient pas taris. Seulement, il était tout de même étrange de le retrouver après tout ce temps et l'on sentait entre eux cette petite pointe de gêne qui ne disparaîtrait sans doute pas dans l'immédiat. Mais sans qu'elle n'ait rien demandé, Merlin retira sa veste et la lui tendit. Elle hésita un court instant avant de l'attraper d'une main légèrement tremblante, lui offrant un sourire chaleureux avant de l'enfiler. Son buste se réchauffa instantanément et elle se sentit tout à coup bien moins crispée. Mais les voilà qui arrivaient déjà au lieu dans lequel ils avaient prévu d'avoir leur petite conversation, ce même lui où ils avaient apprit à se connaître et où ils avaient échangé leur premier baiser. Tant de souvenirs remontaient soudainement à la surface que de petites larmes de joie montèrent jusqu'aux yeux de Freya.

- Quelle idée j'avais eu de te demander une chose pareille hein ?! dit-elle dans un petit rire. La rose était magnifique. Elle s'approcha un peu plus de lui pour lui prendre la main, plongeant ses yeux dans les siens. Il était malheureusement temps de passer à la conversation tant redoutée. Dis moi Merlin, tu as une idée de ce qu'il se passe ? J'ai peur... J'ai peur que tout ça ne soit qu'un merveilleux rêve et que tu ne sois que le fruit de mon imagination. Dis moi que nous sommes bien là ensemble et que je ne suis plus captive de ce lac. S'il te plaît... ajouta t-elle comme dans une prière. Oui, elle était tétanisée par la peur. Parce qu'elle avait trop longtemps été seule dans ce lac, parce que le monde lui manquait, parce que revoir le visage de Merlin était sans doute le meilleur cadeau qu'elle ait jamais eu.

Mea Culpa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Sam 1 Fév - 5:02

Je m'en doutais très bien que Freya m'aurait posé des questions à propos des changements dans le royaume. Elle passait la plupart de son temps au fond des eaux du Lac d'Avalon, elle ne revenait pas sur les terres des mortels, mis à part ce soir qui était une journée spéciale, mais très étrange... Là-bas, le temps n'avait aucune importance. Que ce soit une seconde, minute, journée, heure, année. Elle était la gardienne des portes du royaume de l'éternel jeunesse. Freya avait raison, elle n'a jamais réellement connu mon mentor, Gaius. Il veillait à ma sécurité, m'aidait avec ma destinée et ma magie et il m'offrait un toit où vivre, en plus. Il était comme le père que je n'ai jamais eu. J'en avais un. Il se nommait Balinor. Il était un Seigneur des Dragons, mais il est mort lorsque j'ai fais sa connaissance trois ans plus tôt. C'est Gaius qui remplissait cette place vide dans mon cœur, maintenant. Il est normal que des rumeurs ou bien des nouvelles lui soient parvenues. Certaines personnes se promenaient sur la rive du Lac et parlaient de ce qui se passait au royaume. Je reculais, moi aussi, si on pouvait le dire ainsi, la conversation peu agréable qui aura lieu bientôt. J'avais peur de ce qui en résulterait. Combien de temps Freya pouvait-elle encore rester sur la terre ferme avant de retourner dans son lac? Je n'en avais aucune idée. Je voulais le savoir, mais en même temps je ne voulais pas.

C'est alors qu'elle répondit qu'elle était heureuse de savoir que tout le monde allait bien, ce qui me fit sourire. Freya a toujours été douce et attentionnée, un peu comme moi d'ailleurs. Elle était timide et réservée au premier regard, mais lorsqu'on apprenait à la connaître, elle s'avérait être quelqu'un qui se souciait des autres. C'est alors qu'elle enchaîna avec la mort de Morgane. Arthur et moi étions près du Lac et elle m'a donné Excalibur pour l'achever. Je suis Emrys, celui qui était destiné à enlever la vie à la Grande Prêtresse. Cette dernière n'est pas morte, cependant. Son âme a réussis à s'emparer d'un autre corps. Je l'ignorais encore par contre. Bien sûr que je me souvenais des rares apparitions de Freya dans ma vie après sa mort. Je ne pouvais pas les oublier et j'avais une assez bonne mémoire pour me rappeler de choses qui se sont produites dans le passé. La Dame du Lac ajouta qu'elle a entendu énormément de bien de Guenièvre avec un sourire.

Je décidai de lui confirmer que je n'ai pas oublié ses rares apparitions dans ma vie comme pour la rassurer parce que j'avais l'impression qu'elle croyait que je les avais oublié. Je lui lançai un sourire avec un léger hochement de tête.Ne t'inquiète pas, Freya. Je n'ai pas oublié une seule de tes apparitions dans ma vie.Je m'arrêtai un moment pour l'observer hésiter puis prendre la veste que je lui tendais. Elle semblait moins crispée maintenant qu'elle l'avait enfilé. Elle était humaine à présent, il faudra qu'elle s'habitue aux réactions de son corps face aux intempéries de la nature. Je ne voulais pas qu'elle attrape froid alors je lui ai offert ma veste brune toute usée par le temps et les lavages. J'aurais tout donné pour tenir Freya dans mes bras encore une fois et ne jamais la laisser partir pour voir l'espace s'arrêter autour de nous. Malgré le temps et les nouvelles rencontres que j'ai fais au cours de ma vie, je n'ai jamais aimé une autre personne aussi intensément et passionnément que la Dame du Lac. Cependant, trop tôt, beaucoup trop tôt, nous arrivâmes au lieu où nous avions prévu d'avoir notre petite discussion à propos de ce soudain retour à la vie, ce même endroit où nous avions fait connaissance tous les deux et nous sommes tombés amoureux l'un de l'autre.

Je m'arrêtai lorsque nous avions rejoint la porte d'entrée du sous-sol pour me retourner vers Freya quand elle s'est adressée à moi. Elle a mentionné la rose que je lui avait offerte il y a quelques années disant qu'elle était magnifique. Je me mis par la suite à rire avec elle doucement. C'est alors qu'elle aborda un sujet qu'elle et moi aurions voulu éviter, mais il fallait en parler. Être certains que ce n'étaient pas nos cerveaux qui nous jouaient des tours. Je glissai ma main dans la sienne lorsqu'elle la prit et lui rendit son regard. Oui, nous étions bien réels. Si nous étions réels, alors nous étions effectivement juste devant la porte du cachot où elle et moi nous nous sommes rencontrés, cela ne faisait aucun doute.

Freya. Oui, nous sommes réels. Je peux sentir le contact de ta main sur ma peau. Tu est solide, tout comme moi. Nous sommes effectivement juste devant ce cachot où toi et moi nous nous sommes rencontrés. J'ai une petite idée... Tu sais, les Grands Prêtres et Prêtresses de l'Ancienne Religion avaient pour coutume d'offrir un sacrifice sur l'Île Fortunée le jour de la Samain. C'est sûrement un rituel, les Druides, peut-être, qui a mal tourné... Ce n'est pas la Nécromancie. Tu n'es pas l'ombre de toi-même. Tu n'es pas au service d'un autre pratiquant de magie. Je l'aurais su. C'est ce qui est arrivé à Sire Lancelot qui est revenu d'entre les morts par Morgane pour saboter le mariage d'Arthur et Guenièvre. Il y a aussi une corne qui permet d'entrer dans le monde invisible. Si on se retourne pour regarder l'esprit, on le libère sur Terre, sauf que le problème est que tu es humaine et non un fantôme.


Dernière édition par Merlin le Mer 9 Avr - 3:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Ven 21 Fév - 0:48

En cette nuit d'Halloween, tout semblait s’enchaîner à une vitesse folle. Déjà la lune commençait à faire son chemin tranquille vers l'horizon et bientôt l'aube pointerait le bout de son nez. Pourtant, Freya avait l'impression de n'avoir retrouvé Merlin que depuis quelques minutes, de n'être sortie du lac d'Avalon que depuis une heure, tout au plus. Mais la réalité semblait bien différente. La pénombre et le froid qui l'enveloppait seraient bientôt ensevelis sous les premiers rayons de soleil et ce n'était plus seulement les basses températures qui faisaient trembler les mains de la jeune druide. Non, elle commençait à avoir sérieusement peur. Peur que tout s'efface, peur de devoir à nouveau quitter Merlin, sans savoir en plus si elle le reverrait un jour. Quand ce genre de choses curieuses arrivaient pendant la nuit, – parce que oui, il était très clair que son retour soudain sur terre n'avait rien de normal – le réveil du soleil n'étaient jamais de bonne augure. En tant que druide, elle ne le savait que trop bien. Et Merlin le savait aussi, elle en était certaine. Mais il était trop gentil pour mettre les cartes de cette étrangeté sur table. Ou peut-être trop content de la voir aussi, elle n'en savait trop rien. Toujours était-il qu'il fallait qu'ils en parlent, avant qu'il ne soit trop tard pour voir plus clair dans cette situation. Oh oui, bien sur, Freya aurait préféré profiter pleinement de la présence du serviteur d'Arthur à ses côtés, mais avait-elle réellement le choix ? D'une minute à l'autre, elle pouvait s'évaporer, elle le savait et elle en crevait littéralement de peur. Alors, une fois arrivée dans les souterrains du château, à l'exact endroit où ils s'étaient déclarés leur amour quelques années plus tôt, elle se lança. La réponse de Merlin ne lui apporta pas la lueur d'espoir qu'elle avait espérer, mais comment l'en blâmer. Il ne faisait que lui dire la stricte vérité et, bien que quelque peu dépitée, elle lui en était reconnaissante.

- Alors... cette soudaine libération est forcément due à la magie ? Je... Je m'en doutais, bien sur, mais... J'imagine que j’espérais au fond de moi qu'Avalon avait décidé que ma captivité dans ses eaux avait assez duré... Que peut-être je pourrais enfin vivre sur terre sans être damnée... Tu sais, le bastet, il n'a pas refait surface cette nuit. Je ne sais pas s'il a disparu lorsque tu m'as envoyé dans le lac mais... Non, je suis bête... C'est sans doute parce que tout ça est éphémère, que la vie n'est pas de nouveau entrée en moi... N'est-ce pas ? Je connais le pouvoir des druides Merlin, et si tout cela vient d'eux, alors je peux t'assurer que mes minutes avec toi sont comptées. On ne fait pas disparaître la mort aussi facilement... Mais me faire disparaître moi, une nouvelle fois, ça, ils sauront très bien le faire...

Sans s'en rendre vraiment compte, Freya avait lâché les mains de Merlin pour entamer les cent pas, tout en sachant pourtant qu'aucune solution ne lui viendrait à l'esprit. Elle finit par se calmer, laissa glisser son dos contre le mur froid derrière elle jusqu'à être assise contre ce dernier et prit sa tête entre ses mains. Il n'y avait rien à faire, elle le savait et elle l'avait redouté dès le début. Aux premières lueurs du jour, ces quelques heures ne seraient plus qu'un rêve. Se redressant légèrement, elle plongea ses yeux dans ceux de Merlin et lui fit signe de s’asseoir à ses côtés. Quitte à disparaître de nouveau, autant que ce soit sur une touche heureuse, ou tout du moins réconfortante. Freya se blotti contre lui, déposant un baiser dans le creux de son cou.

- Promets moi une chose Merlin : viens me voir au lac de temps en temps s'il te plait.

Sans attendre de réponse de sa part, elle l'embrassa avec passion, comme jamais ils ne s'étaient embrassés auparavant. Déjà l'aube pointait le bout de son nez...

Toutes mes excuses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   Mer 9 Avr - 3:26

Le temps s'écoulait à vive allure. Plus rapidement qu'un sablier. On aurait dit que nos vies en dépendaient. C'était peut-être le cas. Je savais au fond de moi qu'elle devrait disparaître un moment ou un autre. Je le niais, l'ignorais, faisais tout ce que je pouvais pour ne pas voir la vérité en face parce qu'elle était bien trop douloureuse. Je ne pouvais pas perdre celle que j'aimais une seconde fois. J'étais bien trop heureux de l'avoir revue après toutes ces années passées loin d'elle. Et si cette soudaine apparition ne durait qu'une seule nuit? Une seule. Les morts rejoindront par après leur monde respectif au premier rayon de soleil. C'était très bien de pouvoir les revoir, mais de là à ce qu'ils croient qu'ils étaient revenus à la vie et les décevoir en apprenant que cet instant de retrouvailles avec leurs siens était éphémère. Une chose était certaine, les morts ne reviennent pas du monde des esprits. À moins d'être victime d'un enchantement de Nécromancie qui n'était pas toujours bon signe.

Dans peu de temps, trop peu de temps, la lune disparaîtra vers l'horizon pour laisser place à l'aube coloré d'un nouveau jour. Au fond de moi, je savais ce qu'il se passera à la seconde où les rayons de soleil pointeront le bout de leur nez. J'avais peur, horriblement peur de voir ce moment arriver. Le lendemain ne sera plus qu'un lointain souvenir oublié, un rêve. Si beau et douloureux soit-il. J'aurai l'impression d'avoir retrouvé celle que j'aimais, avoir sentit sa peau contre la mienne, avoir sentit sa chaleur corporelle, pleine de vie. C'est à ce moment là que je me souviendrai qu'elle appartenait à un autre monde inconnu, effrayant et seulement accessible au moment de la mort. Puis je vaquerai à mes tâches habituelles comme à tout les jours avec une once de tristesse parce que celle que j'aimais n'était pas avec moi. Arthur était chanceux d'avoir sa Reine à ses côtés. J'en étais jaloux par moment parce que j'aurais bien aimé avoir Freya à mes côtés, mais je ne laissais pas cette différence s'interposer entre notre amitié. Je devrais m'en réjouir. Non seulement Arthur était Roi comme il ce le devait, mais en plus il était heureux dans son règne avec la femme qu'il aimait à ses côtés.

Je ne dis mot alors que j'écoutais Freya parler. Que pouvais-je lui dire? Qu'elle avait raison? Que son retour à la vie était l'œuvre de la magie? Elle le savait déjà. Cela ne ferrait qu'intensifier la douleur de la plaie, comme si quelqu'un y mettait du sel. Même si je ne disais rien, la lueur dans mes yeux le faisait à la place des mots. C'était suffisant ainsi. Même plus que suffisant. Cela aurait peut-être été moins suspect durant la journée, car l'aube n'est jamais un bon présage. Et si cela signifiait que son séjour dans le lac était terminé? Non, bien sûr que non, surtout pas lors de la Samain en plus. Cette journée servait à rendre hommage aux morts et celle que j'aimais était l'une d'eux. La vie l'avait quittée pour faire d'elle un esprit bienfaisant du royaume de l'éternelle jeunesse. Elle disparaîtra au premier rayon de soleil, il fallait se faire à l'idée. Il n'y avait rien de plus certain que cela. Je pouvais sentir mes yeux s'embuer par l'émotion qui serrait ma gorge, clignant des yeux pour repousser les larmes qui menaçaient de s'échapper. Je décidai de profiter de chaque seconde avec Freya avant qu'elle disparaisse pour retourner dans son lac. Je viens m'asseoir près d'elle contre la paroi froide du sous-sol, enlaçant mes bras autour de son corps pour qu'elle puisse sentir mon contact une dernière fois avant de quitter le monde des vivants. Elle me demanda de lui promettre de venir la voir de temps en temps au lac. Comment pourrais-je lui refuser une telle demande? J'étais très occupé avec Arthur qu'il fallait protéger, servir et aider Gaius, mais je n'avais pas toujours quelque chose à faire, je pourrais certainement aller lui rendre visite de temps en temps, lui montrer que je pensais toujours à elle. J'allais lui répondre, mais Freya ne m'en a pas laissé le temps qu'elle a capturé mes lèvres des siennes et m'a embrassé comme jamais auparavant.

Soudain, je sentis un changement dans l'atmosphère, comme si un vent s'était levé. Lentement, très lentement, le corps de Freya perdait sa chaleur corporelle, sa dureté... Elle disparaissait. Je ne la reverrais plus. Le moment que nous redoutions le plus était enfin arrivé. C'est avec regret que je me détachai de ses lèvres pour la regarder partir. L'aube était levé. L'environnement était beaucoup plus clair maintenant, éclairé par le soleil. Les premiers rayons ont pointé le bout de leurs nez. Il n'y avait plus de retour en arrière maintenant. Son visage perdait ses couleurs et s'effritait comme un matériau pourri. Il ne servait à rien de retenir mes larmes, Freya ne serait plus là pour les voir. Je sentis mes yeux piquer et puis un liquide tiède couler sur mes joues alors que je regardaient la Dame du Lac regagner Avalon. Je levai une main comme pour essayer de la retenir, d'avoir ne serait-ce qu'une dernière seconde avec elle, même si je savais que cela ne servirai à rien, qu'il était trop tard. Seul de la poussière filait entre mes doigts. C'était doux, froid. Puis... plus rien. Il n'y avait plus aucun corps. Seule ma veste brune qu'elle a mit pour se réchauffer le temps de notre discussion gisait sur le sol. Je baissai les yeux pour pouvoir la ramasser et la remettre sur mes épaules. Au moment où j'allais me lever pour regagner le château, un tas de poussière attira mon attention. J'étirai ma main comme pour en prendre une poignée et la faire glisser entre mes doigts.

Je t'aime, Freya, murmurai-je avant de me lever pour me rendre à la forteresse et vaquer à mes tâches habituelles, le cœur lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Savourons cet instant qui ne durera pas [event]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Savourons cet instant qui ne durera pas [event]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Savourons cet instant qui ne durera pas [event]
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-