Partagez | .
 

 Vengeance cachée -- Réveil de Freya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Mer 2 Oct - 21:56

           
            Morgane entrouvrit les yeux. Le pépiement des oiseaux lui semblait comme des milliers de musiciens jouant d’instruments complètement désaccordés. Elle resta allongée un certain temps, les yeux rivés sur la cime des arbres l’entourant. Les souvenirs de la bataille lui revenaient peu à peu. Son attaque magique contre Arthur, qui a bien failli coûter la vie au roi s’il n’y avait pas eu Merlin. Toujours et encore ce maudit Merlin! Magicien traitre à sa race! Le seul véritable obstacle entre Morgane et le trône de Camelot. Le seul entre la magicienne trahie et sa vengeance.

            Mais avant toute chose, Morgane devait arriver à se mettre sur pieds. Le corps qu’elle avait trouvé, que son âme avait intégré après la mort physique du sien, lui semblait tellement lourd. Tellement hostile! L’esprit de la jeune femme possédée, encore sous le choc de l’intrusion, commençait peu à peu à s’éveiller, se rebeller. Et après la bataille, Morgane trouvait de la difficulté à la canaliser. Elle referma les yeux, ne pouvant se concentrer sur le combat intérieur à livrer et sur le boucan du monde l’entourant. La magicienne avait un avantage énorme sur l’occupante des lieux. Elle n’était en rien liée à ce corps, si bien que son esprit pouvait vagabonder à sa guise et affaiblir la jeune femme sans trop user de ses pouvoirs. Elle se trouvait tel un parasite transformant son hôte à sa volonté. Malheureusement, elle attaquait le second esprit tellement profondément que des bribes de souvenirs s’insufflaient en elle. Ainsi, elle apprit que la jeune femme se nommait Tulli, fille de vagabond et voleur, et que sa principale activité était de soulager les hommes de leurs pièces d’or… entre autres choses. Cette information fit frissonner la magicienne. Elle se trouvait dans un corps souillé alors qu’elle-même était encore, comment dire, inaltérée. Morgane, atterrée, redoubla de puissance et réussit à confiner la conscience de la catin au fin fonds de son corps. Mais, épuisée par cet effort, elle s’évanouie.

            Le second réveil fût tout aussi dur que le précédent. Hormis le fait que les pépiements des petits oiseaux étaient remplacés par le lourd et gras croassement d’un corbeau, posté à quelques centimètres de sa tête. Ce qui fût pire… Morgane se redressa et s’adossa contre un arbre, un immense chêne devant être centenaire et semblant vouloir toucher le ciel de ses plus jeunes branches. Elle attendit patiemment que sa migraine cesse puis se mit sur ses jambes. Enfin le croyait-elle car à peine redressée, elle tomba lourdement sur ses fesses. Ce corps ressemblait trop peu au sien. Elle se sentait mal et avant de s’attaquer à Merlin, elle allait devoir prendre conscience de la nouvelle personne qu’elle était. Ces formes plus voluptueuses, plus développées que les siennes. Ces longs crins couleurs de feu légèrement ondulés tranchaient nettement avec ses cheveux brun lisses et soyeux. Tulli ne devait pas en prendre grand soin car ils ressemblaient nettement plus à un paillasson… avec l’odeur associée! Morgane eu un brusque sursaut. Elle avait autre chose à faire que de perdre son temps avec ce corps sale qui ne lui servirait qu’un moment. La magicienne se leva. Bien décidé à mettre son plan à exécution. A détruire Merlin de la manière la plus horrible qui soit. A le détruire par amour! Elle lança un sort sur le corbeau, qui n’avait cessé de la regarder depuis qu’elle s’était levée. Grâce à lui, elle sut sa position exacte. Elle se trouvait non loin de son but et le corbeau, ensorcelé, la guidera. Vers le Lac d’Avalon et la Dame qu’il abrite.

 

            Morgane suivait l’énorme oiseau noir depuis des heures. Le soleil, au zénith à son départ, disparaissait lentement et laissait la jeune femme dans la pénombre. Elle avait présumé de ses forces et du chemin à parcourir. Le corbeau se posa sur un rocher au milieu d’une rivière et se désaltéra. La magicienne en fit de même et trouva, quelques mètres plus loin, un sol recouvert de mousse protégé par de haut buisson touffu. Elle s’allongea sur ce matelas improvisé et s’endormie, épuisée. La nuit se passa sans heurt. A son réveil, Morgane, retrouvant une bonne partie de ces pouvoirs, lança un sort pour améliorer son apparence. Ou, tout du moins, ses vêtements. Ou plutôt ses guenilles déchirées à divers endroits et laissant paraitre trop de sa personne. La robe en elle-même était déjà très révélatrice! Cintrée, près du corps, de teinte rouge provocatrice et très décolletée. Echancrure très bien comblée par la poitrine de la catin. La magie transforma le tissu, rallongeant la robe jusqu’au sol, couvrant les épaules d’un léger drapé et remontant jusqu’à la base de la gorge de la jeune femme. Elle se sentit mieux, plus elle-même. Mais la couleur, elle ne pouvait pas la changer et la magicienne ne souhaitait pas trop modifier son apparence de peur de révéler sa véritable personnalité. Après avoir modifié sa toilette, elle trouva quelques baies comestibles pour calmer les gargouillements de son estomac et se désaltéra à la rivière. Elle en profita également pour décrasser les cheveux roux de son ‘hôte’ puis repris la route. Toujours guidée par son corbeau.

            Morgane sursauta! Un bruit étrange provenant du cœur de la forêt était parvenu jusqu’à ses oreilles. Curieuse de nature, la jeune magicienne décida d’aller voir ce qu’il en retournait. Après une dizaines de minutes de marche ardue entre les arbres, la princesse déchue aperçut une silhouette. Une femme se tenait debout sur une souche, la tête tournée vers le ciel. Ses traits étaient ceux d’une femme d’une vingtaine d’année mais Morgane ressentait une forte aura magique autour d’elle. Brusquement, la silhouette tourna la tête vers la magicienne. Et leva un doigt dans sa direction. Loin d’être apeurée, Morgane s’approcha de la ‘jeune’ femme et une discussion s’amorça. Quelques heures plus tard, la magicienne retrouva la route la conduisant à Avalon. La rencontre qu’elle avait fait dans la forêt lui laissait une étrange impression. La jeune femme, une Egyptienne – que pouvait bien être une Egyptienne d’ailleurs ? – lui avait raconté son histoire plus ou moins en détail et en omettant, Morgane en était convaincue, la majeur partie de ses intentions. Mais cela, elle s’en soucierait plus tard. Pour l’heure son but ultime était la Dame endormie au fin fond du lac magique.

            Tout le reste du chemin, Morgane se mit à détailler le corbeau. Il semblait avoir changé depuis la vieille. Plus gros que ceux de son espèce, le noir de ses plumes reflétait chaque bribe de lumière. Il semblait… emprunt de magie. Comme si le sort lancé par Morgane l’avait transformé. Soudain l’oiseau se posa sur une branche et se mit à fixer la magicienne. Leurs regards se croisèrent un temps infime mais la jeune femme compris. Cet échange lui fit penser au moment où l’esprit de Morgane et celui de Tulli s’étaient rencontrés, mais en plus serein, plus doux. Le corbeau lui donna son nom: Grim. Il tourna la tête comme pour indiquer quelque chose.   La jeune femme leva les yeux vers le sentier. Et là, elle le vit… le Lac d’Avalon.

Enfin le Lac était à ses pieds. Maintenant restait le plus difficile à accomplir : le réveil de Freya, la Dame du Lac. Le seul et unique amour de Merlin. Malgré toute son impatience, le jour déclinait et Morgane, ayant marché toute la journée, préféra se reposer et agir à l’aube. Le moment où ses pouvoirs seraient les plus puissants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Lun 14 Oct - 22:06

Le royaume des demi-morts réservait certains privilèges à ceux qui y habitaient et pouvoir rêver encore en faisait partie. Pourtant Freya ne rêvait que très peu. Elle n'avait en réalité plus jamais eu  sommeil depuis qu'elle avait éternellement – du moins c'est ce qu'elle croyait – rejoint les eaux du lac. Il lui arrivait tout de même parfois de se laisser voguer au gré des eaux, se vidant l'esprit jusqu'à ce que quelques pensées venues sans qu'elle ne les appelle s'installent dans son esprit. Ses pensées étaient intarissablement heureuses car les cauchemars, ça, Freya ne cessait d'en faire. Des cauchemars éveillés qui ne la quittaient qu'après une longue nage frénétique. Curieusement, sa mort ne faisait pas parti de ses derniers. Elle avait été paisible, auprès de Merlin et elle ne s'était jamais senti aussi reposée qu'avant de pousser son dernier souffle. Ses mauvais « rêves » retraçaient inlassablement ce que sa malédiction lui avait fait faire et ça, elle peinait vraiment à le supporter. Ses pensées heureuses, quant à elles, voguaient sans surprise autour de Merlin, son unique et premier amour. Les rêves étaient doux et emplis de tendresse et de joie de vivre, mais ils ne tardaient jamais à se targuer de mélancolie et d'amertume, aussi ne duraient-ils jamais bien longtemps.

Cette fois ci, le paysage de rêve de son adolescence, les magnifiques montagnes entourant le lac somptueux de la vallée où elle avait un jour vécue et été heureuse, couplés de la présence de Merlin et de son frère qu'elle croyait mort, s'évapora lorsque des pas se firent sentir aux alentours du lac qui était à présent sa demeure. Elle quitta cette vision onirique avec tristesse, comme elle avait déjà dû le faire à plusieurs reprises pour s'intéresser pleinement aux passants qui s'aventuraient dans les environs et qui, la plupart du temps, avait besoin d'un petit coup de pouce ou de fraîcheur. Remontant lentement jusqu'à la surface, encore emplie de cet instant de tendresse et de plénitude, elle commença à observer la nouvelle venue. Une jeune femme d'une beauté langoureuse qui semblait des plus fatiguées et qui ne tarda pas à s'allonger contre un arbre, laissant ainsi le sommeil l'envelopper. Freya ne l'avait encore jamais vu dans les parages. Peut-être s'était-elle égarée. Était-elle venue pour quelques conseils ou gestes réconfortants, Freya n'en avait pas la moindre idée mais le saurait assez vite lorsque la jeune femme se réveillerait enfin, si bien sur cette dernière attendait quelque chose de cet endroit et ne repartait pas aussi sec une fois les yeux ouverts. En attendant, la druide joua légèrement sur les éléments, comme elle savait si bien le faire à présent, apaisant la brise froide du crépuscule pour que son hôte du soir n'ait pas trop froid dans son sommeil.

Freya ne pouvait bien entendu pas se douter que la demoiselle était en réalité Morgane, qu'elle serait la clé de sa délivrance mais également celle d'un nouvel enfermement, sans doute bien plus insupportable que le premier. Si seulement lire dans les pensées avait été un pouvoir accessible aux druides... Nul ne savait encore ce que cette future alliance allait engendrer mais il était sur que rien de beau n'en ressortirait, malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Dim 20 Oct - 19:40

  Adossée contre un arbre, le soleil dardant ses premiers rayons vers la surface lisse du lac, Morgane se réveilla, quelque peu ankylosée, mais bien reposée. Le froid du soir qui l’avait assailli durant sa dernière nuit ne s’était pas fait sentir près du Lac d’Avalon. Elle émergea lentement d’une nuit semblable aux précédentes, sans chaleur ni rêves. Dans ces moments de calme où le temps semble ne pas avoir repris son cours, la magicienne laisse son esprit imaginer qu'elle aurait été sa vie si Gorlois n’était pas mort, si la magie n’avait pas été bannie, si elle n’avait pas développé ses « talents ». La jeune femme secoua la tête comme si ce geste pouvait faire fuir sa mélancolie. Elle s’étira pour revigorer ses muscles et reprendre conscience de son corps. A certain moments il était encore difficile pour Morgane de se mouvoir dans cette enveloppe mais son emprise s’accentuait au fil des jours. Le corbeau, toujours présent malgré l’arrêt du sort que la magicienne lui avait lancé, chassait les vers ayant eu l’audace de sortir de terre. Le ventre de la jeune femme se mit à gargouiller, malheureusement, rien alentour ne semblait être comestible. Projetant son regard autour d’elle pour chercher de la nourriture, Morgane se figea face au lac. Qu’importe un repas lorsque la mission qu’elle s'était fixée était bientôt atteinte! Son ventre attendrait. Le Lac et sa Dame se trouvait à porter de main. Seulement, la magicienne ne savait pas vraiment comment s’y prendre pour libérer l’amour de Merlin. Elle se rassit en tailleur, face au miroir liquide, et ferma les yeux.
Sa méditation ne dura que peu de temps. Un semblant de réponse lui apparut. Son premier acte devait lui permettre de parler avec Freya ou, tout de moins, de la localiser dans le lac. La magicienne se leva et, non sans une grimace quand la froidure de l’eau du lac l’a mordit, pénétra dans l’étendue liquide. Elle s’engagea jusqu’à ne plus avoir pieds. Puis tout son corps disparut de la surface, redevenue calme et égale. Le dernier son qu'elle entendit fût le croassement inquiet de Grim.
Morgane coulait doucement vers le fonds du lac. L’air dans ses poumons ne suffirait bientôt plus  et son corps ne cessait de la pousser à remonter. Son corps et aussi l’esprit de Tulli qui hurlait de terreur au tréfonds de la tête de Morgane. Mais la jeune femme savait que trop qu’il lui fallait continuer. Elle repoussa les pensées funestes de la catin et, malgré sa difficulté à rester consciente, se concentra sur son objectif. Elle devait trouver la Dame perdu dans ses eaux. Son esprit se projetait partout autour d’elle mais aucun retour ne lui parvenait. Et si elle s’était trompée ? Allait-elle mourir ainsi ? Soudain, alors qu’un dernier spasme traversait son enveloppe charnelle, la magicienne ressentie une présence près d’elle. Mais sa vision se brouilla avant qu’elle n'est pue voir la Dame…  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Sam 26 Oct - 18:23

L'absence du besoin de sommeil avait définitivement ses bons côtés. Hormis le fait que Freya s'ennuyait la majeure partie du temps durant les heures nocturnes, elle pouvait garder un œil sur ce qu'il se passait autour du lac une fois la nuit tombée. C'était notamment ainsi qu'elle avait pu, quelques jours plus tôt, venir en aide à la reine de Camelot, Guenièvre, lorsque deux bandits avaient tenté de s'en prendre à elle. Ce soir là, la dame du lac avait donc planté son regard en direction de la jeune demoiselle assoupie contre le tronc d'un vieil arbre, au bord des eaux du lac, toute la nuit durant, veillant sur elle en silence et sans savoir à qui elle avait à faire. Elle ignorait tout du but de sa venue, comme de la direction qu'elle comptait emprunter ensuite. Tout ce qu'elle savait c'est qu'elle avait très probablement parcouru un long chemin ou peut être vécu une expérience éreintante car, à peine était-elle arrivée aux abords du lac qu'elle était entrée dans un sommeil profond, sans même tenter de rentrer en contact avec elle. Savait-elle seulement où elle se trouvait ? Connaissait-elle les vertus du lac d'Avalon et ce qu'il abritait ? Peut-être n'était-elle que de passage et avait choisi les alentours du lac pour la clairière qui laissait les rayons de la lune bercer ses voyageurs nocturnes.  Peu importait la réponse, Freya se devait de veiller sur elle et c'est ce qu'elle fit jusqu'à son réveil, curieuse tout de même de savoir ce qui l'amenait en ces lieux.

Flottant doucement dans les eaux du lac, la jeune druide observa la femme esquisser ses premiers gestes, encore ralenti par le lourd sommeil qui l'avait habitée. Ceux qui suivirent, eux, devinrent des plus étranges. Son regard s'aventura aux alentours, dans l'espoir probable de trouver quelque chose – de la nourriture sans doute, comme toute personne sensée en chercherait à son réveil –, puis se stoppa sur le lac, perçant ce dernier par son intensité. Pendant un court instant, Freya cru même qu'elle l'avait vu, elle dont personne n'avait jamais vu plus que la main depuis des années à présent. La dame du lac se ressaisit. Personne, absolument personne ne pouvait la voir de la berge, pas même le plus puissant des sorciers. Ce n'était pas faute d'avoir cherché à rentrer en contact avec Merlin lorsqu'il lui rendait visite pourtant... Elle avait beau s'être ressaisie, ce que la jeune femme fit après un court instant de méditation la fit douter une nouvelle fois. Elle entrait à présent dans les eaux du lac comme si elle cherchait à y trouver quelque chose. Ce n'était pas un simple bain, ça Freya en était certaine. Mais lorsqu'elle se laissa couler, sans aucun ménagement, vers les tréfonds du lac, la dame des lieux retira les pensées précédentes de son esprit, à tord.

Il y avait quelque chose d'incompréhensible dans les actes de la jeune femme. Pourquoi attendre le petit matin pour mettre fin à ses jours quand la nuit lui aurait offert un manteau d'obscurité, la dissimulant de tout sauveur potentiel ? Pourquoi avoir prit le temps de se reposer quand un corps fatigué aurait manqué d'air bien plus vite ? Ces questions ne firent pourtant qu’effleurer l'esprit de Freya qui nagea à grande vitesse vers la noyée. Elle ne pouvait pas se résigner à la laisser se donner la mort sans avoir tenté de lui redonner goût à la vie, sans avoir tenté de comprendre. Tant qu'elle abriterait les lieux, le lac ne ferait jamais office de cimetière. Alors qu'elle arrivait enfin au niveau de la suicidée, elle enserra sa taille et bâtit des pieds jusque la surface de l'eau, déposant le corps inerte sur la berge. Mais comment faire à présent pour lui venir en aide, elle qui ne pouvait rien sortir d'autre que sa main et son bras des eaux ? Regardant les environs, stressée par les secondes qui semblaient passer bien trop vite, elle décida d'employer la manière forte. Il n'était plus question d'influencer quoi que ce soit, il était question de casser et ses pouvoirs de druide lui permirent donc de faire tomber une branche des mieux placée sur le ventre de la jeune femme, espérant que la pression ferait jaillir de sa bouche l'eau qui avait malheureusement peut-être déjà noyé ses poumons. Par peur de ne pas pouvoir la sauver, sans savoir si cela allait servir à grand chose, elle rentra dans son esprit et s'y prononça d'une voix forte.

- Réveillez-vous, ne lâchez pas prise ! Ouvrez les yeux, allez !

Elle avait gardé la main de la jeune femme dans la sienne, la pressant au rythme de ses paroles et de plus en plus fort à mesure que la peur d'échouer monter en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Dim 15 Déc - 13:33


Le corps d’emprunt de Morgane fut parcouru de spasme et l’eau présente dans ses poumons se retrouva projetée sur le sol. La magicienne frémissa et ouvrit les yeux. Elle avait l’impression de sortir d’un cauchemar. Des frissons ne cessaient de la parcourir et un poids sur sa poitrine l’empêchait de retrouver une respiration normale. Les sons habituellement les plus doux lui faisaient l’effet d’un ouragan. La jeune femme puisa dans ces réserves pour atténuer ses maux ce qui l’apaisa quelques peu. Elle se redressa lentement et rejeta de toutes ces forces la branche d’arbre qui lui coupait la respiration.

Comment en était-elle arrivée là ? Morgane fouilla dans sa mémoire et se souvint: elle s’était laissé couler dans le Lac d’Avalon, espérant que la Dame la laisserai la voir. Mais elle s’était évanouie ! Comment s’est-elle retrouvée sur la berge ? Son esprit remuai ses questions dans tous les sens: Tulli aurait-elle repris l’emprise sur son corps et aurai réussi à retourner sur la berge ? Mais alors pourquoi l’aurait-elle laisser reprendre le contrôle ? La magicienne ne comprenait pas. Puis elle ressentit quelque chose. Une présence… et une voix ! Elle tourna la tête vers le lac et s’aperçut qu’une main était agrippée à la sienne. Seule la main dépassait de la surface de l’eau mais la voix semblait provenir de plus loin. C’est à ce moment qu’elle comprit enfin ! Tout s’expliquait. Freya l’avait sortit de l’eau ! Enfin son but était atteint !

Morgane resta agrippée au poignet de la Dame, de peur qu’elle ne s’échappe ! Elle devait gagner du temps pour récupérer ses forces et trouver un moyen pour la délivrer. Si la Dame partait rien ne garantissait de son retour. Elle essaya d’engager la conversation:

« Vous êtes la Dame du Lac, n’est-ca pas ? Freya ! »

La magicienne n’eut aucune réponse. Mais elle s’obstina. Elle était trop proche de son but pour échouer maintenant !

«Ecoutez, je suis magicienne. J’ai besoin de vous parler. Je vous en pris répondez moi !»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Ven 20 Déc - 1:18

Freya aurait encore été familière avec les désagréments qu'un corps vivant pouvait subir, elle aurait été épuisée en cet instant. Sa respiration était bel et bien haletante, certes, mais ce n'était que parce qu'elle s'inquiétait vraiment pour la jeune femme qu'elle venait de sortir de l'eau alors que cette dernière avait, à priori, tenté de se noyer. Si seulement elle avait pu s'extirper elle aussi de ce lac qui la retenait prisonnière – car oui, depuis sa rencontre avec Guenièvre, elle aspirait de plus à plus à être libérée de ses fonctions de Dame du Lac, fonctions qui pourtant lui avaient donné la « chance » de ne pas avoir à fermer les yeux à jamais –, elle aurait pu faire en sorte de la faire recracher tout ce que ses poumons avaient déjà dû absorber. Ce n'était très clairement pas sa pauvre main qui allait pouvoir lui venir en aide... Hormis tenir celle de la jeune femme, elle ne pouvait strictement rien faire physiquement et, face à cette impuissance, la barrière qui la séparait du monde terrestre, depuis bien trop longtemps à présent, se faisait de plus en plus insupportable. La seule solution qui s'offrit à elle fut d'user de ses pouvoirs de druide et elle n'attendit pas longtemps avant d'entrer dans l'esprit de celle qu'elle croyait être suicidaire, tentant désespérément de la faire réagir.

Personne ne s'était ainsi laissé couler dans le lac avant elle. C'était bien la première fois qu'elle avait à ressortir quelqu'un des eaux dont elle était devenue la gardienne et elle était paniqué à l'idée que ce jour signe également son premier échec en matière de sauvetage... Mais lorsque la branche qu'elle fit tomber sur l'estomac de la demoiselle eut l'effet escompté et qu'elle recracha enfin toute l'eau qu'elle avait ingurgité dans sa longue descente aux enfers, Freya se sentit soudainement bien plus légère. Elle avait réussit. Sa respiration se calma, d'autant plus lorsqu'elle vit les paupières de la rescapée s'ouvrir. Sa mission semblait terminée à présent qu'elle était certaine que les jours de la femme n'étaient plus en danger. Pourtant, alors qu'elle s’apprêtait à faire disparaître sa main de la surface, celle de la demoiselle se resserra sur son poignet, signe, sans aucun doute, qu'elle avait encore besoin d'elle. Freya patienta donc. Elle ne refusait jamais son aide à quiconque, quand bien même son humeur était des plus maussades en cet instant. Elle avait beau avoir sauver une nouvelle personne, sa captivité n'en restait pas moins douloureuse et pesante. Quand enfin des mots parvinrent à ses oreilles, la curiosité de la jeune druide s'éveilla. Comment connaissait-elle son prénom d'humaine au juste ? Le temps de se poser la question et déjà d'autres mots volèrent jusqu'à elle, sans qu'elle n'ait pu répondre aux premiers. Magicienne hein ? Mais en quoi pourrait-elle l'aider ? Elle patienta un court instant avant de répondre à son appel, faisant une nouvelle fois résonner sa voix dans son esprit. .

- Je suis bien la Dame du Lac, mais comment connaissez-vous le prénom de mon ancienne vie ? Elle marqua une courte pause. Nous sommes nous déjà rencontrées ? Ah la curiosité... Mais le plus important ici était ce que son interlocutrice avait dit en dernier. Qu'attendez-vous de moi et... qui êtes-vous exactement ?

La demoiselle sur la berge était non seulement la première à s'être laissé couler dans la lac d'Avalon, mais elle était aussi la première sorcière à avoir besoin de son aide. Les pouvoirs de Freya était tout ce qu'il y avait de plus restreints maintenant qu'elle avait été sacrée Dame des lieux et elle doutait pouvoir venir en aide à une personne possédant déjà des dons en matière de magie. Mais qu'importe, elle allait écouter ce qu'elle avait à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Ven 14 Mar - 19:49

Morgane n’en revenait pas! Allongée là, sur la berge, au bord du Lac d’Avalon, son corps d’emprunt à la limite de ses forces, la jeune femme tenait dans sa main serrée le maillon manquant de sa vengeance! Freya était enfin à sa portée, complètement inconsciente de ce qui allait lui arrivée, encore perturbée par son sauvetage. La magicienne était exaltée mais ce sentiment se dissipa rapidement car le plus compliqué, et le plus dangereux, restait à faire : libérer la Dame de l’emprise du Lac et trouver un moyen de garder l’ascendant sur sa victime. Comment la magicienne allait-elle s’y prendre pour détruire le sort emprisonnant Freya sans vider son enveloppe charnelle de toute son énergie vitale ? Au moins savait-elle déjà le moyen par lequel elle allait contrôler sa victime. Par la même méthode qu’elle utilisait actuellement sur Tulli, enfin, une méthode similaire ! Morgane était tellement plongée dans sa réflexion qu’elle ne se rendit compte, que lorsque les mots « qui êtes-vous » atteignirent ses oreilles, que sa sauveuse lui répondait.

La magicienne était figée. Dans son esprit se produisait une tornade qui recherchait des mots, des phrases, une histoire concevable, des évènements s’entremêlant avec cohérence pour expliquer sa présence en ce lieu, pour convaincre Freya de la juste cause de sa mission et, surtout, pour qu’elle ne la perce pas à jour!  Allait-elle réussir à mener la Dame du Lac là où elle le souhaitait ? Son corps d’emprunt tiendra-t-il le choc ? Et son esprit ? La tornade commençait à se calmer, l’histoire se formait peu à peu dans l’imagination de Morgane. Il n’y avait plus qu’à se lancer!

Je me nomme Tulli. Je suis magicienne, comme vous !  Morgane laissa un temps pour être sûre que Freya ait compris ses paroles. N’ayant pas de réponse, elle continua :

Je suis magicienne et je viens du Royaume de Caerleon. J’ai fait un rêve, un rêve prémonitoire, qui me disait de suivre le corbeau jusqu’au Lac abrité par la forêt de Brocéliande et d’y libérer la Dame s'y trouvant prisonnière. Etes-vous bien cette Dame ? Freya ?

Je vous en prie, répondez-moi !
Morgane commençait à douter. Si son histoire ne semblait pas plausible pour la jeune femme alors elle risquerait de fuir et de disparaître, et alors tout son plan tomberait à l’eau ! Elle pourra toujours tenter de prendre possession de Freya par la force mais, même si son esprit était encore perturbé et donc plus facile à posséder, un esprit calme et en confiance serait plus facile à manipuler et userait moins ces dernières réserves !  
La magicienne attendait, fébrile, la main de Freya toujours serrée dans la sienne. Elle attendait, se préparait à toutes les réponses que pourrait lui dire la Dame et à toutes les conséquences que cela engendrerait!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Sam 10 Mai - 18:20

Freya n'avait aucune idée de qui était réellement la personne qu'elle venait de sauver de la noyade, pour son plus grand malheur sans doute au vu de ce qui allait suivre. Mais quand bien même elle aurait su que l'âme de Morgane Pendragon habitait ce corps qu'elle n'avait encore jamais aperçu auparavant, qu'aurait-elle fait ? La jeune druide avait ce qu'on pouvait appeler un cœur d'or, torturé certes, mais bel et bien précieux, et, il lui aurait sans doute été incapable de ne pas venir en aide à celle qui avait bien failli causer la perte du roi bien aimé de Camelot. Ce n'aurait pas été par manque d'envie, non, mais Freya estimait que personne ne méritait de perdre la vie, la plus laide des crapules comprise. Mais tout ceci importait bien peu maintenant que la pauvre demoiselle se trouvait à nouveau sur la berge et la Dame du Lac mit tous ses sens en éveil pour entendre ce que cette dernière avait à répondre à ses questions. Elle était bien curieuse de savoir comment est-ce qu'elle pouvait connaître son nom d'humaine alors qu'il n'y avait que très peu de gens à l'avoir connu avant qu'elle ne devienne la Dame d'Avalon. Mais ce qui l'intriguait encore davantage, c'est que celle qui venait de se présenter sous le nom de Tulli semblait s'être délibérément laisser couler dans le lac pour pouvoir faire sa connaissance. Face à cela, la curiosité de Freya ne pouvait qu'être mise en émoi, mais lorsqu'elle eu sa réponse, elle dû prendre quelques longues secondes pour comprendre ce qu'il se passait réellement.

- Tulli... C'est bien cela ? Elle marqua une courte pause. Je suis bien la Dame du Lac, comme je vous l'ai dit, mais j'avoue ne pas comprendre le sens de vos paroles. Il m’apparaît vraiment étrange que le nom que je portais lorsque j'étais encore vivante vous ait été donné dans un rêve... Oui, sa curiosité n'avait pas été rassasiée à ce sujet, bien au contraire, et elle souhaitait réellement savoir comment le prénom Freya avait pu sortir de la bouche de cette totale inconnue. Vous arrive t-il souvent de faire des rêves prémonitoires ? D'où viennent-ils ?

Non, Freya n'avait pas le moins du monde fait le lien entre les rêves prémonitoires de Tulli et ceux dont, d'après Merlin, la fée Morgane s'inquiétait lorsqu'elle avait encore un cœur en tant soit peu pur. Si la sorcière ne lui venait absolument pas à l'esprit, c'est qu'aux dernières nouvelles, son cœur avait cessé de battre, justement, et c'était à cet endroit précis que la jeune druide se trompait sur toute la ligne. Elle reprit la parole, son esprit virevoltant assez violemment entre les diverses informations qu'elle venait de recevoir.

- Toute magicienne que vous êtes, je doute que ce rève puisse devenir réel, malheureusement. Je ne suis, en tant que Dame d'Avalon, que l'ombre de moi même et j'ai bien peur que me faire revivre soit une tâche impossible. Ne voyez là aucune offense, bien entendu, je ne doute pas de vos capacités, ajouta t-elle en pressant légèrement la main qu'elle tenait encore dans la sienne.

Le timbre de sa voix s'était très légèrement cassé sous cette information des plus déplaisantes. Si seulement elle ne disait que des sottises. Si seulement il était possible de la faire sortir de ce lac une bonne fois pour toute et non pas seulement pour une triste soirée d'Halloween. Mais aussi, si seulement celle qui pensait être capable de conjurer le sort n'était pas la pire ennemie que Camelot n'ait jamais eu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   Dim 13 Juil - 15:54

La patience de Morgane commençait à s’effriter. Que pouvait connaître cette petite magicienne sur la puissance des pouvoirs de la grande prêtresse ! Bien sûr qu’elle réussirait à la faire sortir de ce satané lac et bien plus encore. Elle arriverait à la manipuler pour mener son maudit amour à sa perte !
Elle ne répondit à aucune des questions de la Dame. Son énervement risquerait de révéler ses sentiments profonds. Elle s’assit en tailleur devant le Lac d’Avalon, le poignet de Freya toujours serré dans sa main.  La sorcière se mit à fixer un point au hasard à la surface du lac et y concentra tout son esprit et tout son être. Sa vue commença à se brouiller. Elle ne voyait plus ni le lac, ni la forêt. Le paysage disparut à son regard et fut présent uniquement la magie du lac et le sortilège qui reliait la Dame à ces eaux.
          
Freya ne mentait pas lorsqu’elle disait que le sort qui l’emprisonné était puissant, très puissant. Mais rien ne pouvait stopper les plans de Morgane et la magie qui l’habitait. Elle prit conscience de ce qu’elle devait faire pour annihiler le sortilège. Elle assomma mentalement la conscience de Tulli, puis, la jeune femme se mit à regrouper toute sa puissance. Son corps d’emprunt se mit à trembler, tous ses muscles se trouvaient à la limite de la rupture, ses yeux se révulsèrent et elle se mit à murmurer d’anciennes et puissantes paroles.
Une fois tout son pouvoir regrouper, Morgane plongea son esprit aux confins des sortilèges complexes du Lac. Sous l’assaut, l’étendue d’eau se mit tout d’abord à frémir. S’ensuivit un chaos : les eaux du lac semblaient se contorsionner pour esquiver des assauts invisibles. Des vagues immenses s’élevaient à hauteur des arbres les plus hauts et redescendaient brutalement sur le corps de Tulli qui, malgré ces agressions, continuait à s’agripper à la captive. Après plusieurs minutes d’attaques incessantes, le lac sembla retrouver sa quiétude habituelle. Mais, au tréfonds de la magie, Morgane continuait son combat mental contre le sortilège.
La prêtresse sentait sa magie décroître. Malgré un temps de repos lui ayant permis de récupérer des forces, celui-ci n’avait pas été suffisant pour lui permettre de se régénérer complètement après les efforts faits précédemment et sa quasi mort. Néanmoins, elle relança ses attaques avec plus de vigueur et de rapidité. Elle arrivait ainsi à affaiblir considérablement le sort qui retenait Freya.
A la surface, la Lac avait trouvé un nouveau moyen pour déstabiliser les êtres présents sur la berge. Les particules d’eau se redressaient et s’associaient de sortes à former des fouets immenses, plus cinglants et plus redoutables que tous ceux présents dans ce monde. Mais, le corps de Tulli, ne recevant aucun ordre de la part d’aucun esprit, ne bougeait pas d’un pouce et ne desserrait pas non plus son étreinte. Il était insensible aux assauts des fouets et aux multiples blessures qui le parsemaient.

Le temps s’écoula, indifférent au spectacle extraordinaire qu’offrait le Lac d’Avalon. Et, après avoir vu passer le crépuscule sans changement aucun, se fut au tour de l’aube de faire son apparition. Etrangement, les reflets orange et or apparaissant sur le lac semblèrent l’apaiser. Les eaux retrouvèrent leur forme de miroir et plus aucune ride ne vint le briser.
Le calme retrouvé n’était en rien grâce à l’apparition du soleil mais bien grâce à Morgane qui avait gagné le combat. En rejoignant son corps d’emprunt, la magicienne s’aperçut que Freya se trouvait à présent sur la plage, endormit la tête dans le sable. Malgré son extrême fatigue, elle s’approcha de l’amour unique de Merlin, apposa ses mains sur son front humide et attacha discrètement une partie de son esprit dans celui inconscient de Freya. La sorcière se redressa une nouvelle fois et se dirigea vers la forêt. Une fois à l’abri des feuillages et à bout de force tant physique que mentale, le corps de Tulli s’écroula sur un tapis de mousse et Morgane accueilli cette période de repos avec soulagement ne pensant plus qu’à l’avenir et à sa vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Vengeance cachée -- Réveil de Freya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vengeance cachée -- Réveil de Freya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Photo Cachée
» Image Cachée .25
» Honor's Veil : les phoenix !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage d'un Royaume :: Taverne :: Archives Camelot-